Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diego Lanza, lecteur des œuvres de l'Antiquité

 | 
Rossella Saetta Cottone
, 
Philippe Rousseau

Avant-propos

Philippe Rousseau et Rossella Saetta Cottone

Texte intégral

  • 1 Paru dans M. Detienne (éd.), Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, Villeneuve d’Ascq, 1988, (...)

1L’ouvrage que nous livrons au public a son origine dans les travaux de deux journées d’étude organisées à l’Université de Lille 3 les 14 et 15 mars 2008 autour du philologue italien Diego Lanza (DL). Les articles qu’il rassemble sont pour une bonne part issus des communications, remaniées et étoffées en fonction de la discussion, des chercheurs qui participaient à ces journées, auxquelles se sont ajoutées quelques contributions nouvelles. Ils sont suivis des réflexions et commentaires rédigés par DL après la conclusion du colloque en réponse aux interventions des participants. Le volume comprend en outre, en appendice, deux articles de DL : « Il contrasto aristotelico di vista e udito » et « Le comédien face à l’écrit »1. Le premier, inédit, est une analyse du rôle qu’Aristote attribue à la vue et à l’ouïe dans son système philosophique, et jette une lumière nouvelle sur la question de l’opsis dans la Poétique ; le second est une étude très représentative de l’intérêt que DL a toujours porté à la comédie ancienne, et plus particulièrement à la place fondamentale qu’y occupe l’acteur « protagoniste », partagé entre son appartenance à un théâtre écrit et ses liens manifestes avec des formes de théâtre improvisé, plus archaïques. Suit la bibliographie complète de DL.

2L’ouvrage est divisé en trois parties qui correspondent à trois domaines d’étude privilégiés par DL : poétique des genres et philosophie ; théâtre ; épistémologie et histoire de la philologie. La première partie met l’interprétation de la scène iliadique de Thersite proposée par DL dans son enquête sur les modèles culturels du « sot » à l’épreuve d’une analyse herméneutique (Philippe Rousseau), relit ses études sur Anaxagore pour en dresser un bilan critique (Claire Louguet), réexamine les thèses de DL sur la Poétique d’Aristote à la lumière d’une lecture du Prométhée enchaîné (Ioanna Papadopoulou), et d’une discussion sur le texte même du traité (Claudio Veloso, Angela Andrisano). Renouant avec quelques-uns des fils conducteurs des études de DL sur le théâtre, on s’intéresse, dans la deuxième partie, aux relations étroites et complexes entre la tragédie et la comédie du Ve siècle av. J. C. (Giulia Sissa), aux problèmes posés par la mise en scène contemporaine des pièces anciennes (Anna Beltrametti) et aux rapports entre le théâtre d’Aristophane et les dialogues de Platon (Massimo Stella, Xavier Riu). On trouvera enfin dans la troisième partie une reconstruction de l’épistémologie de DL à partir d’une lecture intégrale de son œuvre (Andrea Cozzo), l’application problématisée des réflexions de DL sur la katharsis à l’étude pragmatique de la poésie mélique érotique de la Grèce archaïque (Claude Calame), une réflexion sur la conception de la langue qui sous-tend la philologie de DL (Pierre Judet de La Combe), et une évocation de l’enseignement de DL sur le théâtre par l’une de ses élèves pavoises (Marella Nappi).

3Ce volume aura atteint son but s’il réussit à éclairer certains des traits qui font la spécificité de l’approche de l’Antiquité par DL au sein de la tradition philologique italienne – et plus largement européenne : la manière particulière avec laquelle il a su allier la recherche littéraire, linguistique et historique à l’étude de la culture ancienne dans ses éléments constitutifs (production, transmission, réception), situant l’intérêt pour les textes et pour la langue dans l’horizon de la culture, avec ses enjeux à la fois idéologiques et politiques.

4Il reste aux éditeurs à exprimer leur reconnaissance à l’endroit des institutions qui ont rendu possible la publication de cet hommage à DL : l’UMR « Savoirs, textes, langage » et le Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique (UMR 8061). La liste des personnes dont l’aide nous a permis de mener à son terme la tâche que nous avions entreprise serait trop longue. Qu’il nous soit permis néanmoins de remercier plus particulièrement Christian Berner, directeur de l’UMR « Savoirs, textes, langage », Jean-Baptiste Gourinat, directeur du Centre Léon Robin, et Jérôme Vaillant qui a accueilli ce volume dans la maison d’édition dont il est le directeur. Nous tenons enfin à remercier tous les chercheurs qui ont participé aux travaux des deux journées de 2008 et apporté leur contribution à ce livre, qui est d’abord leur œuvre.

Notes

1 Paru dans M. Detienne (éd.), Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, Villeneuve d’Ascq, 1988, p. 359-384.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540