Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Partie I. Des conditions (d'efficacité) du discours

Comment faire faire sans le dire ? Formulation des ordres, obéissance et crimes de guerre

Sophie Richardot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment des individus ordinaires peuvent-ils se muer en meurtriers de masse ? Cette interrogation est au cœur du débat qui a opposé Christopher Browning et Daniel Goldhagen au sujet des « motivations » des membres du 101e bataillon de réserve de la police allemande à massacrer, à partir de 1942, la population juive d’Europe de l’Est. C’est en particulier à partir de la manière dont l’ordre du premier massacre fut donné que ces deux auteurs ont inféré les raisons qui ont poussé les membres du bataillon à agir. On sait, en effet, qu’une fois sur les lieux de l’intervention, le commandant Trapp, après avoir annoncé à ses hommes qu’ils allaient devoir fusiller des Juifs, leur offrit la possibilité de quitter les rangs s’ils ne s’en sentaient pas capables. Le fait qu’ils ne furent que 10 ou 12, selon les témoignages, à profiter de cette possibilité signifie pour Browning1 que les hommes n’ont pas voulu se dispenser du « sale travail » aux dépens de leurs camarades, qu’ils ne souhaitaient...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540