Version classiqueVersion mobile

Le premier féminisme allemand (1848-1933)

 | 
Patrick Farges
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Le journal Neue Bahnen entre 1866 et 1870 : un lieu d’expérimentation pour de nouvelles stratégies féministes

Alice Primi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’occasion des révolutions de 1848-1849, un phénomène sans précédent s’était produit en Allemagne : la publication de journaux politiquement engagés, dirigés et rédigés par des femmes.1 Tous furent éphémères : Die Frauen-Zeitung, quotidien dirigé par Mathilde Anneke à Cologne en septembre 1848, fut saisi et interdit dès le troisième jour ; Der Freischärler de Louise Aston, qui parut à Berlin en novembre et décembre 1848, succomba à la répression prussienne après le sixième numéro ; Die Soziale Reform, fondé par Louise Dittmar à Leipzig en janvier 1849, s’arrêta après la quatrième parution mensuelle, alors que la contre-révolution s’abattait sur le royaume de Saxe. Seul résista le journal Die Frauen-Zeitung, fondé en avril 1849 à Meißen par Louise Otto.2 Âgée alors de trente ans, celle-ci avait déjà publié plusieurs poèmes, articles et romans, qui lui avaient procuré une certaine renommée dans les milieux littéraires et démocrates du Vormärz.3 Malgré la censure, Die Frauen-Zeitung ...

Auteur

Docteure de l’Université Paris 8

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search