Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Quatrième Partie. Suiveurs, victimes et bourreaux dans la société allemande

Introduction de la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 Traduction : « Napola, l’élite du Führer ».

1Outre les résistants, les acteurs du national-socialisme sont généralement classés en trois catégories : bourreaux, suiveurs et victimes. C’est sans doute un des grands mérites du média cinéma que d’avoir donné un corps, certes de celluloïd, à ceux qui resteraient sinon anonymes, du moins sans « histoire », même si l’histoire orale des historiographes a pu remplir bon nombre de blancs concernant la réalité de la vie quotidienne sous le Troisième Reich. Le cinéma a mis bourreaux, suiveurs et victimes en scène, souvent par paires afin de jouer du contraste, et en tentant d’éclairer leur personnalité pour les condamner plus ou moins sévèrement, pour dénoncer les crimes qu’ils avaient commis ou tolérés, ou dont ils avaient été les victimes. La critique cinématographique s’intéresse de ce fait souvent à la capacité du cinéaste à rendre l’atmosphère de l’époque sans verser, dans un manichéisme primaire, dans la peinture des caractères, ni minorer le crime pour autant. Le ressort dramaturgique est souvent le même – un personnage de suiveur prend peu à peu conscience de la réalité du régime qui le fascine. Les scénarios sur lesquels ces œuvres reposent peuvent être simples, celui de Napola – Elite für den Führer1 (Dennis Gansel, 2004), ou bien complexes, celui de La Cantate d’Hitler (Hitlerkantate, Jutta Brückner, 2005), par exemple. Ces films décrivent l’appareil national-socialiste et la façon dont de jeunes suiveurs réussissent en son sein à faire carrière, en tant que boxeur ou compositeur ici. Dans les productions télévisuelles les plus récentes, les cinéastes s’essaient parfois à la peinture de grandes fresques mettant en scène des personnages de différentes nationalités (Allemands, Anglais, Italiens, Polonais). Ils présentent divers degrés d’(in)humanité et ce indépendamment du camp auquel ils appartiennent ou de leur qualité, de civil ou de militaire, comme, par exemple, dans Laconia (Uwe Janson, 2011), une coproduction germano-britannique tournée pour ARD et la BBC. Le statut non seulement des bourreaux mais encore des victimes, innocentes ou coupables, est ainsi au centre de la représentation dans les films de la première décennie du XXIe siècle. Les chapitres suivants s’intéressent donc tout particulièrement à la question du réalisme, réel ou supposé, de ces œuvres.

2La reprise d’un genre tombé en désuétude, le film de montagne („Bergfilm“), est l’objet de l’étude du premier chapitre. Après quelques remarques sur l’émergence du genre et sur sa dimension idéologique fortement marquée avant même l’avènement du national-socialisme, un film en particulier, de Philipp Stölzl, sorti en 2008, est mis en perspective. Les emprunts à la tradition sont mis en lumière, tant du point de vue des valeurs humaines que du langage cinématographique.

3Le deuxième chapitre porte sur le discours victimaire à travers l’analyse d’un film de Max Färberböck, également sorti en salle en 2008, qui relate un épisode apparemment refoulé de la libération de Berlin par les Soviétiques, le viol des femmes. La question de la représentation de la souffrance de la population féminine est au centre de l’analyse. Le renvoi à d’autres œuvres évoquant au moins à la marge ce thème permet de préciser la position du cinéaste par rapport aux travaux des historiens sur les femmes de l’époque.

4Le dernier chapitre enfin est consacré à la représentation de l’effondrement du régime national-socialiste avec l’examen de la figure de Hitler dans trois films d’une facture fort différente. De Pabst à Hirschbiegel en passant par Schlingensief, l’image du commandant des bourreaux est examinée à partir des concepts foucaldiens d’hétérotopie et d’hétérochronie. Le desinit des films avec la peinture du sort de la population allemande est rapporté à la « morale » de l’histoire qu’ils induisent.

Notes

1 Traduction : « Napola, l’élite du Führer ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site