Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langage et politique

 | 
Bruno Ambroise
, 
Bertrand Geay

Introduction

Bruno Ambroise et Bertrand Geay

Texte intégral

  • 1 Voir Aristote, Rhétorique, trad. fr. A. Motte, in Œuvres, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléi (...)

1En politique tout particulièrement, parler c’est déjà agir, ordonner la réalité, produire une vision du monde en phase ou en rupture avec l’ordre du monde. Que le langage ait des effets d’ordre politique n’est certes pas une découverte récente. Ainsi, en philosophie, Aristote déjà, dans sa Rhétorique, avait caractérisé le discours politique comme délibération sur l’avenir, discours délibératif qui doit parvenir à convaincre son auditoire de la justesse de ses vues : pour réussir, le locuteur doit jouer sur un certain nombre de « lieux communs » (topoi) en suscitant l’adhésion de la foule en fonction de ses mœurs, c’est-à-dire de ses croyances et de ses passions1. Le langage du politique doit donc avoir pour effet premier de convaincre l’auditoire de la validité des solutions proposées et de l’amener à y adhérer, puis à s’y conformer.

  • 2 Voir Cicéron, Divisions de l’art oratoire, trad. fr. H. Bornecque, Paris, Les Belles Lettres, 2003  (...)
  • 3 Voir N. Machiavel, Le prince [1532], trad. fr. J. Gohory, Paris, Folio, 2007.
  • 4 .Voir B. Castiglione, Le livre du courtisan [1528], trad. fr. A. Pons, Paris, Garnier-Flammarion, 1 (...)
  • 5 Entre autres exemples, on citera le Manuel de pratique parlementaire écrit par Thomas Jefferson en  (...)
  • 6 Pour une analyse critique, voir C. Salmon, Storytelling, Paris, La Découverte, 2008.

2C’est un modèle d’analyse de l’efficacité du langage politique qui connaîtra quelques jalons célèbres : les nombreux textes de Cicéron sur l’art oratoire2, Le Prince de Machiavel3 ou le Livre du courtisan de Baldassere Castiglione4, ou encore les traités de gouvernement5 en sont des exemples qui trouvent leurs prolongements post-modernes dans les conseils des spin doctors de nos responsables politiques6. L’efficacité en jeu est alors celle qui est consécutive à une certaine appréhension de la parole par l’auditoire : il s’agit alors d’amener celui-ci à faire une certaine action – de nos jours, mettre un certain bulletin de vote dans l’urne le jour dit – en jouant sur ses sentiments, ses croyances ou ses espoirs au moyen de la parole. D’une certaine façon, cette tradition insiste sur l’efficacité indirecte ou médiate du langage, qui consiste à amener l’autre, par la parole, à agir comme on le souhaite : on parle alors pour faire faire. Tel est précisément l’enjeu de la persuasion, objet propre de la rhétorique

3Or, l’efficacité politique du langage ne se réduit pas à ce jeu d’influence sur les volontés et les désirs d’autrui. D’autres modalités de cette efficacité se manifestent dans la vie courante, qu’elle s’inscrive ou pas dans la sphère des activités politiques. Citons le cas le plus évident d’action sur autrui qui s’exerce par le biais de la parole dans le contexte très familier de la famille : à savoir celui, non pas de la simple demande, mais de l’ordre. Cette forme d’action sur autrui se retrouve bien sûr dans d’autres contextes, comme la vie militaire ou la circulation routière, mais a toute sa place dans le cercle familial où la figure du père exerçait, il n’y a encore pas si longtemps, son autorité sans censure ni euphémisme. Dans ce cadre, l’enfant apprend bel et bien à obéir à la parole autorisée de ses parents, auxquels il n’a, en règle générale, pas intérêt à désobéir (quand il en aurait seulement la possibilité). En ce sens, la parole fait bien des choses dans les cercles les plus intimes, sans qu’importe le désir ou la volonté de celui sur lequel elle agit (en l’occurrence, elle y contrevient même).

  • 7 Voir A. Reinach, Les fondements a priori du droit civil, trad. R. de Calan, Paris, Vrin, 2004.
  • 8 John L. Austin, How to Do Things with Words, edited by J.O. Urmson and M. Sbisà, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 9 Pour synthétiser tout un ensemble d’effets qu’on pourra considérer comme étant d’ordre « symbolique (...)

4Nous pourrions citer d’autres cas, qui vont de la promesse au baptême, où la parole manifeste une forme d’efficacité qui ne dépend pas de la (seule) manipulation des croyances d’autrui : dans tous ces cas, quelque chose est réalisé qui ne dépend pas de la seule bonne volonté d’autrui. Il ne suffit pas, en effet, que je ne veuille pas obéir à un ordre pour empêcher l’ordre d’être donné. Ce sont ces « actions » qu’A. Reinach, dans les années 1910-1920, avait qualifiées « d’actes sociaux »7 et que J. L. Austin baptisera un peu plus tard du nom, devenu fameux, d’« énoncés performatifs », puis « d’actes de langage »8. Ces paroles ont en effet une efficacité qui permet de les considérer comme de véritables actes en ce qu’elles modifient, d’une manière ou d’une autre, l’état du monde. C’est là qu’on peut comprendre cette efficacité directe du langage, qui consiste en la capacité dont disposent certaines paroles à modifier l’état du monde (et pas seulement les croyances des agents). Et c’est dans cette perspective que l’on peut aborder les actes politiques comme la nomination, la déclaration (de guerre ou de paix) ou la proclamation9.

  • 10 Voir K. Marx & F. Engels, L’idéologie allemande, trad. M. Rubel, Paris, Gallimard, 1982.
  • 11 Voir E. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse [1912], Paris, PUF, 2013.

5En sciences sociales, les rapports entre langage et politique ont, en un sens, été pris en charge dès les origines de ces disciplines, sous l’angle particulier des rapports entre croyances, discours et ordre social. Que l’on songe au Marx de L’idéologie allemande10, qui dévoile la puissante contribution de la culture légitime à la justification de l’ordre socioéconomique, ou au Durkheim des Formes élémentaires de la vie religieuse11, qui montre de quelle manière la production symbolique concourt à la consolidation du lien social, les effets politiques du langage sont alors inclus dans la question plus large des rapports entre structures sociales et structures symboliques. Weber complète la perspective par l’analyse des différentes formes de production de la légitimité religieuse et, partant, politique.

6Mais, d’une certaine façon, c’est encore la question de la persuasion, ou en termes plus sociologiques, celles du consentement et de l’adhésion, qui restent prédominantes dans cet espace des sciences sociales naissantes. Tout en introduisant la complexité structurelle et la profondeur historique des phénomènes sociaux, il s’agit de comprendre comment les individus, les groupes et les institutions agissent les uns sur les autres par la voie de la coercition, de l’adhésion ou du sentiment d’appartenance. En fait, l’une des contributions majeures du durkheimisme à l’émergence de problématiques plus centrées sur l’efficacité propre des actes de langage est d’impulser une ethnologie nourrie d’ambitions théoriques et qui se consacre pleinement, dès les premières décennies du XXe siècle, à l’étude des rites et de leur magie sociale. La parole du prêtre, du prophète ou du sorcier est désormais étudiée comme production singulière, rendue possible par toute une série de conditions sociales et dotées d’une capacité à agir sur le monde dans lequel elle prend place.

7Il faudrait ici retracer les multiples cheminements par lesquels les sciences sociales contemporaines, partant de ces premiers acquis, les ont transformés et recomposés, par la voie de l’interactionnisme et de l’ethnométhodologie, des relectures critiques de Marx ou de la phénoménologie, puis par l’influence des théories linguistiques, par l’attention portée aux phénomènes linguistiques avec puis contre les approches structuralistes.

  • 12 Publiés dans les Actes de la recherche en sciences sociales, de 1975 à 1982, les articles que Bourd (...)

8Le programme de travail que dessine Pierre Bourdieu dans les années 1970 entend totaliser les acquis de ces différentes approches tout en les faisant dialoguer avec les travaux d’Austin12. Contre la distinction entre lecture « externe » et « interne » des actes de langage ou entre approches macro-et microsociologiques, il s’agit de penser les conditions sociales de production et de réception des actes de langage, en analysant les effets des opérations de description du monde social et de ses divisions, les entreprises de définition des enjeux politiques légitimes ou les actes plus ou moins ritualisés d’institution des groupes et des statuts sociaux.

  • 13 Voir Ph. Braud, « L’apport de la science politique à l’étude des langages du politique », Mots. Les (...)
  • 14 Le volume exclut de fait les réflexions relevant uniquement de la rhétorique, aussi importantes et (...)

9Le fil conducteur de ces travaux est ainsi très directement la question des conditions de l’efficacité politique du langage. Les travaux de sociologie politique qui font prospérer ce programme de travail ne s’intéressent pas seulement au langage du personnel politique ou des militants mais à « toute forme de langage, verbal ou non, dès lors que ce langage contribue à influencer les modes d’exercice du pouvoir politique en pesant sur les représentations que s’en font les agents sociaux »13. En articulant l’étude des aspects proprement sociologiques des actes de langage (inégalités de ressources, logiques de pouvoir, intériorisation des catégories d’entendement, contraintes de rôles, règles des champs politique et médiatique, schèmes de réception, émotions produites, etc.) et des aspects proprement linguistiques des actes de langage (classifications, qualifications, inductions, mise en récit, rhétoriques, etc.), ces travaux prennent en charge la question de la « persuasion » mais dans une perspective qui restitue l’efficacité propre du langage, au sens d’Austin. La question échappe dès lors à la simple rhétorique14. Un déplacement conceptuel s’opère en effet qui permet de traiter la persuasion comme un des effets possibles de l’efficacité performative ou symbolique, qui ne dépend pas seulement d’une manipulation psychologique, mais de conditions socio-institutionnelles plus larges. En ce sens, il s’agit de traiter le langage comme institution instituante, encastrée dans l’ensemble des institutions et des rapports sociaux, et dotée d’une singulière capacité à produire ou reproduire le social.

10Cet ouvrage entend poursuivre ce dialogue entre philosophie et sciences sociales, dans l’étude des rapports entre langage et politique, pour mieux comprendre l’efficacité que la politique doit au langage et que le langage politique doit aux conditions sociales dans lesquelles il se déploie. On pourrait avoir l’impression que, dans cette perspective, le mystère de la force des paroles se dissipe immédiatement puisqu’elle peut sembler dépendre, de manière relativement directe, de l’autorité détenue par le (ou les) locuteur(s) utilisant la parole. C’est en effet un élément central de la solution conventionnaliste avancée par Austin, développée par É. Benveniste et repris à son compte par P. Bourdieu. Mais le recours à la notion d’autorité – ou de capital symbolique – n’enferme pas nécessairement l’analyse dans le cercle de la reproduction du pouvoir, dès lors que l’on se donne pour programme de travail d’étudier celui-ci non comme un état mais comme un ensemble de processus différenciés, qui conduisent au renforcement ou à l’extension du champ d’emprise de tel type de pouvoir ou au contraire à l’émergence de formes de pouvoir concurrents.

  • 15 Voir, à ce titre, P. Bourdieu, Sur l’État, Paris, Raisons d’Agir/Seuil, 2012.

11Cette perspective conduit aussi à mettre en œuvre une définition extensive de la sphère politique. Non pas qu’il faille nier le caractère structurant des activités qui relèvent des formes les plus spécialisées de l’action politique et moins encore de celles qui, en leur sein, disposent des ressources fournies par les institutions d’État15. Mais on peut souhaiter s’interroger sur ce qui se joue autour des frontières entre ce qui est socialement défini comme politique ou comme non politique, ou penser le politique dans des rapports qui ne s’épuisent pas nécessairement dans l’agôn, ou du moins pas dans la forme strictement institutionnelle et encadrée de celui-ci.

12C’est ainsi que l’on peut souhaiter comprendre comment des relations « ordinaires », en face-à-face ou dans des groupes sociaux éloignés de la politique institutionnelle, peuvent engager des enjeux politiques, peut-être au plus concret de leur construction, de leur apparition, qu’il s’agisse des discours ordinaires sur l’identité, amplifiés ou déformés par leurs représentations médiatiques ou politiques (voir, par exemple, le texte de F. Dufour), ou des échanges à la frontière de l’expérience festive, de l’expertise musicale et de l’engagement militant qui se nouent dans les concerts de musique punk (voir le texte de P. Humeau). Ce même rapport volontairement non-institutionnalisé au politique se retrouve dans les pratiques de mobilisation étudiante étudiées par B. Geay.

13On comprendra que l’analyse de situations diverses permet précisément de repérer des enjeux politiques dans des situations où les institutions ne jouent pas nécessairement un rôle central, en tout cas pas forcément de manière directe. Dès lors, cette approche diversifiée marque la façon d’appréhender l’efficacité de la parole : non plus nécessairement rapportée à l’autorité du locuteur, mais modalisée selon les multiples contextes et acteurs au travers desquels elle doit trouver à s’actualiser, diffractée selon les différents niveaux d’échanges liés aux contextes d’interaction, elle devient plurielle et, de ce fait, doit mobiliser, pour être comprise, de multiples niveaux d’analyses, issus de différentes perspectives.

 

  • 16 Il s’agit de la revue Mots, les langages du politique, qui existe depuis 1980 et étudie essentielle (...)

14C’est un premier enjeu de ce volume de réunir un travail pluri-et inter-disciplinaire consacré aux rapports entre langage et politique sous les différentes formes sous lesquelles on peut rencontrer celle-ci et celui-là, selon leurs multiples configurations, telles qu’on peut les rencontrer dans la variété du monde social. Il existe en effet quelques monographies, somme toute assez rares, et plusieurs volumes collectifs, et notamment une revue16 qui s’interrogent sur la façon dont on peut comprendre l’efficacité politique du langage, généralement en étudiant un domaine particulier où le langage investit la politique, conçue comme domaine institutionnel relativement bien délimité. On l’a dit, notre propos est plus général et, en un sens, notre ambition plus vaste : croisant notamment les apports respectifs de la philosophie et de la sociologie, il s’agit de comprendre que, si le langage a des effets politiques divers, leur compréhension passe par une analyse minutieuse et contextualisée des conditions sociales de son efficacité.

  • 17 H.L.A. Hart est l’un des philosophes du droit les plus emblématiques dans le monde anglo-saxon. Il (...)
  • 18 Les travaux d’Austin à l’origine de How To Do Things With Words furent en effet présentés d’abord d (...)

15Plus précisément, notre point de départ – inédit, nous semble-t-il – consistait à tester la pertinence de l’association, voire de la conjugaison, de travaux s’inspirant de l’appareillage conceptuel fourni par une certaine tradition de la philosophie analytique (issue des travaux fondateurs d’Austin et de H.L.A. Hart17, qui réfléchirent ensemble sur l’efficacité du langage dans l’arène juridique18) avec des travaux en sciences sociales marqués par la tradition sociologique développée par P. Bourdieu, pour mieux en mesurer le caractère fructueux. Non pas que tous les auteurs représentés dans ce volume appartiennent exclusivement à l’une ou l’autre des deux écoles, mais l’approche générale qui a été mise en œuvre s’inscrit dans une réflexion conceptuelle résolue qui se méfie tout autant des pièges de l’intellectualisme que du refus de la théorisation, et s’ancre dans un examen précis de mises en situation concrètes de cas d’efficacité du langage pour en offrir des modélisations complexes d’explication, qui prennent en compte tant les modalités psychologiques de cette efficacité, que ses conditions sociales, juridiques, institutionnelles, médiatiques ou linguistiques. C’est à ce titre, nous semble-t-il, que la mobilisation du vocabulaire de la performativité s’avère analytiquement fructueux et pertinent.

16Autrement dit, l’enjeu de ce volume consistait à faire travailler ensemble des psychologues, des juristes, des sociologues, des linguistes, des politistes et des philosophes pour, à partir d’une volonté commune d’explication conceptuellement armée et empiriquement informée, offrir un premier panorama synthétique des modalités d’efficacité politique du langage et, sinon finir par donner un modèle totalement unifié d’explication, du moins rejeter tout un ensemble d’hypothèses – qu’elles soient partiellement vraies, utiles et discutées pour cette raison, comme par exemple les héritages théoriques de la tradition marxiste ou de la tradition structuraliste, ou qu’elles s’avèrent oublieuses de la rigueur conceptuelle ou de la richesse du réel – pour mieux œuvrer ensemble à déterminer des principes cohérents d’explication de ces phénomènes, parfois inaperçus mais pourtant déterminants dans nos vies de citoyen-ne-s. Telle est l’ambition qui porte les travaux qui composent ce volume.

17Ainsi, une première partie revient sur les conditions d’efficacité du discours, en distinguant parmi elles des conditions formelles, psychologiques et institutionnelles. Le texte de S. Richardot a pour ambition de comprendre l’efficacité des ordres, dans des contextes précis : d’abord celui des crimes commis par le 101e bataillon de réserve allemand à l’encontre de la population juive d’Europe de l’Est pendant la Seconde Guerre Mondiale, puis ceux d’autres opérations guerrières plus récentes. L’enjeu est notamment de savoir pourquoi des ordres, qui peuvent être jugés immoraux ou horribles, sont très largement obéis même quand est offerte la possibilité de la défection. Pourquoi et comment obéit-on à des ordres auxquels on a la possibilité, formellement offerte, de désobéir ? L’idée soutenue par S. Richardot est que c’est précisément parce que les ordres sont présentés comme nécessitant une volonté propre et autonome d’obéissance que les subordonnés, pour ne pas déroger à l’autorité, y souscrivent. Il y aurait ainsi une forme de manipulation, par l’autorité, des exécutants qui conduit ceux-ci, non pas tant à se soumettre passivement qu’à internaliser plutôt les contraintes et à faire preuve de loyauté à l’égard du supérieur et de leurs semblables. C’est le processus de la « soumission volontaire » décrit par S. Milgram. S. Richardot précise que, selon que les ordres sont plus ou moins clairs, plus ou moins directs, dans leur formulation, les opportunités de rationalisation laissées aux subordonnés sont différentes, mais toutes sont présentées de telle sorte que ceux-ci ont l’illusion du choix en obéissant aux ordres. L’efficacité de l’ordre résiderait donc à la fois dans la position statutaire respective des interlocuteurs, dans la formulation donnée à l’ordre et dans un processus psychologique conduisant les individus à obéir en le voulant.

18Le texte de R. Charnock étudie pour sa part les modalités d’efficacité de la Common Law. Dans ce modèle juridique fondé sur les précédents, les juges qui doivent appliquer la loi sont censés s’appuyer sur les jugements antérieurs tout en tenant compte de la situation à laquelle ils les appliquent. En ce sens, les juges sont les « interprètes » de la loi dans les situations nouvelles. Bien sûr, les juges ne font pas la loi et n’ont pas l’autorité législative. Mais leur rôle d’appliquants est bien moins modeste qu’ils tendent à le prétendre : de multiples procédés juridiques leur permettent d’orienter ou d’interpréter la loi selon leurs propres jugements – quitte même à considérer qu’un texte de loi ne s’applique pas dans tel ou tel cas ou qu’il y a eu erreur d’appréciation dans un cas précédent (c’est la possibilité troublante de l’overruling). Le texte de R. Charnock analyse de multiples exemples montrant que le pouvoir judiciaire flirte avec le pouvoir législatif – et démontre que les modalités d’application même de la loi autorisent cette indistinction. Celle-ci ne relève pas d’une volonté (bienveillante ou malveillante) des juges, mais bien d’un procédé particulier qui permet aux énoncés juridiques d’acquérir du pouvoir : c’est dans la médiation par la parole contextualisée et autorisée du juge que la parole de la loi acquiert précisément force de loi.

19On le voit plus encore avec l’étude que L. Willemez propose du discours prud’homal : revenant à l’idée que la force du droit tient notamment à la forme (à la « formalité » universalisante) du discours juridique, il montre que les compétences pour la maîtriser ne sont pas également réparties dans le corps social et que, dès lors, ont une autorité « juridique » les personnes qui maîtrisent précisément plus que les autres la mise en forme des jugements qu’elles sont capables de prononcer. En ce sens, même dans le cas des jugements des Prud’hommes, qui ne sont pas émis par des professionnels du droit, ce sont bel et bien les personnes les plus techniciennes du droit qui gagnent une autorité supplémentaire du fait de leur position qui leur permet de « bien » dire le droit. Cette analyse permet à L. Willemez de rappeler que, même dans ses régions les plus « hétéronomes », l’autorité de la parole juridique relève en partie de l’autorité de celui qui dit le droit, qui se marque ici par la maîtrise de la formalité.

20Dans une deuxième partie, l’ouvrage cherche à comprendre comment le langage peut être le vecteur de mobilisation en politique, en particulier dans le cas de mobilisations qui tiennent une partie de leur force de leur refus des « porte-parole autorisés ». L’idée est alors d’analyser les conditions spécifiques de ce type d’action collective et, plus largement, d’inviter à ne pas réduire le politique au pouvoir déjà là, à l’autorité déjà consacrée. B. Geay revient ainsi sur le débat que Bourdieu a initié avec Austin, Weber et Goffman, pour proposer une définition du charisme en situation et une approche des processus de production de l’autorité en contexte non institutionnalisé. Il met cette perspective au travail dans le cas d’une mobilisation étudiante d’ampleur, débutée et construite en l’absence d’encadrement syndical. Il montre que si d’autres ressources que les ressources syndicales sont alors au principe de formes de domination politique plus ou moins dissimulées, l’autorité de ceux qui – dans les faits - portent la parole du mouvement tient malgré tout à leurs capacités singulières à exprimer, sous une forme non autoritaire, l’état inchoatif du mouvement, à produire et à s’ajuster aux cadres incertains de l’action collective. L’inventivité des acteurs et le renouvellement des conceptions politiques ne sont ainsi en rien séparés des conditions sociales qui les rendent possibles, mais sont restitués dans leur dynamique propre. Le charisme est reconsidéré à travers le travail d’ajustement entre les propriétés singulières des porte-parole, les rituels et formes d’action mis en œuvre et le contexte politique où ils se constituent.

21P. Humeau s’intéresse au même type d’ajustement dans le cas de concerts de musique, au sein de l’univers « punk indépendant français ». Il montre notamment de quelle façon le parler punk emprunte au langage populaire certaines formes d’argot, de franc-parler et de jargon. En lien avec les trajectoires sociales et scolaires des musiciens et de leurs publics, il distingue toutefois plusieurs sous-groupes au sein l’espace de production punk, avec, à un pôle, les tenants d’une « critique culturelle », et à l’autre, les défenseurs d’une musique plus explicitement politisée. Plus largement, il reconstitue le système d’oppositions qui organisent la production et la réception des produits : oppositions entre « l’indépendant Do It Yourself » et le « commercial », entre le « pur » et le « vendu », le politique et le non politique. L’analyse ethnographique peut alors revenir à l’étude des concerts eux-mêmes, au style qui s’y déploie, aux paroles et aux slogans qui y sont énoncés, au mouvement des corps et l’organisation du temps et de l’espace, à la séparation et aux transitions entre le monde du dehors et celui du dedans. L’ajustement entre les musiciens, leurs musiques, leurs paroles, leurs gestuelles et leurs publics, se présente dans cette perspective comme un travail pour faire exister ces groupes comme groupes politisés, pour qu’ils parviennent à se penser et à agir en rupture avec un ordre social qui contribue pourtant à les organiser. L’efficacité singulière du concert punk dépend ainsi de la force symbolique du groupe qu’il contribue à produire et de la légitimité accordée aux musiciens à exprimer la vérité spécifique du groupe.

22Dans sa troisième partie, l’ambition de l’ouvrage est d’analyser à nouveau frais, en mobilisant de nouveaux outils empruntés tout à la fois à la pragmatique austinienne et benvénistienne, à l’analyse de discours et à l’analyse sociologique, comment se produit l’idéologie dominante, en se concentrant sur trois champs d’analyse précis : le discours politique sur l’immigration, le discours journalistique promouvant la vulgate néolibérale en matière économique, et enfin le discours économique sur le « modèle social ».

23F. Dufour commence par analyser comment, par et dans le discours politique, a pu devenir légitime un Ministère dont l’appellation s’intitulait « Ministère de l’intégration et de l’identité nationale », alors que l’on a longtemps cru que la conjonction des deux vocables, « immigration » et « identité nationale », était impossible en France, car associée à une forme de xénophobie. Longtemps portée par les partis d’extrême droite, la conjonction, qui tend à opérer dans les attendus du discours une distinction entre les immigrés et ceux qui appartiennent à la nation, a cependant été volontairement défendue et valorisée par des partis de la « droite républicaine » lors de l’élection présidentielle de 2007. En se concentrant sur les processus de production des effets de sens, en tant qu’ils dérivent non pas seulement de la sémantique des termes mais aussi de l’usage stratégique qui en est fait dans des enchaînements argumentatifs typiques et des jeux de rappel ou d’annulation d’effets de mémoire interdiscursive, F. Dufour montre comment, au moyen de tout un jeu de création de sens implicite par les différents discours de campagne des candidats, se construit une notion exclusive de l’identité qui qualifie par défaut l’immigré comme autre ou étranger à la nation. Ce faisant, ces discours imposent une compréhension de l’immigré comme portant potentiellement atteinte à l’identité nationale. Par où l’on comprend comment la dénomination d’un Ministère est un acte discursif d’institutionnalisation qui a pour effet de produire un nouveau sens commun.

24Poursuivant cette réflexion en reprenant les outils de l’analyse de discours pour mieux analyser les effets performatifs, le texte de T. Guilbert entend saisir ce qu’il appelle « l’effet d’évidence » produit par les discours idéologiques que constituent selon lui certains discours journalistiques et politiques. L’idée défendue est que les discours idéologiques visent à produire un « effet d’évidence », en ce qu’ils tendent à imposer de manière implicite leur propre topique à l’ensemble de la collectivité au moyen d’un format discursif et rhétorico-pragmatique qui est présenté comme allant de soi. Il s’agit donc de comprendre comment s’imposent des idées parce qu’elles sont présentées, dans le discours, comme évidentes : l’enjeu est de faire exister des évidences au moyen du discours, ou d’imposer des idées présentées comme évidentes. Dans le cas du discours néolibéral, celui-ci tend à imposer une « doxa », ce qu’on a pu appeler « la pensée unique » dans le domaine socio-économique, en présentant comme inévitable, voire « naturel », un certain mode d’appréhension des relations sociales et économiques. En déconstruisant cette naturalité, le propos de T. Guilbert vise à analyser une certaine forme de performativité du discours qui parvient à faire exister des évidences en les imposant comme naturelles. On reconnaîtra une façon nouvelle de traiter la question de l’idéologie en termes de performativité, laquelle, comme le montre T. Guilbert, dépend étroitement de certaines modalités discursives, notamment ici du rôle que jouent certains déictiques temporels. En effet, ces procédés énonciatifs divers – tels que la désubjectivation, l’emploi du présent, la sur-assertion, la sui-référentialité des énoncés performatifs, etc.– produisent un effet communicationnel que T. Guilbert qualifie d’« effet de réalité », qui consiste à ne sembler dire que ce qui est, tout en créant, en fait, une nouvelle réalité, dont on impose la catégorisation.

25Le propos de F. Lebaron prolonge ces analyses en se concentrant sur la transformation d’un certain discours économique en doxa, c’est-à-dire en représentation normative. Il avance trois hypothèses permettant de le caractériser : pour devenir doxa, ce discours doit être capable d’imposer des critères d’évaluation qui se diffusent dans un large pan de la population, et ce en raison de la forte autorité symbolique de ceux qui le propagent, alors même qu’ils peuvent être différenciés. C’est de leur convergence que naît la doxa. Reprenant des éléments évoqués précédemment, F. Lebaron rappelle que le « modèle social français » est ainsi devenu un problème dès lors que celui-ci a été évalué à l’aune de certaines catégories économiques qui ont réussi à s’imposer via, notamment, l’usage du benchmarking et la comparaison, assez peu maîtrisée d’un point de vue scientifique, avec des modèles étrangers. Il y a donc eu une « économicisation » du débat public qui traduit la prégnance de l’évaluation en termes économiques. Celle-ci n’a cependant pu s’opérer que parce qu’elle était portée par des personnalités importantes du champ politique qui, pour des raisons de concurrence politique, ont importé des éléments de ce discours économique dans leur propre discours, donnant ainsi à cette perspective une légitimité politique immédiate et une force sociale accrue. Il est devenu alors légitime de considérer que « le modèle social français » était, d’un point de vue indissociablement économique et politique, un problème. F. Lebaron ajoute que cette légitimation politique s’est doublée d’une légitimation médiatique qui a vu tout un ensemble de personnalités disparates défendre publiquement l’idée que le « modèle social français » était un problème. Ainsi, on le comprend, c’est la conjugaison de la mobilisation d’un certain traitement économique, pour des fins propres, par des acteurs politiques influents et la valorisation de cette thématique dans l’espace médiatique qui le rend légitime et permet à celui-ci d’avoir une certaine autorité et des effets sociaux typiques d’une nouvelle forme d’idéologie.

26Dans sa quatrième et dernière partie, le volume revient, d’un point de vue plus épistémologique, sur les effets que l’on peut attribuer, en démocratie, au langage et sur les modalités nécessaires à leur obtention. Son enjeu est notamment de délimiter l’influence des rapports de force dans l’espoir de définir une efficacité du langage potentiellement démocratique et libératrice. S. Chavel s’interroge ainsi sur la validité de la tentative habermassienne pour faire du langage le lieu propre d’un potentiel normatif permettant d’atteindre, au moyen de l’échange communicationnel rationnel, une forme d’accord politique entre les locuteurs et, de ce fait, une légitimité des décisions. Beaucoup critiquée (voir le texte de D. Vernant, qui prolonge ce texte) au motif qu’elle oublie les rapports de force qui structurent les échanges discursif, cette idée peut cependant être défendue, selon S. Chavel, à condition d’intégrer le conflit au sein même du dispositif théorique de J. Habermas. Ce dernier fait en effet du langage le lieu par excellence de la délibération rationnelle : cela l’autorise à penser un discours politique qui permette de résoudre les conflits, puisque l’échange communicationnel, ou plus précisément la délibération, permettrait de trouver un consensus entre des positions différentes, du moins dès lors que certaines conditions d’égalité sont réunies. Or, comme le rappelle S. Chavel en s’appuyant sur les travaux de C. Sunstein, il n’est pas certain que les décisions politiques les plus intéressantes soient celles qui sont obtenues au moyen du consensus : les opinions divergentes, sinon clivées, ont un intérêt en démocratie. Par ailleurs, rien n’indique que les désaccords politiques puissent être résolus par l’argumentation rationnelle : il est tout à fait possible qu’ils soient trop profonds pour qu’on arrive jamais à trouver un accord par l’argumentation, car ils reposent bien plus sur le type de description que l’on donne à une situation, c’est-à-dire sur une certaine façon de narrer les évènements. C’est pourquoi S. Chavel propose de réhabiliter le storytelling, au sens de A. Arendt, en ce qu’il permet de révéler des désaccords et des oppositions. Ce faisant, elle propose d’intégrer la conflictualité dans le langage lui-même en admettant son instabilité, due à la nécessité pour chacun, ou chaque groupe, de trouver à s’exprimer politiquement. En ce sens, S. Chavel considère qu’on peut déplacer l’argumentation habermassienne de manière à intégrer à la fois les conditions de possibilité de l’accès à la parole et une pluralité au sein de la discussion qu’on ne chercherait pas tant à réduire qu’à comprendre. Par où l’effet propre du langage serait alors de donner une voix à chacun en politique.

27D. Vernant, pour sa part, propose une critique plus profonde du modèle habermassien, en concentrant son examen sur l’usage que Habermas fait de la théorie pragmatique pour construire sa proposition selon laquelle l’échange communicationnel viserait à trouver le consensus (voir le texte de S. Chavel). Partant d’une compréhension marxienne de l’idéologie comme idéalisation qui a pour objet de légitimer la domination, D. Vernant propose ensuite une analyse du dialogue effectif, ancré dans des situations concrètes : il esquisse un véritable cadre d’analyse pragmatique qui se double d’une théorie de l’action, une « praxéologie ». Cela le conduit à réexplorer la notion même de coopération, qui peut être soit positive, soit négative en cas de conflit, et à affirmer le caractère hétéronome, non closes sur elles-mêmes, des pratiques communicationnelles, en ce que celles-ci s’inscrivent toujours dans des pratiques, c’est-à-dire dans des « transactions » intra-mondaines, qui ont des conditions matérielles et sociales et servent nécessairement des intérêts situés. Or, en voulant ancrer l’analyse du langage dans une « éthique de la discussion », Habermas voile l’ensemble de ces conditions concrètes du fonctionnement normal de la parole et, en prenant pour modèle des échanges langagiers caractérisés positivement d’un point de vue axiologique, il réintroduit dans le modèle une vision idéaliste qui transforme l’analyse en idéologie en excluant du fonctionnement « normal » du langage les phénomènes de coopération négative ou même les phénomènes linguistiques motivés par des intérêts. Ainsi, en valorisant indûment certaines pratiques linguistiques, afin de trouver un socle fondationnel, Habermas en vient à ignorer les conditions concrètes de l’efficacité du langage dans le monde et dévalorise les échanges linguistiques marqués par les rapports de force. Ce faisant, il ne se donne les moyens ni de proposer une analyse du fonctionnement concret du langage, ni de penser l’affrontement parfois nécessaire pour gagner une parole dans un monde politique marqué par des inégalités (de statut, de fortune, de condition, etc.).

28Pour clore le volume, B. Ambroise revient sur la conception de l’efficacité du langage développée par P. Bourdieu à partir d’Austin et se demande si cette efficacité doit nécessairement être soutenue, en dernière instance, par une instance institutionnelle et doit toujours, par conséquent, s’inscrire dans une relation de pouvoir. Suivant la conceptualisation proposée par J. Austin, puis par E. Benveniste, Bourdieu fait en effet souvent dépendre l’efficacité performative du langage de l’autorité symbolique du locuteur, qui elle-même dépend de la position qu’il occupe dans un certain champ et de la reconnaissance qui lui est octroyée en tant qu’il est le représentant, ou pas, d’une institution douée d’un certain pouvoir. À juste titre, il oppose aux héritiers d’Austin en pragmatique (J. Searle notamment) le rôle des conditions sociales qui déterminent l’efficacité du langage en affectant la reconnaissance qu’obtient le locuteur et qui est nécessaire pour qu’il agisse au moyen du langage. Mais, ce faisant, on peut avoir l’impression que Bourdieu délègue l’efficacité du langage aux institutions qui soutiennent les individus parlants et tend à réduire le rôle de l’agentivité du locuteur dans l’efficacité de son propre langage. Dans une perspective proche de celle développée par B. Geay et P. Humeau dans le cas spécifique des mobilisation collectives faiblement institutionnalisées, l’objet du texte de B. Ambroise est d’examiner si on ne peut pas trouver dans sa réflexion les moyens de penser une dynamique des échanges linguistiques qui rende compte des relations singulières qui s’établissent dans des rencontres situées, y compris lorsqu’elles sont (nécessairement) le produit de structures institutionnelles qui ont déterminé l’histoire des individus parlants. L’enjeu est ainsi de montrer qu’il est possible de rendre compte de l’efficacité performative en analysant les conditions sociales, matérielles et symboliques de l’énonciation, sans pour autant sacrifier l’agentivité, et sans nécessairement réduire l’ensemble du monde social et politique à une arène.

Notes

1 Voir Aristote, Rhétorique, trad. fr. A. Motte, in Œuvres, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2014, pp. 701-873. Voir notamment 1358 b – 1366 a.

2 Voir Cicéron, Divisions de l’art oratoire, trad. fr. H. Bornecque, Paris, Les Belles Lettres, 2003 ; De l’orateur, trad. fr. E. Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 2003 ; Petit manuel de campagne électorale, trad. fr. J.-Y. Boriaud, Paris, Arléa, 1996.

3 Voir N. Machiavel, Le prince [1532], trad. fr. J. Gohory, Paris, Folio, 2007.

4 .Voir B. Castiglione, Le livre du courtisan [1528], trad. fr. A. Pons, Paris, Garnier-Flammarion, 1999.

5 Entre autres exemples, on citera le Manuel de pratique parlementaire écrit par Thomas Jefferson en 1783.

6 Pour une analyse critique, voir C. Salmon, Storytelling, Paris, La Découverte, 2008.

7 Voir A. Reinach, Les fondements a priori du droit civil, trad. R. de Calan, Paris, Vrin, 2004.

8 John L. Austin, How to Do Things with Words, edited by J.O. Urmson and M. Sbisà, Oxford, Oxford University Press, 2de edition, 1975 ; trad. fr. G. Lane, Quand dire c’est faire, Paris, Éditions du Seuil, 1970 ; réédité avec une postface de F. Récanati dans la coll. « Points-essais », 1991. Nous emploierons indifféremment ici « acte de langage », « acte de discours » ou « acte de parole ».

9 Pour synthétiser tout un ensemble d’effets qu’on pourra considérer comme étant d’ordre « symbolique ». Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à B. Ambroise, Qu’est-ce qu’un acte de parole ?, Paris, Vrin, 2008, et à M. Sbisà, Linguaggio, ragione, interazione. Per una teoria pragmatica degli atti linguistici, Bologna, Il Mulino, 1989. Voir aussi J. R. Searle, La construction de la réalité sociale, trad. C. Tiercelin, Paris, Gallimard, 1998.

10 Voir K. Marx & F. Engels, L’idéologie allemande, trad. M. Rubel, Paris, Gallimard, 1982.

11 Voir E. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse [1912], Paris, PUF, 2013.

12 Publiés dans les Actes de la recherche en sciences sociales, de 1975 à 1982, les articles que Bourdieu consacre à ces questions sont tout d’abord réunis dans Ce que parler veut dire : L’économie des échanges linguistiques (Paris, Fayard, 1982), rediscutés dans Propos sur le champ politique (Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000), puis dans une nouvelle version du premier ouvrage : Langage et pouvoir symbolique (Paris, Seuil, 2001).

13 Voir Ph. Braud, « L’apport de la science politique à l’étude des langages du politique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 94, 2010.

14 Le volume exclut de fait les réflexions relevant uniquement de la rhétorique, aussi importantes et riches puissent-elles être, et s’attarde assez peu sur les jeux sémantiques utilisés pour produire ces effets. En ce sens, il n’est pas d’abord un volume de sciences du langage.

15 Voir, à ce titre, P. Bourdieu, Sur l’État, Paris, Raisons d’Agir/Seuil, 2012.

16 Il s’agit de la revue Mots, les langages du politique, qui existe depuis 1980 et étudie essentiellement les formes linguistiques utilisées dans différents domaines politiques.

17 H.L.A. Hart est l’un des philosophes du droit les plus emblématiques dans le monde anglo-saxon. Il est notamment l’auteur de The Concept of Law, Oxford, Oxford University Press, 1961.

18 Les travaux d’Austin à l’origine de How To Do Things With Words furent en effet présentés d’abord dans un séminaire commun avec H.L.A. Hart de philosophie du droit à l’Université d’Oxford. On peut retrouver des échos de ces recherches dans plusieurs textes d’Austin, notamment « A Plea for Excuses », in J. L. Austin, Philosophical Papers, Oxford, Oxford University Press, 1979, pp. 175-204.

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site