Version classiqueVersion mobile

Figurines de terre cuite en Méditerranée grecque et romaine

 | 
Arthur Muller
, 
Ergün Laflı

1.2. Quelques thèmes

L’usage religieux des vases plastiques de la Grèce de l’Est en Sicile, Grande Grèce et Étrurie : le cas de la tête d’Acheloos

The Religious Use of East Greek Plastic Vases in Sicily, Magna Graecia, and Etruria: the Case of the Acheloos Head

Maria Raffaella Ciuccarelli

Résumé

Est retracée ici l’origine de la signification chthonienne véhiculée par les vases plastiques ioniens archaïques à tête d’Achéloos recueillis dans des tombes d’Étrurie. Elle s’est apparemment élaborée dans le cadre du culte de Déméter et Perséphone, des Nymphes et peut-être d’Aphrodite Ourania, dans des colonies grecques d’Italie (Sélinonte, Locres) ; ces vases plastiques sont très présents dans les tombes archaïques de Syracuse et de Tarente. Cette interprétation chthonienne d’Achéloos est arrivée via Gravisca et par le commerce tyrrhénien en Étrurie, où elle se manifeste dans une série de documents aussi bien dans les grands sanctuaires qu’en contexte funéraire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les vases plastiques de la Grèce de l’Est étaient recherchés non seulement pour l’huile parfumée qu’ils contenaient, mais selon toute probabilité, aussi pour la signification symbolique de leurs sujets, soit pour les dédier dans un sanctuaire, soit pour les déposer dans une tombe (offrande rituelle ou propriété du défunt).

En Étrurie un certain nombre de vases plastiques représentant une tête d’Acheloos – un sujet guère populaire, considéré d’habitude comme porte-bonheur, et apotropaïque – sont déposés, dans la première moitié du vie s. av. J.-C. dans des sépultures : ainsi à Populonia (San Cerbone, tombe 1/1931 : fig. 1)1, à Cerveteri (tombe Banditaccia-Bufolareccia 432). Le même sujet figure à partir du vie s. sur plusieurs monuments funéraires : décorations peintes de la Tomba dei Tori à Tarquinia3, nombreux cippi chiusini4 ; des antéfixes attribuées à de petits édifices religieux dans la nécropole de San Cerbone à Populonia5, de nombreux sarcophages et urnes hellénistiques6, des ...

Auteur

Soprintendenza per i Beni Archeologici delle Marche, Ancona / Università di Pisa, Dipartimento di Scienze storiche del Mondo antico, Pisa, Italia.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search