Version classiqueVersion mobile

Figurines de terre cuite en Méditerranée grecque et romaine

 | 
Arthur Muller
, 
Ergün Laflı

2.2. Mobilier funéraire

Les figurines de la tombe B 158 de Thèbes : Tanagréennes ou Thébaines ?

Figurines from the B 158 Grave in Thebes: Tanagrean or Theban?

Alexandra Harami et Violaine Jeammet

Résumé

Les fouilles menées à Thèbes (Béotie) en 2000 ont mis au jour une très importante nécropole dont certaines tombes ont déjà pu être succinctement présentées en attendant la publication définitive. La tombe B 158 se distingue par le nombre de ses figurines en terre cuite – une douzaine, parfois très fragmentaires – et la qualité de ses pièces les mieux conservées. Tombe à ciste, elle comprend deux ensevelissements, datés de la première moitié du iiie et du iie s. av. J.-C. Elle contenait des offrandes déposées à l’intérieur et à l’extérieur associant vases, figurines et matériel en fer. Les figurines, qui appartiendraient pour majorité au premier ensevelissement, montrent au moins trois argiles différentes et une variété typologique qui repose encore une fois la question de la présence d’ateliers coroplastiques à Thèbes, de leurs liens avec ceux de Tanagra, et plus généralement de la créativité des ateliers béotiens et de leur longévité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. La tombe B 158 : données archéologiques

En 2000-2001, lors du percement d’un tunnel ferroviaire sur la route départementale Thèbes-Mouriki, à environ 2 km au Nord-Est de Thèbes, a été exhumée la nécropole la plus étendue de l’antique cité béotienne1. Dans le secteur Nord, auquel appartient la tombe B 158, sont attestées des tombes d’époques diverses, de la période archaïque jusqu’au début de l’époque impériale romaine2. La tombe en question, fouillée le 23 novembre 2000, se distingue, parmi toutes les autres encore en cours d’étude3, par la richesse de son matériel coroplastique d’époque hellénistique4.

Il s’agit d’une tombe à ciste, orientée Sud-Nord, couverte de trois dalles en poros, dont deux brisées (fig. 1). Elle renfermait deux sépultures d’époques différentes comprenant trois squelettes. De la première sépulture sont conservées les extrémités inférieures de deux squelettes adultes, rassemblées dans l’angle Sud-Est de la tombe, et recouvertes d’une tuile. Le troisième squele...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search