Version classiqueVersion mobile

Figurines grecques en contexte

 | 
Stéphanie Huysecom-Haxhi
, 
Arthur Muller

1. Interpréter des terres cuites figurées

Histoire de têtes au féminin. Fonction d’une catégorie particulière en Attique et Béotie (ive siècle)

Female head stories. Function of a specific category in Attica and Boeotia (4th c. BC)

Violaine Jeammet

Résumé

Une catégorie particulière et numériquement peu importante de figurines en terre cuite représentant une tête isolée de femme, héritage du vase plastique attique en forme de tête (Head-Vases), semble rencontrer un certain succès en Béotie dans la seconde moitié du ive s. av. J.-C., concurremment à la naissance des Tanagras. Les spécimens béotiens connus à ce jour proviennent de contextes funéraires. Si l’on peut y voir la figuration symbolique de la nymphè, promise à des noces post-mortem, comme pourraient le suggérer le contexte, les coiffures et le soin porté à l’élaboration de ces œuvres tant d’un point de vue sculptural que pictural, le choix de la représentation limitée à la tête se veut significatif et renvoie aux figurations traditionnelles de l’épiphanie d’Aphrodite dans la peinture de vases. La symbolique elle-même reste difficile à appréhender en l’absence de référents clairs et l’on préférera s’attacher à l’aspect polysémique de ce type de représentations.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mais lorsqu’il [Anchise] vit le cou et les beaux yeux d’Aphrodite, il eut peur
Hymne à Aphrodite I 181

Le monde de la coroplathie, comme le dit son nom, est essentiellement féminin, constat encore affirmé depuis une petite trentaine d’années, par l’histoire des religions qui touche également cette spécialité1 et où est valorisée, pour ce sexe, l’importance des rituels votifs et funéraires, en lien avec le passage de l’enfance à l’âge adulte concrétisé notamment pour la jeune fille par le mariage2. Les tentatives de remise en contexte des figurines de Tanagra que nous avons menées dans divers cadres ces dix dernières années3 ont également clairement montré une spécialisation des offrandes centrées sur des sanctuaires consacrés aux divinités liées au monde féminin (mariage et fertilité) ou protégeant ce délicat passage marqué, pour les deux sexes, par un certain nombre de rites à caractère initiatique autour de divinités spécifiques (Déméter, Aphrodite, Artémis ou les Nymphes surtout, p...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search