Version classiqueVersion mobile

Figurines grecques en contexte

 | 
Stéphanie Huysecom-Haxhi
, 
Arthur Muller

1. Interpréter des terres cuites figurées

Du coq au canthare. Images de l’initiation masculine dans la coroplathie béotienne à l’époque classique

From the cock to the kantharos. Images of masculine initiation in Boeotian figurines of the Classical period

Stéphanie Huysecom-Haxhi

Résumé

L’iconographie et la signification des protomés-bustes masculines d’origine béotienne, tenant un œuf et un coq ou un canthare, qui proviennent surtout de tombes, est re-examinée ici. Si les protomés féminines font souvent parler d’elles, leurs pendants masculins n’ont que très peu retenu l’attention depuis leur découverte, sans doute parce qu’ils sont systématiquement identifiés comme Dionysos, voire Kabiros. Par le biais de comparaisons avec d’autres types de statuettes, comme les éphèbes et les banqueteurs, et avec des scènes représentées sur vases, on suggère ici la possible relation de ces protomés-bustes avec les rites d’initiation masculine qui devaient se dérouler dans les sanctuaires de divinités courotrophes au moment du passage à l’âge adulte, notamment au Kabirion thébain.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En dehors des vases plastiques en forme de tête casquée, ou plus rarement de buste, fabriqués en Ionie dès la fin du viie s. et très largement diffusés à travers la Méditerranée1, le répertoire des figurines en terre cuite grecques ne compte que quelques rares types de représentations partielles masculines. Ces dernières se répartissent en deux principaux types iconographiques qui semblent être des créations exclusives des ateliers de Béotie. Les représentations limitées au seul visage, qui font leur apparition dès la fin du vie s., se caractérisent par le port d’une barbe longue et, dans le cas des exemplaires plus récents, par la présence de grappes de lierre dans les mèches de cheveux, d’une couronne de feuillage ou encore d’un diadème orné de palmettes. Dans son catalogue réunissant les terres cuites archaïques et classiques du musée du Louvre, Simone Besques appelle les visages sans éléments végétaux des « masques d’homme », en précisant qu’il pourrait s’agir de Dionysos2, tand...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search