Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Claire Kaiser

La mémoire du national-socialisme en République fédérale d’Allemagne : essai de périodisation

Hélène Camarade

Texte intégral

  • 1 Bernd Faulenbach, « Les deux Allemagnes face à l’héritage national-socialiste », in : Jean-Paul Ca (...)
  • 2 Herfried Münkler, Die Deutschen und ihre Mythen, Berlin, Rowohlt, 2009.
  • 3 Selon le sociologue, l’Autriche a, pour sa part, « externalisé » ce passé. Cf. M. Rainer Lepsius, (...)

1La mémoire du national-socialisme occupe une place fondamentale dans le débat public en Allemagne depuis 1945. Bien que le traitement du passé ait été radicalement différent en République fédérale et en République démocratique allemande (RDA), les deux États allemands se sont constamment référés, au cours de leur histoire, à ce passé traumatique, souvent d’ailleurs sur un mode concurrentiel qui n’a pas été sans provoquer des interférences1. Dans sa version officielle, la mémoire du national-socialisme en RDA est relativement monolithique puisque, à quelques inflexions près, les constructeurs et dirigeants de l’État est-allemand se sont toujours présentés comme d’anciens résistants qui ont, au cours de ses premières années d’existence, purgé l’Allemagne de l’Est de ses criminels et construit un État antifasciste qui nie toute continuité avec le national-socialisme. L’antifascisme y a été élevé au rang de mythe fondateur, justifiant l’existence même de ce second État allemand2. Le traitement du passé a été bien différent en République fédérale qui a assumé l’héritage du national-socialisme d’un point de vue moral, juridique et financier. Il est communément accepté de dire, avec le sociologue Mario Rainer Lepsius, que la République fédérale a « internalisé » le passé national-socialiste alors que la RDA l’a « universalisé » par le biais de la théorie sur le fascisme3.

  • 4 Henry Rousso, « Les dilemmes d’une mémoire européenne », in : Christian Delacroix, François Dosse, (...)

2En République fédérale, la mémoire du passé immédiat a fait l’objet de nombreuses évolutions que nous chercherons ici à périodiser afin de déceler des phases dans l’évolution des phénomènes mémoriels, d’en décrire les thèmes dominants, émergents ou absents. Comme le résume Henry Rousso, le postulat des historiens de la mémoire est en effet que « la relation au passé connaît des évolutions et qu’elle possède une historicité propre qu’il s’agit de mettre à jour »4. Nous utiliserons le concept de paradigme mémoriel, compris au sens de système dominant d’interprétations et de représentations du passé à un moment donné, qui s’appuie sur un consensus et qui est appelé à être remplacé par un autre paradigme. Nous étudierons la nature de ces paradigmes mémoriels qui voient dialoguer – parfois sur le mode conflictuel – la strate étatique, le monde juridique, les recherches historiques, la sphère médiatique et les productions artistiques, filmiques et littéraires. Une attention particulière sera accordée aux périodes de transition, à ces moments de bascule au cours desquels le paradigme est en train de laisser la place à une nouvelle culture mémorielle. Pour ce faire, nous étudierons notamment les discours mémoriels qui s’inscrivent en marge du discours dominant ou qui tentent de remettre celui-ci en cause car ils peuvent être des indicateurs annonçant ces changements.

  • 5 Nous laisserons la production filmique de côté au profit des œuvres littéraires. Cf. Claire Kaiser (...)

3Les historiens ayant travaillé à la périodisation de la mémoire, par exemple Aleida Assmann, Helmut König, Peter Reichel, Norbert Frei ou Henry Rousso, proposent des découpages temporels légèrement différents en fonction de la perspective choisie : certains datent le début d’un paradigme au moment où celui-ci s’amorce, alors que d’autres choisissent plutôt de le dater à partir du moment où il est ancré dans la société. Tous s’accordent cependant à distinguer quatre grandes phases : une période assez courte dans l’immédiat après-guerre caractérisée par un tiraillement entre la volonté d’oubli et le débat sur la culpabilité imposé par les puissances alliées ; une période plus longue qui correspond à la première décennie de l’histoire ouest-allemande, dominée par le souci de la reconstruction et une amnésie concernant le passé immédiat ; ensuite vient une longue phase qui se met en place au court des années 1960 et se poursuit jusqu’à la fin des années 1990 et au début des années 2000, marquée par un consensus sur la culpabilité allemande et l’attention portée aux victimes raciales ; enfin une dernière phase s’annonce sans doute à partir de 1998, date à laquelle la normalisation de l’identité allemande devient une revendication plus largement partagée. Nous nous contenterons ici de retracer les grandes lignes qui résument l’évolution de la confrontation de la société allemande à son passé traumatique5.

Stratégies d’autodéfense dans l’immédiat après-guerre (1945-1949)

  • 6 Helmut König, Die Zukunft der Vergangenheit. Der Nationalsozialismus im politischen Bewusstsein de (...)
  • 7 Cette lettre fut publiée la première fois le 28 septembre 1945 sous le titre „Warum ich nicht nach (...)
  • 8 Thomas Mann, Frank Thiess, Walter von Molo, Ein Streitgespräch über die äußere und die innere Emig (...)
  • 9 Pour les ouvrages allemands, nous indiquons le titre français de l’ouvrage lorsque celui-ci est pa (...)

4Les premières années d’occupation sont marquées par une tension entre la volonté majeure de tourner la page du national-socialisme et la nécessité de répondre aux accusations de responsabilité collective formulée par les Alliés et les émigrés allemands6. Les puissances occupantes justifient en effet leur politique de dénazification en identifiant le peuple allemand à son gouvernement. Thomas Mann, dans sa célèbre « Lettre ouverte pour l’Allemagne » („Offener Brief für Deutschland“)7 du 12 octobre 1945, explique les raisons pour lesquelles il ne souhaite pas revenir en Allemagne et accuse les ouvrages littéraires publiés sous le Troisième Reich d’être « empreints d’une odeur de sang et de honte », réfutant ainsi l’affirmation de Frank Thiess selon laquelle les auteurs restés en Allemagne après 1933 auraient incarné une « émigration intérieure »8. Dès 1946, le philosophe Karl Jaspers, resté en Allemagne entre 1933 et 1945, publie l’essai La Culpabilité allemande (Die Schuldfrage)9 dans lequel il récuse la thèse d’une culpabilité collective du peuple allemand et propose quatre niveaux de culpabilité, le niveau criminel, politique, moral et métaphysique, entre lesquels il s’agit de situer les différents individus.

  • 10 Cf. Hélène Camarade, « La réception de la résistance allemande en République fédérale d’Allemagne (...)

5Les résistants allemands ayant combattu le Troisième Reich de l’intérieur se trouvent, pour leur part, dans une double position défensive qui dure jusque dans les années 1950. D’une part, les Alliés et les émigrés leur dénient toute légitimité arguant du fait qu’ils ne sont pas parvenus à renverser le régime ni à déclencher un mouvement populaire d’opposition. De l’autre, la population allemande, encore largement marquée par la propagande nationale-socialiste, les considère comme des traîtres à la patrie qui ont mis cette dernière en danger de l’intérieur alors qu’elle avait à combattre des ennemis extérieurs. Pour contrer ces conceptions, les survivants ou les proches des résistants disparus se lancent dans des entreprises de réhabilitation qui ne rencontrent qu’un écho très modeste10. L’hommage rendu par l’historien Hans Rothfels, lui-même victime des lois raciales, exilé et proche des acteurs de l’attentat du 20 juillet 1944, dans son ouvrage Die deutsche Opposition gegen Hitler. Eine Würdigung (1949) (« L’opposition allemande à Hitler. Un hommage ») en est un bon exemple. Dès 1945, des voix s’élèvent pour critiquer le procès de Nuremberg qui met en place une « justice de vainqueurs » et oublie de convier parmi les juges les Allemands ayant combattu Hitler, qui ont pourtant été les premiers à être jetés dans les camps de concentration.

  • 11 Cf. Nadine Wilmann, Günther Weisenborn, un écrivain de la résistance allemande, Paris, L’Harmattan (...)
  • 12 Hans-Gerd Winter (éd.), „Uns selbst mussten wir misstrauen.“ Die „junge Generation“ in der deutsch (...)

6Les productions littéraires témoignent, pour certaines, d’une première confrontation avec le passé immédiat. On pense ici aux nouvelles de Wolfgang Borchert, réunies dans les volumes Die Hundeblume (1947) (« Le Pissenlit ») et An diesem Dienstag (1947) (« Ce mardi-là »), ou au drame consacré à la représentation de la résistance allemande, Die Illegalen (1946) (« Les Clandestins ») écrit par Günther Weisenborn, lui-même actif à Berlin dans le groupe de résistants autour de Harro Schulze-Boysen et Arvid Harnack11. On peut rattacher à ce drame la pièce Le Général du diable (Des Teufels General) écrite en 1942 en exil par Carl Zuckmayer et jouée sur le sol allemand à partir de 1947. Une jeune génération d’auteurs se rassemble autour d’Alfred Andersch et Hans Werner Richter qui fondent en 1946 la revue Der Ruf. Unabhängige Blätter der jungen Generation. Ces jeunes gens, trop jeunes pour porter la responsabilité du national-socialisme, expriment leur volonté d’une table rase, souvent au terme d’un séjour passé comme prisonniers de guerre auprès des puissances occidentales. Ce mouvement conduit à la création du Groupe 47, véritable fer de lance de la jeune génération d’écrivains dans la société d’après-guerre12.

  • 13 Hélène Camarade, Écritures de la résistance. Le journal intime sous le Troisième Reich, Toulouse, (...)

7À cette époque, seules des réflexions parcellaires sont amorcées sur les causes ou le fonctionnement de la dictature. Ce sont en général des personnalités directement touchées par le régime qui les proposent. En 1946, Victor Klemperer, victime des lois de Nuremberg, publie LTI. La langue du Troisième Reich (LTI. Notizbuch eines Philologen), une étude consacrée aux modifications subies par la langue allemande sous le Troisième Reich. La même année, Eugen Kogon, détenu de 1939 à 1945 à Buchenwald, publie L’État SS (Der SS-Staat), un ouvrage qui décrit le système concentrationnaire en laissant une large place aux témoignages. Les premières tentatives afin d’expliquer les causes et l’avènement du national-socialisme datent d’avant 1945, comme en témoignent les journaux intimes de l’existentialiste chrétien Theodor Haecker ou de l’essayiste Friedrich Reck-Malleczewen, un représentant de la Kulturkritik. Ces auteurs expliquent l’avènement du Troisième Reich à l’aide de la pensée apocalyptique et interprètent celui-ci comme une apostasie13. C’est également ce que l’écrivain suisse Max Picard, lui aussi adepte de la Kulturkritik, pointe du doigt dans son ouvrage Hitler in uns (1946) (« Hitler en nous »). À cette époque, la diabolisation du dictateur prédomine. Dans sa pièce Die Illegalen, Weisenborn emploie par exemple la métaphore du « joueur de flûte de Braunau », inspiré de la légende du joueur de flûte de Hamel, pour expliquer le dévoiement du peuple allemand par Hitler. Le pendant de cette image consiste à présenter le national-socialisme comme une maladie, par exemple lorsque Walter von Molo invite Thomas Mann en 1945 à venir, « en bon médecin », soigner le peuple allemand et pratiquer les « nécessaires interventions chirurgicales ». Ces interprétations permettent, en creux, de dédouaner l’immense majorité des Allemands, victimes d’une entreprise irrésistible, car démoniaque, de séduction ou atteints d’une maladie inexpliquée et jusqu’ici restée sans remède. C’est d’ailleurs la même argumentation que les avocats des accusés du procès de Nuremberg utilisent dans leurs plaidoiries.

  • 14 Hannah Arendt, Besuch in Deutschland. Die Nachwirkungen des Naziregimes, Rotbuch Verlag, 1993 (pre (...)
  • 15 Nikolai Wehrs, „Von den Schwierigkeiten einer Geschichtsrevision. Friedrich Meineckes Rückblick au (...)

8Ces débats n’intéressent cependant qu’une infime partie de la société allemande, avant tout préoccupée par des problèmes matériels, comme le manque de logements, d’eau, de gaz, de charbon et surtout de denrées alimentaires. Chaque individu est, du reste, touché par la perte d’un proche et les politiques d’occupation, très mal perçues, ne favorisent pas la confrontation individuelle au passé immédiat. Les Allemands qui ont subi au cours des deux dernières années de la guerre les bombardements alliés, la fuite face à l’armée rouge, le viol de masse des femmes, puis les déplacements de population décidés dans le Traité de Potsdam, se perçoivent alors comme les premières victimes du national-socialisme, une conception qui va perdurer jusque dans les années 1960. Hannah Arendt, qui traverse l’Allemagne entre le mois d’août 1949 et mars 1950, décrit une forme d’« apathie » dans la population, une « indifférence » généralisée, une « incapacité à éprouver des sentiments » conduisant à une « fuite face la réalité » et « à la responsabilité ». Elle raconte que les personnes rencontrées, lorsqu’elles comprennent qu’elle est d’origine juive, développent des stratégies d’autodéfense en se lançant dans la description des souffrances éprouvées par le peuple allemand et concluent en estimant que le « bilan des souffrances » est finalement « équilibré »14. L’historien Friedrich Meinecke, dans son ouvrage Die deutsche Katastrophe écrit en 1945, tourne lui aussi son regard quasi exclusivement vers les souffrances allemandes. Son interprétation s’appuie sur la critique de la modernité en Occident, ce qui permet de nier toute spécificité allemande à ce qu’il appelle la « terrible catastrophe qui s’est abattue sur l’Allemagne »15. Les courtes années d’occupation dans l’immédiat après-guerre sont ainsi marquées par un désintérêt majeur de la société pour le passé récent, une tendance dominante à l’auto-victimisation et la tentative de se soustraire à toute question de culpabilité individuelle ou collective.

Reconstruction et survivance du passé dans le présent (1949-1965)

  • 16 Peter Reichel, Harald Schmidt, Peter Steinbach, „Die ‚zweite Geschichte’ der Hitler-Diktatur. Zur (...)

9La première décennie de la jeune République fédérale est assez paradoxale à l’égard du passé récent. En effet, les dirigeants ancrent sans ambiguïté l’identité de la nouvelle Allemagne dans le rejet de l’idéologie nationale-socialiste et pratiquent une politique étrangère en conséquence, mais ils réintègrent simultanément d’anciens nazis dans l’administration au nom de la reconstruction économique et dans l’intention affichée de mettre un terme à ce qui est alors communément considéré comme les souffrances subies par les Allemands pendant l’occupation alliée. Pour éclairer ce paradoxe, Peter Steinbach, Peter Reichel et Harald Schmidt émettent l’hypothèse que le double rôle dans lequel la République fédérale s’est alors trouvée, à la fois héritière du Troisième Reich et chargée d’une reconstruction politique, économique et matérielle, a finalement constitué un objectif trop difficile à atteindre simultanément, ce qui a conduit le jeune État à favoriser la reconstruction16.

10La Loi fondamentale n’en demeure pas moins une Constitution exemplaire, élaborée à partir des enseignements tirés des erreurs de la Constitution de Weimar qui a rendu possible la mise en place de la dictature en 1933, notamment par le biais de la suspension des droits fondamentaux. En 1952, le parti néo-nazi SRP („Sozialistische Reichspartei“), jugé contraire à la Constitution, est interdit par la Cour constitutionnelle fédérale. Les réparations financières deviennent, selon les mots du chancelier Konrad Adenauer, un « devoir moral » – même si la population, dans sa majorité, en est, d’après les sondages, moins convaincue – et les lois se succèdent afin de dédommager certaines catégories de victimes. En 1953, le Bundestag ratifie, grâce aux voix du SPD et contre celles d’un bon nombre de députés de la CDU et de la CSU, le Traité de Luxembourg qui prévoit le versement de 3,45 milliards de DM à Israël. Dès 1949, l’Institut für Zeitgeschichte est créé à Munich avec une double mission de recherche et d’archivage.

  • 17 Jahrbuch der öffentlichen Meinung, Bd. 2, 1957, p. 145.
  • 18 Extrait du discours reproduit in : Inge Scholl, Die weiße Rose, Frankfurt/Main, Fischer, 1953.

11En ce qui concerne la réception de la résistance, la population reste plutôt hostile – en 1956, la moitié des personnes interrogées est contre l’idée que l’on baptise une école Stauffenberg, du nom de l’officier ayant posé la bombe lors de l’attentat du 20 juillet 194417. Mais la parole officielle est, elle, sans aucune ambiguïté à l’égard de la résistance conservatrice et/ou chrétienne présentée, d’ailleurs à tort, comme précurseur du jeune État démocratique. C’est la phase d’héroïsation de certains résistants – au détriment des communistes et sociaux-démocrates –, comme en témoigne le discours prononcé en 1953 par le président fédéral Theodor Heuss qui rend hommage aux étudiants de la Rose blanche en soulignant de façon très pathétique que ceux-ci ont poussé un « cri émis par l’âme allemande »18. Le discours des dirigeants de l’État ouest-allemand semble à cette époque en relative dissonance avec l’opinion publique, toujours plutôt préoccupée par la reconstruction matérielle ou la volonté de récupérer les provinces de l’Est.

  • 19 Carl J. Friedrich, Totalitäre Diktatur, Stuttgart, Kohlhammer, 1957 (Première édition : Totalitari (...)

12La jeune République fédérale cherche du reste à renforcer son identité démocratique à partir des deux modèles repoussoirs que sont le Troisième Reich et la RDA, cette dernière étant présentée comme la digne héritière des méthodes totalitaires de la première. Le contexte de la Guerre froide favorise le recours à la théorie totalitaire afin d’expliquer le national-socialisme. Cette dernière, popularisée par Hannah Arendt et surtout Carl Friedrich en Allemagne19, prend pour fondement méthodologique la comparaison des systèmes totalitaires entre eux, ce qui est avant tout un outil de discrédit pour les pays du bloc de l’Est. Mais elle entrave également les recherches sur les spécificités du national-socialisme. On peut cependant signaler qu’un ouvrage historique marque les années 1950, celui écrit par le jeune historien Karl Dietrich Bracher sur les causes de l’échec de la République de Weimar, Die Auflösung der Weimarer Republik (« La disparition de la République de Weimar ») (1955).

  • 20 Torben Fischer, „Ulmer Einsatzgruppenprozess“, in : Torben Fischer, Matthias N. Lorenz (éd.), Lexi (...)
  • 21 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Münc (...)

13Cet ancrage politique volontariste en faveur d’un renouveau démocratique s’accompagne paradoxalement d’une pratique politique de l’oubli quant aux crimes commis. Les députés du Bundestag votent à deux reprises, en 1949 et 1954, des lois amnistiant des personnes condamnées dans le cadre de la dénazification, ce qui a un effet dissuasif sur le nombre de procédures judiciaires engagées : pour 2 500 procédures engagées en 1950, seules 183 le sont en 1954 ; et en 1956 et 1957, on ne prononce respectivement que 21 et 23 condamnations20. À partir de 1949, diverses réglementations prévoient en outre la réintégration des fonctionnaires écartés après le 8 mai 1945 pour cause de dénazification, ou le paiement intégral des pensions pour les fonctionnaires retraités, sans égard pour leurs fonctions passées, ce qui bénéficie donc également aux anciens membres de la Gestapo et de la Waffen-SS21. C’est principalement dans la justice et l’administration que l’on peut parler d’une continuité des élites. Les cas les plus emblématiques sont celui de Hans Globke, juriste ayant participé à la rédaction des lois de Nuremberg et devenu secrétaire d’État et proche collaborateur d’Adenauer, et celui de Theodor Oberländer, professeur d’université en économie sous le Troisième Reich ayant prôné « le maintien de la pureté de la race », qui monte les échelons du pouvoir jusqu’à devenir, en 1953, ministre fédéral pour les personnes expulsées. La présence de personnalités impliquées dans la dictature à des postes à responsabilité dans le jeune État démocratique suscite des scandales à partir de la fin des années 1950, conduisant à une prise de conscience et à de nombreux réajustements.

14Les premières inflexions dans le domaine juridique s’annoncent en 1958 lors du procès de membres des Einsatzgruppen, unités chargées de l’extermination des Juifs et des prisonniers de guerre soviétiques, qui se tient à Ulm. Au cours de ce procès, il apparaît clairement que les crimes commis par ces unités ont jusqu’ici échappé à la justice, ce qui provoque des enquêtes minutieuses et stimule les recherches historiques. Ce procès conduit en 1958 à la création du Service central d’enquête des Länder sur les crimes nationaux-socialistes („Zentrale Stelle der Landesjustizverwaltungen zur Aufklärung von nationalsozialistischen Verbrechen“) qui va relancer les poursuites des crimes commis sur les civils en dehors des actes de guerre, c’est-à-dire principalement dans les ghettos et les camps, ainsi que ceux commis par le Sicherheitsdienst, le service de renseignements de la SS.

15L’année 1959 marque, à son tour, une nouvelle étape dans la prise de conscience face au traitement lacunaire du passé. En effet, les actes antisémites se multiplient sur le sol allemand depuis 1957 (insultes à l’encontre de citoyens juifs, graffitis antisémites, etc.) culminant dans la nuit du 25 décembre 1959 par la profanation de la toute nouvelle synagogue de Cologne, ce qui provoque une vague de protestation et, à terme, de nouvelles impulsions dans le but de remédier à l’antisémitisme. Les premiers changements majeurs dans le domaine de l’éducation datent de l’année 1960 lorsque plusieurs réformes sont lancées afin de moderniser les manuels scolaires et rendre obligatoire l’enseignement du passé récent à l’école. Dans le domaine littéraire, l’année 1959 est marquée par la parution du roman Le Tambour (Die Blechtrommel), écrit par Günter Grass, qui est considéré comme le premier grand roman sur le Troisième Reich. C’est aussi à la fin des années 1950 que l’on commente abondamment l’affirmation de Theodor W. Adorno, datant pourtant de 1949, selon laquelle « écrire un poème après Auschwitz est barbare » ; le débat sur la représentation de la Shoah prend de l’ampleur parmi les écrivains. En 1961, le procès d’Adolf Eichmann qui a lieu à Jérusalem suscite un vif intérêt dans la presse ouest-allemande. Pour la première fois, l’extermination est envisagée du point de vue des exécuteurs bureaucrates.

  • 22 Peter Reichel, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland. Die Auseinandersetzung mit der NS-Diktatu (...)
  • 23 Aleida Assmann, „Das gespaltene Gedächtnis Europas und das Konzept des dialogischen Erinnerns“, co (...)

16À la fin des années 1950 et au début des années 1960, c’est ainsi la survivance du passé dans le présent, incarnée par la perpétration d’actes antisémites, la présence d’anciens nazis à des postes importants et l’existence de crimes impunis, qui pousse la sphère étatique, le monde judiciaire et les médias à se confronter, après une dizaine d’années de latence, au passé national-socialiste. Aleida Assmann estime que c’est en 1965, lorsque se termine le procès des surveillants du camp d’Auschwitz, premier grand procès à se dérouler sur le sol allemand, à Francfort sur le Main, depuis le procès de Nuremberg22, que l’on peut considérer que l’Allemagne fédérale est entrée définitivement dans un nouveau paradigme qui va durer plusieurs décennies23.

La Shoah au cœur d’un nouveau paradigme mémoriel (1965-2005)

  • 24 Axel Schildt, „Der Umgang mit der NS-Vergangenheit in der Öffentlichkeit der Nachkriegszeit“, in : (...)
  • 25 Pour un panorama : Hélène Camarade, « Le passé national-socialiste dans la société ouest-allemande (...)
  • 26 Propos cités par : Wolfgang Kraushaar, Frankfurter Schule und Studentenbewegung : von der Flaschen (...)
  • 27 „Organisieren wir den Ungehorsam gegen die Nazigeneration“ (1967), cité d’après Detlef Siegfried, (...)

17À partir des années 1960, la Shoah se place au cœur de la problématique mémorielle et l’on assiste à une évolution qui voit la population allemande passer, dans les consciences, du statut de victime à celui de bourreau. La thématique du „Tätervolk“ (peuple coupable) remplace celle du „Opfervolk“ (peuple victime). Même si régulièrement, des voix s’élèvent pour réclamer que l’on tire, une bonne fois pour toutes, un trait sur le passé, celles-ci restent finalement marginales et l’on peut parler d’un véritable consensus qui s’installe au sujet de la culpabilité allemande. Plusieurs facteurs contribuent à susciter ces mutations mais c’est sans conteste le renouvellement générationnel qui joue un rôle décisif. La jeune génération, née après 1945, va profiter du terrain mémoriel que la génération de ceux qui ont été enfants ou jeunes adultes sous le Troisième Reich – par exemple Günter Grass ou Joachim Fest – a préparé en veillant à ce que le passé immédiat ne soit pas complètement absent du débat public dans les années 1950 pour ancrer, à son tour, cette thématique de façon durable dans l’identité allemande24. À cet égard, des recherches récentes relativisent unanimement le rôle de 196825. La révolte étudiante a même plutôt fait preuve de généralisations aptes à banaliser la singularité des crimes nationaux-socialistes. On pense par exemple aux propos d’Adorno lorsqu’il affirme aux étudiants, après l’assassinat de Benno Ohnesorg, qu’ils ont « endossé le rôle des Juifs »26, aux lois pour l’état d’urgence qualifiées de « loi nazies » ou à l’expression « la génération des nazis » utilisée pour désigner les parents27. La révolte étudiante, dans tout ce qu’elle a d’excessif, contribue cependant elle aussi à lever le blocus de la parole et force la génération des plus de 30 ans à opérer un retour sur les événements.

  • 28 Peter Reichel, Politik mit der Erinnerung. Gedächtnisorte im Streit um die nationalsozialistische (...)

18À partir des années 1960, le monde judiciaire, politique, universitaire, culturel et médiatique aborde le passé avec une vigueur jusqu’ici inégalée et selon des modalités nouvelles. Le jugement des crimes occupe le devant de la scène puisque la moitié des condamnations prononcées entre 1945 et 1965 le sont au cours de la première moitié des années 1960. Les sites des camps de concentration se muent peu à peu en lieux de mémoire et de commémoration28. Après le succès de la série documentaire en 14 épisodes Das Dritte Reich, diffusées en 1959-1960, la télévision se met à diffuser régulièrement des émissions ou des films télévisés sur l’époque. Sur la scène littéraire, les pièces Le Vicaire (Der Stellvertreter) de Rolf Hochhuth (1963) qui dénonce le silence du Vatican et Die Ermittlung (« L’enquête ») de Peter Weiss (1965), pièce documentaire écrite à partir de documents authentiques issus du procès Auschwitz, annoncent l’émergence d’une véritable thématique de la mémoire nationale-socialiste dans le champ des publications littéraires. Au début des années 1970 apparaît notamment le courant de la « littérature des pères » („Väterliteratur “) qui regroupe des ouvrages d’inspiration souvent autobiographique, écrits par des auteurs qui ont été enfants sous le Troisième Reich revenant, en général sur le mode accusateur, sur cette période marquée par l’absence des pères. On peut ici citer Bernward Vesper, fils de l’écrivain nazi Will Vesper, et son roman Die Reise (« Le voyage ») (1977) ou Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père (Suchbild. Über meinen Vater) (1980). Certains ouvrages écrits en RDA sur le même thème, par exemple Trame d’enfance (Kindheitsmuster) (1976) de Christa Wolf, sont également publiés en République fédérale. À la suite de la révolte étudiante, les programmes universitaires évoluent à leur tour progressivement et proposent l’étude du système national-socialiste et l’histoire de l’extermination des Juifs en Europe.

  • 29 Cf. Hans Mommsen, Le national-socialisme et la société allemande. Dix essais d’histoire sociale et (...)
  • 30 Martin Broszat, Der Staat Hitlers. Grundlegung und Entwicklung seiner inneren Verfassung, München, (...)
  • 31 Cf. Christoph Cornelissen, „Erforschung und Erinnerung. Historiker und die zweite Geschichte“, in  (...)
  • 32 Heinrich Schwendemann, „Zwischen Abscheu und Faszination. Joachim C. Fests Hitler-Biographie als p (...)

19Sur le plan de la recherche historique, les années 1960 voient, dans un premier temps, la remise en cause de la théorie totalitaire et un engouement pour les recherches sur le fascisme qui s’explique principalement par la volonté de trouver, dans le cadre de la contestation de l’ère Adenauer, une alternative aux thèses sur le totalitarisme. La théorie fasciste, utilisée par des historiens marxistes et non-marxistes, notamment Ernst Nolte, ne produit cependant aucun résultat probant. Le véritable changement de paradigme historiographique s’opère, à la fin des années 1960, grâce à l’histoire sociale et au structuralisme. Hans Mommsen développe à cette époque sa conception du Troisième Reich comme une « anarchie institutionnelle », un régime polycratique qui a favorisé les prises de décision opportunistes et entraîné le régime dans une spirale de violences, résultat d’une « radicalisation cumulative »29. Cette question débouche dans les années 1970 sur le virulent débat entre fonctionnalistes et intentionnalistes, deux courants d’historiens opposés sur la façon d’interpréter le rôle du dictateur. D’un côté, les fonctionnalistes (ou structuralistes) Hans Mommsen et Martin Broszat30 considèrent que Hitler fut un « dictateur faible » (H. Mommsen) et que le système national-socialiste s’est radicalisé dans le contexte d’une concurrence entre les différentes officines et leurs chefs, tous soucieux de devancer les intentions du dictateur. De l’autre, les intentionnalistes, comme Andreas Hillgruber et Klaus Hildebrandt, opposent une vision du dictateur ayant planifié l’extermination raciale et les mesures de politique étrangère31. Ce débat provoque entre 1973 et 1975 une vague de biographies consacrées à Hitler, notamment celle écrite par Joachim Fest Hitler. Eine Biographie (1973) qui offre aux lecteurs des pistes d’autolégitimation, quelques années après la publication par Albert Speer de ses Mémoires (Erinnerungen, 1969) dans lesquels ce dernier parvient à se présenter comme un grand architecte ayant réussi à rester moralement intègre32.

  • 33 Martin Broszat, Elke Fröhlich (éd.), Alltag und Widerstand. Bayern im Nationalsozialismus, München (...)

20Sur le terrain de la résistance allemande, l’histoire sociale permet d’importantes avancées. Martin Broszat, alors directeur de l’Institut für Zeitgeschichte, lance, dans les années 1970, un projet de recherche afin d’étudier, à l’exemple de la Bavière, les zones de conflits entre la société et l’État pour mettre en évidence toute une palette de comportements individuels à l’égard de la sphère politique. Cette approche permet de rendre compte, de façon nuancée, des spécificités de l’opposition allemande qui ne fut ni armée, ni structurée en groupes de partisans. Broszat et son équipe répertorient différentes formes de désobéissance civile allant du refus de faire le salut hitlérien à la confection de tracts de contre-propagande ou à l’aide prodiguée aux victimes raciales et aux prisonniers de guerre33. Il s’intéresse également à la dimension évolutive des comportements, certains conservateurs, d’abord favorables à la politique hitlérienne, ayant revu leur opinion au cours des douze années de dictature.

  • 34 Andrea Höft, „Nationalsozialismus im Schulunterricht“, in : T. Fischer, M. N. Lorenz, op. cit., p. (...)

21En 1976, une enquête menée dans les écoles parvient à la conclusion que les connaissances des écoliers allemands sur le Troisième Reich sont encore insuffisantes, ce qui suscite de nouvelles mesures pédagogiques. Après le succès de la série télévisée Holocauste (Holocaust, Marvin J. Chomsky) en 1979, le débat s’oriente sur le rôle des émotions dans la transmission de la connaissance historique et l’étude du national-socialisme ne se cantonne plus aux cours d’histoire mais trouve également sa place dans les cours de religion, d’éthique et de littérature. À partir du début des années 1980, de nombreux projets pédagogiques sont menés dans les écoles à l’échelle locale, par exemple dans les archives municipales. Cette nouvelle approche didactique s’appuie sur deux courants historiques émergeant dans les années 1970, l’histoire quotidienne et l’histoire régionale34.

  • 35 L’Allemagne n’y sera conviée pour la première fois qu’en 2004.

22Le changement politique qui s’opère en 1982 avec l’arrivée de Helmut Kohl à la Chancellerie ne modifie pas fondamentalement la culture mémorielle de la République fédérale, même si certains observateurs considèrent que le nouveau chancelier cherche à instaurer une politique de la mémoire plus décomplexée. Ce dernier, né en 1930, fut par exemple très critiqué pour avoir déclaré, lors d’un voyage en Israël en janvier 1984, qu’il représentait une nouvelle génération épargnée par la culpabilité en raison « de la grâce d’une naissance tardive » („Gnade der späten Geburt“). Peu après, en juin 1984, Kohl manifeste sa déception de ne pas être invité aux commémorations du 40e anniversaire du débarquement en Normandie, ce qui aurait, d’après lui, constitué un geste fort à l’égard des Allemands35. Quelques mois après, en septembre 1984, François Mitterrand l’invite à Verdun pour les commémorations autour de la fin de la Première Guerre mondiale qui donnent lieu au geste des deux chefs d’État se tenant la main.

23Si Kohl est ainsi en partie critiqué pour son positionnement vis-à-vis de la culture mémorielle ouest-allemande, ce n’est pas le cas du président fédéral Richard von Weizsäcker. À l’occasion du 40e anniversaire de la fin de la guerre, le 8 mai 1985, celui-ci prononce en effet un discours qui marque les esprits en Allemagne et à l’étranger. Conseillé par Martin Broszat, Weizsäcker parvient à écrire un texte à la fois consensuel et nuancé qui satisfait l’ensemble des acteurs de la mémoire. Tout en prenant position sur de nombreux débats contemporains – par exemple en rendant pareillement hommage aux résistants conservateurs et communistes, en considérant les provinces de l’Est comme inéluctablement perdues ou en saluant dans la même tirade la mémoire des Juifs, des soldats soviétiques, des résistants étrangers et des Allemands –, Weizsäcker plaide avec succès pour que la date du 8 mai 1945 ne soit plus perçue comme celle d’une défaite, mais celle de la libération du joug nazi. C’est à la même époque que Peter Steinbach est chargé de concevoir une exposition dédiée à la résistance allemande qui rende compte de son « étendue et de sa diversité », ce qui revient à intégrer les résistants communistes dans la mémoire de la résistance.

  • 36 Martin Broszat, Saul Friedländer, „Um die Historisierung des Nationalsozialismus. Ein Briefwechsel (...)
  • 37 Peter Steinbach, „Die publizistischen Kontroversen – eine Vergangenheit, die nicht vergeht“, in : (...)
  • 38 Cf. Dan Diner (éd.), Zivilisationsbruch. Denken nach Auschwitz, Frankfurt/Main, Fischer, 1988.

24Deux controverses se déroulent cependant dans la foulée de cette date anniversaire. Un premier débat d’historiens est lancé par Martin Broszat lorsqu’il plaide pour une « historisation » du national-socialisme. Ce dernier estime qu’il faut enlever à cette période son statut d’objet historique à part et l’intégrer dans une continuité historique afin de lui appliquer les méthodes utilisées pour toutes les autres périodes36. Le second débat, appelé « querelle des historiens » („Historikerstreit“), est bien plus virulent et s’apparente plutôt à une polémique entre intellectuels. Il est déclenché par la tentative de l’historien Ernst Nolte de redéfinir l’extermination des Juifs37. Deux éléments jouent un rôle décisif dans cette entreprise de redéfinition, d’une part le présupposé d’une possible comparaison entre les régimes de Staline et de Hitler, de l’autre la supposition selon laquelle les nationaux-socialistes n’auraient, dans leur entreprise exterminatrice, que réagi à l’entreprise exterminatrice des révolutionnaires soviétiques. La polémique porte donc sur les causes et les motivations de la politique raciale, elle se déroule sur fond de conflits entre historiens conservateurs ou nationaux-conservateurs, partisans d’une normalisation de l’identité allemande qu’il s’agit d’émanciper du passé national-socialiste, et historiens de gauche, souvent adeptes de l’histoire sociale qui tient le haut du pavé de la recherche en histoire contemporaine depuis les années 1960. Dans ce camp, le philosophe Jürgen Habermas est soutenu par Hans Mommsen, Jürgen Kocka ou Saul Friedländer. Si la polémique évolue à la défaveur du camp de Nolte, elle n’en témoigne pas moins de la présence en Allemagne d’un courant hostile au paradigme mémoriel qui a fait de la Shoah un point de « rupture dans la civilisation » (Dan Diner)38.

Changement de paradigme dans l’Allemagne réunifiée ?

  • 39 Stephan Martens, « La mémoire de la Seconde Guerre mondiale : le débat allemand », in : S. Martens (...)

25La réunification en 1990 soulève la question de la construction, fort difficile, d’une identité allemande commune après quarante ans de division idéologique, politique mais aussi mémorielle. Dans ce contexte, plusieurs historiens se demandent si le consensus qui s’est mis en place en République fédérale dans les années 1960 et 1970 autour de la culpabilité allemande n’est pas en phase de mutation. Le discours en faveur de la normalisation de l’identité allemande refait en effet surface en 1998, l’année où pour la première fois, un Allemand n’ayant pas connu la Seconde Guerre mondiale accède au poste de chancelier. Il s’agit de Gerhard Schröder, né en 194439.

  • 40 Frank Schirrmacher (éd.), Die Walser-Bubis-Debatte. Eine Dokumentation, Frankfurt/Main, Suhrkamp, (...)

26Le débat sur la normalisation se cristallise autour du discours prononcé par Martin Walser à l’église Saint-Paul en 1998. Lors de la remise du Prix des libraires, ce dernier dénonce en effet l’utilisation d’Auschwitzcomme une sorte de « morale assénée à coup de massue » („Moralkeule“) ayant pour conséquence une « ritualisation » de la commémoration, devenue vide de sens, qui provoque, à son tour, une tendance à « détourner les yeux » („wegschauen“)40. L’écrivain plaide pour une confrontation individuelle de chacun au passé en fonction de sa propre conscience. Ce discours suscite deux types de réaction. Une partie de la population allemande salue l’analyse de Walser lui reconnaissant le mérite de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. À l’inverse, Ignatz Bubis, alors président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, l’accuse d’être un incendiaire qui décomplexe ceux souhaitant tirer un trait sur le passé, notamment à l’extrême droite. La polémique s’enracine sur la question, soulevée par Walser dans son discours, d’une « mise en opposition permanente des coupables et des victimes », ce qui transforme le débat en une controverse entre Juifs et Allemands non-juifs. Walser est accusé par certains d’« antisémitisme latent » car il chercherait à inverser le rapport entre victimes et coupables, notamment lorsqu’il déplore que l’on « nous reproche notre honte » („Vorhaltung unserer Schande“) en permanence. L’écrivain est d’ailleurs également critiqué pour cette utilisation d’un « nous » définissant un collectif national par la culpabilité, qui exclut de fait les victimes juives allemandes de la collectivité nationale.

  • 41 A. Assmann, „Das gespaltene Gedächtnis Europas und das Konzept des dialogischen Erinnerns“, op. ci (...)

27Lors de cette polémique, Martin Walser a sans conteste contribué à normaliser un discours jusqu’ici considéré comme « politiquement incorrect » au sujet de l’opposition entre victimes et coupables. La controverse s’est développée d’ailleurs avec un autre débat en arrière-plan, celui mené depuis 1989 autour du Mémorial à la mémoire des victimes de l’holocauste, prévu à Berlin, qui ne fut finalement inaugurée qu’en 2005, au terme de quinze années de discussions qui ont permis de parvenir à un consensus satisfaisant ou, du moins, à un apaisement des esprits. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Aleida Assmann situe en 2005 la fin de la phase mémorielle commencée dans les années 196041.

28Si un probable changement de paradigme s’amorce ainsi en 1998 autour de la problématique victimaire, c’est en général entre 2003 et 2005 que les historiens datent l’enracinement de cette thématique dans le débat public. Plusieurs publications ont dès 2002 les souffrances des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pour objet, notamment les bombardements des villes allemandes dans L’incendie (Der Brand) (2002) de Jörg Friedrich, ou les déplacements de population face à l’armée rouge dans En crabe (Im Krebsgang) (2002) de Günter Grass. La question victimaire est également au cœur des débats houleux autour du projet d’un Centre contre les expulsions („Zentrum gegen Vertreibungen“) que l’Association des expulsés souhaite, depuis 1999, construire à Berlin à la mémoire des Allemands expulsés après 1945, ce qui est perçu comme une concurrence faite au Mémorial à la mémoire des victimes de l’holocauste. Le Bundestag se prononce en 2002 en faveur de la création d’un centre de dimension européenne qui commémorerait l’ensemble des expulsions subies par les populations au cours du XXe siècle et qui pourrait être localisé par exemple en Pologne, mais cela n’apaise pas complètement le débat.

  • 42 Cf. C. Kaiser, op. cit.

29C’est dans ce contexte qu’éclate en 2004 la polémique autour du film La Chute (Der Untergang) d’Oliver Hirschbiegel42. Cette controverse s’inscrit en outre dans l’inflation de publications autobiographiques ou romancées qui transforment les personnalités importantes du régime en vedettes dont la vie privée devient un sujet comme un autre, en commençant par les Mémoires de la secrétaire de Hitler, Traudl Junge, Dans la tanière du loup. Les confessions de la secrétaire de Hitler (Bis zur letzten Stunde) (2004) qui ont inspiré le film de Hirschbiegel, ou ceux du garde du corps de Hitler, Rochus Misch, J’étais le garde du corps d’Hitler (Der letzte Zeuge) (2008).

  • 43 Harald Schmidt, „Deutungsmacht und kalendarisches Gedächtnis – die politischen Gedenktage“, in : P (...)
  • 44 „Anthropologie des Leidens. Interview mit dem Historiker Dan Diner“, in : Phase 2. Zeitschrift geg (...)
  • 45 Cf. Ute Frevert, „Geschichtsvergessenheit und Geschichtsversessenheit revisited. Der jüngste Erinn (...)

30Selon les historiens, cette tendance actuelle correspond au retour du discours victimaire qui était déjà en vogue dans les années 1950, et non à l’émergence d’un nouveau discours. Cependant, cette résurgence de la mémoire victimaire allemande marque le tournant vers un nouveau paradigme mémoriel dans la mesure où elle remet en cause le discours qui était dominant, depuis les années 1970, autour de la mémoire de la Shoah. Sans pour autant diagnostiquer une véritable concurrence des mémoires victimaires, Harald Schmidt reconnaît que le retour du discours victimaire allemand a un « caractère compensatoire »43. Dan Diner constate pour sa part une nouvelle sémantisation des concepts qu’il qualifie de « contrebande des concepts »44, par exemple lorsque Jörg Friedrich suggère que l’incendie de la bibliothèque de Dresde sous les bombes alliées fut un autodafé ou les caves incendiées des crématoires. Il voit là à l’œuvre la tentative d’insinuer fallacieusement « une parité de la souffrance » qui n’est pas sans rappeler le constat d’Hannah Arendt en 1950. Les historiens qui se sont exprimés sur le retour du discours victimaire plaident finalement tous en faveur d’une contextualisation historique des souffrances des uns et des autres afin de ne pas réitérer la vision unilatérale et simplificatrice des années 195045.

31Si l’on assiste incontestablement à des inflexions sur la problématique victimaire, on peut également souligner des continuités dans la politique mémorielle avant et après la réunification. La punition des coupables se poursuit, par exemple avec le procès de John Demjanjuk, ancien garde ukrainien du camp de Sobibor, condamné en 2011 à cinq de prison par la justice allemande pour sa participation à l’extermination de plusieurs dizaines de milliers de Juifs dans le camp de Sobibor. Les formes de la commémoration de la Shoah suscitent toujours de virulents débats, mais aussi des projets innovants associant par exemple l’architecture, comme pour le Mémorial à la mémoire des victimes de l’holocauste conçu par Peter Eisenman, ou les arts plastiques pour les Stolpersteine, ces pavés en laiton, sur lesquels sont inscrits les noms et les dates de naissance et de mort des victimes raciales, cimentés sur les trottoirs en face de leur ancienne résidence, œuvre de l’artiste Gunter Demnig.

  • 46 Wolfgang Benz, „Nationalsozialismus im Generationskonflikt. Anmerkungen zu Büchern von Kindern und (...)
  • 47 Norbert Frei cite par exemple les travaux de Dieter Pohl, Holocaust. Die Ursachen, das Geschehen, (...)

32D’un point de vue générationnel, les historiens de la mémoire s’intéressent désormais au discours mémoriel de la génération des petits-enfants („Enkelkindergeneration“)46. Norbert Frei souligne que ce sont eux qui ont orienté l’intérêt jusqu’ici dominant de l’historiographie allemande pour les causes et le fonctionnement du régime vers les recherches sur l’holocauste. En déplaçant la perspective et en faisant d’Auschwitz le point de rupture du Troisième Reich, et non plus 1933, l’historiographie allemande a, selon l’historien, désormais gagné une crédibilité internationale47.

  • 48 Cf. « Secrets de famille, non-dits ou tabous ? Présence du passé national-socialiste dans la litté (...)
  • 49 Aleida Assmann, Generationsidentitäten und Vorurteilsstrukturen in der neuen deutschen Erinnerungs (...)
  • 50 Cet auteur, né en 1952, appartient plutôt à la génération des enfants de témoins mais son ouvrage (...)
  • 51 Cf. Hélène Camarade, « Le viol des femmes allemandes en 1944-1945 : Un tabou transgressé dans les (...)

33Ces trentenaires et quadragénaires, nés après 1968, ont un lien encore plus indirect que leurs parents avec cette période, mais ils ont grandi à l’époque du consensus sur la culpabilité allemande et ont été largement exposés à ce passé par l’école, la culture et les médias. Dans le domaine littéraire, on pense par exemple à Tanja Dückers, Himmelskörper (2003) (« Corps célestre »), à Thomas Medicus, In den Augen meines Grossvaters (2004) (« Aux yeux de mon grand-père ») ou à Wibke Bruhns, Le Pays de mon père (Meines Vaters Land) (2004). Ces ouvrages sont la plupart du temps une investigation concernant le passé – souvent criminel – d’un membre de la famille, liée à une réflexion personnelle de l’auteur sur sa propre biographie48. Aleida Assmann considère qu’ils s’inscrivent dans un « genre hybride » à la croisée entre fiction et documentation49. La mémoire familiale y occupe une place centrale, comme dans le courant de la « littérature des pères » des années 1970 et 1980. Sur le thème des viols des femmes allemandes en 1944-1945, on constate que la génération des petits-enfants, par exemple Julia Franck dans La Femme de midi (Die Mittagsfrau) (2007) ou Hans-Ulrich Treichel dans Le disparu (Der Verlorene) (1998)50, cherche à dénoncer le poids du silence qui pèse sur le viol des grands-mères dans les familles allemandes. Chez eux aussi, on assiste à un déplacement du regard par rapport aux générations précédentes puisqu’ils posent avant tout la question du tabou familial et de ses conséquences51.

  • 52 Harald Welzer, Sabine Moller, Karoline Tschuggnall, „Opa war kein Nazi“. Nationalsozialismus und H (...)

34De récents travaux montrent du reste que ces petits-enfants semblent avoir du mal à concilier la mémoire culturelle dominante avec leur propre mémoire familiale. Le sociologue Harald Welzer a mené un projet de recherche sur la transmission de l’histoire dans les familles allemandes dont les résultats sont publiés dans un ouvrage au titre évocateur Opa war kein Nazi (« Papi n’était pas nazi »)52. Il montre par exemple que la jeune génération divise la société de 1933-1945 entre Allemands victimes d’une part et nazis coupables de l’autre, assimilant ses propres grands-parents aux premiers. On retrouve ici l’intérêt dominant porté par la société contemporaine aux victimes allemandes de la guerre.

  • 53 Aleida Assmann, Der lange Schatten der Vergangenheit. Erinnerungskultur und Geschichtspolitik, Mün (...)
  • 54 Jürgen Danyel (éd.), Die geteilte Vergangenheit. Zum Umgang mit Nationalsozialismus und Widerstand (...)

35On peut s’interroger sur la fonction sociale de ces mutations. L’enjeu de cette représentation de l’histoire est probablement la construction d’une nouvelle identité nationale dans le contexte d’une Allemagne politiquement réunifiée, mais intérieurement si peu unie et donc en quête de repères. Aleida Assmann se demande même si le récit victimaire n’est pas en train de prendre la dimension d’un mythe national, susceptible de réconcilier les Allemands de l’Est et de l’Ouest autour d’une même histoire consensuelle partagée53. Cette hypothèse soulève un aspect important des enjeux mémoriels contemporains qui s’enracinent sur une faille, celle d’une mémoire allemande divisée54.

Remarques conclusives

  • 55 Cf. Norbert Frei, „Deutschlands Vergangenheit und Europas Gedächtnis“, in : Helmut König, Julia Sc (...)
  • 56 Henry Rousso, « Vers une mondialisation de la mémoire », in : Vingtième siècle. Revue d’histoire, (...)

36Plusieurs remarques s’imposent au terme de cette périodisation de la mémoire du national-socialisme. On peut avant tout constater qu’il existe très souvent des décalages entre les différentes strates mémorielles. On a par exemple constaté dans les années 1950 une dissonance entre le discours politique officiel et l’opinion publique. Ce décalage est également perceptible entre les recherches historiques et le discours médiatique, comme le débat autour de l’exposition sur les crimes de la Wehrmacht l’a illustré en 1995 : cette exposition a permis de véhiculer, dans la société, l’information, déjà démontrée de longue date par les historiens, selon laquelle la Wehrmacht avait participé aux crimes du régime. Un même décalage est sans doute perceptible entre le discours dominant et les représentations que la littérature véhicule parfois, par exemple dans les années 1950. Il n’y a donc jamais un unique discours mémoriel au cours d’un même paradigme, mais une pluralité des mémoires plus ou moins marginales, minoritaires ou dominantes qui se complètent et se contestent, provoquant, à terme, des évolutions dans les perceptions. Le facteur générationnel est, à ce titre, décisif. Le rôle de la génération des enfants ayant vécu sous le Troisième Reich a considérablement fait progresser le débat au cours des années 1960, et les nouvelles générations d’historiens, dans les années 1960-1970, puis dans les années 1990 ont permis de renouveler les approches et les méthodes. Cette dernière génération, incarnée par exemple par Norbert Frei (né en 1955) en Allemagne et Henry Rousso (né en 1954) en France, cherche désormais à tester la pertinence d’une mémoire européenne de la Seconde Guerre mondiale55. Cet axe de recherche les conduit à s’intéresser également à un même régime d’historicité de la mémoire des dictatures au XXe siècle56.

  • 57 Cf. Günther Heydemann, Heinrich Oberreuter (éd.), Diktaturen in Deutschland – Vergleichsaspekte. S (...)

37Un aspect reste à observer au cours des années à venir en Allemagne, celle de l’interdépendance des mémoires des deux dictatures allemandes du XXe siècle, le Troisième Reich et la RDA. En effet, les enseignements liés à la mémoire du national-socialisme en République fédérale ont eu une influence importante sur les choix collectifs en termes de politique mémorielle de la RDA. C’est l’expérience du Troisième Reich qui a conduit à l’ouverture quasi immédiate des archives de la Stasi en 1991 ou à la transformation de certains lieux emblématiques de la dictature, par exemple la prison de la Stasi de Hohenschönhausen à Berlin devenue Mémorial et centre de documentation. Un nouveau courant historiographique a vu le jour au cours des années 2000, la comparaison des dictatures modernes („Diktaturenvergleich“), courant d’historiens modérés, représenté par exemple par Peter Steinbach ou Günther Heydemann, qui cherche à dépasser l’antagonisme entre les théories totalitaires et fascistes afin d’utiliser, de manière empirique, les outils fonctionnels de l’étude du national-socialisme dans le but de faire progresser la recherche sur la RDA57. L’influence inverse a également déjà eu lieu, par exemple lors de la révolte du 17 juin 1953, jugée parfaitement légitime par la société ouest-allemande, ce qui a conduit à la reconsidération de la légitimité de la résistance sous le Troisième Reich et contribué à sa réhabilitation par le grand public. Ces interférences seront à observer à plus long terme.

  • 58 Krysztoff Pomian, « Les avatars de l’identité historique », in : Le Débat, no°3, 1980.

38Enfin, il convient de rappeler que l’étude de la mémoire d’une société révèle surtout l’état de celle-ci à un moment donné. L’historien Krysztoff Pomian résume en ces termes la dialectique entre le passé et sa résurgence dans le présent : « Une époque révolue se met, quand son heure vient, à fonctionner comme un écran sur lequel les générations qui se suivent peuvent projeter, en les objectivant, leurs contradictions, leurs déchirements, leurs conflits. »58 Dès lors, la réception du passé est avant tout une clé afin de comprendre la période à laquelle on l’étudie. Les silences de la mémoire révèlent les non-dits et les malaises contemporains d’une société. La façon dont celle-ci traite son passé est avant tout révélatrice des repères et des problèmes identitaires qui l’animent ou la travaillent.

Notes

1 Bernd Faulenbach, « Les deux Allemagnes face à l’héritage national-socialiste », in : Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éd.), L’Allemagne 1945-1961. De la « catastrophe » à la construction du mur, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2009, p. 159-171.

2 Herfried Münkler, Die Deutschen und ihre Mythen, Berlin, Rowohlt, 2009.

3 Selon le sociologue, l’Autriche a, pour sa part, « externalisé » ce passé. Cf. M. Rainer Lepsius, Demokratie in Deutschland. Soziologisch-historische Konstellationsanalysen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993, p. 232.

4 Henry Rousso, « Les dilemmes d’une mémoire européenne », in : Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia (éd.), Historicités, Paris, La Découverte, 2009, p. 207.

5 Nous laisserons la production filmique de côté au profit des œuvres littéraires. Cf. Claire Kaiser, « L’évolution du discours mémoriel dans les œuvres filmiques depuis 1945 » dans ce même ouvrage.

6 Helmut König, Die Zukunft der Vergangenheit. Der Nationalsozialismus im politischen Bewusstsein der Bundesrepublik, Frankfurt/Main, Fischer, 2003, p. 19.

7 Cette lettre fut publiée la première fois le 28 septembre 1945 sous le titre „Warum ich nicht nach Deutschland zurückgehe“ (« Les raisons pour lesquelles je ne rentre pas en Allemagne ») dans la revue des exilés allemands Aufbau à New York.

8 Thomas Mann, Frank Thiess, Walter von Molo, Ein Streitgespräch über die äußere und die innere Emigration, Dortmund, Druckschriften Vertriebsdienst, 1946.

9 Pour les ouvrages allemands, nous indiquons le titre français de l’ouvrage lorsque celui-ci est paru en France, puis le titre allemand original entre parenthèses. Lorsque l’ouvrage n’est pas paru en France, nous indiquons le titre allemand et proposons sa traduction en français entre parenthèses.

10 Cf. Hélène Camarade, « La réception de la résistance allemande en République fédérale d’Allemagne depuis 1945 », in : Stephan Martens (éd.), La France, l’Allemagne et la Seconde Guerre mondiale. Quelles mémoires ?, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2007, p. 95-116.

11 Cf. Nadine Wilmann, Günther Weisenborn, un écrivain de la résistance allemande, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Hélène Camarade, « La réhabilitation de la résistance allemande dans la pièce ‘Les Clandestins’ de Günther Weisenborn dans l’immédiat après-guerre », in : Roselyne Mogin-Martin, Raúl Caplán, Christophe Dumas, Erich Fisbach (éd.), La mémoire historique. Interroger, construire, transmettre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2006, p. 329-338.

12 Hans-Gerd Winter (éd.), „Uns selbst mussten wir misstrauen.“ Die „junge Generation“ in der deutschsprachigen Nachkriegsliteratur, Hamburg, Dölling und Galitz, 2002.

13 Hélène Camarade, Écritures de la résistance. Le journal intime sous le Troisième Reich, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007.

14 Hannah Arendt, Besuch in Deutschland. Die Nachwirkungen des Naziregimes, Rotbuch Verlag, 1993 (première édition in : Commentary, 1950).

15 Nikolai Wehrs, „Von den Schwierigkeiten einer Geschichtsrevision. Friedrich Meineckes Rückblick auf die ‚deutsche Katastrophe’“, in : Jürgen Danyel, Jan-Holger Kirsch, Martin Sabrow (éd.), 50 Klassiker der Zeitgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007, p. 29-32.

16 Peter Reichel, Harald Schmidt, Peter Steinbach, „Die ‚zweite Geschichte’ der Hitler-Diktatur. Zur Einführung“, in : Peter Reichel, Harald Schmidt, Peter Steinbach (éd.), Der Nationalsozialismus – die zweite Geschichte. Überwindung. Deutung. Erinnerung, München, Beck, 2009, p. 12.

17 Jahrbuch der öffentlichen Meinung, Bd. 2, 1957, p. 145.

18 Extrait du discours reproduit in : Inge Scholl, Die weiße Rose, Frankfurt/Main, Fischer, 1953.

19 Carl J. Friedrich, Totalitäre Diktatur, Stuttgart, Kohlhammer, 1957 (Première édition : Totalitarian Dictatorship and Autocracy, Cambrigde, 1956).

20 Torben Fischer, „Ulmer Einsatzgruppenprozess“, in : Torben Fischer, Matthias N. Lorenz (éd.), Lexikon der Vergangenheitsbewältigung in Deutschland. Debatten- und Diskursgeschichte des Nationalsozialismus nach 1945, Bielefeld, Transcript, 2007, p. 64.

21 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, München, Beck, 1997.

22 Peter Reichel, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland. Die Auseinandersetzung mit der NS-Diktatur in Politik und Justiz, München, Beck, 2007.

23 Aleida Assmann, „Das gespaltene Gedächtnis Europas und das Konzept des dialogischen Erinnerns“, conférence tenue le 14 mars 2012 à Berlin à la Friedrich-Ebert-Stiftung.

24 Axel Schildt, „Der Umgang mit der NS-Vergangenheit in der Öffentlichkeit der Nachkriegszeit“, in : Wilfried Loth, Bernd-A. Rusineck (éd.), Verwandlungspolitik : NS-Eliten der westdeutschen Nachkriegszeit, Frankfurt/Main, Campus, 1998, p. 45.

25 Pour un panorama : Hélène Camarade, « Le passé national-socialiste dans la société ouest-allemande entre 1958 et 1968. Modalités d’un changement de paradigme mémoriel », in : Vingtième siècle. Revue d’histoire (110/2011), p. 83-95.

26 Propos cités par : Wolfgang Kraushaar, Frankfurter Schule und Studentenbewegung : von der Flaschenpost zum Molotowcocktail, Hamburg, Rogner & Bernard bei Zweitausendeins, 1998, vol 1., p. 254.

27 „Organisieren wir den Ungehorsam gegen die Nazigeneration“ (1967), cité d’après Detlef Siegfried, „Zwischen Aufarbeitung und Schlussstrich: Der Umgang mit der NS-Vergangenheit in den beiden deutschen Staaten 1958-1969“, in : Axel Schildt, Detlef Siegfried, Karl Christian Lammers (éd.), Dynamische Jahre: die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hamburg, Christians, 2000, p. 105.

28 Peter Reichel, Politik mit der Erinnerung. Gedächtnisorte im Streit um die nationalsozialistische Vergangenheit, Frankfurt/Main, Fischer, 1999.

29 Cf. Hans Mommsen, Le national-socialisme et la société allemande. Dix essais d’histoire sociale et politique, Paris, Édition de la maison de sciences de l’homme, 1997 (première édition : Der Nationalsozialismus und die deutsche Gesellschaft, Reinbek, Rowohlt, 1991).

30 Martin Broszat, Der Staat Hitlers. Grundlegung und Entwicklung seiner inneren Verfassung, München, Dtv, 1969.

31 Cf. Christoph Cornelissen, „Erforschung und Erinnerung. Historiker und die zweite Geschichte“, in : P. Reichel, H. Schmidt, P. Steinbach, op. cit., p. 217-242.

32 Heinrich Schwendemann, „Zwischen Abscheu und Faszination. Joachim C. Fests Hitler-Biographie als populäre Vergangenheitsbewältigung“, in : J. Danyel, J.-H. Kirsch, M. Sabrow, op. cit., p. 127-131.

33 Martin Broszat, Elke Fröhlich (éd.), Alltag und Widerstand. Bayern im Nationalsozialismus, München, Piper, 1987.

34 Andrea Höft, „Nationalsozialismus im Schulunterricht“, in : T. Fischer, M. N. Lorenz, op. cit., p. 172-174.

35 L’Allemagne n’y sera conviée pour la première fois qu’en 2004.

36 Martin Broszat, Saul Friedländer, „Um die Historisierung des Nationalsozialismus. Ein Briefwechsel“, in : Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte 36 (1988), p. 339-372.

37 Peter Steinbach, „Die publizistischen Kontroversen – eine Vergangenheit, die nicht vergeht“, in : P. Reichel, H. Schmidt, P. Steinbach, op. cit., p. 160.

38 Cf. Dan Diner (éd.), Zivilisationsbruch. Denken nach Auschwitz, Frankfurt/Main, Fischer, 1988.

39 Stephan Martens, « La mémoire de la Seconde Guerre mondiale : le débat allemand », in : S. Martens, op. cit., p. 45.

40 Frank Schirrmacher (éd.), Die Walser-Bubis-Debatte. Eine Dokumentation, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1999.

41 A. Assmann, „Das gespaltene Gedächtnis Europas und das Konzept des dialogischen Erinnerns“, op. cit.

42 Cf. C. Kaiser, op. cit.

43 Harald Schmidt, „Deutungsmacht und kalendarisches Gedächtnis – die politischen Gedenktage“, in : P. Reichel, H. Schmidt, P. Steinbach, op. cit., p. 212.

44 „Anthropologie des Leidens. Interview mit dem Historiker Dan Diner“, in : Phase 2. Zeitschrift gegen die Realität, 09/2003, Leipzig.

45 Cf. Ute Frevert, „Geschichtsvergessenheit und Geschichtsversessenheit revisited. Der jüngste Erinnerungsboom in der Kritik“, in : Aus Politik und Zeitgeschichte 40-41, 2003, p. 6-13.

46 Wolfgang Benz, „Nationalsozialismus im Generationskonflikt. Anmerkungen zu Büchern von Kindern und Enkeln“, in : Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, no°3, 2007, p. 245-250.

47 Norbert Frei cite par exemple les travaux de Dieter Pohl, Holocaust. Die Ursachen, das Geschehen, die Folgen, Freiburg, Herder, 2000. Cf. Norbert Frei, „Die Zukunft der Erinnerung. Geschichtswissenschaft“, in : Volkhard Knigge, Norbert Frei (éd.), Verbrechen erinnern. Die Auseinandersetzung mit Holocaust und Völkermord, München, Beck, 2002, p. 372.

48 Cf. « Secrets de famille, non-dits ou tabous ? Présence du passé national-socialiste dans la littérature allemande contemporaine », dossier thématique coordonné par Carola Hähnel-Mesnard, in : Allemagne d’aujourd’hui, no°178, 2006 ; Catherine Fabre-Renault, « ’Sur la carte de l’âme allemande, une tache blanche’, le passé de l’Allemagne vu au présent de la troisième génération : Christoph Amend, Marcel Beyer, Tanja Dückers », in : Germanica, no°39, 2006, p. 165-179.

49 Aleida Assmann, Generationsidentitäten und Vorurteilsstrukturen in der neuen deutschen Erinnerungsliteratur, Wien, Picus, 2006, p. 27.

50 Cet auteur, né en 1952, appartient plutôt à la génération des enfants de témoins mais son ouvrage s’inscrit dans le courant de la troisième génération.

51 Cf. Hélène Camarade, « Le viol des femmes allemandes en 1944-1945 : Un tabou transgressé dans les journaux intimes et les romans ? », in : Témoigner. Entre Histoire et Mémoire no°113 (sept. 2012), dossier « Les tabous de l’histoire allemande », p. 99-111.

52 Harald Welzer, Sabine Moller, Karoline Tschuggnall, „Opa war kein Nazi“. Nationalsozialismus und Holocaust im Familiengedächtnis, Frankfurt/Main, Fischer, 2002.

53 Aleida Assmann, Der lange Schatten der Vergangenheit. Erinnerungskultur und Geschichtspolitik, München, Beck, 2006, p. 193.

54 Jürgen Danyel (éd.), Die geteilte Vergangenheit. Zum Umgang mit Nationalsozialismus und Widerstand in beiden deutschen Staaten, Berlin, Akademie-Verlag, 1995.

55 Cf. Norbert Frei, „Deutschlands Vergangenheit und Europas Gedächtnis“, in : Helmut König, Julia Schmidt, Manfred Sicking (éd.), Europas Gedächtnis. Das neue Europa zwischen nationalen Erinnerungen und gemeinsamer Identität, Bielefeld, transcript, 2008, p. 71-84 ; « Dossier : Mémoires Europe-Asie » coordonné par Henry Rousso, in : Vingtième siècle. Revue d’histoire, no°94, 2/2007 ; Konrad Jarausch, Thomas Lindenberger (éd.), Contested Memories. Europeanizing contemporary histories, New York, Berghahn, 2007.

56 Henry Rousso, « Vers une mondialisation de la mémoire », in : Vingtième siècle. Revue d’histoire, no°94, 2007, p. 3.

57 Cf. Günther Heydemann, Heinrich Oberreuter (éd.), Diktaturen in Deutschland – Vergleichsaspekte. Strukturen, Institutionen und Verhaltensweisen, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2003 ; Peter Steinbach, „Diktaturen im 20. Jahrhundert. Kategorien, Vergleiche, Probleme“, in : Angela Borgstedt, Siegfried Frech, Michael Stolle (éd.), Lange Schatten. Bewältigung von Diktaturen, Schwalbach, Wochenschau Verlag, 2007, p. 17-47.

58 Krysztoff Pomian, « Les avatars de l’identité historique », in : Le Débat, no°3, 1980.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site