Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Troisième Partie. Résistances allemandes

La résistance institutionnalisée

« L’heure de gloire des officiers » du 20 juillet 1944, dans le contexte du soixantième anniversaire de l’attentat. Plus qu’une intrigue à suspense ?

Edgar Lersch
Traduction de Frédérique Laugier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’historien et journaliste Ulrich Raulff, aujourd’hui directeur des Archives littéraires allemandes de Marbach, écrivait dans le quotidien Süddeutsche Zeitung pour le 60e anniversaire de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler :

Le 20 juillet est le plus grand sujet de drame historique que le siècle dernier ait produit en Allemagne, et plus que tout autre, il pourrait avoir touché le cœur et l’esprit des générations qui suivirent – s’il n’y avait pas… l’autre, le seul. La résistance allemande n’a jamais échappé à l’ombre portée par le dictateur…

Et comment le pourrait-elle, va-t-on nécessairement rétorquer. L’« action » du 20 juillet 1944 n’est tout simplement pas pensable sans l’élément déclencheur que constituent le système criminel et son plus haut représentant. Cette citation suggère également à quelles récupérations et interprétations parfois curieuses l’attentat contre Hitler se trouve exposé, jusque dans un passé très récent. Cela peut aller jusqu’à considérer les fai...

Auteur

Frédérique Laugier (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540