Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diego Lanza, lecteur des œuvres de l'Antiquité

 | 
Rossella Saetta Cottone
, 
Philippe Rousseau

Épigraphe

Texte intégral

Ainsi montrait-il leur miroir à ceux de Damme, de Bruges, de Blankenberghe, voire même d’Ostende. Et au lieu de leur dire en son langage flamand : « Ik ben ulieden spiegel, je suis votre miroir », il leur disait abréviant : « Ik ben ulen spiegel », ainsi que cela se dit encore présentement dans l’Oost et la West-Flandre. Et de là lui vient son surnom d’Ulenspiegel.
Charles de Coster, La légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses, d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandres et ailleurs, livre I, chap. XX, p. 44 (18692)

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540