Version classiqueVersion mobile

Le visage qui apparaît dans le disque de la lune

 | 
Alain Lernould

Remerciements

Texte intégral

  • 1 Voir Boulogne-Broze-Couloubaritsis (2006).
  • 2 Képler a adjoint sa traduction en latin du De facie à son écrit Le songe ou astronomie lunaire pour (...)
  • 3 Cf. Raingeard (1935).
  • 4 Voir les critiques de Cherniss (1957) dans son édition Loeb, p. 29, note a.

1Cette traduction avec introduction et notes accompagnées de trois études est le fruit d’un séminaire franco-belge sur la problématique de l’articulation entre mythe, religion et philosophie au sein des médio-platonismes, et plus spécialement chez Plutarque. Fort de spécialistes et de doctorants appartenant à cinq équipes de recherche (Département de Philologie Classique de la Katholieke Universiteit Leuven, Centre de Philosophie Ancienne et Institut d’Histoire des Religions et de la Laïcité de l’Université Libre de Bruxelles, Unité Mixte de Recherche CNRS-Lille 3 « Histoire, Archéologie, Littérature des Mondes Antiques-Institut de Papyrologie et d’Égyptologie de Lille », Unité Mixte CNRS-Lille 3 « Savoirs, Textes, Langage ») et réunis respectivement autour des professeurs Luc Van der Stockt, Lambros Couloubaritsis et Jacques Boulogne, ce séminaire, après avoir consacré ses travaux à L’E de Delphes1, puis au commentaire intitulé La création de l’âme dans le Timée de Platon, a tout naturellement mis à son programme le traité Le visage qui apparaît dans le disque de la Lune, un dialogue au contenu scientifique, philosophique, religieux et mythique particulièrement riche et auquel s’est intéressé Kepler au point d’en donner une version latine annotée2. Il était assurément nécessaire de remplacer la traduction qu’en a publiée Pierre Raingeard voici trois quarts de siècle3, qui est manifestement insatisfaisante4 et actuellement la seule disponible en langue française depuis celle de Victor Bétolaud, qui date, elle, du XIXe siècle.

2Ont participé à cette traduction collective : Boulogne Jacques, Broze Michèle, Couloubaritsis Lambros, Decharneux Baudouin, Delattre Joëlle, Hecquet Myriam, Grossel Cécile, Inowlocki Sabrina, Lernould Alain, Nasta Mihail, Roskam Geert, Van der Stockt Luc, Van Hoov Lieve, Wéry Cécile.

3Je remercie tout particulièrement Jacques Boulogne pour la part importante qu’il a prise au travail commun de traduction et pour avoir contribué doublement, avec l’Introduction et un article, à enrichir substantiellement ce volume.

4L’heureuse initiative de donner le texte grec revient à Nicolas Delargillière, directeur administratif des Presses Universitaires du Septentrion.

Notes

1 Voir Boulogne-Broze-Couloubaritsis (2006).

2 Képler a adjoint sa traduction en latin du De facie à son écrit Le songe ou astronomie lunaire pour bien marquer la parenté entre les deux œuvres. On trouve ces deux textes, publiés à titre posthume en 1634 par le fils de Képler, dans Bialas-Grössing (1993), p. 315ss.

3 Cf. Raingeard (1935).

4 Voir les critiques de Cherniss (1957) dans son édition Loeb, p. 29, note a.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search