Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Partie 4. Idéal délibératif et domination

Vertus du désaccord. Langage, liberté, politique

Solange Chavel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Posons pour commencer une question naïve : quand on écoute un discours politique, qu’il s’agisse d’un discours électoral, d’un débat au Parlement, d’un dialogue informel, qu’attend-on du langage en politique ? Que doit-on et que peut-on en attendre ? Et pourquoi, après tout, le langage aurait-il un rôle particulier à jouer et lequel ?

Une première indication nous est donnée par cette phrase bien connue qu’on trouve dans les Politiques d’Aristote et qui relie le caractère essentiellement politique de l’animal humain avec ses capacités langagières (Politiques, livre I). Aristote vient d’affirmer que l’homme est un animal politique, et il poursuit immédiatement :

comme nous le disons, la nature ne fait rien en vain ; or seul parmi les animaux l’homme a un langage. Certes la voix est le signe du douloureux et de l’agréable, aussi la rencontre-t-on chez les animaux (…). Mais le langage existe en vue de manifester l’avantageux et le nuisible et par suite aussi le juste et l’injuste.

Et Arist...

Auteur

Université de Poitiers, Équipe « Métaphysique allemande et philosophie pratique »

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540