Version classiqueVersion mobile

Corps, travail et statut social

 | 
Anne-Catherine Gillis

Travail et Médecine

Les corps déformés par le travail. XIXe et XXe siècle

Alain Caubet

Résumé

Depuis Ramazzini (1633-1714), le médecin sait l’intérêt d’interroger le patient sur le métier qu’il exerce. Toutefois peu de textes rapportent des observations de stigmates professionnels avant le XIXe siècle. Surtout après 1840 et le grand livre de Villermé, les hygiénistes se préoccupent davantage de la santé des artisans et ouvriers. Médecins légistes ou ingénieurs, ils sont gens instruits et bien intentionnés mais leurs travaux ont des lacunes ; ils n’ont, sauf exception, pas accès aux lieux du travail et les bonnes intentions paternalistes façonnent leurs conseils. De là découlent des affirmations multipliées sur le rôle du métier sur les déformations squelettiques. Avant 1895 et la radiographie, les lésions de la peau et les anomalies de silhouettes sont seules développées. Ces marques professionnelles ont longtemps été enseignées en « Hygiène industrielle », préfiguration de notre Médecine du travail. Tant la démarche d’évaluation statistique que l’amélioration des conditions de travail ont recomposé tableaux et imputations étiologiques. Certaines lésions ont disparu ; elles ont laissé la place à d’autres, qui ne passent plus dans l’esprit des victimes comme la rançon naturelle de l’exercice du métier. Mais elles sont encore d’actualité ailleurs dans le monde.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La rhumatologie du xixe siècle n’est que partiellement connue ; en 2009, la Société française d’histoire de la Médecine a consacré sa journée thématique à l’histoire des maladies des os et des articulations ; les actes ont été publiés1. Comme les autres disciplines médicales, elle s’est lentement dégagée de la pratique des services de médecine tout-venant2. La radiographie, après 1895, et très vite en raison de l’extraordinaire engouement qu’elle suscita, permit un démantèlement complet des entités nosographiques anciennes, telles que le « rhumatisme chronique ». Depuis, la reconstruction de l’édifice a été lente, par le rassemblement (biochimique et génétique) de formes cliniques éparses. La thérapeutique, encore insuffisante aujourd’hui était alors d’une navrante pauvreté. L’inventaire soigneux de la bibliothèque d’un médecin thermaliste d’Ax-les-thermes, ville d’eau qui attirait les rhumatisants, a permis un inventaire chronologique des traitements proposés au fil du xixe siècle ...

Auteur

Université de Rennes 1

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search