Version classiqueVersion mobile

Le visage qui apparaît dans le disque de la lune

 | 
Alain Lernould

Études

À propos du contenu astronomique des parties dialoguées du De facie de Plutarque

Joëlle Delattre

Texte intégral

  • 1 Voir ch. 24 (937 E) et Platon, Lois III 687e ; et aussi ch. 25 (938C). L’expression se rencontre au (...)

1Plutarque fait dialoguer dans le De facie plusieurs protagonistes afin d’approfondir l’explication de ce que nous observons sur la Lune, en particulier les taches ou ombres donnant l’impression d’un visage. Ses différents personnages sont censés défendre les positions de théories philosophiques concurrentes professées dans le monde antique : ainsi Pharnace et Apollonide sont les porte-parole agités du Portique ; Aristote et « son » Cléarque, dont il est dit qu’il « fréquenta l’ancien Aristote, même s’il détourna une bonne part de l’enseignement péripatéticien » (920 F), représentent le Lycée ; Lamprias, l’un des frères de Plutarque, parle au nom de l’Académie ; Lucius est le mathématicien astronome (sous l’autorité critique et silencieuse de Ménélas), tandis que Théon répond aux interpellations concernant les références aux poètes et se réserve l’intervention « par plaisanterie et avec sérieux à la fois »1. Nous allons, à partir d’une revue des références astronomiques développées dans la discussion et à propos tout particulièrement du personnage de Théon, tenter de réfléchir à l’usage que Plutarque s’amuse et s’autorise à faire de ses sources.

Les références astronomiques du dialogue

  • 2 Mais le même calcul pour un saros donnera 446 demi-lunaisons, chiffre tout aussi proche de 440.

2Laissons délibérément de côté le détail du récit mythique de Sylla, dont le parallélisme avec le mythe d’Er terminant le livre X la République de Platon n’échappera pas au lecteur, afin de concentrer notre attention sur les vingt-cinq premiers chapitres. Cela n’exclut nullement de repérer des liens artistiquement tressés par Plutarque. Par exemple, on fera facilement le rapprochement entre la fin du ch. 20 (933 E) où Lucius précise que sur « 465 lunes éclipsées, 440 se produisent chaque six mois, le reste chaque cinq mois » et le ch. 27 (942D-E) où la légende de Déméter, déesse terrestre, et de Coré, déesse lunaire, est rappelée avec la précision suivante : « quant au fait pour Coré, d’être tantôt dans la lumière du ciel, tantôt dans les ténèbres de la nuit, si ce n’est un mensonge, il a donné lieu à des erreurs dans le calcul du temps. En effet, ce n’est pas six mois, mais tous les six mois que nous la voyons se faire prendre dans l’ombre de la terre comme si c’était sa mère, alors que cela lui arrive peu de fois par intervalles de cinq mois ». Signalons néanmoins à ce propos qu’aucun des cycles astronomiques antiques ne paraît correspondre exactement à ces chiffres : qu’il s’agisse du cycle de Méton, lequel avait calculé dès le Ve siècle avant notre ère qu’il fallait dix-neuf ans, c’est-à-dire 235 lunaisons (période appelée ennéadécaétéride), pour faire concorder l’année solaire (mois de 30 jours) et l’année lunaire (mois de 27 jours ½), qu’il s’agisse de la période sothiaque de 1460 ans (plus de 18 000 lunaisons), correspondant au retour du lever de l’astre Sirius au même point, dans la religion égyptienne, ou encore du saros babylonien d’une durée de 6 585 jours, correspondant à dix-huit ans et dix ou onze jours, soit 223 lunaisons, qui permettait aux Chaldéens de prédire le retour des éclipses (au nombre de 71 en moyenne : 43 de soleil et 28 de lune). Si toutefois l’on calcule le nombre de demi-lunaisons dans un cycle de Méton, on obtient 470, chiffre très proche des 465 éclipses du texte de Plutarque2, dans l’hypothèse erronée selon laquelle se produirait une éclipse tous les cinq ou six mois. On peut aussi ne considérer que le chiffre des 25 éclipses de lune restantes (les plus rares), et le trouver alors très proche des 28 éclipses du saros. Mais peut-être est-il tout simplement plus raisonnable de prendre à la lettre l’avertissement de Plutarque lui-même à travers le récit de Sylla : « si ce n’est un mensonge, il a donné lieu à des erreurs dans le calcul du temps », pour ne s’en tenir qu’à « la plaisanterie du propos » afin de « défroncer nos sourcils ».

3De fait, les références explicites aux astronomes connus sont peu nombreuses : au chapitre 4 Hipparque, « qui travaillait beaucoup », est évoqué par Lamprias, avec la précision que « peu ont adhéré à ses explications physiques du rayon visuel » (921 D) lesquelles auraient impliqué « chocs et rebonds, à la manière du mouvement des atomes chez Épicure » (921 E).

4Au chapitre 6 c’est Lucius qui évoque la manière dont Aristarque de Samos « déplaçait le foyer du monde », et « essayait de sauver les phénomènes en supposant que le ciel est immobile tandis que la terre décrit en hélice un cercle selon l’écliptique tout en tournoyant aussi autour de son axe ! » (923 A) ; il est fait au passage allusion au procès pour impiété que Cléanthe aurait voulu que les Grecs lui intentent pour avoir mis ainsi « le monde sens dessus dessous » ; au ch. 10, la référence à Aristarque se fait plus précise encore, puisque c’est son livre Sur les tailles et les distances qui est cité, à propos de l’ordre de grandeur du rapport (compris entre 18 et 20) des distances à la terre de la lune et du soleil ; au ch. 19, c’est encore le résultat d’une démonstration d’Aristarque qui est donné, toujours par Lucius, concernant l’estimation comparée des diamètres de la terre et de la lune, « une proportion plus petite que soixante à dix-neuf (= environ 3) mais plus grande que cent huit à quarante-trois (= environ 2,5) », mesurée lors des éclipses. On remarquera simplement, concernant Aristarque, que dans sa réponse à Théon, au début du ch. 25, Lamprias interpelle ce dernier en disant : « toi qui ne cesses de t’enticher d’Aristarque et de l’admirer ».

5Enfin, une troisième autorité scientifique est convoquée en matière d’astronomie, en la personne de Posidonius. S’il est cité une première fois au chapitre 16, après Anaxagore, et aux côtés de Démocrite et d’Empédocle, comme partisan de la conception manifestement réfutable selon laquelle « la lumière du Soleil parvient jusqu’à nous à travers la lune », c’est surtout au chapitre 19 que sa définition des éclipses est donnée pour corroborer la première partie de l’affirmation aristotélicienne selon laquelle « le soleil est éclipsé par l’occultation due à la lune ». En effet selon Posidonius, « il n’y a d’éclipse que pour ceux dont le rayon visuel est intercepté par l’ombre de la lune qui occulte le soleil », et Lucius d’ajouter alors : s’il parle d’ombre de la lune, « tout est dit » (932 C) : la lune n’est donc pas un astre émettant sa propre lumière, sa nature est terreuse.

  • 3 Goulet (1980) ; voir Todd (1993), p. 4 n. 25.
  • 4 Il en a existé deux traditions manuscrites différentes qui ont dû fusionner à partir du XIIIe siècl (...)
  • 5 Geminos. Introduction aux Phénomènes, éd. G. Aujac Paris, 1975.
  • 6 Contrairement à ce que propose Neugebauer (1975), p. 960, selon qui certains arguments astronomique (...)

6On est tout à fait fondé à soupçonner, comme le fait Cherniss dans ses notes, que les emprunts à Posidonius sont faits à travers le traité de Cléomède, intitulé Théorie élémentaire, selon la traduction par Richard Goulet3 d’un titre en réalité transmis selon une double tradition4, mais à condition, comme le même traducteur nous y invite, de considérer ce traité de cosmologie comme appartenant à la même tradition stoïcienne que celui de Géminus5, et probablement comme légèrement antérieur à Ptolémée dont il semble avoir ignoré complètement les travaux, à condition autrement dit de le situer approximativement entre les années 70 et 1506. Mais si on admet que Plutarque utilise sans le citer explicitement ce traité de cosmologie stoïcienne et de polémique anti-épicurienne, à propos des arguments qu’il attribue à Posidonius, pourquoi ne pas se demander aussi à quel texte il recourt pour préférer se référer aux seuls savants Hipparque et Aristarque, en dehors de Platon, d’Aristote et des philosophes de la nature présocratiques.

Le cas énigmatique du personnage de Théon

7Nous pouvons, nous semble-t-il, relever un certain nombre d’indices dans la manière dont Lamprias s’adresse au « compagnon » Théon ou le met en scène. En voici tout d’abord une récapitulation.

8Au chapitre 7, Théon est interpellé avant la critique du « transport vers le milieu » des corps pesants, pour donner la référence de l’affirmation de Sophocle selon laquelle « les médecins purgent la bile amère avec d’amers remèdes ». Cela est l’occasion pour Plutarque de mettre en garde son lecteur contre les philosophes qui « chaque fois qu’ils veulent se défendre contre les paradoxes par d’autres paradoxes », le font « en forgeant, pour combattre les opinions surprenantes, des opinions encore plus inouïes et surprenantes » (923 F). Sans doute est-ce là l’annonce de la fable des Séléniens ainsi que du récit de Sylla.

9Au chapitre 19, Théon est évoqué comme féru de poésie concernant le sujet des éclipses de lune : capable de citer Mimnerme, Cydias, Archiloque, et en outre Stésichore et Pindare, et surtout Homère (931 E et F). Ce passage se situe juste avant la réduction (ou la généralisation ?) « par l’exactitude mathématique » à « l’argument clair et solide » de l’obscurcissement, valable à la fois pour le coucher du soleil (la nuit, ombre de la terre) et pour son éclipse (ombre de la lune), l’exactitude mathématique s’avérant ici plus unificatrice que calculatrice.

10Au chapitre 20 Théon intervient directement pour demander à Lucius l’exposé que celui-ci cherche à éluder, concernant l’explication des éclipses ; au ch. 24, il demande l’avis de l’assemblée sur l’existence de Séléniens, précise la définition du triple mouvement pour la lune (trioditis sélènè) : anomalie, révolution et spirale, avant de brosser un tableau assez humoristique de leur possible existence ; au ch. 25, il est remercié pour avoir « défroncé les sourcils » de ses compagnons de discussion, avec une belle plaisanterie, et pour avoir ainsi donné le feu vert à l’imagination audacieuse « sans crainte d’examens de compte tatillons ou sévères » ; puis il est interpellé à nouveau avant la reformulation de la complexité harmonieuse du mouvement lunaire.

11Voici enfin, vers le milieu du chapitre 25, ce que dit Lamprias, avant d’amener son auditoire à la conclusion étrange que la lune serait « l’unique terre, puisqu’elle se tient à égale distance des régions supérieures de là-haut et des régions inférieures d’ici-bas », autrement dit au milieu des extrêmes (manière encore d’introduire subrepticement au sens caché du récit de Sylla) : « je crains d’exciter à nouveau Pharnace, alors qu’il est tranquille, et de le provoquer, si je cite les marées de l’Océan comme ils (sc. les Stoïciens, entre autres Posidonius) le disent eux-mêmes, et les montées du niveau de l’eau qui déborde, parce que, sous l’influence de la Lune, la quantité d’eau augmente dans les bras de mer. C’est pourquoi je vais plutôt me tourner vers toi, mon cher Théon » (940A).

  • 7 Cf. R. Flacelière, Plutarque, Œuvres morales, VI, p. 42‑43, cité par Boulogne (1986), p. 53-54, n.  (...)
  • 8 La longue vie de Plutarque lui a permis d’être le précepteur d’Hadrien, gouverneur en Illyrie, puis (...)
  • 9 Cf. Delattre (2010a).
  • 10 Selon une tradition arabe, transmise par Al Nadîm et Al Qifti (Cf. B. Dodge, The Fihirst of Al-Nadî (...)
  • 11 Ce texte, aujourd’hui perdu, nous aiderait sans doute à mieux comprendre les raisons des modificati (...)
  • 12 En 146.3-4, p. 268 de notre traduction.
  • 13 Frappée sans nul doute par la proximité et la ressemblance des préoccupations arithmétiques et musi (...)
  • 14 Cf. Huisman (1984), article Théon, p. 2 770.
  • 15 Cf. Syntaxe mathématique (ou Almageste), IX 1, X 1 et 2. Il s’agit de quatre observations effectuée (...)
  • 16 L’éditeur et traducteur en latin de la partie III sur l’astronomie en 1849.
  • 17 C. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, I A-B, p. 502.
  • 18 Article Théon 14, RE, p. 2 068.
  • 19 Par ailleurs K. von Fritz ajoute que « de l’ouvrage conservé du philosophe se laisse déduire aussi, (...)

12Ce Théon, ami ou correspondant de Plutarque, est un personnage difficile à identifier, car il est un protagoniste de différents dialogues avec des rôles parfois tellement incompatibles qu’on a pu conclure à l’existence de plusieurs Théon différents7. J’ai écrit avec beaucoup de prudence, il y a douze ans, dans ma thèse sur Théon de Smyrne, que « rien n’interdit vraiment d’imaginer que les deux auteurs grecs se soient connus, au tout début du IIe siècle, et peut-être même se sont-ils fréquentés, car aucun texte, aucun document ne permet de l’infirmer ni non plus de le confirmer ». Or, en relisant notre traduction pour en prendre une vue d’ensemble, je ne peux m’empêcher de revenir sur la question, pour tenter d’argumenter avec plus de précision en faveur de l’identification de l’interlocuteur mis en scène par Plutarque dans le De facie8 avec Théon de Smyrne, auteur d’un long traité, Le recours au savoir scientifique pour lire Platon, selon la nouvelle traduction que je propose9 pour le titre du seul de ses ouvrages qui nous soit parvenu. Car Théon aurait aussi écrit10 des commentaires sur la République11 auxquels il se réfère lui-même12 en précisant qu’il y fait l’exégèse de ce que dit Platon dans le mythe d’Er. Comme, en réalité, on sait très peu de choses sur la vie et la personne de Théon de Smyrne, on ne trouvera guère d’arguments de ce côté, d’autant que les travaux sur lui sont peu abondants et se citent souvent les uns les autres. Janine Bertier13 signale, dans le Dictionnaire des philosophes14, que « les historiens l’identifient à l’observateur cité par Ptolémée15 pour des mesures sur Mercure et Vénus, effectuées entre 127 et 132 après J. C. ». Il aurait alors eu une pratique de l’astronomie suffisamment reconnue et sérieuse. Toutefois, Th. H. Martin16 conteste cette identification dans l’article « Astronomie » du Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines17, tandis que K. von Fritz18 dans la Real Encyklopädie se contente de suggérer que « l’identification n’est sans doute pas à soutenir avec une certitude absolue, mais qu’elle est néanmoins très probable » : dans la mesure où le mathématicien est nommé chez Ptolémée et chez son commentateur Théon d’Alexandrie sans précision de ville d’origine, cela signifierait, selon eux, qu’il était suffisamment célèbre pour qu’il n’y ait donc pas de confusion possible19.

Les rapprochements possibles avec l’écrit astronomique de Théon de Smyrne

13Reprenons chacune des interpellations ou des interventions de Théon dans le texte de Plutarque. Nous essaierons de la mettre en rapport avec l’ouvrage de Théon de Smyrne que nous connaissons. Soulignons tout de suite un fait remarquable. Lamprias cesse de « provoquer » Pharnace pour « se tourner » vers Théon, selon « la manœuvre pivotante de l’Académie », que Pharnace lui a justement reproché plus haut (ch. 6, 922 F) non sans humour (il faut imaginer, en effet, que pendant tout le début de notre texte le groupe discute en allant et venant, avant d’être explicitement invité, au ch. 24 (937 D), à s’asseoir « sur les bancs » et à bien s’installer). Cette manœuvre peut signifier pour le lecteur que Plutarque va changer de source, en l’occurrence préférer au traité de Cléomède, donnant accès aux théories de Posidonius, les écrits de Théon. Mais, dans la mesure où les Commentaires sur la République du dit Théon sont aujourd’hui perdus, il n’est pas possible d’apprécier si la fable des Séléniens correspondait simplement à une parodie divertissante ou bien à une interrogation effectivement formulée par Théon, car on ne trouve rien de tel dans la partie astronomique du traité de lui qui a été conservé.

  • 20 Trad. cit. p. 306 Delattre Biencourt (2010a).

14Il nous semble que le triple mouvement de la lune : anomalie, révolution et spirale, et sa complexité « harmonieuse » des ch. 24 et 25 trouvent un équivalent précis dans le traité de Théon de Smyrne, même si notre auteur n’y détaille et explique vraiment ce mouvement qu’à propos du soleil, sans le développer autant pour les autres astres errants. Voici ce qu’il dit de plus précis concernant le mouvement planétaire (dans lequel est inclus celui de la Lune) : « puisque [les planètes] paraissent être d’un côté emportées par le tout, du même mouvement du levant au couchant chaque jour, être d’un autre côté emportées en sens contraire, selon un déplacement suivant l’obliquité du zodiaque en allant vers les signes qui suivent, et enfin être mues aussi en latitude, puisqu’elles sont vues plus au Nord ou plus au Sud, et outre cela en hauteur et en profondeur puisqu’elles sont observées tantôt plus loin, tantôt plus près de la Terre, etc. » (179.6-1220).

  • 21 Trad. cit. p. 317. Théon de Smyrne ne précise pas de quel ouvrage d’Hipparque il se sert. Il ne sub (...)
  • 22 Il fait ainsi en même temps se mouvoir certains cercles et les astres, au lieu d’adopter une seule (...)
  • 23 Trad. cit. p. 318.

15La référence au célèbre astronome grec Hipparque est indéniable chez Théon de Smyrne : « Hipparque… (préfère) louer l’hypothèse selon l’épicycle comme étant la sienne propre, en disant qu’il ‘est plus probable que les êtres célestes soient disposés par rapport au milieu du monde, en équilibre et ajustés à lui d’une façon semblable’21 Mais lui aussi il suppose que l’épicycle de chaque astre errant est mû selon le cercle concentrique, tandis que l’astre est lui-même emporté selon l’épicycle22 » (188.15-2423).

  • 24 Trad. cit. p. 282 et 290.
  • 25 Elle pourrait s’interpréter comme une manière de prévenir le lecteur qu’on peut utiliser abondammen (...)

16Hipparque était bien une des références privilégiées de Théon, alors qu’il ne cite pas une seule fois Aristarque, tout en faisant un large usage de sa méthode de calcul « des distances et des tailles » (158.7-8 et 165.1524). La remarque de Lamprias est à ce propos assez troublante25, et il faudrait alors se demander pourquoi Plutarque ne cite ni Archimède (référence traditionnelle pour l’hypothèse héliocentrique d’Aristarque, comme pour l’évaluation des dimensions du cosmos) ni Ératosthène, source principale de Théon pour l’ordre et la position des planètes, comme pour la théorie des rapports, tout en gardant bien à l’esprit que le De facie ne nous est pas parvenu complet.

  • 26 L’effort pour concilier les hypothèses « selon l’excentrique » et « selon l’épicycle » et le résult (...)
  • 27 Trad. cit. p. 306-319.

17Le souci de « l’exactitude mathématique » au sens d’une généralisation unificatrice et simplificatrice (par exemple l’obscurcissement pris génériquement pour l’ombre de la nuit et pour celle de l’éclipse) est partout présent chez Théon, avec en particulier la recherche de modèles mécaniques, calculatoires et astronomiques26. Nous prendrons simplement l’exemple du mouvement de « révolution qui va et vient » des astres errants : l’anastrophê signifie que le mouvement se renverse ou se retourne ; cela correspond aussi bien aux solstices, qui sont les renversements ou retours du soleil (appelés tropai) qu’aux rétrogradations ou reculs des autres planètes (appelés anapodismoi). L’effort théorique de Théon de Smyrne pour généraliser le mouvement des astres errants l’amène à recourir à un seul terme générique pour évoquer les deux phénomènes à la fois (179.6-189.1827).

18Le fait d’arrêter le mouvement du ciel pour observer comment cela se passe mécaniquement et géométriquement, et l’importance accordée alors au mouvement en spirale, sont caractéristiques de la démarche astronomique de Théon de Smyrne, même si, encore une fois cela concerne surtout le soleil, sans que Théon ne s’attarde vraiment aux détails techniques du mouvement en spirale des autres astres. Les passages suivants illustrent bien ce point :

  • 28 Dans cette parenthèse à l’intérieur du texte du péripatéticien Adraste qu’il cite, Théon s’exprime (...)
  • 29 Trad. cit. p. 274.

« Cela deviendra évident, selon moi28, si, arrêtant le monde par la pensée, nous concevons que les astres errants sont mus sous le zodiaque, lui-même immobile par hypothèse ; car ainsi, leur mouvement n’apparaîtra plus s’accomplir d’une manière compliquée et irrégulière, mais au contraire bien réglée, ainsi que nous le faisons constater sur le mécanisme des sphères platoniciennes » (151-1-629).

  • 30 Trad. cit. p. 306.

« les planètes apparaissent par consécution être désormais mues de façon compliquée : du mouvement simple qui emporte les étoiles, mais à une vitesse qui n’est pas égale en fonction des lieux traversés ; et elles semblent décrire certains cercles excentriques, ou bien être mues en étant situées sur certains autres cercles, ou bien décrire certaines hélices, selon lesquelles les astronomes mathématiciens pensent qu’elles sont mues, en se laissant abuser par leur révolution qui va et vient » (179.1-630).

  • 31 Trad. cit. p. 315.

« ce ne sont pas des cercles que les planètes semblent décrire dans leur mouvement par consécution, mais des sortes d’hélices » (186.10-1231).

  • 32 Le double trajet diodos d’un parallèle à l’autre correspond à la révolution qui va et vient à trave (...)
  • 33 Les éphores étaient les magistrats spartiates, hauts responsables de la politique dans la grande ci (...)
  • 34 Les verbes employés pour qualifier l’activité de celui qui manipule les sphères mécaniques platonic (...)
  • 35 Trad. cit. p. 335-336.

« donc pour se déplacer à travers le zodiaque d’A en B, comme le mouvement qui les emporte ne s’effectue pas seulement selon une droite du zodiaque, mais aussi en cercle autour de la sphère fixe, c’est une hélice que les planètes décrivent dans le double trajet32 d’un cercle parallèle à l’autre, semblable à l’hélice des vignes ; tout comme si on enroule une lanière autour d’un cylindre d’une extrémité à l’autre, à la façon dont les éphores enroulaient autour de scytales laconiennes33 des lanières pour écrire leurs lettres. Mais les astres errants décrivent aussi une autre hélice, non seulement celle qui entoure un cylindre <d’une> extrémité à l’autre, mais encore celle qui <s’inscrit dans> un plan. Puisque, en effet, c’est éternellement que les planètes se déplacent d’un cercle parallèle à l’autre, et à l’inverse, de ce dernier au même, et que cela se produit de leur fait sans interruption et sans fin, si nous concevons34 que les cercles parallèles sont des droites prolongées indéfiniment, nous pourrons découvrir que les astres errants, cheminant entre elles dans le même sens, tantôt selon le trajet d’hiver, tantôt selon le trajet d’été, décrivent une hélice indéfiniment » (203.22-204.1635).

  • 36 Tout ce passage exégétique à propos des Sirènes est caractéristique des commentaires philosophiques (...)
  • 37 Sans doute Euripide, déjà cité en 48.3.
  • 38 Cf. Aristote, Du Ciel II 9, 290b15-291a6, où est exposée puis critiquée cette théorie pythagoricien (...)
  • 39 Trad. cit. p. 269.

19La fine connaissance des poètes parlant d’astronomie est manifeste dans l’ouvrage conservé de Théon, tout particulièrement (lorsqu’il cite longuement des extraits d’Alexandre l’Étolien) juste avant mais aussi juste après la version qu’il donne du texte platonicien du mythe d’Er, comme pour l’encadrer et la mettre en valeur : « Revenons aux cercles sur lesquels, selon Platon, sont installées des Sirènes36 : <quelques>-uns disent que ce sont là les planètes, s’appuyant sur le verbe seiriadzein [être ardent] ; en effet, c’est ‘de façon commune’, selon Adraste, que les poètes appellent tous les astres seirious [ardents], comme Ibycos : ‘brûlant, comme les seiria [astres] qui à travers la nuit, de loin, sont tous brillants’(frg. 3 Bergk = frg. 33 Page), et, c’est ‘de façon différenciée’, que certains désignent ainsi les astres brillants et éclatants, comme Aratos qui dit que la pointe du Chien seirian [est ardente], et comme le poète tragique37, à propos d’une des planètes : ‘Pourquoi donc cet astre-ci traverse-t-il le ciel, seirios [ardent] ?’ Selon d’autres encore, ce ne sont pas les astres eux-mêmes qui sont appelés Sirènes, mais, selon l’habitude pythagoricienne, les bruits et les notes harmonieuses et accordées, provoqués par leur déplacement38 et à l’origine d’une voix harmonieuse et unique » (146.8-147.639).

20Quant à l’intérêt pour l’explication des éclipses, il est présent dans l’ouvrage de Théon à la fin des explications qu’il dit lui-même emprunter au péripatéticien Adraste. Le sujet est rapidement traité en quatre ou cinq pages (193-198) placées sous l’égide d’Hipparque, deux fois cité : une première fois (194.9) pour la mesure, différente de celles des autres astronomes, qu’il a trouvée pour l’inclinaison de la trajectoire lunaire par rapport à l’écliptique, une seconde fois (197.9) pour l’évaluation (« par la méthode des tailles et des distances », c’est-à-dire celle d’Aristarque) des grandeurs comparées du soleil et de la terre (environ 1880 fois plus gros) puis de la terre et de la lune (27 fois environ).

21Enfin le « transport vers le milieu » est évoqué en des termes qu’on ne manquera pas de rapprocher du texte de Plutarque lequel se montre ainsi fort bien informé de la vulgate scientifique de son temps, aristotélicienne en l’occurrence :

  • 40 Trad. cit. p. 241-242. On passe de la constatation (en tous points) de l’aspect courbe (peripherês (...)

« Donc, si on la voit incurvée40 en tous points, alors la Terre sera sphérique.

  • 41 Les deux arguments qui suivent énoncent des considérations physiques et sont empruntés par Théon à (...)
  • 42 Voir Aristote, Du Ciel II, 14, 297a-b.
  • 43 Le terme rhopê est justement celui qu’Aristote utilise dans le traité Du Ciel II, 14, 297a28 et 297 (...)
  • 44 Voir Aristote, Du Ciel II, 14, 296b20 : « les lourds en mouvement vers la Terre ne vont point paral (...)
  • 45 C’est-à-dire, comme cela vient d’être dit, la verticale, en chaque point de la surface courbe.

De plus41, étant donné que les corps pesants sont portés par nature au milieu du tout, si nous concevions que certaines parties de la Terre, du fait de leur grandeur, se trouvent davantage éloignées de son milieu, il serait nécessaire que les plus petites, entourées par celles-ci, soient comprimées, vaincues par leur poids et repoussées loin du milieu42 jusqu’à ce que, s’éloignant également, acquérant une force égale et trouvant leur équilibre, toutes se stabilisent en repos, comme les athlètes qui s’affrontent et qui en sont au corps à corps, quand ils sont de puissance égale. “Or, puisque les parties de la Terre, partout sans exception, sont également éloignées du milieu, sa figure sera sphérique. Et de plus, puisque dans le cas des corps pesants, leur force pesante43 se porte partout vers le milieu, tous convergeant vers un seul point, et puisque chacun d’eux est emporté selon la verticale, c’est-à-dire en faisant des angles égaux44 par rapport à la surface de la Terre, de chacun des deux côtés de la ligne45 selon laquelle ils sont emportés” ; cela aussi révèle que la surface de la Terre est sphérique » (122.1-15).

22L’importance accordée à la théorie des proportions, aux manières de s’approcher de la moyenne géométrique grâce aux médiétés arithmétique et harmonique nous semble trouver son équivalent caricatural dans la conclusion que la lune serait milieu entre les extrêmes là-haut et ici-bas. Je ne résiste pas, de ce point de vue, au plaisir de citer un dernier passage de Théon de Smyrne :

  • 46 C’est-à-dire ceux qui font du Soleil le centre de la révolution de Vénus et Mercure. Impossible de (...)
  • 47 La localisation des puissances hormêtikê, orektikê, phantastikê, dianoêtikê de l’âme humaine dans l (...)
  • 48 Que le géocentrisme ait été conçu comme un « nombrilisme » par les Anciens eux-mêmes nous paraît im (...)
  • 49 Milieu géométrique abstrait (barycentre ?), comme il a été montré avec l’argument des pointes des g (...)
  • 50 Cf. Platon, Timée 34b : « au centre de ce corps il a placé une âme, il l’a étendue à travers le cor (...)
  • 51 Timée 36e.
  • 52 Trad. cit. p. 316-317.

« <On> pourrait d’ailleurs soupçonner que ce sont justement là la position et l’ordre vrais46, pour que cet endroit du monde, en tant que monde et être vivant, soit le lieu de sa vie, comme si le Soleil, très chaud en raison de son mouvement, de sa grandeur et de la révolution simultanée des astres autour de lui, était le cœur du tout. En effet, dans les êtres animés, le milieu du sujet, c’est-à-dire de l’être vivant en tant que vivant, est un, et celui de sa grandeur est autre, par exemple comme nous venons de le dire, dans notre cas à nous, en tant qu’hommes et êtres vivants, la région autour du cœur est le milieu de notre vie, toujours mû et très chaud, et pour cela principe de toutes les puissances de l’âme, par exemple puissance vitale et d’élan selon le lieu, de désir, d’imagination et de pensée47, tandis que le milieu de notre grandeur est différent, par exemple la région du nombril. Assurément c’est semblablement48 que dans le cas du monde tout entier, si on se représente à partir d’êtres éphémères contingents et mortels les êtres les plus grands, les plus dignes et divins, le milieu de son étendue49, c’est la région de la Terre, froide et immobile ; tandis que le milieu de sa vie de monde, à la fois en tant que monde et être vivant, c’est la région du Soleil qui est comme le cœur du tout d’où, à ce qu’on50 rapporte, son âme justement a commencé à se répandre à travers tout le corps, tendue qu’elle est à partir de ses limites51 » (187.13-188.752).

L’enjeu philosophique avoué du débat : « défroncer les sourcils »

  • 53 Epinomis 992b et Lois III 687e ; chez Plutarque : De facie ch. 24 (937 E) et 25 (938C). Voir notre (...)

23Faire le lien entre les physiciens anciens, les poètes et les mathématiciens, sans privilégier a priori l’une ou l’autre des approches ne va pas de soi. Mais, selon Lamprias, l’adoption de la forme « plaisante et en même temps sérieuse »53 est justement ce qui va jusqu’à nous inspirer l’audace de la réponse, « dès lors que nous ne nous attendons pas à un examen des comptes tatillon et sévère » (938C).

24De fait, il s’agit prioritairement d’accepter l’examen calme du possible et du contingent, sans adhérer forcément aux croyances, mais sans s’en agacer non plus parce qu’on n’y croit pas. Ainsi, ce n’est pas offenser les dieux que de considérer la lune comme étant une terre (critique de Cléanthe proposant d’intenter un procès en impiété à Aristarque, et critique du « transport vers le milieu »). À partir de cela, la lune ne peut plus être un mixte de feu et d’air, encore moins un mixte d’air et d’eau, car elle le serait en contradiction avec les phénomènes observables (critique des explications comparant le reflet de la lune aux reflets sur l’eau). C’est l’étude des éclipses qui permet de montrer définitivement que la lune est une terre (Posidonius lui-même le reconnaît, en parlant de l’ombre de la lune).

  • 54 La traduction par Amyot des Œuvres Morales de Plutarque fut publiée la première fois en 1572. Elle (...)

25D’après Amyot, le grand traducteur de Plutarque au XVIe siècle54, le De facie se caractérise surtout par des « spéculations gentilles et dignes de bons esprits ». Selon lui toujours, « Lucius soutient la thèse des Académiques qui présuppose que la Lune est faite de terre, et Plutarque dispute contre ceux qui donnent un centre au monde et à la Terre en abordant les thèmes suivants :

Centre et mouvement de l’univers.
Proportion du monde et de ses parties.
Illumination de la lune.
Réflexions et miroirs.
Éclipses.
Ombre de la terre.
Si la lune est un globe de feu.
Sa couleur.
D’où vient et comment se fait l’apparence de visage.
Si elle est habitée.
De sa nature et de ses effets.

26Fable tirée des poètes et physiciens anciens « pour adoucir et rendre plus recevable ce qui avait été dit de ceux qui habitent en la lune ».

  • 55 Cf. Œuvres morales et meslées de Plutarque …, tome 2, p. 912s.

27« En somme », précise Amyot, « ce traité fait preuve de la vivacité de l’esprit de notre auteur, pénétrant ainsi à travers et par-dessus toutes choses, desquelles s’il n’a toujours atteint l’exacte connaissance, il faut (ce semble) plutôt accuser la longueur du temps qui n’a permis que nous ayons ses livres entiers, que la suffisance d’un si grand cerveau » 55.

  • 56 Cf. Johannes Kepler, Gesammelte Werke XI, 2 éd. Bialas-Grössing (1993).
  • 57 De recta audiendi ratione 42B, dans Traités sur l’éducation. L’Art d’écouter, éd. Houpert Merly (19 (...)
  • 58 Voir Delattre (2010b), p. 95.

28Quant au grand astronome Képler, il a traduit avec curiosité et passion le De facie de Plutarque en latin56. Et ce n’est sans doute pas le moindre paradoxe, en effet, de ce traité « digne de bons esprits » que d’avoir pu intéresser autant les scientifiques que les littéraires. Nous terminerons notre étude des références astronomiques dans les parties dialoguées du De facie de Plutarque, étude qui a permis de mettre en évidence l’usage que ce dernier s’amusait et s’autorisait à faire de ses sources (en particulier des écrits de Cléomède et de Théon de Smyrne), par l’évocation d’un autre passage que nous proposons d’intituler « le plaisir du philosophe, comme chez le coiffeur »57. En sortant d’une leçon ou d’une conférence de philosophie, demandons-nous, conseille Plutarque, si notre âme a été dégagée ou allégée de quelque poids pénible ou désagréable, de la même manière qu’en nous levant du fauteuil chez le coiffeur, nous pouvons constater, en nous touchant la tête avec plaisir, la nouvelle apparence, dans le miroir, de notre visage que la coupe de cheveux a, d’un seul coup, rajeuni58

Notes

1 Voir ch. 24 (937 E) et Platon, Lois III 687e ; et aussi ch. 25 (938C). L’expression se rencontre aussi dans l’Epinomis en 992b.

2 Mais le même calcul pour un saros donnera 446 demi-lunaisons, chiffre tout aussi proche de 440.

3 Goulet (1980) ; voir Todd (1993), p. 4 n. 25.

4 Il en a existé deux traditions manuscrites différentes qui ont dû fusionner à partir du XIIIe siècle. Si la traduction latine d’E. Ziegler en donne une interprétation purement astronomique : Cleomedis De motu circulari corporum caelestium (Leipzig, 1891), à la fin du XXe siècle la tendance est plutôt d’entendre le titre Kuklikês theôrias meteôrôn en un sens spécifiquement scolaire : « théorie physique ordinaire » ou « élémentaire ». Mais dans leur traduction de 2004, A. Bowen et R. Todd ont choisi finalement de rendre Meteôra par The Heavens. Cléomède, pour sa part, appelle son propre écrit soit une introduction (118.4), soit un cours (168.20 ; 228.1). Là-dessus, voir Goulet (1980), p. 35 (note 1 de l’Introduction Générale) ; voir aussi la notice sur Cleomède dans Delattre-Pigeaud (2010), p. 1 378-1 380.

5 Geminos. Introduction aux Phénomènes, éd. G. Aujac Paris, 1975.

6 Contrairement à ce que propose Neugebauer (1975), p. 960, selon qui certains arguments astronomiques justifieraient de le situer plus tardivement : au IVe siècle.

7 Cf. R. Flacelière, Plutarque, Œuvres morales, VI, p. 42‑43, cité par Boulogne (1986), p. 53-54, n. 2.

8 La longue vie de Plutarque lui a permis d’être le précepteur d’Hadrien, gouverneur en Illyrie, puis prêtre d’Apollon en Béotie. L’éventualité d’une rencontre et d’une amitié entre les deux auteurs platoniciens est tout à fait envisageable, la qualification de « l’ami Théon » comme « égyptien », comme l’a aimablement fait remarquer Baudouin Decharneux, pouvant renvoyer simplement à un lieu de séjour ou d’étude de prédilection sans nécessairement qu’il s’agisse de son pays d’origine.

9 Cf. Delattre (2010a).

10 Selon une tradition arabe, transmise par Al Nadîm et Al Qifti (Cf. B. Dodge, The Fihirst of Al-Nadîm, New-York 1970, p. 614), Théon de Smyrne serait aussi l’auteur d’un ouvrage portant sur L’ordre de lecture des livres de Platon et les titres de ses ouvrages, dans lequel il affirmait que Platon lui-même organisait ses livres en groupes de quatre. Il y tentait, semble-t-il, de reconstituer l’ordre platonicien, en critiquant les tétralogies différentes proposées par Thrasylle et Dercyllide, lesquels sont ses principales sources médio-platoniciennes.

11 Ce texte, aujourd’hui perdu, nous aiderait sans doute à mieux comprendre les raisons des modifications apportées au texte de Platon dans la version transmise par Théon.

12 En 146.3-4, p. 268 de notre traduction.

13 Frappée sans nul doute par la proximité et la ressemblance des préoccupations arithmétiques et musicales de Théon de Smyrne avec celles de Nicomaque de Gérase.

14 Cf. Huisman (1984), article Théon, p. 2 770.

15 Cf. Syntaxe mathématique (ou Almageste), IX 1, X 1 et 2. Il s’agit de quatre observations effectuées en 127, 129, 130, et 132, et que Ptolémée attribue à Théon le mathématicien. Voir aussi Théon d’Alexandrie qui commente ce passage en nommant l’auteur de ces observations : Théon l’ancien.

16 L’éditeur et traducteur en latin de la partie III sur l’astronomie en 1849.

17 C. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, I A-B, p. 502.

18 Article Théon 14, RE, p. 2 068.

19 Par ailleurs K. von Fritz ajoute que « de l’ouvrage conservé du philosophe se laisse déduire aussi, indépendamment de tout le reste, une conversion progressive aux mathématiques exactes et à l’astronomie », dérive contre laquelle Théon met d’ailleurs son lecteur en garde.

20 Trad. cit. p. 306 Delattre Biencourt (2010a).

21 Trad. cit. p. 317. Théon de Smyrne ne précise pas de quel ouvrage d’Hipparque il se sert. Il ne subsiste plus aujourd’hui de l’œuvre du grand astronome grec qu’un Commentaire sur les Phénomènes d’Aratos, et une Description des constellations.

22 Il fait ainsi en même temps se mouvoir certains cercles et les astres, au lieu d’adopter une seule et même solution homogène : soit les cercles uniquement, selon le choix d’Aristote, soit les astres eux-mêmes, selon la préférence de Platon.

23 Trad. cit. p. 318.

24 Trad. cit. p. 282 et 290.

25 Elle pourrait s’interpréter comme une manière de prévenir le lecteur qu’on peut utiliser abondamment un auteur sans le citer nommément, ce qu’il se serait justement amusé à faire dans le De facie.

26 L’effort pour concilier les hypothèses « selon l’excentrique » et « selon l’épicycle » et le résultat en quoi consiste la « découverte du rapport de un à vingt-quatre » qui s’inverse d’une perspective à l’autre, correspondent au même plaisir théorique et quasi-démiurgique de « tout embrasser d’un seul regard » par le savoir astronomique.

27 Trad. cit. p. 306-319.

28 Dans cette parenthèse à l’intérieur du texte du péripatéticien Adraste qu’il cite, Théon s’exprime à la première personne du singulier (phemi), pour préciser un usage facile du mécanisme des sphères platoniciennes, afin d’éclairer le sens du texte d’Adraste, le modèle mécanique étant d’abord le support d’un travail conceptuel.

29 Trad. cit. p. 274.

30 Trad. cit. p. 306.

31 Trad. cit. p. 315.

32 Le double trajet diodos d’un parallèle à l’autre correspond à la révolution qui va et vient à travers le zodiaque (anastrophê), en particulier pour le Soleil, d’un tropique à un autre ; ce dont Héraclite, au VIe siècle avant notre ère, disait : "La route, montante descendante / Une et même" (fragment B LX dans Les Écoles présocratiques, éd. J.-P. Dumont, p. 80). Voir aussi le témoignage de Diogène Laërce (ibidem p. 51, fragment A 1) : « le changement est une route montante descendante, et l’ordonnance du monde se produit selon cette route ».

33 Les éphores étaient les magistrats spartiates, hauts responsables de la politique dans la grande cité belliqueuse. Leur mode original de communication écrite et d’encodage des messages rendaient ceux-ci impossibles à déchiffrer par l’ennemi, une fois les lanières (auxquelles le message écrit avait été confié) privées de leur support cylindrique d’un calibre tenu secret. La comparaison avec les scytales (bâtons pour messages) nous semble suggérer deux idées importantes : 1) le message secret qu’il faut apprendre à déchiffrer dans les boucles que les astres semblent dessiner sur la voûte céleste pose le problème de leur causalité seconde ou indirecte, grâce à la combinaison de cercles et de sphères, correctement « donnés en position et en grandeur » ; 2) l’inversion possible, et même la réversibilité (entre deux niveaux de visibilité et d’intelligibilité différents et solidaires) serait pour le philosophe médio-platonicien la caractéristique essentielle de la théorie astronomique.

34 Les verbes employés pour qualifier l’activité de celui qui manipule les sphères mécaniques platoniciennes sont « concevoir » (noein) et « découvrir » (heuriskein), activités essentiellement intellectuelles. La deuxième hélice ne se donne pas à voir comme une apparence ordinaire, c’est seulement par un effort intellectuel ou par un effet de la machine astronomique qu’il est possible d’en construire une représentation.

35 Trad. cit. p. 335-336.

36 Tout ce passage exégétique à propos des Sirènes est caractéristique des commentaires philosophiques des premier et deuxième siècles, riches de références multiples aux auteurs, poètes ou non, et soucieux d’interpréter les textes anciens un peu comme des « oracles ».

37 Sans doute Euripide, déjà cité en 48.3.

38 Cf. Aristote, Du Ciel II 9, 290b15-291a6, où est exposée puis critiquée cette théorie pythagoricienne.

39 Trad. cit. p. 269.

40 Trad. cit. p. 241-242. On passe de la constatation (en tous points) de l’aspect courbe (peripherês horomenê) de la Terre à la conclusion qu’elle est géométriquement sphérique (sphairikê) ; ce qui se « voit » seulement grâce à un raisonnement (theôreîtai) et ne peut apparaître en totalité à nos sens.

41 Les deux arguments qui suivent énoncent des considérations physiques et sont empruntés par Théon à l’abrégé d’Adraste l’aristotélicien, dont il se sert explicitement pour construire son exposé d’astronomie.

42 Voir Aristote, Du Ciel II, 14, 297a-b.

43 Le terme rhopê est justement celui qu’Aristote utilise dans le traité Du Ciel II, 14, 297a28 et 297b7 et b13.

44 Voir Aristote, Du Ciel II, 14, 296b20 : « les lourds en mouvement vers la Terre ne vont point parallèlement, mais forment des angles égaux (pros homoias gonias) ; ils vont vers un point unique, le centre, qui est aussi celui de la Terre ».

45 C’est-à-dire, comme cela vient d’être dit, la verticale, en chaque point de la surface courbe.

46 C’est-à-dire ceux qui font du Soleil le centre de la révolution de Vénus et Mercure. Impossible de nier que l’héliocentrisme est proposé ici comme possible. Toutefois ce sont des considérations plutôt biologiques et psychologiques qui en constituent la justification et non des exigences musicales, astronomiques ou même technologiques.

47 La localisation des puissances hormêtikê, orektikê, phantastikê, dianoêtikê de l’âme humaine dans la région du cœur est d’inspiration stoïcienne, cf. par exemple SVF III 169 (= Long-Sedley II, p. 346) ; SVF III 464 ; SVF III, Diogène de Babylone fr. 29 (= Long-Sedley, II, p. 348) et SVF II 886 (= Long-Sedley II, p. 523) ; elle est peu conforme à la tripartition de l’âme platonicienne.

48 Que le géocentrisme ait été conçu comme un « nombrilisme » par les Anciens eux-mêmes nous paraît important à remarquer, et ce texte de Théon de Smyrne est fort précieux de ce point de vue, en nous faisant découvrir quels types d’arguments ont appuyé l’héliocentrisme dès l’Antiquité, et lui ont donné une dimension essentiellement religieuse et philosophique. Peut-être les savants mathématiciens et astronomes, hellènes puis arabes, l’ont-ils si facilement rejeté ou négligé pour cette raison, eux qui recherchaient inlassablement l’explication la plus simple et cohérente, susceptible de « sauver » géométriquement ou techniquement les phénomènes observables. Voir Brague (1990).

49 Milieu géométrique abstrait (barycentre ?), comme il a été montré avec l’argument des pointes des gnomons au début de l’exposé d’astronomie : 128.7-11, trad. cit. p. 249.

50 Cf. Platon, Timée 34b : « au centre de ce corps il a placé une âme, il l’a étendue à travers le corps tout entier et même au-delà et il l’en a enveloppé » (trad. L. Brisson) ; et 36e : « Alors l’âme, étendue depuis le milieu jusqu’à la périphérie du ciel qu’elle enveloppait circulairement de l’extérieur… ». Il peut s’agir aussi des Pythagoriciens : d’aucuns proposeront le pseudépigraphe Timée de Locres (De l’âme du monde et de la nature 3, 96a).

51 Timée 36e.

52 Trad. cit. p. 316-317.

53 Epinomis 992b et Lois III 687e ; chez Plutarque : De facie ch. 24 (937 E) et 25 (938C). Voir notre étude de la manière dont Théon cite Platon dans les seize premières pages de son écrit, trad. cit. p. 372.

54 La traduction par Amyot des Œuvres Morales de Plutarque fut publiée la première fois en 1572. Elle fut plusieurs fois rééditée, et on la retrouve par exemple dans Les Œuvres morales et meslées de Plutarque translatées du grec en françois, revuës et corrigées en plusieurs passages par le translateur [Jacques Amyot], éd. Antoine de Harsy, 2 tomes en 1 vol., Lyon, 1587. Montaigne fait un éloge enthousiaste d’Amyot traducteur, cf. Les Essais, II, 4 : « Nous autres ignorans estions perdus, si ce livre (les Œuvres Morales de Plutarque) ne nous eust relevez du bourbier ». La lecture de Plutarque dans la traduction d’Amyot eut une influence capitale sur Les Essais.

55 Cf. Œuvres morales et meslées de Plutarque …, tome 2, p. 912s.

56 Cf. Johannes Kepler, Gesammelte Werke XI, 2 éd. Bialas-Grössing (1993).

57 De recta audiendi ratione 42B, dans Traités sur l’éducation. L’Art d’écouter, éd. Houpert Merly (1995).

58 Voir Delattre (2010b), p. 95.

Auteur

HALMA-IPEL –  UMR 8164 (CNRS, Lille 3)

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search