Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Troisième Partie. Résistances allemandes

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Traduction : « Entre Hier et aujourd’hui ».
  • 2 Voir également le documentaire de Raymond Ley Nanking 1937 – Tagebuch eines Massakers, Die Geschich (...)

1Le thème de la résistance au national-socialisme est sans doute le plus ancien dans l’histoire de la représentation du Troisième Reich au cinéma en République fédérale, car il est lié à la question de la culpabilité, qui, depuis 1945, pèse sur l’Allemagne dans son rapport au présent et au passé de la nation. Quelques films de la fin des années 1940 et des années 1950 et 1960 laissent ainsi entendre que des Allemands ont parfois su se rebeller à titre individuel face à l’hitlérisme. Zwischen Gestern und Morgen1 (Harald Braun, 1947), Le Général du diable (Des Teufels General, Helmut Käutner, 1955), Fabrique d’officiers SS (Fabrik der Offiziere, Frank Wisbar, 1960) mettent en scène de tels personnages, imaginaires ou partiellement inspirés de la réalité. En 1955 en particulier, date à laquelle les deux États allemands et l’Autriche recouvraient tout ou partie de leur souveraineté, deux films (de Falk Harnack et de Georg Wilhelm Pabst) ont pour thème l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Il faut néanmoins attendre les années 1980 avant que le cinéma allemand qui traite de la résistance organisée contre le régime national-socialiste ne s’empare définitivement des destins de militaires ou de civils pour proposer des figures mythiques à l’usage du grand public. Depuis, à côté d’œuvres qui retracent des trajets individuels entre simple rébellion et protestation comme, par exemple, Comedian Harmonists (Joseph Vilsmaier, 1998) ou Aimée et Jaguar (Aimée und Jaguar, Max Färberböck, 1999), la production audiovisuelle s’attache encore et toujours aux mêmes personnages, qui deviennent ainsi de véritables icônes de la résistance allemande. D’autres figures sont certes (re)découvertes – le « Schindler de la Chine » a ainsi eu droit à son heure de gloire au cinéma avec John Rabe, le juste de Nankin (John Rabe – Der gute Deutsche von Nanking, Florian Gallenberger, 2009)2, mais, pour des raisons d’ordre idéologique, certaines, dont Cato Bontjes van Beek, exécutée à l’âge de vingt-deux ans (Cato, documentaire de Dagmar Brendecke, 2010), peinent toujours à sortir de l’ombre. Un bon nombre de ces films s’appuient sur les travaux de l’historiographie parfois la plus récente. Il est donc particulièrement intéressant d’analyser le rapport qu’établit le media, en fonction de ses objectifs spécifiques, avec la réalité de l’histoire officielle et les premiers films de langue allemande sur ce thème. Les études suivantes sont ainsi centrées sur des œuvres réalisées au début du XXIe siècle.

2Le premier chapitre est consacré à des docudrames télévisuels récents sur l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après avoir rappelé l’absence de consensus dans les interprétations que les historiens livrent de l’événement et défini sa place dans l’histoire officielle, l’auteur de ce chapitre se penche sur la question du genre privilégié par les cinéastes pour en rendre compte. Il fait ensuite porter son analyse sur le rapport entre vie publique et vie privée dans deux œuvres contemporaines qui mettent en scène la figure de Stauffenberg.

3Le deuxième chapitre revient sur la question de la sélection des personnages et des courants de la résistance au national-socialisme par les historiens d’abord, par les cinéastes ensuite. La construction des personnages est étudiée, en particulier le rapport entre leur engagement final dans la résistance et leur engouement initial pour le national-socialisme. La question de la dépolitisation de l’histoire dans l’œuvre est également posée à partir de l’étude d’un film qui relate le destin de jeunes anarchistes.

4Dans le troisième chapitre, ce n’est point tant l’archive historiographique que cinématographique qui est examiné. La question du traitement de la figure de Sophie Scholl, des premiers films des années 1980 au film de 2005 est ainsi posée. Peut-on parler là d’une figure revisitée ? Après des considérations méthodologiques sur la notion de film patrimonial, quelques séquences emblématiques retraçant les épisodes-clefs du destin de la jeune étudiante résistante sont ainsi mises en regard.

5Le dernier chapitre traite du cas des couples dits « mixtes » dans l’idéologie national-socialiste à travers l’étude d’un film qui met en scène l’action de protestation de femmes allemandes pour sauver leurs maris juifs de la déportation. Le déroulement de l’action est rapporté dans un premier temps à la réalité des faits historiques. Dans un second temps, les conditions de l’émergence d’un discours mythique au féminin, avec le passage de l’histoire individuelle des personnages de femmes à l’universel féminin, sont analysées.

Notes

1 Traduction : « Entre Hier et aujourd’hui ».

2 Voir également le documentaire de Raymond Ley Nanking 1937 – Tagebuch eines Massakers, Die Geschichte des Hamburgers John Rabe (2007). Traduction : « Nankin 1937 – Journal d’un massacre ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site