Version classiqueVersion mobile

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Troisième Partie. Résistances allemandes

Introduction de la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le thème de la résistance au national-socialisme est sans doute le plus ancien dans l’histoire de la représentation du Troisième Reich au cinéma en République fédérale, car il est lié à la question de la culpabilité, qui, depuis 1945, pèse sur l’Allemagne dans son rapport au présent et au passé de la nation. Quelques films de la fin des années 1940 et des années 1950 et 1960 laissent ainsi entendre que des Allemands ont parfois su se rebeller à titre individuel face à l’hitlérisme. Zwischen Gestern und Morgen1 (Harald Braun, 1947), Le Général du diable (Des Teufels General, Helmut Käutner, 1955), Fabrique d’officiers SS (Fabrik der Offiziere, Frank Wisbar, 1960) mettent en scène de tels personnages, imaginaires ou partiellement inspirés de la réalité. En 1955 en particulier, date à laquelle les deux États allemands et l’Autriche recouvraient tout ou partie de leur souveraineté, deux films (de Falk Harnack et de Georg Wilhelm Pabst) ont pour thème l’attentat du 20 juillet 1944 contre...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search