Version classiqueVersion mobile

Corps, travail et statut social

 | 
Anne-Catherine Gillis

Corps et statut social

Lecture archéo-anthropologique du statut social du « corps différent » dans les communautés passées

Valérie Delattre et Ryadh Sallem

Résumé

La recherche scientifique actuelle permet d’appréhender la place occupée par les personnes handicapées dans les sociétés du passé, dans des groupes millénaires peu documentés, accessibles par la seule archéologie ou dans des communautés que les textes nous rendent parfois plus familières. Mais comment décoder, loin du cabinet de curiosités des pathologies invalidantes et spectaculaires, ces comportements tellement humains que sont l’exclusion, l’inclusion, la prise en charge, la raillerie ou même la valorisation du « corps différent » ? Ces questionnements très contemporains peuvent être décryptés, dans le passé, grâce aux travaux des archéo-anthropologues et des historiens qui restituent, à celui que sa disgrâce physique ou son handicap semble isoler, sa place au sein de son groupe d’appartenance. La lecture du handicap et de son histoire, depuis les temps néandertaliens les plus anciens jusqu’aux prouesses technologiques des prothèses de la Renaissance permet de comprendre le statut que les hommes ont su donner, maintenir ou enlever au « corps différent ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Décrypter la différence, les différences

1.1. L’humain au plus intime

Les enjeux de l’anthropologie, discipline adossée à l’archéologie funéraire, sont constamment refondés et revisités grâce à des grilles de lecture nouvelles et des méthodologies toujours plus performantes, qui permettent d’appréhender l’être humain au plus intime. L’étude immédiate, reposant sur la lecture ostéologique des restes étudiés, est évidemment biologique : définir le sexe du sujet considéré, estimer son âge au décès, analyser ses caractères morphologiques (stature, robustesse,…), recenser ses carences alimentaires, ses stress de croissance et ses éventuels liens de parenté avec d’autres individus d’un groupe sont autant de critères esquissant une approche identitaire qui transforme peu à peu un squelette anonyme en défunt. Accéder à la pensée qui sous-tend les gestes déployés lors de la cérémonie funéraire puis à l’occasion de l’ensevelissement, inventorier l’ensemble de ces manipulations codifiées souv...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search