Version classiqueVersion mobile

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Partie I. Des conditions (d'efficacité) du discours

Le droit, un langage de la représentation. L’exemple du discours prud’homal

Laurent Willemez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En quoi le droit est-il un langage politique ? Qu’est-ce qui fait de lui un discours d’autorité, c’est-à-dire lui donne une efficience, au sens de la « réalisation du droit dans la sphère sociale » pour reprendre la définition qu’en donnent Pierre Lascoumes et Evelyne Serverin1 ? Évoquer sa performativité ne permet guère d’avancer dans l’analyse, sinon pour rappeler que plus que son contenu même, ce sont les conditions de son émission et de sa réception qui lui donnent sa force sociale et son pouvoir de domination. De là vient l’intérêt d’analyser au concret un type de discours juridique et judiciaire spécifique pour saisir, à travers ses conditions d’énonciation, ce qui lui permet de faire autorité.

Dans son analyse programmatique du champ juridique, Pierre Bourdieu a montré de quelle manière le droit était un outil de domination sur la société, parce qu’il « universalisait des normes de fait » à travers des actes de nomination et contribuait ainsi à imposer des catégories de percep...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search