Version classiqueVersion mobile

Les archives de la mise en scène. Hypermédialités du théâtre

 | 
Jean-Marc Larrue
, 
Giusy Pisano

Esthétique du visuel

Les formes du théâtre français de 1900 à 1950 : influences, transferts, recherches

Chantal Guinebault

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De l’avènement de la mise en scène à la scénographie

Au début du XXsiècle, l’esthétique théâtrale a déjà amorcé ses mutations fondamentales. L’avènement du metteur en scène, avec le naturalisme, a engagé le spectacle vivant sur la voie de l’interprétation, d’une émancipation vis-à-vis du texte, de l’auteur dramatique et de la notion de répertoire. La période qui s’étend jusqu’à la Seconde Guerre mondiale se jalonne d’expériences remarquables d’artistes qui réinventent l’acte de création, au niveau des formes scéniques, entièrement repensées. De prime abord, les pratiques théâtrales de cette époque nous sont familières, pour avoir fait l’objet de nombreuses études, menées entre autres par Denis Bablet, qui désigne cette période sous l’appellation « Les révolutions scéniques du XXsiècle »1. Il y observe les apports successifs, en Europe, d’Antoine, de Stanislavski, de Lugné-Poe, de Craig et d’Appia, des Ballets russes, de Meyerhold, de Piscator… La scénologie qui se développe dans ...

Auteur

Université de Lorraine – Centre de recherche sur les médiations, EA 3476.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search