Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Deuxième Partie. Images d'Auschwitz, du musée au cinéma

Formes commémoratives

La Shoah : représenter, transmettre. Entretien croisé1

Claire Kaiser, Sylvie Lindeperg et Annette Wieviorka

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Claire Kaiser : Le film de Robert Thalheim, qui met en scène Auschwitz aujourd’hui, est différent de nombreux films contemporains sur le national-socialisme, entre autres par son esthétique, et, même s’il est didactique, il ne prend pas le spectateur en otage d’émotions imposées et de jugements tout faits. J’ai quand même ressenti une volonté du réalisateur de rendre aussi le spectateur autonome.

Sylvie Lindeperg : Le film de Thalheim est en effet exempt de tout pathos, il évite les jugements en surplomb et les leçons de morale rétrospective. Il est peut-être un peu didactique et ses dialogues sont parfois inutilement explicatifs. En un sens, le réalisateur ne fait pas assez confiance à l’image dans sa puissance d’évocation intrinsèque. Même lorsqu’il prend la mesure du lieu en termes cinématographiques – je pense à cette belle scène où l’on voit le couple à bicyclette traverser Monowitz – le dialogue revient pour compléter et redoubler les enseignements de l’image.

Annette Wieviorka ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540