Version classiqueVersion mobile

Figurines grecques en contexte

 | 
Stéphanie Huysecom-Haxhi
, 
Arthur Muller

3. Terres cuites figurées en contexte funéraire

Terres cuites funéraires, individualités et sociétés. L’exemple du monde ibérique (vi-iie s. av. J.-C.)

Funerary terracottas, individualities and societies. The example of the Iberian world (6th-2nd c. BC)

Frédérique Horn

Résumé

Cette contribution se propose d’attirer l’attention sur les terres cuites du monde indigène ibérique datées du vie au iie s. av. J.-C., avec un examen particulier du mobilier funéraire. L’analyse se concentre sur les associations entre les figurines, le sexe et la position sociale du défunt ; elle s’appuie sur les données de l’anthropologie physique afin d’évaluer d’un nouveau point de vue les tombes contenant ces objets. Cette approche permet de mieux définir la position sociale des défunts enterrés avec des terres cuites en s’arrêtant notamment sur la question de la valeur des mobiliers funéraires.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude du monde des morts peut enrichir notre connaissance de l’usage des terres cuites, de même que les matériels coroplathiques funéraires sont à même de nous informer sur une société et son rapport aux défunts. Néanmoins, dans le cas des populations protohistoriques, la pensée qui sous-tendait les gestes ne peut qu’être induite et supposée puisque, en l’absence de textes directs, les croyances eschatologiques nous sont en grande partie méconnues ; la société ibérique n’échappe pas à cette difficulté. Force est cependant de constater que le recours aux terres cuites comme témoins à la fois des croyances funéraires et de l’organisation sociale des vivants a été bien peu exploité par le passé. Pourtant, grâce à l’ethnologie et, surtout, à l’anthropologie physique, il a été possible d’esquisser à grands traits les fondements sociétaux d’un groupe donné d’individus face à la mort.

Nous proposons ici une méthode qui, loin d’être spécifique au seul monde ibérique, peut être envisagée po...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search