Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Partie 4. Idéal délibératif et domination

Efficacité du discours et rapports de force : le poids incompressible de l’Institution ? Remarques sur l’efficacité du langage chez Pierre Bourdieu

Bruno Ambroise

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’agissant de comprendre l’efficacité politique du langage, le recours à la théorie des actes de parole, initiée par John L. Austin dans les années 19501, peut sembler naturel, tant on peut suspecter que les enjeux politiques informent et affectent l’efficacité qu’on appelle aussi « performative ». Pourtant, c’est une manœuvre qui est rarement réalisée et qui, lorsqu’elle l’est, considère souvent que les enjeux politiques s’ajoutent à l’efficacité linguistique, ou s’en servent, sans la structurer. Cette imperméabilisation de l’efficacité du langage aux enjeux extérieurs est assez évidente chez Jürgen Habermas2, par exemple, mais elle dérive en réalité de toute une tradition d’analyse qui considère que l’efficacité linguistique est autonome et ne doit rien aux enjeux dans lesquels elle trouve à s’inscrire. Il n’est pas certain que cette lecture soit fondée à trouver chez Austin une telle mise à l’écart des enjeux extra-linguistiques, tellement les conventions sociales déterminent sel...

Auteur

Chercheur au CNRS et spécialiste de philosophie du langage. Il travaille tout particulièrement sur l’efficacité des actes de parole.
CNRS, CURAPP-ESS (UMR 7319)

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540