Version classiqueVersion mobile

Prestiges de la jalousie

 | 
Dolorès Lyotard

Nuit fossile

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On prend au cavalier son cheval, on prend à la mer son bateau, à l’épée le sang, au souvenir ses larmes, à la nuit le noir.
Pascal Quignard

Elle devient à présent, […] ce que toujours elle fut, l’impassibilité d’un temps hors du temps, une mortelle immortelle, trop humaine inhumaine, le dieu muet la bête, une eau dormante au fond désormais apaisé de l’abîme, ce volcan dont je me dis que je me suis bien sorti, « in istam dico vitam mortalem, an mortalem vitalem ? »
Jacques Derrida (Circonfession)

D’un salut effronté, ou comme d’un sourire joignant au respect dû à plus grand que soi la connivence du plus tendre, je tends à Pascal Quignard ce signe d’amitié qu’Angelus Silesius adressa à saint Augustin :

« Arrête mon Augustin : avant que tu n’aies pénétré Dieu on y trouvera la mer dans une petite fosse. »

 

Augustin, c’est lui, Pascal Quignard, qui le nomme, le cite, confiant tout bonnement la création de son Dernier royaume à son saint patronage, comme autrefois il désignait le cognomen secre...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search