Version classiqueVersion mobile

Prestiges de la jalousie

 | 
Dolorès Lyotard

Sine die

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je compris alors que jamais Noé ne put si bien voir le monde que depuis l’arche, malgré qu’elle fût close et qu’il fît nuit sur la terre.
Marcel Proust

Hé bien, hé bien, ma belle, qu’avez-vous à crier comme un aigle ; […] qu’y a-t-il de si terrible à ces paroles : « mes journées sont remplies ? » Il est vrai que Bayard est ici et qu’il fait mes affaires. Mais, quand il a couru tout le jour pour mon service, écrirai-je ? Encore faut-il lui parler. Quand j’ai couru, moi, et que je reviens, je trouve M. de La Rochefoucauld, que je n’ai point vu de tout le jour : écrirai-je ? M. de La Rochefoucauld et Gourville sont ici : écrirai-je ? Mais quand ils sont sortis ? Ah, quand ils sont sortis, il est onze heures, et je sors, moi ; je couche chez nos voisins, à cause qu’on bâtit devant mes fenêtres. Mais l’après-dîner ? – J’ai mal à la tête. – Mais le matin ? – J’ai mal encore et je prends des bouillons d’herbes qui m’enivrent1.

Ô comme cela se dit à ravir, le trop tôt – le trop tard, lestes, r...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search