Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Deuxième Partie. Images d'Auschwitz, du musée au cinéma

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Traduction : « Le soldat inconnu ».
  • 2 Traduction : « Défaillance humaine ».
  • 3 Traductions : « Léo et Claire » ; « Le dernier train ».
  • 4 Traductions : « Izbica – plaque tournante de la mort » ; « Les deux vies d’Anja Lundholm ».

1La persécution des juifs sous le national-socialisme fait partie des sujets les plus fréquemment abordés par le cinéma et la télévision en Allemagne. Le thème a certes mis longtemps à émerger en tant que tel, depuis la diffusion largement commentée de la série américaine Holocauste (Holocaust, Marvin J. Chomsky, 1978) dans la République fédérale d’Allemagne en 1979, mais la production consacrée au sujet est désormais très importante. Documentaires et docudrames sont les formats privilégiés pour aborder la question. En témoignent, par exemple, les documentaires de Michael Verhoeven, sur l’exposition de 1995 sur les crimes de la Wehrmacht (Der unbekannte Soldat1, 2006) ou sur la façon dont la population allemande dans son ensemble a profité de la confiscation des biens des juifs (Menschliches Versagen2, 2007), mais aussi les (docu)fictions de Joseph Vilsmaier (Leo und Claire, 2002 ; Der letzte Zug, 2006)3. Les documentaires traitent généralement le problème en partant d’un témoignage, d’une perspective en particulier : de victimes qui ont survécu (Izbica – Drehkreuz des Todes, Wolfgang Schoen et Frank Gutermuth, 2007 ; Die zwei Leben der Anja Lundholm, Christian Gropper, 2007)4, ou bien de descendants d’agents de la Shoah (Deux ou trois choses que je sais de lui Zwei oder drei Dinge, die ich von ihm weiß, Malte Ludin, 2005). Les docudrames retracent quant à eux le sort de familles juives, des premières menaces sur leur vie à leur déportation. Si l’intention affichée, louable, est de provoquer à la fois effroi et interrogations face à la Shoah dans les générations actuelles, les productions sur le sujet sont de qualité fort inégale. La question du rapport entre la forme et le fond sera donc abordée selon différents angles dans cette partie. Le corpus des œuvres considérées va du document à la fiction, en passant par le film-essai. La question de la trace de la Shoah dans notre présent cinématographique et de la transmission du savoir sur la Shoah par ce media est ici au centre des analyses.

2À l’origine du cinématographe se trouve la photographie fixe : la première contribution se penche sur les conditions de l’actualisation de l’image d’archive à travers deux essais documentaires d’avant-garde de Harun Farocki. Le rôle du montage comme nouvelle mise en relation d’images par ailleurs très connues est souligné. Deux photographies de victimes de l’holocauste, prises au moment de la déportation ou de l’arrivée à Auschwitz, et le commentaire qu’en livre Farocki dans ses films sont examinés et leur valeur de témoignage analysée.

3Dans le deuxième chapitre, un film de fiction, dont l’action se situe de nos jours et dont le cadre est le Mémorial d’Auschwitz, fait l’objet d’une comparaison avec les formats cinématographiques qui se situent aux deux extrémités du spectre sur le sujet : La Liste de Schindler (Schindler’s List, 1993) de Spielberg et Shoah (1985) de Lanzmann. La manière dont le cinéaste, Robert Thalheim, joue avec les représentations désormais conventionnelles de la Shoah et la mémoire du spectateur de ces conventions est ainsi mise en relief.

4Le troisième chapitre enfin se présente sous la forme d’un entretien croisé avec deux historiennes spécialistes de la Shoah. Les liens entre pathos et émotion, émotion et savoir, savoir et histoire sont évoqués. Deux formes de scénographie commémorative de la Shoah sont mises en regard : les productions audiovisuelles et les expositions muséographiques. La place assignée au spectateur dans ces dispositifs, qui font appel à la fois à son imaginaire et à sa capacité de mise à distance critique, est l’objet du débat.

Notes

1 Traduction : « Le soldat inconnu ».

2 Traduction : « Défaillance humaine ».

3 Traductions : « Léo et Claire » ; « Le dernier train ».

4 Traductions : « Izbica – plaque tournante de la mort » ; « Les deux vies d’Anja Lundholm ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site