Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

Première Partie. Du Manifeste d'Oberhausen à l'« histotainment »

Introduction de la première partie

Texto completo

1Depuis les années 1970, des genres nouveaux ayant pour sujet l’histoire et la société ont pris de plus en plus d’importance dans la production audiovisuelle. Le phénomène ne s’observe pas seulement en Allemagne ou en Europe mais dans tout le monde occidental. Différents mots-valises sont utilisés pour désigner ces genres. Il en va ainsi du docudrame et du « biopic », contraction de « biographical picture » (film biographique), genres qui brouillent les limites entre fiction et documentaire, narration et citation. Il n’est pas rare qu’ils participent largement du courant nommé « histotainment » – autre néologisme d’origine anglo-saxonne, composé à partir de « history » et « entertainment » (histoire et divertissement). Bon nombre de ces genres ont pour sujet le national-socialisme. L’étude menée dans cet ouvrage a pour objet l’examen des modes opératoires de différents réalisateurs dans le traitement d’un sujet prêtant par son caractère inouï à la controverse : l’histoire du Troisième Reich et ses conséquences sur le présent dans la République fédérale d’Allemagne. L’objectif n’est donc pas ici de se lancer dans une attaque en règle contre ces formats audiovisuels. L’enjeu de cette première partie est plutôt d’analyser le traitement du national-socialisme au cinéma et à la télévision allemande en diachronie, en prenant en compte l’émergence et le développement de ces genres particulièrement en vogue aujourd’hui. Le Manifeste d’Oberhausen (1962), qui marque la renaissance du cinéma allemand de l’après-guerre, forme le terminus a quo de l’étude pour ce qui est du film de fiction.

2Le premier chapitre revient ainsi sur la grande époque du « Nouveau cinéma allemand » des années 1960-70 à travers une mise en perspective de l’œuvre d’Alexander Kluge. Après un rapide retour sur la production ouest-allemande et les films documentaires étrangers du milieu des années 1950 et 1960, le rapport entre fiction et document chez Kluge dans les années 1960 à 1980 y est mis en lumière. L’accent porte sur la spécificité du montage image-son, l’importance de la citation et la configuration de l’espace dans les films du réalisateur.

3Le second chapitre livre au lecteur un relevé des principales caractéristiques de la docufiction, avant d’aborder plus particulièrement le cas du docudrame en Allemagne depuis la Réunification. Les procédés liés à l’identification et à l’illusion, qui passent par l’image et le son dans la présentation des événements relatés, sont analysés à travers l’étude de différentes productions télévisuelles sur la période nationale-socialiste, de Guido Knopp, Heinrich Breloer et TeamWorx, par exemple.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site