Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Troisième Partie. Résistances allemandes

La résistance institutionnalisée

« L’heure de gloire des officiers » du 20 juillet 1944, dans le contexte du soixantième anniversaire de l’attentat. Plus qu’une intrigue à suspense ?

Edgar Lersch
Traduction de Frédérique Laugier

Texte intégral

1L’historien et journaliste Ulrich Raulff, aujourd’hui directeur des Archives littéraires allemandes de Marbach, écrivait dans le quotidien Süddeutsche Zeitung pour le 60e anniversaire de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler :

Le 20 juillet est le plus grand sujet de drame historique que le siècle dernier ait produit en Allemagne, et plus que tout autre, il pourrait avoir touché le cœur et l’esprit des générations qui suivirent – s’il n’y avait pas… l’autre, le seul. La résistance allemande n’a jamais échappé à l’ombre portée par le dictateur…

  • 1 Voir Ernst Osterkamp, Poesie der leeren Mitte. Stefan Georges Neues Reich. München, Carl Hanser Ve (...)
  • 2 Ekkehard Klausa, „Konservative im Widerstand“, in : Peter Steinbach/ Johannes Tuchel (Hrsg.), Wide (...)

2Et comment le pourrait-elle, va-t-on nécessairement rétorquer. L’« action » du 20 juillet 1944 n’est tout simplement pas pensable sans l’élément déclencheur que constituent le système criminel et son plus haut représentant. Cette citation suggère également à quelles récupérations et interprétations parfois curieuses l’attentat contre Hitler se trouve exposé, jusque dans un passé très récent. Cela peut aller jusqu’à considérer les faits hors de leur contexte, comme résultant d’un esprit influencé par la pensée de Stefan George, dont Stauffenberg, l’auteur de l’attentat, fut un adepte mais dont la mémoire est ternie par le rôle qu’il joua en préparant intellectuellement la montée de la dictature national-socialiste – mais ceci est aujourd’hui encore objet de controverse1. La formulation audacieuse du passage cité ne permettra sans doute pas de soupçonner Raulff de vouloir contribuer à minimiser l’importance du Troisième Reich dans l’histoire allemande ni la part de responsabilité du peuple allemand, ou d’une partie de ses élites. Avec cette référence à quelque chose de proprement impensable, Raulff rétablit néanmoins, fort à propos, le lien existant entre le 20 juillet et l’une des motivations centrales dans le champ de la résistance conservatrice, à savoir que pour une partie des conjurés, éliminer le dictateur correspondrait à la volonté d’accomplir un « acte pur », conformément aux conceptions répandues dans les milieux conservateurs2. Si celles-ci peuvent être imputées aux précurseurs de l’activisme de la « Révolution conservatrice », tels que les frères Jünger, la formulation peu claire de Raulff contribue à enjoliver l’image contradictoire – et dont tous les aspects ne sont nullement exemplaires – de la résistance autour de l’attentat de Stauffenberg.

3C’est pourquoi il faudra examiner dans quelle mesure les deux productions relatives au 20 juillet 1944 présentées et analysées plus loin, l’une fictionnelle, l’autre semi-fictionnelle, se classent dans la sphère d’influence diffuse des récupérations évoquées ci-dessus. Ceci concerne plus particulièrement le téléfilm Stauffenberg (Jo Baier, 2004), distribué en France sous le titre Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler, dont le titre allemand indique à lui seul qu’il est entièrement axé sur le héros. Produit par la Südwestrundfunk pour la Première chaîne allemande du service public audiovisuel de l’ARD, le film fut diffusé en Allemagne le 25 février 2004. Il convient ici d’étudier dans quelle mesure, pour dessiner le portrait du personnage, les interprétations qui sont dans l’air du temps se mélangent aux exigences de personnalisation et de dramatisation propres à la dramaturgie du média cinématographique. L’autre élément de comparaison dont nous disposons date également de 2004 et se situe dans un contexte de production tout à fait semblable : il s’agit du docudrame (« Dokudrama ») L’Heure de gloire des officiers (Die Stunde der Offiziere, Hans-Erich Viet, 2004), réalisé pour la Deuxième chaîne de télévision, ZDF, et qui a été diffusé le 29 juin 2004.

  • 3 Sujet dramatique dont “Hollywood” a su encore tirer parti sans que le calendrier ne le justifie : (...)

4La première partie de ce chapitre sera un bref rappel de l’action du « 20 juillet 1944 », dont le déroulement fut tellement « dramatique », dans les deux sens du terme, qu’il fournit une matière filmique pleine de suspense, exploitée en conséquence dans de multiples réalisations3, et certainement bien au-delà de son importance politico-historique – sur ce point nous approuvons Raulff sans restriction aucune. Il s’agira donc d’informations sur les circonstances et les décisions prises dans la phase préparatoire, qui, le jour de l’attentat, se nouèrent en un enchaînement toujours plus dramatique d’événements. Il faut savoir comment l’attentat manqué proprement dit s’imbrique dans le projet plus général d’un renversement du régime pour se faire une idée juste du caractère dramatique inhérent au déroulement des faits, et pour être en mesure de faire la distinction avec une intensité dramatique factice dans l’adaptation qu’en livrent les médias. Par ailleurs, seule la connaissance des liens existant entre, d’une part, l’attentat et, d’autre part, les plans de renversement politique et autres projets ultérieurs, permet d’en apprécier l’importance politico-historique. Il s’agit-là d’une appréciation de valeur dont ne peut se dispenser aucune étude traitant d’un ensemble d’événements qui ont grandement contribué à la formation de l’identité de la République fédérale d’Allemagne et qui restent, encore de nos jours, d’une grande importance politico-historique. D’une part, comme nous l’avons évoqué, la réflexion critique sur la résistance voit se concentrer toutes les questions relatives à l’intégration du national-socialisme dans l’histoire nationale et, d’autre part, il importe de savoir que penser des cercles résistants qui conduisirent à l’attentat du 20 juillet 1944 en comparaison avec d’autres groupes résistants. C’est ce que nous présenterons dans la deuxième partie de notre analyse avec la concision qui s’impose.

5Dans la troisième partie, nous résumerons quelques réflexions fondamentales sur la façon dont le choix de genres cinématographiques différents pourrait avoir influé sur le contenu même du sujet traité. Le long-métrage conçu comme fiction fait appel à d’autres procédés dramaturgiques que la forme mixte du docudrame, avec ses éléments cinématographiques et les outils classiques du documentaire historique : commentaire en voix off, déclarations de témoins et images documentaires d’époque. Enfin, dans la quatrième partie de notre exposé, nous présenterons et analyserons les deux productions en portant une appréciation de valeur, à la lumière de ce qui aura été développé auparavant.

Déroulement du « 20 juillet 1944 » dans le contexte des projets de renversement du régime venant de cercles militaires depuis 1938

  • 4 Sur Georg Elser, voir la toute récente publication de Peter Steinbach/Johannes Tuchel, Georg Elser (...)

6L’attentat du 20 juillet 1944 n’est pas un événement isolé. Il s’inscrit dans une succession d’efforts entrepris depuis 1938 principalement par des membres de l’armée allemande – mais pas seulement – pour chasser du pouvoir Hitler et ses acolytes. Au total quarante-deux attentats ont précédé ce « 20 juillet 1944 », certains par exemple ayant été planifiés par des conjurés issus des milieux militaires mais n’ayant pas été mis à exécution pour des raisons diverses. D’autres furent préparés par des acteurs solitaires, tel celui de l’artisan souabe Georg Elser en novembre 1939, qui ne manqua sa cible que de peu. L’auteur de cet attentat comptait parmi ceux qui n’avaient pas envisagé l’avenir du pouvoir politique pour l’après-attentat – ce qui était le cas de la résistance militaire4.

  • 5 Rainer A. Blasius, „Appeasement und Widerstand 1938“, in : Steinbach/Tuchel (Hrsg.), Widerstand ge (...)
  • 6 Pour plus de précisions voir Klaus-Jürgen Müller, Generaloberst Beck. Eine Biografie. Paderborn, S (...)
  • 7 Sur Stauffenberg et sa famille : Peter Hoffmann, Graf von Stauffenberg und seine Brüder, Stuttgart (...)

7L’attentat du « 20 juillet 1944 » fait donc partie intégrante d’une vaste stratégie programmée pour libérer l’Allemagne de la dictature nationale-socialiste. Conjointement à l’élimination physique du dictateur, un coup d’État devait être effectué visant à l’édification d’un nouvel ordre politique5. Les groupes de résistants dont les actions n’étaient jusqu’ici pas coordonnées et même parfois contraires – car obéissant chacune à des objectifs différents – avaient tout de même fini par se retrouver, en 1943-1944, autour d’une démarche commune. La résistance civile venant de la bourgeoisie, avec ses cercles et ses réseaux qui avaient élaboré des plans de grande envergure pour un renouveau politique, rejoignit celle des militaires, lesquels n’étaient souvent pas d’accord avec ces civils sur le contenu des objectifs mais qui avaient en main les moyens nécessaires pour éliminer par la force le détenteur du pouvoir et écarter les élites dirigeantes nationales-socialistes et l’appareil d’État6. Dans les rangs des militaires, le colonel comte Claus Schenk von Stauffenberg joua un rôle tout à fait central. Ce descendant d’une lignée de la noblesse souabe avait été, un temps, tout à fait favorable au régime national-socialiste. Mais après avoir pris parti pour la résistance, il fut l’un des conjurés qui agit avec détermination, étant prêt, s’il le fallait, à risquer sa vie dans une tentative d’attentat7. Cependant il ne fut nullement le seul cerveau du mouvement et de la planification d’un renversement politique. Qu’il ait été l’exécuteur de l’attentat tenait aussi aux possibilités qui s’offraient à lui au sein de la hiérarchie militaire.

  • 8 Gerd R. Ueberschär, Der militärische Umsturzplan “Walküre”, in : Steinbach/Tuchel (Hrsg.), Widerst (...)

8En 1943-1944, des militaires entrés dans l’opposition imaginèrent un plan selon lequel des commandos de l’armée devaient procéder, après la suppression d’Hitler, à la neutralisation de l’appareil du pouvoir national-socialiste dans ce que l’on appelait l’Ancien Reich. À cette fin, le groupe des conspirateurs profitait des possibilités de ceux qui, parmi eux, exerçaient leur activité à l’Office général de l’armée de terre (AHA). Il s’agissait de mobiliser pour un coup d’État l’armée dite de réserve (Ersatzheer) ainsi que d’autres troupes de réserve stationnées dans l’Ancien Reich et placées sous l’autorité de l’AHA pour le cas où il aurait fallu rétablir l’ordre suite à d’éventuelles révoltes parmi les millions de travailleurs étrangers requis pour le travail obligatoire. Le plan d’intervention élaboré pour ce cas de figure portait le nom de code « Walkyrie ». Les conspirateurs réussirent en toute discrétion à « réécrire » le plan de l’Opération Walkyrie de façon à ce que l’armée de réserve puisse être mobilisée après un attentat contre Hitler en prétextant les troubles et la désorganisation générale qui s’ensuivraient. C’est avec l’aide de cette armée que l’on voulait se débarrasser dans un coup d’État surprise des piliers du régime – surtout des sections du Parti et des unités de la SS8.

9La disparition du dictateur ne devait, en effet, pas seulement permettre de se débarrasser de celui qui était à la tête de l’État. L’élimination physique du Führer semblait également nécessaire aux conjurés pour rallier à leur cause davantage de militaires qui hésitaient à le faire en raison du serment de fidélité que les soldats prêtaient au chef de l’État. Ainsi, il aurait été possible de gagner au coup d’État des membres du commandement militaire qui n’étaient pas encore dans le secret mais aussi ceux qui étaient déjà informés mais encore indécis.

10Depuis l’automne 1943 d’autres projets d’attentat, préparés par des militaires en dehors du complot « Walkyrie », avaient déjà échoué. Étant donné le caractère de plus en plus désespéré de la situation sur le front, le temps pressait. Stauffenberg, en sa qualité de chef d’état major de l’AHA depuis le 1er juillet 1944, avait parfois l’occasion d’être personnellement en contact avec Hitler. C’est pourquoi il se chargea avec détermination de l’exécution de l’attentat, bien que sa présence à Berlin eût été indispensable après le succès de l’attentat en tant que l’un des chefs de l’organisation du coup d’État.

  • 9 Sur le déroulement du 20 juillet 1944 voir : Heinrich Walle, „ Der 20. Juli 1944. Eine Chronik der (...)

11Alors qu’il ne fut pas possible de profiter d’une première occasion le 15 juillet 1944, on sait que le 20 juillet 1944, Stauffenberg amorça la charge explosive pendant la réunion quotidienne d’analyse de la situation militaire. Durant le temps qui s’écoula entre l’attentat, perpétré peu après 12h30 au quartier général du Führer, la Wolfsschanze (la Tanière du loup), près de Rastenburg en Prusse Orientale, et le retour de Stauffenberg dans les environs de Berlin vers 16h30, il ne se passa rien à l’Office général de l’armée de terre. Devant l’incertitude qui régnait sur l’issue de l’attentat à cause du blocage des informations à la Wolfsschanze, l’Opération Walkyrie ne fut pas lancée. Bien que l’alarme ait été donnée, Stauffenberg avait pu quitter le quartier général du Führer, mais sans savoir précisément si l’attentat avait réussi. À son retour, fort d’une certitude qui ne reposait sur aucune preuve claire, il conforta pourtant les autres conjurés dans l’idée d’un succès9.

12Comme de leur côté ceux-ci, dans les locaux de l’AHA dans la Bendlerstraße à Berlin, ne pouvaient obtenir de certitude sur la situation exacte puisque les communications avaient été volontairement coupées, même si cet isolement présentait des failles, ce n’est qu’une heure avant l’arrivée de Stauffenberg à l’AHA, aux environs de 16h30, qu’eut lieu le déclenchement de l’Opération, après l’appel téléphonique de son aide de camp, le lieutenant Werner von Haeften depuis l’aérodrome de Rangsdorf près de Berlin. Néanmoins à ce moment-là, les premières informations circulaient déjà dans la capitale du Reich spécifiant qu’un attentat avait bien été perpétré sur la personne du Führer mais qu’Hitler était toujours vivant.

13Les conjurés n’abandonnèrent pas, notamment parce qu’ils gardèrent un certain temps bon espoir de réussir même sans avoir supprimé Hitler. Au bout de plusieurs heures dramatiques au sein de l’AHA, des officiers restés fidèles au régime reprirent l’avantage, ils purent neutraliser les comploteurs et les arrêter. À minuit, quatre des conspirateurs de premier plan, dont Stauffenberg, furent fusillés par décision de la cour martiale dans la cour du Bendlerblock.

La résistance dans le contexte de la culture mémorielle de la République fédérale d’Allemagne en 2004

14Quiconque se penche en Allemagne sur l’étude du 20 juillet 1944 n’échappe pas à l’obligation de prendre position dans les controverses dont la résistance allemande fait l’objet. Ceci est surtout vrai pour les films de la télévision de service public en RFA qui a explicitement une mission éducative. Il n’est pas possible non plus de s’en abstenir dans l’analyse des deux productions dont nous traitons ici.

  • 10 Gerd R. Ueberschär, „Zwischen feierlicher Verehrung und kritischer Distanz“, in : Das Parlament, 5 (...)
  • 11 E. Klausa, op. cit., p. 187 et suivantes.

15Longtemps la résistance au régime national-socialiste a été instrumentalisée dans les deux parties de l’Allemagne, et plus particulièrement le « 20 juillet 1944 » pour la République fédérale. Ce n’est plus le cas depuis la fin de la Guerre froide – c’est à dire depuis le début des années 199010. Toutefois, il n’y a aujourd’hui encore pas d’unanimité dans les appréciations que l’on porte. Pour ce qui a trait à la résistance militaire et au 20 juillet, on voit d’un oeil critique le fait que de nombreux membres de l’armée, plus tard résistants et conspirateurs, aient d’abord approuvé le régime nazi – et ce jusque pendant les campagnes victorieuses de la Seconde Guerre mondiale11. De plus, ces militaires et même certains membres civils des cercles résistants n’adhéraient pas à une conception libérale et parlementaire de l’État, mais plutôt à une conception autoritaire. Ils ne peuvent donc pas être considérés comme des précurseurs du système démocratique allemand, ni même comme des esprits en avance sur leur temps. Voilà ce que l’on souligne essentiellement dans le camp de la gauche libérale en critiquant les récupérations politico-historiques du « 20 juillet 1944 ».

  • 12 Sur le détail de ces controverses : Peter Steinbach, Widerstand im Widerstreit. Der Widerstand geg (...)

16Autre sujet dont il faut également parler : la notion « d’honneur » qui trouvait un certain soutien dans les milieux résistants. Les militaires surtout avaient à cœur d’agir pour contrebalancer la honte que représentaient les crimes nazis pour le peuple et la nation, au moins en s’attaquant à la personne et à la vie du premier représentant du régime. Plus le temps passait, plus un attentat avait valeur d’acte symbolique, ce qui est souvent imputé à un canon de valeurs archaïque dans la noblesse prussienne. Pour toutes sortes de raisons donc, une question controversée est de savoir s’il est possible de situer la résistance militaire dans le courant des traditions libérales émancipatrices de l’histoire allemande. Cela peut se faire sans difficulté dans le cas d’autres groupes de l’opposition à l’État national-socialiste, mais ceci a été trop souvent éclipsé par les récupérations politico-historiques du « 20 juillet 1944 » en Allemagne de l’Ouest. Néanmoins personne n’entend refuser aux conjurés le respect qui leur est dû pour avoir risqué leur vie en servant une « bonne cause »12.

  • 13 Peter Steinbach, „Der 20. Juli 1944 – mehr als ein Tag der Besinnung und Verpflichtung“, in : Aus (...)
  • 14 Le « 20 juillet 1944 » est ressenti de façon très variable, en 2004, dans l’opinion publique en Ré (...)

17En 2004, Peter Steinbach, directeur du Mémorial de la résistance allemande à Berlin et l’un des spécialistes les plus renommés de la résistance, a résumé les expériences qu’il avait faites en préparant la rénovation de l’exposition dans le mémorial du Bendlerblock à partir du milieu des années 1980. Au fond, il n’était guère possible, selon lui, que tout le monde se rejoigne à cette époque sur une conception pluraliste de la résistance allemande dépassant les règlements de compte sur fond de motivations politiques partisanes pour s’en attribuer le mérite ou la dévaloriser. Il existait, d’après Steinbach, tout au plus un fragile consensus visant « à rendre hommage à l’opposition au régime dans son ensemble ». Mais visiblement, ce consensus n’avait duré qu’aussi longtemps « que la thématique traditionnelle de la résistance du « 20 juillet 1944” n’était pas relativisée par l’exploitation, à part égale, d’autres thèmes ou ne se trouvait pas exposé à des interprétations concurrentes »13. Depuis, on est parvenu en Allemagne à un consensus pour honorer l’engagement de ces conspirateurs14.

18On concevrait aisément, d’un côté, qu’une réflexion critique sur le 20 juillet 1944 prenant la forme d’une fiction élude les controverses qui ont été mentionnées. Et il serait aussi logique de se concentrer sur « l’acte héroïque » de Claus von Stauffenberg en occultant une large part du contexte général. Ceci pour la bonne raison qu’à côté de Stauffenberg, les noms de ses plus proches compagnons – Olbricht, Mertz von Quirnheim, Werner von Haeften de l’Office général de l’armée de terre – ne sont connus que de très peu de gens. Ils se trouvaient en ce « 20 juillet 1944 » aux postes stratégiques pour réaliser le coup d’État, et en toute logique ils furent fusillés en même temps que lui. La contribution des autres conspirateurs qu’étaient Beck, von Witzleben, Hoepner etc. fut également essentielle – et ils y ont eux aussi laissé la vie. Cependant, seuls peut-être les spécialistes ont une idée précise de la part déterminante qui fut la leur. Et s’il n’est pas possible, sans doute, de les évincer, il n’est pas non plus nécessaire de les faire passer au premier plan.

  • 15 Heidi Hein-Kircher, „Politischer Mythos“, in : Aus Politik und Zeitgeschichte 11/2007, Bonn, Bunde (...)

19Il est tout à fait envisageable de raconter le « 20 juillet 1944 », par-delà les dissensions sur la résistance, en prenant pour fil conducteur la figure du « héros », le comte von Stauffenberg. Sous cette forme, celle-ci remplirait toutes les conditions nécessaires pour assumer la fonction de « mythe politique » national. Les mythes politiques racontent des « histoires » du passé comme du présent qui sont importantes pour la cohésion nationale15. Dès lors, on ne doit pas trop chercher à savoir si les situations et liens de causalité supposés sont bien exacts. Lorsqu’elles sont rendues publiques, de subtiles distinctions et divergences qui peuvent surgir dans le cadre de la recherche scientifique ont pour effet de fragiliser le consensus qui a été péniblement trouvé et qui veut que l’on raconte encore et toujours l’histoire comme ça et pas autrement, et privent le mythe de toute fonction.

La fictionnalisation télévisuelle contribue à la mythification. Quelques remarques relatives à la théorie des genres

20Pour traiter de sujets historiques, la télévision se concentre – pour résumer – sur trois types de genres : 1) L’adaptation de thèmes historiques qui se fond totalement dans une intrigue fictionnelle – telle qu’elle s’est pratiquée très tôt déjà dans la tradition du cinéma – et en règle générale sous forme de récits « fermés » d’un événement quelconque. 2) Le genre documentaire conventionnel, pour l’essentiel sous forme d’un film compilant commentaires et témoignages historiques (photos et images filmées, celles-ci pas toutes originales, témoins de l’époque, etc.). 3) Comme troisième variante, on a élaboré, surtout à la télévision, des formes mixtes, avec des proportions très variables de la part documentaire et de la part fictionnelle : le docudrame. Cette forme hybride répond à des motivations diverses : elle sert à se substituer à une absence de sources (par exemple quand il n’existe pas de matériau audiovisuel ou d’autres témoignages) ainsi qu’à captiver le spectateur en dépassant le genre purement documentaire, en particulier pour traiter des thèmes considérés comme arides ou difficiles.

  • 16 Cf. Christian Hißnauer, „Geschichtsspiele im Fernsehen. Das Dokumentarspiel als Form des hybriden (...)

21En Allemagne, on a largement oublié les premiers essais auxquels la télévision s’est livrée à la fin des années 1950 et au début des années 1960, qui vont dans le sens d’une fictionnalisation de l’histoire au service de la transmission du savoir, ainsi que les premiers essais de la forme mixte qu’est le docudrame. Ce qui eut, entre autres conséquences, celle de provoquer des querelles enflammées sur la légitimité des procédés, à partir du milieu des années 1990, lorsque l’on procéda à nouveau à des reconstitutions (reenactments) dans des documentaires historiques, la plupart du temps sous la forme de docudrames semi-fictionnels ou de docudrames complètement fictionnalisés. Concernant les réalisations de fiction, il y eut également (et il y a encore) des objections quant à leur vocation à divertir et quant à une falsification effective ou prétendue de leur référence au réel16.

  • 17 Voir Edgar Lersch/Reinhold Viehoff, Geschichte im Fernsehen. Eine Untersuchung zur Entwicklung des (...)

22Mais il est vrai que des prises de position très fermes ne sont défendables ni pour des raisons relevant de l’histoire des médias ou de la science des médias, ni du point de vue de la théorie de l’histoire. Car entre-temps, deux choses ont été mises en lumière : premièrement, à y regarder de plus près, les définitions et les limites des genres se révèlent bien plus floues qu’on ne le soutient souvent. Ceci est vrai en particulier du documentaire historique au caractère nullement objectif et aux composantes et dramaturgies que l’on peut tout à fait qualifier de fictionnelles. Deuxièmement, toute transmission historiographique d’une réalité passée se voit confrontée au défi de faire bien comprendre aux destinataires que ces représentations sont des constructions convenues et qu’il ne faut en aucun cas les confondre avec la réalité. Tout au plus peut-on dire qu’elles en sont une approche17.

23Les contributions télévisuelles destinées à la transmission de l’histoire, qui obéissent, dans le contexte d’un service public, à une mission d’éducation les orientant vers le réalisme, ont alors des problèmes pour ce qui est des procédés esthétiques faisant ressentir au spectateur le caractère construit et fabriqué des productions. Il y a aussi le défaut souvent déploré qui consiste en une présentation de documents contemporains sans contextualisation. Ceci contribue alors à ce que beaucoup de documentaires historiques se présentent avec le même gestus, celui de proposer une ultime et définitive version des faits.

  • 18 Rainer Wirtz, „Alles authentisch : so war’s. Geschichte im Fernsehen oder TV-History“, in : Thomas (...)

24Qu’elles soient de type fictionnel ou semi-fictionnel, les adaptations de la réalité à l’écran peuvent être d’emblée encore plus suggestives quand elles créent l’illusion du réel avec des moyens d’exactitude extérieure (lieux de tournage, costumes), ce qui devient de surcroît un argument publicitaire massif). Et normalement, elles ne rendent pas assez visible le fait que, pour des raisons propres ne serait-ce qu’à la dramaturgie, elles ne présentent au spectateur qu’une « réalité » tronquée et/ou enrichie d’éléments inventés, qui peut facilement se confondre avec la réalité « réelle », d’autant plus que le gestus du récit fermé accentue encore cette force de suggestion.18

  • 19 La série documentaire historique en trois parties Des officiers contre Hitler (Offiziere gegen Hit (...)

25Ainsi, en référence aux deux productions que nous comparons, deux questions se posent : Le téléfilm Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler qui est de type purement fictionnel, ne favorise-t-il pas en tant que composition dramaturgique des tendances à personnaliser le 20 juillet de façon indéfendable et à le réduire à cette seule et unique figure – ce qui va aussi dans le sens de la mythification au regard des dissensions sur la résistance ? Dans ce cas, on peut se demander si la forme de la semi-fiction n’est pas plus « performante » pour présenter un ensemble d’événements aussi complexe que l’est ce 20 juillet 194419. Ceci tient compte du fait que le film de fiction est obligé de présenter le contexte dans des séquences aux intrigues fictionnelles et de le retracer de façon plausible en intercalant des passages délivrant des informations

Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler et L’Heure de gloire des officiers : une comparaison

  • 20 À l’occasion de cet anniversaire, d’autres documentaires historiques classiques furent réalisés et (...)

26Ces deux réalisations produites par la télévision à l’occasion du soixantième anniversaire de l’attentat contre Hitler ont en commun l’ambition de transmettre des connaissances sur les événements du 20 juillet 1944, à l’intention plus particulière des jeunes générations. Dans le cas du docudrame L’Heure de gloire des officiers, ce dessein va de soi étant donné les exigences liées à la définition du genre20. Comme, pour des raisons bien compréhensibles, il n’existe pratiquement pas de documentation en images sur l’attentat et le déroulement des événements dans la Wolfsschanze, ce docudrame a principalement recours à des reconstitutions scéniques. En outre, il apporte aussi des informations relatives au contexte – essentiellement le contexte très général – à travers des récits de témoins de l’époque.

27Jo Baier, le réalisateur du téléfilm Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler, voit lui aussi dans la transmission d’informations sur la résistance une raison d’être essentielle de son film. Il souligne les avantages d’une œuvre de fiction sur une étude documentaire, et donc même sur le docudrame, surtout pour un public jeune :

  • 21 Interview de Jo Baier, cité d’aprés Tilmann Gangloff „Aufstand des Gewissens“, Die Welt, 28/07/200 (...)

Un documentaire historique a en effet toujours quelque chose du cours d’histoire, il évoque automatiquement une distance. Avec un film de cinéma, on entre dans le personnage, on s’identifie à lui, on peut authentiquement être en sympathie avec lui. Et c’est bien ce qui m’importe dans le cas de Stauffenberg.21

  • 22 G. R. Ueberschär, op. cit.

28Chacune des deux productions dure 90 minutes. L’Heure de gloire des officiers utilise un peu plus de la moitié du temps disponible pour retracer le déroulement du « 20 juillet 1944 », Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler bien les deux tiers de ce temps. Les deux productions se ressemblent par la description des événements du 20 juillet, elles suivent le cours de la journée dans sa chronologie, conformément aux reconstitutions précises qui en ont été mises au point dès les années 1950 et 1960.22

29Ces productions se distinguent l’une de l’autre en cela que le téléfilm de Jo Baier, intitulé d’après l’auteur de l’attentat, ne comporte pas une seule scène dans laquelle la personne de Stauffenberg ne soit présente : le scénario se focalise donc totalement sur le protagoniste. Dans L’Heure de gloire des officiers le titre renvoie au « collectif » des conjurés, c’est à dire aux officiers, Stauffenberg parlant lui-même de leur « heure de gloire ». Il y a bon nombre de scènes dans lesquelles Stauffenberg n’intervient pas, par exemple celles qui montrent les conspirateurs dans l’enceinte de l’Office général de l’armée de terre.

30Le téléfilm Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler « consomme » dans sa première moitié un temps considérable pour ce qui relève du domaine privé, ce qui – surtout dans cette proportion – n’a pas tellement d’utilité pour éclairer et interpréter le cours des choses. Ceci concerne la « scène des fiançailles » de Claus von Stauffenberg et Nina von Lerchenfeld en 1933, à l’Opéra, pendant une représentation de Wagner – à laquelle le hasard fait qu’Hitler assiste également –, scène probablement censée indiquer que le couple à cette époque n’a pas encore trouvé de distance par rapport à la prise du pouvoir et au nouvel ordre en Allemagne. Deux scènes relativement longues qui donnent à voir Stauffenberg pendant la campagne d’Afrique du Nord ne font, elles aussi, que modérément avancer les choses. La première consiste en un long plan montrant un entretien entre Stauffenberg et le commandant de l’Afrikakorps Erwin Rommel. Dans la seconde scène – fortement orientée vers l’action – des avions britanniques passent soudain à l’attaque. Ceci sert « seulement » à justifier la blessure de guerre de Stauffenberg, qui perd, dans ces circonstances, un œil, la main droite et deux doigts de la main gauche. Il n’y aurait pas eu besoin de cela pour expliquer sa mutilation.

31Viennent ensuite deux autres plans qui jettent un éclairage plus précis sur la relation de Stauffenberg à sa femme : la visite de Nina à l’hôpital où Stauffenberg est soigné pour ses blessures ainsi qu’une conversation lors d’un dîner dans leur appartement privé, au cours duquel ses enfants disent au revoir pour aller se coucher. La conversation révèle que Nina von Stauffenberg n’est pas dans le secret des plans et projets exacts de son mari. Naturellement elle pressent de quoi il retourne et fait des reproches à son mari à cause de son engagement qui met sa vie en péril.

  • 23 Stephan Speicher, „Umarmung unter Männern“, Berliner Zeitung, 26/02/2004.

32Ces scènes, et d’autres dont le fondement historique n’est pas attesté, ne constituent pas véritablement un problème aux yeux de la plupart des critiques spécialisés dans les médias qui écrivent dans les pages culturelles des journaux. Mais ils jugent de manière pour le moins ambivalente le fait que ce film intègre relativement en détail le domaine privé. Ils parlent là de « matériau sentimentalisant »23 qui, au lieu de proposer une interprétation politico-historique, relègue toute la problématique du 20 juillet dans la sphère privée :

Ainsi se trouvent occultées des décennies de réflexion critique et de discussion au sujet de la résistance allemande. Celles-ci se sont apaisées et ne constituent manifestement plus une entrave à une iconisation et historicisation stérilisantes,

  • 24 Eckhard Fuhr, „Der mit der Augenklappe“, Die Welt, 26/02/2004.

33écrit le critique du quotidien Die Welt.24 Par ailleurs, il aurait fallu que le film évoque beaucoup plus précisément pour le spectateur d’aujourd’hui, à qui il est étranger, le monde des conjurés, leurs origines et leurs objectifs.

  • 25 Voir peko, „Kammerspielartig“, Badische Neueste Nachrichten, 26/02/2004 ; Christoph Horwedel, „Ohn (...)

34Cela étant, d’autres critiques du film font valoir que ces mêmes scènes iraient à l’encontre d’une héroïsation de Stauffenberg : il deviendrait plus proche humainement de chacun, ainsi représenté « sans pathos ni culte du héros » ; le « héros » s’en trouverait pratiquement ramené à une dimension humaine normale.25

  • 26 Dans une interview du journal Stuttgarter Zeitung du 25 février 2004, Joachim Fest pense qu’on aur (...)

35En conclusion voici ce que nous retiendrons : peindre le personnage de Stauffenberg en conjuguant le privé et le politique aurait en tout cas nécessité une production plus longue. Car de toute façon, le temps manque pour rendre compte comme il convient de la complexité des événements, des antécédents et de la journée où s’est déroulé l’attentat. Presque toutes les voix critiques insistent sur le fait que cette œuvre, entièrement conçue comme une fiction devant transmettre un savoir sur l’attentat contre Hitler et les multiples aspects de son contexte, aurait exigé deux parties afin d’en rendre les tenants et aboutissants plus compréhensibles.26

36Le téléfilm Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler n’exploite malheureusement pas tout le potentiel qu’offrent les intrigues fictionnelles, c’est-à-dire le « déroulement » descriptif et interprétatif du continuum de l’action qui n’est bien sûr que rarement établi totalement dans les sources ; il n’exploite pas non plus ce que peut avoir de productif « l’invention » de ce qui devra combler des blancs laissés par les témoignages, pour parvenir à une interprétation intéressante du contexte politico-historique dépassant le registre de l’émotion.

  • 27 Harald Biskup, „Eine vertane Chance“, op. cit. : « Le réseau n’apparaît pas, ou quand il apparaît, (...)

37L’Heure de gloire des officiers, dans une première partie consistant en un montage généralement élégant de scènes de fiction, de récits de témoins, de quelques rares prises de vue de films d’époque et d’un commentaire en voix off, informe à la manière du docudrame sur des tentatives d’attentats avortées, sur le rapprochement déjà évoqué de la résistance militaire et de la résistance civile en 1943-1944 ainsi que sur les efforts déployés pour rallier des complices dans le Haut commandement de l’armée. Le docudrame explique clairement l’Opération Walkyrie ainsi que son importance pour le projet de renversement politique. Alors que l’Opération n’est expliquée – bien trop brièvement – que dans la seconde moitié du téléfilm Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler, à savoir pendant le vol de retour entre la Wolfsschanze et Berlin le 20 juillet, lors d’un flash-back au cours duquel Stauffenberg se remémore une conversation ayant eu lieu à l’Office général de l’armée de terre. À ce moment du film, il est trop tard pour que le spectateur comprenne toute la portée du plan de l’Opération dans la « dramaturgie » de la journée.27

38Dans L’Heure de gloire des officiers, des témoignages riches en informations n’ont pas seulement une valeur d’authenticité et une fonction narrative mais aussi, naturellement, une fonction émotionnelle. Toutefois, ils nous sont proposés, dans l’ensemble, avec une certaine sobriété. Joints au commentaire accompagnant les scènes fictionnalisées et les images de films contemporains des faits, ils sont en mesure de véhiculer considérablement plus d’information que l’intrigue fictionnelle du long-métrage.

39L’analyse de détails qui suit se focalise sur deux scènes particulièrement marquantes pour mettre en relief et illustrer la manière dont les événements et les personnages impliqués sont peints et interprétés.

40Il est question à un moment donné du retournement d’opinion du protagoniste, c’est-à-dire de savoir quelles sont les motivations qui ont amené Stauffenberg à revoir sa position d’abord plutôt favorable au régime nazi, à se rapprocher des cercles de la résistance, puis à passer à l’action et à devenir l’auteur de l’attentat. Il est alors significatif que dans les deux réalisations télévisuelles, le mobile de la défaite militaire de l’Allemagne qui s’annonce passe à l’arrière-plan, et que ce soit davantage ce que l’on rapporte sur l’extermination des Juifs à l’arrière du front qui joue un rôle plus important pour Stauffenberg et d’autres.

  • 28 Voir Antonius John, Philipp von Boeselager. Widerstand und Gemeinwohl, Bonn, Bouvier, 2008.

41La relative adhésion de Stauffenberg aux idées du national-socialisme avant le revirement intervenu pendant la guerre est attestée dans le docudrame par un témoin de l’époque particulièrement digne de foi28, et dans le téléfilm par un monologue intérieur au moment où, au cours de la campagne de Pologne en septembre 1939, Stauffenberg rédige une lettre à sa femme dont l’original a été conservé. Cette lettre ne donne pas lieu à plus ample interprétation, ni n’est complétée par d’autres témoignages qui en diraient davantage sur son ambivalence intérieure :

  • 29 On peut voir dans le fait que l’auteur de ce chapitre n’ait pas reconnu l’importance de cette scèn (...)

Chère Nina, Nous avons avancé si profondément sur la route que depuis deux jours nous nous trouvons, à droite comme à gauche, parmi des masses de Polonais. Le pays n’est que désolation, sable et poussière. La population est une incroyable populace, de très nombreux Juifs et beaucoup de gens de race impure. Un peuple qui ne se sent bien que sous le knout. Partout infinie misère et malpropreté.29

42Le retournement d’opinion de Stauffenberg est documenté dans chacun des cas par une scène dont la charge émotionnelle – différente – est caractéristique de la facture respective des deux productions. Dans Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler le futur auteur de l’attentat du 20 juillet 1944 est informé par Henning von Tresckow – qui a d’ailleurs lui aussi recruté d’autres membres de la conjuration et a été l’un des principaux organisateurs du projet de renversement – des atrocités que commettent les Einsatzgruppen (unités mobiles d’intervention) de la SS pendant la campagne de Russie. Celui-ci confronte Stauffenberg à une jeune femme qui est la seule de sa famille à avoir survécu à un massacre et qui raconte d’une voix hésitante, en langue russe (entrecoupée de quelques bribes d’allemand : „Du Saujud“, « Et toi, cochon de Juif »), comment tout un village juif a été effacé de la carte. Dans cette scène tournée avec une grande puissance émotionnelle, von Tresckow complète le récit de la jeune femme par de plus amples informations sur l’activité des Einsatzgruppen et place un Stauffenberg à l’air d’abord pensif puis hagard face à la conséquence qu’il tire de ce que désormais il sait : « Il n’y a qu’une solution : il faut que Hitler disparaisse. » Rien de plus dans Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler, rien non plus qui dise comment s’est opéré le changement intérieur de Stauffenberg. On s’étonne en particulier de l’absence d’autres conflits intimes qui l’auraient tourmenté sur la voie menant au coup d’État et à l’attentat.

43Dans L’heure de gloire des officiers, le facteur déclencheur est évoqué à travers des témoignages contemporains et se trouve exposé en profondeur dans une conversation – imaginaire – entre Stauffenberg et le jeune souslieutenant Axel v. d. Bussche sur les actions d’extermination. Hésitants, Stauffenberg et v. d. Bussche avancent précautionneusement vers ce que chacun sait de la situation. Un insert est alors brièvement introduit, une séquence très souvent utilisée à la télévision dans des documentaires historiques – manifestement filmée en cachette – où l’un des participants aux opérations arrache brutalement un petit enfant à sa mère. Interrogé par Stauffenberg, v. d. Bussche se déclare prêt à se tenir à disposition pour un attentat. Suivent des explications sur les circonstances concrètes qui firent que cet attentat n’eut pas lieu, s’appuyant sur ses déclarations lors d’une interview de témoins de l’époque dans les années 1960. Le docudrame tire donc parti à cet égard des possibilités qui sont les siennes de jouer moins sur l’émotion que sur une information plus circonstanciée et plus précise.

  • 30 5e version du scénario de Stauffenberg, Archives de la Südwestrundfunk, Baden-Baden (Historisches (...)
  • 31 Ces propos de Tresckow, rapportés par sa secrétaire après l’attentat, n’ont cependant pas été tenu (...)

44Au premier plan des motivations ayant incité les conjurés à renverser le régime, les deux productions télévisuelles placent le fait « d’avoir su » ce qu’il en était de l’extermination des Juifs, de ces crimes ressentis comme une atteinte à l’honneur de la nation. Dans les travaux scientifiques par contre, on prend acte que ce « savoir » relatif à l’Holocauste n’était pas la première des motivations. Et il est significatif que le téléfilm Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler le fasse passer au premier plan dans des scènes ultérieures. Ainsi, lors d’une rencontre des conjurés, la secrétaire Margarethe von Owen (qui travaillait pour Henning von Tresckow pendant que celui-ci exerçait provisoirement ses fonctions à l’Office général de l’armée de terre) rapporte les paroles de celui qui a été son supérieur, à présent de nouveau détaché sur le front de l’Est : « L’important n’est plus tant l’utilité pratique [de l’attentat] que de prouver au monde que nous l’avons tenté, au péril de notre vie... »30, dit-il en faisant référence à l’Holocauste. C’est là sans équivoque une motivation « plus noble », mais fictive31, que le souci largement répandu de la défaite militaire.

45Dans le docudrame L’heure de gloire des officiers, la situation catastrophique sur le front est elle aussi présentée comme motivant l’espoir qu’avec l’élimination d’Hitler et de son régime, il sera possible de mettre plus vite fin à la guerre, maintenant considérée comme perdue, et de sauver ce qui peut encore être sauvé. Rétrospectivement, ces derniers mobiles tendent à présenter le « 20 juillet 1944 » comme un regroupement de personnes seulement soucieuses des intérêts de l’État allemand et de ses élites, par-delà d’autres objectifs humanitaires plus honorables. Un engagement dirigé contre l’Holocauste, ou du moins destiné à en réduire autant que possible la durée, permet d’établir une liaison moins problématique avec le rapport que l’on entretient au national-socialisme en République fédérale, entretemps devenu central dans la culture de la mémoire et l’histoire politique.

46Dans les deux productions, les heures dramatiques qui s’écoulent à l’Office général de l’armée de terre après l’arrivée de Stauffenberg dans la Bendlerstraße et les premières informations sur l’échec de l’attentat occupent un espace-temps relativement large. De sensibles différences sont à noter dans la présentation qui est faite de « l’atmosphère » parmi les conjurés au fur et à mesure qu’un échec s’annonce, en fin d’après-midi et dans la soirée du 20 juillet. Dans Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler l’auteur de l’attentat reste le chef de file du coup d’État qui a été lancé malgré des circonstances les plus défavorables, et il garde l’esprit parfaitement clair même en ces heures où tout est déjà sur le point de basculer et où l’échec se dessine, ne laisse transparaître que peu de nervosité ou à peine parfois une trace de désespoir. Le choix de l’acteur de haute stature qu’est Sebastian Koch dans le rôle principal du « héros » – dans l’acception du terme que nous avons précisée plus haut – prend ici une fois encore tout son sens. Et ce rôle cliché dure jusqu’au coup de feu mortel dans la cour du Bendlerblock.

47Il en va autrement dans le docudrame qui nous montre, dans une scène fictionnelle, un Stauffenberg dans un état de tension nerveuse toujours plus grande, à la limite de ce qu’il est capable d’endurer devant les nouvelles bouleversantes qui lui parviennent et la rapidité avec laquelle le soutien et la participation de ses compagnons s’effritent.

Remarques conclusives

48Il est possible de certifier que le docudrame L’Heure de gloire des officiers atteint mieux l’objectif visé d’informer sur l’attentat et les diverses facettes de son contexte, sans toutefois négliger la clarté et la veine de l’émotion grâce à l’insertion de scènes de fiction. Il réussit bien à retracer la « dramaturgie » complexe de la journée du 20 juillet et la jonction avec la résistance militaire dans laquelle s’inscrit l’attentat. C’est que le docudrame n’est justement pas contraint de développer les informations nécessaires par l’intermédiaire de scènes de fiction, en devant, de plus, les relier dans la dramaturgie d’ensemble pour obtenir une narration aussi cohérente que possible. Il peut recourir plutôt, selon les besoins, aux récits de témoins propices à la rigueur et à la concision, ou au commentaire de spécialistes, et proposer néanmoins dans des scènes de fiction des moments chargés d’émotion, pour lesquels il n’existe probablement pas de documentation en images. L’Heure de gloire des officiers en offre quelques exemples poignants, notamment la scène où se révèle toute l’indécision du Generalfeldmarschall von Kluge, après l’attentat avorté, dans une conversation avec le général von Stülpnagel.

  • 32 Différence due pour une part non négligeable à l’attrait nettement moindre de la télévision pendan (...)

49Mais tout ceci ne signifie pas nécessairement que les spectateurs soient alors mieux informés sur le « 20 juillet 1944 » ou même qu’ils aient préféré le docudrame : L’heure de gloire des officiers, diffusé pendant l’été, n’a eu qu’une mauvaise audience avec un peu plus de 2 millions de téléspectateurs contre 7 millions pour le téléfilm en février.32

  • 33 Matthias Lohre, „Das Attentat als moralische Dimension gegen die Machthaber. Kontroverse um Ziele (...)

50Le scénario de Opération Walkyrie. Le complot pour tuer Hitler n’aurait pas dû gaspiller du temps en « plaquant » une quantité excessive de lieux communs mélodramatiques qui n’éclairent pas grand-chose, ni n’élucident l’action par des informations plausibles. Il aurait plutôt dû tirer parti de l’avantage de l’élément fiction, en abrégeant, condensant, en intégrant mieux les séquences mélodramatiques dans le contexte dramaturgique général, pour exploiter des thèses intéressantes sur l’attentat ou sur la personne de son auteur. Il manque une conception d’ensemble et tout le flottement dans le scénario et la réalisation se reconnaît à ce que le réalisateur, Jo Baier, selon un critique du téléfilm, n’a pas réussi à se décider « pour savoir s’il veut ériger Stauffenberg en saint ou en faire pour le spectateur d’aujourd’hui le type du “gentil garçon” ».33 Ni l’un ni l’autre n’abordent d’ailleurs le sujet de manière adéquate quand on prend sérieusement en compte la distance importante qui sépare nos contemporains d’événements remontant maintenant à plus de soixante ans.

51Et même dans le cas du docudrame L’Heure de gloire des officiers, il faut se demander, pour des raisons qui relèvent presque d’une « didactique du contenu », si le déroulement du « 20 juillet 1944 » mérite à lui seul tant d’attention et une minutieuse reconstitution. D’un autre côté, celle-ci explique l’échec du projet, elle permet en outre de restituer l’enchaînement entre les événements de la journée et leurs contextes respectifs. Quant au film sur Stauffenberg, on peut dire par contre que le moteur dramatique de cette journée y « tourne », en quelque sorte, un peu « à vide » du fait de l’attrait exercé par la performance de l’acteur. Ce film, pourtant consacré à un personnage incontournable de l’époque et de ses événements, ne traite pas suffisamment de la dictature nationale-socialiste. Il est tout simplement raté.

Notes

1 Voir Ernst Osterkamp, Poesie der leeren Mitte. Stefan Georges Neues Reich. München, Carl Hanser Verlag, 2010. Voir aussi le livre de Ulrich Raulff, Kreis ohne Meister. Stefan Georges Nachleben, München, C.H. Beck Verlag, 2010, qui propose une analyse des réseaux conservateurs élitistes issus de la pensée de George sous le Troisième Reich et en République fédérale d’Allemagne.

2 Ekkehard Klausa, „Konservative im Widerstand“, in : Peter Steinbach/ Johannes Tuchel (Hrsg.), Widerstand gegen die nationalsozialistische Diktatur 1933-1945, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, Schriften Bd. 438, 2004, p. 186 et suivantes ; Wolfgang Vitzthum, „Aus Gedanken die Tat“, in : Stefan George und die Brüder Stauffenberg. Recht und Literatur : interdisziplinäre Bezüge (Beiträge zur neueren Literaturgeschichte ; Folge 3. 270). Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2010, p. 99-122.

3 Sujet dramatique dont “Hollywood” a su encore tirer parti sans que le calendrier ne le justifie : Valkyrie (Bryan Singer, 2008) est sorti sur les écrans en Allemagne début 2009 sous le titre Operation Walküre-Das Stauffenberg Attentat. Tom Cruise, qui incarne le héros, fait partie de l’Eglise de Scientologie, ce qui fut l’un des motifs, mais non le seul, de grandes controverses en Allemagne sur une éventuelle autorisation de tourner sur le lieu historique du Bendlerblock. D’abord refusée, elle finit par être donnée. Il n’est pas possible de parler ici des autres productions pour le cinéma et la télévision qui ont exploité le sujet – à commencer par le film C’est arrivé le 20 juillet (Es geschah am 20. Juli) de Georg Wilhelm Pabst, 1955. On trouvera une rapide vue d’ensemble du travail de réflexion mené dans les médias sur la résistance allemande et les événements entourant l’attentat depuis les années 1950 dans : Peter Reichel, Erfundene Erinnerung. Weltkrieg und Judenmord in Film und Theater. München, Carl Hanser Verlag, 2004, pp. 61-82. Voir aussi l’analyse parfois très particulière des films traitant ce sujet dans : Drehli Robnik, Geschichtsästhetik und Affektpolitik. Stauffenberg und der 20. Juli im Film 1948-2008, Wien, Verlag Turia +Kant, 2008.

4 Sur Georg Elser, voir la toute récente publication de Peter Steinbach/Johannes Tuchel, Georg Elser. (Helden ohne Degen), Bebra, Bebra Wissenschaft, 2010.

5 Rainer A. Blasius, „Appeasement und Widerstand 1938“, in : Steinbach/Tuchel (Hrsg.), Widerstand gegen die nationalsozialistische Diktatur 1933-1945, op. cit., p. 452-468 ; Hermann Wentker, „Umsturzversuche 1938-1943“, in : Ibid. p. 469-488.

6 Pour plus de précisions voir Klaus-Jürgen Müller, Generaloberst Beck. Eine Biografie. Paderborn, Schöningh Verlag, 2008, p. 451 et suivantes.

7 Sur Stauffenberg et sa famille : Peter Hoffmann, Graf von Stauffenberg und seine Brüder, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1992 ; du même, Claus Schenk Graf von Stauffenberg. Die Biografie. München, Pantheon, 2007.

8 Gerd R. Ueberschär, Der militärische Umsturzplan “Walküre”, in : Steinbach/Tuchel (Hrsg.), Widerstand gegen die nationalsozialistische Diktatur 1933-1945, op. cit., p. 489-504.

9 Sur le déroulement du 20 juillet 1944 voir : Heinrich Walle, „ Der 20. Juli 1944. Eine Chronik der Ereignisse von Attentat und Umsturzversuch“, in : Steinbach/Tuchel (Hrsg.), Widerstand gegen die nationalsozialistische Diktatur 1933-1945, op. cit., p. 505-521.

10 Gerd R. Ueberschär, „Zwischen feierlicher Verehrung und kritischer Distanz“, in : Das Parlament, 54. Jg., Nr. 27, 28.06.2005.

11 E. Klausa, op. cit., p. 187 et suivantes.

12 Sur le détail de ces controverses : Peter Steinbach, Widerstand im Widerstreit. Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus in der Erinnerung der Deutschen (2e éd. augmentée), Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2001.

13 Peter Steinbach, „Der 20. Juli 1944 – mehr als ein Tag der Besinnung und Verpflichtung“, in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 27/2004, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, p. 8.

14 Le « 20 juillet 1944 » est ressenti de façon très variable, en 2004, dans l’opinion publique en République fédérale. Un commentaire du journal Neue Zürcher Zeitung du 19/07/2004 parle du « battage entourant l’anniversaire », et dans le même numéro, Christoph Jahr affirme, en titrant : Résistance et routine de la commémoration, que « le 20 juillet, pour son 60e anniversaire, n’est plus un sujet qui polarise l’attention du public ou même des historiens », et finit néanmoins par rendre compte des points de vue divergents brièvement évoqués plus haut.

15 Heidi Hein-Kircher, „Politischer Mythos“, in : Aus Politik und Zeitgeschichte 11/2007, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, p. 26-31. Sur les mythes politico-historiques des Allemands et sur ce concept dans son ensemble, voir aussi : Herfried Münkler, Die Deutschen und ihre Mythen, Berlin, Rowohlt Verlag, 2009.

16 Cf. Christian Hißnauer, „Geschichtsspiele im Fernsehen. Das Dokumentarspiel als Form des hybriden Histotainments der 1960er und 1970er Jahre“, in : Klaus Arnold/Walter Hömberg/Susanne Kinnebrock (Hrsg.), Geschichtsjournalismus. Zwischen Information und Inszenierung (Kommunikationsgeschichte, hrsg. von Walter Hömberg und Arnulf Kutsch, Bd. 21). Münster, Lit-Verlag, 2010, p. 293-316. Voir la contribution de Matthias Steinle dans ce volume.

17 Voir Edgar Lersch/Reinhold Viehoff, Geschichte im Fernsehen. Eine Untersuchung zur Entwicklung des Genres und der Gattungsästhetik geschichtlicher Darstellungen im Fernsehen 1995 bis 2003, Berlin, Vistas, 2007, p. 59 et suivantes ; Günther Klein, „Alles ist erlaubt ! Zehn Thesen zur Doku-Fiktion am Beispiel : Giganten Goethe“, in : Haus des Dokumentarfilms (Hrsg.), Ohne Spiel kein Deal. Dokufiktionale Formate, Zukunft für die Filmemacher ?, Stuttgart, o.V [ = ohne Verlag], 2007, p. 6-15.

18 Rainer Wirtz, „Alles authentisch : so war’s. Geschichte im Fernsehen oder TV-History“, in : Thomas Fischer/Rainer Wirtz (Hrsg.), Alles authentisch. Popularisierung der Geschichte im Fernsehen, Konstanz, uvk, 2008, p. 9-32 ; voir aussi Michael Wildt, „‚Der Untergang’ : Ein Film inszeniert sich als Quelle“, in : Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, Online-Ausgabe, 2/01/2005, http://www.zeithistorische-forschungen.de/16126041-Wildt-2005, (consulté le 20/03/2010).

19 La série documentaire historique en trois parties Des officiers contre Hitler (Offiziere gegen Hitler, Maurice Philip Rémy), diffusée les 14, 16 et 19/07/2004, n’a pas pu être prise en compte dans cette étude pour les raisons plusieurs fois mentionnées.

20 À l’occasion de cet anniversaire, d’autres documentaires historiques classiques furent réalisés et diffusés ; la chaîne ZDF diffusa début 2009 une autre série documentaire sur Stauffenberg conçue comme réplique au film Walkyrie de Hollywood. L’attentat de Stauffenberg a également été traité dans un documentaire historique La dernière chance (Die letzte Chance, sous la direction de Guido Knopp), diffusé le 30/03/2004 dans le cadre de la série en quatre parties de la rédaction de la ZDF : Histoire contemporaine, Ils voulaient tuer Hitler (Sie wolltenHitler töten, sous la direction de Guido Knopp). Il serait intéressant de comparer les films sur ce thème, anciens ou récents, à l’aide des instruments critiques élaborés ici.

21 Interview de Jo Baier, cité d’aprés Tilmann Gangloff „Aufstand des Gewissens“, Die Welt, 28/07/2003.

22 G. R. Ueberschär, op. cit.

23 Stephan Speicher, „Umarmung unter Männern“, Berliner Zeitung, 26/02/2004.

24 Eckhard Fuhr, „Der mit der Augenklappe“, Die Welt, 26/02/2004.

25 Voir peko, „Kammerspielartig“, Badische Neueste Nachrichten, 26/02/2004 ; Christoph Horwedel, „Ohne Pathos“, Südkurier, 25/02/2004. D. Robnick, trouve lui aussi à ces scènes des aspects positifs par rapport à d’autres films sur Stauffenberg. Voir D. Robnik, op. cit., p. 108.

26 Dans une interview du journal Stuttgarter Zeitung du 25 février 2004, Joachim Fest pense qu’on aurait pu en dire plus ne serait-ce qu’en 15 minutes. Harald Biskup, dans „Eine vertane Chance“, Der Tagesspiegel, 26/02/2004, demande pourquoi « ce sujet qui se prête remarquablement à une dramaturgie » n’a pas été « utilisé dans une série » ; de même Thomas Reinhard dans le journal Saarbrücker Zeitung du 25/02/2004 et Focus du 1er mars 2004, et Andreas Geldner dans le Stuttgarter Zeitung du 28/02/2004. Tandis que Sven Felix Kellerhof, dans le Berliner Morgenpost du 25/02/2004, se dit favorable à une plus forte concentration de l’intérêt sur les « événements » du 20 juillet. La décision de produire un film diffusable en 90 minutes, et donc en une seule partie, est due entre autres aux procédures compliquées de la programmation sur la « Première chaîne » et à la concurrence que se font les deux grands organismes du service public. Tous deux participent avec leurs productions respectives aux programmes de télévision des stations régionales regroupées dans l’ARD. Ceci va de pair avec d’incessantes rivalités pour décrocher de bonnes plages horaires. À propos de la date de diffusion dès le mois de février 2004, voir Christopher Klein, „Die Marke Hitler“, Süddeutsche Zeitung, 24/02/2004.

27 Harald Biskup, „Eine vertane Chance“, op. cit. : « Le réseau n’apparaît pas, ou quand il apparaît, il n’est pas expliqué – même chose pour l’Opération Walkyrie en tant que plan d’opérations pour reprendre le pouvoir. »

28 Voir Antonius John, Philipp von Boeselager. Widerstand und Gemeinwohl, Bonn, Bouvier, 2008.

29 On peut voir dans le fait que l’auteur de ce chapitre n’ait pas reconnu l’importance de cette scène la première fois où il a visionné le film un indice de ce qu’elle ne dénote pas clairement et de manière révélatrice les positions du protagoniste. L’auteur n’en a perçu la portée que lorsque son attention fut attirée par les critiques dans la presse.

30 5e version du scénario de Stauffenberg, Archives de la Südwestrundfunk, Baden-Baden (Historisches Archiv/Standort Baden-Baden des Südwestrundfunks), p. 20-21.

31 Ces propos de Tresckow, rapportés par sa secrétaire après l’attentat, n’ont cependant pas été tenus en référence à la Shoah. NdÉ.

32 Différence due pour une part non négligeable à l’attrait nettement moindre de la télévision pendant les mois d’été.

33 Matthias Lohre, „Das Attentat als moralische Dimension gegen die Machthaber. Kontroverse um Ziele und Charaktere der Verschwörer des 20. Juli“, in : Das Parlament, Nr.26, 21/06/2004.

Auteur

Frédérique Laugier (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site