Version classiqueVersion mobile

Figurines grecques en contexte

 | 
Stéphanie Huysecom-Haxhi
, 
Arthur Muller

Figurines en contexte, de l’identification à la fonction : vers une archéologie de la religion

Figurines in context, from identification to function: toward an archaeology of religion

Stéphanie Huysecom-Haxhi et Arthur Muller

Résumé

Depuis la découverte en nombre de terres cuites figurées au xixe siècle, leur identification a suscité de longs débats. Pour les représentations féminines que ne caractérise aucun attribut s’opposent deux lectures : images indifférenciées de divinités ou images génériques de mortelles dans leur statut familial. Ces identifications supposent des fonctions différentes dans les contextes d’utilisation et donc des interprétations différentes des ensembles de statuettes : aussi est-il utile de confronter les arguments qui les étayent et les conséquences qu’elles induisent pour la compréhension des pratiques religieuses. L’identification comme mortelles s’avère bien plus riche de sens pour les pratiques votives et funéraires, qu’elle met en cohérence. La méthode la plus féconde pour étayer cette lecture consiste à sortir les terres cuites figurées de leur isolement pour les replacer dans leur contexte, à la fois archéologique, iconographique et socio-culturel.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous ne reviendrons pas ici sur tous les problèmes et aspects abordés dans les chapitres de ce volume. Nous souhaitons en revanche aborder la question fondamentale explicitement exprimée dans l’argumentaire de cette manifestation et qui de fait sous-tend la plupart des contributions : celle de l’identification des figurines dans leurs contextes respectifs, question que l’on peut résumer à la formule schématique « divinité ou mortel(le)s ? »1 et qui se prolonge évidemment dans celle, difficile il est vrai et peut-être moins discutée jusqu’à présent, de la signification et donc la fonction de ces objets dans ces contextes2. En dehors des quelques images particulières pour lesquelles la question ne se pose pas3, dans le cas donc des représentations anthropomorphiques que rien ne caractérise comme divinités, les contributions réunies ici reflètent une situation encore contrastée : quelques-unes certes ne prennent pas parti ou se cantonnent à une réponse ambiguë, fondée sur la notion de ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search