Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Partie 2. Mobilisation politique et performativité

Le politique, l’expert et l’animateur. Parole, corps et autorité charismatique dans les mobilisations étudiantes

Bertrand Geay

Volltext

  • 1 Avec la participation de Romuald Bodin, Jérôme Camus, Nicolas Lefol, Mathieu Morichon et Vincent R (...)

1Je souhaite m’intéresser ici aux processus de production des groupes mobilisés, dans ces moments d’effervescence collective que sont les mouvements sociaux de grande intensité. Je voudrais montrer que les actions collectives de ce type représentent un terrain privilégié pour l’étude des actes performatifs et des conditions de leur efficacité, dans leurs rapports avec les modes d’engagement des corps dans les dispositifs protestataires et avec les processus de formation de l’autorité charismatique. Après avoir rapidement posé le problème, à partir d’une relecture de certains travaux de Pierre Bourdieu, John L. Austin, Erving Goffman et Max Weber, j’en explorerai plusieurs dimensions en prenant appui sur l’analyse de quelques matériaux issus de la recherche collective que j’ai dirigée sur le mouvement étudiant du printemps 20061.

D’Austin à Bourdieu, et retour

  • 2 Voir Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayar (...)
  • 3 Voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001.

2Dans Ce que parler veut dire2, puis dans Langage et pouvoir symbolique3, Bourdieu aborde les phénomènes linguistiques comme phénomènes sociaux à part entière, inscrits dans des configurations sociales qui leur donnent sens et efficacité, et comme opérateurs de processus sociaux, en ce qu’ils organisent des catégories de perception, des principes de division et d’agrégation, des modes de légitimation. Il élabore notamment la notion d’économie des échanges linguistiques, en montrant de quelle façon la valeur d’un discours s’apprécie dans sa relation à un marché spécifique. Il insiste sur la façon dont l’efficacité des actes linguistiques ne dépend de caractéristiques proprement linguistiques que dans la mesure où celles-ci annoncent une autorité et une compétence sociales particulières, en lien avec des propriétés non linguistiques telles que les vêtements ou les attributs institutionnels. Il relève également les correspondances qui s’observent entre les usages du corps et les usages de la langue, en fonction des positions occupées dans l’espace social ou des positions institutionnelles. Il montre par-là que dans la production des actes de langage est engagé un capital de reconnaissance, qui préexiste au jeu mais s’y trouve largement remis en jeu.

  • 4 Voir John L. Austin, Quand dire, c’est faire, op. cit.

3Bourdieu prolonge ainsi Austin4 en développant toute une série d’éléments relatifs aux structures sociales et aux usages et fonctionnalités du corps, ou si l’on veut, aux champs et aux habitus. D’une certaine façon, il opère également un déplacement à partir du modèle austinien en passant de l’étude des circonstances à celle des conditions sociales, en s’attachant aux invariants plus qu’aux interactions ou aux coordonnées les plus précaires des situations. Et de ce déplacement, l’on aurait tôt fait de conclure à la propension de Bourdieu à mettre en œuvre en ce domaine comme en d’autres une conception du monde social presque exclusivement attentive aux logiques de reproduction sociale. Ce serait oublier que la double question du langage et de la politique est précisément l’une de celles qui ouvrent le plus nettement chez cet auteur vers une analyse des formes d’invention, de transgression ou de subversion les plus irréductibles à l’inertie des structures et à la reproduction à l’identique des systèmes de pensée. Ce serait aussi négliger que toute la partie de ses analyses, qui, dans une orientation tantôt anthropologique tantôt plus strictement sociologique, s’intéresse aux processus de représentation politique, conduit à appréhender ceux-ci doublement, comme ensemble d’opérations visant à reproduire un mode de domination politique et comme alchimie parvenant à faire exister les groupes représentés, à leur donner une voix et une capacité à agir.

  • 5 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, op. cit., p. 113.
  • 6 Voir Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. t 2. La présentation de soi, trad. A. (...)

4Ainsi, dans les ouvrages cités, ce sont surtout les rituels de représentation du groupe, leurs conditions et leurs effets, qui sont placés au centre du processus de représentation politique. Le capital dont dispose le représentant est proportionné à la reconnaissance reçue du groupe, et se renouvelle dans l’exercice de la liturgie des cérémonies rituelles et par cette alchimie qui fait que le groupe produit son appareil de représentation et le représentant de cet appareil, et que le représentant qui parle et agit au nom du groupe contribue à le faire et à le faire agir. Ce mécanisme d’accumulation symbolique et de production croisée du groupe et du représentant du groupe, est indispensable pour comprendre la magie performative des discours de porte-parole, par cette « délégation d’autorité qui confère son autorité au discours autorisé »5. Proche ici de Goffman6, Bourdieu montre que la qualité de la mise en scène, de la représentation au sens théâtral, est la condition immédiate du succès de l’opération – même si sa condition première demeure le système de relations sociales qui l’a rendue possible. Et le travail engagé pour donner corps à la liturgie, véritable contrepartie du contrat de délégation, est aussi ce par quoi se rejoue la croyance aux vertus de celui qui est la représentation faite homme.

  • 7 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, op. cit., p. 138.
  • 8 Pierre Bourdieu, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Ac (...)
  • 9 Voir Luc Boltanski, Les cadres. Formation d’un groupe social, op. cit.
  • 10 Voir Bertrand Geay, Profession : Instituteurs. Mémoire politique et action syndicale, Paris, Seuil (...)

5Ces analyses inspirées par l’anthropologie, si elles soulignent la composante doxique des phénomènes observés, pourraient toutefois sembler circulaires si elles n’étaient complétées par une série de travaux sociohistoriques conduits par Bourdieu ou selon son inspiration, travaux qui décomposent les modes de formation des groupes sociaux, de leurs conditions d’émergence à leur institutionnalisation. Au fil de ces processus historiques, les actes d’imposition contribuent à faire exister les groupes sociaux « comme dignes d’exister, comme conformes à la nature des choses », en sanctionnant les frontières et les attributs qui en sont constitutifs7. Je pense ici aux articles de Bourdieu sur le champ politique et sur la genèse des classes8, mais aussi aux travaux de Boltanski sur les cadres9, ou, dans une direction un peu différente, à ceux que j’ai conduits sur les instituteurs10. En restituant les conditions dans lesquelles s’opèrent les actes de découpage et d’attribution qui sont au principe de la structuration des groupes sociaux, on voit comment principes de division, structures institutionnelles et modes d’agrégation et d’organisation se déterminent réciproquement et contribuent à faire l’histoire.

  • 11 Voir Max Weber, Économie et société. t 1, Paris, Plon, 1971.

6Selon ce type d’approche, il n’y a ainsi rien de circulaire à rendre compte des relations à double-sens existant entre les structures sociales et les discours performatifs. On est loin de la présumée aporie, qui, par de complexes détours, renverrait inéluctablement à un ordre social invariant. On peut en revanche s’interroger sur les phénomènes à l’œuvre dans le cas des mobilisations sociales opérant sur un temps court et disposant de faibles ressources organisationnelles, l’idéal-type de ce genre de situations étant représenté par le cas des mobilisations juvéniles faiblement encadrées. Au point de départ de la mobilisation, on ne trouve alors que de petits capitaux accumulés dans des appareils de représentation à l’implantation pour le moins restreinte ; et les porte-parole qui ne tardent pas à émerger ne semblent guère pouvoir se fonder sur l’autorité instituée de l’organisation. Dans ce type de situation, parler, à la façon de Weber, d’autorité charismatique par opposition à l’autorité issue de la tradition11, et distinguer par là le type du prophète de celui du prêtre a le mérite de poser le problème de façon plus saillante. Pour autant, on ne saurait se satisfaire d’une relecture psychologisante de Weber conduisant à réifier les dispositions individuelles à l’œuvre. L’acte prophétique tout comme l’acte rituel doit être analysé au travers des ressources qu’il mobilise, du discours qu’il déploie et de ses conditions de félicité. En fait, on peut faire l’hypothèse que les ressources sont en ce cas largement puisées hors des organisations militantes, mais aussi que les discours produits expriment tout à la fois les finalités de la lutte et l’état inchoatif du mouvement, ou encore que dans l’espèce d’ajustement qui se réalise entre les orateurs les plus écoutés et les cadres plus ou moins fluctuants dans lesquels ils s’expriment, entrent toute une série d’émotions collectives propres à ce type de conjoncture. S’il est vrai qu’en un sens, moins il y a d’institution plus il y a de charisme, l’étude de celui-ci requiert tout spécialement la prise en compte des circonstances particulières où il s’engendre. Repartant de Bourdieu, l’on peut ainsi revenir plus directement à Austin, mais sans rien perdre de ce que Bourdieu signale des usages du corps et de la communication non verbale. À une histoire des modes de structuration et d’institutionnalisation du discours politique, se substitue alors une micro-histoire de l’engendrement de la parole collective, de ceux qui la font exister et des cadres plus ou moins temporaires où elle acquiert toute son efficacité.

Une étude du charisme en situation

7L’enquête sur laquelle je vais maintenant prendre appui a été conduite au printemps 2006 et dans les mois qui ont suivi ; elle s’est arrêtée sur les spécificités de la mobilisation étudiante à Poitiers, cas idéal-typique d’une action collective d’allure anti-institutionnelle, tout à la fois de grande ampleur, organisée en la quasi-absence de militants syndicaux et présentée, par les représentants nationaux des étudiants comme par la presse, comme exemplaire des formes démocratiques qu’a prises la protestation de la jeunesse contre le contrat première embauche. Des matériaux de cette enquête, qui combinait un questionnaire, l’analyse secondaire de données statistiques nationales et locales, une série d’entretiens et d’observations, et un double corpus d’articles de presse et de documents audiovisuels, j’extrais ici quelques éléments permettant de dessiner à grands traits la situation observée et des éléments plus spécifiques, puisés notamment dans les matériaux audiovisuels, qui offrent l’opportunité de comparer les styles oratoires et les façons de faire caractéristiques des trois principaux porte-parole du mouvement à l’échelle locale.

  • 12 Voir Bertrand Geay (dir.), La protestation étudiante, Paris, Raisons d’agir, 2009.

8Il convient tout d’abord de s’arrêter sur les propriétés sociales et politiques de la mobilisation étudiante à Poitiers. Dans cette université de ville moyenne, le public étudiant est d’origine plus populaire que la moyenne nationale et, sur les 23.000 inscrits que compte l’Université, les 3. ou 4.000 jeunes qui participent aux assemblées générales, qu’ils soient favorables ou opposés au « blocus », sont encore plus souvent issus de milieux modestes12. En revanche, les plus mobilisés – la trentaine d’étudiants qui participent régulièrement aux réunions de la « coordination » – sont presque tous issus des classes moyennes cultivées. Ils présentent ainsi des caractéristiques presque symétriques de celles des principaux opposants au « blocus », plus souvent originaires des catégories moyennes ou supérieures du secteur privé. La mobilisation a débuté ici dès le mois de janvier, contre la réduction des postes aux concours de l’enseignement, avant de rebondir à la mi-février, en s’élargissant au rejet du CPE et de la loi « Égalité des chances ». Elle y a pris une tournure spécifique, le rejet des « étiquettes » syndicales étant mis en avant pour agréger le public étudiant le plus largement possible, en même temps qu’étaient instaurés des votes individualisés quasi-secrets et qu’un style « pacifique » s’imposait tant dans les débats en assemblées générales (les applaudissements et huées étaient en particulier proscrits) que dans les actions (les « occupations » de lieux publics et les « blocus de ville » prenaient par exemple davantage la forme d’un jeu de poursuite que celui d’une confrontation ouverte avec la police).

9Une partie de l’enquête a porté sur les actes et les discours qui ont structuré le mouvement au cours des premières semaines. Elle permet de restituer le caractère très progressif et tâtonnant de la structuration des modes d’organisation et d’action. Le démarrage du « blocus », à la mi-février, apparaît pour le moins singulier : décidé lors d’une assemblée générale réunissant une soixantaine d’étudiants, il est aussitôt confirmé par des assemblées générales réunissant plusieurs milliers d’étudiants. Avant même qu’un discours commun ait véritablement été élaboré, le succès du « blocus » semble paradoxalement reposer sur la justification minimaliste qu’en donnent les « bloqueurs » à chaque point d’entrée des facultés puis dans les réunions tenues immédiatement après : c’est à l’ensemble des étudiants de décider de son sort, insistent-ils, chacun doit être placé à égalité face aux effets de la suspension des cours et toute division « partisane » doit être proscrite. Ainsi la violence primitive engagée dans l’instauration du « blocus » s’accompagne d’une sorte d’appel à la « communauté étudiante » et d’une forme de légitimation a posteriori de l’action.

10Puis c’est le dispositif de débat et de vote qui retient l’attention. Réunies dans un stade à proximité du campus, les assemblées générales ont un caractère spectaculaire qui conforte la légitimité du mouvement ainsi que sa visibilité extérieure. Après une succession d’informations et de prises de position pour ou contre le « blocus », chaque participant vote oralement mais discrètement en quittant le stade, après présentation de sa carte d’étudiant et en présence de deux scrutateurs d’opinions opposées. Ce dispositif a été progressivement mis au point et s’explique en partie par ce que les étudiants qui animent le mouvement ont appris des mobilisations antérieures ; ainsi le rejet d’un vote faculté par faculté et le choix d’un vote global sont-ils liés à une première expérience de « blocus » quelque peu éprouvante deux ans plus tôt. Ce dispositif résulte également du conflit larvé qui a opposé la « coordination » à la présidence de l’Université pendant les quatre premières semaines de l’actuel mouvement, la présidence ayant tenté de mettre fin au « blocus » par l’organisation d’un vote à bulletins secrets. Mais il se comprend aussi et se trouve empli de significations au regard des dispositions politiques les plus communément engagées dans l’action par cette génération ; ainsi, tous les interviewés expriment leur attachement à la légitimité électorale, en relation avec leurs premières expériences politiques, lors des manifestations contre la présence de l’extrême-droite au second tour des élections présidentielles, en 2002.

11Dès lors, analyser les façons de parler et d’agir des trois principaux porte-parole, c’est tenter de comprendre l’ajustement spécifique qui se réalise pour chacun d’entre eux entre leurs propriétés singulières, les rituels et formes d’action mis en œuvre et le contexte politique particulier où ils interviennent, ou, pour parler comme Austin, entre les personnes, la convention et les circonstances. En remettant en perspective les conditions et les effets de leurs prises de parole, les significations qu’elles mobilisent et contribuent à produire, ce sont trois styles oratoires, trois hexis corporelles mais aussi trois façons de faire exister le groupe que l’on est conduit à comparer. Les matériaux audiovisuels se révèlent ici précieux tant ils permettent de décomposer les discours, les postures et les circonstances où ils prennent sens. C’est dans un tel objectif qu’après avoir examiné systématiquement le corpus disponible, on a sélectionné quelques séquences filmées où se livrent tout particulièrement les mécanismes à l’œuvre.

12Arrêtons-nous tout d’abord sur une première séquence, qui permet de dégager quelques invariants des « interventions » en assemblées générales (AG) des trois porte-parole et de premiers éléments de différenciation. La scène se situe dans le stade de football où furent organisées la plupart des AG puis, au moment de la proclamation des résultats du vote, dans un amphithéâtre de 800 places situé non loin du stade, au centre du campus. On y voit en particulier les trois leaders prendre successivement la parole, dans la guérite de sonorisation du stade, pour convaincre de la nécessité de reconduire le « blocus » ; on les voit ensuite dans l’amphithéâtre, face aux étudiants, partager l’émotion collective de l’assemblée à l’annonce des résultats. Ce qui frappe ici, à un moment où le dispositif de mobilisation est déjà bien rodé, c’est une forme de division du travail « d’intervention », dont on peut d’ailleurs relever qu’elle est adoptée après une brève concertation, en tout début d’AG. Le premier des trois porte-parole, Victor, énonce les objectifs de la mobilisation : « Alors, on devait faire un point sur les revendications… C’est Victor… Alors, depuis le début du mouvement sur Poitiers, je vous le rappelle, cela fait deux mois que nous nous mobilisons, à la base ça a été contre la suppression des postes à tous les concours de l’enseignement… […] ». Le deuxième, Michaël, explique la nécessité de prises de parole contradictoires pour décider ou non de la reconduction du « blocus » : « Merci pour cette intervention… Donc, Michaël… Maintenant, je crois que ça va être une question essentielle aujourd’hui, ça va être : est-ce que le blocus est utile dans la poursuite de la lutte (…) ». Enfin le troisième, Freddy, remercie l’intersyndicale des personnels de l’Université et souligne les « effets positifs du blocus » sur la participation aux manifestations : « Bonjour, c’est Freddy, alors j’aimerais donner quelques indications concernant le blocus de ces derniers jours. Je tiens à rappeler et à remercier l’intersyndicale des professeurs et des personnels BIATOS que vous avez tous pu voir ce matin sur les piquets de grève (…) ».

13Comme on a pu le constater en consultant l’ensemble des séquences disponibles, le contenu de ces « interventions » peut être indifféremment traité par l’un ou l’autre des porte-parole. Il s’y exprime le style collectif d’action élaboré au cours des premières semaines : précision et caractère limité des revendications, mise en scène de la compétition des arguments, refus des « étiquettes » combiné à un souci de plus en plus marqué « d’ouverture » à l’égard des syndicats enseignants et des confédérations. La capacité à se « répartir les interventions » semble ici perçue comme un double gage d’efficacité et de solidarité. C’est là un aspect de l’expression des porte-parole que l’on retrouve de loin en loin, au fil de leurs apparitions publiques. Ainsi, une heure plus tard, lorsque les résultats sont proclamés dans l’amphithéâtre du campus, les trois porte-parole sont de nouveau ensemble face au groupe des quelques centaines d’étudiants les plus mobilisés, et lorsqu’éclatent les applaudissements et les cris à l’annonce de la reconduction du « blocus », ils se lèvent et se joignent aux applaudissements, reprennent quelques slogans (« Retrait, retrait du CPE ! »), même si l’on voit que le mouvement des corps est moins spontané chez eux que chez bon nombre de ceux qu’ils représentent.

14La capacité à exprimer les mots d’ordre du collectif, la maîtrise des argumentaires mais aussi l’aptitude à passer d’un fragment à l’autre du discours commun, d’un registre à l’autre de l’action et des émotions collectives, constitueraient ainsi les compétences communes de ces trois porte-parole. Mais à travers cette orchestration quasi-spontanée du leadership partagé s’exprime déjà des formes de personnalisation du discours. Victor, qui est étudiant en deuxième année d’histoire et l’un des principaux animateurs locaux du Mouvement des Jeunes Socialistes, insiste ainsi tout particulièrement sur la précision technique des revendications et adopte par là une posture à la fois modeste et raisonnable. Michaël, qui est en master 1 d’histoire, sans affiliation syndicale ou politique mais responsable de l’association des étudiants d’histoire et élu au conseil d’administration sur une liste dite « alternative », introduit ses propos par quelques remerciements à l’égard de l’orateur précédent, sur un mode proche de la condescendance. Freddy, étudiant en troisième année de lettres, rétif à toute affiliation mais engagé dans diverses actions écologistes, se fait le premier défenseur du rapprochement avec les syndicalistes ; il se présente ainsi comme celui qui, quoi qu’il lui en coûte, entend mettre les uns et les autres en relation. Ces premiers indices nous conduisent à explorer plus spécifiquement les formes argumentatives utilisées par les uns et les autres, leurs styles langagiers et leurs façons de parler, mais aussi la source de leur autorité spécifique, en lien avec leurs caractéristiques sociales.

Trois postures et trois sources de l’autorité

15Le cas de Michaël peut tout d’abord être distingué. Il se singularise en effet par sa capacité à demeurer en position de représentant du mouvement, comme en attestent ses prises de parole répétées en AG et sa présence régulière dans les médias, alors même que celles-ci irritent souvent de nombreux membres de la « coordination », en raison d’une expression jugée trop « personnelle », c’est-à-dire le mettant quelque peu « en avant » mais aussi non conforme aux mandats collectifs. Une séquence filmée lors d’une occupation de la gare illustre assez bien son style particulier et l’autorité qui lui est reconnue. Debout, sous la pluie, le mégaphone bien en main, il s’en prend au président de l’Université pour mieux mettre en perspective l’action en cours : « Et j’en profite, par la même occasion, pour vous dire à vous tous, étudiants, qu’il y a un blocus qui doit être revoté, et c’est pas Monsieur (président) qui décide quand il est terminé ! C’est l’assemblée étudiante qui en décide ! (cris, applaudissements, sifflets) Et donc, dès demain : assemblée générale, 10h, amphi J, où nous choisirons, nous assemblée étudiante légitime, de reconduire ou non le blocus, et nous vous attendons, tous ensemble, pour remettre en place le blocus, dès demain matin, et c’est vous qui déciderez par la voie du vote (…) ».

16Michaël use ainsi fréquemment de l’une des postures typiques du discours de lutte : la désignation de l’adversaire. À l’occasion d’une réunion de « coordination », on le voit cette fois mettre en accusation, depuis la « tribune », une adhérente de l’UNEF et demander son exclusion d’une délégation (au motif qu’une délibération interne du syndicat stipulerait qu’il convient d’éviter, dans chaque université, la mise en place de « commissions presse » indépendantes de l’UNEF), puis s’excuser du ton employé et justifier ses préventions, dans un discours à la première personne qui se veut à la fois suspicieux et protecteur, spontané et comme empreint de toute l’expérience collective qui ne peut en somme que s’exprimer à travers lui : « C’est des choses que je vois derrière et c’est là que je vous interpelle, ce que je veux, c’est que ça joue franc jeu, tout simplement (…) ». Ce faisant, il épouse le point de vue partagé par la majorité, sur un mode jugé excessivement violent, mais finalement accepté du fait de cette tonalité à la fois expressive et tactique, empathique et dominatrice, singulière et collective. Le maintien de sa position au sein du groupe mobilisé s’explique probablement aussi par les ressources qu’il mobilise dans ses « interventions », qu’il s’agisse de sa connaissance et des relations ambivalentes qu’il entretient avec les institutions universitaires ou de sa maîtrise d’une série de savoirs historiques, savoirs manipulés sur le mode implicite et familier (comme lorsqu’il parle, avec une pointe d’accent parisien populaire, des « blocusards » et des « antiblocusards », les suffixes devant ici probablement faire sens au regard de la structuration du champ politique au moment de l’affaire Dreyfus, en 1848 ou en 1968).

17L’autorité que mobilise Michaël est ainsi pour une large part celle de l’expertise. Associée à sa capacité à exprimer « à chaud » le sens politique d’une situation, elle attire presque systématiquement à lui les journalistes et lui vaut, dans cet univers de mobilisation récusant toute forme d’institutionnalisation, autant d’inimitiés que de reconnaissance de la fonction qui peut malgré tout être la sienne. On voit par là que ses ressources proprement universitaires ne suffisent pas expliquer ses habiletés singulières et son goût d’un certain style de harangue. Ses propriétés de trajectoire sont probablement pour beaucoup dans la relation tendue et ambiguë qu’il entretient avec la représentation du groupe. Fils d’un parisien cuistot et d’une poitevine ex-chef d’agence dans une société de prêt et devenue récemment tarologue, lui-même étudiant en master d’histoire à Poitiers après avoir fréquenté puis déserté un grand lycée parisien qu’il trouvait trop « bourgeois », élu au conseil d’administration sur une liste qu’il a lui-même mis sur pied, Michaël fait figure de « self made man » de la politique étudiante ou, comme il le dit lui-même, de « maillon libre ». De ses ressources culturelles d’origine et de son itinéraire, il peut tout à la fois tirer un relatif sentiment d’illégitimité en même temps que le sens du placement et du déplacement, le goût du sérieux et celui d’une provocation aux accents populaires.

18Sous bien des rapports, le cas de Victor s’oppose à celui de Michaël. Avec son élocution lente et ses grandes écharpes blanches, son ton aux accents consensuels et sa façon toute particulière de passer de l’énonciation politique méticuleuse à la blague potache au vocabulaire obscène, Victor fait figure de leader incontesté. Se plaçant parfois en retrait du groupe, lorsqu’il estime les formes d’action choisies trop aventureuses, il prend part aux actions ordinaires comme la tenue du « blocus », il applique scrupuleusement les codes gestuels qui se substituent aux applaudissements et se tient volontiers au premier plan dès lors qu’il s’agit d’expliquer et de convaincre. Il opte plus volontiers pour la posture typique de la définition de la cause, plutôt que pour celle consistant à désigner l’adversaire. Et si, lui l’étudiant en deuxième année d’histoire, il puise tout aussi volontiers que Michaël dans les références historiques, c’est de façon plus explicite, quasi pédagogique, comme on le voit à l’occasion d’une autre « intervention » en AG : « Maintenant, on va peut-être faire un petit rappel historique. Nous sommes aujourd’hui à un moment crucial. Il faut savoir que les mouvements sociaux, il y en a eu, il y en aura encore, il y en a qui ont fonctionné et il y en a qui ne fonctionneront pas. Celui-là, on a envie qu’il fonctionne mais pour ce faire, il ne faut pas lâcher maintenant. On ne part pas du champ de bataille pendant le combat. C’est simple. Et en 1936, il y a eu un mois de grève générale. Et si Blum avait cédé devant les patrons, les conventions collectives, les augmentations de salaire, les vacances, le droit à l’enseignement, tous les centres aérés, ce serait où ? (…) ». Victor se caractérise aussi par sa capacité à manier subtilement son appartenance au Mouvement des Jeunes Socialistes, jamais mise en avant mais connue de tous, son hostilité à l’égard de l’UNEF et son indéfectible adhésion au principe d’un « mouvement sans étiquettes » (plus a-syndical qu’anti-syndical). Ainsi, lors de la réunion de « coordination » où Michaël s’en est pris aux membres de l’UNEF, il a pris la parole peu de temps après celui-ci, pour en quelque sorte recadrer le débat collectif et permettre à chacun de sauver la face : « Que ce soit des gens de l’UNEF ou d’autres orgas qui aillent à Rennes, ça, en fait, on s’en tamponne un peu tous, je pense… » Et, lorsque immédiatement après, il use d’un discours à la première personne, c’est pour mieux souligner l’adéquation totale qui ne peut qu’exister entre ses intentions, ou même ses façons d’être, et les attentes du collectif : « Ce que je veux, c’est que ce soit des nanas, des mecs, qui aillent défendre notre bout de gras. Sur Poitiers, on a commencé à se bouger sur le CAPES, on est une des seules villes en France (…), ce que je veux, c’est que les personnes qui aillent sur Rennes soient prêtes à prendre la parole devant 5000 personnes et arrivent, si possible, à ce que le mouvement sur le CPE soit accompagné d’un mouvement sur le CAPES ».

19L’autorité proprement politique dont dispose Victor se fonde ainsi sur un ensemble de connaissances et de savoir-faire politiques, mais aussi sur sa façon toute « naturelle » d’exprimer en situation les mandats et les codes décidés en commun. Ces dispositions s’expliquent très largement par ses origines et par sa trajectoire. Ses parents sont ainsi écrivain public et photographe en milieu hospitalier, sa mère est aussi féministe et syndicaliste, et un ascendant a été député. Jules lui-même a hérité très jeune de ce legs culturel et politique. Dès l’âge de 12 ans, il a été élu au Conseil Communal des Jeunes ; quelques années après, il a pris part aux mobilisations lycéennes, a été élu au Conseil National des Jeunes, s’est rendu à des rassemblements altermondialistes et a rejoint, à 16 ans, le MJS et le Parti socialiste. Éclectique, il soutient aussi bien Dominique Strauss-Kahn que la nécessité de l’unité la plus large dans les luttes de la jeunesse, des socialistes aux anarchistes. Un bref passage par l’UNEF l’a renforcé dans l’idée que l’efficacité des pratiques militantes comptait plus que les disputes d’appareil. Et, dès les premiers mois de 2006, il a participé aux manifestations pour les postes aux concours de l’enseignement, il a ensuite créé localement le collectif « jeunes anti-CPE » et a été de ceux qui ont décidé de « bloquer » le campus pour relancer le mouvement à une échelle plus large. Il a aussi importé des pratiques issues de son expérience altermondialiste., comme les codes gestuels et la façon d’animer et d’organiser les manifestations. Au centre du dispositif de mobilisation, il en est aussi en un sens l’un de ses principaux créateurs, il cultive l’image d’un mouvement pacifique et rassembleur et entretient par là-même son image de représentant « spontané » parfaitement en phase avec l’esprit du mouvement.

20Le style de Freddy, le troisième des principaux porte-parole, se rapproche en bien des points de celui de Victor. Ainsi, farouche défenseur des codes non-violents et « sans étiquette », il entend également prendre part aux activités ordinaires de la mobilisation. Il se distingue toutefois par une façon différente de prendre position au sein du groupe pour le représenter. Lors des débats les plus polémiques, il intervient peu. Il n’est que rarement délégué auprès de la presse et refuse parfois les interviews. Il est en revanche omniprésent pour la tenue des « blocus », les opérations de vote, les débats organisés en vue de mettre au point des propositions « alternatives » sur l’éducation et sur le travail ou encore les intersyndicales interprofessionnelles départementales. La posture qu’il adopte le plus volontiers n’est ni la désignation de l’adversaire ni la définition de la cause, mais une façon d’exprimer le collectif en tant que collectif, de mettre en mots et en attitudes l’état d’esprit commun, l’activité qui relie les uns aux autres, la configuration du groupe. On le voit par exemple à la gare se saisir du mégaphone, juste après la harangue de Michaël, pour donner à la situation une tout autre tonalité. Alors que les forces de l’ordre enserrent les manifestants et montrent des signes d’impatience, il prend le parti de l’innocence en même temps que celui de la tactique de résistance passive. Avec sa barbe hirsute et ses longs cheveux ébouriffés par la pluie et le vent, sa veste à capuche, son caban marin et un sac-poubelle en guise d’imperméable, il se dresse jovial face aux manifestants et improvise : « On vous propose un atelier barrages de caillou sur les voies ! Barrage de cailloux ! Ramassez des cailloux et faites un barrage de caillou pour ceux que ça tente ! (sourires, cris d’approbation, bruits de cailloux) Barrage de cailloux, barrage de cailloux ! (…) ». La politique semble ainsi congédiée, alors qu’elle ne cesse de se dire dans ce style bon-enfant, dans le refus de l’ostentation oratoire mais aussi dans l’appel aux techniques non-violentes, au style potache et, d’une certaine façon, dans la capacité à se faire animateur du groupe tout en se jouant du style « animateur ». Cette posture privilégiée d’expression du collectif se dit aussi, d’une toute autre manière, lorsqu’à l’occasion d’un débat organisé à l’IUFM, Freddy invite les participants à se joindre au groupe de travail sur les « alternatives scolaires », la voix douce, presque éteinte, mais sur un mode suggérant un fort avancement des travaux, ou lorsqu’en assemblée générale, il fait le récit des débats qui se sont tenus la veille dans un site peu mobilisé de la faculté de sciences, en reprenant par le menu les points de vue des uns et des autres, pour finalement signifier que ces étudiants excentrés sont à travers lui réunis à tous les autres.

21Freddy dispose ainsi de l’autorité de l’animateur politique, qui ne contribue pas seulement à organiser l’activité du groupe, mais qui en est l’expression même, celui qui travaille à dire ce que le groupe produit et la façon dont il le produit. Comme Victor, Freddy est une sorte d’héritier culturel et politique, mais d’une autre façon. Son père, un chef de service aux urgences en milieu hospitalier, lui-même fils d’ouvrier et très attaché aux notions de service public ou de laïcité, et sa mère, une infirmière fille d’un ingénieur engagé comme volontaire dans l’armée du général Leclerc, lui ont probablement transmis des dispositions autant morales que politiques, en même que le goût des aventures singulières. Il a lui-même préparé un baccalauréat en techniques de l’environnement, puis un BTS agricole, il a passé le BAFA et a travaillé dans différents secteurs, il a multiplié les expériences à caractère écologique avant de reprendre des études de lettres, de sorte que chacun lui attribue un âge nettement plus élevé que ses actuels 21 ans. Plutôt distant à l’égard du militantisme syndical et politique, il ne s’est rapproché du mouvement que lorsque le « blocus » a été voté et, totalement séduit par le style unanimiste et « bon enfant » de la mobilisation à l’échelle locale, s’y est investi de la façon la plus totale, au point d’en devenir l’un des principaux représentants.

22Si la désignation de l’adversaire, la définition de la cause et l’expression du collectif constituent des postures typiques du discours de lutte qui sont en réalité offertes à tous (et dont on fera l’hypothèse qu’elles le sont dans le cadre de ce mouvement comme dans beaucoup d’autres), on voit qu’elles se trouvent ici investies de façon privilégiée par trois jeunes aux dispositions différenciées, dispositions qui trouvent ainsi à s’employer de façons à la fois concurrentes et complémentaires. Et pour comprendre la magie de ces moments d’assemblée générale ou d’actions plus ou moins improvisées, tout autant que les tensions qui les traversent, il faut à la fois prendre en compte l’ajustement spécifique qui se réalise, pour chacun de ces représentants, entre leurs dispositions, les cadres d’action et la situation, mais aussi les saisir ensemble, selon leur degré de complémentarité, et par là, de fonctionnalité

L’utopie démocratique

23Je voudrais toutefois revenir plus en détail sur le cas de Freddy. En effet, il se joue à son égard quelque chose de tout à fait particulier, comme en atteste par exemple la présentation caricaturale qui a été faite de lui lors d’un spectacle auto-parodique organisé pendant la durée du mouvement ; alors que Michaël y était représenté comme une sorte d’homme d’affaires affublé de multiples téléphones portables et que Victor s’y voyait attribuer un accoutrement paradoxal (perruque dorée, skateboard, panneau couvert de citations politiques), il apparaissait quant à lui tel un Christ ressuscité, grand, le corps droit, les bras largement ouverts, le visage illuminé surmonté d’une pancarte : « Freddy Président ». Ce charisme spécifique, qui est ici transcrit dans un langage burlesque mais semble effectivement s’imposer d’une façon plus énigmatique, peut être analysé plus avant, en demeurant dans la perspective d’une étude des rapports entre prises de parole, cadres et situations, sous réserve que l’on prenne en compte toute une série d’éléments implicites, en allant à la fois davantage du côté de l’idée et du côté du corps, pour mieux revenir ensuite au langage et à la prise de parole.

24Les matériaux recueillis en entretiens peuvent être interrogés pour aller plus loin dans la compréhension des principes sous-jacents aux actions ou aux quelques mots d’ordre auxquels se résument parfois les discours en situation. Ainsi, l’interview de Freddy, réalisée comme toutes les autres au cours du mouvement lui-même, a permis de recueillir tout un ensemble d’informations sur sa trajectoire, sur son rapport aux études et à la politique, mais aussi une série de remarques sur sa façon de s’engager dans la mobilisation et sur ce qui lui a semblé dès le départ le plus important et qu’il n’a cessé par la suite de cultiver. De cette théorie indigène de l’action en train de se faire, on peut dégager trois éléments particulièrement significatifs.

25Le premier d’entre eux a trait à ce que Freddy nomme lui même « la prise de conscience » : « Qu’on ait le retrait du CPE, fondamentalement, évidemment, c’est ce pourquoi on lutte, c’est important, mais c’est pas fondamental dans la lutte. Pour moi, c’est la prise de conscience de chacun du pays dans lequel il vit et de ce qu’on peut lui faire avaler sans qu’il s’aperçoive de ce qu’on lui fait avaler, de prendre conscience qu’on a son mot à dire, de prendre conscience qu’on peut faire quelque chose si on n’est pas d’accord et d’arrêter d’être toujours dans la politique des “c’est mieux que rien”, des “de toute façon on peut rien faire” ». Ses façons d’être et d’agir et ce en quoi elles se trouvent en adéquation avec celles du groupe tout entier, trouveraient ainsi dans cet élan des insoumissions individuelles et du refus collectif du fatalisme le meilleur de leur justification. La gratuité et la spontanéité de cet engagement seraient tout aussi essentielles, se trouvant en son cas comme garanties par son absence d’affiliation syndicale ou politique.

26Un deuxième élément relève de la notion de « respect ». Celle-ci intervient notamment lorsque Freddy parle du fonctionnement de la « coordination » et de la place que chacun doit pouvoir y prendre. À un autre moment de l’entretien, la notion est suggérée par la façon dont il explicite le travail du « porte-parole », celui-ci étant littéralement chargé, selon lui, de « transporter » la parole, de la répéter scrupuleusement. Mais surtout, elle qualifie l’attitude à avoir par rapport au mouvement lui-même : « Y a G et B (enseignants) qui ont pris la parole et qui ont dit “la première chose qu’il faut faire dans un mouvement comme ça, dans un mouvement concret, c’est respecter au moins le mouvement qu’on a créé”. Je pense que c’était notre mot d’ordre depuis le début, en fait, parce que j’étais entièrement d’accord avec ça, parce que quand je travaillais avec des gosses, c’est ça que tu commences par leur dire, que on commence à se respecter soi-même pour pouvoir respecter les autres et euh… que ça paraissait une politique relativement intéressante ». On voit qu’il n’y a nulle extrapolation à relever que, du point de vue d’étudiants comme Freddy, ce « respect » dépasse la sollicitude qui doit être marquée à l’égard des participants et se destine à ce collectif en train de se faire que l’on désigne sous le terme de « mouvement ».

  • 13 Sur la notion de répertoire des pratiques, voir Bertrand Geay, La protestation étudiante, op. cit.

27Le troisième élément, qui vient en un sens parachever les deux autres, peut être approché par la notion de réciprocité. Ici ce sont essentiellement les débats d’AG qui sont au centre de la réflexion. Le caractère « pacifique » des débats n’est plus seulement défendu pour son caractère rassembleur ou en ce qu’il réduit les effets d’imposition symbolique, il est également promu pour ses vertus créatrices : « Et moi, ça me paraissait super important, ça, et ça pouvait aussi permettre un vrai débat. Parce que quand t’es pas d’accord avec un truc, c’est facile de dire “ouh” mais c’est plus dur d’avoir une argumentation contraire. Et en plus quand tu as une… et là où je pense on est tous tombés d’accord c’est que quand y a des gens qui arrivent à argumenter y a une prise de position des gens qui écoutent. (…) Parce que l’autre il a fait l’effort de parler et celui qui est en face de lui il a fait que le huer, je veux dire tu peux pas être du côté de celui qui meugle comme une vache quoi, il est complètement con. À partir du moment où y avait un débat et des arguments qui s’affrontaient, là y avait une prise de position des gens. (…) Tout le monde a son mot à dire ». Il est ainsi moins question de tolérance que de vérité. Et s’il s’agit d’empêcher la tyrannie des « beaux-parleurs » et le jeu des violences verbales, c’est pour mieux se rapprocher des conditions d’un authentique débat démocratique. Quand des pratiques visant à la constitution d’un tel espace de réciprocité commencent à occuper une place significative dans le répertoire des pratiques13, le silence ou l’insignifiance apparente du porte-parole peuvent en certains cas exprimer l’une de ses principales vertus : cette forme de retenue qui rappelle par elle-même de quels principes peuvent véritablement naître le débat et l’accès de chacun à une sorte de savoir politique.

  • 14 Voir Jacques Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792), Lille, Presses (...)
  • 15 Voir Jacques Guilhaumou, La parole des Sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution F (...)

28En réalité, le mode de constitution de cette pratique intersubjective de la délibération, la place que peut y prendre le porte-parole et le processus de mobilisation qui s’en déduit, ne sont pas sans rapport avec les logiques à l’œuvre dans l’avènement des « porte-parole de la République », dans la France révolutionnaire de la période 1789-179214. Distincts des agents politiques constitués, ces porte-parole exprimaient, comme l’a montré Jacques Guilhaumou, des manières d’être et d’agir, des façons de faire parler la loi et de mettre en actes le discours républicain, contribuant à faire exister un savoir politique partagé au sein de l’espace public de réciprocité inauguré par la rupture de 1789. Il conviendrait d’ailleurs, ainsi que l’a proposé Guilhaumou lui-même, d’étudier de façon plus systématique l’avènement de toute une série de porte-parole inspirés de principes analogues, dans la période récente, en particulier sous l’égide de la lutte contre le chômage et les « exclusions », au cours des années 199015. On pourrait ainsi mieux faire le partage, dans l’étude des mobilisations étudiantes du début des années 2000, entre les effets de l’ethos de classe, de l’âge social et de la génération politique. Mais je voudrais surtout souligner ici qu’il y a bien quelque utilité, dans le cas qui nous intéresse, à mettre en relation le charisme singulier du porte-parole en un sens le plus emblématique et le plus insaisissable du mouvement, le caractère parfois très elliptique de ses prises de parole et l’espèce d’utopie démocratique dont il est l’un des premiers représentants. Cette fiction fondatrice ne s’exprime totalement que par touches successives, au fil de la mobilisation, ou, de façon plus personnelle, à l’occasion de moments de plus grande réflexivité, comme le permettent les entretiens approfondis. Elle ne s’exprime aussi que sous la forme particulière qu’a prise la mobilisation. Ainsi, comparativement à la façon dont elle s’exprime dans le cas d’autres mouvements sociaux, il semble que cette fiction prend ici une tonalité spécifique en se combinant à la réaffirmation du principe du suffrage universel et à un certain style étudiant, fait de refus de la violence, d’hexis « douce » et de quête de « l’authenticité ».

Le corps mobilisé

29À ce détour par les principes sous-jacents à la prise de parole, il faut en ajouter un second, qui passe par les logiques pratiques et les formes d’engagement du corps dans l’action. J’ai déjà montré que Freddy se distinguait par le fait d’adopter de façon privilégiée la posture d’expression du collectif, consistant à mettre en mots l’état d’esprit commun qui résulte d’une situation ou ce qui relie entre elles les différentes fractions du groupe mobilisé. Il faut y ajouter sa contribution pratique à la fabrication du dispositif de mobilisation, telle qu’on a pu la saisir dans l’observation de quelques moments-clés du mouvement, dans les premiers temps de l’instauration du « blocus » et à l’occasion du vote organisé par la présidence de l’Université. De nouveau, ce sont les séquences filmées qui permettent de revenir à ces moments-clés de façon approfondie.

30Dans une première série de séquences, filmées à l’entrée des facultés de droit et de sciences économiques, entre 8 et 9 heures du matin, au cours de la première semaine de « blocus », on voit trois étudiants tenter de pénétrer dans les locaux et polémiquer avec quatre ou cinq « bloqueurs ». Dans un certain brouhaha, les uns et les autres polémiquent, de part et d’autre d’une petite barricade de tables et de chaises. Freddy arrive et prend la situation « en main ». Sa grande taille mais aussi le fait qu’il parle à voix basse et sa posture l’aident à s’imposer dans la discussion. À la différence de ceux qui sont autour de lui, il reste bien campé sur ses deux jambes ; ses mains, ses bras et sa tête accompagnent le rappel tranquille qu’il propose de l’enchaînement des faits. Les trois étudiants répliquent, le brouhaha et l’agitation des corps reprennent. Freddy étend alors ses bras de part et d’autre, se penche légèrement en avant et poursuit son explication. Seul celui qui lui fait face continue à l’entendre, mais de fait il s’interpose entre les uns et les autres. La polémique reprend, mais cette fois c’est la question du mode de décision de l’action et celle de la diffusion de l’information qui deviennent objets de controverse, et non plus les intentions contradictoires des protagonistes. De guerre lasse, ceux qui souhaitaient aller en cours rebroussent chemin dans le calme. La situation matérielle et l’argumentaire collectif ont sans aucun doute joué un rôle dans le déroulement de la scène, mais aussi cette forme de cadrage corporel de la situation, porté par celui qui commence alors à faire figure de représentant du groupe.

31Une deuxième série de séquences permet cette fois de comprendre la contribution de Freddy à la production du dispositif électoral et des significations qui lui sont attachées. La scène se passe à la faculté de lettres et langues, au terme de la journée de vote organisée par le Président de l’Université. Après de longues négociations avec la présidence, et dans un contexte de confusion et de division au sein de la « coordination », une fraction de celle-ci emmenée par Freddy a obtenu de la présidence de dépouiller avec les représentants des « anti-blocus » les votes des composantes de l’université qui ont participé au scrutin. En acceptant de mélanger les urnes issues des différentes UFR, Freddy et ses proches font également le pari de se rallier aux modalités de dépouillement que voulaient imposer le président et les « anti-blocus ». Mieux ou pire, selon les points de vue, Freddy organise les opérations. On le voit débout derrière le bureau de l’amphi où a lieu le dépouillement, entouré d’une dizaine de « bloqueurs » ou d’« anti-blocus » assis à ses côtés, plusieurs directeurs d’UFR, des syndicalistes enseignants et des représentants du président demeurant en position d’observateurs sur le côté de la salle ; il demande l’aval de l’assistance pour doubler le nombre de scrutateurs par urne, fait appel à des volontaires pour compléter les groupes, demande l’avis de la salle sur la conformité de toute une série de bulletins compte tenu de l’hétérogénéité des consignes diffusées dans les différentes UFR, les points litigieux étant tranchés par vote. On le voit ensuite plié en deux devant le bureau, en bas de l’amphi, en train de mélanger lui-même le contenu des différentes urnes. On le voit plus tard dans la soirée, assis au bureau, collecter les résultats des différentes tables, puis, à l’issue de plusieurs recomptages, proclamer les résultats globaux : « Bon, nous allons… je vais donner les résultats pour… (se tournant vers un de ses camarades, debout devant le tableau) tu les marques au tableau ? OK (sourire). Alors… (se grattant la tête et parlant doucement et distinctement) Nombre de votes blancs : 22, nombre de votes nuls : 46, nombre de votes contre : 1635 (tous les participants demeurent impassibles), nombre de votes pour : 1766 (quelques applaudissements des « bloqueurs »), sachant, je termine, que le nombre de votants au total est de 3469 ». La victoire est sans ambiguïté : à l’issue de ce scrutin organisé par les instances légales de l’établissement, puis géré paritairement et de façon sereine, et alors que des sites défavorables au mouvement ont été mobilisés, le nombre de votants n’a pas été supérieur à celui des AG et le rapport des forces reste favorable aux « bloqueurs ». La légitimité du mouvement, de l’ensemble des opérations de vote et du blocus lui-même s’en trouve durablement renforcée. La ligne politique médiane qui s’était ébauchée au cours des jours précédents, et qui alliait le souci démocratique à celui d’une certaine forme de radicalité, devient la ligne de référence du mouvement dans son ensemble. Freddy la représente au mieux et, plus que jamais, il s’est distingué par sa contribution pratique à la mise en forme de la situation et il bénéficie en retour du surcroît de légitimité qui en découle.

32La part que prend ce porte-parole à la fabrication du mouvement doit ainsi être analysée comme une contribution totale, à la fois matérielle, corporelle et langagière. Elle se réalise selon un processus itératif, la place singulière qu’il prend à chaque étape dans le processus de production des pratiques de délibération et de décision, d’organisation et d’action, renforçant en retour l’autorité dont il dispose au sein du mouvement. Et la magie particulière qui s’exerce à l’occasion de ses interventions tient pour beaucoup au fait que le dispositif de mobilisation est, pour une large part, comme le prolongement de lui-même, en même temps qu’elle procède de cette forme spécifique d’ajustement qui fait que la pratique ou un usage minimaliste de la parole semble pourtant engager la globalité d’un discours politique réactivé et pour partie élaboré en commun au sein du groupe.

Conclusion

33J’aimerais souligner pour conclure qu’une telle micro-histoire de l’engendrement de la parole collective ne suppose en rien d’oublier les conditions de possibilité de la parole autorisée, pas plus qu’elle ne confond l’utopie démocratique avec la réalité des rapports sociaux qui structurent tout dispositif de mobilisation. Elle propose simplement, par une analyse différentielle des formes d’autorité et par la reconstruction minutieuse des relations qui existent entre les actes langagiers, les pratiques et les principes mobilisés dans la lutte, d’apporter une contribution à une perspective de recherche qui s’efforcerait de comprendre à la fois ce que les structures sociales font aux mobilisations et ce que celles-ci font aux structures sociales.

Anmerkungen

1 Avec la participation de Romuald Bodin, Jérôme Camus, Nicolas Lefol, Mathieu Morichon et Vincent Raynaud.

2 Voir Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982

3 Voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001.

4 Voir John L. Austin, Quand dire, c’est faire, op. cit.

5 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, op. cit., p. 113.

6 Voir Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. t 2. La présentation de soi, trad. A. Accardo, Paris, Minuit, 1973.

7 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, op. cit., p. 138.

8 Pierre Bourdieu, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, fév.-mars 1981, pp 3-24 ; « Espace social et genèse des classes », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, juin 1984, pp 3-12.

9 Voir Luc Boltanski, Les cadres. Formation d’un groupe social, op. cit.

10 Voir Bertrand Geay, Profession : Instituteurs. Mémoire politique et action syndicale, Paris, Seuil, coll. « Liber », 1999.

11 Voir Max Weber, Économie et société. t 1, Paris, Plon, 1971.

12 Voir Bertrand Geay (dir.), La protestation étudiante, Paris, Raisons d’agir, 2009.

13 Sur la notion de répertoire des pratiques, voir Bertrand Geay, La protestation étudiante, op. cit.

14 Voir Jacques Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792), Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1998.

15 Voir Jacques Guilhaumou, La parole des Sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution Française, Lyon, ENS éditions, 1998.

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site