Version classiqueVersion mobile

Corps, travail et statut social

 | 
Anne-Catherine Gillis

Les artisans et la mort. Méthodologie et perspectives

Anne-Catherine Gillis

Résumé

Au-delà des aléas de la conservation des vestiges (pillages, rigueur aléatoire des fouilles, etc.), l’étude des pratiques funéraires antiques se révèle totalement dépendante des témoignages textuels, iconographiques et mobiliers que les anciens ont jugé nécessaire de transmettre à la postérité. Cette dépendance, à la fois significative et handicapante, apparaît clairement dans l’étude des pratiques funéraires des artisans en Grèce ancienne, basée sur les données archéologiques, iconographiques et épigraphiques fournies par le mobilier funéraire et les marqueurs de tombes. S’il permet une première approche de la question, ce matériel se révèle cependant peu abondant et souvent hypothétique en raison de la difficulté d’identification socioprofessionnelle des défunts. En faisant le point sur ces données, l’introduction à la table ronde Corps, travail et statut social cherche à mettre en évidence les limites de l’archéologie et les nombreuses questions qui restent en suspens. On pourra alors envisager l’apport d’approches complémentaires, telle que la paléoanthropologie funéraire, et en préciser les attentes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’idée de cette rencontre autour du corps, du travail et du statut social résulte du constat que l’archéologie funéraire de la Grèce antique présente des carences qui nuisent, entre autres, à l’approche historique et sociale de la question. Nous sommes en effet le plus souvent réduits à une vision très homogène et donc irréelle de la population des cités grecques antiques alors que la réflexion devrait au contraire tenir compte des nuances que comporte la réalité socioculturelle. L’étude des pratiques funéraires des artisans en Grèce ancienne1 souffre tout particulièrement de cette carence. Le groupe des « artisans », c’est-à-dire des individus qui contribuent à la vie économique2 de la cité, réunit des personnes d’appartenances sociales et culturelles très diverses, à l’image du monde grec, hiérarchisé et métissé : esclaves et affranchis, souvent non grecs, métèques, citoyens salariés ou indépendants ou encore grands propriétaires des moyens de production. Aussi différents soient-i...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search