Version classiqueVersion mobile

Figurines grecques en contexte

 | 
Stéphanie Huysecom-Haxhi
, 
Arthur Muller

2. Sanctuaires : pratiques rituelles, sphère d'activité des divinités dédicataires

Cavaliers et dédicantes : les terres cuites de l’Athénaion et la communauté civique d’Érétrie

Riders and female dedicants: The terracotta votives from the Athenaion and the civic community of Eretria

Sandrine Huber et Pauline Maillard

Résumé

La découverte récente d’un sanctuaire d’Athéna sur l’acropole d’Érétrie accorde au culte de la déesse, dans la cité eubéenne, une place de choix que rien ne laissait présager jusqu’à présent. Un riche corpus coroplathique constitue une des seules sources dont nous disposons pour définir la personnalité de la déesse adorée par les Érétriens de l’époque archaïque à la période hellénistique. Les statuettes s’articulent autour d’une thématique ciblée, exclusivement féminine, et d’une unité typologique matérialisée en grande partie par le groupe des femmes assises ; elles semblent représenter des dédicantes prenant part aux rites sous un statut précis, par leur rôle dans le maintien de la communauté des citoyens. Par ailleurs, des éléments de décor architectonique en terre cuite figurant des jeunes hommes à cheval et à pied, armés de lances, ainsi que des guerriers aux commandes de biges témoignent que la déesse était aussi célébrée pour sa fonction universelle de gardienne de la cité. Honorer Athéna au sommet de l’acropole permettait aux Érétriens d’affirmer l’unité de leur cité, notamment par le biais d'offrandes figurées rappelant le statut et le rôle de chacun dans le fonctionnement de la cité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une esplanade ravalée dans le rocher et des vestiges fortement érodés au sommet de l’acropole sont tout ce qui reste d’un Athénaion à Érétrie sur l’île d’Eubée (fig. 1-2), le « dernier-né » des sanctuaires antiques mis au jour dans la cité eubéenne1. Seule l’archéologie permet de restituer l’histoire du culte rendu à Athéna à Érétrie. L’adoration de la déesse par les Érétriens ne transparaît en effet ni dans les textes, ni dans le calendrier héortologique eubéen ; elle était toutefois déjà suggérée, avant la découverte de l’Athénaion, par un relief votif de la fin du ive s. av. J.-C. qui représente la déesse faisant une libation2 et par deux inscriptions hellénistiques trouvées en remploi dans la cité : un bloc mentionnant une prêtresse d’Athéna et une dédicace à la déesse sous l’épiclèse d’Alkymonè3. Deux mobiliers de terre cuite – un riche corpus coroplathique et des éléments de décor architectonique monumental – mis au jour dans le sanctuaire de la déesse sur l’acropole apportent...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search