Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Partie 4. Idéal délibératif et domination

Efficacité du discours et rapports de force : le poids incompressible de l’Institution ? Remarques sur l’efficacité du langage chez Pierre Bourdieu

Bruno Ambroise

Texte intégral

  • 1 Voir John L. Austin, How to Do Things with Words, edited by J.O. Urmson and M. Sbisà, Oxford, Oxfo (...)
  • 2 Voir le texte de Denis Vernant dans ce volume ; voir aussi François Récanati, Les énoncés performa (...)
  • 3 Voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001. Désormais cité LPS.

1S’agissant de comprendre l’efficacité politique du langage, le recours à la théorie des actes de parole, initiée par John L. Austin dans les années 19501, peut sembler naturel, tant on peut suspecter que les enjeux politiques informent et affectent l’efficacité qu’on appelle aussi « performative ». Pourtant, c’est une manœuvre qui est rarement réalisée et qui, lorsqu’elle l’est, considère souvent que les enjeux politiques s’ajoutent à l’efficacité linguistique, ou s’en servent, sans la structurer. Cette imperméabilisation de l’efficacité du langage aux enjeux extérieurs est assez évidente chez Jürgen Habermas2, par exemple, mais elle dérive en réalité de toute une tradition d’analyse qui considère que l’efficacité linguistique est autonome et ne doit rien aux enjeux dans lesquels elle trouve à s’inscrire. Il n’est pas certain que cette lecture soit fondée à trouver chez Austin une telle mise à l’écart des enjeux extra-linguistiques, tellement les conventions sociales déterminent selon lui l’efficacité du langage ; mais elle fait désormais autorité dans une grande partie de la pragmatique contemporaine. Pierre Bourdieu est l’un des rares à s’être élevés contre cette autonomisation de l’efficacité linguistique à la sphère purement linguistique et à avoir essayé d’utiliser les hypothèses d’Austin dans le sens d’une sociolinguistique des effets de pouvoir linguistiques3. Selon lui, en effet, un locuteur ne réussit à produire un effet par sa parole que s’il est investi d’une autorité telle qu’il parvient à imposer chez l’interlocuteur la reconnaissance de la validité de l’effet qu’il cherche à produire. De telle sorte que, dans son analyse, l’efficacité linguistique, lorsqu’elle est avérée, peut sembler se réduire nécessairement à un effet de domination. Dès lors, au regard de cette maximisation inverse de la détermination sociale de l’effet linguistique, le problème est de savoir si les locuteurs restent encore libres d’utiliser la parole comme ils l’entendent et s’ils sont susceptibles d’échapper, lorsqu’ils parlent, à la détermination socio-politique des usages de leur parole.

  • 4 Ces questions, d’apparence purement conceptuelle, sont centrales car on peut considérer qu’il n’y (...)
  • 5 En tant que celle-ci traduit des rapports de force.

2L’enjeu est double : il s’agit d’élucider ce qui permet à l’acte de parole d’être un acte (ou d’avoir un effet) et de comprendre le rôle que peut néanmoins tenir le locuteur dans ce processus. Quel est l’acteur de l’acte de parole ; en quoi est-il acteur ? Car, si ce qui permet à un individu d’agir au moyen de sa parole relève de conditions sociales, celles-ci n’obligent-elles pas paradoxalement à sacrifier l’agentivité du locuteur qui agit par la parole4 ? Ou n’est-il acteur qu’en tant qu’il est doté d’autorité et, à un titre ou un autre, représente une fonction étatique ? Autrement dit, l’acte de parole peut-il échapper à toute dimension politique5 ? Le degré d’agentivité tiendrait-il tout entier à la seule inscription du locuteur dans une position sociale particulière ? Telles sont les questions principales auxquelles nous chercherons à répondre en mobilisant la théorie de Bourdieu, en revenant d’abord rapidement sur les propositions austiniennes pour ensuite analyser comment Bourdieu les reprend en les inscrivant immédiatement dans une relation de pouvoir.

Le repérage des conditions sociales des énoncés performatifs et, plus généralement, des actes de parole

  • 6 Pour une analyse plus détaillée, nous nous permettons de renvoyer à Bruno Ambroise, « La conceptio (...)

3On sait qu’Austin a repéré, à travers les énoncés « performatifs », des effets particuliers de la parole qui l’ont conduit à qualifier tout énoncé d’acte de parole. En effet, un acte, par définition, se mesure notamment par la modification qu’il entraîne dans le réel, c’est-à-dire par ses effets. Or, certains énoncés se caractérisent essentiellement par les effets qu’ils produisent (lorsqu’ils sont réussis) et non pas par le contenu sémantique de ce qu’ils disent. C’est le cas avec l’ordre, le baptême, le mariage, etc. Ces derniers énoncés, qui semblent faire cela même qu’ils disent, sont des énoncés « performatifs ». Mais Austin ne réserve pas cette qualité d’action aux seuls énoncés performatifs : il la généralise pour considérer que tout énoncé fait quelque chose et, à ce titre, peut être qualifié d’acte de parole. Austin dit alors qu’un acte de parole agit selon une certaine « force illocutoire », en plus d’avoir une certaine signification et certains effets consécutifs. Cette force illocutoire correspond à la détermination actancielle de l’énoncé et se spécifie selon le type d’acte réalisé par le langage (une promesse, un mariage, un baptême, un vœu, etc.). Certaines conditions doivent cependant être réunies pour que des énoncés en viennent à valoir comme des actes. Or, selon Austin, ces conditions sont essentiellement d’ordre social et conventionnel, notamment parce que tout énoncé est un événement historique qui doit prendre place au sein d’une situation dans laquelle il doit produire certains effets6. C’est ainsi parce qu’il existe certaines conventions sociales que l’énoncé « Je baptise ce bateau le Queen Elizabeth » peut avoir pour effet de baptiser le bateau. De telle sorte que, pour Austin, les effets produits en disant quelque chose – les effets illocutoires – sont également conventionnels.

  • 7 Voir John R. Searle, Speech Acts : An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Mass., Cambr (...)
  • 8 Voir H. Paul Grice, Studies in the Way of Words, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1989.
  • 9 Même si, en raison des conditions sociales, les effets visés peuvent être empêchés de se produire.

4Pourtant, se sont développées, dans la pragmatique contemporaine, deux autres conceptions, devenues majoritaires dans le champ de la discipline, qui conçoivent différemment l’efficacité du discours. Alors qu’Austin considère qu’il y a une efficacité du langage qui a des effets objectifs en raison de leur caractère conventionnel et situé, John Searle7 et Paul Grice8 défendent plutôt l’idée que les effets linguistiques sont des effets sur les croyances des locuteurs et des interlocuteurs, obtenus au moyen de la reconnaissance des intentions du locuteur – des effets qu’on peut dès lors dire « subjectifs » et « cognitifs ». Se jouent là la réalité même des effets considérés (leur « ontologie »), mais aussi leur force (ce qu’Austin appelle précisément « force illocutoire »), c’est-à-dire la façon dont ils s’inscrivent dans le réel, leurs conditions de réalisation, et, dès lors, les acteurs qui peuvent les accomplir. Car, selon Searle et Grice, tout un chacun, dès lors qu’il maîtrise la langue (à savoir les règles linguistiques de la grammaire, de la sémantique mais aussi de la pragmatique et, peut-on dire, de la conversation), doit être capable de réaliser n’importe quel acte de parole. N’importe quel « locuteur compétent » (du strict point de vue linguistique) peut agir au moyen du langage9. Alors que, pour Austin, ce n’est pas nécessairement le cas : sa conception conventionnaliste et contextualiste, qui fait des effets linguistiques des effets conventionnels situés, insiste sur le fait que quiconque ne peut pas réaliser n’importe quel acte de parole : il faut, pour réussir un acte de parole, que les bonnes circonstances soient réunies, mais il faut aussi être la bonne personne pour pouvoir réussir la procédure invoquée, etc. L’acteur de l’acte de parole ne peut pas être pas n’importe qui :

  • 10 John L. Austin, « Performative Utterances », in Philosophical Papers, Oxford, Oxford University Pr (...)

Supposons que vous soyez prêt à baptiser le bateau, que vous ayez été désigné pour le baptiser, et que vous soyez prêt à lancer la bouteille contre la proue ; mais à ce moment même, un type grossier se pointe, vous arrache la bouteille des mains, la fracasse contre la proue, crie « Je baptise ce bateau Le Généralissime Staline », et, pour faire bonne mesure, repousse les cales du pied. Bon, nous nous accordons bien sûr sur plusieurs choses. Nous sommes d’accord sur le fait que le bateau ne se nomme certainement pas maintenant Le Généralissime Staline, nous sommes d’accord quant au fait que c’est scandaleux, et ainsi de suite10.

5On comprend ici qu’il faut être la personne apte ou susceptible de baptiser le bateau pour réussir à faire l’acte de parole de baptême – il faut être « autorisé », selon les termes de Bourdieu. Austin avait déjà noté en passant cette importance de l’autorité de la personne qui entend agir au moyen du langage dans un cas spécifique (où l’autorité apparaît clairement nécessaire) :

  • 11 John L. Austin, HTD, p. 59.

[…] sur une île déserte, vous pouvez me dire : « Allez ramasser du bois » ; et je puis vous répondre : « Je n’ai pas d’ordre à recevoir de vous », ou « Vous n’avez pas qualité pour me donner des ordres ». Je n’accepte pas d’ordre de vous quand vous essayez d’imposer votre autorité sur une île déserte (une autorité que je peux reconnaître, certes, mais seulement si je le veux bien) ; et cela contrairement au cas où vous êtes le capitaine du bateau et possédez de ce fait une autorité authentique11.

6Il faut avoir une certaine autorité pour réaliser un ordre, c’est-à-dire pour réaliser (au moins) certaines actions par le langage. Or, il s’agit d’un point qui avait également été repéré par le linguiste Émile Benveniste lorsque, dans les mêmes années qu’Austin, il en vint lui aussi à repérer des énoncés performatifs. Il insistait alors de manière plus générale sur l’équivalence entre « énoncé performatif » et « acte d’autorité » :

  • 12 Émile Benveniste, « La philosophie analytique et le langage », in Problèmes de linguistique généra (...)

Hors des circonstances, qui le rendent performatif, un tel énoncé n’est plus rien. N’importe qui peut crier sur la place publique : « Je décrète la mobilisation générale. » Ne pouvant être acte faute de l’autorité requise, un tel propos n’est plus que parole ; il se réduit à une clameur inane, enfantillage ou démence. Un énoncé performatif qui n’est pas acte n’existe pas. Il n’a d’existence que comme acte d’autorité. Or, les actes d’autorité sont d’abord et toujours des énonciations proférées par ceux à qui appartient le droit de les énoncer. Cette condition de validité, relative à la personne énonçante et à la circonstance de l’énonciation, doit toujours être supposée remplie12.

7Benveniste insistait donc fortement (et plus qu’Austin) sur la nécessité pour le locuteur, s’il veut accomplir un énoncé performatif, d’avoir l’autorité nécessaire pour l’accomplir, ou du moins le « droit » de le faire. Benveniste posait cela comme une condition des performatifs qui, on s’en souvient, ne forment qu’une strate de tous les énoncés efficaces repérés par Austin.

8Or, Bourdieu va généraliser cette condition à tous les énoncés efficaces (on pourrait dire : aux actes de parole en général), même s’il se concentre sur les performatifs. Ce faisant, il nous semble qu’il reste fidèle à la pensée d’Austin, qui, on l’a compris, ne dissociait pas efficacité linguistique et efficacité sociale. C’est ce point que l’on va maintenant essayer de comprendre, en se concentrant tout d’abord sur le rôle que Bourdieu accorde aux institutions, et aux conditions sociales en général, dans la réussite et la mise en place des énoncés efficaces.

Les conditions sociales affectent la reconnaissance de l’efficacité du discours

  • 13 In Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, op. cit., qui comprend certains textes qui seront rep (...)
  • 14 Voir Pierre Bourdieu, Réponses, pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992.
  • 15 Pour une analyse plus précise, nous nous permettons de renvoyer à Bruno Ambroise, « Le contexte so (...)
  • 16 Voir Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1991.

9L’oubli des conditions sociales est le principal reproche que Bourdieu formule à l’encontre des théoriciens orthodoxes des actes de parole (et aussi, initialement, en 198113, à l’encontre d’Austin lui-même, même si Bourdieu a reconnu ensuite s’être trompé en ce qui le concerne14). On l’a dit, ceux-ci semblent conférer une efficacité à la parole elle-même, en revenant, par-delà Austin, à une détermination purement linguistique de l’efficacité15. Ceux-ci vont par exemple dire que c’est parce que l’énoncé « je te promets de tondre la pelouse » signifie (ou exprime l’intention) que je te promets de tondre la pelouse que, par cet énoncé, je fais une promesse. Ainsi, Searle, mais aussi Oswald Ducrot, qui, parmi les linguistes, est pourtant l’un des plus conscients des déterminations sociales, vont qualifier la force illocutoire de « prétention à faire quelque chose »16. Autrement dit, un énoncé de promesse ne serait jamais en fait, du point de vue linguistique, qu’une prétention à faire une promesse, qui ensuite serait validée, ou pas, par l’interlocuteur. Or, cette explication ne vaut qu’à cloisonner l’efficacité linguistique et l’efficacité sociale. D’une certaine façon, selon cette explication, les conditions sociales viennent confirmer, ou non, la prétention linguistique, et l’efficacité sociale de l’énoncé serait ainsi quelque chose qui s’ajouterait en surplus à l’efficacité linguistique qui serait déjà dans l’énonciation, quoi qu’il arrive. Il n’y aurait d’ordre réussi que linguistiquement valide puis socialement validé. Mais, du strict point de vue linguistique, l’énoncé, en tant que porteur d’un ordre, serait toujours valide (dès lors qu’il respecte les conditions linguistiques).

10Contre cette conception trop idéaliste, Bourdieu soutient que, dans le réel de l’échange linguistique, cette distinction ne tient pas, car la reconnaissance de la prétention de l’énoncé à faire tel ou tel acte dépend étroitement des conditions sociales de réception de l’énoncé, qui déterminent l’autorité détenue, ou non, par le locuteur, laquelle seule lui permet, le cas échéant, de prononcer cet énoncé – lui permet donc d’avoir cette prétention. Il faudrait donc situer l’analyse du langage pour comprendre comment il peut être doté d’une autorité qui lui permet de faire quelque chose.

  • 17 Voir Jennifer Hornsby, « Feminism in Philosophy of Language : Communicative Speech Acts », in M. F (...)
  • 18 Voir Maximilian de Gaynesford, « Speech, Action and Uptake », in M. de Gaynesford, ed., Agents and (...)

11D’une certaine façon, on peut déjà trouver, chez Austin lui-même, des éléments allant dans le sens de cette analyse, notamment si on suit la lecture qu’en offre Jennifer Hornsby17 ou Maximilian de Gaynesford18. Ces derniers, dans leurs analyses de l’efficacité des actes de parole, insistent sur une remarque précise d’Austin :

  • 19 John L. Austin, HTD., p. 125.

Un acte illocutoire n’aura pas été effectué avec bonheur, ou avec succès, si un certain effet n’aura pas été produit. […] L’effet consiste généralement à provoquer la compréhension de la signification et de la valeur de la locution. L’exécution d’un acte illocutoire inclut donc l’obtention de sa bonne compréhension (securing uptake)19.

  • 20 C’est une lecture forte de la condition de félicité A1 donnée par Austin in HTD.

12Autrement dit, selon leur interprétation, l’efficacité illocutoire réside dans la reconnaissance obtenue par le locuteur lorsqu’il utilise une certaine phrase20. C’est un point que, sous une certaine perspective, Ducrot admet quand il souligne l’aspect provisoire (attendant confirmation) de l’acte linguistique, tout comme Searle qui souligne la nécessité que l’intention du locuteur soit reconnue par l’interlocuteur. Mais ils restreignent tous deux cette reconnaissance au pur champ linguistique ou communicationnel (en évacuant du champ communicationnel les aspects sociopolitiques), alors que cette reconnaissance est nécessairement – ou intrinsèquement – affectée par les positions sociales respectives du locuteur qui la demande et de ceux qui lui accordent (ou non). Pour le dire autrement, avec Austin, l’efficacité d’un énoncé dépend toujours de la situation précise dans laquelle il est produit et n’est pas déterminable abstraitement (en toute généralité). Ainsi, je ne parviens à donner un ordre que si l’on me reconnaît la légitimité à donner un ordre – légitimité qui est jugée à l’aune de mon autorité ou, souvent, de ma position institutionnelle. Si, en effet, un acte de parole donné ne gagne son efficacité qu’à être reconnu comme l’acte de parole qu’il prétend être, étant donné son respect d’une certaine procédure conventionnelle (linguistique ou non), il s’ensuit que le locuteur doit parvenir à faire reconnaître que son énoncé respecte cette procédure : le locuteur doit ainsi parvenir à gagner une voix (ou une autorité) dans l’interaction. Comme le dit Bourdieu :

  • 21 Pierre Bourdieu, LPS, p. 107.

La question des énoncés performatifs s’éclaire si l’on y voit un cas particulier des effets de domination symbolique dont tout échange linguistique est le lieu. Le rapport de force linguistique n’est jamais défini par la seule relation entre les compétences linguistiques en présence. Et le poids des différents agents dépend de leur capital symbolique, c’est-à-dire de la reconnaissance, institutionnalisée ou non, qu’ils reçoivent d’un groupe21.

13Autrement dit, l’action performative (ou illocutoire) n’a lieu que parce qu’elle obtient une reconnaissance de la part de l’interlocuteur – en l’occurrence de l’ordonné – et elle n’a d’efficace que parce que le locuteur a alors le pouvoir de faire reconnaître son énoncé comme un acte ordonnant de faire telle chose. L’acte de parole qu’est l’ordre ne vaut comme ordre que si le locuteur est en position d’autorité pour imposer son acte de parole. C’est dire que la reconnaissance demandée pour que l’acte de parole exécuté réussisse est en même temps reconnaissance de l’autorité du locuteur à exécuter cet acte de parole donné. Dès lors, selon Bourdieu :

  • 22 Pierre Bourdieu, « Le pouvoir symbolique », Annales ESC, 32/3, 1977, p. 410 (repris in LPS).

Ce qui fait le pouvoir des mots et des mots d’ordre, pouvoir de maintenir l’ordre ou de le subvertir, c’est la croyance dans la légitimité des mots et de celui qui les prononce, croyance qu’il n’appartient pas aux mots de produire22.

14On peut ainsi dire que les mots prononcés n’ont d’autorité qu’en raison de l’autorité de celui qui les prononce. Or, celui-ci ne détient pas de lui-même – en tant que locuteur compétent – son autorité : il la doit à la position sociale qu’il occupe lors de l’échange.

L’échange linguistique efficace comme pratique sur un marché : la reconnaissance échangée

  • 23 On peut en effet considérer, avec Austin, qu’un ordre qui n’est pas pris comme un ordre n’est pas (...)
  • 24 D’une certaine façon, Searle, Ducrot ou même Habermas admettraient que le langage est une pratique (...)

15Bien sûr, cette « reconnaissance » s’obtient, ou non, au cours de l’échange linguistique (qui peut même être entravé dans certains cas d’échecs23). Mais celui-ci n’a pas lieu dans un hors-lieu ou dans un lieu neutre. Bourdieu, comme Austin, rappelle que langage n’est pas détaché des pratiques humaines et de leur histoire et qu’il faut le considérer dans certains contextes, notamment sociaux, pour comprendre son fonctionnement : il s’agit lui-même d’une pratique sociale24. Or, il n’y a, pour Bourdieu, de pratique sociale que sur un « marché » où celle-ci trouve à se mettre en œuvre. En ce sens,

  • 25 Pierre Bourdieu, LPS, p. 60. Comparer avec Pierre Bourdieu, Réponses, op. cit., p. 121.

[tout] acte de parole, et plus généralement, toute action, est une conjoncture, une rencontre de séries causales indépendantes : d’un côté les dispositions, socialement façonnées, de l’habitus linguistique, qui impliquent une certaine propension à parler et à dire des choses déterminées (intérêt expressif) et une certaine capacité de parler définie inséparablement comme capacité linguistique d’engendrement infini d’un discours grammaticalement conforme et comme capacité sociale permettant d’utiliser adéquatement cette compétence dans une situation déterminée ; de l’autre les structures du marché linguistique, qui s’imposent comme un système de sanctions et de censures spécifiques25.

16La pratique de la langue se définit selon Bourdieu comme l’énonciation de phrases appartenant à un certain code (la langue) dans une situation donnée, qui se caractérise par le fait qu’elle est constituée par un « marché » des échanges linguistiques, sur lequel certaines prises de parole ont plus de valeur que d’autres, ou sont mieux tolérées (« autorisées ») que d’autres. Cette énonciation elle-même relève d’une maîtrise pratique de la parole, incorporée dans les habitus de chacun, lesquels anticipent plus ou moins distinctement ce qu’il convient de dire dans telle ou telle situation. Il y a ainsi un « sens pratique » de la parole qui permet aux différents locuteurs, lorsqu’ils maîtrisent non seulement le code linguistique mais aussi le code social de son usage, d’être relativement pertinents et, ainsi, d’avoir voix au chapitre.

17Car le concept de « marché » ne se limite pas ici à caractériser un lieu d’expression de la parole ; il rend également compte du fait que celle-ci a toujours lieu au sein d’un échange dans lequel le récepteur joue un rôle dans l’évaluation de la parole formulée (c’est-à-dire dans la reconnaissance à obtenir), comme dans un échange marchand :

  • 26 Pierre Bourdieu, LPS, p. 61.

[…] le produit linguistique ne se réalise complètement comme message que s’il est traité comme tel, c’est-à-dire déchiffré, et que les schèmes d’interprétation que les récepteurs mettent en œuvre dans leur appropriation créatrice du produit proposé peuvent être plus ou moins éloignés de ceux qui ont orienté la production. À travers ces effets, inévitables, le marché contribue à faire non seulement la valeur symbolique, mais aussi le sens du discours26.

  • 27 Pensons, par exemple, à tous les cas de discordances, de plus en plus ressenties, entre la parole (...)
  • 28 Pierre Bourdieu, Réponses, op. cit., p. 119.

18C’est en effet parce que l’interlocuteur doit toujours (re-)saisir la parole énoncée que la valeur et le rôle expressif de celle-ci ne sont pas déterminés par le seul locuteur, en fonction du code (linguistique et social) qu’il maîtrise et respecte (ou pas). La valeur de l’énoncé se construit aussi en fonction de sa réception, laquelle n’est pas nécessairement accordée à la production du message : l’état du marché (linguistique) peut être tel qu’il mette en relation des interlocuteurs qui n’ont pas les mêmes compétences (linguistiques et sociales), ni les mêmes attentes27. Ainsi, la parole en vient à être structurée tout autant par l’état du marché que par le code linguistique et sa mise en œuvre par le locuteur. Dès lors, une relation de communication linguistique ne peut pas être analysée comme purement linguistique, puisqu’elle est intrinsèquement lié aux structures (elles-mêmes relatives à certaines institutions) qui conditionnent l’échange linguistique localement et historiquement situé. Ainsi, « la forme que prend l’interaction linguistique dépendra substantiellement de cette structure [objective] qui reste inconsciente et fonctionne presque toujours dans le dos des locuteurs »28.

19Tout échange linguistique est donc structuré du fait même qu’il se fait sur un marché (le marché des « biens symboliques » selon Bourdieu), qui est structuré d’une certaine façon. Ce marché forme en réalité un espace structuré de positions différentielles (le professeur par rapport à l’étudiant, le juge par rapport au justiciable, l’adulte par rapport à l’enfant, etc.). Or, sur ce marché, il existe un capital : un « capital linguistique » qui ne consiste pas seulement à faire des phrases bien formées, mais aussi à les utiliser de manière adéquate (eu égard au marché considéré : il s’agit d’avoir le sens linguistique de la situation). Le locuteur le fait non-consciemment, même s’il envisage ou anticipe toujours plus ou moins les conditions de réception de son discours.

  • 29 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Bruno Ambroise, « La rationalité de l’efficacité (...)

20Or, le marché linguistique met précisément en confrontation, non pas des consciences libres de toute détermination et utilisant de manière réfléchie un code pour véhiculer un sens décidé en toute autorité, mais des habitus linguistiques agissant de manière relativement automatique. Autrement dit, toute énonciation dépend, en dernière instance, de la relation complexe et non-nécessairement réflexive29 qu’entretient un habitus (c’est-à-dire un système de dispositions acquis par la socialisation d’un individu) avec un champ (un espace objectif de relations sociales au sein duquel se construit un habitus). Cet habitus est lui-même construit au cours de l’histoire d’un individu et modélise des dispositions et des investissements spécifiques qui lui permettent d’appréhender une situation linguistique donnée en lui donnant du sens et d’avoir quelque chose à y dire (de manière pertinente) en fonction de l’état du champ social dans lequel il parle (de ses exigences tacites ou expresses, de ses pressions ou sollicitations). En ce sens, il détermine les actions que l’agent est susceptible de faire ou de ne pas faire au moyen du langage.

Locuteurs autorisés, rapport de pouvoir et inégalités : le pouvoir symbolique des individus comme pouvoir délégué par l’institution

21Bourdieu considère, comme Austin, que la parole n’a d’efficace qu’au sein d’une interaction, de telle sorte qu’on peut caractériser toute émission d’énoncés comme un échange linguistique ayant lieu sur un « marché linguistique. » Plus précisément, les échanges linguistiques quotidiens sont autant de rencontres localisées entres des locuteurs qui sont porteurs de ressources et de compétences socialement structurées. Ainsi, toute interaction linguistique, aussi personnelle et insignifiante qu’elle puisse paraître, porte-t-elle les traces de la structure sociale qu’elle exprime (et qu’elle contribue à reproduire). Comme il le dit, commentant Austin :

  • 30 Pierre Bourdieu, LPS, p. 163-165.

Si, comme le remarque Austin, il est des énonciations qui n’ont pas seulement pour rôle de « décrire un état de chose ou d’affirmer un fait quelconque », mais aussi d’« exécuter une action », c’est que le pouvoir des mots réside dans le fait qu’ils ne sont pas prononcés à titre personnel par celui qui n’en est que le « porteur » : le porte-parole autorisé ne peut agir par les mots sur d’autres agents […] que parce que sa parole concentre le capital symbolique accumulé par le groupe qui l’a mandaté et dont il est le fondé de pouvoir. […] Un énoncé performatif est voué à l’échec toutes les fois qu’il n’est pas prononcé par une personne ayant le « pouvoir » de le prononcer ou, plus généralement, toutes les fois que « les personnes ou circonstances particulières » ne sont pas « celles qui conviennent pour qu’on puisse invoquer la procédure en question », bref toutes les fois que le locuteur n’a pas d’autorité pour émettre les mots qu’il énonce30.

22En cela, Bourdieu ne s’éloigne pas d’Austin, il vient plutôt préciser les modalités d’efficacité du langage, à savoir le fait que le locuteur doit posséder un « capital symbolique » suffisamment important pour doter son énoncé de l’efficacité symbolique qu’est la force illocutoire correspondante à l’énoncé qu’il profère.

23Ce que remet radicalement en cause Bourdieu ici, c’est en fait l’illusion du « communisme linguistique », c’est-à-dire : 1) l’idée selon laquelle toutes les compétences et les ressources sociales et intellectuelles permettant de faire n’importe quel usage du langage sont également distribuées (idée à laquelle peut parfois céder Austin) ; 2) le fait d’uniformiser de manière illusoire l’ensemble des pratiques, en prenant comme modèle normatif de l’usage correct un ensemble particuliers de pratiques linguistiques, en négligeant les conditions socio-historiques qui ont institué un ensemble particulier de pratiques linguistiques comme dominant et légitime (les discours autorisés ont ainsi tout le poids de la société et de l’histoire pour eux).

24Seul le point 1) retiendra notre attention ici. Il faut en effet comprendre que tous les agents ne disposent pas tous également des ressources (quelles qu’elles soient, mais notamment le « capital symbolique ») qui leurs permettent d’obtenir les conditions – de félicité – garantissant l’efficacité de leur discours. Le Président de la République, par exemple, dans la structure politique et sociale qui est la nôtre où il est doté de l’autorité suprême, va probablement disposer de tous les moyens lui permettant de faire en sorte que tous ses énoncés soient reconnus et gagnent par conséquent l’efficacité qu’il veut leur donner. Mais tout le monde ne dispose pas des pouvoirs du Président de la République, et le civil ou même le simple soldat ne pourra pas toujours donner un ordre, faute de réunir les conditions requises pour l’exécution de l’ordre. Il en va de même du baptême ou du mariage : seules des personnes autorisées, ayant donc le pouvoir de réunir les conditions de félicité garantissant la réussite de leur acte, peuvent vraiment l’accomplir. Ces actes apparaissent alors comme réservés à certaines personnes – celles qui sont susceptibles de faire reconnaître la légitimité de leur prétention à utiliser ces actes de parole.

  • 31 En un sens dynamique du terme : l’institution désigne ici un ensemble relativement durable de rela (...)
  • 32 Voir Pierre Bourdieu, Sur l’État, Paris, Seuil/Raisons d’Agir, 2012.

25Quelles sont ces personnes ? Intervient ici une autre idée centrale de Bourdieu : ce sont les personnes soutenues par l’institution ou les institutions31. Lesquelles dépendent elles-mêmes de l’autorité centrale qu’est, dans la plupart des démocraties occidentales, l’État32. Puisqu’en effet, les actes de parole n’ont d’efficacité qu’à la mesure de la reconnaissance qu’on leur accorde, seules les personnes qui ont le pouvoir, en fait, de faire reconnaître l’efficacité de leur parole peuvent être sûres de réussir leur acte de parole. Elles détiennent ce pouvoir du fait qu’elles sont placées dans des institutions qui leur garantissent, sur un marché donné, la reconnaissance de leur acte de parole (que ce soit parce qu’elles ont les moyens physiques d’obliger à s’y conformer, ou parce qu’elles disposent, comme l’État selon Bourdieu, d’un certain monopole du pouvoir symbolique). Pensons ainsi à l’institution judiciaire qui, par son lot de punitions et de châtiments, va garantir que la parole judiciaire (que ce soit celle du juge ou du législateur) va être écoutée et appliquée. Pensons à l’institution militaire, ou à l’institution familiale, sinon scolaire, qui vont faire que les ordres des individus qui y occupent une place centrale seront pris comme des ordres, et non pas comme de simples conseils ou des paroles en l’air.

  • 33 Voir Pierre Bourdieu, LPS, p. 108 sqq.
  • 34 Voir John L. Austin, HTD, et Bruno Ambroise, Qu’est-ce qu’un acte de parole ?, Paris, Vrin, 2008.

26Autrement dit, c’est en tant qu’individus situés dans des positions institutionnelles fortes, ou du moins différenciées, que certains peuvent faire valoir l’efficacité de leur parole, parce qu’ils ont avec eux toute la force de l’institution, c’est-à-dire l’ensemble des sanctions et des récompenses (physiques et symboliques) que l’institution peut garantir à celui qui respecte ou non la parole de la personne autorisée. Autrement dit, seules les personnes investies de l’autorité d’une institution peuvent véritablement agir au moyen de la parole33. En ce sens, l’efficacité du discours, qui vaut notamment pour les énoncés performatifs34, est toujours une autorité déléguée, qui dérive de l’autorité sociale du locuteur. Autrement dit, pour Bourdieu, le langage n’a de portée que s’il est efficace et il n’a d’efficacité que s’il repose sur des structures sociales et institutionnelles qui garantissent cette efficacité aux individus – plus exactement, à certains individus – qui essaient de la mettre en œuvre.

  • 35 Bourdieu le dit clairement dans la citation de LPS, p. 107.
  • 36 Voir James Collins, « Bourdieu on Language and Education », in C. Calhoun, ed., Bourdieu : Critica (...)

27Est-ce à dire que l’efficacité performative est toujours une efficacité déléguée et, à ce titre, une efficacité dérivant d’un pouvoir (au moins symbolique) de domination, qui trouve son ressort ultime dans la structure sociale hiérarchisée des positions respectives de chacun ? Pour Bourdieu, tel paraît être le cas35, notamment lorsqu’il soutient que la « relative autonomie de la logique des représentations symboliques » est déterminée, en dernière instance, par les conditions socioéconomiques36. L’acte de parole serait ainsi déterminé dans sa réussite par la position sociale de celui qui le fait – position sociale qui se mesure par son rapport aux multiples institutions existantes et que le pouvoir qu’il exerce au moyen de la parole peut d’ailleurs contribuer à reproduire. De cela, on peut aisément tirer la conclusion que seuls réussissent à accomplir des actes de parole et à doter leurs énoncés de force illocutoire, ceux qui ont le pouvoir de le faire – c’est-à-dire ceux qui sont dotés par l’Institution, ou les institutions, du pouvoir de faire reconnaître leur légitimité à utiliser la procédure permettant d’accomplir tel ou tel acte de parole.

Éfficacité linguistique, pouvoir symbolique et habitus des agents

28L’analyse précédente implique qu’il y a presque nécessairement une inégalité dans l’accès à l’efficacité performative, puisque seuls ceux qui disposent du pouvoir social suffisant pour garantir leur reconnaissance peuvent exercer un pouvoir de la parole. Or, ce différentiel dans la reconnaissance obtenue – nécessaire à la réalisation d’un performatif – est précisément ce qui définit le pouvoir « symbolique » pour Bourdieu : celui-ci repose sur une légitimité attribuée à la personne qui le détient et n’est tel qu’en raison d’une méconnaissance dans la reconnaissance attribuée à la personne (et à son pouvoir).

  • 37 Pierre Bourdieu, « Le langage autorisé », in LPS, p. 167.

Les conditions que l’on peut appeler liturgiques ne sont […] qu’un élément […] d’un système de conditions dont les plus importantes, les plus irremplaçables sont celles qui produisent la disposition à la reconnaissance comme méconnaissance et croyance, c’est-à-dire la délégation d’autorité qui confère son autorité au discours autorisé. L’attention exclusive aux conditions formelles de l’efficacité du rituel porte à oublier que les conditions rituelles qui doivent être remplies pour que le rituel fonctionne et pour que le sacrement soit à la fois valide et efficace ne sont jamais suffisantes tant que ne sont pas réunies les conditions qui produisent la reconnaissance de ce rituel : le langage d’autorité ne gouverne jamais qu’avec la collaboration de ceux qu’ils gouvernent, c’est-à-dire grâce à l’assistance des mécanismes sociaux capables de produire cette complicité, fondée sur la méconnaissance, qui est au principe de toute autorité37.

  • 38 Jean-Claude Passeron & Claude Grignon, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/Seuil, 1989, p. (...)
  • 39 Emmanuel Terray, « Réflexions sur la violence symbolique », in P. Encrevé & R.-M. Lagrave, Travail (...)

29Comme l’explique J.-C. Passeron, pour Bourdieu, « “l’effet proprement symbolique” de tout pouvoir social d’imposition du sens est effectivement défini […] comme l’ensemble des effets produits par la reconnaissance de sa légitimité qu’un pouvoir est capable d’imposer en imposant la méconnaissance des rapports de force qui lui permettent d’exercer son action38 ». Autrement dit, le pouvoir symbolique est toujours, semble-t-il, une violence symbolique, puisqu’il n’y a de pouvoir qu’exercé à l’encontre de ceux qui n’en disposent pas ou qui en disposent moins dans un rapport de force. Et l’efficacité performative aurait ainsi à voir avec la violence symbolique – une violence cachée, en ce sens que ceux qui en font les frais ne ressentent pas la violence comme violence puisqu’ils lui reconnaissent une légitimité. D’où la conclusion radicale qu’en tire E. Terray : « Il n’existe pas de rapport de pure communication, pas d’échange linguistique sans tentative plus ou moins consciente d’obtenir un avantage ou d’asseoir une supériorité39. »

30Bourdieu identifierait donc dans l’efficacité linguistique le lieu d’un type de domination, qu’il appelle « symbolique », en précisant les conditions sociales d’efficacité du langage : le locuteur doit posséder un « capital symbolique » suffisamment important pour doter son énoncé de l’efficacité symbolique lui permettant de faire certaines choses par son moyen. D’où l’analyse qu’il fournit des énoncés performatifs :

  • 40 Pierre Bourdieu, LPS, p. 107.

La question des énoncés performatifs s’éclaire si l’on y voit un cas particulier des effets de domination symbolique dont tout échange linguistique est le lieu. Le rapport de force linguistique n’est jamais défini par la seule relation entre les compétences linguistiques en présence. Et le poids des différents agents dépend de leur capital symbolique, c’est-à-dire de la reconnaissance, institutionnalisée ou non, qu’ils reçoivent d’un groupe : l’imposition symbolique, cette sorte d’efficace magique que l’ordre ou le mot d’ordre, mais aussi le discours rituel ou la simple injonction, ou encore la menace ou l’insulte, prétendent à exercer, ne peut fonctionner que pour autant que sont réunies des conditions sociales qui sont tout à fait extérieures à la logique proprement linguistique du discours40.

31Cette efficacité du discours repose donc sur un pouvoir (symbolique) d’imposer à l’autre le fait que quelque chose est fait, ou lui est demandé, ou lui est dit (selon les modalités du discours). Mais comment comprendre ce pouvoir symbolique ? Comment comprendre qu’il puisse avoir un effet dans le réel ?

32Pour Bourdieu, qui entend offrir une explication quasi-matérialiste du pouvoir symbolique, un discours n’a d’effet que « s’il rencontre les possibilités offertes par le réel », c’est-à-dire ce que l’état des relations sociales permet de faire et de faire faire à autrui (de manière quasi-mécanique). C’est précisément ce qui définit le pouvoir « symbolique » pour Bourdieu. Prenant l’exemple de l’ordre (et des « énoncés performatifs » en général), il explique :

  • 41 Pierre Bourdieu, Les méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 202.

À la différence de la commande, action sur une machine ou sur un automate qui opère par des voies mécaniques, justiciables d’une analyse physique, l’ordre ne devient efficient que par l’intermédiaire de celui qui l’exécute ; ce qui ne signifie pas qu’il suppose nécessairement de la part de l’exécutant un choix conscient et délibéré, impliquant par exemple la possibilité de la désobéissance […] La force symbolique, celle d’un discours performatif et, en particulier, d’un ordre, est une forme de pouvoir qui s’exerce sur les corps, directement et comme par magie et en dehors de toute contrainte physique ; mais la magie n’opère qu’en s’appuyant sur des dispositions préalablement constituées, qu’elle déclenche comme des ressorts. […] Elle trouve ses conditions de possibilité […] dans l’immense travail préalable qui est nécessaire pour opérer une transformation durable des corps et produire les dispositions permanentes que l’action symbolique réveille et active41.

  • 42 Voir Pierre Bourdieu & Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1970, et, des mêmes a (...)

33Pour comprendre le pouvoir ou la violence symbolique, il faut donc revenir aux conditions de production des dispositions qui prédisposent ceux qui les ont, et qui appréhendent le réel social en fonction d’elles, à subir ce pouvoir symbolique. C’est l’habitus de chaque individu (plus ou moins partagé par tous les individus socialisés dans une même société), en tant que principe de perception incorporé, et donc généralement pré-réflexif, qui est le ressort dont la force symbolique tire son efficacité. Un habitus constitue en effet, comme on l’a rappelé, un ensemble de dispositions qu’un individu acquiert en fonction de son histoire sociale, de sa trajectoire, et qu’il réactive, de manière plus ou moins consciente, en fonction des demandes du champ social dans lequel il est plongé : par exemple, un étudiant issu de la petite bourgeoisie lettrée sera capable de répondre positivement aux sollicitations des professeurs à l’école car il aura déjà appris en famille à se comporter comme le demandent les professeurs, en fonction des mêmes exigences, qui prévalent également dans sa famille, à la différence des enfants issus des milieux populaires42. Ainsi, les deux catégories d’enfants incorporent de manière différentes les attentes et répondent de manière différentielle aux sollicitations qui peuvent, dans un cadre donné (un champ, un marché), favoriser certaines habitudes plus que d’autres. Ce sont aussi ces habitus qui conditionnent le type de reconnaissance que l’on va accorder à un individu (en tant qu’il occupe une position sociale), selon ce qu’on aura appris (on apprend à respecter l’autorité – du père, de l’instituteur, de l’agent, du professeur, du Président, etc.).

  • 43 Voir Antoine Lentacker, La science des institutions impures, Paris, Raisons d’agir, 2010 ; et Pier (...)

34Or, cette théorie de l’acteur (dont l’agentivité est inégalement répartie) permet de penser la dynamique sociale et les interactions. C’est que les structures sociales ne sont plus autonomes et reposent sur des habitus qui, eux-mêmes, ne doivent leur existence qu’à l’inculcation indissociablement sociale et culturelle de normes qui sont inégalement réparties ou distribuées, selon la position des locuteurs dans l’espace social. L’espace social est en effet structuré (suivant une structuration qui a elle-même une histoire et est l’objet de luttes43), et les habitus sont, une d’une certaine façon, les reflets de cette structuration différentielle. Et ils l’expriment de manière quasi-automatique, du moins quand ils sont sollicités.

  • 44 Voir Pierre Bourdieu, Réponses, op. cit., p. 204.

35Pour comprendre le fonctionnement de l’efficacité symbolique, il faut donc dépasser l’alternative de la contrainte par des forces et du consentement éclairé à des raisons : l’effet de la domination symbolique ne s’exerce pas sur des consciences connaissantes, mais sur des habitus pré-réflexifs44. Il n’y a ainsi d’efficacité symbolique que si un détenteur de pouvoir symbolique, constitué dans un certain champ donné, parvient à faire reconnaître sa légitimité à exercer un certain pouvoir sur certaines personnes, qui ne lui accordent cette légitimité que parce que, d’une part, ses conditions sociales d’exercice sont réunies (l’état du marché ou de la réalité sociale s’y prête) et parce que, d’autre part, ces personnes ont l’habitus les conduisant quasi-mécaniquement à reconnaître comme valable l’autorité exercée. Dès lors, l’ordre social et linguistique est reconnu – et donc indissociablement construit et reconstruit – au moyen des schèmes de perception qu’il a contribué à former chez les agents chez qui, et sur qui, s’exerce l’autorité symbolique, que ces schèmes de perception conduisent précisément à ne pouvoir qu’admettre – et donc à naturaliser.

  • 45 Pierre Bourdieu, « Le pouvoir symbolique », op. cit., p. 410.

Le pouvoir symbolique comme pouvoir de constituer le donné par l’énonciation, de faire voir et de faire croire, de confirmer ou de transformer la vision du monde et, par là, l’action sur le monde, donc le monde, pouvoir quasi-magique qui permet d’obtenir l’équivalent de ce qui est obtenu par la force (physique ou économique), grâce à l’effet spécifique de mobilisation, ne s’exerce que s’il est reconnu, c’est-à-dire méconnu comme arbitraire. Cela signifie que le pouvoir symbolique ne réside pas dans le « système symbolique » sous la forme d’une « illocutionary force » mais qu’il se définit dans et par une relation déterminée entre ceux qui exercent le pouvoir et ceux qui le subissent, c’est-à-dire dans la structure même du champ où se produit et se reproduit la croyance45.

36Le pouvoir symbolique tient donc, en dernière instance, à la relation sociale et à l’histoire sociale qui sous-tendent et conditionnent les positions sociales respectives qu’occupent le(s) locuteur(s) et l(es)’interlocuteur(s) lors de la réalisation d’un acte de parole. Si on reprend l’exemple de l’ordre, c’est parce qu’un interlocuteur est à la fois disposé à reconnaître la validité d’un ordre et se trouve dans une position sociale telle qu’il est conduit à le reconnaître, et parce que le locuteur est disposé à en donner un tout en occupant la position sociale lui permettant d’en faire un, qu’un ordre peut trouver à se réaliser. L’efficacité discursive n’est alors que le résultat – on a presque envie de dire « l’émanation » – de la dynamique des habitus et des positions sociales respectifs du locuteur et de l’interlocuteur. Il résulte donc de la façon dont une société est configurée et parvient à faire reconnaître certains actes en dotant certains individus de l’autorité nécessaire pour les accomplir.

37Or, pour Bourdieu, c’est l’État qui est l’instance structurante centrale de l’espace social, du moins dans les sociétés modernes (c’est-à-dire différenciées, notamment en raison de la division sociale du travail). À tel point qu’il est conçu comme « banque centrale du pouvoir symbolique » (et pas seulement comme le détenteur exclusif de la violence légitime à la M. Weber). Pour le dire grossièrement, c’est parce qu’on reconnaît une autorité à l’État qu’on reconnaît de l’autorité à l’individu qui le représente (aussi lointaine soit cette relation de délégation : que l’individu soit général, fonctionnaire de police, fonctionnaire des impôts, instituteur, ou père de famille – qui a les droits (et devoirs) attenant à cette situation). Mais pourquoi l’État a-t-il cette efficacité ? Et, surtout, faut-il vraiment être un individu mandaté par l’État (un « représentant », en quelque sorte) pour avoir une efficacité discursive ?

Remarques finales : l’État, ses prophètes et le locuteur lambda

  • 46 Pierre Bourdieu, Sur l’État, op. cit.
  • 47 Il n’est pas impossible, néanmoins, de considérer que des « contre-réserves » de pouvoir symboliqu (...)

38Il ne convient pas ici de revenir sur la façon dont Bourdieu pense la genèse de l’autorité symbolique, qui trouve son expression dans son cours sur l’État46. Retenons simplement l’idée centrale selon laquelle l’État apparaît comme une sorte de réserve de pouvoir symbolique, dans laquelle puisent ses mandants pour asseoir leur autorité47. Il apparaît alors indéniable que seuls ont un véritable droit à la parole ceux qui ont l’autorité nécessaire, conférée en dernière instance par l’État, pour se faire entendre, ou pour que leur parole et les actes qu’ils accomplissent par son moyen soient pris au sérieux. Autrement dit, l’efficacité performative d’un énoncé – ou sa subversion – dépend du pouvoir social du locuteur, qui n’est autre que le pouvoir consistant à imposer ou refuser la forme de reconnaissance demandée dans certains contextes. Or, tout locuteur ne dispose pas des moyens ou des conditions qui lui permettraient de briser le cercle de la reconnaissance et de s’émanciper en conférant à l’énoncé potentiellement offensant une autre efficacité. Tout le monde n’est pas égal dans la possibilité de doter la parole d’autorité et/ou de la lui refuser.

  • 48 C’est une critique assez régulièrement adressée à Bourdieu, notamment par Judith Butler, in Excita (...)
  • 49 D’une certaine façon, on rejoint là la critique de Bernard Lahire lorsqu’il refuse l’extension tro (...)
  • 50 Une autre question, qui n’est pas traitée ici, est celle de savoir s’il n’est pas possible d’imagi (...)

39Tout le problème de cette analyse est qu’elle reconduit de manière quasi-univoque la domination de ceux qui ont du pouvoir en rapportant l’efficacité linguistique à l’autorité de ceux qui sont dotés du pouvoir social leur permettant d’obtenir la reconnaissance nécessaire à l’obtention des effets illocutoires48 – ce qui suppose que tout échange linguistique soit agonistique (puisque la reconnaissance ne s’obtiendrait qu’au terme d’un rapport de force). Mais on peut se demander sérieusement s’il n’est pas possible que des échanges linguistiques aient lieu, et soient efficaces, en dehors de tout rapport de force (c’est-à-dire dans le cadre d’une position d’égalité du locuteur et de l’interlocuteur)49. En ce sens, tous les échanges linguistiques ne seraient pas structurés par des déterminations socio-politiques, mais plutôt, selon les situations, par des modalités affectives, relationnelles, psychologiques, ou simplement contingentes50. Du moins est-ce une hypothèse tout à fait admissible, qui rend une liberté d’action aux locuteurs – ou, plus précisément, qui élargit les modalités d’agentivité des agents : il se peut que ceux-ci, au moins parfois, agissent pour des raisons autres que socio-politiques.

  • 51 En réalité, de manière peut-être un peu idéaliste, Pierre Bourdieu mentionne la relation amoureuse (...)
  • 52 Voir Michel de Fornel, « Légitimité et actes de langage », Actes de la recherche en sciences socia (...)
  • 53 Voir Maximilian de Gaynesford, « Speech, Action and Uptake », op. cit. ; et sa note critique « Ill (...)

40Il se pourrait en fait que Bourdieu lui-même ait admis cette possibilité quand il remarque que, dans certaines situations (informelle, de crise des valeurs, etc.), la reconnaissance obtenue par le locuteur acteur de sa parole ne dépend pas nécessairement de l’autorité qu’il détient, mais tout simplement de la reconnaissance qu’il obtient en tant que semblable51. C’est la piste développée par Michel de Fornel à partir de Bourdieu52, qui essaie d’établir une logique des situations dans lesquelles les principes de reconnaissance des locuteurs et donc des forces illocutoires ne dépendent pas nécessairement de l’autorité et ne reconduisent donc pas toujours la domination que les locuteurs doivent le plus souvent détenir pour réussir un acte de parole. C’est également la piste féconde développée par Maximilian de Gaynesford, considérant même que certains actes de parole ne nécessitent pas toujours une forme de reconnaissance, ni donc d’être les supplétifs d’une autorité du locuteur sur l’interlocuteur53, pour avoir une efficacité.

  • 54 Qu’il reste bien sûr à identifier. On ne peut présumer a priori qu’elles sont rares ou nombreuses, (...)
  • 55 Ou, en tout cas, de rapports de force structurés, en dernière instance, par l’état du champ étatiq (...)

41Il n’est ainsi pas sûr que le pessimisme de Bourdieu ait toujours été fondé et que nous ne puissions échapper à la domination linguistique. Ce pessimisme de Bourdieu résulte en effet de son refus apparent de concéder l’existence d’interactions ordinaires qui ne soient pas agonistiques, alors qu’il reste tout à fait envisageable de considérer que certaines conditions54, socialement déterminées, permettent à un discours sans relation de pouvoir de s’instaurer entre deux locuteurs, ainsi mis à égalité, sans que l’on soit obligé de céder ni à l’idéalisme, ni à l’angélisme. Autrement dit, c’est une autre illusion, inverse, de considérer que tout échange linguistique a une dimension politique et, à ce titre, s’inscrit nécessairement dans l’ensemble des déterminations liées aux rapports de force qui structurent certaines parties du monde social. De la même façon qu’on ne peut dire a priori qu’un acte de parole ne doit rien aux conditions socio-politiques de sa mise en œuvre, on ne peut dire a priori que son efficacité est nécessairement et seulement déterminée par des rapports de force55 : il convient plutôt, à chaque fois, de prendre en compte à la fois l’agentivité du locuteur et les conditions socio-historiques qui lui permettent (ou pas) de faire, dans un contexte donné, de sa parole un acte.

Notes

1 Voir John L. Austin, How to Do Things with Words, edited by J.O. Urmson and M. Sbisà, Oxford, Oxford University Press, 2de edition, 1975. Désormais cité HTD.

2 Voir le texte de Denis Vernant dans ce volume ; voir aussi François Récanati, Les énoncés performatifs, Paris, Minuit, 1982, qui, en tant que figure majeure de la pragmatique en France, représente bien cette volonté de distinguer les enjeux purement linguistiques des enjeux sociaux et politiques, en insistant sur l’autonomie des actes illocutoires par rapport aux actes sociaux que sont les performatifs.

3 Voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001. Désormais cité LPS.

4 Ces questions, d’apparence purement conceptuelle, sont centrales car on peut considérer qu’il n’y a d’acte de parole que si un acteur en a la responsabilité : ce serait parce qu’il y a un sujet actif que celui-ci peut faire des choses avec sa parole. Une parole sans sujet qui en aurait la charge sera difficilement susceptible d’être qualifiée « d’action ». Dès lors, à trop effacer la responsabilité de l’acteur dans l’action de la parole, on risque d’effacer la possibilité même pour la parole d’agir. C’est un point sur lequel Austin avait déjà insisté ; voir également les travaux de Vincent Descombes.

5 En tant que celle-ci traduit des rapports de force.

6 Pour une analyse plus détaillée, nous nous permettons de renvoyer à Bruno Ambroise, « La conception austinienne de la parole comme acte : les différents sens en lesquels la parole agit et leurs conditions », Recherches sur la philosophie et le langage, no 31, 2015, pp. 29-51.

7 Voir John R. Searle, Speech Acts : An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Mass., Cambridge University Press, 1969 ; trad. H. Pauchard, Les actes de langage, Paris, Hermann, 1972.

8 Voir H. Paul Grice, Studies in the Way of Words, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1989.

9 Même si, en raison des conditions sociales, les effets visés peuvent être empêchés de se produire.

10 John L. Austin, « Performative Utterances », in Philosophical Papers, Oxford, Oxford University Press, 1979 ; trad. B. Ambroise, « Les énoncés performatifs », in B. Ambroise & S. Laugier, éds., Philosophie du langage, vol. II, Paris, Vrin, p. 244.

11 John L. Austin, HTD, p. 59.

12 Émile Benveniste, « La philosophie analytique et le langage », in Problèmes de linguistique générale, vol. I, Paris, Gallimard, 1966, p. 273.

13 In Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, op. cit., qui comprend certains textes qui seront repris dans LPS, après avoir été traduits dans une compilation de textes anglo-saxonne.

14 Voir Pierre Bourdieu, Réponses, pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992.

15 Pour une analyse plus précise, nous nous permettons de renvoyer à Bruno Ambroise, « Le contexte social de l’acte de parole », in Lucy Baugnet & Thierry Guilbert, éds., Discours en contextes, Paris, PUF, 2011, p. 105-124.

16 Voir Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1991.

17 Voir Jennifer Hornsby, « Feminism in Philosophy of Language : Communicative Speech Acts », in M. Fricker & J. Hornsby, The Cambridge Companion to Feminism in Philosophy, Cambridge, Mass., Cambridge University Press, 2000, p. 87-106.

18 Voir Maximilian de Gaynesford, « Speech, Action and Uptake », in M. de Gaynesford, ed., Agents and their Actions, Oxford, Blackwell, 2011, p. 121-137.

19 John L. Austin, HTD., p. 125.

20 C’est une lecture forte de la condition de félicité A1 donnée par Austin in HTD.

21 Pierre Bourdieu, LPS, p. 107.

22 Pierre Bourdieu, « Le pouvoir symbolique », Annales ESC, 32/3, 1977, p. 410 (repris in LPS).

23 On peut en effet considérer, avec Austin, qu’un ordre qui n’est pas pris comme un ordre n’est pas un échange linguistique – ou communicationnel – réussi. Mais il y a différents degrés de réussite et d’échecs : un acte raté sous une certaine perspective peut l’être sous une autre – et un ordre raté une mesure d’intimidation réussie. (Je dois à Mona Gérardin-Laverge de riches discussions sur ce point.)

24 D’une certaine façon, Searle, Ducrot ou même Habermas admettraient que le langage est une pratique qui s’inscrit dans des contextes sociaux, mais ils tiennent à produire une analyse de son fonctionnement qui soit purifiée des aspects sociaux. Ce faisant, ils oublient que ces derniers sont essentiels pour comprendre la façon même dont le langage peut être efficace.

25 Pierre Bourdieu, LPS, p. 60. Comparer avec Pierre Bourdieu, Réponses, op. cit., p. 121.

26 Pierre Bourdieu, LPS, p. 61.

27 Pensons, par exemple, à tous les cas de discordances, de plus en plus ressenties, entre la parole professorale et sa réception (ou sa non-réception) par les élèves issus des classes populaires. Cela vaut aussi probablement pour la parole des professionnels de la politique qui n’est pas, ou plus, reçue par les profanes auxquels elle est censée s’adresser. P. Bourdieu avait déjà documenté ce dernier point, in LPS ; voir aussi Rémi Lefebvre & Frédéric Sawicki, « Pourquoi le PS ne parle-t-il plus aux catégories populaires », Mouvements, 50, 2007, p. 24-32.

28 Pierre Bourdieu, Réponses, op. cit., p. 119.

29 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Bruno Ambroise, « La rationalité de l’efficacité performative », in Michel de Fornel & Albert Ogien, éds., Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons pratiques », vol. 21, 2011, p. 195-220.

30 Pierre Bourdieu, LPS, p. 163-165.

31 En un sens dynamique du terme : l’institution désigne ici un ensemble relativement durable de relations sociales qui confèrent précisément aux individus des formes différentes de pouvoir, de statut et de ressources.

32 Voir Pierre Bourdieu, Sur l’État, Paris, Seuil/Raisons d’Agir, 2012.

33 Voir Pierre Bourdieu, LPS, p. 108 sqq.

34 Voir John L. Austin, HTD, et Bruno Ambroise, Qu’est-ce qu’un acte de parole ?, Paris, Vrin, 2008.

35 Bourdieu le dit clairement dans la citation de LPS, p. 107.

36 Voir James Collins, « Bourdieu on Language and Education », in C. Calhoun, ed., Bourdieu : Critical Perspectives, Chicago, The University of Chicago Press, 1993, p. 126, qui y voit même une réduction, par Bourdieu, des échanges linguistiques à des épiphénomènes reflétant les structures sociales. En fait, la lecture de Sur l’État permet de relativiser fortement ce point, car Bourdieu, reprenant l’analyse wéberienne du charisme, en vient parfois à considérer la primauté du pouvoir symbolique et à dire que celui-ci ordonne l’organisation des structures sociales. Selon lui, il pourrait y avoir eu, dans certains cas, des effets du discours qui ne reposaient pas sur des structures sociales pré-existantes mais qui en seraient venu à les organiser, en raison de la reconnaissance accordée au « prophète ». Il s’agit bien sûr de cas très particuliers, qui demanderaient à être étudiés de plus près, en ce qu’ils constituent une exception à la compréhension que Bourdieu offre du pouvoir symbolique par ailleurs (voir infra).

37 Pierre Bourdieu, « Le langage autorisé », in LPS, p. 167.

38 Jean-Claude Passeron & Claude Grignon, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/Seuil, 1989, p. 27.

39 Emmanuel Terray, « Réflexions sur la violence symbolique », in P. Encrevé & R.-M. Lagrave, Travailler avec Bourdieu, Paris, Flammarion, 2003, p. 302.

40 Pierre Bourdieu, LPS, p. 107.

41 Pierre Bourdieu, Les méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 202.

42 Voir Pierre Bourdieu & Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1970, et, des mêmes auteurs, Les héritiers, Paris, Minuit, 1964.

43 Voir Antoine Lentacker, La science des institutions impures, Paris, Raisons d’agir, 2010 ; et Pierre Bourdieu, Réponses, op. cit., chap. 2 « La logique des champs ».

44 Voir Pierre Bourdieu, Réponses, op. cit., p. 204.

45 Pierre Bourdieu, « Le pouvoir symbolique », op. cit., p. 410.

46 Pierre Bourdieu, Sur l’État, op. cit.

47 Il n’est pas impossible, néanmoins, de considérer que des « contre-réserves » de pouvoir symbolique puissent exister, permettant de donner autorité à des discours contestataires. Il faudrait alors mettre au jour les conditions qui permettent à ces réserves de s’établir, de perdurer, d’avoir une certaine efficacité. Il n’est toutefois pas sûr que le modèle développé par Bourdieu dans ses cours, qui se concentrent sur l’autorité de l’État comme autorité devenue centrale au cours de l’histoire, échappe à une forme d’étato-centrisme à cet égard, en semblant considérer qu’il est la ressource ultime.

48 C’est une critique assez régulièrement adressée à Bourdieu, notamment par Judith Butler, in Excitable Speech, New York, Routledge, 1997 ; trad. Ch. Nordmann, Le pouvoir des mots, Paris, Amsterdam, 2008. La critique que nous adressons ici à Bourdieu se démarque de celle de Butler en ce que nous ne souhaitons nullement admettre la possibilité d’un échange discursif qui échapperait aux déterminations sociales, mettant en relation directement un locuteur avec un autre – ce qui nous semble paradoxalement rejoindre une philosophie idéaliste du sujet que Judith Butler devrait s’obstiner à récuser, au regard de son constructivisme radical. Sur ce point, voir Bruno Ambroise, « Butler et la fabrique discursive du sexe », Raisons Politiques, no 12, Paris, Presses de Sciences Po, p. 99-121.

49 D’une certaine façon, on rejoint là la critique de Bernard Lahire lorsqu’il refuse l’extension trop grande parfois donnée à la théorie des champs : celle-ci n’est valable qu’en tant qu’elle rend compte de rapports de pouvoir ou de domination ; mais il n’est pas certain que les rapports de pouvoir structurent l’intégralité de la vie sociale. Voir Bernard Lahire, Monde pluriel, Paris, Seuil, 2012. De la même façon, l’analyse du langage en termes de rapports de force est convaincante lorsqu’il y a des rapports de force dans l’interaction linguistique. Il n’est cependant pas certain, ni évident, que toute interaction linguistique s’inscrive dans un rapport de force. On peut par exemple tout à fait imaginer qu’un échange d’informations sur la route à suivre, qui a lieu dans une rencontre localisée, en ville, entre un voyageur étranger et un passant n’est pas nécessairement agonistique et ce même si le passant, en tant que connaisseur de la ville, dispose d’une autorité épistémique supérieure. Sur ces questions, voir Miranda Fricker, Epistemic Injustice, Oxford, Oxford University Press, 2007.

50 Une autre question, qui n’est pas traitée ici, est celle de savoir s’il n’est pas possible d’imaginer des contre-pouvoirs, c’est-à-dire également des ruptures dans l’ordre de la domination ainsi posé. Il faudrait alors examiner les conditions qui font que le pouvoir d’une institution se prolonge, celles qui permettent à une contestation de s’établir, de réussir, de renverser l’ordre symbolique dominant, etc. Voir sur ce point le texte de Bertrand Geay, dans ce volume.

51 En réalité, de manière peut-être un peu idéaliste, Pierre Bourdieu mentionne la relation amoureuse ou amicale comme le lieu d’un tel échange communicationnel non-agonistique.

52 Voir Michel de Fornel, « Légitimité et actes de langage », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 46, No 1, 1983, p. 31-38.

53 Voir Maximilian de Gaynesford, « Speech, Action and Uptake », op. cit. ; et sa note critique « Illocutionary acts, subordination and silencing », Analysis, 69 (3), p. 488-490.

54 Qu’il reste bien sûr à identifier. On ne peut présumer a priori qu’elles sont rares ou nombreuses, importantes ou mineures, qu’elles puissent avoir lieu dans tous les cadres historiques, etc. Les travaux se situant dans la filiation de Norbert Elias sur le processus de civilisation pourraient être une piste féconde d’analyse. Voir Norbert Elias, La civilisation des mœurs, trad. P. Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

55 Ou, en tout cas, de rapports de force structurés, en dernière instance, par l’état du champ étatique.

Auteur

Chercheur au CNRS et spécialiste de philosophie du langage. Il travaille tout particulièrement sur l’efficacité des actes de parole.
CNRS, CURAPP-ESS (UMR 7319)

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site