Version classiqueVersion mobile

Figurines de terre cuite en Méditerranée grecque et romaine

 | 
Arthur Muller
, 
Ergün Laflı

1.2. Quelques thèmes

Figurines isiaques en terre cuite d’Asie Mineure

Terracotta Isiac Figurines in Asia Minor

Jean-Louis Podvin

Résumé

À partir de la période hellénistique et pendant la domination romaine, les cultes isiaques d’Isis, Sérapis et Harpocrate notamment, ont connu un réel succès hors d’Égypte, dans le monde méditerranéen oriental. En Asie Mineure, les symboles isiaques fleurissent sur les monnaies des cités ; des temples leur sont dédiés. La religiosité populaire n’est pas en reste et les statuettes de terre cuite en constituent d’intéressants témoignages. L’étude montrera les particularités iconographiques de cette production par rapport à celle d’Égypte, recensera les lieux de trouvaille de ces terres cuites isiaques et cherchera à voir si elles sont en phase avec les autres catégories d’isiaca.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les études isiaques ont connu ces dernières années des progrès considérables. Dynamisées par quelques savants au premier rang desquels il convient de mentionner J. Leclant, elles avaient déjà fait l’objet d’une étude précoce de W. Drexler à la fin du xixe s. pour ce qui est de l’Asie Mineure1 : le chercheur avait dressé un catalogue exhaustif des documents disponibles à son époque, épigraphiques, littéraires ou archéologiques. Parmi ces derniers, figurent en bonne place les monnaies, les bronzes, mais aussi quelques terres cuites et de rares lampes. Depuis, les publications se sont multipliées qui ajoutent leur pierre à l’édifice initial : elles imposent de revisiter la documentation disponible, du moins en ce qui concerne les terres cuites isiaques.

Les notables progrès sur celles-ci sont dus pour l’essentiel à des travaux qui concernent l’Égypte même. Les deux ouvrages de F. Dunand, l’un sur les terres cuites conservées au musée du Caire, l’autre sur celles du musée de Louvre2, ont...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search