Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Première Partie. Du Manifeste d'Oberhausen à l'« histotainment »

Retour sur le Nouveau cinéma allemand

Écrans du national-socialisme : sur quelques films d’Alexander Kluge dans le contexte des années 1960-1980

André Combes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après quelques brèves remarques liminaires sur la cinématographie du national-socialisme et de la Shoah qui commence timidement à investir la sphère publique ouest-allemande dans les années 1950-1960, j’examinerai ici quel type de représentation proposent du national-socialisme le premier documentaire de Kluge, réalisé avec Peter Schamoni, sur l’architecture nazie, Brutalität in Stein (1960), puis un film dit « de fiction » comme Anita G. (Abschied von gestern, 1966) et enfin un film qui allie les deux registres, La Patriote (Die Patriotin, 1979). Je ferai également une brève incursion dans L’Allemagne en automne (Deutschland im Herbst, 1978), film collectif dont Kluge fut le maître d’œuvre et dont il assura le montage général1. Le propos sera de faire apparaître quelques aspects de la spécificité de l’écran klugien du national-socialisme, des années 1960 aux années 1970, époque où le discours sur le national-socialisme et la cinématographie qui le met en scène subissent des transfo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540