Version classiqueVersion mobile

Figurines de terre cuite en Méditerranée grecque et romaine

 | 
Arthur Muller
, 
Ergün Laflı

3.1. Grèce propre, îles

Drakospilia : une grotte cultuelle aux confins occidentaux de Céphalonie

Drakospilia: a Ritual Cave in the West ‘eschatia’ of Cephalonia

Stavroula Samartzidou-Orkopoulou

Résumé

La grotte de Drakospilia, dans la chôra de Paleis (Πάλη), à l’extrémité occidentale de Céphalonie, a livré des quantités d’offrandes en terre cuite datant de la fin de l’époque archaïque à l’époque hellénistique. Parmi elles dominent d’une part des protomés féminines de types divers, d’autre part d’originaux pinakes, plaques décorées de reliefs, représentant des divinités, des protomés féminines de profil, des rondes de Nymphes. Plusieurs indices suggèrent une production locale destinée à un culte de divinités de la nature, au premier rang desquelles les Nymphes et Artémis. Les trouvailles témoignent des contacts de Paleis tant régionaux (îles de la mer ionienne) que plus éloignés, en Grèce et avec l’Italie méridionale surtout.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La grotte de Drakospilia se trouve à l’extrémité occidentale de l’île de Céphalonie, sur l’abrupte côte Sud-Ouest de la presqu’île de Paliki, entre la pointe de Gerogompou et le monastère de Kipouria. L’entrée se trouve dans une falaise à 60-70 m au-dessus du niveau de la mer ; la grotte elle-même est spacieuse et se développe sur 45 m de longueur dans le sens Nord-Sud, avec un remarquable décor minéral. Des trouvailles archéologiques, principalement de figurines de terre cuite, y sont signalées dès la fin du xixe s.1. Bien que pratiquement inaccessible, la grotte a fait l’objet de fouilles clandestines : une dizaine de fosses ont perturbé les couches archéologiques et n’ont laissé intacts que de rares endroits. Une fois résolus les problèmes d’accès, un programme d’exploration a été mis en place en 20062 : après le tamisage des déblais laissés par les fouilles clandestines ont été ouverts des sondages afin de localiser des couches non perturbées3. Par leur nombre, les trouvailles t...

Auteur

Ministère de la Culture, Athènes, Grèce.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search