Version classiqueVersion mobile

Figurines de terre cuite en Méditerranée grecque et romaine

 | 
Arthur Muller
, 
Ergün Laflı

1.1. Quelques types iconographiques

Les sirènes de Myrina

The Sirens of Myrina

Néguine Mathieux

Résumé

Parmi les très nombreuses figurines recueillies à Myrina en Asie Mineure, le type de la sirène se détache par la singularité de son iconographie, la fréquence de son apparition sur le site et son caractère fortement local. Ces sirènes représentent une série pertinente pour l’étude des pratiques artisanales, du fait du nombre important d’exemplaires provenant d’un même contexte archéologique. La caractérisation de séries, de générations, de versions et de variantes à l’intérieur de cet ensemble homogène pose la question de l’évolution du type iconographique, celle-ci pouvant s’expliquer par des différences chronologiques ou par une pluralité d’ateliers. L’examen stylistique suggère cependant une grande unité liée à une représentation volontairement stéréotypée, statique et frontale, qui s’expliquerait par le rapport étroit entre le choix de la forme plastique et l’iconographie. L’identité mythologique de la sirène comme héraut funéraire, confirmée par la comparaison avec des stèles, impose une représentation spécifique qui se distingue nettement des autres figurines qui ont été retrouvées, à leurs côtés, dans les tombeaux. Cette codification attachée à la fonction des sirènes empêche d’y retrouver des indices de datation précis.

Entrées d'index

Géographique :

Myrina

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’uniformité des moules et la médiocrité générale du style prouvent que nous avons encore à faire à des ex-voto dont on multipliait à satiété les exemplaires »1. La venue au jour des sirènes de Myrina fut saluée par ce jugement sans appel de leur inventeur Edmond Pottier, qui les découvrit lors des années 1880-1882 en même temps que le reste du matériel de la nécropole, quant à lui d’une qualité exceptionnelle2. Les successeurs de Pottier furent tout aussi sévères, comme en témoigne cette appréciation de Bernard Baudat à propos d’une sirène conservée à l’École française d’Athènes : « le manque de relief…, la mauvaise qualité de l’argile et du travail achèvent d’y reconnaître une production très médiocre »3. Le but de cette étude n’est pas de revoir ce jugement, mais de tenter au contraire d’établir que l’aspect stéréotypé, aplati, statique et frontal des sirènes, loin d’être un accident, est en réalité constitutif de l’identité et du sens même de ces figures hybrides. En effet, la...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search