Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Partie 3. La production idéologique

« Immigration et identité nationale » : les conditions de dicibilité d’un acte de nomination impossible

Françoise Dufour

Texte intégral

Ce qui est impossible, ce n’est pas le voisinage des choses, c’est le site lui-même où elles pourraient voisiner. […] L’absurde ruine le et de l’énumération en frappant d’impossibilité le en où se répartiraient les choses énumérées.
Foucault, Les mots et les choses (1966)

  • 1 « À vous de juger », émission en direct produite et animée par Arlette Chabot.

1L’annonce en 2007 de la création d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale, annoncée d’abord sur le plateau de France 21, puis dans le programme électoral du candidat Sarkozy, a eu un retentissement important aussi bien dans le monde politique que dans les milieux intellectuels et dans les médias. Une pétition a été lancée par le quotidien Libération, relayée ensuite par le collectif d’historiens démissionnaires de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

2Jusqu’alors, ces termes immigration et identité nationale, en cooccurrence avec ceux de menace et d’insécurité, étaient les marques identitaires des discours des partis d’extrême-droite et en particulier de celui du Front National. Les autres partis politiques ne se risquaient pas à les employer sous peine d’être accusés de racisme ou de xénophobie :

  • 2 Nicolas Sarkozy, « Maîtriser l’immigration », Mon projet : ensemble tout devient possible, 2007, p (...)

(2) Pendant des années, on n’a pas pu parler d’immigration dans notre pays. Ceux qui n’acceptaient pas l’ouverture totale des frontières étaient immédiatement taxés d’extrémisme ou de racisme2.

3La prouesse réalisée par le président Sarkozy a été de briser le tabou par l’institutionnalisation de l’association des termes dans l’intitulé d’un ministère qui donne ainsi statut et existence à la relation de contiguïté des notions d’immigration et d’identité nationale.

4Je m’intéresserai ici aux processus de production des effets de sens perçus dans l’énumération qui constitue l’intitulé définitif du ministère, étendu de deux à quatre termes : « Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du co-développement ». Dans un premier temps, j’analyserai les motifs discursifs qui rendent impossible l’association de l’immigration et l’identité nationale. Dans un second temps, je m’intéresserai aux deux autres termes de l’énumération qui rendent possible la première association : le terme intégration inséré entre les deux termes initiaux ainsi que le terme co-développement reformulé en 2008 par celui de développement solidaire.

Immigration et identité nationale : l’impossibilité d’une association

  • 3 « Action de venir s’installer et travailler dans un pays étranger, définitivement ou pour une long (...)

5Le terme immigration dispose d’un sens en langue et de deux sens en discours. Les dictionnaires définissent l’immigration comme l’acte de <venir> depuis un pays pour entrer dans un autre pays, afin de s’y installer et d’y travailler3.

  • 4 Chapitre d’un dossier de la Documentation française : « Immigration et politique migratoire », 200 (...)

6Ce sens de phénomène de déplacement d’individus et de populations est celui qui est actualisé dans les études scientifiques qui analysent le phénomène et notamment dans leurs intitulés : « Les chiffres de l’immigration en France »4.

7Un sens additionnel de l’immigration comme « question » ou comme « problème » est produit dans les discours de l’extrême-droite, puis de la droite et véhiculé par la presse et les médias :

  • 5 C’est moi qui souligne.
  • 6 Front National, 300 mesures pour la France, 2001.
  • 7 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.

(3) Le Front National n’a pas inventé la « question5 de l’immigration » (Front National, 20016).
(4) Le problème de la France, c’est qu’à force, pendant trop longtemps, de ne rien exiger de personne, même pas le respect de ses valeurs et de ses lois, elle a nourri l’une des plus graves crises d’identité de son histoire. C’est la raison pour laquelle il faut maîtriser l’immigration7.

8Dans la dernière phrase de l’énoncé (4), le sens du nom immigration, associé au procès de maîtriser, peut être rapproché de la définition donnée par le lexicographe (Petit Robert). L’énoncé peut être glosé comme suit : les entrées de migrants dans l’hexagone doivent être maîtrisées. L’immigration est bien une action réalisée par des acteurs humains que le locuteur évite de nommer en utilisant des formes énonciatives telles que la nominalisation du procès (immigration) plutôt que de considérer les sujets migrants ainsi que la non-prise en charge actancielle de l’obligation posée par la modalité déontique « il faut ».

  • 8 Marc Wilmet, La grammaire critique du français, Paris/Louvain, Hachette Duculot, 1997, p. 457.

9Néanmoins, la focalisation initiale du « problème de la France » par le « cliveur »8 c’est… que a pour objet de donner au préconstruit posé comme partagé – la France a un problème – une explication identitaire : « une des plus graves crises d’identité de son histoire » qui résulterait du laxisme des politiques antérieures représenté dans l’énoncé (4) par la proposition : « ne rien exiger de personne ». Cet argument de crise identitaire trouve sa résolution dans la maîtrise de l’immigration, procès imposé comme une nécessité et introduit en discours par la modalité déontique à valeur d’obligation morale « il faut ». Ce faisant, l’enchaînement argumentatif charge le nom immigration d’un programme de sens complémentaire à valeur axiologique d’atteinte à l’identité nationale de la France. C’est ce programme de sens que l’association des notions d’immigration et d’identité nationale, dans l’intitulé programmatique du ministère, impose à l’opinion publique.

10Cette association a pour effet de poser des limites à l’inclusion de l’altérité au sein du domaine identitaire, celui du nous de la nation. L’identité nationale désigne un mode d’« être français » que posséderait la nation tout entière et auquel les membres qui la composent s’identifient. Chaque nation disposerait ainsi d’une nature intime qui constituerait son être, une forme d’essence qui se transmettrait au fil de son histoire :

  • 9 Nicolas Sarkozy, Discours de Nice, 30 mars 2007.

(5) Je veux dire aux Français que le 22 avril et le 6 mai, ils auront à choisir entre ceux qui sont attachés à l’identité nationale et qui veulent la défendre, et ceux qui pensent que la France a si peu d’existence qu’elle n’a même pas d’identité. Je crois à l’identité de la France qui est faite de principes et de valeurs qui se sont forgées au cours d’une très longue histoire. Je crois que ces valeurs sont universelles, qu’elles expriment une grande idée de l’homme et qu’elles ne sont pas négociables9.

  • 10 Pierre Achard, « Nation, nationalismes : l’approche discursive », Langage & société, no 86, 1998, (...)

11L’existence d’une identité nationale immuable relève de la croyance en un ensemble de valeurs stables et permanentes qui n’a d’existence que dans le registre discursivo-pratique du politique. Toute déclaration d’appartenance à une nation est un acte de catégorisation identitaire qui a une dimension performative10. La référence collective à l’identité nationale fait des appelés des mêmes (des idem) qui composent un groupe, une catégorie. Le même de l’identité nationale est représenté par le Français, type idéal à l’aune duquel les autres figures sont évaluées. Les propriétés qui fondent la notion d’identité nationale s’expriment dans des procès en être d’existence <être Français> et se déclinent dans des procès en faire <parler et écrire le français> (6, 7), <respecter la loi> (6), <respecter notre culture> (8) :

  • 11 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.
  • 12 Nicolas Sarkozy, Discours de Nice, 30 mars 2007.
  • 13 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.

(6) Être Français, c’est parler et écrire le français. Être Français, c’est respecter la loi11.
(7) Je crois qu’au cœur de l’identité de la France, il y a la langue française et que pour ceux qui veulent vivre en France, la maîtrise de la langue française est une exigence qui n’est pas négociable. Je souhaite qu’on ne puisse pas vivre durablement en France, sans savoir parler et écrire le français12.
(8) Je demanderai à ceux qui veulent venir s’installer en France de faire l’effort d’apprendre le français avant, parce que c’est une condition essentielle d’une intégration réussie et parce que cela sera un signe de leur volonté de respecter notre culture13.

12La figure du même de l’identité nationale n’est pas représentée en tant que telle. Elle n’apparaît que par miroir inversé de la figure de l’autre de l’immigration, représenté par ses caractéristiques négatives, comme « celui qui ne pas », dans des procès de négativation des propriétés de même, qui rejettent ainsi l’acteur nommé à l’extérieur d’un domaine identitaire :

  • 14 Ici et dans les citations suivantes, c’est moi qui souligne.
  • 15 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.

(9) Celui qui entre clandestinement en France, celui qui ne14 fait aucun effort pour s’intégrer, celui-là ne doit pas s’attendre à voir reconnaître les mêmes droits qu’un Français15.

13Les procédés de négativation sont de deux ordres :

  • syntaxique à l’aide de marqueurs de négation de constituant : « ne fait aucun effort pour s’intégrer » ;
  • sémantique à l’aide de formes linguistiques actualisant des programmes de sens négatifs : clandestinement.
  • 16 Clandestin : « [En parlant d’une pers.] Qui se soustrait par nécessité aux représentants de l’auto (...)
  • 17 Gérard Noiriel, État, nation et immigration, Paris, Gallimard, 2001, p. 301-302.
  • 18 Gérard Noiriel, État, nation et immigration, ibid.

14L’adverbe clandestinement modalise négativement le prédicat <entrer en France>. L’entrée clandestine est un mode de franchissement des frontières qui a une valeur d’effraction au regard de la loi16. À ce procès correspond une catégorie de migrants, celle des « clandestins », construite par inversion de celle des « légaux »17. Elle donne existence à une sous-catégorisation au sein des immigrés : « immigrés parmi les immigrés »18. L’immigration dite clandestine correspond à une violation de territoire. Elle est également interprétée comme une tentative de violation des droits qui définissent le caractère de même, « l’identité nationale », droits qui appartiennent aux seuls Français.

  • 19 Nicolas Sarkozy, « Conditions d’examen des demandes d’admission au séjour déposées par des ressort (...)

15Dans un courrier adressé en 2005 aux Préfets de région, Préfets de département et Préfets de police19, M. Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, rappelait la vigilance nécessaire à l’égard des « usurpations d’identité » dont peuvent se prévaloir les étrangers ou les demandeurs d’asile ou de titres de séjour.

  • 20 Voir Françoise Dufour, « Immigration et identité nationale : comment la production d’une inclusion (...)

16Ces diverses références à l’identité ne fournissent pas pour autant les propriétés définitoires de l’identité nationale, hors les critères de connaissance de la langue et du respect de la loi. Elles sont données aux interlocuteurs que sont les citoyens électeurs français par le biais de l’association des deux termes immigration et identité nationale. La conjonction et, qui assure la liaison des termes, n’a pas ici qu’une simple fonction de coordination, mais celle d’un opérateur booléen. Le lien entre les deux termes co-occurrents produit une intersection entre les deux notions d’immigration et d’identité nationale, dont l’une est spécifiée par l’autre. L’opérateur logique et impose une relation d’inclusion nécessaire entre elles20. Leur intersection est envisagée sous l’angle d’un problème importé par l’autre dans le nous de la nation. Cette restriction de la notion d’immigration par celle d’identité nationale donne à l’association un caractère exclusif de rejet des tiers non conformes aux propriétés définitoires de l’identité nationale, même si celles-ci fonctionnent comme des préconstruits supposés connus et partagés par toute la communauté socio-discursive française. L’acte d’actualisation du syntagme identité nationale impose cet ensemble de caractéristiques communes au nous de la nation comme une construction antérieure qui se perd dans la nuit des temps :

  • 21 Nicolas Sarkozy, Discours de Nice, 30 mars 2007.

(5) Je crois à l’identité de la France qui est faite de principes et de valeurs qui se sont forgées au cours d’une très longue histoire21.

  • 22 Michel Pêcheux, cité par Denise Maldidier, « L’inquiétude du discours, un trajet dans l’histoire d (...)
  • 23 Louis Althusser, Positions, Paris, Éditions sociales, 1976, p. 112.

17La teneur de ce partage présupposé de principes et de valeurs n’a pas nécessité d’être rappelé dans l’énoncé : « l’existence du non-dit traverse le dit sans frontière préalable »22. Les citoyens français sont « interpellés » par cette évidence de « toujours-déjà », à la fois « reconnue » et « méconnue », qu’Althusser nommait l’idéologie23 et ils deviennent coénonciateurs et coproducteurs de l’association sémantique que Noiriel et les historiens rejettent comme un « amalgame ».

  • 24 Gérard Noiriel, À quoi sert l’identité nationale ?, Marseille, Agone, 2007, p. 46.
  • 25 « Simone Veil : un ministère de l’identité nationale est une idée plus qu’imprudente », La tribune (...)

18L’énonciation d’une identité exclusive, jusqu’alors réservée à la rhétorique politicienne, voit son institutionnalisation par l’acte de nomination que constitue l’intitulé du ministère. Cet acte de reconnaissance institutionnelle dans le lieu discursif que constitue l’intitulé d’un ministère apparaît comme impossible parce qu’il produit un effet de mémoire interdiscursive en rappelant un autre acte de la mémoire nationale : la création, par le régime de Vichy, d’un organisme d’état en charge de la question identitaire, le Commissariat général aux questions juives24. Le bien-fondé d’une telle comparaison n’est pas l’objet de cet article. Il entend seulement pointer les processus discursifs qui produisent le sentiment de malaise ou la perception d’une ambiguïté dans la communauté langagière française, comme en faisait part Simone Veil25 :

  • 26 Ibid.

(10) Pour moi, c’est plus qu’une imprudence. C’est plus grave. Je n’ai pas compris. D’abord, je trouve que la formule qu’il a employée est très ambiguë. On ne sait pas très bien ce que cela veut dire26.

  • 27 Sylvianne Rémi-Giraud, « Structuration interne de la polysémie du verbe crier », in S. Rémi-Giraud (...)

19Les noms ne sont en effet pas de simples étiquettes accolées aux choses. Ce sont des « discours miniaturisés » qui « stockent » des savoirs27. Des noms tels que ceux d’immigration et identité nationale charrient avec eux la mémoire de pratiques socio-discursives associées à d’autres discours antérieurs ou extérieurs :

  • 28 Sylvianne Rémi-Giraud, « Structuration interne de la polysémie du verbe crier », op. cit.

L’énonciateur, quand il prend un mot dans le fonds lexical de la langue, ne s’empare pas d’une unité isolée grâce à laquelle il va dénommer telle ou telle chose, mais [...] il active, à travers ce mot, une pluralité de micro-discours à partir desquels il va pouvoir construire son discours propre28.

  • 29 Paul Siblot, « dialogisme de la nomination » in C. Détrie, P. Siblot, B. Verine, Termes et concept (...)

20Par ce processus de « dialogisme de la nomination »29, les groupes nominaux ont la capacité de faire entendre des voix assignables à d’autres locuteurs ou, plus largement, des positionnements idéologiques dont l’énonciateur peut percevoir l’écho ou qu’il peut au contraire choisir de reprendre à son propre compte au service d’une stratégie.

21S’il est incontestable que l’association immigration et identité nationale a été produite pour servir une stratégie politique, il est moins sûr que le futur président ait perçu, dans un premier temps, que cette liaison ne remplissait pas les conditions d’acceptabilité et relevait du domaine de l’indicible. En portent témoignage les modalisations postérieures par le biais des deux autres noms qui forment l’intitulé du ministère et qui permettent de désolidariser la liaison indicible.

2. Intégration et codéveloppement : les conditions d’acceptabilité de l’association indicible

22Les réactions à l’énoncé d’un ministère à deux termes ont sans doute pesé dans la formulation définitive du ministère qui voit le jour lors de la composition du gouvernement Fillon le 17 mai 2007 :

(11) Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement.

  • 30 Brice Hortefeux, Missions et rôle, Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nat (...)

23Comme le précisait Brice Hortefeux30, ce ministère revendique le fait de gérer « l’ensemble du parcours d’un étranger candidat à l’immigration en France : de l’accueil au consulat jusqu’à l’intégration dans notre pays et l’éventuel accès à la nationalité française, ou le retour vers le pays d’origine ».

24Deux termes nouveaux sont introduits qui effacent partiellement les effets de la construction sémantique issue des deux termes initiaux. Le terme intégration s’intercale entre ceux d’immigration et d’identité nationale, ce dernier étant suivi de celui de codéveloppement.

25Cet ordre dans l’énumération n’est pas fortuit. L’insertion du terme intégration a pour effet premier, non seulement de rompre l’opération de détermination de l’immigration par l’identité nationale, mais aussi d’atténuer le caractère d’exclusivité de l’identité nationale au profit d’une possible assimilation dans le corps de la nation. Le procès d’intégration constitue le rite de passage vers l’intérieur du domaine identitaire du même. Il en constitue également la condition nécessaire. Dans l’énoncé (9), le procès : « ne fait aucun effort pour s’intégrer » donne l’acte de <s’intégrer> comme définitoire de l’entrée à l’intérieur du domaine identitaire du même et celui de <faire un effort> comme la quantité minimale nécessaire pour être candidat à l’entrée dans ce domaine. C’est le sésame qui autorise les immigrés à revendiquer le statut et les droits du même et accéder à l’« être Français » (6), représenté par les procès « parler et écrire le français » (6-7), « respecter la loi » (6).

26L’ajout de l’unité lexicale codéveloppement en fin d’énumération convoque, à côté de la figure du même de l’identité nationale, celle du migrant venu d’un ailleurs insuffisamment développé. Elle permet d’identifier le type de migrants qui sont l’objet de ce ministère. Tous les migrants ne sont pas concernés. Seuls ceux des pays « en développement » sont visés, identifiables dans un autre extrait du projet par l’évocation de pratiques culturelles bien spécifiques à l’autre côté de la Méditerranée et plus précisément au monde musulman :

  • 31 Nicolas Sarkozy, « Maîtriser l’immigration », Mon projet : ensemble tout devient possible, 2007.

(12) La laïcité, l’égalité entre la femme et l’homme, la liberté de conscience sont des principes avec lesquels je ne transigerai jamais31.

27Le terme codéveloppement nomme un système d’aide financière au retour des migrants dont l’objet est de participer au développement du pays d’origine. Ce terme n’est actualisé que dans le cadre de la gestion des politiques d’immigration. Il est composé du nom processif développement et du préfixe co-, qui était constitutif du terme coopération, introduit dans les politiques de développement qui se mettent en place à partir de l’indépendance des pays colonisés (dans les années mille-neuf-cent-soixante). Le nom codéveloppement, comme celui de développement dont il est dérivé, relève d’une sphère notionnelle dont l’évocation dégage une consensualité dans l’opinion publique, à l’instar de la terminologie du discours humanitaire, auquel il serait malvenu et même jugé immoral de s’opposer.

28Alors que le terme intégration constitue une injonction à acquérir un certain nombre de valeurs nationales permettant d’entrer dans le domaine identitaire national, celui de codéveloppement représente l’alternative positive aux « éloignements » des clandestins hors des frontières :

  • 32 Brigitte Girardin, Vie publique, « Flux migratoires et codéveloppement », Chroniques de la politiq (...)

(14) Le codéveloppement constitue une approche nouvelle, originale, portée par la France, et qui permet d’établir un lien entre politiques d’immigration et politiques de coopération. Il s’agit bien d’un complément indispensable à notre politique d’immigration, qui rend celle-ci non seulement acceptable mais profitable pour nos partenaires du Sud. En changeant ainsi d’échelle, nos idées continueront à progresser, mais surtout l’immigration pourra bien profiter à tout le monde32.

  • 33 Paul Achard, La passion du développement : une analyse de l’économie politique, thèse sous la dire (...)
  • 34 Voir Françoise Dufour, De l’idéologie coloniale à celle du développement. Une analyse du discours (...)

29De par sa dérivation d’une forme verbale, le nom développement a une fonction de « terme opérateur »33 qui permet de construire des arguments du type : rattraper le retard en terme niveau de vie ; combler le fossé avec les pays dits développés, industrialisés, riches ; rejoindre des normes définies sur la base des propriétés typiques occidentales (économie, santé, éducation, etc.)34. Son actualisation aurait pour effet secondaire d’exporter les valeurs de même de l’autre côté des frontières de l’hexagone. C’est ce qui a pu faire dire au Comité Contre la Faim et pour le Développement (CCFD) que les actions de codéveloppement favorisent le désir de migration et paradoxalement alimentent les flux migratoires :

  • 35 Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD), « codéveloppement », Dossiers.

(14) L’expérience montre en tout cas que le co-développement ne remplace pas l’émigration. Il est illusoire de penser qu’il suffit de financer des projets au bénéfice des migrants, ou des candidats à l’émigration, pour tarir ou inverser les flux migratoires. […] La migration favorise le développement et le développement stimule la mobilité35.

Du codéveloppement au développement solidaire

30Dans le cadre du remaniement ministériel de mars 2008, le terme codéveloppement a été remplacé par la lexie développement solidaire :

  • 36 Conférence de presse du ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du (...)

(15) Comme l’intitulé du ministère en porte la marque, nous sommes passés, en mars dernier, du co-développement au développement solidaire. Au-delà du changement sémantique, il y a surtout une évolution politique. Le co-développement concernait exclusivement le soutien aux initiatives des migrants en faveur de leur pays d’origine. Le développement solidaire, lui, va plus loin en favorisant également des projets relatifs à l’organisation des migrations légales, à la lutte contre les migrations clandestines, en passant naturellement par le développement des pays sources d’immigration36.

31Cet énoncé donne le développement solidaire comme une notion plus extensive que celle de codéveloppement : « le développement solidaire, lui, va plus loin ». Selon la définition qui en est donnée, cette extension concerne surtout l’organisation de l’immigration, le « développement des pays sources d’immigration » se trouvant relégué en fin d’énumération comme une action qui va de soi : « naturellement ». La solidarité dont il est question relève davantage de la gestion concertée de l’immigration que du développement des populations à proprement parler.

32Les termes d’intégration, de codéveloppement, puis de développement solidaire qui étoffent l’intitulé du ministère permettent d’introduire au sein de son intitulé les valeurs positives, humanistes et humanitaires rattachées aux notions vertueuses d’intégration, de développement et de solidarité constitutives du fonds encyclopédique de la culture française. Pourtant, les co-textes officiels dans lesquels ils sont actualisés montrent que le contenu qui leur est attribué, en termes d’actions politiques, ne fait que renforcer le dispositif énoncé en première instance, tout en lui garantissant une acceptabilité auprès de l’opinion publique.

En conclusion

33L’annonce anticipée d’un ministère associant les deux termes d’immigration et d’identité nationale a déclenché des oppositions qui entendaient manifester le caractère d’impossibilité d’un tel amalgame sémantique. Ce n’est pas l’association elle-même qui a suscité les réactions puisqu’elle était déjà connue dans les discours de l’extrême droite. Mais c’est le lieu discursif de l’actualisation qui a produit un effet de mémoire interdiscursive en rappelant des discours antérieurs de rejet de l’autre.

  • 37 Paul Siblot, « Les fabriques du sens commun : presse régionale et discours d’exclusion », Hommes e (...)

34La dénomination d’un ministère est en effet un acte discursif d’institutionnalisation qui a pour effet de « fabriquer le sens commun »37. C’est un mode d’imposition d’une idéologie nationale que l’historien Gérard Noiriel qualifie de « nouveau nationalisme français ». Cette idéologie s’appuie sur la production du sens du nom immigration, non plus seulement comme un acte d’entrée dans un pays, mais comme la situation résultant de cet acte : un « problème » d’atteinte à l’identité nationale de la France. La notion d’identité nationale n’est jamais définie en tant que telle, elle repose sur le non-dit d’un préconstruit culturel supposé partagé par la communauté discursive. Dans l’intitulé du ministère, de même que dans les discours qui soutiennent le projet politique, l’identité nationale est produite en creux par inversion des propriétés d’un autre de l’immigration localisable dans un univers sous-développé de culture musulmane.

35L’énumération à quatre termes adoucit cependant le programme d’idéologie nationale énoncé dans l’amalgame des notions d’immigration et d’identité nationale perçu comme impossible. Les termes d’intégration, de codéveloppement puis de développement solidaire, qui sont les labels de programmes d’aménagement et de gestion des politiques d’immigration, font état de promesses d’issues positives à l’acte d’immigration : soit par « l’intégration » comme condition d’une assimilation dans le corps de la nation, soit par le codéveloppement ou le développement solidaire comme renouvellement des modes d’assistance au développement. L’adjonction de tels termes, qui peuvent difficilement trouver de discours opposables en raison d’un capital sémantique positif, modalisent les propositions initiales et rendent alors dicible l’existence institutionnelle d’une telle congruence notionnelle.

Notes

1 « À vous de juger », émission en direct produite et animée par Arlette Chabot.

2 Nicolas Sarkozy, « Maîtriser l’immigration », Mon projet : ensemble tout devient possible, 2007, p. 14.

3 « Action de venir s’installer et travailler dans un pays étranger, définitivement ou pour une longue durée », dans le Trésor de la langue française ; « Entrée dans un pays de personnes non autochtones qui viennent s’y établir, généralement pour y trouver un emploi », dans le Petit Robert.

4 Chapitre d’un dossier de la Documentation française : « Immigration et politique migratoire », 2007.

5 C’est moi qui souligne.

6 Front National, 300 mesures pour la France, 2001.

7 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.

8 Marc Wilmet, La grammaire critique du français, Paris/Louvain, Hachette Duculot, 1997, p. 457.

9 Nicolas Sarkozy, Discours de Nice, 30 mars 2007.

10 Pierre Achard, « Nation, nationalismes : l’approche discursive », Langage & société, no 86, 1998, p. 13-15.

11 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.

12 Nicolas Sarkozy, Discours de Nice, 30 mars 2007.

13 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.

14 Ici et dans les citations suivantes, c’est moi qui souligne.

15 Nicolas Sarkozy, Discours de Caen, 9 mars 2007.

16 Clandestin : « [En parlant d’une pers.] Qui se soustrait par nécessité aux représentants de l’autorité en place et vit en marge des lois ; qui échappe à la procédure normale. Passager clandestin (mar.). Celui qui s’embarque en cachette sans papiers ni titres de transport (voir Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 11). Travailleurs (immigrés) clandestins. Travailleurs ayant passé illégalement une frontière pour trouver du travail » in Trésor de la langue française.

17 Gérard Noiriel, État, nation et immigration, Paris, Gallimard, 2001, p. 301-302.

18 Gérard Noiriel, État, nation et immigration, ibid.

19 Nicolas Sarkozy, « Conditions d’examen des demandes d’admission au séjour déposées par des ressortissants étrangers en situation irrégulière dans le cadre des dispositions du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile », 2005.

20 Voir Françoise Dufour, « Immigration et identité nationale : comment la production d’une inclusion produit une inclusion », in Dessajan, Hossard, Ramos, éd., Immigration et identité nationale. Une altérité revisitée, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 47-58.

21 Nicolas Sarkozy, Discours de Nice, 30 mars 2007.

22 Michel Pêcheux, cité par Denise Maldidier, « L’inquiétude du discours, un trajet dans l’histoire de l’analyse du discours : le travail de Michel Pêcheux », Semen 8, Configurations discursives, Annales littéraires de l’université de Besançon, 1993, p. 114.

23 Louis Althusser, Positions, Paris, Éditions sociales, 1976, p. 112.

24 Gérard Noiriel, À quoi sert l’identité nationale ?, Marseille, Agone, 2007, p. 46.

25 « Simone Veil : un ministère de l’identité nationale est une idée plus qu’imprudente », La tribune juive, citée par lemonde.fr, 2007, 2 avril.

26 Ibid.

27 Sylvianne Rémi-Giraud, « Structuration interne de la polysémie du verbe crier », in S. Rémi-Giraud et S. Panier S., La polysémie ou l’empire des sens : lexique, discours, représentations, Lyon, PUL, 2003, p. 126.

28 Sylvianne Rémi-Giraud, « Structuration interne de la polysémie du verbe crier », op. cit.

29 Paul Siblot, « dialogisme de la nomination » in C. Détrie, P. Siblot, B. Verine, Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 86.

30 Brice Hortefeux, Missions et rôle, Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement, 2007.

31 Nicolas Sarkozy, « Maîtriser l’immigration », Mon projet : ensemble tout devient possible, 2007.

32 Brigitte Girardin, Vie publique, « Flux migratoires et codéveloppement », Chroniques de la politique d’immigration, 2007. Brigitte Girardin est alors Ministre déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie.

33 Paul Achard, La passion du développement : une analyse de l’économie politique, thèse sous la direction de Paul-Henry Chombart de Lauwe, Université Paris VII (thèse non reproduite), 1989, p. 821)

34 Voir Françoise Dufour, De l’idéologie coloniale à celle du développement. Une analyse du discours France-Afrique, Paris, L’Harmattan, 2010.

35 Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD), « codéveloppement », Dossiers.

36 Conférence de presse du ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, M. Brice Hortefeux, Paris, 13 janvier 2009.

37 Paul Siblot, « Les fabriques du sens commun : presse régionale et discours d’exclusion », Hommes et migrations, no 1169, 1993, p. 1588-1592.

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site