Version classiqueVersion mobile

Le visage qui apparaît dans le disque de la lune

 | 
Alain Lernould

Sur le visage qui apparaît dans le disque de la Lune

Note de l’éditeur

Ce texte est la traduction du texte grec qui figure en regard dans la version imprimée.

Texte intégral

  • 1 La majorité des éditeurs jugent que le texte est mutilé. Contre la thèse de la mutilation, voir Wil (...)
  • 2 Cherniss lit : Ho Sullas taûta eipe. « tôi gar emôi mutôi prosêkei kakeîthen esti » et traduit : «  (...)
  • 3 Il s’agit du mythe eschatologique conclusif.
  • 4 Tout ce début est très obscur. Le texte que nous lisons : « ei deî ti … prosanakrousasthai … puthes (...)
  • 5 Prosanakrousasthai, métaphore nautique, littéralement : « culer ». Avant d’aborder le mythe, auquel (...)
  • 6 « Opinions » (doxai) a bien sûr le sens ici de « doctrines », qui constituent le matériau propre de (...)
  • 7 Nous mettons une majuscule aux planètes, qui pour les Anciens (à l’exception des philosophes matéri (...)

11. <….>1 Sylla répondit : ces choses ont certes2 un rapport avec mon mythe3 et c’est de là qu’il provient. Mais je crois que j’aimerais d’abord savoir s’il faut4 faire marche arrière5 et reprendre les opinions6 courantes que tout le monde a à la bouche au sujet du visage de la Lune7.

  • 8 C’est le narrateur qui parle, Lamprias.
  • 9 Epadein heautoîs : de la même manière Socrate dans le Phédon dit du mythe qu’il vient d’exposer qu’ (...)
  • 10 C’est de manière analogue que Kant dira que l’homme de science se tourne vers le sens commun quand (...)

2— Comment ne le ferions-nous pas, dis-je8, puisque nous avons été poussés vers d’autres opinions à cause des apories posées par ces opinions courantes ? En effet, de même que, dans le cas de maladies chroniques, les gens renoncent aux remèdes communs et aux régimes habituels et se tournent vers les purifications, les amulettes et les songes, de même est-il nécessaire, dans des questions qui échappent à notre compréhension et sont insolubles, lorsque les explications communément admises et habituelles ne sont pas convaincantes, d’essayer des voies en dehors des sentiers battus et, sans mépriser les explications des anciens, d’en faire au contraire pour soi-même comme des incantations9 et d’éprouver ainsi la vérité par tous les moyens10.

  • 11 Pour Platon la vision s’explique par une combinaison du rayon visuel avec la lumière du jour, cf. T (...)
  • 12 Chez Platon l’éblouissement résulte de la destruction du rayon visuel par une lumière extérieure tr (...)
  • 13 Sur Empédocle, philosophe présocratique du Ve s. av. J.-C., auteur de deux poèmes : De la nature et (...)

32. Tu vois, en effet, immédiatement qu’il est absurde de dire que la figure qui apparaît dans la Lune provient d’une affection du rayon visuel11 qui, par faiblesse, recule sous l’effet de la brillance—c’est ce que nous appelons <éblouissement>12—, sans voir que le phénomène devrait plutôt se produire sous l’action du Soleil, qui nous frappe de manière aiguë et violente (c’est ainsi qu’un passage d’Empédocle13 aussi rend avec bonheur la différence entre les deux,

  • 14 Fr. 31 B 40 D-K (= 360 Bollack qui lit : oxumelês : « qui darde ses membres »).

Le Soleil aux traits aigus et la Lune douce14

4exprimant ainsi ce qu’elle a de séduisant, d’apaisant, de bienfaisant). En plus, cette explication ne rend pas compte de la raison pour laquelle les rayons visuels émoussés et faibles ne voient dans la Lune aucune différence de forme ; au contraire, son disque leur renvoie un éclat lisse et plein, alors que ceux qui ont une vue perçante et forte discernent mieux ses détails et distinguent les aspects du visage parce que leur modelage forme un relief, et ils ont une perception plus claire de ces différences d’aspect.

  • 15 Agésianax (ou Hégésianax) d’Alexandrie (IIsiècle av. J.-C.) est un poète, grammairien et historie (...)

5À mon sens, il faudrait que ce soit le contraire, si c’était justement une affection donnant le dessous à l’œil qui produisît la représentation : plus la vue affectée serait faible, plus net serait ce qui lui apparaît. Et l’irrégularité de la Lune aussi réfute complètement cet argument. Car ce n’est pas la vue d’une ombre discontinue et confuse qui s’offre à nous ; c’est au contraire ce qu’Agésianax15 a décrit d’une manière qui n’est pas mauvaise lorsqu’il a dit :

Elle brille d’un éclat de feu tout autour d’elle, mais en son milieu

Plus clair que le bleu-sombre se font voir comme un œil de vierge

  • 16 Fr. 1 Powell (1925). Sur ces couleurs (kuanos, bleu-sombre, glaukos, bleu-gris) cf. Tim. 68c

Et un front humide ; à la voir on dirait un visage16.

  • 17 Il intervient au chapitre 16 (928 E).
  • 18 Fr. 97 Wehrli (1948), p. 417s. Cléarque de Soles (île de Chypre) - IIIe s. av. J.-C.- est un discip (...)
  • 19 Allusion à la discussion antérieure.
  • 20 Le fondateur du Lycée à Athènes en 355. Aristote (384-322 av. J.-C.), né à Stagire en Chalcidique ( (...)

6En réalité, les parties d’ombre soulignent les zones claires qu’elles entourent et, à leur tour, elles sont enfermées et découpées par des parties claires, et parties claires et parties sombres sont complètement entrelacées, si bien que la figure esquissée ressemble à un dessein. Aussi, Aristote17, cette critique formulée également contre votre Cléarque18 n’était pas, semble-t-il19, sans convaincre. Car ce dernier est l’un des vôtres, lui qui fréquenta Aristote l’Ancien20, même s’il détourna une bonne part de l’enseignement péripatéticien.

73. Apollonidès prit alors la parole et demanda quelle était l’opinion de Cléarque.

  • 21 Cf. Lucien, Icaroménippe, 20 ; Aétius, 2, 30, 1.
  • 22 Il faut construire pollachothen avec anaklômenê (comme le fait Képler : nam et radius visorius, ref (...)
  • 23 Lorsqu’on se trouve entre le soleil (dans notre dos) et un nuage (que l’on regarde devant nous), la (...)
  • 24 Autrement dit la mer extérieure, en tant qu’elle est vue sur la Lune, est vue seulement indirecteme (...)

8— Tu es bien, dis-je, la dernière personne à laquelle il conviendrait d’ignorer un raisonnement qui prend pour origine le foyer de la géométrie. Cet homme dit, en effet, que ce qu’on appelle le visage qui apparaît dans la Lune consiste en images vues comme dans un miroir, car il s’agit de reflets, sur la Lune, de la grande mer21. En effet le rayon visuel, par nature, quand il est réfléchi depuis beaucoup d’endroits22, atteint des choses qui ne sont pas vues en vision directe, et la pleine Lune est elle-même le plus beau et le plus pur de tous les miroirs, par sa régularité et sa brillance. De la même manière que vous pensez que c’est parce que le rayon visuel est repoussé vers le Soleil que l’arc-en-ciel se voit dans un nuage où l’humidité, en toute immobilité, s’est faite lisse et condensée23, ainsi pour Cléarque la mer extérieure se voit-elle dans la Lune, c’est-à-dire non pas à la place où elle se trouve réellement24, mais là où la réflexion produit le contact entre le rayon visuel et la mer et donc le reflet de celle-ci. Ainsi Agésianax, de nouveau, dit quelque part :

Là où la grande vague de l’océan qui se soulève à l’opposé

  • 25 Frag. 2 Powell.

Apparaît en une reproduction dans un miroir embrasé25.

94. Apollonidès, sous le charme, dit :

10— Comme est personnel et absolument original le montage de cette opinion ; elle est d’un homme qui ne manque pas d’audace, ni d’inspiration ! Mais par quel chemin conduis-tu ta réfutation contre elle ?

  • 26 Cf. Strabon, 1, 1, 8. Géographe grec (64 av. J.-C. – 24 apr. J.-C.), grand voyageur, il visita les (...)
  • 27 « Vous », i.e. les mathématiciens.
  • 28 Référence à la théorie des excentriques, par laquelle Hipparque explique le mouvement de la Lune.
  • 29 Hipparque était un astronome et un mathématicien grec du IIsiècle av. J.-C. et non pas un physici (...)
  • 30 La notion de « crase » (krasis) ou « mixture » désigne chez les Stoïciens un mélange particulier in (...)
  • 31 Théorie de Platon, cf. Timée 45c ; Aétius, 4, 13, 11.
  • 32 Cf. Adv. Coloten, 1112 C et Aetius, IV, 13, 1.
  • 33 « Nous », les Académiciens, pour qui la Lune est de nature terreuse.
  • 34 Opinion de l’Académie. Cf. infra, 923A, 926C, 928C, 931A-B.
  • 35 « Vous », c’est-à-dire, les Péripatéticiens, pour qui la Lune est un corps éthérée.
  • 36 En lisant ê ê Pohlenz (1955).

11— D’abord, dis-je, par celui-ci : la mer extérieure est une réalité unie, une haute mer où les flots forment un ensemble homogène26, alors que l’apparence constituée de taches noires dans la Lune n’est pas unie, mais présente comme des isthmes, où la partie brillante divise et délimite la part d’ombre. Dès lors, chaque endroit étant séparé et ayant sa limite propre, les superpositions des parties lumineuses sur les parties d’ombre prennent l’apparence de hauteurs et de creux et modèlent des images qui ressemblent tout à fait à des yeux et des lèvres. En conséquence, ou bien il faut concevoir plusieurs mers extérieures isolées par des isthmes et des continents, ce qui est une absurdité et une erreur, ou bien, si la mer extérieure est unie, penser qu’il n’est pas plausible qu’elle apparaisse comme une image aussi éclatée. À coup sûr, il est moins risqué en ta présence de procéder par interrogations que par assertions : bien que la Terre habitée ait une longueur et une largeur, est-il possible, par Zeus, que tout rayon visuel réfléchi depuis la Lune atteigne partout de la même façon la mer, et pour ceux qui naviguent dans la grande mer, et pour ceux qui l’habitent, comme les Bretons, et cela même si la Terre, comme vous le dites27, n’est pas le centre de l’orbite de la Lune 28 ? Eh bien, ajoutai-je, ceci c’est à toi de l’examiner, mais la réflexion du rayon visuel, que ce soit en relation avec la Lune, ou de façon générale, ce n’est plus ni ton affaire, ni celle d’Hipparque29. Certes, cet homme travaillait beaucoup, mais peu ont adhéré à ses explications physiques du rayon visuel lui-même, dont il est vraisemblable qu’il relève plus d’un mélange30 homogène et d’une coalescence31 que de chocs et de rebonds du genre de ceux qu’Épicure a inventés pour les atomes32. Il ne plaira pas, je crois, à Cléarque de supposer avec nous33 que la Lune est un corps compact et solide34 ; il dira, comme vous le dites35, qu’elle est un astre éthéré et porteur de lumière ; mais une telle Lune (sc. éthérée) doit soit briser le rayon visuel soit le détourner36, si bien que c’en sera fait de la réflexion. Mais si quelqu’un s’oppose à nous, nous lui demanderons comment il se fait que le reflet de la mer forme un visage seulement dans la Lune et qu’il n’est visible dans aucun des multiples autres astres. Certes, la recherche de la vraisemblance réclame que le rayon visuel soit affecté d’une même manière soit par tous les astres, soit par aucun. Mais laissons cela et toi, dis-je en regardant Leukios, rappelle-nous laquelle de nos thèses a été formulée la première.

125. Et Leukios de dire :

  • 37 Pour les Stoïciens, la Lune est un mélange d’air et de feu. Voir Aétius, 2, 25, 5. Cf. Philon d’Ale (...)

13— Eh bien, de peur que nous ne donnions l’impression de complètement traîner Pharnakès dans la boue, en passant ainsi par-dessus la doctrine stoïcienne sans lui adresser la parole, dis à tout prix quelque chose à notre homme, qui suppose que la Lune est un mélange d’air et de feu doux37, puis affirme que c’est parce que l’air devient noir, comme lorsqu’un frissonnement parcourt la surface d’une mer calme, que prend naissance l’apparition d’une sorte de forme.

  • 38 Lamprias, qui est proche du Lycée (cf. Plutarque, Propos de Table 2, 2, 635 A-B) sans être un secta (...)
  • 39 Probablement Plutarque lui-même (cf. Cherniss [1957], p. 48, note a). Allusion à la discussion anté (...)
  • 40 Raillerie contre les allégories stoïciennes.
  • 41 Cf. SVF, 2, p. 212, 38-39 ; et 3, p. 217, 12-13.
  • 42 Pour cette assimilation, voir Plutarque, Isis et Osiris, 354 C, 372 D et 376 A, où Isis est identif (...)
  • 43 Voir Homère, Odyssée, 23, 330 ; 24, 539.
  • 44 Cf. Héraclite, Allégories d’Homère § 26 Buffière (1962, CUF), en part. la section 10. Auteur probab (...)
  • 45 Il s’agit de l’éther stoïcien, une sorte de feu qui n’a rien à voir avec la cinquième essence d’Ari (...)
  • 46 Cf. Plutarque, De primo frigido 951 D, 952 B, 953 D – 954 A.
  • 47 Cf. les météorites.
  • 48 Celui des balles de fronde ? Sur la froideur du plomb, cf. Plutarque, Propos de Table, 6, 5, 961 B.
  • 49 Cf. Aristote, Du ciel, 289 a 19-32 ; Météorologiques, 341 a 17-19.
  • 50 Les Stoïciens.
  • 51 Fr. 31 A 60 D-K.
  • 52 Les Platoniciens.
  • 53 Lamprias s’adresse à Pharnakès et aux Stoïciens.
  • 54 Voir Chrysippe, frag. 570 (SVF 2, p. 178, 20-22) ; cf. De primo frigido 952 F.
  • 55 Selon la théorie stoïcienne.

14— Tu es bien bon, Leukios, dis-je38, d’envelopper d’euphémismes une absurdité. Ce n’est pas ce que faisait notre compagnon39 ; il disait, en revanche, et précisément c’était vrai, que les Stoïciens donnent à la Lune des yeux au beurre noir en la remplissant de bleus et de taches noires40 ; ils l’invoquent comme Artémis41 et Athéna42, et en même temps ils font d’elle une mixture et une bouillie d’air sombre et de feu charbonneux, la privant du pouvoir de s’allumer d’un éclat propre et la réduisant à un corps indistinct, parce qu’il ne cesse de fumer, et calciné à l’instar des manifestations de la foudre qui sont dépourvues de lumière et que les poètes43 qualifient de foudres fumantes. Cependant, qu’un feu charbonneux, tel que celui dont serait constituée, selon eux, la Lune, ne peut se maintenir et n’offre absolument pas de consistance, à moins de s’emparer d’une matière solide et en même temps protectrice et nourrissante, c’est ce que voient d’un seul coup d’œil, mieux que quelques-uns des philosophes à mon avis, ceux qui disent en plaisantant qu’Héphaïstos doit sa réputation de boiteux au fait que sans le bois le feu n’avance pas, tout comme les boiteux sans bâton44. Eh bien donc, si la Lune est un feu, d’où l’air présent en elle lui provient-il en si grande quantité ? Car ce lieu d’en haut qu’emporte un mouvement circulaire n’est pas celui de l’air, mais celui d’une substance supérieure et dont la nature est de tout raréfier et embraser. Or, si l’air y a pris naissance, comment se fait-il qu’il n’ait pas changé d’espèce pour se transformer sous l’effet du feu en éther45, et qu’il se conserve et cohabite si longtemps avec le feu, comme s’il avait été ajusté définitivement par des clous aux mêmes parties et leur avait été chevillé ? Comme il est peu dense et dans un état confus, ce qui lui convient, ce n’est pas de rester en place mais d’être instable, et il lui est impossible d’obtenir une certaine densité s’il est mêlé à du feu et s’il ne prend pas part à l’humide et à la terre, seuls éléments qui provoquent naturellement une densification de l’air46. Et la vitesse aide à enflammer l’air contenu dans la pierre47 aussi bien que celui que contient le plomb froid48, à plus forte raison celui que contient le feu qui tournoie avec une si grande rapidité49. De fait, ils50 en veulent à Empédocle51 parce qu’il représente la Lune comme un glaçon composé d’air et semblable à de la grêle qu’enveloppe la sphère du feu, tandis qu’eux-mêmes ils affirment que la Lune, qui est une sphère de feu, contient un air qui est répandu sur elle ici et là —et cela, sans que la Lune ait en elle ni déchirures, ni profondeurs ou creux, à l’opposé de ce que précisément admettent ceux52 qui la représentent terreuse—, et cet air reste évidemment posé sur la surface convexe de la sphère. Cela est aussi bien absurde quant à ce maintien de l’air sur la Lune qu’impossible quant à ce qu’on voit pendant les pleines lunes. En effet, il ne fallait pas faire une distinction entre un air noir et un air ombreux, mais dire que l’air est obscurci quand il est caché, ou qu’il brille tout entier de manière égale lorsque la Lune est rattrapée par le Soleil. De fait, chez nous aussi, l’air contenu dans les profondeurs et les creux de la Terre où ne pénètre pas l’éclat du Soleil se maintient ombreux et privé de lumière, tandis que celui qui est répandu à l’extérieur sur la Terre s’illumine et prend une coloration brillante ; en effet, il peut, du fait de sa subtilité, s’imprégner parfaitement de toute qualité, mais surtout, s’il touche, ne serait-ce qu’en l’effleurant comme vous dites53, la lumière et entre en contact avec elle, alors entièrement transformé il s’illumine54. Ce même phénomène semble donc joliment venir au secours aussi de ceux qui poussent l’air de la Lune dans des profondeurs et des ravins, et vous réfute complètement, vous qui, je ne sais comment, faites de sa sphère un mélange c’est-à-dire un composé d’air et de feu. Car il n’est pas possible55 dans ce cas que subsiste une ombre sur sa surface chaque fois que le Soleil éclaire de sa lumière tout ce qui de la Lune tombe dans le champ de notre vision.

156. Et Pharnakès, alors que j’étais encore en train de parler, de dire :

  • 56 Plainte assez fréquente chez les interlocuteurs de Socrate. Cf. Platon, République 336c ; Xénophon, (...)

16— Voici que nous sommes à nouveau rattrapés par cette manœuvre pivotante56 de l’Académie ! Chaque fois qu’ils débattent avec d’autres, ils ne fournissent pas de preuve de ce qu’ils avancent eux-mêmes, mais s’arrangent toujours pour que leurs interlocuteurs aient à se défendre, et ils évitent ainsi d’être attaqués. Eh bien moi, vous ne m’amènerez pas aujourd’hui à justifier les Stoïciens en répondant aux accusations que vous leur adressez avant que vous n’ayez rendu des comptes pour avoir mis le monde sens dessus dessous. Et Leukios d’éclater de rire en disant :

  • 57 Aristarque de Samos, mathématicien et astronome grec du IIIsiècle av. J.-C. (élève de Straton de (...)
  • 58 I.e. les Néo-Académiciens.
  • 59 Conformément à la position sceptique de la Nouvelle Académie.
  • 60 Position de l’Académie, pour qui la Lune est un corps terreux.
  • 61 Les Stoïciens. Voir SVF, 2, frag. 555, p. 175, 36 sqq.
  • 62 C’est l’avis de Poseidonios. Mais, sur ce point, il est minoritaire dans l’École du Portique. Cf. A (...)
  • 63 Cf. Cléomède, 2, 1, p. 146.18ss. Ziegler.
  • 64 Cf. Cléomède, 2, 2, p. 170.11ss. ; Posidonius, fr. 9 et 116 Edelstein-Kidd ; Théon de Smyrne, p. 19 (...)
  • 65 Les grammairiens et les physiciens.
  • 66 Cf. e.g.Iliade 10, 394 ; Odyssée 12, 284. L’adjectif thoos signifie « rapide » et « pointu ». C’est (...)
  • 67 Cf. La Disparition des oracles 410 D.
  • 68 Cf. Plutarque, De animae procreatione in Timaeo 1028 D (trad. anglaise, Cherniss, Loeb, vol XIII, p (...)
  • 69 Prométhée enchaîné 351-2.

17— Seulement, mon cher, ne va pas nous intenter un procès d’impiété à la façon de Cléanthe, qui pensait que les Grecs devaient citer en justice pour impiété le Samien Aristarque57 sous prétexte qu’il déplaçait le foyer du monde, parce que cet homme avait essayé de sauver les phénomènes en faisant l’hypothèse que le Ciel est immobile tandis que la Terre tourne (sc. autour du Soleil) le long de l’écliptique, tout en tournant aussi autour de son propre axe ! Pour notre part, assurément, nous58 ne nous soutenons aucune opinion qui nous soit propre59, mais ceux dont l’hypothèse est que la Lune est une Terre60, excellent homme, en quoi mettent-ils la Terre sens dessus dessous plus que vous61, qui l’installez là, suspendue dans l’air, alors qu’elle est bien plus grande que la Lune62, comme le montrent les mathématiciens63 en évaluant la taille de celle-ci par le temps de sa disparition lorsqu’elle subit des éclipses et qu’elle traverse l’ombre de la Terre ? En effet, que l’ombre de la Terre soit plus petite dans son extension sous l’effet de la source lumineuse qui est plus grande64 et que la partie supérieure de l’ombre elle-même soit ténue et étroite, voilà qui n’a même pas échappé à Homère, comme ils disent65 : en effet, il a qualifié la nuit de « pointue » 66 à cause du caractère effilé de l’ombre67. Cependant, quand elle est saisie par cette partie supérieure de l’ombre lors des éclipses, la Lune se dégage au bout d’un parcours de pas tout à fait trois fois sa taille. Examine bien combien de Lunes fait la Terre si elle projette déjà une ombre large de trois Lunes68, là où cette ombre est la plus petite. Pourtant, au sujet de la Lune vous avez craint qu’elle ne tombe, tandis que, en ce qui concerne la Terre, sans doute Eschyle69 vous a convaincus qu’Atlas

Se tient debout, colonne du Ciel et de la Terre,

Supportant sur ses épaules un fardeau qui n’est pas facile à tenir dans les bras.

  • 70 Fr. 88, 5 Bergk = 88, 7 Schroeder (editio minor, Leipzig, BT, 19142, p. 301). Cf. Puech (1923), p.  (...)
  • 71 Générique désignant les populations au visage brûlé par le Soleil ou aux yeux de braise (autre sens (...)
  • 72 Habitants d’une île identifiée avec l’île de Ceylan. Cf. Strabon, 2, 1, 14 et 15, 1, 14 ; Pline, Hi (...)

18Ou encore, tandis qu’un air léger court sous la Lune sans être suffisamment ferme pour supporter une masse solide, pour ce qui est de la Terre ce sont, selon Pindare70, des colonnes chaussées d’acier qui l’enserrent, et c’est pour cela que Pharnakès lui-même ne s’inquiète pas de la chute de la Terre, tandis qu’il plaint les Éthiopiens71 ou les Taprobanes72, qui se trouvent sous le déplacement de la Lune, à l’idée qu’un tel poids puisse tomber sur eux.

19Et assurément ce qui aide la Lune à ne pas tomber, c’est son mouvement même et la précipitation sifflante de sa révolution, comme tous les projectiles placés dans les frondes sont empêchés de tomber à terre par leur révolution circulaire : en effet, c’est le mouvement conforme à la nature qui mène chaque chose, à moins qu’il ne soit détourné par quelque autre chose. C’est pourquoi la Lune n’est pas entraînée par son poids ; ce dernier ne peut en effet, du fait du déplacement circulaire de la Lune, entraîner la chute de celle-ci ; peut-être y aurait-il plutôt de quoi s’étonner si elle était totalement stable comme la Terre et qu’elle fût immobile. La Lune a donc une raison majeure de ne pas être emportée ici-bas, tandis que pour ce qui est de la Terre, qui n’a pas part à un autre mouvement, il serait vraisemblable qu’elle se meuve par son seul poids. D’ailleurs elle est plus lourde que la Lune, non pas tant en proportion de sa grandeur, mais plus encore parce que justement celle-ci est devenue légère à cause de la chaleur et de l’embrasement.

  • 73 Cf. Sénèque, Questions Naturelles 7, 1, 7.
  • 74 Pour cette image de « racine de la Terre », cf. Hésiode, Théogonie 728 ; Eschyle, Prométhée enchaîn (...)

20En somme, il semble, à partir de ce que tu dis, que ce soit plutôt la Lune, si elle est un feu, qui manque de terre c’est-à-dire d’une matière qui lui confère une assise, quelque chose à quoi adhérer, une consistance, quelque chose qui entretienne son caractère igné. Car il n’est pas possible de concevoir un feu qui se conserve sans matière73. Vous, au contraire, vous affirmez que la Terre demeure immobile, sans base ni racine74.

  • 75 C’est-à-dire le centre du monde.
  • 76 Les Stoïciens ont adopté la théorie aristotélicienne des lieux naturels. Voir SVF 2, p. 195, frag. (...)

21— Absolument, dit Pharnakès, puisqu’elle occupe le lieu approprié et naturel qui est précisément pour elle, le milieu75. En effet, ce milieu est le point contre lequel tous les corps pesants viennent s’appuyer dans leur tendance à tomber, vers lequel ils se portent et convergent de tous côtés. Quant à la région d’en haut dans sa totalité, même si une chose terreuse, lancée violemment vers le haut, y est accueillie, elle la rejette aussitôt ici-bas, ou plutôt elle la laisse aller là où l’inclination propre à cette chose l’incite à tomber76.

227. Sur ce point, moi qui voulais que Lucius eût du temps pour rappeler ses idées, j'interpellai Théon : lequel des poètes tragiques, lui demandai-je, a dit que les médecins

purgent la bile acide avec d'acides remèdes ?

  • 77 Fr. 770 Nauck2 = fr. 854 Kannicht (dans : Radt, 1977). Cf. Plutarque, Le contrôle de la colère 463  (...)
  • 78 Critique de l’idée péripatéticienne et stoïcienne selon laquelle la sphéricité de la Terre est une (...)
  • 79 Cf. Lucrèce, De la nature I, 1052-1067 ; Plutarque, Sur les contradictions stoïciennes 1050 B.
  • 80 Cf. Aristote, Du Ciel 296b18-21 et 297b17-21. Les corps lourds ne tombent pas vers la terre parallè (...)
  • 81 Tels ceux que rejettent les volcans en éruption.
  • 82 Un talent équivaut à environ 30 kg.
  • 83 Cf. Lucrèce, De la nature VI, 536-550 ; Sénèque, Questions naturelles VI, 22, 2.
  • 84 En corrigeant apopristhenta du texte des mss E et B en apoprêsthenta, et en suivant l’interprétatio (...)
  • 85 C’est-à-dire dans le ciel à l’orient ou à l’occident. Cf. Ps. Aristote, De mundo 395b10-17.
  • 86 Selon les Stoïciens, les limites des corps sont incorporelles et donc inexistantes. Voir Plutarque, (...)

23Théon répondit qu'il s'agissait de Sophocle77. Et il faut leur accorder, dis-je, que c'est par nécessité que les médecins procèdent ainsi. Mais il ne faut pas prêter l'oreille aux philosophes chaque fois qu'ils veulent se défendre contre des paradoxes par des paradoxes et que, pour combattre des opinions extraordinaires, ils en forgent d'encore plus inouïes et extraordinaires, comme ceux qui avancent la thèse du mouvement vers le centre. Qu’est-ce qu’il n'y a pas en cette doctrine qui ne soit paradoxal ! Que la Terre soit une sphère bien qu'elle comporte gouffres, sommets et accidents du relief si grands78! Que des hommes vivent aux Antipodes, tenant au sol comme des vers ou des lézards, tournés la tête en bas79! Que nous-mêmes, ne nous tenant pas droit mais obliquement80, nous gardions une position penchée, à la manière de gens ivres ! Que des blocs de roche incandescente81 de mille talents82 s'enfonçant dans les profondeurs de la terre83 s'immobilisent quand ils arrivent au centre, alors que rien ne vient à leur rencontre pour les bloquer ! Et, à supposer qu’ils soient entraînés par leur élan vers le bas et dépassent le centre, qu’alors ils fassent demi-tour et rebroussent d’eux-mêmes chemin ! Que des morceaux de météores en flammes84 ne chutent pas de chaque côté de la Terre85 continuellement, mais, tombant sur la terre, viennent de l’extérieur pénétrer en elle et s'enfouissent en son centre ! Qu'un torrent d'eau violent, qui, dans sa descente, atteint le centre en un point — et le point précisément est, à ce qu'ils disent, incorporel86 —, s'immobilise en restant suspendu, ou se meuve en cercle autour de ce point,

  • 87 Cf. Platon, Phédon 111e-112e.
  • 88 Cf. ibid. 112e.

24en oscillant incessamment selon un mouvement de bascule perpétuel87 ! On ne pourrait pas, même par erreur, se forcer à concevoir certaines de ces opinions comme relevant du possible. C'est là en effet tout mettre à l'envers et sens dessus dessous puisque tout ce qui existe depuis le haut jusqu'au centre se retrouve en bas, tandis que ce qui est au-dessous du centre se retrouve inversement en haut88. En conséquence, si quelqu'un pouvait s’unir à la Terre de telle sorte que son nombril coïncidât avec le centre de celle-ci, la même personne aurait en même temps la tête et les pieds en haut ; et si cette personne creuse le lieu supérieur, sa partie inférieure, redressée, se retrouve en haut, et, tandis qu'il se déterre, il se tire vers le bas en partant d'en haut ; et si on imagine quelqu'un s'être avancé dans la direction opposée à cet homme, les pieds de l'un et l'autre se trouvent et sont dits être en même temps en haut.

  • 89 Les Stoïciens. Voir SVF 2, p. 195, frag. 646.
  • 90 Comme Lamprias, Leukios et le compagnon anonyme (voir supra 921 F).
  • 91 Lamprias retourne contre les Stoïciens leur théorie de l’appropriation (oikeiôsis). Voir Plutarque, (...)
  • 92 Voir Aristote, Du ciel 312b24.
  • 93 Pour Aristote (Du ciel 296 b 9-25), les corps terreux se meuvent vers le centre de l’univers et don (...)
  • 94 C’est là une idée qui n’est pas éloignée de la théorie newtonienne de la gravitation. Là-dessus, cf (...)
  • 95 Voir supra 923 F.
  • 96 Attaqués par les Stoïciens, comme le sont Lamprias, Leukios et le compagnon anonyme, voir supra 921 (...)
  • 97 Même si elle occupe le centre de notre monde, car il peut y avoir plusieurs mondes. Voir Plutarque, (...)
  • 98 En lisant hen phôs avec Wyttenbach, suivi par Del Corno-Lehnus (saphôs : E, B ; Cherniss).

258. Toutefois, bien que le nombre si grand de tels discours incroyables, qu’ils portent sur leurs épaules et qu’ils traînent, constitue, par Zeus, non pas une besace, mais le bagage et l’attirail d’un charlatan, ils89 disent que d’autres90 se ridiculisent lorsqu’ils placent la Lune, alors qu’elle est une Terre, en haut, et non pas où se trouve le centre. Et pourtant, si tout corps pesant converge vers le même point, c’est-à-dire, se presse avec toutes ses parties en son centre propre, ce n’est plus tant comme centre de l’univers que comme tout que la Terre s’appropriera91 les corps lourds, quand ceux-ci sont des parties qui lui appartiennent. Et le mouvement vers le bas des choses qui inclinent vers la Terre92 sera une preuve, non que la Terre soit le centre du monde, mais qu’il existe une sorte de communauté et d’union naturelle entre la Terre93 et ce qui d’abord s’est trouvé repoussé loin d’elle et retombe ensuite sur elle94. En effet, comme le Soleil tourne vers soi les parties qui le constituent, de la même façon la Terre reçoit la pierre95 comme lui revenant : la pierre est portée vers ce qui lui est apparenté. En conséquence, avec le temps, chacun des objets de ce genre fait corps avec elle et s’unit naturellement à elle. Mais, s’il se trouve un corps qui n’ait été ni attribué à la Terre dès le début, ni arraché à elle, mais qui eût quelque part en lui-même une constitution et une nature propres, comme ceux-là96 le diraient de la Lune, qu’est-ce qui empêche ce corps d’exister séparément et de rester concentré sur lui-même, comprimé et enchaîné complètement par ses propres parties ? Et en effet il n’est pas prouvé que la Terre soit le centre de l’univers97, et le fait que les choses ici-bas se pressent et s’agrègent à la Terre suggère la manière dont probablement les choses là-haut tombent sur la Lune et se maintiennent là. Mais celui qui pousse ensemble toutes les choses terreuses et pesantes vers une seule région et en fait les parties d’un seul corps, je ne vois pas pourquoi il n’attribue pas la même nécessité aux choses légères à leur tour, mais laisse exister séparément tant de concentrations de feu et je ne vois pas pourquoi il ne pense pas, en réunissant tous les astres en un même amas, qu’il doit y avoir un seul corps commun lumineux98 fait de toutes les corps ignés qui se portent vers le haut.

  • 99 Apollonidès et les mathématiciens. Voir supra 920 F et 921 C ; et infra 925 B.
  • 100 La myriade équivaut à 10.000.
  • 101 Pour éviter de diviniser les corps célestes, les scientifiques de l’antiquité ne leur donnent pas l (...)
  • 102 Cet ordre des planètes est celui que les Stoïciens ont adopté à l’époque de Poseidonios.
  • 103 Le stade athénien mesure 177, 6 m.

269. Maintenant, mon cher Apollonidès, dis-je, vous99 dites que le Soleil se trouve à un nombre incommensurable de myriades100 de la voûte céleste et que, au-dessus de lui, Phosphoros (« Astre porteur de lumière »), Stilbon (« Astre resplendissant »)101 et les autres planètes102 suivent leur course en dessous des astres fixes et à de grands intervalles les uns des autres, mais vous pensez que pour les choses pesantes et terreuses le monde ne fournit aucun espace largement ouvert et aucun intervalle. Vous voyez qu’il est ridicule à nos yeux de nier que la Lune soit une Terre parce qu’elle se tient à l’écart de la région d’ici-bas, et d’affirmer qu’elle est un astre bien que nous la voyions repoussée loin de la révolution supérieure à tant de myriades de stades,103 comme immergée dans des profondeurs. Elle est tellement au-dessous des astres que personne ne pourrait dire à quelle distance elle se trouve d’eux ; au contraire, les nombres vous font défaut, à vous les mathématiciens, dans vos calculs. Mais elle touche d’une certaine façon la Terre et, accomplissant sa révolution près d’elle,

Elle déroule comme une trace de char, dit Empédocle, Elle qui fait le tour de la borne

  • 104 Fragment 31 B 46 D-K (= 371 Bollack). Nous revenons au texte des mss E et B : harmatos hôsper ikhno (...)

(sc. de la Terre) en la frôlant104.

  • 105 Cf. Bollack (1969), 2, p. 289 : « La terre et son ombre forment une seule région de même nature (d’ (...)

27En effet souvent la Lune ne dépasse même pas l’ombre de la Terre, qui pourtant ne s’étend que peu à cause de la dimension extraordinaire de la source de lumière ; elle semble au contraire tellement accomplir sa course circulaire au ras de la Terre et presque dans ses bras qu’elle est protégée contre le Soleil par elle, puisqu’elle ne s’élève pas au-dessus de ce lieu ombreux, terrestre et nocturne qui est le lot de la Terre105. C’est pourquoi il faut dire, je pense, avec confiance que la Lune se trouve dans les limites de la Terre, car elle est occultée par les extrémités de cette dernière.

  • 106 Sur Aristarque de Samos , cf. supra le chapitre 6.
  • 107 Le titre complet est : Sur les grandeurs et les distances du Soleil et de la Lune.
  • 108 Proposition 7, cf. Heath (1921), II, p. 8-10 ; Thomas (1941), p. 5ss.
  • 109 S’agit-il du stade attique (177, 6 m), du stade olympique (185 m), du stade d’Ératosthène (157, 5 m (...)
  • 110 Plutarque joue sur la polysémie du mot ousia : substance, réalité, essence, propriété (au sens de b (...)

2810. Mais laisse de côté les autres astres fixes et les autres planètes, et examine ce que démontre Aristarque106 dans son livre Sur les grandeurs et les distances107 : « la distance du Soleil à la Terre est plus que 18 fois et moins que 20 fois celle de la Lune à la Terre » 108. Or, d’après la plus haute estimation, la distance qui nous sépare de la Lune est, dit-on, de 56 fois celle du rayon de la Terre. Et, même selon des évaluations moyennes, cette distance est de 40.000 stades109, et, à partir de ce calcul, celle du Soleil à la Lune est supérieure à 40.300.000 stades. La Lune a migré si loin du Soleil à cause de son poids et elle s’est installée si près de la Terre que, s’il faut distribuer les possessions110 en fonction des lieux, la part de la Terre et son emplacement intentent un procès à la Lune et revendiquent les biens et les corps qui la concernent, pour cause de proche parenté et de voisinage. Et, à mon avis, nous ne commettons pas d’erreur quand, en accordant une telle altitude et de tels intervalles aux corps dits « d’en haut », nous laissons aussi à ce qui est en bas quelque espace pour sa course circulaire et son déploiement, à savoir juste la distance de la Terre à la Lune. Car, tout comme celui qui appelle « haut » seulement l’extrême surface du ciel et tout le reste « bas » manque de mesure, celui qui délimite le bas par la Terre, ou plus encore par le centre de la Terre, est insupportable. Il faut au contraire accorder qu’il y a, aussi bien dans les régions d’en haut que dans celles d’en bas, des espaces libres puisque la taille du monde l’admet. À celui qui exige que tout ce qui est éloigné de la Terre soit d’emblée « en haut » et « suspendu dans les airs », un autre fait écho en exigeant inversement que tout ce qui est éloigné de la révolution des astres fixes soit d’emblée « en bas ».

  • 111 Insistant sur la notion de limite, Plutarque reprend délibérément le terme de “limite” (peras) cont (...)
  • 112 Avec cette distinction entre l’univers (to pan) et le monde (cosmos), Plutarque retourne contre les (...)
  • 113 Cf. Sur les contradictions stoïciennes 1054 F-1055 B.
  • 114 Les Stoïciens.
  • 115 Cf. SVF 2, p. 169, 9-11, fr. 527.
  • 116 Cf. SVF 2, p. 176, fr. 556.
  • 117 Pour les Stoïciens seul un corps est capable de produire un effet ou d’en subir un (Notions commune (...)

2911. Mais en somme, de quelle façon dit-on que la Terre est située au milieu et au milieu de quoi ? Car l’univers est infini et à ce qui est infini, qui n’a ni début ni limite111, il ne convient pas d’avoir un milieu ; est en effet aussi une certaine limite le milieu, tandis que l’illimitation est privation de limites. Quant à celui qui déclare que la Terre se tient au milieu, non pas de l’univers, mais du monde, il est simple d’esprit s’il croit que le monde lui-même n’est pas aussi sujet aux mêmes apories112. Car l’univers n’a pas laissé de milieu pour le monde, mais celui-ci est sans foyer, sans assise, emporté dans un vide illimité vers rien qui soit un chez lui. Ou alors si, ayant trouvé une autre raison de se fixer, et non en vertu de la nature du lieu113, le monde se tient immobile, il est permis de conjecturer des choses semblables pour la Terre et la Lune : ce serait par une différence d’âme et de nature plutôt que par une différence de milieu que l’une ne bouge pas ici, alors que l’autre là-bas se meut. Mais indépendamment de cela, vois s’il ne leur114 a pas échappé un point important. Si l’on situe en haut tout ce qui se trouve à l’extérieur du centre de la Terre, —qu’importe la façon dont il s’y trouve—, aucune partie du monde n’est en bas, mais en haut ; et la Terre, ce qu’il y a dessus et absolument tout corps debout ou étendu autour du centre se retrouvent en haut, tandis que se retrouve en bas seulement une chose qui est seule, ce fameux point incorporel115 qui nécessairement s’oppose à toute la nature du monde, si du moins ce qui est en bas s’oppose par nature116 à ce qui est en haut. Et à cette absurdité s’en ajoute une autre, à savoir qu’est supprimée aussi la cause de la descente des corps lourds et de leur chute ici. En effet il n’y a aucun corps en bas vers lequel les lourds se meuvent, et ni il n’est vraisemblable, ni ils (sc. les Stoïciens) ne veulent que l’incorporel ait une puissance telle que toutes choses tendent vers lui et se trouvent retenues autour de lui117. Mais c’est bien là quelque chose qui est absolument dénué de logique et en contradiction avec le réel, à savoir que soit en haut le monde tout entier et que rien ne soit en bas, si ce n’est une limite incorporelle et sans étendue ; ce qui est au contraire de bonne logique, comme pour notre part nous le disons, c’est que le haut et le bas soit séparé par un espace largement étendu.

  • 118 Cf. infra 928 B. Il s’agit d’outres gonflées d’air et utilisées comme flotteurs (voir Aristote, Phy (...)
  • 119 Cf. SVF 2, p. 217, fr. 773.
  • 120 Allusion à la théorie stoïcienne qui fait de l’incarnation de l’âme un processus de condensation ou (...)
  • 121 De manière cyclique, au morcellement du Feu et à la phase de différenciation qui conduit à une orga (...)
  • 122 Sur l’idée que les éléments ne doivent pas rester purs, sans mélange cf. Boèce Consolation de la Ph (...)

3012. Néanmoins, posons, si tu veux, qu’il soit contre nature que les corps terreux aient leurs mouvements dans le ciel et observons calmement, sans passion tragique et dans la sérénité, que cette thèse montre non que la Lune ne soit pas une Terre, mais qu’elle est une Terre dont la localisation n’est pas naturelle ; car c’est aussi contre nature que le feu de l’Etna est sous terre, tout en étant du feu, et que le souffle de l’air, quand il est confiné dans les outres118, bien que par nature il se porte vers le haut et soit léger, se retrouve par contrainte en un lieu qui ne lui est pas naturel. Et l’âme elle-même, par Zeus, qui est, selon vos propres dires119, rapide, ignée et invisible, est-ce que ce n’est pas contre nature, ai-je dit, qu’elle se trouve enclose dans le corps qui est lent, froid et perceptible par les sens ? Allons-nous donc pour cette raison dire que l’âme n’est pas dans le corps ? Que l’intellect, chose divine, bien qu’il circule en même temps dans tout le ciel, toute la terre et toute la mer qu’il traverse dans sa course, ne se retrouve pas dans les chairs, les nerfs et les moelles sous l’effet du poids, de l’épaisseur et de mille propriétés qu’entraîne la liquéfaction120 ? Quant à ce Zeus dont vous parlez, n’est-il pas vrai que lorsqu’il met en œuvre sa propre nature, il est un grand feu unique et continu, mais qu’actuellement il a perdu de sa puissance et se trouve soumis à un découpage en figures, étant devenu et devenant toutes choses au cours de ses transformations121 ? Vois donc et examine, ô esprit génial, si en déplaçant chaque réalité pour la conduire à son lieu naturel, tu ne professes pas une philosophie qui décompose le monde, si tu n’introduis pas la Discorde d’Empédocle dans les choses, ou plutôt si tu ne mets pas en mouvement les anciens Titans et Géants contre la nature, et si tu ne désires pas ardemment voir ce désordre et cette cacophonie mythique et effrayante, en plaçant d’un côté tout le lourd et de l’autre tout le léger122.

Là ne se dévoile point la face brillante du Soleil,

Ni non plus la race velue de la Terre, ni la Mer,

  • 123 Fr. 31 B 27 D-K (= 171 Bollack).
  • 124 C’est-à-dire la terre, l’air, le feu et l’eau.
  • 125 Timée 53b. Cf. De animae procreatione in Timaeo 1016 F et La Disparition des Oracles 430 D.
  • 126 Fr. 31 B 17 D-K (= 31 Bollack). Sur ce témoignage de Plutarque, cf. Furley (1987), p. 88s. Voir aus (...)
  • 127 Fr. 28 B 13 D-K. Parménide d’Élée, colonie grecque au sud-ouest de l’Italie, a vécu entre environ 5 (...)
  • 128 Théogonie 120. Pour cette triade, voir Dialogue sur l’amour 765 D-F.

31comme dit Empédocle123. La Terre n’avait point part à la chaleur, l’eau n’avait point part au souffle, aucun des corps pesants n’était en haut, aucun des corps légers n’était en bas, mais les principes124 de l’ensemble des réalités ne se mêlaient pas, ne s’aimaient pas et constituaient des unités isolées, car ils n’acceptaient pas de se combiner les uns avec les autres, ni de former des communautés, mais se fuyaient, se détournaient les uns des autres et se laissaient emporter par des mouvements singuliers et particuliers, si bien qu’ils étaient dans l’état où se trouvent, d’après Platon125, toutes choses en l’absence de Dieu, c’est-à-dire l’état dans lequel se trouvent les corps quand il leur manque l’intellect et l’âme, jusqu’à ce que le Désirable vienne sur la Nature par un effet de la providence, car Affection, Aphrodite et Éros sont advenus, comme le disent Empédocle126, Parménide127 et Hésiode128, afin que les corps (sc. les éléments) changent de lieux, s’échangent réciproquement leurs qualités, soient amenés par la nécessité les uns au mouvement, les autres au repos, soient contraints de céder et de se déplacer du lieu où ils sont nés vers un ailleurs meilleur, et qu’ainsi ils réalisent l’harmonie et l’unité de l’univers.

  • 129 Sur l’importance de la providence dans la doctrine stoïcienne, voir Plutarque, Sur les contradictio (...)
  • 130 Épithète (ho aristotechnas) empruntée à Pindare, d’après Plutarque lui-même (voir Propos de Table 6 (...)
  • 131 Cf. Platon, Timée 28c2s. Voir aussi Plutarque, Platonica quaestio 2, 1000 E – 1001 C.

3213. De fait, si même aucune partie du monde ne s’est jamais trouvée d’abord dans un état contre nature, si chacune au contraire se trouve naturellement située là où elle est, sans avoir besoin aucunement d’être déplacée et rangée ailleurs et sans en avoir eu jamais besoin dès le commencement, je me demande bien quelle est l’œuvre de la providence129, ou bien de quoi Zeus, le maître-artisan130, a été un fabricant et un père131démiurge. En effet, il ne serait pas utile d’avoir dans une armée des tacticiens, si en vérité chacun des soldats savait par lui-même quel rang et quelle place il doit occuper et garder et en quelle occasion, ni non plus d’avoir des jardiniers ou des bâtisseurs, si d’un côté l’eau allait naturellement d’elle-même aux plantes qui en ont besoin et les arrosait de son flux, et si d’un autre côté les briques, les planches et les pierres usaient de leurs penchants et de leur inclination naturelle pour s’ajuster et prendre d’elles-mêmes la place qui leur convient.

  • 132 Écho au Timée 41b.
  • 133 Puisque les corps célestes sont ignés, et non pas constitués d’éther, les Stoïciens ne peuvent pas (...)

33Si ce propos-là détruit complètement la providence, et s’il revient au dieu de ranger et de répartir les êtres, qu’y a-t-il d’étonnant à ce que la nature se trouve rangée et répartie harmonieusement de telle manière qu’ont leur siège ici le feu, là-bas les astres, et de nouveau ici-bas la Terre, là-haut la Lune, retenue par le lien de la raison plus solide que le lien naturel132 ? Car s’il faut que tous les corps suivent leurs penchants naturels et soient emportés selon leur transport naturel, il n’est pas possible que le Soleil soit emporté en cercle, ni Vénus ni aucun des autres astres ! Car c’est vers le haut et non en cercle que les corps légers et ignés133 se meuvent naturellement ; mais si la nature possède une telle variation selon le lieu qu’ici-bas le feu soit manifestement emporté vers le haut, tandis que, lorsqu’il rejoint le Ciel, il tourne avec lui, qu’y a-t-il d’étonnant s’il arrive aussi aux corps lourds et terreux qui sont là-haut de prendre de la même façon une autre forme de mouvement, quand ce qui les enveloppe a complètement triomphé d’eux ? En effet, il n’est assurément pas vrai que le Ciel, d’un côté, puisse de manière naturelle enlever aux corps légers leur transport vers le haut, et que, de l’autre côté, il ne puisse de même être le maître des corps lourds qui inclinent à se porter vers le bas ; au contraire parfois il se sert de sa puissance pour changer l’ordonnance des uns et des autres, en usant de leur nature pour le mieux.

  • 134 Selon Donini (1986), p. 214ss. Plutarque veut ici minimiser le désaccord entre Aristote et Platon e (...)

3414. Cependant, s’il faut assurément écarter les positions et les opinions dont nous sommes esclaves et parler désormais sans crainte de ce qui se donne à voir, aucune partie d’un ensemble ne possède par elle-même, semble-t-il, un rang, une position ou un mouvement propre que l’on pourrait absolument qualifier de « conforme à la nature »134. Au contraire, quand on dit que chaque partie se meut d’une manière utile et appropriée à la réalité en vue de laquelle elle est née et pour laquelle elle est advenue naturellement ou a été produite, et que ses passions ou actions ou états contribuent à la conservation, la beauté ou la puissance de cette réalité, c’est alors qu’elle paraît avoir une place, un mouvement et une disposition conformes à la nature. En tout cas l’homme, qui est né conformément à la nature comme n’importe quel autre être, a les parties pesantes et terreuses en haut, surtout autour de la tête, et en son milieu les parties chaudes et ignées. Quant à ses dents, les unes poussent vers le bas, les autres vers le haut, et ni les unes ni les autres ne sont contre nature ; et il n’est pas vrai que pour le feu, celui qui brille en haut dans les yeux soit conforme à la nature tandis que celui qui est dans l’abdomen et dans le cœur serait contre nature ; au contraire chacun se trouve rangé de manière appropriée et utile. En étudiant la nature

Des buccins et des tortues à la peau de pierre

  • 135 Fr. 31 B 76 D-K (= 468 Bollack) ; cf. Propos de Table 1, 25, 618 B.

35et de tous les coquillages bivalves, comme dit Empédocle135,

Tu verras, là, une terre située au-dessus de la peau ;

36et le pierreux ne presse pas et n’écrase pas la structure sur laquelle il se tient ; et, à son tour, le chaud ne s’envole pas par sa légèreté vers la région d’en haut, mais en quelque façon le pierreux et le chaud sont entremêlés et forment un tout organique qui s’accorde avec la nature de l’un et de l’autre.

  • 136 Position de Platon (Timée 30b-d, 32c-d, 68e, 69b-c) admise par les Stoïciens (SVF 2, fr. 633 et 634 (...)
  • 137 Cf. Aristote, Du Ciel I, 8, 277b2.
  • 138 Atomiste, élève de Démocrite, à ne pas confondre avec l’épicurien Métrodore de Lampsaque mentionné (...)
  • 139 Il semble que l’on a ici une analogie à quatre termes : l’œil est au Soleil ce que le cœur est à la (...)
  • 140 Comparaison empruntée à Platon (Timée 45b).
  • 141 La rate.
  • 142 Pour cette analogie entre le cosmos et les organes du corps, cf. Théon de Smyrne, p. 187-188 ; Macr (...)
  • 143 Cf. Platon, Timée 48a.
  • 144 Le groupe des Anciens dont font partie Empédocle et les Stoïciens, mais non pas les Épicuriens.
  • 145 L’éther des Stoïciens est une sorte de feu qui n’a rien à voir avec la quintessence aristotélicienn (...)
  • 146 = SVF 2, fr. 668. Cf. Cléomède, 2, 3, p. 178.26-180.8.

3715. Il est probable qu’il en soit ainsi avec le monde, si celui-ci est bien un être vivant136, ayant, en maint endroit, de la terre, en maint endroit du feu, de l’eau et de l’air, non pas sous l’effet d’une expulsion mécanique137, mais en vertu de l’ordonnance de la raison. Car l’œil non plus n’est pas situé là où il est dans le corps en y étant repoussé par sa légèreté, et le cœur non plus n’est pas tombé dans la poitrine en glissant sous l’effet de son poids, mais c’est parce qu’il valait mieux que chacun fût ainsi placé. Ne pensons pas, alors, en ce qui concerne les parties du monde, ni que la Terre repose ici en étant tombée sous l’effet de son poids, ni que le Soleil, comme se l’est imaginé Métrodore de Chio138, ait été repoussé sous l’effet de sa légèreté vers les hauteurs139, à l’instar d’un sac de peau, ni que les autres astres soient dans les lieux où ils se trouvent comme s’ils avaient pesé différemment dans une balance. Mais, sous le pouvoir de la raison, les derniers tournent fixés sur le front de l’univers, à la manière d’yeux porteurs de lumière140 ; le Soleil, ayant la puissance d’un cœur, envoie et disperse hors de lui-même chaleur et lumière comme du sang et du souffle ; et le monde se sert de la terre et de la mer naturellement, comme le fait un animal d’un abdomen et d’une vessie ; la Lune, reposant entre le Soleil et la Terre, comme le foie ou quelque autre viscère mou141 entre le cœur et l’abdomen, transmet ici-bas la chaleur d’en haut et restitue vers le haut les exhalaisons d’ici, qu’elle raffine autour d’elle par une sorte de coction et de purification142. Il n’est pas clair pour nous si ce qu’il y a de terreux et de solide en elle a un usage profitable à d’autres fins aussi. Mais dans l’univers le mieux domine ce qui résulte d’une nécessité143. Quelle vraisemblance devons-nous accorder à ce que disent ces gens-là144 ? Eh bien, ils disent que ce qu’il y a de rayonnant et de ténu dans l’éther145 est devenu, du fait d’être ténu, le Ciel, alors que ce que l’éther a de dense et de compact est devenu les astres, et que, parmi ceux-ci, le plus concentré et le plus tourbeux est la Lune146. Mais, cependant, il est possible de voir que la Lune, loin d’avoir été séparée de l’éther, est encore portée par beaucoup d’éther autour d’elle, et qu’elle en a beaucoup au-dessous d’elle, là où, disent-ils, tourbillonnent des vents et des comètes. C’est de cette façon que chacun des corps, au lieu d’être localisé là où son poids ou sa légèreté tend à le porter, doit sa place dans le monde à une autre raison.

3816. Cela dit, comme je laissais le soin à Leukios de poursuivre le raisonnement – car on en arrivait aux démonstrations de notre doctrine - Aristote dit en souriant :

  • 147 Aristote l’Ancien, dont se réclame son homonyme (voir supra, 920 F). Voir Du Ciel I, 2, 269a2-18 et (...)
  • 148 À savoir l’éther.
  • 149 Les quatre substances que sont la terre, l’eau, l’air et le feu.
  • 150 Lacune de 15 ou 17 lettres selon les manuscrits.

39— Je témoigne que tu as mené toute la controverse contre ceux qui supposent que la Lune est elle-même pour moitié du feu, tout en affirmant que les corps d’une manière générale inclinent à se porter d’eux-mêmes soit, pour certains, vers le haut, soit, pour d’autres, vers le bas. Cependant, quant à savoir s’il est quelqu’un147 pour dire que les astres se meuvent naturellement en cercle et sont d’une substance148 qui se différencie beaucoup des quatre éléments149, c’est là un point qui ne vous est pas venu à l’esprit de mentionner, même fortuitement, au point qu’en ce qui me concerne me voilà tiré d’embarras. Et Leukios < … >150 de dire :

  • 151 Aristote pense que la Lune participe de la quatrième substance qu’est le feu (La génération des ani (...)
  • 152 Cf. Aristote, De gen. et cor. I, 10, 328a18ss. (en part. la fin 328b22 : « le mélange est une unifi (...)
  • 153 Ion de Chio, poète lyrique et tragique et historien du Vsiècle av. J.-C.

40— Pas du tout, mon bon, au contraire, pour vous qui posez que le reste des astres et la totalité du ciel sont d’une nature pure, non souillée et exempte du changement selon le pâtir et qui leur imprimez une rotation éternelle et sans fin, il n’y aurait peut-être personne pour soutenir la lutte contre vous, dans le moment présent du moins, malgré des myriades de questions embarrassantes. Mais chaque fois que le propos s’abaisse et ainsi touche à la Lune, il ne préserve plus l’impassibilité qui est en elle, ni la beauté de ce corps lointain. Au contraire, et sans mentionner d’autres irrégularités et différences, ce visage lui-même qui se fait voir c’est une certaine affection de sa substance ou un mélange étroit, si l’on veut, avec une autre substance151 qui en a provoqué la naissance en surface ; or précisément un corps qui est mêlé est affecté d’une certaine manière152 ; en effet il perd sa pureté parce qu’il est empli par force de quelque chose qui lui est inférieur. Le flou du rayon de la Lune, le caractère émoussé de sa vitesse, l’inefficacité et l’amenuisement de sa chaleur, qui fait que, selon Ion153,

  • 154 Fr 57 Snell (1986). On trouvera une citation complète de ce fragment dans Propos de Table 658 C.

La grappe de raisin noir n’est pas mûrie154,

  • 155 « Olympien », i.e. céleste. Cf. infra 935 C et La Disparition des oracles 416 E.
  • 156 Fr. 28 B 14 D-K. Cf. Plutarque, Contre Colotès 1116 A.

41à quoi le rapporterons-nous, si ce n’est à sa faiblesse et à son pâtir ? D’où vient donc qu’un corps éternel et olympien155 a part au pâtir ? En un mot, en effet, cher Aristote, en tant que Terre, elle apparaît un objet d’une totale noblesse, vénérable et bien ordonné ; mais comme astre ou lumière, ou corps divin et céleste, je crains qu’elle ne soit laide et inconvenante et qu’elle ne déshonore la noble formule qui la qualifie, si du moins seule parmi le grand nombre de corps célestes, elle accomplit son tour en ayant besoin d’une lumière étrangère156, selon Parménide

  • 157 Fr. 28 B 15 D-K.

Toujours cherchant du regard les rayons du Soleil157.

  • 158 Personnage anonyme, probablement Plutarque lui-même, qui a participé à une discussion antérieure. C (...)
  • 159 Anaxagore (vers 500-428 av. J.-C.). Originaire de Clazomènes en Ionie, il fut le premier philosophe (...)
  • 160 Fr. 59 B 18 D-K. Sur ce passage (929 B-D) voir O’Brien (1968), p. 125-127.
  • 161 Théorie de Poseidonios. Voir infra 929 D. Cf. Cléomède, 2, 4, p. 182.20-184.3 (en part. 183.20ss. : (...)
  • 162 Pour les phases de la Lune, voir Cléomède, 2, 5 et Géminos, 9.
  • 163 Fr. 68 A 89 a D-K.

42Notre compagnon158 a donc gagné notre approbation quand il a dans sa conférence démontré ce propos d’Anaxagore159, à savoir que le Soleil confère àla Lune sa brillance160 ; quant à moi, je ne dirai pas ce que j’ai appris de vous ou avec vous, et passerai volontiers aux points restants. Il est certes plausible que la Lune soit éclairée, mais non par l’éclat et le rayonnement du Soleil qui la traverseraient, comme du verre ou de la glace, ni non plus par une concentration quelconque ou par une convergence de rayons d’une lumière qui augmente comme pour les torches ; dans ces cas-là en effet, c’est-à-dire si au lieu de cacher et d’intercepter le Soleil la Lune du fait de sa faible densité laissait passer la lumière de celui-ci ou si elle brillait en vertu d’un mélange et joignait alors sa propre lumière à celle du Soleil161, on la verrait alors aussi pleine à la nouvelle Lune qu’au milieu du mois. Car il n’est pas possible de faire des déclins ni non plus des retraits de la Lune, quand elle est en conjonction, l’explication de son invisibilité (comme c’est le cas lorsqu’elle est en quartier, gibbeuse ou en forme de croissant) 162 ; mais, se tenant dansl’alignement de la source lumineuse, dit Démocrite163, elle recueille et reçoit le Soleil, en sorte qu’il serait naturel qu’elle fût elle-même visible et laissât voir le Soleil à travers elle. Au contraire, il s’en faut de beaucoup qu’elle fasse cela : car à ce moment-là (sc. lors de la conjonction) elle est elle-même invisible, et elle cache le Soleil et le fait disparaître bien des fois,

… et elle en a dispersé au loin les rayons,

  • 164 Fr. 31 B 42 D-K (= 374 Bollack).

43comme dit Empédocle164,

D’en haut jusque sur la Terre elle a obscurci une partie de la Terre

  • 165 Ou : « à l’œil bleu-gris », cf. supra 920E, la citation du fragment 1 d’Agésianax et la note ad loc (...)

Aussi grande que la largeur de la Lune à l’œil étincelant165,

  • 166 Sur Posidonius (Poseidonios) d’Apamée, philosophe stoïcien (vers 135-50 av. J.-C.), savant et histo (...)
  • 167 Leukios joue sur le double sens de l’adverbe.
  • 168 Cf. infra 937 B et Sur les oracles de la Pythie 404 D, ainsi que supra 929 A et Quaestiones natural (...)
  • 169 Du Soleil et de la Lune.

44comme si la lumière tombait dans la nuit et l’obscurité, et non pas sur un autre astre. Et ce que dit Poseidonios166, à savoir que du fait de la profondeur de la Lune la lumière du Soleil ne passe pas à travers elle jusqu’à nous, se réfute lumineusement167. En effet, l’air, étant immense et ayant une profondeur bien plus importante que la Lune, est entièrement ensoleillé et illuminé par ses rayons. Reste donc le point de vue d’Empédocle, selon qui le clair de Lune ici-bas est dû à une réflexion de la lumière du Soleil contre la Lune. D’où il vient qu’il n’est ni chaud168, ni clair, quand il arrive chez nous, comme on pourrait s’y attendre si le mélange des deux lumières169 avait été source de feu ; mais, de même que les voix renvoyées par l’écho ont un son plus faible qu’au départ et que les ricochets atténuent l’impact des projectiles,

  • 170 Empédocle, fr. 31 B 43 D-K (= 365 Bollack).

De même un rayon qui frappe le large disque de la Brillante170

45a jusqu’à nous un retour sans force et affaibli, sa puissance étant réduite à cause de la réflexion.

4617. Mais Sylla lui coupa la parole pour dire :

  • 171 Il s’agit du même personnage anonyme que précédemment. Voir supra, 921 F et 929 B.

47— Sans doute, voilà qui ne manque pas de plausibilité. Mais la plus forte des objections a-t-elle trouvé un apaisement, ou a-t-elle échappé à notre compagnon171 ?

48— Qu’entends-tu par là ? dit Leukios. Est-ce la difficulté relative au quartier de Lune ?

  • 172 Il s’agit de l’angle d’incidence et de l’angle de réflexion. Voir Euclide, Catoptrique Prop.1. Cf. (...)
  • 173 Soit le schéma suivant où la Lune est représentée comme un disque (et non comme une sphère) : Voir (...)

49— Totalement, dit Sylla, car il y a quelque raison au fait que, puisque toute réflexion s’effectue en des angles égaux172, quand la Lune en sa forme de quartier atteint le milieu du Ciel, sa lumière, au lieu de partir d’elle pour se porter sur la Terre, glisse au delà de la Terre. En effet, le Soleil, quand il est sur l’horizon, touche de son rayonnement la Lune ; c’est précisément pourquoi, réfléchi à angles égaux, le rayon tombera sur la limite opposée de l’horizon et il ne fera pas venir ici son éclat173, ou autrement il y aura une grande distorsion et un grand écart angulaires, ce qui est précisément impossible.

50— Mais oui, par Zeus, dit Leukios. Ce point a été abordé également.

51Et, tout en parlant, il tourna les yeux vers Ménélas, le mathématicien, pour dire :

  • 174 C’est-à-dire cylindriques convexes. Voir Cherniss (1951), p. 142-143.
  • 175 Voir Héron d’Alexandrie, Opera, II, 1, p. 342.7ss. Nix-Schmidt.
  • 176 Cf. Le schéma donné par Görgemanns (1968), p. 40 : (voir Del Corno-Lehnus p. 143).
  • 177 Timée 46 b-c. En fait, Platon y décrit un miroir cylindrique concave, et non pas un miroir en dipty (...)
  • 178 En admettant que l’angle de réflexion est toujours égal à l’angle d’incidence.
  • 179 Allusion aux effets de la réfraction. Cf. Aétius, 3, 5, 5 ; Cléomède, 2, 6, p. 224.8-28.
  • 180 Les tenants d’une théorie qui prête une pesanteur à la lumière.
  • 181 Voir Cléomède, 2, 4, p. 186.14-188.7.

52— J’ai honte en ta présence, cher Ménélas, de détruire une thèse des mathématiques qui est comme un fondement pour les objets de la catoptrique, mais il est nécessaire de dire que l’axiome selon lequel toute réflexion s’effectue à angles égaux n’est pas lui-même manifeste ni un sujet d’accord, mais qu’il est battu en brèche par les miroirs courbes174, lorsque par rapport au seul point d’incidence du rayon visuel ces miroirs agrandissent ce qui apparaît en eux, et qu’il est d’autre part battu en brèche par les miroirs en diptyques175 : quand ces derniers sont repliés l’un vers l’autre et qu’entre eux s’est formé un angle, chacune des deux surfaces planes restitue en elle une apparition double et produit, à partir d’un visage unique, quatre images, deux qui apparaissent à l’envers dans les parties hautes des surfaces, et deux qui apparaissent plus floues mais non pas à l’envers au fond des miroirs176. Platon177 a expliqué la production de ces images. Il a dit, en effet, que, lorsque le miroir a été relevé de chaque côté, les rayons visuels varient légèrement leur réflexion, car en passant de l’un à l’autre ils ont des incidences différentes. Si donc, parmi les rayons visuels, les uns reviennent directement vers nous à partir des surfaces planes, les autres glissent vers l’autre partie du miroir double avant de revenir à leur tour vers nous à partir de là, il n’est pas possible que toutes les réflexions s’effectuent en des angles égaux, si bien que, en allant au conflit avec les mathématiciens, certains exigent de supprimer l’axiome de l’égalité des angles d’incidence et de réflexion en raison des courants de lumière eux-mêmes qui se portent de la Lune sur la Terre, parce qu’ils croient que ces courants constituent un phénomène bien plus plausible que cet axiome mathématique. Néanmoins, s’il faut accorder cette faveur178 à notre bien chère géométrie et lui céder là-dessus, d’abord la vraisemblance veut que cela arrive avec les miroirs dont la surface est rigoureusement lisse, or la Lune présente de nombreuses irrégularités et de nombreuses rugosités, si bien que les rayons solaires, en se portant d’un corps de grande taille sur des hauteurs considérables qui se renvoient mutuellement la diffusion de ces derniers, sont réfléchis dans tous les sens et s’entremêlent, et que le contre-rayonnement s’assemble spontanément avec lui-même en se portant vers nous comme s’il provenait de nombreux miroirs. Ensuite, même si nous faisons en sorte que les réverbérations sur la Lune elle-même s’effectuent en des angles égaux, il n’est pas impossible que les rayonnements, en se portant dans un si grand intervalle, subissent des réflexions et des glissements par diffraction179, au point de se brouiller et de plier leur lumière. Quelques-uns180 vont jusqu’à montrer dans leurs écrits que nombre des rayons de lumière arrivent sur la Terre en décrivant une ligne tendue sous l’inclinaison de la Lune181, mais il me serait impossible de construire une figure de géométrie tout en parlant, et ce, devant beaucoup de personnes.

  • 182 Les Stoïciens, dont fait partie Poseidonios. Le passage retourne la doctrine de ce dernier contre l (...)
  • 183 Pour dichotomos (à son premier croissant), menoeides (gibbeuse) et amphikurtos (en forme de croissa (...)
  • 184 Cf. Plutarque, Notions communes 1080 E.
  • 185 Cf. Notions communes 1078 D-E et SVF 2, fr. 473, 477 et 479.
  • 186 Cf. SVF 2, fr. 433. Pour les Stoïciens, la lumière fait subir à l’air une altération instantanée (c (...)
  • 187 Pour la doctrine de Poseidonios, voir Cléomède, 2, 4, p. 182.20ss. (voir aussi p. 188.4-7).
  • 188 Cléomède, 2, 5, p. 196.28-200.23.
  • 189 Cf. Cléomède (2, 4, p. 184.4-18) pour qui la Lune n’a aucune densité et qui utilise cet argument co (...)
  • 190 Cf. Cléomède, 2, 5, p. 194.20ss.
  • 191 Cf. Cléomède, 2, 5, p. 198.6-9.
  • 192 En lisant comme Wyttenbach mallon de. Avec mallon ê le texte dit, littéralement : « si on voit que (...)
  • 193 Et donc que la Lune ait la même nature que la Terre.

5318. En somme, disait Leukios, je m’étonne de la manière dont ils182 nous opposent le fait que la Lune brille sur la Terre à son premier quartier, et aussi quand elle est gibbeuse ou quand elle a la forme d’un croissant183. Si le Soleil éclairait en effet la masse éthérée ou ignée que serait la Lune, il ne laisserait pas un hémisphère de celle-ci toujours dans l’ombre et privé de lumière pour nos sens, mais, même s’il ne faisait que l’effleurer dans sa course circulaire autour d’elle, il conviendrait qu’elle fût tout entière emplie et illuminée de toute part par la lumière qui l’envahirait facilement dans toutes les directions. Dès lors qu’en effet le vin quand il touche la surface184 d’une eau ou qu’une goutte de sang qui tombe dans un liquide colore en rouge tout le liquide <par contact>185, et dans la mesure où ils disent que l’air lui-même s’illumine entièrement non pas parce que certaines émanations ou certains rayons se mêlent à lui, mais parce qu’il se change et subit une altération quand il reçoit l’impact de la lumière ou est contact avec elle186, comment peuvent-ils penser qu’un astre ou une lumière qui entre en contact avec un autre astre ou une autre lumière ne forme pas un mélange homogène et ne fusionne pas complètement avec l’autre en étant altéré, mais illumine seulement à leur surface les parties qu’il ou elle touche187 ? En fait le cercle que parcourt et accomplit le Soleil dans sa course autour de la Lune, tantôt coïncide avec celui qui sépare la partie visible de la Lune de sa partie invisible, tantôt forme un angle droit avec lui, si bien qu’il coupe ce cercle et est coupé par lui, car par des inclinaisons et des rapports différents de la partie brillante à la partie obscure il produit en elle les formes gibbeuses et les formes en croissant188 ; voilà qui plus que tout montre que la clarté de celle-ci ne résulte pas d’un mélange intégral, mais d’un contact, ne résulte pas d’une fusion de lumières, mais d’une luminosité par réverbération. Et puisque la Lune est non seulement elle- même éclairée, mais aussi nous renvoie ici un éclat qui n’est qu’un simulacre de celui du Soleil, elle nous conforte dans notre doctrine sur son essence. Il n’y a pas de réflexion de la lumière sur rien qui soit peu dense ou ténu et il n’est pas facile de concevoir de la lumière ou du feu rebondissant sur de la lumière ou du feu ; il faut au contraire que ce qui provoque une résistance et une réflexion soit compact et dense, pour que ce qui vienne le frapper soit renvoyé189. En tout cas c’est la même lumière solaire que l’air laisse passer sans lui faire obstacle et sans lui résister, et qui est très largement réfléchie et réverbérée par le bois, les pierres et les vêtements qui sont exposés à cette lumière. Nous voyons que la Terre aussi est éclairée de la même manière par le Soleil. Car la Terre ne laisse pas passer l’éclat du Soleil jusqu’à une certaine profondeur, comme le fait l’eau, ni intégralement à travers elle, comme l’air, mais, à l’instar du cercle du Soleil qui se meut autour de la Lune et à la mesure de la portion qu’il découpe en elle, un autre cercle se meut autour de la Terre et en éclaire une portion qui est toujours aussi grande, tandis qu’il en laisse une autre sans lumière190. La partie de l’une et l’autre illuminée par réverbération apparaît en effet légèrement plus grande qu’un hémisphère191. Permettez-moi donc de m’exprimer en géomètre par analogie : étant donné trois choses dont s’approche la lumière venue du Soleil, à savoir la Terre, la Lune et l’air, si nous voyons que la Lune est éclairée non pas comme l’air est éclairé, mais plutôt192 comme la Terre l’est, il est nécessaire que les choses sur lesquelles le même agent produit par nature les mêmes effets aient une nature semblable193.

  • 194 Pour un commentaire détaillé du chapitre 19 voir Görgemanns (1970), p. 121-148.

5419194. Quand tout le monde eut loué Leukios, je dis :

55— Bien, à un beau discours tu as ajouté une belle analogie. Car il ne faut pas te priver de ce qui t’appartient.

56— Et il répondit en souriant :

  • 195 Éclipse de 75 de notre ère. Voir Introduction.
  • 196 Mimnerme et Cydias, deux poètes qui n’apparaissent pas ailleurs dans l’œuvre de Plutarque. Pour Mim (...)
  • 197 Fr. 74 Diehl ; cf. Edmonds (1931), II, p. 134, n° 74. Voir aussi West (1971-2), I, p. 47, n° 122. A (...)
  • 198 Cf. Pindare, Péan 9, 2s.
  • 199 Peut-être Stésichore, cf. Edmonds (1931), I, p. 102, n. 1.
  • 200 Pindare, Péan 9, 5 ; cf. Pline, Histoire Naturelle 2, 12, 54.
  • 201 Odyssée 20, 351-352 et 356-357.
  • 202 Odyssée 19, 307.
  • 203 Cf. De primo frigido 953 A et Platonicae quaestiones 1006 F.
  • 204 Cf. Empédocle cité supra (929 C-D).
  • 205 La découverte date de Thalès. Voir Aétius, 2, 24, 1. Cf. Cléomède, 2, 3, p. 172.6-10.
  • 206 = fr. A 42 D-K. Cf. Aétius, 2, 21, 3 ; et Diogène Laërce, 2, 8.
  • 207 Sur les grandeurs et les distances du Soleil et de la Lune, Proposition 17. Cf. Heath (1913), p. 35 (...)
  • 208 Cf. Cléomède, 2, 4, p. 190.17-26.
  • 209 Fr. 210 Rose3 (= 738 Gigon).
  • 210 Précision destinée à le distinguer de son homonyme dans le dialogue. Voir supra, 920 F.
  • 211 Fr. 125 Edelstein-Kidd. Sur l’éclipse de soleil cf. Cléomède, 2, 3, p. 172.6-17 et 178.13-24 ; 2, 4 (...)
  • 212 C’est-à-dire d’un corps lumineux.
  • 213 Poseidonios fait de la Lune une étoile, dont la lumière résulte de l’altération de sa propre lumièr (...)

57— Alors il faut une seconde fois se servir de l’analogie, afin que nous démontrions que la Lune ressemble à la Terre non seulement parce qu’elles sont affectées de la même manière par la même cause, mais aussi parce qu’elles ont les mêmes effets sur la même chose. Accordez-moi que rien parmi les phénomènes solaires ne ressemble autant à un coucher de Soleil qu’une éclipse, en vous souvenant de cette conjonction récente195 qui, ayant commencé dès midi, fit voir beaucoup d’astres de beaucoup d’endroits du Ciel et atténua la clarté de l’air qui prit les teintes d’un crépuscule. Sinon, voici Théon qui nous amènera Mimnerme, Cydias196, Archiloque197, et en outre Stésichore et Pindare, qui dans les éclipses déplorent que l’astre le plus brillant soit dérobé198 et qu’au milieu du jour la nuit tombe199, et qui disent que le rayon du Soleil s’élance dans un sentier de ténèbres200, et surtout Homère201 qui dit : Les visages des gens sont enveloppés de la nuit et des ténèbres et Le Soleil a disparu du ciel, en parlant de la Lune et faisant allusion au fait que cela se produit naturellement Quand finit un mois et que l’autre commence202. Le reste, à mon avis, est ramené par l’exactitude mathématique à l’argument clair et solide que la nuit est l’ombre de la terre203, tandis que l’éclipse du Soleil est l’ombre de la Lune204, chaque fois que le rayon visuel rencontre celle-ci. Car, quand le Soleil se couche, il est occulté aux regards par la Terre et, quand il s’éclipse, c’est par la Lune. Les deux phénomènes sont des occultations, mais celle qui se produit au coucher est causée par la Terre, tandis que celle qui se produit lors d’une éclipse est causée par la Lune, qui intercepte le rayon visuel par son ombre205. De là il est facile de comprendre ce qui se passe. Car, si les effets sont semblables, les causes efficientes le sont aussi. Il est en effet nécessaire que ce soit par les mêmes agents que les mêmes effets surviennent chez le même sujet. Et ne nous étonnons pas si l’obscurité dans les éclipses n’est pas aussi profonde et ne presse pas l’air comme le fait la nuit. Car l’essence du corps qui fait la nuit et l’essence de celui qui produit l’éclipse sont les mêmes, mais la grandeur n’est pas égale. Les Égyptiens disent, je crois, que la Lune est la soixante-douzième partie de la Terre, et Anaxagore206 qu’elle est aussi grande que le Péloponnèse. Et Aristarque207 démontre que le diamètre de la Terre est au diamètre de la Lune dans une proportion qui est plus petite que soixante sur dix-neuf, mais plus grande que cent huit sur quarante-trois. De là vient que la Terre soustrait totalement le Soleil au rayon visuel, à cause de sa grandeur (car l’interposition est grande et a la durée de la nuit). Par contre, même si la Lune cache quelquefois le Soleil entier, l’éclipse n’a ni durée ni largeur, mais une sorte d’éclat reste visible autour de la circonférence, qui ne permet pas que l’ombre devienne profonde et pure208. Aristote209, je veux dire l’Ancien210, propose, entre autres explications, cette raison pour laquelle on voit plus souvent la Lune éclipsée que le Soleil : le Soleil est éclipsé par l’occultation due à la Lune, et la Lune par l’occultation due à la Terre, qui est beaucoup plus grande. Et Poseidonios211 a proposé cette définition : L’éclipse de Soleil est l’événement suivant : une conjonction de l’ombre de la Lune avec les parties <de la Terre qu’elle plonge dans l’ombre>. Car il n’y a éclipse que pour ceux dont le rayon visuel est intercepté parl’ombre de la Lune qui occulte le Soleil. Et, si Poseidonios reconnaît que l’ombre de la Lune parvient jusqu’à nous, je ne vois pas ce qui lui reste à dire. Il est impossible qu’il y ait une ombre d’un astre212. Car ce qui est non éclairé est appelé « ombre », tandis que la lumière ne fait pas d’ombre, mais la supprime naturellement213.

5820. Mais voyons, disait Leukios, quelle preuve a été énoncée après cela ?

59Et moi de dire :

60— que la Lune subit la même éclipse.

  • 214 Selon lequel la Lune est terreuse.

61— Tu fais bien, dit-il, de me le rappeler. Eh bien maintenant, dois-je envisager mon discours214 dans la pensée que vous êtes persuadés et que vous affirmez donc que la Lune est éclipsée parce qu’elle est prise dans l’ombre, ou voulez-vous que je vous fasse un exposé et une démonstration, en énumérant un à un les points de l’argumentation ?

  • 215 C’est-à-dire à la pleine Lune. Cf. Cléomède, 2, 6, p. 208.9-12 (pour l’éclipse de Lune) ; 2, 4, p.  (...)

62— Par Zeus, dit Théon, fais-leur un exposé. Quant à moi, j’ai besoin aussi d’être persuadé. Car je n’en sais que ce que j’ai entendu dire, à savoir que les éclipses se produisent quand les trois corps, la Terre, le Soleil et la Lune, sont alignés sur une seule droite, la Terre dérobant le Soleil à la Lune, ou inversement la Lune le dérobant à la Terre. En effet le Soleil est éclipsé quand, des trois, c’est la Lune qui occupe la position médiane, tandis la Lune est éclipsée quand la Terre est dans cette position. Le premier phénomène se produit quand il y a conjonction, le second au milieu du mois215.

63Et Leukios de dire :

  • 216 Cf. supra 923 B.
  • 217 Cf. Cléomède, 2, 6, p. 214.2-12 ; Aristote, Du Ciel 297 b 23-30.
  • 218 C’est-à-dire les intersections.
  • 219 932 F 2 : di’ homoiotêta. Nous reprenons l’interprétation suggérée par Opsomer (2010), 106, n. 62. (...)
  • 220 Voir Cherniss (1951), p. 144. Cf. Cléomède, 2, 6, p. 210.6-19 et p. 212.1-12 (éclipse de lune) ; 2, (...)
  • 221 Cf. Plutarque, Notions communes 1080 B.
  • 222 Voir Cléomède, 2, 6, p. 214.13-216.8 et 2, 5, p. 202.26-206.27 ; Théon de Smyrne, p. 135 et 157. Cf (...)
  • 223 Ou peut-être « en privé » (chôris), c’est-à-dire lors de la discussion antérieure, comme le suggère (...)
  • 224 Sur ces variations, voir Géminos, 9. Lehnus (1991, 20085) lit (en suivant Wyttenbach) baseis kai <tas> (...)
  • 225 Les « phénomènes » célestes ne peuvent pas recevoir d’explications absolument exactes, car ils sont (...)
  • 226 Voir supra 932 D.
  • 227 Cf. Cléomède, 2, 3, p. 180.11-13 et 2, 6, p. 218.2s.
  • 228 Cf. Plutarque, Comment distinguer le flatteur de l’ami 57 C, et La malignité d’Hérodote 863 E.
  • 229 Cf. Aristote, Du Ciel 305 a 9-13.
  • 230 Les Stoïciens. Voir supra 928 D et infra 935 B.
  • 231 Au sens stoïcien, comme supra (922 B et 928 C-D).
  • 232 Pour cette période de 465 éclipses de pleine Lune, voir Cherniss (1951), 145.
  • 233 Pour cet argument, voir Cléomède, 2, 4, p. 182.10-16.

64— C’est assurément le plus important ou presque de ce qui a été dit. Mais ajoute, veux-tu, premièrement l’argument tiré de la forme de l’ombre. Car c’est un cône, puisqu’un grand feu ou une grande lumière sphériques entourent un volume plus petit et sphérique216. D’où il vient que, dans le cas des éclipses de la Lune, les contours des parties obscurcies découpent contre les parties brillantes des arcs de cercle217. En effet, quand un corps rond rencontre un corps rond, les sections218 qu’il reçoit ou qu’il produit, quel que soit l’espace qu’elles recouvrent, deviennent circulaires parce que la courbure de tout cercle est identique tout au long de sa circonférence219. Deuxièmement, tu sais, je crois, que les premières parties à subir l’éclipse sont pour la Lune au Levant et pour le Soleil au Couchant, et que l’ombre de la Terre se meut du Levant vers le Couchant, alors que le Soleil et la Terre se meuvent au contraire vers le Levant220. Voilà ce que les phénomènes donnent à voir à la sensation et il n’est point besoin de longs discours pour en prendre connaissance. Cela établit solidement la cause des éclipses. Car, puisque le Soleil est éclipsé quand il est rattrapé, mais que pour la Lune c’est quand elle rencontre ce qui provoque son éclipse, il est vraisemblable, ou plutôt inévitable que le Soleil soit initialement pris par l’arrière, tandis que pour la Lune c’est par l’avant. L’occultation, en effet, commence là où ce qui occulte s’impose d’abord. Or la Lune, dans sa rivalité avec lui, va à l’encontre du Soleil à partir du Couchant, tandis que pour elle-même c’est à partir du Levant que s’applique sur elle l’ombre de la Terre, parce que celle-ci est comme emportée dans la direction opposée. Troisièmement, prends de surcroît en considération la durée et l’amplitude de ces éclipses. Quand la Lune est éclipsée à une grande hauteur et loin de la Terre, elle est cachée peu de temps, mais quand elle subit l’éclipse en étant basse et proche de la Terre elle est fortement retenue et lente à sortir de l’ombre. Bien qu’elle soit basse, ses mouvements sont les plus amples, alors que haute elle a les mouvements les plus courts. Or la cause de la différence réside dans l’ombre. Celle-ci est très large à sa base, comme c’est le cas des cônes, puis elle se rétrécit peu à peu pour se terminer, à son sommet, par une pointe fine. Il s’ensuit que la Lune, quand elle tombe bas dans le cône, est enfermée par l’ombre dans les cercles les plus grands221 et traverse sa partie profonde et la plus ténébreuse. Mais, quand elle est en haut, pour ainsi dire dans de basses eaux à cause de la ténuité de ce qui est ombreux, la Lune n’est qu’effleurée, et elle se délivre rapidement222. Je laisse de côté ce qui a été dit à part223 à propos spécialement des phases et des variations de phase224 : ces phénomènes aussi admettent notre explication, du moins dans la mesure du possible225. Mais je reviens à ce qui fonde notre argumentation226 et qui a son origine dans la perception. Car nous voyons qu’un feu est plus éclatant et brille plus fort227 depuis un lieu plus ombreux, peut-être à cause de l’épaisseur de l’air ténébreux, qui n’admet pas ses émanations et leur diffusion, mais qui contient et enserre sa substance dans le même lieu ; ou bien il s’agit là d’une affection de nos sens si bien que, comme ce qui est chaud à côté de ce qui est froid apparaît plus chaud et les plaisirs, à côté des douleurs, apparaissent plus vifs, de manière analogue ce qui brille à côté de ce qui est ténébreux apparaît plus clair, parce que l’impression de contraste est accentuée en retour par la différence des affections228. La première explication semble plus plausible. Car à la lumière du Soleil un feu, quelle que soit sa nature, non seulement perd son brillant, mais par le fait même qu’il s’efface, il produit moins son effet et s’émousse229. En effet la chaleur du Soleil disperse et dissout sa puissance. Donc si, comme ils le disent eux-mêmes230, la Lune en tant qu’astre assez trouble est dotée d’un feu languissant et inefficient, rien de ce qui manifestement lui arrive en fait ne devrait lui arriver, mais c’est bien tout le contraire : elle devrait apparaître quand elle est cachée, et être cachée chaque fois qu’elle apparaît, c’est-à-dire : elle devrait être cachée pendant tout le reste du temps quand sa lumière est absorbée par l’éther231 environnant, et briller et devenir tout à fait visible chaque six mois ou encore chaque cinq mois, quand elle se couche sous l’ombre de la Terre. En effet, des 465232 pleines Lunes éclipsées, 440 se produisent chaque six mois, le reste chaque cinq mois. Il aurait donc fallu que ce soit à d’aussi grands intervalles de temps que la Lune devînt manifestement brillante par elle-même <dans l’ombre>. Or, dans l’ombre elle s’éclipse et perd sa lumière ; mais elle la récupère quand elle échappe à l’ombre233, et elle apparaît souvent de jour, si bien qu’elle peut être tout plutôt qu’un corps igné et semblable à un astre.

  • 234 = SVF 2, fr. 672. Cf. Pline, Histoire Naturelle 2, 9, 42.
  • 235 Le ciel, d’après les Stoïciens, est fait de feu et d’éther (SVF 1, fr. 115 et 116 ; 2, fr. 580).

6521. Après que Leukios eut dit cela, Pharnakès et Apollonidès se précipitèrent presqu’ensemble pour prendre la parole. Alors, Apollonidès ayant cédé la parole au premier, Pharnakès dit que cela surtout prouvait que la Lune est un astre ou un feu : pendant les éclipses, elle n’est pas entièrement invisible, mais laisse luire une couleur charbonneuse et sinistre, qui lui est propre234. Apollonidès de son côté souleva une objection sur le terme d’« ombre », à savoir que c’est ainsi que les scientifiques appellent la région non éclairée et qu’il ne peut y avoir d’ombre dans le ciel235. Et moi de répondre :

  • 236 Cf. supra 922 A-B.
  • 237 Iliade 9, 212-213.

66— C’est une objection qui s’attaque au mot de façon éristique plus qu’elle ne s’attaque au fait de façon physique et scientifique. En effet, même si l’on veut appeler la région barrée par la Terre non pas « ombre » mais « lieu non lumineux », il est nécessaire que la Lune une fois arrivée dans cette région soit obscurcie, étant privée de la lumière du Soleil. Et en général, disais-je, il est simplet de nier que l’ombre de la Terre atteigne ce point d’où, à son tour, l’ombre de la Lune, en tombant sur notre vue et se répandant sur la Terre, cause une éclipse du Soleil. Maintenant c’est vers toi, Pharnakès, que je désire me tourner. Cette couleur charbonneuse et luisante de la Lune que tu dis lui être propre est celle d’un corps ayant densité et profondeur. Car aucun reste ou aucune trace de flamme ne demeure dans les corps de texture raréfiée, et il ne peut y avoir incandescence sans corps solide capable de recevoir et de conserver l’embrasement en profondeur236. Car c’est ce que dit aussi Homère quelque part237 :

  • 238 Il s’agit de Patrocle, qui étale les braises d’un feu pour y faire griller des morceaux de viande.

Mais, quand la fleur du feu se fut éteinte et que la flamme fut tombée,
Il238 étala le charbon ardent …

  • 239 Cf. Plutarque, Vie de Paul-Émile 17, 7 et Vie de Nicias 23, 2.
  • 240 Fr. 31 B 42 D-K ( = 374 Bollack). On pourrait aussi traduire par : « à l’œil bleu-gris », cf. 929 D (...)
  • 241 Cf. Plutarque Délais de la justice divine 22, 563 E-F, et Le démon de Socrate 21, 590 C sqq.
  • 242 Iliade 11, 298. ; Odyssée 5, 56.
  • 243 Iliade 1, 350 et 5, 771 ; Odyssée 1, 183 ; 12, 388 ; 19, 172.
  • 244 Iliade 1, 432 ; Odyssée 2, 428.
  • 245 Iliade 16, 34.
  • 246 Odyssée 10, 74.
  • 247 Sur l’emploi de palaios chez Plutarque voir Brichet (2003).
  • 248 Voir Platon, Phédon 110b sqq.
  • 249 À savoir la Lune.
  • 250 Cherniss (1951), p. 145 suggère de lire noeroû (« intellectif ») au lieu de noteroû (« doux », « hu (...)
  • 251 Cf. Platon, Phédon 110e – 111c.
  • 252 « Olympienne » = « céleste », voir supra 929 A.
  • 253 Cf. supra 928 D et 933 D.
  • 254 Les derniers mots de cette phrase nous rappellent ce que Platon dit du Bien dans la République (VI, (...)
  • 255 Pour cette fragmentation, voir supra 921 C, et Propos de Table 696 A-C.

67Car le charbon ardent n’est pas, on le voit bien, du feu, mais un corps igné et affecté par le feu, un feu qui reste attaché à une masse solide, qui s’y enracine et y séjourne, tandis que les flammes sont des fluides qui embrasent un combustible fait d’une matière qui est peu dense et qui est rapidement dissoute en raison de sa faiblesse. Ainsi il n’y aurait pas d’autre indice aussi évident de la nature terreuse et dense de la Lune que son aspect charbonneux, si toutefois le charbonneux en tant que couleur lui était propre. Or ce n’est pas le cas, mon cher Pharnakès, car lorsqu’elle subit une éclipse elle change souvent de teinte et les astronomes déterminent ces teintes selon le temps et l’heure239et les divisent comme suit : si l’éclipse arrive le soir, la Lune paraît terriblement noire jusqu’à la troisième heure et demie ; à minuit, elle émet cette couleur rougeâtre et enflammée ; à partir de la septième heure et demie, le rouge survient ; et enfin, vers l’aube, elle prend dès lors une coloration bleutée et azurée, d’où justement les poètes surtout et Empédocle tirent l’épithète qu’ils lui donnent de à l’œil étincelant240. Quand on voit la Lune prendre tant de colorations dans l’ombre, il n’est pas correct de les réduire à la seule couleur charbonneuse, dont on pourrait dire quelle est celle qui lui est la plus étrangère et qui est plutôt un léger mélange et un reste de la lumière qui rayonne à travers l’ombre, tandis que ce qui lui est propre est le noir et le terreux. Dès lors qu’ici-bas des lieux, situés dans le voisinage de lacs et de rivières éclairés par le Soleil, prennent les teintes pourpres et écarlates des tentures qui les ombragent et rayonnent alentour en jetant beaucoup d’éclats différents à cause de la réverbération, qu’y a-t-il d’étonnant si un grand flot d’ombre, qui se jette pour ainsi dire dans une haute mer céleste241 faite d’une lumière qui n’est ni stable ni calme, mais qui est poussée de tous côtés par des milliers d’astres et qui est l’objet de toute sorte de mélanges et de changements, reçoit de la Lune l’empreinte tantôt d’une coloration, tantôt d’une autre pour nous la renvoyer ici-bas ? Un astre ou un feu ne saurait émettre une lueur noire, verdâtre ou bleu-nuit dans l’ombre ; mais il court sur les montagnes, les plaines et les mers beaucoup de couleurs venues du Soleil, et sa brillance, mélangée aux ombres et aux brouillards, produit des teintes comme si elle était mélangée à des pigments de peinture. De ces couleurs, Homère a entrepris de nommer tant bien que mal celles de la mer en disant étendue marine violette242 et vineuse243, et encore flot pourpre244, ou ailleurs mer étincelante245 et bonace blanche246. Mais les couleurs qui apparaissent à la surface de la Terre différemment selon les moments, il les a laissées de côté, parce que leur multitude est sans bornes. Il est probable que la Lune n’a pas comme la mer une seule surface, mais qu’en ce qui regarde sa nature elle ressemble très fortement à la terre dont Socrate l’Ancien247 a parlé dans un mythe248, soit qu’il ait évoqué celle-ci en termes voilés, soit qu’il ait décrit une autre Terre249. En effet, il n’est pas incroyable ni surprenant que la Lune, qui n’a rien de corrompu ni de fangeux en elle, mais qui reçoit du Ciel une lumière pure, et qui est pleine d’une chaleur d’un feu non pas ardent ou ravageur mais doux250, inoffensif et dans son état naturel, possède des lieux présentant d’admirables beautés, et qu’elle ait des montagnes flamboyantes et des zones empourprées, ainsi que de l’or et de l’argent non pas dispersé en profondeur mais couvrant les plaines d’une abondante efflorescence ou apparaissant sur des hauteurs lisses251. Si la vue en arrive jusqu’à nous à travers l’ombre tantôt sous un aspect, tantôt sous un autre par l’effet de quelque variation et différence de l’air ambiant, la Lune n’en perd pas le caractère honorable et divin que l’opinion lui prête, tenue qu’elle est par les hommes pour être une « Terre olympienne »252 et sainte, plutôt que pour un feu tourbeux et chargé de lie comme disent les Stoïciens253. Si le feu reçoit des honneurs barbares chez les Mèdes et les Assyriens, qui par peur vouent un culte aux forces maléfiques et accomplissent des rites propitiatoires, au lieu d’honorer ce qui est vénérable, en revanche pour tout Grec le nom de « Terre » est cher et honorable, et chez nous c’est une tradition ancestrale de la vénérer comme un autre dieu. Il s’en faut de beaucoup que les hommes que nous sommes regardent la Lune, qui est une « Terre olympienne », comme un corps privé d’âme, privé d’intellect et privé de toute part aux prémices qu’il convient d’offrir aux dieux en échange de leurs biens selon la coutume et par vénération naturelle de ce qui est plus puissant et plus honorable en excellence et en puissance254. En conséquence, nous devons nous dire que nous ne commettons aucune offense en posant que la Lune est une Terre, et que, pour ce visage qu’elle fait apparaître, de même que la Terre chez nous a de grands golfes, de même cette Terre qu’est la Lune laisse-t-elle voir largement déployées de grandes profondeurs et de grandes crevasses qui contiennent de l’eau ou un air ténébreux ; la lumière du Soleil n’y descend pas et n’en touche pas le fond, mais elle y fait défaut et c’est d’une manière fragmentée qu’elle est réfléchie vers nous255.

6822. Mais Apollonidès m’interrompit pour prendre la parole :

  • 256 Cf. Cléomède, 2, 3, p. 172.25-27.
  • 257 Le doigt attique équivaut à 18 mm.
  • 258 Soit, en stades attiques, environ 5 328 km.
  • 259 Soit, en stades attiques, environ 1 776 km.
  • 260 Soit, en stades attiques, environ 88, 800 km. Cléomède (2, 1, p. 146.25-148.3) estime à 40 000 stad (...)

69— Et après, dit-il, par la Lune elle-même !, il vous semble possible que des crevasses et des ravins produisent des ombres qui parviennent de là-haut jusqu’à notre œil ici-bas, ou bien ne concevez-vous pas ce qui en résulte et dois-je, pour ma part, l’énoncer ? Je souhaite que vous écoutiez, bien que vous ne l’ignoriez pas. Admettons que le diamètre de la Lune ait une taille apparente lors des éloignements moyens256 de douze doigts257, alors la taille apparente de chacune des parties noires et plongées dans l’ombre dépasse le demi-doigt, si bien que chacune est plus grande que la vingt-quatrième partie du diamètre lunaire. Et vraiment, dans l’hypothèse où le périmètre de la Lune serait seulement de trente mille stades258, tandis que son diamètre serait de dix mille stades259, sur la Lune, dans notre hypothèse, chacune des parties plongées dans l’ombre ne serait pas inférieure à cinq cents stades260. Vois d’abord s’il est possible que la Lune ait des dépressions et des reliefs assez importants pour produire une ombre si grande, ensuite comment il se fait que nous ne les voyions pas, alors qu’ils ont une taille si importante.

70Et moi de lui dire en souriant :

  • 261 Les deux géants Otos et Éphialte. Voir Homère, Iliade 5, 385-387, Odyssée 11, 311 ; cf. Plutarque, (...)

71— Bravo ! Tu as découvert, Apollonidès, une démonstration telle qu’elle te permettra de démontrer que toi aussi bien que moi nous sommes plus grands que ces fameux Aloades261, non pas cependant à tout moment du jour, mais surtout le matin et dans la soirée, si tu t’imagines, à cause de l’énorme dimension que le Soleil donne à nos ombres, fournir par l’expérience sensible le beau raisonnement suivant : si l’ombre projetée est grande, ce qui projette l’ombre est démesurément grand. Aucun de nous deux, je le sais bien, n’a été à Lemnos ; pourtant, nous avons tous les deux souvent entendu répéter cet iambe par tout le monde :

  • 262 Sophocle, fr. 708 Nauck2 = 776 Kannicht (dans : Radt, 1977) et Lloyd-Jones (1996).

72L’Athos recouvrira les flancs de la vache lemnienne262.

  • 263 Environ, en stades attiques, 124 km. Le Mont Athos s’élève à 2 033 m. et son ombre pourrait théoriq (...)
  • 264 Voir Cherniss (1951), p. 145.

73L’ombre de la montagne s’y projette en effet, semble-t-il, sur une petite vache en bronze, parce qu’elle s’étend à travers la mer sur pas moins de sept cents stades263. <Mais il ne faut pas, je suppose>, que la montagne qui projette cette ombre soit haute elle-même <de sept cents stades>, pour la simple raison que l’éloignement de la source lumineuse multiplie de plusieurs fois la taille de l’ombre des corps264. Ici, de surcroît, observe précisément que c’est à la pleine Lune, lorsque par la profondeur de l’ombre elle donne à voir le plus nettement la forme du visage, que le Soleil se tient à la plus grande distance de celle-ci. En effet, c’est l’éloignement lui-même de la source lumineuse, et non pas les dimensions des irrégularités de la surface de la Lune, qui donne à l’ombre sa longueur. Et, en outre, le rayonnement solaire ne laisse pas non plus bien voir les rochers à pic des montagnes en plein jour, pourtant leurs parties profondes, creuses et plongées dans l’ombre apparaissent de loin. Il n’y a donc rien d’étrange à ce que dans le cas de la Lune aussi il ne soit pas possible de bien voir avec précision ce qui en elle brille par réverbération et s’illumine, tandis que, en raison du contraste, la juxtaposition des parties plongées dans l’ombre et des parties brillantes n’échappent pas à notre vision.

  • 265 C’est-à-dire son image réfléchie dans l’eau.
  • 266 Voir SVF 2, fr. 675 de Chrysippe.
  • 267 Toujours les Stoïciens.

7423. Mais, dis-je, voici qui semble davantage réfuter la thèse alléguée de la réflexion depuis la Lune. Il arrive à ceux qui se tiennent dans les rayons réfléchis de voir non seulement la réalité illuminée, mais encore la réalité illuminante. En effet, si un rayon de lumière rebondit d’une surface liquide contre un mur, chaque fois que l’œil se trouve à l’endroit lui-même illuminé par le reflet, il voit les trois réalités : le rayon qui se réfléchit, l’eau qui provoque la réflexion et le Soleil lui-même265, d’où provient la lumière qui tombe sur l’eau et se trouve réfléchie. S’appuyant sur cette observation incontestable, on (sc. les Stoïciens) 266 somme ceux qui soutiennent que la Lune éclaire la Terre par réflexion de faire voir que le Soleil apparaît de nuit dans la Lune, tout comme il apparaît dans l’eau en plein jour chaque fois qu’il y a réflexion du Soleil sur l’eau. Or, comme le Soleil n’apparaît pas, on267 s’imagine que c’est d’une autre façon, et non par réflexion, que se produit l’éclairage ; et que, faute de cette apparition, la Lune n’est pas non plus une Terre.

  • 268 L’objection soulevée contre la réflexion lunaire constitue une difficulté aussi bien pour la théori (...)

75— Que faut-il donc leur rétorquer ? dit Apollonidès. Car, semble-t-il, les caractéristiques de la réflexion nous concernent nous aussi en commun268.

  • 269 Lamprias soutient que les caractéristiques physiques de la Lune, auxquelles Apollonidès vient de s’ (...)
  • 270 L’image réfléchie.
  • 271 Pour cette expression proverbiale anô potamôn, qui indique un bouleversement des lois naturelles, c (...)

76— « En commun » très certainement d’une certaine manière, ai-je affirmé pour ma part, mais d’une autre manière ce n’est plus « en commun »269. D’abord, vois comment ils conçoivent les caractéristiques de l’image270 comme fleuves remontant à leur source271, c’est-à-dire en retournant les choses à l’envers. En effet, l’eau est sur la Terre et en bas, alors que la Lune est au-dessus de la Terre, suspendue dans le ciel. Il en résulte que les angles produits par ces deux réflexions ont une position inversée l’un par à l’autre, l’un ayant son sommet en haut contre la Lune, l’autre en bas contre la Terre. Qu’on ne soutienne donc pas que tout miroir de quelque type qu’il s’agisse, ou qu’un même miroir quel que soit son éloignement, produise la même réflexion, car on entre en contradiction avec l’évidence !

  • 272 Les tenants de la thèse de Lamprias.
  • 273 Cf. Propos de Table 696 A, où il est question de lait.
  • 274 Pour ce phénomène, voir Héron d’Alexandrie, Opera 2, 1, p. 330 (Nix-Schmidt).
  • 275 Afin d’expliquer pourquoi le Soleil ne se réfléchit pas dans la Lune, alors qu’il le fait dans l’ea (...)
  • 276 À savoir la distance qui sépare l’œil de la surface lunaire.

77Quant à ceux272 qui déclarent que la Lune est un corps, non pas ténu et lisse à l’instar de l’eau, mais pesant et terreux, je ne vois comment ils seraient tenus de soutenir que le Soleil apparaisse en elle à notre vue. Car le lait ne produit pas non plus les effets spéculaires de cette sorte, ni ne réfléchit le rayon visuel, à cause de l’irrégularité grumeleuse de ses parties273. D’où peut bien venir pour la Lune la capacité de renvoyer à partir d’elle-même notre rayon visuel à la manière précisément des miroirs les plus lisses ? Or, n’est-ce pas, même ces miroirs, dès lors qu’une griffure, une saleté ou une rugosité occupe le point où le rayon visuel est de nature à se réfléchir, deviennent aveugles ; nous, nous les voyons, mais eux ne réfléchissent pas le rayon visuel274. Qui soutient ou bien que la Lune réfléchit à partir d’elle-même précisément notre rayon visuel sur le Soleil, ou bien même qu’elle ne réfléchit pas le Soleil sur nous, est délicieux, car il soutient que notre œil est un soleil, notre rayon visuel une lumière, et l’homme un ciel ! En effet, à cause de la forte intensité et de la brillance du Soleil, il est normal que sa réflexion, produite contre la Lune avec un choc, se porte jusqu’à nous. En revanche, notre rayon visuel est faible, ténu et d’une portée peu considérable. Aussi en quoi est-il étonnant qu’au lieu ou de provoquer un choc suivi d’un ricochet, ou de rebondir en conservant sa continuité, il se brise et vienne à manquer, faute d’une quantité de lumière suffisante pour ne pas se morceler en mille morceaux dans beaucoup d’irrégularités et d’aspérités ? En effet, à partir d’une eau et des autres surfaces qui font miroir, il n’est pas impossible que la réflexion rebondisse vers le Soleil, parce qu’étant près de son point de départ275 elle est encore vigoureuse, tandis qu’à partir de la Lune, même si certains rayons visuels y glissent, ils seront faibles, sans puissance et condamnés à disparaître, à cause de l’importance de l’éloignement276.

  • 277 Ils sont également sphériques.
  • 278 Voir Euclide, Catoptrique, Prop. 30. Cf. Acerbi (2007), p. 2241-3.
  • 279 Les miroirs convexes non sphériques n’offriraient pas d’analogie avec la Lune.
  • 280 Cf. Aristote, Météorologiques 375a30-b15.

78De fait, par ailleurs, les miroirs concaves277 rendent plus intense que l’éclat antérieur l’éclat réfléchi, au point même de souvent faire jaillir des flammes278. En revanche, les miroirs convexes sphériques279 <le restituent> faible et sans puissance, parce qu’ils ne le renforcent pas de tous les côtés. Vous voyez, je suppose, chaque fois que deux arcs-en-ciel apparaissent parce qu’un nuage en englobe un autre, que l’arc-en-ciel englobant produit des couleurs faibles et floues. En effet, le nuage extérieur, comme il est situé plus loin des yeux, ne donne pas une réflexion de forte intensité et vigoureuse280.

  • 281 Cf. supra 929 E.
  • 282 À savoir l’aller-retour Terre-Lune, la Lune étant assimilée métaphoriquement à la borne du stade au (...)

79Et en quoi est-il besoin d’en dire plus ? Car, là où la lumière du Soleil doit à sa réflexion à partir de la Lune de perdre toute sa chaleur281 et où de sa brillance ne parvient difficilement jusqu’à nous qu’un reste ténu et faible, est-il vraiment recevable qu’une quelconque partie du reste du rayon visuel qui effectue le même double parcours282 parvienne de la Lune jusqu’au Soleil ? Moi, je ne le crois pas.

80Réfléchissez, vous aussi, dis-je. Si le rayon visuel subissait les mêmes effets contre l’eau et contre la Lune, la Terre et aussi bien les plantes, les hommes et les astres devraient apparaître dans la pleine lune, comme ils apparaissent dans le reste des miroirs. Mais, s’il est vrai qu’il ne se produit pas de réflexions de nos rayons visuels vers de tels objets visuels soit à cause de la faiblesse de ces rayons soit à cause du relief de la Lune, ne réclamons pas non plus qu’il y ait une telle réflexion vers le Soleil !

  • 283 Il s’agit d’un entretien antérieur, auquel il a déjà été fait plusieurs fois allusion à travers la (...)
  • 284 Hoion epi rhêtois akroatên gegenêmenos : littéralement : « puisque c’est sous certaines conditions (...)
  • 285 La mise en scène est clairement symbolique. Aborder le mythe c’est mettre un terme aux errances à t (...)

8124 — Ainsi donc, dis-je, tout ce qui n’a pas échappé à notre mémoire dans ce qui s’est dit à ce moment-là283, nous l’avons rapporté. Et il est temps d’inviter Sylla à nous délivrer son récit, ou plutôt de lui réclamer celui-ci, puisque c’est bien là ce dont nous avions convenu avec lui quand il est devenu notre auditeur284. En conséquence, si vous voulez, cessons de déambuler et asseyons-nous sur les bancs afin de lui offrir un auditoire bien installé285.

82Ils acceptèrent et, quand nous fûmes assis, Théon dit :

  • 286 Aétius (2, 30) attribue aux Pythagoriciens l’idée que la Lune est habitée ; Diogène Laërce (2, 8) a (...)
  • 287 Timée 40b. Sur cette citation (dans laquelle est ajouté atrekês, « stricte ») cf. Brouillette-Giava (...)

83— Moi, certes, Lamprias, je désire autant que vous tous écouter ce qui va se dire, mais auparavant j’écouterais volontiers parler de ceux286 dont on dit qu’ils habitent sur la Lune, pour savoir, non pas s’il s’y trouve des habitants, mais s’il est possible d’y habiter. Car, si c’est impossible, il est absurde aussi que la Lune soit une Terre. Il apparaîtra en effet que c’est pour rien et sans motif qu’elle existe, si elle ne produit pas de fruits et ne fournit pas à des humains d’un certain type un emplacement et des moyens d’exister et de subsister ; c’est bien en vue de cela que notre Terre est née ainsi que nous l’affirmons avec Platon, elle qui est notre nourrice et la stricte gardienne et démiurge du jour et de la nuit287.

  • 288 Cf. Pindare, Olympiques 1, 57-58 ; Isthmiques 8, 10-11. D’après une scholie à Olympiques 1, 91a, la (...)
  • 289 Cf. Pindare, Pythiques 2, 21-48.
  • 290 Épiclèse d’Hécate après son assimilation à la Lune.
  • 291 Cf. Cornutus, Theologiae Graecae Compendium 34, p. 72.7-15 Lang (Leipzig, BT, 1881) ; traduction it (...)
  • 292 Cf. Étiologies romaines 24.
  • 293 Sur les mouvements irréguliers de la lune, cf. Théon de Smyrne, p. 134.13-135.11 ; Ptolémée, Almage (...)
  • 294 Le lion de Némée. Voir Élien, De nat. anim. 12, 7. Kepler (note 77) suggère que cette histoire prov (...)
  • 295 Cf. Épiménide, fr. 3 B 2 D-K (Épiménide est un poète crétois, semi légendaire, qu’on situe entre 66 (...)
  • 296 Eschyle, Suppliantes 937. Cf. Plutarque, La curiosité 517 F.
  • 297 Héraclide du Pont, dans un ouvrage perdu, a parlé d’un homme tombé de la Lune (Diogène Laërce, 8, 7 (...)
  • 298 À savoir les Éthiopiens. Voir Hérodote, 4, 183 ; Strabon, 2, 5, 36.
  • 299 Cf. Aristote, Météorologiques 340b36-341a4 et 347a29-35.
  • 300 Cf. Plutarque, Platonica quaestio VII, 1005 E.
  • 301 Après la mort de Patrocle. Voir Homère, Iliade 19, 340-356.
  • 302 Voir supra 922 A.
  • 303 Phérécyde de Syros fr. 7 B 13a D-K. Phérécyde de Syros (île des Cyclades), le mythographe et maître (...)
  • 304 Cf. infra, 940 B et Lucien, Histoires véritables 1, 23.
  • 305 Auteur, au début du IIIsiècle avant notre ère, d’une histoire de l’Inde.
  • 306 En lisant sustomous en 938 C 3 (cf sustomoi : leçon des mss E et B en 940 B 11). La substitution du (...)
  • 307 Aristote (Parva Naturalia 445 a 16-17) attribue à certains Pythagoriciens la croyance que des anima (...)

84Mais, tu le vois, le sujet inspire beaucoup de discours tenus aussi bien par plaisanterie qu’avec sérieux. On dit en effet que ceux qui habitent sous la Lune ont, tels des Tantales288, cette dernière suspendue au-dessus de leur tête, tandis qu’au contraire ceux qui habitent au-dessus d’elle se trouvent, tels des Ixions289, enchaînés à une si grande vitesse qu’ils sont empêchés de tomber par le cercle de son tournoiement. Pourtant son mouvement n’est pas unique, mais, comme je suppose on l’a dit aussi, la Lune est Trioditis290 (« À Trois Voies »), puisque sur le zodiaque son déplacement s’effectue en sens contraire à la fois en longitude, en latitude et en profondeur291. Or de ces mouvements l’un reçoit des mathématiciens le nom de « révolution », l’autre celui de « spirale » et le troisième – je ne sais pourquoi - celui d’« anomalie »292, alors qu’ils voient que la lune n’a aucun de ses mouvements qui soit régulier ni qui soit fixé par des retours périodiques293. Donc ce qui mérite notre étonnement, ce n’est pas qu’un lion294 soit tombé dans le Péloponnèse295 sous l’effet de la vitesse, mais que nous ne voyions pas sans cesse des myriades d’hommes en train de tomber et de vies rejetées à coups deruades296, dégringolant de là-haut pour ainsi dire la tête la première297. Il est assurément ridicule de se poser des questions sur la manière de résider des êtres de là-haut, s’ils ne peuvent pas y naître ou se former. Quand les Égyptiens et les Troglodytes298 - pour qui le Soleil au solstice, avant de repartir, se tient au zénith au-dessus de leur tête l’instant d’un seul jour -, ne sont pas loin d’être carbonisés par la sécheresse de l’atmosphère, peut-on vraiment penser que ceux qui sont sur la Lune, tandis que le Soleil chaque mois à la pleine Lune se tient stationnaire au-dessus d’eux à la verticale, supportent douze étés chaque année ? Assurément pour ce qui est des vents, des nuages et des pluies, sans lesquelles les plantes ne naissent pas et sans lesquelles une fois nées elles ne survivent pas, il n’y a pas moyen, à cause de la chaleur et de la ténuité de l’atmosphère, de concevoir qu’ils se forment là-haut. Car même ici-bas les montagnes élevées n’essuient pas de tempêtes violentes et contraires299, mais l’air, étant déjà ténu et instable du fait de sa légèreté300, échappe à ce processus qui fait prendre consistance et à cette densification. Sinon par Zeus, nous affirmerons que, de même qu’Athéna a instillé en Achille du nectar et de l’ambroisie quand il refusait de se nourrir301, de même la Lune, qu’on dit être Athéna302 et qui l’est, nourrit les hommes en faisant sourdre pour eux quotidiennement de l’ambroisie, comme le Phérécyde303 de l’ancien temps s’imagine que les dieux eux-mêmes s’alimentent304. En effet la racine indienne, à propos de laquelle Mégasthénès305 dit que ceux qui <ne mangent> ni ne boivent pour avoir la bouche rétrécie306 la font légèrement brûler par dessous, afin d’en dégager de la fumée et de se nourrir de son odeur307, où là-haut pourrait-on la trouver en train de pousser, si la Lune ne recevait pas de pluies ?

  • 308 Pour une analyse de ce chapitre, cf. Praechter (1901), p. 109-120.

8525308. Lorsque Théon eut prononcé ces paroles, je dis :

86— Tu as merveilleusement et excellemment, par la plaisanterie de tes propos, défroncé nos sourcils, ce qui va jusqu’à nous inspirer de l’audace pour la réponse, dès lors que nous ne nous attendons pas à une demande de comptes fort tatillonne et sévère. De fait, il n’y a véritablement aucune différence entre ceux qui tiennent fortement aux croyances de ce genre et ceux qui sont agacés fortement par les premiers et qui, loin de les croire, refusent même d’examiner calmement le possible et l’admissible.

  • 309 Aristarque de Samothrace (vers 215-143 av. J.-C) fut le directeur de la bibliothèque d’Alexandrie e (...)
  • 310 Fr. 34a Mette. Cratès de Mallos, en Cilicie, fut le directeur de la bibliothèque de Pergame au IIe (...)

87Tout d’abord donc il n’est pas nécessaire, si des hommes n’habitent pas la Lune, qu’elle existe en vain et pour rien. Car pas même la Terre que voici, nous le voyons, n’est productrice ni habitée sur l’ensemble de son étendue, mais ce n’est qu’une petite partie de celle-ci qui engendre des animaux et des plantes sur pour ainsi dire des caps ou des presqu’îles qui surgissent des profondeurs de la mer, tandis que les autres parties sont, pour les unes, des déserts stériles à cause des hivers ou des sécheresses, et, pour la plupart, enfoncées sous la grande mer. Mais toi, qui ne cesses de t’enticher d’Aristarque309 et de l’admirer, tu n’entends pas Cratès310 qui lit :

Océan, qui est à l’origine de tous les êtres,

  • 311 Homère, Iliade 14, 246. Le second vers de la citation n’existe pas chez Homère et semble être une i (...)

Hommes et dieux, se répand sur la plus grande partie de la Terre311.

  • 312 Voir supra, 937 E.
  • 313 Cf. supra, 928 C.
  • 314 Cf. supra, 922 A.

88Eh bien, il s’en faut de beaucoup que ces parties soient advenues en vain. De fait, la mer dégage des exhalaisons douces, et au plus fort de l’été les plus agréables des vents sont, depuis les terres inhabitables et glaciales, relâchés et disséminés par les neiges, quand elles fondent sans à-coups. Or se tient au milieu, selon Platon312, unestrictegardienne et démiurge de la nuit et du jour. Rien n’empêche donc la Lune aussi, tout en étant un désert en termes d’êtres vivants, de réfléchir la lumière qui se diffuse autour d’elle, de concentrer en elle les rayons des étoiles et de fournir un mélange homogène qui l’aide à digérer313 les exhalaisons de la Terre et en même temps adoucit ce que le Soleil présente de trop brûlant et de trop dur. Et, en faisant peut-être une concession aussi à une ancienne tradition, nous affirmerons qu’on l’a tenue pour Artémis314 au motif qu’elle est vierge et stérile, tout en étant par ailleurs secourable et utile.

  • 315 Cf. supra, 937 F ; Cléomède, 1, 4, p. 34.20 et Théon de Smyrne, p. 150, 21-23.
  • 316 Soit par la théorie des sphères concentriques (Aristote, Du Ciel 289b30 – 290a7), soit par celle de (...)
  • 317 Cf. Platon, Timée 40c, et Lois 822a-c.
  • 318 Voir Cherniss (1951), p. 146-147.

89Ensuite, rien de ce qui a été dit, cher Théon, ne montre qu’il est impossible d’habiter sur la Lune. En effet, son tournoiement s’effectue avec beaucoup de douceur et de calme, et il lénifie l’air et le répartit dans un arrangement global, si bien qu’il n’y a aucunement à craindre que ne tombent et ne glissent dans une chute ceux qui se trouvent à marcher là-haut. Et, si le tournoiement n’est pas simple315 non plus, même cette variation du mouvement et son errance ne sont pas le fait d’une anomalie et d’un désordre, mais les astronomes font bien voir en ramenant ce mouvement à des cercles qui s’enroulent autour d’autres cercles316 qu’il y a dans ces variations un ordre et un cheminement merveilleux ; selon certains, ce mouvement s’effectue sans à-coups ; selon d’autres, c’est avec de légères rétrogradations toujours à la même vitesse, uniformément et régulièrement317. En effet, ce sont ces empiètements des cercles318, ces rotations et ces relations entre eux et par rapport à nous qui ensemble produisent le plus harmonieusement du monde les apparentes variations de son mouvement vers le haut et vers le bas ainsi que les variations en latitude qui s’effectuent en même temps que ses révolutions en longitude.

  • 319 Cf. supra, 938 A.
  • 320 Chaque année.
  • 321 Les nouvelles Lunes.
  • 322 Cf. Aristote, Météorologiques, 941b6-25, et Sénèque, Questions Naturelles 4b10.

90Quant à la grande chaleur et à la brûlure continuelle exercée par le Soleil319, tu cesseras de les redouter, si en premier lieu tu contrebalances les douze pleines Lunes estivales320 par les conjonctions321 et supposes que la régularité des changements vient tempérer et réduire les excès, lesquels du coup ne durent pas longtemps. Ces habitants ont, comme c’est vraisemblable, une saison très proche du printemps, qui est intermédiaire entre ces excès. En second lieu, à travers un air opaque et qui en même temps exerce une pression, le Soleil fait descendre sur nous une chaleur nourrie des exhalaisons, tandis que là-haut, étant ténu et translucide, l’air répand et diffuse l’éclat de la lumière solaire, laquelle n’a rien qui lui serve de combustible ou de corps322.

  • 323 En Égypte.
  • 324 Lamprias s’adresse à Théon et à Ménélas.
  • 325 Cf. Platon, Timée 22e.
  • 326 Sur ces variations, voir Théophraste, Histoire des plantes 6, 6, 3-5-8, et Causes des plantes 2, 1, (...)
  • 327 Région méridionale de la Perse.
  • 328 Les populations locales.
  • 329 On ignore à quelles plantes marines (des algues ?) correspondent ces oliviers et lauriers de mer, o (...)
  • 330 Le mot signifie littéralement « qui font fléchir les amants et les ramènent l’un vers l’autre ».
  • 331 Cf. Pline, Histoire Naturelle 24, 17, 102.
  • 332 Lacune de 20 ou 21 lettres.
  • 333 Cf. Théophraste, Histoire des plantes 8, 1, 1 et 4 ; 8, 2, 6 ; 8, 3, 2.
  • 334 Cf. Théophraste, Causes des plantes 3, 1, 3-6.

91D’autre part, ici la végétation et les fruits sont nourris par les pluies ; mais ailleurs, comme dans les régions supérieures323 de Thèbes et de Syène chez vous324, la terre boit non pas une eau de pluie, mais une eau née de la Terre325, et tirant parti des vents et des rosées elle ne consentirait pas, j’imagine, et ce à cause d’une certaine excellence et d’une certaine idiosyncrasie propre à elle, à s’adapter à l’abondance des fruits qu’arrosent de très nombreuses pluies. Les plantes de la même espèce chez nous, si elles sont fortement accablées par les hivers, produisent beaucoup de beaux fruits, tandis qu’en Libye et chez vous en Égypte elles sont complètement sensibles au froid et craintives à l’égard des hivers326. Alors que la Gédrosie327 et le pays des Troglodytes qui descend vers l’Océan sont, à cause de la sécheresse, stériles et totalement dépourvus d’arbres, dans la mer adjacente et répandue tout autour se nourrissent des plantes étonnamment grandes et qui connaissent un état florissant dans les profondeurs, plantes parmi lesquelles on328 appelle les unes « oliviers », les autres « laurier », d’autres encore « cheveux d’Isis »329. Quant à ces plantes appelées ici « anakampsérotes »330, une fois arrachées de la terre, non seulement elles vivent, si on les suspend, aussi longtemps qu’on le veut, mais elles germent331 <…>332. Les unes sont semées à l’approche de l’hiver, d’autres quand l’été est à son plus fort, comme le sésame et le millet333. Le thym ou la centaurée, s’ils sont semés dans un terrain de bonne qualité et gras et s’ils sont arrosés par les pluies et irrigués, abandonnent leur qualité naturelle et perdent leur vertu, alors qu’ils se réjouissent de la sécheresse, et que grâce à elle ils s’apanouissent tout naturellement334. Quelques plantes, à ce qu’on dit, ne supportent même pas les gouttes de rosée, à l’instar de la plupart des plantes d’Arabie, mais se fanent et périssent si elles sont mouillées ; qu’y a-t-il dès lors d’étonnant à ce que prennent naissance dans la Lune des racines, des semences et des arbres qui n’aient en rien besoin de pluies, ni de précipitations de neige, mais poussent en prospérant dans un air estival et ténu ?

  • 335 Cf. Aristote, Histoire des animaux 582a34-b 3.
  • 336 Cf. Plutarque, Isis et Osiris 353 F.
  • 337 Voir Plutarque, Propos de Table 3, 10, 657 F. ; Isis et Osiris 367 D.
  • 338 SVF 2, fr. 748.
  • 339 Aétius (3, 17, 3 et 9) attribue cette théorie à Pythéas et Séleucos.
  • 340 Les Stoïciens.
  • 341 Fr. 48 Diehl ; cf. Calame (1983), fr. 93 (avec le commentaire p. 485s.). Voir aussi Plutarque, Prop (...)

92Comment, d’un autre côté, n’est-il pas vraisemblable que se lèvent des vents chauffés par la Lune, que l’agitation de sa révolution soit doucement escortée de brises et que des gouttes de rosée ou de légères gouttes d’eau en se répandant et se dispersant suffisent aux plantes qui germent, et que d’autre part la Lune soit en raison de son idiosyncrasie, non pas brûlante ni desséchée, mais molle et productrice d’eau ? En effet, aucune affection, en matière de sécheresse, ne nous touche venant d’elle, tandis qu’elle nous affecte beaucoup en humidité et en fécondité féminine335 : croissance des plantes336, décomposition des viandes337, altération et fermentation des vins, ramollissement des morceaux de bois, accouchements faciles pour les femmes338. Mais, je crains d’exciter à nouveau Pharnakès, alors qu’il est tranquille, et de le provoquer, si je cite les marées de l’Océan339, comme ils le disent eux-mêmes340, et les montées du niveau de l’eau qui déborde et s’accroît, parce que, sous l’influence de la Lune, la quantité d’eau augmente dans les bras de mer. C’est pourquoi je vais plutôt me tourner vers toi, mon cher Théon. Tu nous dis, en effet, en expliquant ces mots d’Alcman341

Telles les plantes que nourrit Ersa (Rosée), la fille de Zeus et de la divine Séléné,

  • 342 Ici, le terme de compagnon désigne Théon.

93que maintenant ce dernier appelle l’air « Zeus » et affirme qu’il est humidifié par la Lune (Sélênê) au point de se transformer en gouttes de rosée. En effet, compagnon342, la Lune risque d’avoir une nature qui s’oppose au Soleil si non seulement tout ce que celui-ci par nature durcit et dessèche, elle, par nature, le ramollit et le liquéfie, et si en plus elle humidifie la chaleur dont il est la source et la rafraîchit quand elle la rencontre et se mêle à elle.

  • 343 Cf. Aristote, Histoire des animaux 588b4ss. et Parties des animaux 681a12-15.
  • 344 Voir supra, 938 C. Mais le texte est très mutilé. Voir Cherniss (1951), p. 147-148.
  • 345 Les Travaux et les Jours 41. Hésiode s’adresse aux « rois mangeurs de présents » : « ils ne savent (...)

94Ceux qui croient que la Lune est un corps brûlant et ardent font erreur. Et ceux qui réclament pour les êtres vivants de là-haut ce dont disposent les vivants d’ici-bas pour la génération, l’alimentation et leurs occupations, ressemblent à des gens qui ne voient pas les contrastes que présentent la nature, où il est possible de trouver des différences et des dissemblances plus importantes et plus nombreuses entre les êtres vivants entre eux qu’entre ces derniers et les réalités non vivantes343. Admettons qu’il n’y ait pas des hommes à la bouche rétrécie qui s’alimentent d’odeurs, bien que, de l’avis de <Mégasthénès344>, ils existent ! Mais pour ce qui est de la vertu de la plante coupe-faim, sur laquelle Mégasthénès nous a livré ses explications, Hésiode345 y a fait allusion en disant

Ni quel grand profit réside dans la mauve et l’asphodèle ;

  • 346 Épiménide de Cnossos, rangé parfois au nombre des sept sages. Poète et prophète semi-légendaire, il (...)
  • 347 Cf. D-K, 1 p. 30s. (=3 A 5). Sur Épiménide et la plante coupe-faim, cf. Le banquet des Sept Sages 1 (...)
  • 348 Pour l’idée qu’existent peut-être sur la Lune des êtres vivants relevant d’un quatrième genre corre (...)
  • 349 = SVF 2, fr. 677. Cf. Plutarque, Sur les Contradictions stoïciennes 1053 A. Plutarque utilise contr (...)
  • 350 Cf. Zénon, SVF 1, fr. 104 et 105.
  • 351 Cf. Platon, Phédon 109b-d.

95Épiménide346 de son côté l’a rendue manifeste en montrant qu’avec une toute petite quantité de nourriture la nature ranime l’être vivant et le sustente, puisque, s’il en prend l’équivalent en quantité d’une olive, il n’a plus besoin d’aucun aliment347. Ceux qui sont sur la Lune, si toutefois ils existent, ont probablement des corps alertes et se nourrissent de manière suffisante des premiers aliments venus348. De fait, la Lune elle-même - comme le Soleil qui est un être vivant igné bien plus grand que la Terre - se nourrit, dit-on, de l’eau présente sur la Terre, ainsi que les autres astres que sont les étoiles, bien qu’elles soient en nombre illimité. Tant sont légers et dotés de peu de besoins, selon les conceptions des Stoïciens, les êtres vivants qui habitent le lieu d’en-haut349. Mais nous n’avons sous les yeux ni ces créatures, ni le fait que leur soient adaptés un endroit, une nature et une idiosyncrasie différents. Donc, si nous ne pouvions nous approcher de la mer et la toucher, mais que nous n’en eussions le spectacle que de loin et l’information qu’elle est une eau piquante, non potable et salée, et que quelqu’un prétendît qu’elle nourrit dans ses profondeurs beaucoup de grands êtres vivants et revêtant toute sorte de formes et qu’elle est remplie de bêtes qui vivent de l’eau comme nous de l’air, il paraîtrait soutenir des conclusions semblables à des mythes et à des propos extravagants ; de même, nous semblons être dans la même situation et avoir la même attitude à l’égard de la Lune quand nous sommes incrédules à l’idée que des sortes d’humains habitent là-haut. Ces gens-là, j’imagine, en voyant la Terre comme un sédiment limoneux350 de l’univers, à peine visible à travers des liquides351, des brouillards et des nuages, tel un emplacement sans lumière, enfoncé et sans mouvement, seraient bien plus étonnés qu’elle fasse naître et nourrisse des êtres vivants qui aient part au mouvement, à la respiration et à la chaleur. Et, à supposer qu’il leur arrive d’entendre quelque part ces vers d’Homère :

  • 352 Iliade 20, 65.

Des réalités effroyables moisies et qui précisément font horreur aux dieux352

96et

  • 353 Iliade 8, 16.

Aussi loin dans l’Hadès que l’est le Ciel de la Terre353,

97ils affirmeront que ces vers ont tout bonnement pour sujet cet emplacement et que l’Hadès et le Tartare s’y trouvent relégués, tandis que la Lune est l’unique Terre, puisqu’elle se tient à égale distance des régions supérieures de là-haut et des régions inférieures d’ici-bas.

9826. Alors que j’étais presque encore en train de parler, Sylla me coupa pour dire :

  • 354 Cf. Plutarque, Si les animaux terrestres sont plus intelligents que les animaux aquatiques 965 B.
  • 355 Annoncé dès le début (920 B) et attendu avec impatience (937 C). Pour une étude de la structure log (...)
  • 356 Sylla file la métaphore du théâtre. Son récit est assimilé à un drame, un « drame démonique » pourr (...)
  • 357 À savoir l’étranger mentionné infra (942 B).
  • 358 En adoptant, comme Cherniss, le texte des mss E et B : hêmin … arxamenon.

99— Arrête-toi, Lamprias, et ferme le vantail de ton discours354, de peur que tu ne fasses à ton insu pour ainsi dire s’échouer notre mythe355, et que tu ne ruines notre pièce356, dont le décor et l’argument sont différents. Moi assurément je ne suis qu’un acteur de cette pièce, mais avec votre autorisation je commencerai par faire remarquer que le poète qui l’a écrite357 nous a fait un début358 qui se conforme à Homère

  • 359 Odyssée 7, 244.

Une île, Ogygie, est sise au loin dans l’étendue salée359

  • 360 Plutarque réécrit moins Hésiode (Théogonie) qu’Homère, qui situe Cronos aux confins ultimes de la t (...)
  • 361 Cf. Plutarque, La Disparition des oracles 18, 420 A. Voir aussi Cherniss (1951), p. 149.
  • 362 Sur ce rôle de Briarée, voir Hésiode, Théogonie 729-735.
  • 363 Cf. Timée 24e-25a.
  • 364 À peu près 888 km (en stades attiques).
  • 365 C’est-à-dire en ligne droite, ce que ne permet pas la navigation à la voile.
  • 366 Cf. De l’exil 602 D ; Thucydide II, 102 ; Aristote, Météorologiques 351b28-32 ; Hérodote II, 10 ; S (...)
  • 367 Cf. Strabon 1, 4, 2, à propos de l’île de Thulé, et Pline, Histoire Naturelle 4, 16, 104.
  • 368 La Mer d’Azov.
  • 369 En d’autres termes, la latitude.
  • 370 En dépit d’Hérodote (1, 202-203) et d’Aristote (Météorologiques 354 a 3-4), les Grecs ont longtemps (...)
  • 371 À savoir la Grèce.
  • 372 L’épisode des Hespérides fait aller Héraclès jusqu’en Extrême Occident.

100distante de la Bretagne d’une course de cinq jours, quand on cingle vers le Couchant. Trois autres îles éloignées de celle-ci et entre elles d’une distance égale sont situées devant elle, à peu près dans la direction des couchers estivaux du Soleil ; dans l’une d’elles, selon la mythologie des Barbares360, Zeus a emprisonné Cronos et installé à ses côtés l’Ogygien <Briarée361>, qui a la surveillance362 de ces îles et de la haute mer à laquelle ces Barbares donnent le nom de « Haute mer de Cronos ». Le grand continent qui encercle la grande mer363 est à environ cinq mille stades364 d’Ogygie, tandis qu’il est un peu moins éloigné des autres îles ; le voyage se fait dans un navire à rames365 car la haute mer offre se traverse lentement vu qu’une multitude de fleuves la rendent boueuse. Les fleuves proviennent du grand continent366 ; ils provoquent la formation de dépôts d’alluvions et rendent la haute mer lourde et terreuse ; celle-ci eut même la réputation de s’être gelée367. Le littoral du continent est habité par des Grecs autour d’un golfe aussi grand que le Palus-Méotide368 ; son embouchure est située approximativement sur la même ligne droite369 que l’embouchure de la Haute mer Caspienne370. Ces Grecs se qualifient de « continentaux » et croient qu’ils en sont, tandis qu’ils tiennent pour des insulaires les habitants de cette terre-ci371, parce qu’elle est précisément encerclée par les flots de la mer qui la baigne tout autour. Ils s’imaginent que plus tard se sont mêlés aux peuples de Cronos ceux qui sont arrivés en compagnie d’Héraclès372 et qui, quand Héraclès les a laissés derrière lui, ont pour ainsi dire ranimé au point de la rendre à nouveau vigoureuse et nombreuse l’ethnie grecque qui était déjà en train de s’éteindre et de se faire dominer par les barbares, aussi bien sur le plan de la langue que sur celui des lois et des mœurs. C’est pourquoi Héraclès vient en premier dans leurs honneurs, tandis que Cronos n’a que le second rang.

  • 373 Ce nom de la planète Saturne apparaît dans Plutarque, De animae procreatione in Timaeo 1029 B.
  • 374 L’auteur anonyme de la pièce. Cf. infra, 942 B.
  • 375 Le Taureau est le signe de l’« exaltation » de la Lune, c’est-à-dire « le signe zodiacal dans leque (...)
  • 376 Cf. Cléomède, I, 3, 1, p. 30.18-21 ; Cicéron, De Natura Deorum II, 20,52. Le nombre trente revient (...)
  • 377 Texte très altéré. Les théores sont en Grèce des députés envoyés par les États pour assister aux gr (...)
  • 378 Au large d’Ogygie, côté Ouest Nord-Ouest.
  • 379 Par jour. La nuit, l’été, est très courte, pour ne pas dire inexistante. Cf. Pline, Histoire Nature (...)
  • 380 À savoir l’île de Cronos. Voir Cherniss (1951), p. 149 et note 91.
  • 381 Cf. Plutarque, La Disparition des oracles 420 A. Pour la subordination de Cronos à Zeus dans la gou (...)
  • 382 Cronos est un Titan et, en tant que tel, il n’est pas à l’abri des passions. Sur le sens du mot « t (...)
  • 383 Platon, dans le Cratyle (396b), définit étymologiquement « Cro-nos » comme « intellect sans mélange (...)

101Chaque fois donc que l’astre de Cronos, que nous, nous appelons « Phainon » (« Brillant »)373, mais que ces gens-là, m’a-t-il374 dit, appellent « Nyctouros » (« Gardien de la nuit »), entre dans la constellation du Taureau375 tous les trente ans376, après avoir mis beaucoup de temps à préparer les rites du sacrifice et leur députation navale, ils envoient <un nombre convenable de théores377> tirés au sort dans un nombre équivalent d’embarcations chargées d’une grande quantité de provisions et de l’équipement nécessaire à des voyageurs qui devaient naviguer à la rame sur une haute mer aussi grande et vivre longtemps à l’étranger. Une fois donc au large, les navigateurs rencontrent, comme c’est normal, des fortunes différentes. Mais ceux qui ont survécu à la traversée dirigent d’abord leurs navires sur les îles situées en avant378 et habitées par des Grecs, et ils voient le Soleil se cacher moins d’une heure379, trente jours durant, et c’est cela la nuit, bien que celle-ci soit à peine ténébreuse et qu’il y brille du côté du couchant un halo crépusculaire. Là, ils séjournent quatre-vingt-dix jours et sont considérés, avec estime et amitié, comme étant des hommes sacrés et ils en reçoivent l’appellation ; puis les vents dirigent leur traversée où il faut380. Il n’y a pas d’autres humains qui habitent là en dehors d’eux-mêmes et de ceux qui y ont été envoyés avant eux. En effet, s’il est possible, pour ceux qui ont servi ensemble le dieu la durée de trois décennies, de rentrer chez eux, une bonne majorité choisit de résider sur place, les uns par habitude, les autres parce que sans peine ni tracas ils ont tout en abondance pour des sacrifices et des chorégies, ou parce qu’ils occupent leur temps dans des discussions philosophiques sans fin. En effet, la nature de l’île est étonnante ainsi que la douceur de l’air ambiant. Pour quelques-uns, qui ont projeté de partir, c’est même des êtres divins qui les en empêchent, se montrant à eux comme à des familiers et des amis, et ce n’est pas seulement en songe ou au moyen de présages : beaucoup rencontrent clairement des démons qu’ils voient et qui leur parlent. En effet, Cronos lui-même est enfermé dans l’antre profond d’un rocher semblable à de l’or, où il dort. Le sommeil est en effet le moyen qu’a inventé Zeus pour l’enchaîner, tandis qu’au sommet du rocher viennent voler des oiseaux qui lui apportent l’ambroisie, et qu’une bonne odeur remplit l’île tout entière, en se répandant du rocher comme d’une source. Ces démons entourent de leurs soins Cronos et sont ses serviteurs, car ils ont été ses compagnons lorsqu’il régnait sur les dieux et les hommes, et comme ils sont capables de divination ils tirent d’eux-mêmes de nombreuses prédictions, mais les plus importantes et celles dont les sujets sont les plus importants ils descendent pour les annoncer comme étant des songes de Cronos. En effet, tout ce que Zeus prémédite, Cronos le voit en songe381, et les affections titaniques382 et les mouvements de son âme sont une tension (sc. de son âme) jusqu’à ce qu’à nouveau pour lui le sommeil ait installé un répit et que le caractère royal et divin lui-même soit redevenu en lui-même pur et sans mélange383.

  • 384 Le mythopoïète de supra (941 A).
  • 385 Sur ce qui différencie l’astronomie de la science physique, cf. Simplicius, Commentaire sur la Phys (...)

102C’est donc parce que l’étranger384 avait été transporté là, comme il le disait, et qu’il avait servi le dieu, qu’à loisir il acquit en astronomie une compétence qui est allée aussi loin que le permet la géométrie et, pour les autres domaines de la philosophie, celle que permet la connaissance de la nature385. Comme il avait le désir de voir —et il y aspirait de toutes ses forces— la Grande Île (car c’est ainsi, à ce qu’il semble, qu’ils nomment la terre habitée de chez nous), une fois les trente années écoulées, à l’arrivée de ceux qui venaient de chez eux pour assurer à leur tour le service divin, il salua ses amis et prit la mer, équipé légèrement, mais emportant nombre de gobelets en or comme ressources de voyage. Ce qui lui arriva et tous les hommes qu’il visita, prenant connaissance d’écrits sacrés et se faisant initier à tous les mystères, un seul jour ne suffirait pas à l’exposer de la manière dont cet homme nous l’a rapporté, en mentionnant parfaitement bien tout jusqu’au moindre détail ; mais écoutez-en juste ce qui est pertinent pour l’entretien présent.

  • 386 Cf. Plutarque, La superstition 171 C ; Délais de la justice divine 552 A ; Diodore de Sicile, Bibli (...)
  • 387 Par les Romains.
  • 388 À savoir les dieux visibles de Platon (Timée 40d, et Épinomis 985d).
  • 389 Cf. Plutarque, Le démon de Socrate 591 A-C.

103Il passa en effet un temps très long à Carthage, attendu que Cronos reçoit chez nous de grands honneurs386 et il découvrit des parchemins sacrés qui avaient été emportés secrètement pour être cachés lorsque la cité primitive fut détruite387 et qui étaient restés longtemps enterrés sans qu’on n’en sût rien. Des dieux visibles388 il disait qu’il fallait —c’est précisément la recommandation qu’il me donna— honorer avant tout la Lune, dans la pensée qu’elle est la maîtresse la plus souveraine de la vie <et de la mort>, parce qu’elle est attenante <aux prairies de l’Hadès>389.

  • 390 C’est-à-dire l’étranger, dont Sylla rapporte à présent le récit en style direct.

10427. Comme je m’étonnais et que je lui demandais plus d’éclaircissements, il390 me dit :

  • 391 Le nom de Déméter a été interprété comme signifiant soit « Terre Mère », soit « Mère de la Terre ».
  • 392 Pour l’identification de Perséphone à la Lune, voir Épicharme (fr. 23 B 54 D-K) et Porphyre (L’antr (...)
  • 393 Le mot coré signifie « jeune fille », puis « poupée » et de là « pupille », i.e. la partie centrale (...)
  • 394 Cf. Platon, Premier Alcibiade 133. l’authenticité du Premier Alcibiade a été rejetée pour la premiè (...)
  • 395 Il s’agit de l’errance de Déméter partie à la recherche de sa fille Coré enlevée par Hadès. Voir Hy (...)
  • 396 Cf. supra, 933 E.

105— Les Grecs, Sylla, parlent beaucoup des dieux, mais ils n’ont pas toujours raison. Prenons tout de suite un exemple : ils donnent à Déméter et Coré des noms corrects, mais ils ont tort de croire qu’elles se trouvent toutes les deux au même endroit et dans le même lieu. L’une, en effet, est sur la Terre et régit les êtres qui sont dans la région de la Terre391, tandis que l’autre est sur la Lune et régit les êtres qui sont dans la région de la Lune. Elle se trouve appelée Coré ainsi que Perséphone392 : Perséphone parce qu’elle est porteuse de lumière ; Coré393 parce que nous donnons le vocable de « pupille » (coré) aussi à la partie de l’œil où brille par réflexion le reflet de celui qui la regarde394, de même que l’éclat du Soleil se voit dans la Lune. Les légendes relatives à l’errance et à la quête de ces déesses395 enferment une vérité <indiquée à mots couverts>. En effet, elles se recherchent mutuellement quand elles sont séparées et souvent elles s’entrelacent dans l’ombre. Quant au fait, pour Coré, d’être tantôt dans la lumière du ciel, tantôt dans les ténèbres de la nuit, si ce n’est pas un mensonge, il a donné lieu à des erreurs dans le calcul du temps. En effet, ce n’est pas durant six mois, mais tous les six mois que nous la voyons se faire prendre dans l’ombre de la Terre comme si c’était sa mère, alors que cela lui arrive peu de fois par intervalles de cinq mois396, puisqu’il lui est impossible d’abandonner l’Hadès, étant la limite de l’Hadès, comme Homère précisément l’a dit en termes voilés d’une manière qui n’est pas mauvaise :

  • 397 Odyssée 4, 563.

Mais vers la plaine de l’Élysée et les limites de la Terre397.

  • 398 Pour Plutarque, l’Hadès est la région située entre la Terre et la Lune. Voir infra, 943 C ; cf. aus (...)
  • 399 Cf. Plutarque, Étiologies romaines 282 A.

106Là où en effet l’ombre de la Terre arrête de s’étaler, voilà le terme et la limite qu’il a posés à la Terre398. Jusqu’à ce point il ne remonte aucune personne mauvaise et impure ; en revanche, les gens de valeur, après leur mort, sont emportés justement à cet endroit399 et ne cessent, jusqu’à leur seconde mort, d’avoir ainsi une vie très facile, bien qu’elle ne soit pas celle des bienheureux ni des dieux.

10728— Mais quelle est cette mort-là, Sylla ?

108— Ne m’interroge pas sur ces sujets. Je vais en effet de moi-même m’expliquer.

  • 400 Plutarque vise notamment les Stoïciens. Cf. Sur les Contradictions stoïciennes 1052 F. ; Notions co (...)
  • 401 Cf. Platon, Timée 30b, 41-42, et 90a ; Lois 961d-e ; Phèdre 247c ; Plutarque, La vertu morale 441 D (...)
  • 402 Cf. Le démon de Socrate 591 B.
  • 403 Pour l’âme mortelle, voir Platon, Timée 42d, 61c, 69c-d.
  • 404 943 B 2 teleîn mss. ; teleîsthai : Lernould.
  • 405 Peut-être une invention de Plutarque, voir Cherniss (1951), p. 151.
  • 406 Cf. Isis et Osiris 367 D-E ; Hymnes Homériques 2, 377 ss.
  • 407 Ici-bas.
  • 408 Cf. Hésiode, Théogonie 426 et 448 (à propos d’Hécate). Nous donnons ici à monogenês (en suivant Che (...)

109L’homme, selon ce que pensent correctement la plupart, est un composé ; mais ils ont tort de le prendre pour un composé de deux parties seulement. En effet, ils s’imaginent que l’intellect est en quelque façon une partie de l’âme, et en cela ils ne se trompent pas moins que ceux400 à qui l’âme semble être une partie du corps. En effet, l’intellect est supérieur à l’âme et il est plus divin qu’elle dans la même mesure que l’âme par rapport au corps. Le mélange de l’âme <et du corps> produit < la partie en nous irrationnelle et passionnelle>, tandis que la réunion de l’intellect et de l’âme produit la raison ; l’une est le principe du plaisir et de la peine, l’autre celui de la vertu et du vice401. Dans l’assemblage de ces trois composants, sont fournis < à l’homme > pour sa génération le corps par la Terre, l’âme par la Lune et l’intellect par le Soleil402 de la même manière que le Soleil fournit à la Lune elle-même son éclat. Quant à la mort que nous mourons, une première mort réduit l’homme à deux des trois parties qui le composent, et une seconde le fait passer de deux à une seule403 ; et la première a lieu < dans la Terre > de Déméter, — < (c’est pourquoi on dit que mourir c’est > être initié404 à Déméter, et dans l’ancien temps, à Athènes, on nommait dêmêtrioi (sc. « sujets de Déméter »405) les morts—, l’autre a lieu dans la Lune de Perséphone ; et l’Hermès chthonien est le compagnon de résidence de Déméter, alors que celui de Perséphone est l’Hermès ouranien406. Alors que Déméter délie407 vite et violemment l’âme du corps, Perséphone délie avec douceur et beaucoup de temps l’intellect de l’âme, et pour cette raison elle a reçu l’appellation de « unigénitrice »408. En effet, la meilleure partie de l’homme, quand Perséphone la sépare de l’âme, devient une.

  • 409 Voir infra 945 B. « Sans intellect » signifie ici : qui a vécu sans suivre la raison, dominée par l (...)
  • 410 Cf. Délais de la justice divine 563 E.
  • 411 Voir Plutarque, Isis et Osiris 382 E et Si vivre caché est une bonne maxime 1130 A. Pour l’imaginai (...)
  • 412 Allusion à Ulysse (Odyssée V, 37). Plotin reprend cette idée que le retour d’Ulysse à Ithaque après (...)
  • 413 943 C 12s. : thorubôi kai ptoêsei sunkekramenên met’elpidos hedeias ; cf. Plotin, Traité 1 (I,6), 4 (...)
  • 414 Cf. Platon, Phèdre 248a-b ; Plutarque, Le démon de Socrate 591 C.
  • 415 Pour cette comparaison, cf. Platon, République 621c-d ; Phèdre 256 b et Plutarque, Délais de la jus (...)
  • 416 Cf. Platon, Phèdre 247b, et Plutarque, Le démon de Socrate 592 A.
  • 417 En lisant puri, et non pas peri qui est la leçon des mss. et que garde Cherniss.
  • 418 En 943 D 10 hôsper enthauta : delet Lernould.
  • 419 Non pas celui d’Aristote, mais celui des Stoïciens, qui est un feu pur et céleste (cf. SVF 2, 580 e (...)
  • 420 Il semble bien que kouphizomenên soit une allusion au Phèdre de Platon (248c) et à l’image de l’ail (...)
  • 421 Sur la notion stoïcienne de « tension » (tonos) voir Contradictions stoïciennes 1054 A-B et Notions (...)
  • 422 En corrigeant baphên en apo baphês.
  • 423 Héraclite d’Éphèse (vers 540-480). On lui attribue un ouvrage intitulé De la nature dont il ne nous (...)
  • 424 Fragment 22 B 98 D-K.

110Chacune des deux séparations survient de façon naturelle comme suit : toute âme, avec ou sans intellect409, une fois qu’elle s’est détachée du corps410, a pour destin d’errer, dans la région intermédiaire entre la Terre et la Lune, durant un temps plus ou moins long : celles qui sont injustes et intempérantes expient leurs crimes, tandis que les âmes convenables doivent passer, dans la partie la plus douce de l’air qu’on appelle « Prairies d’Hadès »411, un temps fixé dont la durée permet la purification et l’expulsion des souillures apportées par le corps comme par une vapeur pernicieuse. Alors, comme si elles étaient de retour dans leur patrie après un exil à l’étranger412, elles savourent une joie de la qualité de celle que connaissent surtout les gens en cours d’initiation : une joie mêlée à un trouble et une stupéfaction accompagnés d’un doux espoir413. En effet nombreuses sont les âmes que la Lune repousse, alors qu’elles s’efforcent déjà de s’agripper à la Lune, tandis qu’on voit quelques-unes même de celles qui sont là-bas culbuter vers le bas, comme si elles replongeaient dans un abîme414. Quant à celles qui sont parvenues en haut et y ont fermement pris pied, d’abord, à l’instar des athlètes victorieux415 elles circulent en portant des couronnes de plumes, couronnes dites de stabilité parce que elles ont par la raison, au cours de leur existence, rendu, comme il convient, docile à la bride416 et mis en bon ordre l’irrationnel et le passionnel propre à l’âme ; en second lieu, pour ce qui est de l’apparence, elles ressemblent à un rai de lumière, mais elles ressemblent à un feu417 pour ce qui est de leur nature418 qui est élevée là-haut par l’éther419 qui entoure la Lune420 ; et c’est de lui qu’elles tiennent leur tension421 et force, comme les fers qu’on aiguise tiennent leur qualité du fait d’être trempés422. En effet, ce qui est encore peu dense et diffus en elles se fortifie et acquiert de la fermeté et de la transparence au point qu’elles se nourrissent de la première exhalaison venue, et c’est avec raison qu’Héraclite423 a dit que Les âmesdans l’Hadès ont de l’odorat424.

  • 425 Cf. Platon, Timée 77e ; Aristote, Parties des animaux 656b 19-21 et 25-26 ; 666a16s.
  • 426 Les tenants de la théorie mentionnée dans la phrase suivante, les Stoïciens, mais également d’autre (...)
  • 427 Cf. SVF 2, fr. 555, et Cherniss (1951), p. 157, note 105.
  • 428 Xénocrate, successeur de Speusippe, dirigea l’Académie de 339 à 314.
  • 429 L’air et l’eau, cf. Timée 31b-32c et 40a.
  • 430 Xénocrate, fr. 56 Heinze = fr. 161 Isnardi Parente (1981). Là-dessus voir Cherniss (1951), p. 152. (...)

11129. D’abord elles ont les yeux tournés vers la grandeur de la Lune elle-même, sa beauté et sa nature, qui n’est pas simple ni sans amalgame, mais qui est comme un mélange homogène d’astre et de terre. En effet, de même que la Terre par son mélange avec un souffle humide est devenue douce et que le sang425 fournit à la chair sa sensibilité, parce qu’il forme avec elle un mélange homogène, de même, dit-on426, la Lune, parce qu’elle forme avec l’éther un mélange profondément homogène, à la fois est animée et féconde et à la fois maintient en équilibre la proportion de la légèreté par rapport au lourd. De fait, c’est ainsi, à ce qu’on dit, que le monde lui-même est totalement exempt de mouvement local, parce qu’il est constitué de manière équilibrée et de ce qui naturellement se porte vers le haut et de ce qui se porte naturellement vers le bas427. C’est la conception que semble précisément avoir eue Xénocrate428 grâce à un raisonnement divin, en partant de Platon. En effet Platon est celui qui a déclaré que chacun des astres résulte d’un ajustement de terre et de feu, lesquels ont été proportionnellement attachés l’un à l’autre grâce aux <deux> natures intermédiaires429. Car rien, à ce qu’il dit, n’accède à la qualité du perceptible s’il ne s’y trouve mêlé une part de terre et de lumière. Or Xénocrate affirme que les astres et le Soleil sont composés de feu et de la première densité, tandis que la Lune est composée de la deuxième densité et de l’air qui lui est propre, et la Terre d’eau et de la troisième densité ; et qu’en général, ni le dense en lui-même ni le rare en lui-même ne sont capables de recevoir une âme430. Voilà précisément pour la substance de la Lune.

  • 431 Les géomètres ont calculé que l’ombre de la terre mesurait deux fois et demie son diamètre.
  • 432 Conception pythagoricienne de l’harmonie des sphères. Cf. Plutarque, Le démon de Socrate 590 D et 5 (...)
  • 433 Cf. Le démon de Socrate 590 F sqq.
  • 434 Cf. Plutarque, Vie de Paul-Émile 17, 7-8 ; Tite-Live, 26, 5, 9 ; Tacite, Annales, 1, 28 ; Boèce, Co (...)
  • 435 Cf. Les oracles de la Pythie 398 C-D ; Délais de la justice divine 566 D.
  • 436 Cf. Platon, Phédon 109b.
  • 437 Cf. supra 941 C.
  • 438 Elle englobe, pour les Anciens, l’Océan indien et le Golfe persique. Plutarque connaît l’ouvrage d’ (...)
  • 439 Les mêmes personnes que supra (943 E). Voir Cherniss (1951), p. 151.
  • 440 Voir supra 937 F et 942 D.
  • 441 Voir Cherniss (1951), p. 153.
  • 442 Selon qu’elles passent à la seconde mort (voir infra 944 F sqq.) ou à l’incarnation (voir infra 945 (...)
  • 443 Cf. supra 942 F.
  • 444 Cf. Plutarque, De animae procreatione in Timaeo 1028 B et Aétius, 2, 29, 4 ; 3, 9, 2 ; 3, 11, 3.

112Quant à sa largeur ou à sa grandeur, elles ne se limitent pas aux dimensions données par les géomètres ; elles sont plusieurs fois plus importantes. Si par ses propres dimensions431 elle ne mesure l’ombre de la Terre qu’un petit nombre de fois, ce n’est pas un effet de petitesse ; c’est qu’elle se dépêche ardemment de façon à traverser rapidement le lieu ténébreux, en emportant secrètement les âmes des bons, lesquelles la pressent en criant ; en effet, une fois qu’elles sont dans l’ombre, elles n’entendent plus l’harmonie du ciel432. En même temps venant du bas les âmes des châtiés traversent alors l’ombre pour s’avancer vers elle, en poussant de grandes clameurs plaintives433. C’est pourquoi précisément, au moment des éclipses, la plupart des hommes ont l’habitude d’entrechoquer des objets en bronze et de faire du bruit et du vacarme contre les âmes434 ; et ce qu’on appelle le visage les épouvante aussi lorsqu’elles s’en approchent, parce qu’il a un aspect effrayant et de nature à donner la chair de poule 435. Or, tant s’en faut que ce soit là la réalité. Mais de même que la Terre chez nous a des golfes profonds et grands436– de ce côté-ci il y a celui qui se déverse vers nous par les Colonnes d’Héraclès, et, à l’extérieur, il y a le Golfe caspien437 et ceux qui entourent la Mer Rouge438-, de même on a affaire sur la Lune à des creux profonds. On439 appelle le plus grand d’entre eux « l’Antre d’Hécate »440, où précisément les âmes, une fois déjà devenues des démons, sont punies et châtiées pour des passions qu’elles ont eues ou des actes qu’elles ont accomplis. Quant aux deux creux de forme allongée, on les appelle < « Les Portes »441>. En effet les âmes les franchissent tantôt pour gagner la partie de la Lune qui regarde vers le Ciel, tantôt en sens inverse pour gagner celle qui regarde vers la Terre442. La partie de la Lune qui regarde vers le Ciel reçoit le nom de « Plaine Élyséenne »443, tandis que celle qui est de ce côté-ci reçoit celui de « Domaine de Perséphone Face-à-la-Terre »444.

  • 445 Cf. Plutarque, Disparition des oracles 417 A-B.
  • 446 Cf. Plutarque, Le démon de Socrate 591 C ; la dernière partie de la phrase fait référence aux Diosc (...)
  • 447 Cf. Plutarque, Disparition des oracles 415 C, 417 B, 417 E-F ; Isis et Osiris 361 A-C.
  • 448 Cf. supra 926 C.
  • 449 Cf. infra 945 B et supra 942 A.
  • 450 Cf. Plutarque, Vie de Numa 15.
  • 451 Centre oraculaire désaffecté et dont le nom n’est pas connu ailleurs. À l’époque de Plutarque, le s (...)
  • 452 Cf. supra 943 B.

11330. Les démons ne séjournent pas toujours sur elle, mais descendent ici-bas pour s’occuper des centres oraculaires445, assistent aux rites initiatiques les plus élevés et participent à leur célébration, punissent les crimes et protègent contre eux, et brillent en sauveurs aussi bien dans les guerres qu’en mer446. Tout acte qu’ils accomplissent dans ces domaines, non pas avec noblesse, mais sous l’effet de la colère, dans un but injuste ou par envie, ils l’expient447. En effet, ils sont à nouveau poussés sur la Terre, où ils se trouvent confinés dans des corps d’hommes448. C’est de l’élite des démons de la catégorie précédente que les assistants de Cronos ont affirmé faire eux-mêmes partie449, au même titre, avant eux, que les Dactyles de l’Ida en Crète450, les Corybantes en Phrygie, les descendants de Trophonios à Oudora451 en Béotie et mille autres en maints endroits de la Terre habitée, dont persistent des rites, des marques d’honneur et des appellations, mais dont les puissances se sont détournées vers un autre lieu, quand ils ont connu la mue suprême. Les uns la connaissent plus tôt, les autres plus tard, chaque fois que l’intellect se sépare de l’âme452.

  • 453 Le soleil est l’image du Bien, cf. Platon, République 507-509.
  • 454 Cf. Plutarque, Isis et Osiris 372 E-F et Dialogue sur l’amour 770 B. Les sources majeures sont ici (...)
  • 455 Cf. Plutarque, L’E de Delphes 393 D.

114La séparation est due à l’amour pour l’image qu’offre le Soleil453, image à travers laquelle brillent le désirable, le beau, le divin et la félicité auxquels aspire toute nature par des voies différentes454. De fait, la Lune elle-même doit à son amour du Soleil de tourner autour de lui et de s’unir à lui, sous l’emprise de l’aspiration à recevoir de lui ce qu’il y a de plus fécond455. La nature de l’âme est laissée sur la Lune, gardant comme des traces et des songes de la vie ; et à son sujet, tiens pour correcte l’affirmation du vers

  • 456 Homère, Odyssée 11, 222.

Mais l’âme, à la manière d’un songe, s’est envolée à tire-d’aile456.

  • 457 Odyssée 11, 601.

115En effet, ce n’est pas quand elle s’est séparéee du corps que cet état arrive tout de suite, mais c’est plus tard, quand, séparée de l’intellect, l’âme se retrouve seule avec elle-même. Et Homère457, dans tout ce qu’il a dit, c’est lorsqu’il parle des habitants de l’Hadès qu’il semble le plus suivre un dieu :

Après lui, j’ai reconnu le robuste Héraclès,

Un fantôme ! Lui, il est personnellement avec les dieux immortels.

  • 458 Voir Aristote, Éthique à Nicomaque 1166a16s. et 22s. ; 1168b35 ; 1169a2 ; 1178a2-7. Cf. Plutarque, (...)
  • 459 Voir Plutarque, Délais de la justice divine 564 A ; cf. Platon, Timée 34b ; Lois 959a-b ; Lucien, H (...)
  • 460 Cf. supra, 943 A.
  • 461 Condamné à un sommeil sans fin, en punition de sa passion pour Héra.
  • 462 Cf. Platon, Phédon 81b-e et 108a-b ; Plutarque, Délais de la justice divine 565 D-E, 566 A.
  • 463 Des géants. Voir Homère (Odyssée 11, 576-581) pour Tityos et Plutarque (Isis et Osiris, ch. 27 ; 30 (...)
  • 464 Voir Plutarque, Vie de Pélopidas, 16 ; pseudo-Apollodore, Bibliothèque 1, 4, 1, 3-5.
  • 465 Pour le jeu de mots Typhôn-typhos (« fumée ») voir Platon, Phèdre 230a, et Plutarque, Contre Colotè (...)

116En effet, chacun d’entre nous n’est pas personnellement colère, peur ou désir, tout comme il n’est pas non plus chairs ou humeurs, mais il est ce par quoi nous réfléchissons et pensons458, et l’âme reçoit l’empreinte de l’intellect mais imprime la sienne au corps qu’elle enserre dans ses plis ; elle est ainsi modelée de tous les côtés quant à sa forme si bien que, même séparée depuis longtemps de chacun des deux, le nom qu’on lui donne de « fantôme »459 est correct puisqu’elle conserve sa ressemblance avec eux et les marques imprimées en elle. Des âmes, la Lune, comme on l’a dit460, est l’élément. Elles se résolvent en effet en elle, de même que les corps des morts se résolvent dans la Terre ; le font vite les âmes de bon sens qui ont affectionné un genre de vie fait de loisir, loin des affaires et voué à la philosophie (car abandonnées par l’intellect et, n’ayant plus aucun objet à donner à leurs passions, elles se dissipent). Quant aux âmes des ambitieux et des hommes d’action, sujets à l’amour des corps et aux coups de colère, elles passent leur temps, comme dans le sommeil, à rêver des souvenirs de leur vie, à la manière de l’âme d’Endymion461. Mais, quand elles sont mises hors d’elles-mêmes par leur instabilité et leur caractère passionnel et sont arrachées à la Lune pour une autre naissance, la Lune ne les laisse pas donner libre cours à leur inclination pour la Terre462, mais cherche à les rappeler et à les envoûter. Car ce n’est en rien une petite tâche, ni tranquille, ni pacifique, quand privées d’intellect elles se saisissent d’un corps au moyen de leur partie passionnelle. Les Tityos et les Typhons463, ainsi que Python464, qui a été le maître de Delphes et a jeté le centre oraculaire dans la confusion par insolence et violence, faisaient partie de ces âmes-là, désertées par la raison et se laissant égarer par les fumées des passions 465, mais avec le temps la Lune a accueillies celles-ci également en elle et les a remises en ordre.

  • 466 Cf. supra 943 A et 944 E-F.
  • 467 Cf. Plutarque, Propos de Table 658 F.
  • 468 Cf. supra 938 F.
  • 469 La tradition veut qu’Eileithyia préside aux accouchements (Homère,Iliade 16, 187 ; 19, 103 ; Odyssé (...)
  • 470 S’écartant de l’ordre retenu par Xénocrate (frag. 5 Heinze), Plutarque adopte, ici, comme dans Le d (...)

117Puis, quand le Soleil a de nouveau semé en elle l’intellect au moyen de sa force vitale, la Lune reçoit l’intellect et crée de nouvelles âmes, tandis que la Terre fournit, en troisième lieu, un corps466. En fait, la Terre ne donne rien ; elle rend simplement, après la mort, tout ce qu’elle a pris en vue de la génération ; le Soleil ne prend rien, il reprend simplement l’intellect après l’avoir donné ; la Lune en revanche prend et donne, compose et divise conformément à des pouvoirs différents qui s’appellent « Eileithyia »467 pour celui qui compose, et « Artémis »468 pour celui qui divise469. Et des trois Moires470, Atropos, dont le siège est situé dans la région du Soleil, donne à la génération le départ, tandis que Clotho, qui se déplace dans la région de la Lune, lie ensemble et mélange, et qu’en tout dernier lieu, dans la région de la Terre, met aussi la main à la pâte Lakhésis, qui a le plus part à la fortune. En effet, l’inanimé est par lui-même sans indépendance et subit l’action d’agents étrangers, alors que l’intellect est impassible et maître de lui-même, et que l’âme est quelque chose de mixte et de médian, tout comme la Lune a été créée par le dieu comme mélange tempéré des réalités d’en haut et des réalités d’en bas ; du même coup, elle est par rapport au Soleil ce que la Terre est par rapport à elle.

  • 471 Sur ce genre de formule conclusive après l’exposé d’un mythe, cf. Platon, Phédon 114d ; Ménon 86b ; (...)

118Voilà, dit Sylla, ce que moi j’ai entendu raconter par l’étranger et que lui ont rapporté, comme lui-même le disait, les chambellans et serviteurs de Cronos. À vous, Lamprias, de faire de ce récit l’usage que vous voulez471.

Notes

1 La majorité des éditeurs jugent que le texte est mutilé. Contre la thèse de la mutilation, voir Wilamowitz (1889), p. 27s. Pour une reconstitution hypothétique du début du traité, cf. Martin (1974), en part. p. 85-88.

2 Cherniss lit : Ho Sullas taûta eipe. « tôi gar emôi mutôi prosêkei kakeîthen esti » et traduit : « … These were Sullas’words. ‘ For it concerns my story and that is its source’ » (en donnant un sujet implicite à prosêkei). Cherniss est ici très proche de la manière dont Képler lisait et construisait le texte : Et Sylla ; Haec ipsa dixit ; meae enim fabulae sunt cognata, et sunt inde profecta. Mais il est plus naturel de lire avec Wyttenbach (suivi par Pohlenz et Del Corno-Lehnus) : Ho men oûn Sullas, « taûta », eipe, « tôi g’emôi muthôi prosêkei kakeîthen esti » (en lisant ge au lieu de gar et en faisant commencer la citation en style direct avec tauta). Pour eipe en incise, cf. e.g. Plutarque, Le philosophe doit surtout s’entretenir avec les grands (= Traité 49) 776 C 1ss. : Kai ho Aristôn … « Ôfelen », eipe, « kai ta thêria … ».

3 Il s’agit du mythe eschatologique conclusif.

4 Tout ce début est très obscur. Le texte que nous lisons : « ei deî ti … prosanakrousasthai … puthesthai » est celui de Cherniss. Wyttenbach suggère de lire : « ei dê ti … proanekrousasthe … puthesthai ». C’est ce texte que reprennent Del Corno-Lehnus : « … penso che gradirei sapere se avete addotto qualche argomento preliminare contro le teorie … ».

5 Prosanakrousasthai, métaphore nautique, littéralement : « culer ». Avant d’aborder le mythe, auquel la conversation précédente vient, semble-t-il, de conduire, Sylla propose de faire marche arrière pour passer en revue les explications strictement rationnelles concernant le visage de la Lune. C’est seulement une fois rappelées les apories soulevées par ces explications scientifiques (et probablement celles-là mêmes déjà exposées dans la discussion antérieure que Sylla souhaite lui être rapportée) que l’on passera au mythe, de la même façon que le malade, une fois épuisés les remèdes de la médecine, emprunte des voies moins « rationnelles » pour trouver une éventuelle guérison. On sait que Plutarque rejette d’une manière générale la superstition (cf. infra, 944 B), mais, en bon platonicien, il ne rejette pas le recours mythe (cf. infra, note 9).

6 « Opinions » (doxai) a bien sûr le sens ici de « doctrines », qui constituent le matériau propre des doxographies. Le De facie est très largement lui-même doxographique.

7 Nous mettons une majuscule aux planètes, qui pour les Anciens (à l’exception des philosophes matérialistes) sont des divinités. Plus loin le mythe s’ouvrira sur l’idée que parmi les dieux visibles il faut honorer avant tout la Lune (942 B).

8 C’est le narrateur qui parle, Lamprias.

9 Epadein heautoîs : de la même manière Socrate dans le Phédon dit du mythe qu’il vient d’exposer qu’il faut le prendre comme une sorte « d’incantation qu’il faut se faire à soi-même » (114d7 : epadein heautôi). L’idée que le mythe succède au discours rationnel ou le remplace lorsque ce dernier échoue et qu’il a une fonction incantatoire et persuasive est très platonicienne.

10 C’est de manière analogue que Kant dira que l’homme de science se tourne vers le sens commun quand la recherche rationnelle aboutit à une impasse, cf. Kant, Logique, ed. L. Guillermit, Paris, Vrin, 20073, p. 88 : « Lorsque l’érudit, après avoir déjà suffisamment parcouru le cercle des sciences, n’a pas trouvé dans ses efforts la satisfaction attendue, il finit par devenir méfiant à l’endroit de l’érudition, spécialement à l’égard de ces spéculations où les concepts ne peuvent être rendus sensibles, par exemple en métaphysique. Mais il croit ferme que la clé de la certitude sur certains sujets doit se trouver quelque part, il la cherche alors dans le sens commun, après l’avoir si longtemps cherché en vain dans la voie de l’enquête scientifique ». Mais si Kant condamne le recours au sens commun, Plutarque ne réprouve pas le recours au mythe (cf. supra, note 9).

11 Pour Platon la vision s’explique par une combinaison du rayon visuel avec la lumière du jour, cf. Timée 45b-d. Plutarque se fait l’écho de cette explication, avec des infléchissements qui trahissent des influences aristotéliciennes et stoïciennes, dans un passage de son premier traité delphique, Sur l’E de Delphes, cf. Lernould (2005).

12 Chez Platon l’éblouissement résulte de la destruction du rayon visuel par une lumière extérieure trop forte, cf. Tim. 67e6-68b1. Plutarque reprend cette théorie quand il fait de la presbytie un état intermédiaire entre la vision normale et l’éblouissement, cf. Propos de table, I, 8, 4, 626c2-e2. Là-dessus, voir Lernould (2005).

13 Sur Empédocle, philosophe présocratique du Ve s. av. J.-C., auteur de deux poèmes : De la nature et les Purifications (les Catharmes), et inventeur des quatre éléments (les quatre « racines ») : terre, eau, air, feu, cf. Diogène Laërce, VIII, 51-77 et DPhA III, 2000, p. 66-88.

14 Fr. 31 B 40 D-K (= 360 Bollack qui lit : oxumelês : « qui darde ses membres »).

15 Agésianax (ou Hégésianax) d’Alexandrie (IIsiècle av. J.-C.) est un poète, grammairien et historien. Il est probablement l’auteur d’un ouvrage d’astronomie en vers, les Phénomènes (Phainomena). Voir Der Kleine Pauly 2, p. 967, s.v. Hegesianax.

16 Fr. 1 Powell (1925). Sur ces couleurs (kuanos, bleu-sombre, glaukos, bleu-gris) cf. Tim. 68c

17 Il intervient au chapitre 16 (928 E).

18 Fr. 97 Wehrli (1948), p. 417s. Cléarque de Soles (île de Chypre) - IIIe s. av. J.-C.- est un disciple d’Aristote. Voir DPhA, II, 1994, p. 415-420.

19 Allusion à la discussion antérieure.

20 Le fondateur du Lycée à Athènes en 355. Aristote (384-322 av. J.-C.), né à Stagire en Chalcidique (contrée de Macédoine), d’abord disciple de Platon, fut le précepteur d’Alexandre. Pour l’emploi de palaios chez Plutarque, cf. Brichet (2003).

21 Cf. Lucien, Icaroménippe, 20 ; Aétius, 2, 30, 1.

22 Il faut construire pollachothen avec anaklômenê (comme le fait Képler : nam et radius visorius, reflexus à multis locis) et non pas avec haptesthai (comme le fait Cherniss, suivi par Lehnus) ; cf. e.g. Aristote , Météorologiques, III, 3, 373a3 : pantothen … anaklômenês (sc. tês opseôs).

23 Lorsqu’on se trouve entre le soleil (dans notre dos) et un nuage (que l’on regarde devant nous), la réflexion du rayon visuel vers le soleil à partir des miroirs que constituent les myriades de gouttelettes d’eau en suspension dans l’air produit l’arc-en-ciel ; comme ces miroirs sont petits, la couleur seule en effet apparaît, et non la figure, cf. Aristote, Météorologiques III, 4 ; cf. aussi Plutarque Isis et Osiris 358 F. : « L’arc-en-ciel est une image (emphasis) du soleil qui doit d’être diaprée à ce que le rayon visuel est réfracté et revient se fixer sur le nuage (trad. Froidefond) ». Sur le problème que pose le fait qu’Aristote recourt dans les Météorologiques (III, 4-6) à la théorie du flux visuel, théorie qu’il rejette fortement ailleurs (De l’Âme II, 7 et De la sensation et des sensibles, 2 et 3), cf. Simon (1988), p. 48ss. et Merker (2003), p. 225-242. Sur l’arc-en-ciel dans la pensée gréco-romaine (aussi bien comme figure littéraire et mythique que dans la littérature scientifique), cf. Bonadeo (2004), en part. p. 124-216 sur la théorie aristotélicienne de l’arc-en-ciel et son influence sur les conceptions de ce phénomène dans l’Antiquité.

24 Autrement dit la mer extérieure, en tant qu’elle est vue sur la Lune, est vue seulement indirectement.

25 Frag. 2 Powell.

26 Cf. Strabon, 1, 1, 8. Géographe grec (64 av. J.-C. – 24 apr. J.-C.), grand voyageur, il visita les principales provinces de l’empire romain. Sa Géographie, en dix-sept livres, s’appuie sur les travaux d’Ératosthène, qu’il mit à jour. Il adhéra au stoïcisme et fut un grand admirateur des Romains dont l’empire représentait à ses yeux l’image sur terre de l’empire divin dans le ciel.

27 « Vous », i.e. les mathématiciens.

28 Référence à la théorie des excentriques, par laquelle Hipparque explique le mouvement de la Lune.

29 Hipparque était un astronome et un mathématicien grec du IIsiècle av. J.-C. et non pas un physicien (un phusiologos). Sur la différence entre le mathématicien (l’astronome) et le physicien, voir Aristote Physique II, 2. Hipparque est le plus grand des astronomes de l’Antiquité. Il est célèbre notamment pour sa découverte de la précession des équinoxes.

30 La notion de « crase » (krasis) ou « mixture » désigne chez les Stoïciens un mélange particulier intermédiaire entre la composition (sunthesis) et la fusion (sunchusis). Dans la mixture (krasis) il y a coextension et interpénétration des éléments (comme dans la fusion), mais ces éléments gardent leur nature et peuvent être séparés à nouveau (comme dans la composition) : c’est le cas pour l'eau et la goutte de vin, l'âme et le corps, le pneuma et la matière.

31 Théorie de Platon, cf. Timée 45c ; Aétius, 4, 13, 11.

32 Cf. Adv. Coloten, 1112 C et Aetius, IV, 13, 1.

33 « Nous », les Académiciens, pour qui la Lune est de nature terreuse.

34 Opinion de l’Académie. Cf. infra, 923A, 926C, 928C, 931A-B.

35 « Vous », c’est-à-dire, les Péripatéticiens, pour qui la Lune est un corps éthérée.

36 En lisant ê ê Pohlenz (1955).

37 Pour les Stoïciens, la Lune est un mélange d’air et de feu. Voir Aétius, 2, 25, 5. Cf. Philon d’Alexandrie, De somniis I, 145.

38 Lamprias, qui est proche du Lycée (cf. Plutarque, Propos de Table 2, 2, 635 A-B) sans être un sectateur inconditionnel d’Aristote (cf. Plutarque, La Disparition des oracles, 26, 424 C-F), se rallie, ici, aux positions de l’Académie (cf. 922 F).

39 Probablement Plutarque lui-même (cf. Cherniss [1957], p. 48, note a). Allusion à la discussion antérieure (voir supra 920 B). Le mot « compagnon », avec le même référent implicite, revient plus loin cf. infra 929 B et F.

40 Raillerie contre les allégories stoïciennes.

41 Cf. SVF, 2, p. 212, 38-39 ; et 3, p. 217, 12-13.

42 Pour cette assimilation, voir Plutarque, Isis et Osiris, 354 C, 372 D et 376 A, où Isis est identifiée à la fois à la Lune et à Athéna.

43 Voir Homère, Odyssée, 23, 330 ; 24, 539.

44 Cf. Héraclite, Allégories d’Homère § 26 Buffière (1962, CUF), en part. la section 10. Auteur probablement du Ier siècle apr. J.-C. à ne pas confondre avec Héraclite, le Présocratique (dit « l’obscur »).

45 Il s’agit de l’éther stoïcien, une sorte de feu qui n’a rien à voir avec la cinquième essence d’Aristote, laquelle n’entre pas dans les processus de transformation.

46 Cf. Plutarque, De primo frigido 951 D, 952 B, 953 D – 954 A.

47 Cf. les météorites.

48 Celui des balles de fronde ? Sur la froideur du plomb, cf. Plutarque, Propos de Table, 6, 5, 961 B.

49 Cf. Aristote, Du ciel, 289 a 19-32 ; Météorologiques, 341 a 17-19.

50 Les Stoïciens.

51 Fr. 31 A 60 D-K.

52 Les Platoniciens.

53 Lamprias s’adresse à Pharnakès et aux Stoïciens.

54 Voir Chrysippe, frag. 570 (SVF 2, p. 178, 20-22) ; cf. De primo frigido 952 F.

55 Selon la théorie stoïcienne.

56 Plainte assez fréquente chez les interlocuteurs de Socrate. Cf. Platon, République 336c ; Xénophon, Mémorables, 4, 4, 9. La manœuvre consiste à faire demi-tour afin d’inverser les rôles et, de poursuivi, devenir poursuivant. Voir aussi Plutarque, Des Notions communes contre les Stoïciens 1059 E 5s.

57 Aristarque de Samos, mathématicien et astronome grec du IIIsiècle av. J.-C. (élève de Straton de Lampsaque, le successeur de Théophraste à la tête du Lycée). Précurseur de Copernic il posa l’hypothèse que la Terre tourne autour du Soleil. Cléanthe d’Assos (environ 331-232 av. J.-C.), disciple de Zénon, a écrit un Contre Aristarque (voir Diogène Laërce, VII, 174). Sur la théorie d’Aristarque de Samos, voir Plutarque, Platonica quaestio VIII, 1006 C (trad. anglaise, Cherniss, Loeb, XIII, 1, 1976, p. 76-78) et Aétius, 2, 24, 8. Voir aussi Heath (1913) ; Tannery, Mémoires scientifiques, 1, p. 371 et 2, p. 332 ; Kuhn (1957) ; Lloyd (1978), p. 203-207.

58 I.e. les Néo-Académiciens.

59 Conformément à la position sceptique de la Nouvelle Académie.

60 Position de l’Académie, pour qui la Lune est un corps terreux.

61 Les Stoïciens. Voir SVF, 2, frag. 555, p. 175, 36 sqq.

62 C’est l’avis de Poseidonios. Mais, sur ce point, il est minoritaire dans l’École du Portique. Cf. Aétius, 2, 26, 1.

63 Cf. Cléomède, 2, 1, p. 146.18ss. Ziegler.

64 Cf. Cléomède, 2, 2, p. 170.11ss. ; Posidonius, fr. 9 et 116 Edelstein-Kidd ; Théon de Smyrne, p. 197, 1ss. ; Pline, Histoire Naturelle 2, 11, 51.

65 Les grammairiens et les physiciens.

66 Cf. e.g.Iliade 10, 394 ; Odyssée 12, 284. L’adjectif thoos signifie « rapide » et « pointu ». C’est par « rapide » qu’il est généralement traduit chez Homère.

67 Cf. La Disparition des oracles 410 D.

68 Cf. Plutarque, De animae procreatione in Timaeo 1028 D (trad. anglaise, Cherniss, Loeb, vol XIII, part 1, 1976).

69 Prométhée enchaîné 351-2.

70 Fr. 88, 5 Bergk = 88, 7 Schroeder (editio minor, Leipzig, BT, 19142, p. 301). Cf. Puech (1923), p. 159 : fr. 1 des Prosodies, vers 18s.

71 Générique désignant les populations au visage brûlé par le Soleil ou aux yeux de braise (autre sens possible du mot). Hérodote (7, 70) qualifie ainsi des ethnies voisines de l’Inde.

72 Habitants d’une île identifiée avec l’île de Ceylan. Cf. Strabon, 2, 1, 14 et 15, 1, 14 ; Pline, Histoire Naturelle 6, 22.

73 Cf. Sénèque, Questions Naturelles 7, 1, 7.

74 Pour cette image de « racine de la Terre », cf. Hésiode, Théogonie 728 ; Eschyle, Prométhée enchaîné, 1046-1047. Voir aussi Xénophane, frag. 21 A 47 D-K ; et Aristote, Météorologiques 353 a 34 – b 5.

75 C’est-à-dire le centre du monde.

76 Les Stoïciens ont adopté la théorie aristotélicienne des lieux naturels. Voir SVF 2, p. 195, frag. 646 ; voir aussi ibid. p. 162, 14-19 ; p. 169, 8-11 ; p. 175, 16-35 ; p. 178, 12-15. Cf. Plutarque, LaDisparition des oracles 424 B.

77 Fr. 770 Nauck2 = fr. 854 Kannicht (dans : Radt, 1977). Cf. Plutarque, Le contrôle de la colère 463 F et La tranquillité de l’âme 468 B.

78 Critique de l’idée péripatéticienne et stoïcienne selon laquelle la sphéricité de la Terre est une conséquence nécessaire du mouvement naturel de celle-ci vers le bas, cf. Aristote, Du Ciel 297a8-b23. Par ailleurs Plutarque pense qu’aucun corps matériel ne saurait former une sphère parfaite (Platonica Quaestio V, 1004 B-C).

79 Cf. Lucrèce, De la nature I, 1052-1067 ; Plutarque, Sur les contradictions stoïciennes 1050 B.

80 Cf. Aristote, Du Ciel 296b18-21 et 297b17-21. Les corps lourds ne tombent pas vers la terre parallèlement. Leurs trajectoires vers le centre forment des angles égaux, aucune trajectoire n’étant parallèle aux autres, mais oblique. De la même manière, des hommes debout côte à côte ne sont pas strictement parallèles mais penchent tous l’un par rapport à l’autre.

81 Tels ceux que rejettent les volcans en éruption.

82 Un talent équivaut à environ 30 kg.

83 Cf. Lucrèce, De la nature VI, 536-550 ; Sénèque, Questions naturelles VI, 22, 2.

84 En corrigeant apopristhenta du texte des mss E et B en apoprêsthenta, et en suivant l’interprétation de Cherniss [1951], 139-140.

85 C’est-à-dire dans le ciel à l’orient ou à l’occident. Cf. Ps. Aristote, De mundo 395b10-17.

86 Selon les Stoïciens, les limites des corps sont incorporelles et donc inexistantes. Voir Plutarque, Notions communes 1080 E, cf. 1081 B ; et SVF 2, p. 159, frag. 488.

87 Cf. Platon, Phédon 111e-112e.

88 Cf. ibid. 112e.

89 Les Stoïciens. Voir SVF 2, p. 195, frag. 646.

90 Comme Lamprias, Leukios et le compagnon anonyme (voir supra 921 F).

91 Lamprias retourne contre les Stoïciens leur théorie de l’appropriation (oikeiôsis). Voir Plutarque, Sur les contradictions stoïciennes 1038 B.

92 Voir Aristote, Du ciel 312b24.

93 Pour Aristote (Du ciel 296 b 9-25), les corps terreux se meuvent vers le centre de l’univers et donc, par accident, vers le centre de la Terre. Les Stoïciens placent le monde (cosmos) au milieu de l’univers (to pan) – c’est-à-dire au milieu de l’ensemble formé par le monde et le vide qui entoure celui-ci – parce que tout se porte vers le centre de l’univers, mais il  affirment que les corps lourds dans le monde (l’eau et la terre) se meuvent naturellement vers son centre (SVF 2, p. 175, 16-35, frag. 555).

94 C’est là une idée qui n’est pas éloignée de la théorie newtonienne de la gravitation. Là-dessus, cf. Sambursky (1967), p. 214-223.

95 Voir supra 923 F.

96 Attaqués par les Stoïciens, comme le sont Lamprias, Leukios et le compagnon anonyme, voir supra 921 F et 924 D.

97 Même si elle occupe le centre de notre monde, car il peut y avoir plusieurs mondes. Voir Plutarque, La Disparition des oracles, 425 A-E.

98 En lisant hen phôs avec Wyttenbach, suivi par Del Corno-Lehnus (saphôs : E, B ; Cherniss).

99 Apollonidès et les mathématiciens. Voir supra 920 F et 921 C ; et infra 925 B.

100 La myriade équivaut à 10.000.

101 Pour éviter de diviniser les corps célestes, les scientifiques de l’antiquité ne leur donnent pas le nom de divinités. Ainsi, les planètes Vénus et Mercure sont-elles appelées respectivement « Phosphoros » et « Stilbon ». Sur le nom de Saturne, « Phainon », cf. infra, 941 C.

102 Cet ordre des planètes est celui que les Stoïciens ont adopté à l’époque de Poseidonios.

103 Le stade athénien mesure 177, 6 m.

104 Fragment 31 B 46 D-K (= 371 Bollack). Nous revenons au texte des mss E et B : harmatos hôsper ikhnos anelissetai hê te periakran. C’est le texte adopté en désespoir de cause par Jean Bollack, qui, sans être trop sûr de lui, propose de traduire par : « Telle la piste du char tourne autour de l’extrême … », cf. Bollack (1969), 2, p. 121. Diels-Kranz donnent le texte de Panzerbieter : armatos hôs peri chnoiê helissetai hê tepar’ akrên et dans leur apparat critique complètent le fragment en ajoutant nussan elaunomenê dans l’idée que l’image du char implique celle de la borne (nussa) : « sowie des Wagens Nabe sich umdreht, die an dem äussersten <Ziel vorbeiführt>. Nous adoptons cet ajout et comprenons que la « borne » est aux yeux de Plutarque une image de la Terre.

105 Cf. Bollack (1969), 2, p. 289 : « La terre et son ombre forment une seule région de même nature (d’où l’assimilation chez Plutarque) ».

106 Sur Aristarque de Samos , cf. supra le chapitre 6.

107 Le titre complet est : Sur les grandeurs et les distances du Soleil et de la Lune.

108 Proposition 7, cf. Heath (1921), II, p. 8-10 ; Thomas (1941), p. 5ss.

109 S’agit-il du stade attique (177, 6 m), du stade olympique (185 m), du stade d’Ératosthène (157, 5 m) ou du stade royal de Ptolémée (210 m) ?

110 Plutarque joue sur la polysémie du mot ousia : substance, réalité, essence, propriété (au sens de biens qu’on possède).

111 Insistant sur la notion de limite, Plutarque reprend délibérément le terme de “limite” (peras) contenu dans les mots composés “sans limites” (apeiros) et “illimitation” (apeiria).

112 Avec cette distinction entre l’univers (to pan) et le monde (cosmos), Plutarque retourne contre les Stoïciens leurs propres armes. Voir Sur les contradictions stoïciennes, 1054 B-D ; cf. La Disparition des oracles, 424 D.

113 Cf. Sur les contradictions stoïciennes 1054 F-1055 B.

114 Les Stoïciens.

115 Cf. SVF 2, p. 169, 9-11, fr. 527.

116 Cf. SVF 2, p. 176, fr. 556.

117 Pour les Stoïciens seul un corps est capable de produire un effet ou d’en subir un (Notions communes, 1073 E). Dès lors, un centre incorporel ne saurait agir sur des entités corporelles. Cf. supra 924 B et La Disparition des oracles, 424 E (contre Aristote).

118 Cf. infra 928 B. Il s’agit d’outres gonflées d’air et utilisées comme flotteurs (voir Aristote, Physique, 217a2-3 et 255b26 ; Du Ciel 311b9-13).

119 Cf. SVF 2, p. 217, fr. 773.

120 Allusion à la théorie stoïcienne qui fait de l’incarnation de l’âme un processus de condensation ou de liquéfaction. Cf. Sur les contradictions stoïciennes 1053 B-C.

121 De manière cyclique, au morcellement du Feu et à la phase de différenciation qui conduit à une organisation du monde (diakosmêsis), répond un embrasement universel (l’ekpurôsis) où le feu redevient un et « continu » (συνεχές 926 D : c’est-à-dire d’une substance parfaitement homogène ; la « continuité » exprime ici la non-différenciation, l’absolue identité à soi). Pour cette doctrine stoïcienne selon laquelle l’univers est un processus cyclique où alternent éternellement état de pur feu et organisation en monde, cf. SVF 2, p. 308, fr. 1045. Voir aussi Long-Sedley (2001), II, p. 253-264. Plutarque reprend cette doctrine dans l’E de Delphes, 388E12ss. : « Nous entendons les théologiens soutenir dans leurs hymnes … que le Dieu est par nature incorruptible et éternel, mais qu’en vertu d’une décision du destin, c’est-à-dire d’une raison, il se transforme pour parfois s’embraser et n’être plus que feu, rendant par sa nature toutes choses semblables à toutes choses, et pour parfois revêtir des formes, des états et des propriétés différents, comme c’est le cas maintenant où il reçoit le plus courant des noms, celui de monde. Pour dissimuler à la foule cette transformation en feu, les plus sages appellent le Dieu Apollon à cause de son unicité, et Phoïbos à cause de sa pureté inaltérable ; en revanche, pour ses transformations qui aboutissent à une organisation du monde en souffles, en eau, terre et astres, en génération de plantes et d’animaux, ils s’expriment en énigmes en parlant de dislocation et de démembrement, nommant alors le Dieu Dionysos … » (trad. Boulogne et alii modifiée). Sur l’étymologie (pythagoricienne) du nom Apollon comme signifiant « non multiple » (a-polla), cf. ibid. 393B-C ; Sur les contradictions stoïciennes 1052 C, et Notions communes 1075 A-C (voir aussi Plotin, Traité 32 [V, 5], 6.27).

122 Sur l’idée que les éléments ne doivent pas rester purs, sans mélange cf. Boèce Consolation de la Philosophie III, metrum 9 v. 10-12.

123 Fr. 31 B 27 D-K (= 171 Bollack).

124 C’est-à-dire la terre, l’air, le feu et l’eau.

125 Timée 53b. Cf. De animae procreatione in Timaeo 1016 F et La Disparition des Oracles 430 D.

126 Fr. 31 B 17 D-K (= 31 Bollack). Sur ce témoignage de Plutarque, cf. Furley (1987), p. 88s. Voir aussi 31 B 29 (= 98 Bollack) et 31 B 30 (= 126 Bollack).

127 Fr. 28 B 13 D-K. Parménide d’Élée, colonie grecque au sud-ouest de l’Italie, a vécu entre environ 515 et 450 av. J.-C. Il est le fondateur de l’école éléate (Parménide, Zénon d’Élée, Mélissos) qui niait l’existence de tout changement en soutenant qu’il n’y a à proprement parler jamais de génération et de corruption dans la « nature » (puisque ce qui est ne peut naître de ce qui n’est pas) ; pour Parménide et ses disciples ce qui est est un, non engendré, indestructible, immobile, « ressemblant à la masse d’une sphère bien ronde » (fr. 8, 43). D’où le nom d’« immobilistes » que leur donnera Sextus Empiricus cf. Contre les physiciens II (= Adversus mathematicos X = Adversus dogmaticos IV), 46. Sur Parménide voir Diogène Laërce, IX, 21-23 et DPhA, Va, 2012, p. 150-161.

128 Théogonie 120. Pour cette triade, voir Dialogue sur l’amour 765 D-F.

129 Sur l’importance de la providence dans la doctrine stoïcienne, voir Plutarque, Sur les contradictions stoïciennes 1050 A-B et Notions communes 1075 E et 1077 D-E.

130 Épithète (ho aristotechnas) empruntée à Pindare, d’après Plutarque lui-même (voir Propos de Table 618 B ; Délais de la justice divine 550 A et Notions communes 1065 F). Cf. Pindare, fr. 48 Bowra (= 57 Bergk, et Schroeder). Dans l’édition Puech (1923) ce fragment porte le n° 13 dans la section « Fragments d’origine incertaine ».

131 Cf. Platon, Timée 28c2s. Voir aussi Plutarque, Platonica quaestio 2, 1000 E – 1001 C.

132 Écho au Timée 41b.

133 Puisque les corps célestes sont ignés, et non pas constitués d’éther, les Stoïciens ne peuvent pas expliquer leur mouvement circulaire comme naturel, à la différence d’Aristote (voir Plutarque, Sur les contradictions stoïciennes 1053 F).

134 Selon Donini (1986), p. 214ss. Plutarque veut ici minimiser le désaccord entre Aristote et Platon en faisant voir que ce sont les Stoïciens qui sont les vrais adversaires de Platon.

135 Fr. 31 B 76 D-K (= 468 Bollack) ; cf. Propos de Table 1, 25, 618 B.

136 Position de Platon (Timée 30b-d, 32c-d, 68e, 69b-c) admise par les Stoïciens (SVF 2, fr. 633 et 634).

137 Cf. Aristote, Du Ciel I, 8, 277b2.

138 Atomiste, élève de Démocrite, à ne pas confondre avec l’épicurien Métrodore de Lampsaque mentionné dans le pamphlet de Plutarque Qu’il n’est même pas possible de vivre plaisamment en se conformant à Épicure, chap. 2. Métrodore de Chio croyait en la pluralité des mondes et pensait que les astres reçoivent leur lumière du Soleil parce qu’ils sont placés sous lui, entre la Lune et la Terre (voir Aétius 1, 54 et 2, 15).

139 Il semble que l’on a ici une analogie à quatre termes : l’œil est au Soleil ce que le cœur est à la Terre. Un peu plus loin (928 B 12s.) le Soleil sera associé au cœur.

140 Comparaison empruntée à Platon (Timée 45b).

141 La rate.

142 Pour cette analogie entre le cosmos et les organes du corps, cf. Théon de Smyrne, p. 187-188 ; Macrobe, Le songe de Scipion 1, 20, 6-7.

143 Cf. Platon, Timée 48a.

144 Le groupe des Anciens dont font partie Empédocle et les Stoïciens, mais non pas les Épicuriens.

145 L’éther des Stoïciens est une sorte de feu qui n’a rien à voir avec la quintessence aristotélicienne (cf. De primo frigido 951 C-D).

146 = SVF 2, fr. 668. Cf. Cléomède, 2, 3, p. 178.26-180.8.

147 Aristote l’Ancien, dont se réclame son homonyme (voir supra, 920 F). Voir Du Ciel I, 2, 269a2-18 et 270a12-35.

148 À savoir l’éther.

149 Les quatre substances que sont la terre, l’eau, l’air et le feu.

150 Lacune de 15 ou 17 lettres selon les manuscrits.

151 Aristote pense que la Lune participe de la quatrième substance qu’est le feu (La génération des animaux 761b22).

152 Cf. Aristote, De gen. et cor. I, 10, 328a18ss. (en part. la fin 328b22 : « le mélange est une unification de corps miscibles qui ont été altérés ») ; Alexandre, De mixtione XIV, 231.1-12 Bruns.

153 Ion de Chio, poète lyrique et tragique et historien du Vsiècle av. J.-C.

154 Fr 57 Snell (1986). On trouvera une citation complète de ce fragment dans Propos de Table 658 C.

155 « Olympien », i.e. céleste. Cf. infra 935 C et La Disparition des oracles 416 E.

156 Fr. 28 B 14 D-K. Cf. Plutarque, Contre Colotès 1116 A.

157 Fr. 28 B 15 D-K.

158 Personnage anonyme, probablement Plutarque lui-même, qui a participé à une discussion antérieure. Cf. supra, 921 F et infra, 929 F.

159 Anaxagore (vers 500-428 av. J.-C.). Originaire de Clazomènes en Ionie, il fut le premier philosophe à résider à Athènes et le maître de Périclès. Dans le Phédon (97b7ss.) Socrate raconte comment il fut déçu à la lecture du livre d’Anaxagore (Sur la nature) parce que ce dernier expliquait l’ordre cosmique en se référant seulement à des causes mécaniques, sans faire intervenir de cause finale. Sur Anaxagore, cf. Diogène Laërce, II, 6-15 ; DPhA, I, 1989, p. 183-187.

160 Fr. 59 B 18 D-K. Sur ce passage (929 B-D) voir O’Brien (1968), p. 125-127.

161 Théorie de Poseidonios. Voir infra 929 D. Cf. Cléomède, 2, 4, p. 182.20-184.3 (en part. 183.20ss. : « Une troisième école (sc. celle de Posidonius) dit que la lumière de la Lune résulte d’un mélange de sa propre substance … qu’elle ne répercute pas les rayons qu’elle reçoit à la manière des corps solides et brillants … en recevant et en projetant vers nous, selon un phénomène de réverbération, les rayons lancés par le Soleil ; au contraire elle est transformée par la lumière solaire et c’est de ce mélange qu’elle tient sa propre lumière, non par elle-même, mais par participation, comme un fer incandescent tient sa lumière par participation, du fait qu’il n’est pas impassible, mais qu’il est modifié par le feu » ; voir aussi ibid. 2, 4, p. 188.5-190.16. À noter que l’image des torches qui joignent leur lumière est l’illustration d’une théorie, celle de la convergence de lumières, autre que celle du mélange en ce sens que la « convergence » implique que c’est une lumière qui lui est propre que la Lune joint à la lumière du Soleil. Dans le cas de la théorie du mélange, il peut y avoir aussi « convergence » (cf. συνεξάπτει) mais c’est alors une lumière « acquise », par altération de sa substance, que la Lune conjoint à celle du Soleil. Mais peut-être aussi que la théorie du mélange n’implique aucunement une quelconque convergence des lumières respectives du Soleil et de la Lune.

162 Pour les phases de la Lune, voir Cléomède, 2, 5 et Géminos, 9.

163 Fr. 68 A 89 a D-K.

164 Fr. 31 B 42 D-K (= 374 Bollack).

165 Ou : « à l’œil bleu-gris », cf. supra 920E, la citation du fragment 1 d’Agésianax et la note ad locum. Görgemanns (1968) traduit : « und er verdunkelt von der Erde so viel, wie die Breite des bläulichen Mondes ».

166 Sur Posidonius (Poseidonios) d’Apamée, philosophe stoïcien (vers 135-50 av. J.-C.), savant et historien, chef de l’école stoïcienne de Rhodes, cf. DPhA, Vb, 2012, p. 1481-1501. D’après le témoignage de Cléomède, 2, 4, p. 190.4-16 il faut comprendre que pour Posidonius la profondeur de la lune empêche les rayons du soleil de la traverser complètement (mais la lune, « corps peu consistant, laisse passer les rayons du soleil à travers la plus grande partie de sa substance »).

167 Leukios joue sur le double sens de l’adverbe.

168 Cf. infra 937 B et Sur les oracles de la Pythie 404 D, ainsi que supra 929 A et Quaestiones naturales 918 A

169 Du Soleil et de la Lune.

170 Empédocle, fr. 31 B 43 D-K (= 365 Bollack).

171 Il s’agit du même personnage anonyme que précédemment. Voir supra, 921 F et 929 B.

172 Il s’agit de l’angle d’incidence et de l’angle de réflexion. Voir Euclide, Catoptrique Prop.1. Cf. Acerbi (2007), p. 2200-2202 (et p. 610-619 pour une notice de synthèse sur la Catoptrique d’Euclide). Voir aussi Simon (1988) et (1994).

173 Soit le schéma suivant où la Lune est représentée comme un disque (et non comme une sphère) : Voir Del-Corno-Lehnus, p. 142 qui reprennent Görgemanns (1968), p. 72 :

Image

174 C’est-à-dire cylindriques convexes. Voir Cherniss (1951), p. 142-143.

175 Voir Héron d’Alexandrie, Opera, II, 1, p. 342.7ss. Nix-Schmidt.

176 Cf. Le schéma donné par Görgemanns (1968), p. 40 : (voir Del Corno-Lehnus p. 143).

177 Timée 46 b-c. En fait, Platon y décrit un miroir cylindrique concave, et non pas un miroir en diptyque.

178 En admettant que l’angle de réflexion est toujours égal à l’angle d’incidence.

179 Allusion aux effets de la réfraction. Cf. Aétius, 3, 5, 5 ; Cléomède, 2, 6, p. 224.8-28.

180 Les tenants d’une théorie qui prête une pesanteur à la lumière.

181 Voir Cléomède, 2, 4, p. 186.14-188.7.

182 Les Stoïciens, dont fait partie Poseidonios. Le passage retourne la doctrine de ce dernier contre lui-même.

183 Pour dichotomos (à son premier croissant), menoeides (gibbeuse) et amphikurtos (en forme de croissant), cf. Aristote, Du Ciel 291b20s.

184 Cf. Plutarque, Notions communes 1080 E.

185 Cf. Notions communes 1078 D-E et SVF 2, fr. 473, 477 et 479.

186 Cf. SVF 2, fr. 433. Pour les Stoïciens, la lumière fait subir à l’air une altération instantanée (cf. supra 922 E).

187 Pour la doctrine de Poseidonios, voir Cléomède, 2, 4, p. 182.20ss. (voir aussi p. 188.4-7).

188 Cléomède, 2, 5, p. 196.28-200.23.

189 Cf. Cléomède (2, 4, p. 184.4-18) pour qui la Lune n’a aucune densité et qui utilise cet argument contre la thèse selon laquelle la Lune émet de la lumière par réflexion.

190 Cf. Cléomède, 2, 5, p. 194.20ss.

191 Cf. Cléomède, 2, 5, p. 198.6-9.

192 En lisant comme Wyttenbach mallon de. Avec mallon ê le texte dit, littéralement : « si on voit que la lune est éclairée non pas comme l’air l’est plus que comme l’est la terre ».

193 Et donc que la Lune ait la même nature que la Terre.

194 Pour un commentaire détaillé du chapitre 19 voir Görgemanns (1970), p. 121-148.

195 Éclipse de 75 de notre ère. Voir Introduction.

196 Mimnerme et Cydias, deux poètes qui n’apparaissent pas ailleurs dans l’œuvre de Plutarque. Pour Mimnerme, cf. Edmonds (1931), I, p. 102, n° 20 et pour Cydias cf. Edmonds (1958-9), III, p. 68.

197 Fr. 74 Diehl ; cf. Edmonds (1931), II, p. 134, n° 74. Voir aussi West (1971-2), I, p. 47, n° 122. Archiloque est un poète iambique du VIIsiècle avant notre ère. Lasserre-Bonnard (1958) ne retiennent pas ce fragment qu’on ne trouve que dans la version de Stobée (4, 46, 10) d’un passage de la Rhétorique d’Aristote ( III, 1418b28ss.).

198 Cf. Pindare, Péan 9, 2s.

199 Peut-être Stésichore, cf. Edmonds (1931), I, p. 102, n. 1.

200 Pindare, Péan 9, 5 ; cf. Pline, Histoire Naturelle 2, 12, 54.

201 Odyssée 20, 351-352 et 356-357.

202 Odyssée 19, 307.

203 Cf. De primo frigido 953 A et Platonicae quaestiones 1006 F.

204 Cf. Empédocle cité supra (929 C-D).

205 La découverte date de Thalès. Voir Aétius, 2, 24, 1. Cf. Cléomède, 2, 3, p. 172.6-10.

206 = fr. A 42 D-K. Cf. Aétius, 2, 21, 3 ; et Diogène Laërce, 2, 8.

207 Sur les grandeurs et les distances du Soleil et de la Lune, Proposition 17. Cf. Heath (1913), p. 351ss. et (1921), p. 12s. Sur Aristarque de Samos, cf. supra, chap. 6 (923 A) et 10 925 B-D). Pour l’ancien stoïcisme, la Lune, comme le Soleil, est plus grande que la Terre, cf. Aetius, 2, 26, 1 = SVF 2, fr. 666.

208 Cf. Cléomède, 2, 4, p. 190.17-26.

209 Fr. 210 Rose3 (= 738 Gigon).

210 Précision destinée à le distinguer de son homonyme dans le dialogue. Voir supra, 920 F.

211 Fr. 125 Edelstein-Kidd. Sur l’éclipse de soleil cf. Cléomède, 2, 3, p. 172.6-17 et 178.13-24 ; 2, 4, p. 192.14-20.

212 C’est-à-dire d’un corps lumineux.

213 Poseidonios fait de la Lune une étoile, dont la lumière résulte de l’altération de sa propre lumière par celle du Soleil. Cf. Cléomède, 2, 4, p. 182.20-184.3 et 188.5-27.

214 Selon lequel la Lune est terreuse.

215 C’est-à-dire à la pleine Lune. Cf. Cléomède, 2, 6, p. 208.9-12 (pour l’éclipse de Lune) ; 2, 4, p. 192.14-20 (pour l’éclipse de Soleil) ; Théon de Smyrne, p. 193, 23ss. et 197, 22ss. ; Géminos, 8, 14.

216 Cf. supra 923 B.

217 Cf. Cléomède, 2, 6, p. 214.2-12 ; Aristote, Du Ciel 297 b 23-30.

218 C’est-à-dire les intersections.

219 932 F 2 : di’ homoiotêta. Nous reprenons l’interprétation suggérée par Opsomer (2010), 106, n. 62. H. Cherniss traduit : « whenever two round bodies come into contact, the lines by which either intersects the other turn out to be circular since they have everywhere a uniform tendency », et comprend (cf. Cherniss [1951], p. 144s.), « i.e., they are always arcs of circle because the degree of curvature of each of the two surfaces is at every point similar (cf. The Review of Metaphysics, IV [1951], 403, n. 25 ».

220 Voir Cherniss (1951), p. 144. Cf. Cléomède, 2, 6, p. 210.6-19 et p. 212.1-12 (éclipse de lune) ; 2, 5, p. 204.27ss. (éclipse de soleil) ; et Géminos, 12, 5-13 sur le mouvement du Soleil et de la Lune vers l’Est.

221 Cf. Plutarque, Notions communes 1080 B.

222 Voir Cléomède, 2, 6, p. 214.13-216.8 et 2, 5, p. 202.26-206.27 ; Théon de Smyrne, p. 135 et 157. Cf. infra 944 A.

223 Ou peut-être « en privé » (chôris), c’est-à-dire lors de la discussion antérieure, comme le suggère Martin (1974), p. 78, n. 17.

224 Sur ces variations, voir Géminos, 9. Lehnus (1991, 20085) lit (en suivant Wyttenbach) baseis kai <tas>diaphorêseis et traduit : « ai moti in longitudine e in latitudine ».

225 Les « phénomènes » célestes ne peuvent pas recevoir d’explications absolument exactes, car ils sont dans l’indétermination de la matière. Sur l’imprécision inévitable en physique d’une manière générale voir Plutarque, Platonica quaestio 3, 1001 E sqq. et Propos de Table 699 B.

226 Voir supra 932 D.

227 Cf. Cléomède, 2, 3, p. 180.11-13 et 2, 6, p. 218.2s.

228 Cf. Plutarque, Comment distinguer le flatteur de l’ami 57 C, et La malignité d’Hérodote 863 E.

229 Cf. Aristote, Du Ciel 305 a 9-13.

230 Les Stoïciens. Voir supra 928 D et infra 935 B.

231 Au sens stoïcien, comme supra (922 B et 928 C-D).

232 Pour cette période de 465 éclipses de pleine Lune, voir Cherniss (1951), 145.

233 Pour cet argument, voir Cléomède, 2, 4, p. 182.10-16.

234 = SVF 2, fr. 672. Cf. Pline, Histoire Naturelle 2, 9, 42.

235 Le ciel, d’après les Stoïciens, est fait de feu et d’éther (SVF 1, fr. 115 et 116 ; 2, fr. 580).

236 Cf. supra 922 A-B.

237 Iliade 9, 212-213.

238 Il s’agit de Patrocle, qui étale les braises d’un feu pour y faire griller des morceaux de viande.

239 Cf. Plutarque, Vie de Paul-Émile 17, 7 et Vie de Nicias 23, 2.

240 Fr. 31 B 42 D-K ( = 374 Bollack). On pourrait aussi traduire par : « à l’œil bleu-gris », cf. 929 D 2 et la note ad locum. Le qualificatif glaukôpis évoque plus l’éclat lumineux que la pigmentation. Il s’agit ici de la luminosité des yeux clairs (bleus, verts, gris) et c’est précisément la couleur des yeux chez les Cimbres et les Teutons (voir Plutarque, Vie de Marius 11). Cf. Euripide fr. 1009 dans Nauck2, Jouan-Van Looy (2003) et Kannicht (2004).

241 Cf. Plutarque Délais de la justice divine 22, 563 E-F, et Le démon de Socrate 21, 590 C sqq.

242 Iliade 11, 298. ; Odyssée 5, 56.

243 Iliade 1, 350 et 5, 771 ; Odyssée 1, 183 ; 12, 388 ; 19, 172.

244 Iliade 1, 432 ; Odyssée 2, 428.

245 Iliade 16, 34.

246 Odyssée 10, 74.

247 Sur l’emploi de palaios chez Plutarque voir Brichet (2003).

248 Voir Platon, Phédon 110b sqq.

249 À savoir la Lune.

250 Cherniss (1951), p. 145 suggère de lire noeroû (« intellectif ») au lieu de noteroû (« doux », « humide »), en référence au feu « intellectif » des Stoïciens.

251 Cf. Platon, Phédon 110e – 111c.

252 « Olympienne » = « céleste », voir supra 929 A.

253 Cf. supra 928 D et 933 D.

254 Les derniers mots de cette phrase nous rappellent ce que Platon dit du Bien dans la République (VI, 509b8s.), à savoir qu’il « dépasse l’essence en majesté et en puissance » : epekeina tês ousias presbeiai kai dunameihuperechontos (souligné par moi).

255 Pour cette fragmentation, voir supra 921 C, et Propos de Table 696 A-C.

256 Cf. Cléomède, 2, 3, p. 172.25-27.

257 Le doigt attique équivaut à 18 mm.

258 Soit, en stades attiques, environ 5 328 km.

259 Soit, en stades attiques, environ 1 776 km.

260 Soit, en stades attiques, environ 88, 800 km. Cléomède (2, 1, p. 146.25-148.3) estime à 40 000 stades le diamètre de la Lune, alors qu’Ératosthène pense qu’il en mesure 80 000, un nombre adopté par Plutarque (voir supra 925 D).

261 Les deux géants Otos et Éphialte. Voir Homère, Iliade 5, 385-387, Odyssée 11, 311 ; cf. Plutarque, L’exil 602 D.

262 Sophocle, fr. 708 Nauck2 = 776 Kannicht (dans : Radt, 1977) et Lloyd-Jones (1996).

263 Environ, en stades attiques, 124 km. Le Mont Athos s’élève à 2 033 m. et son ombre pourrait théoriquement couvrir une distance de 160 km.

264 Voir Cherniss (1951), p. 145.

265 C’est-à-dire son image réfléchie dans l’eau.

266 Voir SVF 2, fr. 675 de Chrysippe.

267 Toujours les Stoïciens.

268 L’objection soulevée contre la réflexion lunaire constitue une difficulté aussi bien pour la théorie d’Apollonidès, le géomètre qui épouse la position de Cléarque (voir supra 921 B), que pour celle de Lamprias et de Leukios, qu’Apollonidès vient d’attaquer.

269 Lamprias soutient que les caractéristiques physiques de la Lune, auxquelles Apollonidès vient de s’attaquer, créent moins une difficulté pour sa théorie que pour celle de Cléarque.

270 L’image réfléchie.

271 Pour cette expression proverbiale anô potamôn, qui indique un bouleversement des lois naturelles, cf. e.g. Euripide, Médée 410.

272 Les tenants de la thèse de Lamprias.

273 Cf. Propos de Table 696 A, où il est question de lait.

274 Pour ce phénomène, voir Héron d’Alexandrie, Opera 2, 1, p. 330 (Nix-Schmidt).

275 Afin d’expliquer pourquoi le Soleil ne se réfléchit pas dans la Lune, alors qu’il le fait dans l’eau ou dans un miroir, Plutarque souligne que c’est en raison de l’éloignement de la Lune par rapport au point de départ que sont les yeux pour le rayon visuel.

276 À savoir la distance qui sépare l’œil de la surface lunaire.

277 Ils sont également sphériques.

278 Voir Euclide, Catoptrique, Prop. 30. Cf. Acerbi (2007), p. 2241-3.

279 Les miroirs convexes non sphériques n’offriraient pas d’analogie avec la Lune.

280 Cf. Aristote, Météorologiques 375a30-b15.

281 Cf. supra 929 E.

282 À savoir l’aller-retour Terre-Lune, la Lune étant assimilée métaphoriquement à la borne du stade autour de laquelle les coureurs doivent tourner pour revenir vers la ligne de départ.

283 Il s’agit d’un entretien antérieur, auquel il a déjà été fait plusieurs fois allusion à travers la mention d’un compagnon dont le nom n’est pas donné. Voir supra, 921 F, 929 B et F.

284 Hoion epi rhêtois akroatên gegenêmenos : littéralement : « puisque c’est sous certaines conditions qu’il a été notre auditeur ». Il faut comprendre que Sylla, après l’exposé de la discussion antérieure qu’il a réclamé, doit maintenant en retour raconter son mythe. La traduction de Cherniss (suivi par Lehnus) est discutable : « it is high time to summon Sulla or rather to demand his narrative as the agreed condition upon which he was admitted as a listener ». Ce qui a été décidé d’un commun accord n’est pas que si Sylla s’engage à raconter son mythe alors il peut entendre l’exposé de la discussion antérieure ; c’est bien plutôt : s’il y a d’abord cet exposé, alors suivra le mythe.

285 La mise en scène est clairement symbolique. Aborder le mythe c’est mettre un terme aux errances à travers les opinions rationnelles nécessairement aporétiques. C’est fixer sa pensée sinon dans la claire vérité, du moins dans ce qui en est comme une image.

286 Aétius (2, 30) attribue aux Pythagoriciens l’idée que la Lune est habitée ; Diogène Laërce (2, 8) attribue la même idée à Anaxagore (cf. 59 frag. B 4 D-K).

287 Timée 40b. Sur cette citation (dans laquelle est ajouté atrekês, « stricte ») cf. Brouillette-Giavatto (2010), p. 23s. ; voir aussi Whittaker (1989), p. 81.

288 Cf. Pindare, Olympiques 1, 57-58 ; Isthmiques 8, 10-11. D’après une scholie à Olympiques 1, 91a, la pierre qui menace Tantale est le Soleil.

289 Cf. Pindare, Pythiques 2, 21-48.

290 Épiclèse d’Hécate après son assimilation à la Lune.

291 Cf. Cornutus, Theologiae Graecae Compendium 34, p. 72.7-15 Lang (Leipzig, BT, 1881) ; traduction italienne et commentaire de Ramelli (2003) ; traduction française dans Rocca-Serra (1988) ; sur cet ouvrage de Cornutus voir aussi Rocca-Serra (1982) et Gourinat (2008), p. 58ss.

292 Cf. Étiologies romaines 24.

293 Sur les mouvements irréguliers de la lune, cf. Théon de Smyrne, p. 134.13-135.11 ; Ptolémée, Almageste IV, 2. Voir aussi Cherniss (1951), p. 146s.

294 Le lion de Némée. Voir Élien, De nat. anim. 12, 7. Kepler (note 77) suggère que cette histoire provient d’une confusion entre le génitif pluriel laôn de las (pierre) et le nominatif singulier de leôn (lion).

295 Cf. Épiménide, fr. 3 B 2 D-K (Épiménide est un poète crétois, semi légendaire, qu’on situe entre 660 et 500 av. J.-C. Il serait, selon la tradition, l’auteur d’une théogonie et d’autres poèmes de nature mystique) ; voir aussi Anaxagore, fr. 59 A 77 D-K. Cette légende, prêtée à Anaxagore, a peut-être un rapport avec la chute d’une météorite dans la région d’Aigos-Potamos, en 467 av. J.-C. (voir aussi Plutarque, Vie de Lysandre 12).

296 Eschyle, Suppliantes 937. Cf. Plutarque, La curiosité 517 F.

297 Héraclide du Pont, dans un ouvrage perdu, a parlé d’un homme tombé de la Lune (Diogène Laërce, 8, 72). Sur Héraclide, originaire d’Héraclée du Pont, membre de l’Académie jusqu’à la mort de Speusippe, cf. Diogène Laërce, V, 86-94.

298 À savoir les Éthiopiens. Voir Hérodote, 4, 183 ; Strabon, 2, 5, 36.

299 Cf. Aristote, Météorologiques 340b36-341a4 et 347a29-35.

300 Cf. Plutarque, Platonica quaestio VII, 1005 E.

301 Après la mort de Patrocle. Voir Homère, Iliade 19, 340-356.

302 Voir supra 922 A.

303 Phérécyde de Syros fr. 7 B 13a D-K. Phérécyde de Syros (île des Cyclades), le mythographe et maître selon la tradition de Pythagore (Vsiècle av. J.-C.), est parfois confondu avec Phérécyde de Léros et d’Athènes, le logographe (lui aussi du Vsiècle av. J.-C.).

304 Cf. infra, 940 B et Lucien, Histoires véritables 1, 23.

305 Auteur, au début du IIIsiècle avant notre ère, d’une histoire de l’Inde.

306 En lisant sustomous en 938 C 3 (cf sustomoi : leçon des mss E et B en 940 B 11). La substitution du préfixe ΕΥ au préfixe ΣΥ résulte très probablement d’une faute de lecture.

307 Aristote (Parva Naturalia 445 a 16-17) attribue à certains Pythagoriciens la croyance que des animaux se nourrissent d’odeurs. Cf. Démocrite, fr. 68 A 28 et 29 D-K.

308 Pour une analyse de ce chapitre, cf. Praechter (1901), p. 109-120.

309 Aristarque de Samothrace (vers 215-143 av. J.-C) fut le directeur de la bibliothèque d’Alexandrie entre 180 et 145 av. J.-C. environ. On lui doit de nombreuses éditions (Hésiode, Archiloque, Alcée, Pindare, les Tragiques, Aristophane, Hérodote). Il est surtout connu pour son édition critique d’Homère.

310 Fr. 34a Mette. Cratès de Mallos, en Cilicie, fut le directeur de la bibliothèque de Pergame au IIe s. av. J.-C., et l’adversaire d’Aristarque de Samothrace. Il appliqua à Homère la géographie de Cléanthe (cf. Géminos, 16, 22). Là-dessus, voir Mette (1936), p. 60ss. ; Pfeiffer (1968), p. 238ss.

311 Homère, Iliade 14, 246. Le second vers de la citation n’existe pas chez Homère et semble être une interpolation de Cratès.

312 Voir supra, 937 E.

313 Cf. supra, 928 C.

314 Cf. supra, 922 A.

315 Cf. supra, 937 F ; Cléomède, 1, 4, p. 34.20 et Théon de Smyrne, p. 150, 21-23.

316 Soit par la théorie des sphères concentriques (Aristote, Du Ciel 289b30 – 290a7), soit par celle des épicycles (Eudème, dans Théon de Smyrne, p. 200, 13ss.).

317 Cf. Platon, Timée 40c, et Lois 822a-c.

318 Voir Cherniss (1951), p. 146-147.

319 Cf. supra, 938 A.

320 Chaque année.

321 Les nouvelles Lunes.

322 Cf. Aristote, Météorologiques, 941b6-25, et Sénèque, Questions Naturelles 4b10.

323 En Égypte.

324 Lamprias s’adresse à Théon et à Ménélas.

325 Cf. Platon, Timée 22e.

326 Sur ces variations, voir Théophraste, Histoire des plantes 6, 6, 3-5-8, et Causes des plantes 2, 1, 2-4.

327 Région méridionale de la Perse.

328 Les populations locales.

329 On ignore à quelles plantes marines (des algues ?) correspondent ces oliviers et lauriers de mer, ou ces cheveux d’Isis. Cf. Théophraste, Histoire des plantes 4, 7, 1ss., et Plutarque, Quaestiones naturales 911 F.

330 Le mot signifie littéralement « qui font fléchir les amants et les ramènent l’un vers l’autre ».

331 Cf. Pline, Histoire Naturelle 24, 17, 102.

332 Lacune de 20 ou 21 lettres.

333 Cf. Théophraste, Histoire des plantes 8, 1, 1 et 4 ; 8, 2, 6 ; 8, 3, 2.

334 Cf. Théophraste, Causes des plantes 3, 1, 3-6.

335 Cf. Aristote, Histoire des animaux 582a34-b 3.

336 Cf. Plutarque, Isis et Osiris 353 F.

337 Voir Plutarque, Propos de Table 3, 10, 657 F. ; Isis et Osiris 367 D.

338 SVF 2, fr. 748.

339 Aétius (3, 17, 3 et 9) attribue cette théorie à Pythéas et Séleucos.

340 Les Stoïciens.

341 Fr. 48 Diehl ; cf. Calame (1983), fr. 93 (avec le commentaire p. 485s.). Voir aussi Plutarque, Propos de Table 3, 10, 659 B, et Quaestiones naturales 24, 918 A.

342 Ici, le terme de compagnon désigne Théon.

343 Cf. Aristote, Histoire des animaux 588b4ss. et Parties des animaux 681a12-15.

344 Voir supra, 938 C. Mais le texte est très mutilé. Voir Cherniss (1951), p. 147-148.

345 Les Travaux et les Jours 41. Hésiode s’adresse aux « rois mangeurs de présents » : « ils ne savent pas combien la moitié vaut plus que le tout, ni quel grand profit … ».

346 Épiménide de Cnossos, rangé parfois au nombre des sept sages. Poète et prophète semi-légendaire, il est situé entre 600 et 500 avant J.-C. On lui prêtait un sommeil miraculeux de cinquante sept ans, cf. Plutarque, Si la politique est l’affaire des vieillards 784 A-B. Sur Épiménide, voir Diogène Laërce, I, 109-115.

347 Cf. D-K, 1 p. 30s. (=3 A 5). Sur Épiménide et la plante coupe-faim, cf. Le banquet des Sept Sages 157 D.

348 Pour l’idée qu’existent peut-être sur la Lune des êtres vivants relevant d’un quatrième genre correspondant au feu, voir Aristote, Génération des animaux 761b21-23, et le commentaire de Pseudo-Philopon (= Michel d’Éphèse), In Aristotelis libros de generatione animalium 160, 16-20 Hayduck (CAG, XIV).

349 = SVF 2, fr. 677. Cf. Plutarque, Sur les Contradictions stoïciennes 1053 A. Plutarque utilise contre les Stoïciens leur propre doctrine.

350 Cf. Zénon, SVF 1, fr. 104 et 105.

351 Cf. Platon, Phédon 109b-d.

352 Iliade 20, 65.

353 Iliade 8, 16.

354 Cf. Plutarque, Si les animaux terrestres sont plus intelligents que les animaux aquatiques 965 B.

355 Annoncé dès le début (920 B) et attendu avec impatience (937 C). Pour une étude de la structure logique de ce récit, qui contient à la fois une allégorie physique du mythe de Déméter et Coré, une anthropologie mise en adéquation avec la cosmologie, une eschatologie et une démonologie, voir Pérez Jiménez (2002).

356 Sylla file la métaphore du théâtre. Son récit est assimilé à un drame, un « drame démonique » pourrait-on dire par analogie avec le genre du drame satyrique, où il joue le rôle de messager et dont la composition est attribuée à un poète laissé dans l’anonymat.

357 À savoir l’étranger mentionné infra (942 B).

358 En adoptant, comme Cherniss, le texte des mss E et B : hêmin … arxamenon.

359 Odyssée 7, 244.

360 Plutarque réécrit moins Hésiode (Théogonie) qu’Homère, qui situe Cronos aux confins ultimes de la terre et de la mer (Odyssée 8, 478s.).

361 Cf. Plutarque, La Disparition des oracles 18, 420 A. Voir aussi Cherniss (1951), p. 149.

362 Sur ce rôle de Briarée, voir Hésiode, Théogonie 729-735.

363 Cf. Timée 24e-25a.

364 À peu près 888 km (en stades attiques).

365 C’est-à-dire en ligne droite, ce que ne permet pas la navigation à la voile.

366 Cf. De l’exil 602 D ; Thucydide II, 102 ; Aristote, Météorologiques 351b28-32 ; Hérodote II, 10 ; Strabon 1, 2, 29-30.

367 Cf. Strabon 1, 4, 2, à propos de l’île de Thulé, et Pline, Histoire Naturelle 4, 16, 104.

368 La Mer d’Azov.

369 En d’autres termes, la latitude.

370 En dépit d’Hérodote (1, 202-203) et d’Aristote (Météorologiques 354 a 3-4), les Grecs ont longtemps cru que la Caspienne était un golfe de l’Océan extérieur.

371 À savoir la Grèce.

372 L’épisode des Hespérides fait aller Héraclès jusqu’en Extrême Occident.

373 Ce nom de la planète Saturne apparaît dans Plutarque, De animae procreatione in Timaeo 1029 B.

374 L’auteur anonyme de la pièce. Cf. infra, 942 B.

375 Le Taureau est le signe de l’« exaltation » de la Lune, c’est-à-dire « le signe zodiacal dans lequel elle montre sa première phase et commence d’accroître sa lumière et, pour ainsi dire, sa hauteur », Ptolémée, Tetrabiblos, I, 20,3. Voir aussi Porphyre, L’antre des Nymphes 18.

376 Cf. Cléomède, I, 3, 1, p. 30.18-21 ; Cicéron, De Natura Deorum II, 20,52. Le nombre trente revient ici plusieurs fois dans les lignes qui suivent : l’envoi de théores a lieu tous les trente ans ; le soleil ne se couche pas – ou presque – pendant trente jours dans les îles situées à l’ouest d’Ogygie ; les théores séjournent trois fois trente jours dans ces mêmes îles avant de poursuivre leur traversée jusqu’à l’île où est emprisonné Cronos ; ils peuvent choisir, après avoir servi Cronos pendant trente ans, entre renter chez eux ou rester. Sur cette symbolique du nombre trente voir Ebner (1906), p. 92.

377 Texte très altéré. Les théores sont en Grèce des députés envoyés par les États pour assister aux grands jeux (Olympiques, Pythiques), ou pour consulter un oracle, ou pour présenter des offrandes.

378 Au large d’Ogygie, côté Ouest Nord-Ouest.

379 Par jour. La nuit, l’été, est très courte, pour ne pas dire inexistante. Cf. Pline, Histoire Naturelle 4, 16, 104.

380 À savoir l’île de Cronos. Voir Cherniss (1951), p. 149 et note 91.

381 Cf. Plutarque, La Disparition des oracles 420 A. Pour la subordination de Cronos à Zeus dans la gouvernance du monde et l’influence d’Aristote sur cette réécriture du mythe, voir Bos (2004).

382 Cronos est un Titan et, en tant que tel, il n’est pas à l’abri des passions. Sur le sens du mot « titan », voir Hésiode, Théogonie 207 : les Titans sont ceux qui tendent trop haut le bras (geste qui figure l’expansion sans limites incompatible avec l’ordre olympien que doit instaurer la royauté de Zeus, d’où la « Titanomachie »).

383 Platon, dans le Cratyle (396b), définit étymologiquement « Cro-nos » comme « intellect sans mélange » (Kronos = koros noûs). Voir Cherniss (1951), p. 149-150. Il faut bien sûr comprendre que l’intellect de Cronos retrouve sa pureté une fois les passions titaniques retombées.

384 Le mythopoïète de supra (941 A).

385 Sur ce qui différencie l’astronomie de la science physique, cf. Simplicius, Commentaire sur la Physique d’Aristote, 291.21-292.31 Diels (qui cite Géminos ou peut-être Posidonius dans Géminos).

386 Cf. Plutarque, La superstition 171 C ; Délais de la justice divine 552 A ; Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique 5, 66, 5.

387 Par les Romains.

388 À savoir les dieux visibles de Platon (Timée 40d, et Épinomis 985d).

389 Cf. Plutarque, Le démon de Socrate 591 A-C.

390 C’est-à-dire l’étranger, dont Sylla rapporte à présent le récit en style direct.

391 Le nom de Déméter a été interprété comme signifiant soit « Terre Mère », soit « Mère de la Terre ».

392 Pour l’identification de Perséphone à la Lune, voir Épicharme (fr. 23 B 54 D-K) et Porphyre (L’antre des Nymphes 18).

393 Le mot coré signifie « jeune fille », puis « poupée » et de là « pupille », i.e. la partie centrale de l’œil dans laquelle se reflète, en petit, l’image de qui s’en approche.

394 Cf. Platon, Premier Alcibiade 133. l’authenticité du Premier Alcibiade a été rejetée pour la première fois par Schleiermacher. Depuis, cette question partage les savants.

395 Il s’agit de l’errance de Déméter partie à la recherche de sa fille Coré enlevée par Hadès. Voir Hymnes Homériques 2, et Apollodore, Bibliothèque 1, 5.

396 Cf. supra, 933 E.

397 Odyssée 4, 563.

398 Pour Plutarque, l’Hadès est la région située entre la Terre et la Lune. Voir infra, 943 C ; cf. aussi Le démon de Socrate 591 A-C. Quant à la plaine de l’Élysée, elle correspond, selon lui, à la surface lunaire éclairée par le Soleil (voir infra, 944 C).

399 Cf. Plutarque, Étiologies romaines 282 A.

400 Plutarque vise notamment les Stoïciens. Cf. Sur les Contradictions stoïciennes 1052 F. ; Notions communes 1083 C.

401 Cf. Platon, Timée 30b, 41-42, et 90a ; Lois 961d-e ; Phèdre 247c ; Plutarque, La vertu morale 441 D – 442 A, et Le démon de Socrate 591 D-E.

402 Cf. Le démon de Socrate 591 B.

403 Pour l’âme mortelle, voir Platon, Timée 42d, 61c, 69c-d.

404 943 B 2 teleîn mss. ; teleîsthai : Lernould.

405 Peut-être une invention de Plutarque, voir Cherniss (1951), p. 151.

406 Cf. Isis et Osiris 367 D-E ; Hymnes Homériques 2, 377 ss.

407 Ici-bas.

408 Cf. Hésiode, Théogonie 426 et 448 (à propos d’Hécate). Nous donnons ici à monogenês (en suivant Cherniss, 1957, dans sa note f, p. 199) un sens actif.

409 Voir infra 945 B. « Sans intellect » signifie ici : qui a vécu sans suivre la raison, dominée par l’irrationnel.

410 Cf. Délais de la justice divine 563 E.

411 Voir Plutarque, Isis et Osiris 382 E et Si vivre caché est une bonne maxime 1130 A. Pour l’imaginaire des prairies de l’Au-delà, voir Homère, Odyssée 11, 539 et 573 ; et 24, 13s. ; Platon, Gorgias 524a ; République 614e et 616b.

412 Allusion à Ulysse (Odyssée V, 37). Plotin reprend cette idée que le retour d’Ulysse à Ithaque après son voyage errant est le symbole de l’initiation à la vie divine, cf. Traité 5 (V, 9), 1, 16-22. Sur l’idée que la vie sur terre est pour l’âme un exil, cf. Plutarque, De l’exil 607 C-E.

413 943 C 12s. : thorubôi kai ptoêsei sunkekramenên met’elpidos hedeias ; cf. Plotin, Traité 1 (I,6), 4.13-17. : celui qui voit les beautés suprasensibles « éprouve une joie, un étonnement et un effroi … telles sont, en effet, les émotions qui doivent de produire à l’égard du beau, quel qu’il soit : stupeur, étonnement délicieux, désir, amour et effroi accompagné de plaisir » - hêsthênai kai ekplêxin labein kai ptoêthênai … taûta gar deî ta pathê genesthai peri to ho ti an êi kalon, thambos kai ekplêxin hêdeian kai pothon kai erôta kai ptoêsin met hêdonês (cf. aussi ibid. 7.14-18).

414 Cf. Platon, Phèdre 248a-b ; Plutarque, Le démon de Socrate 591 C.

415 Pour cette comparaison, cf. Platon, République 621c-d ; Phèdre 256 b et Plutarque, Délais de la justice divine 561 A ; Le démon de Socrate 593 D-E.

416 Cf. Platon, Phèdre 247b, et Plutarque, Le démon de Socrate 592 A.

417 En lisant puri, et non pas peri qui est la leçon des mss. et que garde Cherniss.

418 En 943 D 10 hôsper enthauta : delet Lernould.

419 Non pas celui d’Aristote, mais celui des Stoïciens, qui est un feu pur et céleste (cf. SVF 2, 580 et 634). Platon déjà parlait d’un « feu pur » (Timée 45b7 et 58c5-8) et définissait l’éther comme étant la forme la plus pure de l’air (Timée 58d ; Phédon 109b et 111b).

420 Il semble bien que kouphizomenên soit une allusion au Phèdre de Platon (248c) et à l’image de l’aile au moyen de laquelle l’âme s’élève légère jusqu’à la Plaine de la Vérité. Ici c’est à l’éther que l’âme doit sa légèreté. L’idée d’un feu « élévateur » (anagôgios) qui reconduit l’âme vers les Formes se trouve dans les Oracles chaldaïques, composés au IIsiècle apr. J.-C. (cf. Or. Chald. fr. 126 des Places). Les Néoplatoniciens verront dans ce « feu élévateur » l’intellect en nous par lequel les âmes partielles humaines peuvent remonter jusqu’aux dieux (l’Intellect transcendant) et jusqu’à l’Un ; cf. e.g. Proclus Hymne IV, 2 ; Théol. plat. III, p. 5.15 Saffrey-Westerink ; In Alc. 188.17sq. Creuzer (= Proclus. Sur le premier Alcibiade de Platon II, p. 248 Segonds et la note 9 p. 396 des Notes Complémentaires). Voir aussi Boèce, Consolation de Philosophie III, metrum 9, v.21 : « Tu (sc. Dieu) fais que les âmes reviennent vers Toi et accomplissent ainsi leur conversion portées par le feu élévateur » : Ad te conversas reduci facis igne reverti.

421 Sur la notion stoïcienne de « tension » (tonos) voir Contradictions stoïciennes 1054 A-B et Notions communes 1085 C-D. Les Néoplatoniciens ont transposé à la métaphysique la notion stoïcienne de « mouvement tonique », cf. Hadot (1968), p. 225ss.

422 En corrigeant baphên en apo baphês.

423 Héraclite d’Éphèse (vers 540-480). On lui attribue un ouvrage intitulé De la nature dont il ne nous reste que des fragments et qui lui valut le titre d’« obscur ». Voir Diogène Laërce, IX, 1-17 et DPhA, III, 2000, p. 573-617.

424 Fragment 22 B 98 D-K.

425 Cf. Platon, Timée 77e ; Aristote, Parties des animaux 656b 19-21 et 25-26 ; 666a16s.

426 Les tenants de la théorie mentionnée dans la phrase suivante, les Stoïciens, mais également d’autres penseurs comme Xénocrate. Voir Cherniss (1951), p. 151-152.

427 Cf. SVF 2, fr. 555, et Cherniss (1951), p. 157, note 105.

428 Xénocrate, successeur de Speusippe, dirigea l’Académie de 339 à 314.

429 L’air et l’eau, cf. Timée 31b-32c et 40a.

430 Xénocrate, fr. 56 Heinze = fr. 161 Isnardi Parente (1981). Là-dessus voir Cherniss (1951), p. 152. Selon Isnardi Parente (o.c., p. 378s.) l’« air propre à la Lune » est peut-être l’éther.

431 Les géomètres ont calculé que l’ombre de la terre mesurait deux fois et demie son diamètre.

432 Conception pythagoricienne de l’harmonie des sphères. Cf. Plutarque, Le démon de Socrate 590 D et 591 C. Plutarque donne ici une version mythique des explications astronomiques données supra (923 A-B, 932 B, 933 B). Voir H. Cherniss (1951), p. 152-153.

433 Cf. Le démon de Socrate 590 F sqq.

434 Cf. Plutarque, Vie de Paul-Émile 17, 7-8 ; Tite-Live, 26, 5, 9 ; Tacite, Annales, 1, 28 ; Boèce, Consolation de philosophie, IV, m. 5, 11s.

435 Cf. Les oracles de la Pythie 398 C-D ; Délais de la justice divine 566 D.

436 Cf. Platon, Phédon 109b.

437 Cf. supra 941 C.

438 Elle englobe, pour les Anciens, l’Océan indien et le Golfe persique. Plutarque connaît l’ouvrage d’Agatharchidas sur cette mer, voir Propos de Table 733 B.

439 Les mêmes personnes que supra (943 E). Voir Cherniss (1951), p. 151.

440 Voir supra 937 F et 942 D.

441 Voir Cherniss (1951), p. 153.

442 Selon qu’elles passent à la seconde mort (voir infra 944 F sqq.) ou à l’incarnation (voir infra 945 C). Dans le Dialogue sur l’amour (766 B) ce lieu s’appelle « Prairies de Séléné et d’Aphrodite ».

443 Cf. supra 942 F.

444 Cf. Plutarque, De animae procreatione in Timaeo 1028 B et Aétius, 2, 29, 4 ; 3, 9, 2 ; 3, 11, 3.

445 Cf. Plutarque, Disparition des oracles 417 A-B.

446 Cf. Plutarque, Le démon de Socrate 591 C ; la dernière partie de la phrase fait référence aux Dioscures, cf. Vie de Lysandre 14 ; Disparition des oracles 426 C.

447 Cf. Plutarque, Disparition des oracles 415 C, 417 B, 417 E-F ; Isis et Osiris 361 A-C.

448 Cf. supra 926 C.

449 Cf. infra 945 B et supra 942 A.

450 Cf. Plutarque, Vie de Numa 15.

451 Centre oraculaire désaffecté et dont le nom n’est pas connu ailleurs. À l’époque de Plutarque, le seul oracle encore actif en Béotie était celui de Lébadée (voir Disparition des oracles 411 E-F).

452 Cf. supra 943 B.

453 Le soleil est l’image du Bien, cf. Platon, République 507-509.

454 Cf. Plutarque, Isis et Osiris 372 E-F et Dialogue sur l’amour 770 B. Les sources majeures sont ici Platon, République 507-509 et Aristote, Métaphysique, Λ 7.

455 Cf. Plutarque, L’E de Delphes 393 D.

456 Homère, Odyssée 11, 222.

457 Odyssée 11, 601.

458 Voir Aristote, Éthique à Nicomaque 1166a16s. et 22s. ; 1168b35 ; 1169a2 ; 1178a2-7. Cf. Plutarque, Délais de la justice divine 564 C et Contre Colotès 1119 A.

459 Voir Plutarque, Délais de la justice divine 564 A ; cf. Platon, Timée 34b ; Lois 959a-b ; Lucien, Histoires véritables 2, 12.

460 Cf. supra, 943 A.

461 Condamné à un sommeil sans fin, en punition de sa passion pour Héra.

462 Cf. Platon, Phédon 81b-e et 108a-b ; Plutarque, Délais de la justice divine 565 D-E, 566 A.

463 Des géants. Voir Homère (Odyssée 11, 576-581) pour Tityos et Plutarque (Isis et Osiris, ch. 27 ; 30, 39 et 41) pour Typhon.

464 Voir Plutarque, Vie de Pélopidas, 16 ; pseudo-Apollodore, Bibliothèque 1, 4, 1, 3-5.

465 Pour le jeu de mots Typhôn-typhos (« fumée ») voir Platon, Phèdre 230a, et Plutarque, Contre Colotès 1119 B.

466 Cf. supra 943 A et 944 E-F.

467 Cf. Plutarque, Propos de Table 658 F.

468 Cf. supra 938 F.

469 La tradition veut qu’Eileithyia préside aux accouchements (Homère,Iliade 16, 187 ; 19, 103 ; Odyssée 19, 188) et qu’Artémis apporte la mort subite et douce (Homère, Odyssée 11, 173-174).

470 S’écartant de l’ordre retenu par Xénocrate (frag. 5 Heinze), Plutarque adopte, ici, comme dans Le démon de Socrate (591 B) avec des localisations légèrement différentes, la hiérarchie que Platon attribue aux Moires dans les Lois (960c). Il la modifie dans Du destin (568 E), où il accorde à Clotho la position suprême, à l’instar de Platon dans la République (617a).

471 Sur ce genre de formule conclusive après l’exposé d’un mythe, cf. Platon, Phédon 114d ; Ménon 86b ; Gorgias 527a ; Phèdre 246a ; Plutarque, Délais de la justice divine 561 B et Le démon de Socrate 589 F.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search