Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Micro-espaces du paraître et des apparences

Amateurs, collectionneurs et chineurs parisiens du XIXsiècle

Le commerce des apparences du passé, entre centre et périphérie

Manuel Charpy

Texte intégral

  • 1 Cl. Lévi-Strauss, « New-York post et pré-figuratif », dans Le regard éloigné, Paris, Plon, 1983, p. (...)

1Débarquant à New York en 1941, Claude Lévi-Strauss exilé raconte sa découverte d’une ville figure de proue de la modernité1 :

Pour une part, écrit-il, nous revivions le monde du Cousin Pons, dans le désordre d’une société en transformation et dont les couches sociales basculaient en glissant les unes sur les autres […]. Qu’une génération quitte la scène, qu’un style passe de mode, qu’un autre ne soit pas encore au goût du jour, il n’en fallait pas plus pour qu’un pan du passé de l’humanité s’effondre et que ses débris tombent au rebut : phénomène d’autant plus brutal et saisissant qu’en raison de l’évolution rapide de la société américaine, des vagues d’émigration successives avaient envahi la ville depuis un siècle, chacune y transportant, selon son niveau social, de pauvres ou de riches trésors vite dispersés sous l’empire de la nécessité ; tandis que les immenses moyens, dont la ploutocratie locale avait disposé pour satisfaire ses caprices, donnaient à croire que toute la substance du patrimoine artistique de l’humanité était présente à New York sous forme d’échantillons : brassés et rebrassés, comme le flux fait des épaves, au rythme capricieux des ascensions et des décadences sociales, certains continuaient d’orner les salons ou avaient pris le chemin des musées, tandis que d’autres s’entassaient dans des recoins insoupçonnés. […] Il suffisait d’un peu de culture et de flair pour que s’ouvrent, dans le mur de la civilisation industrielle, des portes donnant accès à d’autres mondes et à tous les temps.

2Ce tableau de New York vaut pour le Paris du XIXe siècle. Ce qui fait de Paris une des capitales modernes du XIXe siècle, c’est paradoxalement son goût pour l’ancien. Ville du fer et de l’acier, ville des vitrines de verre, de la vapeur et des grands travaux, elle se voue avec passion à la quête des objets du temps passé qu’elle accumule dans ses appartements.

  • 2 K. Pomian, Sur l’histoire, Paris, Gallimard, 1999, p. 228.

3La ville est le lieu où les temporalités et les provenances se côtoient, s’accumulent et circulent2. Appréhender une ville sans ses objets, nue comme une épure d’architecture, c’est à coup sûr s’en interdire la compréhension. Une ville est de son temps par tous les objets qu’elle accumule et qu’elle fait circuler, des plus infimes bibelots aux tentures, des meubles aux cheminées. C’est pourquoi elle est l’espace des modes. Dans la ville du XIXe siècle surgit une nouvelle mode qui tient, comme toutes les modes, à la fois de la culture matérielle et de la culture visuelle : la mode des objets anciens ou antiquités, dans l’espace public comme dans l’espace privé. Dans ce goût pour les objets du passé, il y a chez la bourgeoisie le désir de s’inscrire dans l’histoire afin de légitimer sa position nouvelle. Dans le même mouvement, et dans un monde qui découvre la reproduction industrielle, la bourgeoisie nourrit le désir de trouver des objets romanesques et pittoresques dont le parcours et l’histoire leur confèrent un caractère unique et authentique.

4Comme l’a montré Claude Lévi-Strauss, comprendre la culture matérielle – dont la culture des apparences est une composante essentielle – appelle une attention particulière aux circulations, aux engouements et désuétudes. Considérer ensemble les questions de l’espace et des apparences, c’est pouvoir saisir le mouvement des objets non seulement dans les couches de la société mais aussi dans l’espace et le temps. Il faut alors se figurer les objets voyageant, changeant de propriétaires, d’affectations, remis au goût du jour, abandonnés, passant d’objets en usage à objet de collection… Au carrefour de ces questions, l’étude de la circulation des objets anciens dans l’espace géographique et social permet de questionner ce qu’est la culture des apparences au XIXe siècle.

Sur quelques législateurs du goût

  • 3 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du tout-Paris, 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. (...)
  • 4 E. de Mirecourt, Victor Hugo, Paris, Librairie des Contemporains, 1869, p. 16 et sq.
  • 5 Catalogue d’un mobilier vendu pour cause de départ de M. Victor Hugo, vente du 6 août 1852, Paris, (...)
  • 6 A. de Musset, La confession d’un enfant du siècle, in Œuvres en prose, Paris, La Pléïade, 1938, p.  (...)

5On peut parfois avoir le sentiment que les modes flottent dans l’air et traversent sans encombre la société. Pourtant les modes s’inscrivent dans le corps social. Il y a sans doute quelque chose de naïf à vouloir trouver l’origine d’une mode. Un engouement de l’ampleur de celui de l’antiquaille ne repose pas sur une seule personne. Cependant, au moment où la Cour disparaît et avec elle son rôle prescripteur3, la bourgeoisie se cherche de nouveaux législateurs du goût. Les amateurs-collectionneurs, à la recherche d’une figure tutélaire, se sont désigné un héraut en même temps qu’un inventeur : Victor Hugo. Les écrivains romantiques des années 1830 découvrent il est vrai d’un même mouvement la couleur locale et le goût des objets du passé, singulièrement des objets gothiques. En deçà des monuments qu’il invente ou qu’il défend, Victor Hugo s’attache aux traces du passé les plus quotidiennes. Son appartement place Royale fait figure de vaste bric-à-brac. Eugène de Mirecourt le dépeint garnit « de bahuts antiques », « d’une splendide panoplie, dont vingt siècles semblaient avoir été tributaires. La flèche du soldat franc, la framée du Germain s’y croisaient avec le glaive des légions romaines ; le yatagan de l’Arabe y fraternisait avec nos vieilles arquebuses, nos mousquets à mèche et la hache d’armes du chevalier [et] un étendard rouge brodé d’or, pris en 1830 à la casbah d’Alger. » Les objets anciens, sous la double autorité de l’histoire et du romanesque, prennent un relief nouveau. Hugo, poursuit Mirecourt, « est le premier qui nous ait rendu le goût des beaux ameublements historiques. » Son « cabinet de travail, admirable muséum, [était] peuplé d’objets d’art de toute sorte. Le jour y entrait par une fenêtre en ogive garnie de vitraux peints, ce qui jetait une lumière fantastique sur les fauteuils de chêne sculpté, les tentures à haut ramage, les laques, les grès, les statuettes, le vieux Sèvres »4. La vente en 1852 de son mobilier confirme à la fois le caractère historique et rustique de son ameublement mais aussi son rôle dans la diffusion de cette nouvelle mode. Lors de la vente, la bourgeoisie se presse pour admirer l’ensemble même si l’essentiel de son mobilier est enlevé par son ami Paul Meurice5. Musset, sur un mode plus inquiet, souligne que son époque vit au milieu « de débris, comme si la fin du monde était proche »6.

  • 7 H. Murger, Scènes de la vie de bohème, Paris, Michel Lévy frères, 1862.
  • 8 Le Cabinet de l’amateur et de l’antiquaire. Revue des tableaux et des estampes anciennes ; des obje (...)

6Autour des années 1840-1850, les écrivains romantiques et bohèmes promeuvent ainsi tout à la fois le goût du gothique et celui des objets anciens. La transformation en 1843 de la collection de Du Sommerard installée dans les thermes de Cluny en musée attise ce goût des objets quotidiens venus du Moyen Âge. Le Cousin Pons, dont Balzac situe l’activité collectionneuse dans les années 1840, est lui-même un écrivain déclassé, rongé par sa passion du « bric-à-brac ». Henry Murger dépeint les bohèmes, les dandys et les « peintres d’histoire » dévorés par cette passion qui les pousse chez l’antiquaire Salomon pour acheter « le compas dont Archimède s’est servi pendant le siége de Syracuse » ou encore « un vase en porcelaine ayant appartenu à Madame du Barry »7. De fait, Le Cabinet de l’amateur et de l’antiquaire, revue publiée à partir de 1842 et qui se consacre aux tableaux, estampes anciennes, objets d’art, d’antiquités et de curiosités, est animée par des écrivains dont Théophile Gautier et Gérard de Nerval8.

7Deux décennies plus tard, à la fin des années 1860, Nestor Roqueplan, journaliste dandy et frère du peintre Camille Roqueplan, résume ainsi la diffusion de l’engouement pour les antiquités :

  • 9 N. Roqueplan, La vie parisienne. Regain, Michel Lévy frères, Paris, 1869, [1857] p. 161-162, « Le B (...)

Tout à coup, une génération d’artistes, inspirée par des révélations littéraires, se mit en quête des débris du temps passé. Panneaux de boiseries sculptées, fragments de bas-reliefs, vieux brocarts, damas séculaires, tout ce qui leur tombait sous la main, en voyage, dans une auberge, dans une ferme, au foyer d’une chaumière, venait par le roulage orner un coin d’atelier, surmonter une porte, affubler un mannequin. Les artistes ne s’en rapportent qu’à leur sens pour le choix de leurs émotions ; ils ne savent, ils ne peuvent payer cher une trouvaille de vieux meubles qu’ils n’auront pas dépistés avec leur propre flair. Aussi les marchands de bric-à-brac n’eussent pas fait fortune avec eux et franchi la limite de leur commerce de moisissure, si la mode n’avait imprimé un élan de vogue à cette réhabilitation, tentée d’abord par l’esprit de recherche et le sentiment du pittoresque. Mais ce goût a gagné toutes les classes : sorti, comme nous l’avons dit, de peintres fureteurs et antiquaires, il est descendu chez les gens du monde, chez les femmes qui ont ruiné leurs maris et leurs amants en pâte dure, en pâte tendre, […] en damas, en brocatelle et autres drogues puantes et cassées. Puis, de degré en degré, le rococa est descendu encore plus bas. Il a orné les arrière-boutiques, des chambres de commis, et ne s’arrêtera plus. Il est impossible de manger, de boire, de s’asseoir, de vivre, enfin, dans autre chose que de l’histoire de France en bois, en porcelaine et en verre9.

Fig. 1 – Salon de la Veuve Lecomte, 74 rue des Martyrs, 1902

Fig. 1 – Salon de la Veuve Lecomte, 74 rue des Martyrs, 1902

Archives de la Préfecture de Police. Photographie d’après le procédé Bertillon.

  • 10 Ibid., p. 165.

8Le goût du bric-à-brac a ainsi « passé de l’atelier du peintre dans le salon de la femme à la mode, dans le cabinet de l’amateur » ; les « objets, qui n’étaient pour le peintre qu’un sujet d’étude, un modèle de forme, firent partie de l’ameublement usuel »10 (fig. 1).

  • 11 E. Texier, Tableau de Paris, « Les peintres, les ateliers et les modèles », Paris, Paulin et Le Che (...)
  • 12 Publicité de Charles Jallais, marchands d’antiquités et de curiosités (rue de Bruxelles), Musée Car (...)

9Inventé par les écrivains, le goût des antiquités se diffuse via la peinture sentimentale et historique en vogue. Edmond Texier dresse la liste les objets réunis dans l’atelier du peintre Giraud, quartier Beaujon : des « squelettes, des ossements, des instruments de musique inusités, des poignards, des armes bizarres, des harnais, des étriers, des selles de toutes espèces » et de tous les temps11. L’auteur souligne que ce bric-à-brac rencontre un réel « succès auprès du monde élégant ». Mêmes objets rue des Saints-Pères dans l’atelier de Jollivet : « somptueux ameublement, armures splendides, bahuts renaissance, lustre flamand, vases de Chine et du Japon. » Ces objets donnent la couleur locale aux peintres d’histoire qui s’évertuent dans une peinture minutieuse, érudite et à « tendances archéologiques » à recomposer les décors du passé. Jallais, parmi quantité d’autres antiquaires, fournit et loue à « MM. Les artistes », « armes, coiffures et costumes militaires de toutes les époques »12. En d’autres termes, les peintures anciennes servent de modèles pour meubler des intérieurs qui seront à leur tour peints par les artistes. Paul Eudel ne s’y trompe pas quand il clôt ses chroniques annuelles des ventes de l’hôtel Drouot par des portraits d’intérieurs d’artistes, genre fréquent dans la presse mondaine, artistique et littéraire. De l’atelier de Carolus Duran, dont le nom lui-même fait écho au passé, il fait ainsi la description en 1887 : « Du plafond pend un massif vase du XVIIIe siècle en cuivre doré qui sert de lustre, après avoir orné quelque cathédrale gothique. » Partout des tapis, « des Daghestans remarquables, des Chiraz arrachés aux tentes des nomades, des Kourdistans usés en certains endroits jusqu’à la corde par les genoux des fidèles de Mahomet, mais toujours très décoratifs ». Tout à la fois exotiques et historiques, ces objets font l’intérêt de la peinture de l’artiste et de son atelier, haut lieu de mondanité.

  • 13 E. Texier, op. cit., « Les Habitations modernes », p. 197.

10Comme le peintre cherche la couleur locale, l’amateur cherche la singularité face à un monde industriel où « partout ce sont les mêmes étoffes de Lyon, les mêmes tapis de moquette, où tous les perroquets de la création semblent avoir éparpillé leurs plumes ; les mêmes bronzes tirés à dix mille exemplaires, les mêmes plafonds nus et blanc éclatant »13. Dans l’espace mondain parisien, les écrivains et les peintres apparaissent comme des hérauts, modèles de bon goût en même temps que d’originalité. Face à l’industrie, les objets anciens garantissent à la fois du mauvais goût et de l’ordinaire (fig. 2).

Fig. 2 – Intérieur à la fin du siècle du collectionneur et écrivain Edmond Bonnaffé, auteur de la Physiologie du Curieux (Paris, Jules Martin, 1881) et de Causeries sur l’art et la curiosité (Paris, A. Quantin, 1878)

Fig. 2 – Intérieur à la fin du siècle du collectionneur et écrivain Edmond Bonnaffé, auteur de la Physiologie du Curieux (Paris, Jules Martin, 1881) et de Causeries sur l’art et la curiosité (Paris, A. Quantin, 1878)

Collection particulière M. Charpy

  • 14 Voir notamment AD Paris D42E3/35, étude Ridel et D42E3/50, étude Escribe.

11Les étrangers à Paris vont eux aussi contribuer à diffuser ce goût. Londoniens et Viennois, amateurs ou membres du corps diplomatiques, furètent à la recherche de raretés de l’art français, notamment du Grand Siècle. Riches, généralement aristocrates et bien souvent mobiles, ils organisent quantité de ventes aux enchères14. Là encore, la foule se presse aux ventes à domicile pour voir ces intérieurs ornés d’objets anciens et rustiques d’autant plus séduisants qu’ils ont été adoubés par l’étranger. Les Américains en mal d’histoire se pressant à Drouot et chinant en Province, donnent eux aussi un nouveau lustre à des objets jusqu’alors négligés.

  • 15 Voir « Comptes d’un budget parisien, toilette et mobilier d’une élégante de 1869 », publié par L. L (...)
  • 16 S. Bernhardt, Ma double vie, Paris, Phébus, 2000 [1907], p. 148 et le dossier « Bernhardt Sarah » a (...)
  • 17 Idem, BB1, dossier « Cruch Emma dite Cora-Pearl ».
  • 18 Idem, BB1, dossier Blackfort.

12Sous le Second Empire, à la fois proches des milieux diplomatiques et des artistes, les demi-mondaines apparaissent sur le devant de la scène des modes. Elles fascinent la bourgeoisie par leur caractère sulfureux mais aussi par leur vie mondaine et leur relative liberté de mœurs, d’action et de goût. Entre 1856 et les années 1870, la Préfecture de Police suit avec soin la vie de ces femmes, notamment pour surveiller leurs liaisons avec les jeunes hommes de la bourgeoisie. Plus de 600 notices retracent ainsi leur vie et s’attachent par le menu à décrire leur domicile et leur ameublement tant ce dernier témoigne du niveau de fortune de leurs amants. « Dans leurs meubles », elles ont soin de vivre en aristocrates et en artistes15. Mais du fait de leur statut social, ces courtisanes, souvent confrontées à des revers de fortune, vendent alors leurs effets mobiliers. On pourrait multiplier à l’envi les exemples de ventes à Drouot où se presse la bourgeoisie pour acheter ou simplement voir leur mobilier. La plus observée par les revues mondaines, Sarah Bernhardt, meuble ainsi en 1860 son appartement rue Auber, en « vieux meubles hollandais » qu’elle assure contre l’incendie car ils valent « une petite fortune »16. En 1865, lorsque à son tour Cora Pearl fait meubler son appartement rue de Ponthieu « avec un luxe princier », « toutes les femmes galantes à la mode sont admises à le visiter »17. Dix ans plus tard, le mobilier de Miss Blackfort, rencontre un véritable succès mondain à Drouot18. L’ascendant des demi-mondaines sur les goûts de la bonne société du Second Empire décide de nombreuses modes, tant vestimentaires que mobilières. Hérauts et prescripteurs de ce commerce des apparences ont en commun une forme de marginalité sociale, réelle ou supposée. Écrivains, artistes, dandys, diplomates ou demi-mondaines sont hors du temps social, riches sans comptabilité, entièrement tournés vers les bonnes manières et la culture, et socialement, toujours exposés au public, ils sont contraints à la nouveauté sous peine de ne plus être en faveur. La mode des objets anciens et au-delà toutes les modes au XIXe siècle se renouvellent dans ces espaces sociaux qui échappent aux contraintes de la vie bourgeoise.

  • 19 G. de Maupassant, Émile Zola, Paris, A. Quantin, 1883.
  • 20 P. Ginisty, Le dieu bibelot, Paris, Dupret, 1888, « Préface ».

13À partir des années 1870, l’objet ancien, dorénavant distingué des objets d’occasion, est partout en vogue. Le très réaliste écrivain Zola lui-même tend sa chambre « de tapisserie ancienne » et, écrit Maupassant, possède « un lit Henri II qui s’avance au milieu de la vaste pièce éclairée par d’anciens vitraux d’église qui jettent leur lumière bariolée sur mille bibelots fantaisistes, inattendus en cet antre de l’intransigeance littéraire. Partout des étoffes antiques, des borderies de soie vieillies, de séculaires ornements d’autel »19. Par-delà l’écrivain, c’est toute la société qui cède aux plaisirs des antiquités. En 1888, Paul Ginisty peut ainsi écrire : « culte étrangement moderne que celui-là, dont les autels sont les boudoirs où s’étale, dans un amusant pêle-mêle, un joli et chatoyant fouillis de très anciennes choses… Ce n’est pas au passé que nous sommes fidèles, c’est à la ‘vieillerie’ chèrement acquise »20 ! Les cabinets de curiosités de l’aristocratie d’Ancien Régime se muent ainsi en collections, collections « d’affiches, de serrures, de cannes, d’autographes d’assassins, de têtes de mort », pourvu qu’ils soient anciens.

Les espaces urbains de la mode des antiquités

  • 21 N. Roqueplan, op. cit., « Le Bric-à-brac », p. 163.
  • 22 Outre les annuaires Bottin-Didot, Le répertoire annuaire général des collectionneurs de la France e (...)
  • 23 AD Paris, faillite Carle Delange, 5 quai Voltaire, D11U3/844 dossier no 2588, septembre 1876 et fai (...)

14La mode a ses prescripteurs, elle a aussi ses lieux en ville. Hors des intérieurs où s’accumulent meubles, tentures, estampes et vitraux anciens, les objets anciens sont sur les galeries marchandes nouvelles, sur les boulevards et dans les beaux quartiers. Dès les années 1830, ce nouveau goût transforme le commerce d’occasion en commerce d’antiquités. Jusqu’alors le terme d’antiquaire désignait l’archéologue, notamment régional, le brocanteur se consacrant alors au commerce des objets de seconde main. Sous la Monarchie de Juillet, les antiquaires deviennent des marchands d’objets anciens, de l’Antiquité, du Moyen Âge ou de la Renaissance. Le second tournant de ce commerce est les années 1850-1870, moment où les commerces de l’occasion et de l’ancien vont se distinguer et les antiquaires se spécialiser. Leur implantation en ville accompagne cette profonde modification. Les antiquaires se concentrent sur les quais en face du Louvre et dans le 9e arrondissement. Sur les quais, note Roqueplan, l’activité antiquaire bat son plein : « des équipages s’arrêtent à la porte des musées du quai Voltaire, chez Monbro, chez Gansberg ; et d’élégantes femmes, parlant ‘moyen âge’, ‘renaissance’ et ‘rococo’ enlèvent à prix d’or une stalle gothique, un panneau de Jean Goujon, un chiffonnier de Riesner »21. Les annuaires confirment la concentration des antiquaires de luxe le long des quais, historiquement dévolus au commerce d’occasion22 et les rares faillites de marchands attestent de la qualité et de la profusion des marchandises : objets du XVe et XVIe siècles, antiquités orientales…23

  • 24 AD Paris, faillite de Mme Lagleize, Marchande d’Antiquités, 12, bd Malesherbes, D11U3/937, dossier (...)
  • 25 AD Paris, faillite de James Duhamel, antiquaire, 3, cité Gaillard, D11U3/1175 dossier no 17120, 188 (...)

15Les antiquaires prennent aussi boutique dans les rues nouvellement percées des beaux quartiers. L’achalandage est à proximité mais plus encore les appartements neufs, d’un blanc de plâtre, appellent un ameublement ancien (fig. 3). La marchande d’antiquités Lagleize, installée à l’angle des boulevards Malesherbes et Haussmann, propose aussi bien des objets anciens d’Occident que d’Orient à sa clientèle de peintres et de bourgeoises fraîchement installées24. À quelques pas de là dans les années 1880, le marchand James Duhamel propose des objets pour transformer les appartements haussmanniens en hôtels aristocratiques renaissants : « coffre gothique marqueterie orné de rosaces fin 15e siècle, coffres décorés d’ornements au petit fer et monture fer, crédence 16e siècle chêne avec case, table de nuit Louis XVI, coffret chêne orné de cariatides aux angles fin 16e siècle, caissons de plafond 15e siècle »25.

Fig. 3 – Cartes publicitaires d’antiquaires, années 1890

Fig. 3 – Cartes publicitaires d’antiquaires, années 1890

Publicités d’antiquaires publiées dans Le répertoire annuaire général des collectionneurs de la France et l’étranger de Ris-Paquot (1892) et dans L’Annuaire de la curiosité et des Beaux-Arts (1914).

  • 26 AD Paris, Mme Boursier, brocanteuse-antiquaire, 57, boulevard Beaumarchais, D11U3/1778 no 4848, 189 (...)

16Dans le même temps, les brocanteurs s’installent non loin du Faubourg Saint-Antoine. Si le quartier est moins prestigieux, il attire les promeneurs et les chineurs des beaux quartiers qui espèrent y faire de bonnes affaires. La description des boutiques laisse entrevoir un vaste bric-à-brac de débris du passé : « deux mappemondes, un coffre marqueterie italienne, un dessin de Tiepolo sans cadre, un carcan faïence ancienne dessin faune, une petite pendule dorée Louis XV » et quantité de meubles vermoulus et de morceaux de tapisseries26.

  • 27 La Vie Parisienne, 1868, 22 février, 6° année, p. 133 et sq.

17Ces boutiques approvisionnent aussi les tapissiers des quartiers du centre et de l’Ouest. En charge de la décoration des appartements, ces derniers puisent dans les fonds d’objets anciens des antiquaires et des brocanteurs. Visitant un immeuble nouveau en 1868, le rédacteur de La vie parisienne note non sans mépris : « Ai-je besoin de vous décrire l’ameublement intérieur ? La maîtresse de céans croit tout à fait et bien fait du jour où elle peut dire : ‘J’ai donné carte blanche à mon tapissier’. Vous l’aurez vu cent fois déjà, la salle à manger en vieux chêne ou mieux en chêne vieilli »27. Une partie du travail des tapissiers consiste en effet à marier les objets anciens, dans une période où l’éclectisme appelle une érudition toujours plus scrupuleuse. Ils ont aussi en charge de revernir, repeindre et adapter ces objets aux valeurs de la bourgeoisie. Car si celle-ci s’entiche du passé, elle le souhaite adapté au confortable. Entre les mains de ces artisans, les dures assises renaissances se couvrent de capiton, les prie-dieu de velours, les lustres hollandais du XVIIe siècle crachent du gaz et dès la fin des années 1880, les faïences de Rouen ou de Delft du XVIIIe siècle deviennent des supports de lampes électriques.

Fig. 4. – Affiche d’annonce d’une vente aux enchères, Drouot, 1867

Fig. 4. – Affiche d’annonce d’une vente aux enchères, Drouot, 1867

Archives départementales de Paris, D42E3/50.

  • 28 « L’Hôtel des ventes mobilières » dans Joanne, Paris-Illustré, Paris, Hachette, 1863, p. 993 et sq.
  • 29 On verra notamment à ce sujet l’article « Hôtel des ventes » dans Le Grand Dictionnaire Universel d (...)

18L’ensemble de ce commerce, dispersé entre les boulevards et les quais, a un centre : l’hôtel des ventes. Dans ses salles se côtoient les amateurs-collectionneurs et les marchands – antiquaires et tapissiers. Le succès des ventes aux enchères d’objets anciens – et plus uniquement de tableaux – est réel dès les années 1830, soit dès l’instant où une clientèle nouvelle s’entiche d’objets anciens. Dès 1833, la chambre des commissaires-priseurs fait bâtir un hôtel à l’angle de la place de la Bourse et de la rue Notre-Dame-des-Victoires. On y trouve non seulement des tableaux et des objets de curiosité, mais aussi de plus en plus de collections, d’objets historiques, de bibelots, de meubles et de tentures. Le commerce prend son véritable essor quand les commissaires-priseurs s’installent rue Drouot (fig. 4). Situé juste derrière l’Opéra, dans un des quartiers en mutation, non loin du Louvre et du quartier des artistes, l’hôtel des ventes achevé en 1858 jouit d’une situation en ville qui en assure le succès. En 1863, le Guide Joanne recommande la visite de ce bâtiment qui « malgré ses vastes proportions […] semble encore trop exigu pour la foule qui s’y porte. L’attrait des expositions publiques où l’on voit de beaux tableaux, de beaux meubles, des curiosités de toute nature, le spectacle animé qu’offrent souvent les enchères, l’espoir de profiter d’une bonne occasion, font de l’hôtel des ventes, non seulement un bazar très fréquenté par les acheteurs, mais encore un spectacle permanent pour les oisifs »28. Dans l’hôtel, les espaces délimitent avec soin les différents types de commerce. Les objets anciens sont à l’abri du commerce compromettant de la seconde main du rez-de-chaussée où règne une « odeur indescriptible, mélange de caserne, d’hôpital et de bureau d’omnibus » et où l’on adjuge « tout ce que Paris renferme de plus fripé et de plus sinistre ». À l’étage, tout est différent : « On y coudoie l’élite de la société intelligente de Paris et des étrangers de distinction. Dans ces salles ont passé les splendeurs échappées aux flammes du Palais d’Été ; les plus célèbres collections de livres, de manuscrits, de statuettes, de tableaux, de médailles, d’estampes, d’armes, de terres cuites, de faïences ; les mobiliers les plus riches et les plus rares, tout ce que le génie de l’homme a enfanté, tout ce que le temps a revêtu du cachet de la curiosité ou de l’immortalité »29.

  • 30 Les archives des Commissaires-priseurs, déposées aux Archives de Paris, montrent à la fois les vend (...)
  • 31 P. Eudel, L’hôtel Drouot et la curiosité en 1886-1887, Paris, Charpentier et Cie, 1888.
  • 32 H. Rochefort, op. cit., p. 43-44.

19La salle des ventes est une scène de théâtre : marteau d’ivoire et robe noire renforcent la dramaturgie et transforment ces ministres en arbitres du goût et du savoir. L’hôtel des ventes rassure. Les experts, désignés par les commissaires-priseurs, conjurent l’angoisse du faux qui taraude le siècle et qui va de pair avec le souci de l’authentique. Si on se presse à l’hôtel c’est que les objets y ont un pedigree. Conscients de ce désir romanesque, les commissaires-priseurs mettent le plus grand soin à raconter par le détail les pérégrinations des objets dans le temps comme l’espace. La bourgeoisie est assurée de pouvoir trouver à Drouot des objets uniques et authentiques. Armures plus ou moins médiévales, bibelots du XVIIIe siècle, glaces du XVIIe siècle, tableaux et estampes, mais aussi cheminées, trumeaux et escaliers anoblissent à la fois les intérieurs et leurs propriétaires30. On vient à Drouot comme on va au musée ; la bourgeoisie y apprend à sentir et apprécier les objets anciens au point qu’Octave Uzanne fait de l’hôtel un « musée des Arts décoratifs »31. La passion pour les apparences du passé est telle que les commissaires-priseurs s’emploient à vieillir les objets. Le salisseur de tableaux et de meubles fait son apparition. En 1883, Henri Rochefort en fait le portrait : « Le salisseur de tableau connaît le cœur humain et il abuse de sa science. Noir de fumée, jus de réglisse, cendre délayée se mêlent et se superposent à qui mieux mieux, et après avoir été acheté à l’hôtel un tableau remis à neuf, il l’y renvoie remis à vieux »32.

20Paris est bien le lieu où se construit ce culte nouveau du passé. Cependant, dès les débuts de cet engouement, les amateurs-collectionneurs cherchent à sortir des circuits commerciaux. Désireux de rareté et de singularité, ils regardent au-delà de l’enceinte de Paris. Pour les plus timorés, ce sont des commissionnaires et des antiquaires qui sillonnent la Province à la recherche d’objets du passé. Mais le goût de l’authentique, de l’unique et de la curiosité pousse nombre d’amateurs et de chineurs à s’aventurer au-delà des enceintes.

Quitter Paris, la machine à remonter dans le temps

  • 33 A. Corbin, « Paris-province », dans Pierre Nora [dir.], Les lieux de mémoire. Les France : Conflits (...)

21Dans l’esprit de la bourgeoisie parisienne, le simple fait de franchir l’enceinte de Thiers équivaut à voyager dans un autre espace-temps. La rupture Paris-Province est effective dès les barrières33. Au-delà du centre qui est tenu pour être le cœur de la modernité, les faubourgs, les alentours de Paris, puis la banlieue, sont une terre d’aventure censée vivre dans un autre temps ; n’y mange-t-on pas bien plus tôt qu’à Paris ? On y ignore les soubresauts du marché parisiens ce qui permet toutes les affaires et les trouvailles ; on y est à l’écart des bouleversements du monde ce qui permet de trouver des objets encore en usage, supposés venir du fond des âges.

  • 34 H. de Balzac, Le cousin Pons, Paris, Furne, 1848, Chapitre XXIX « Iconographie du genre brocanteur  (...)
  • 35 On verra plus tard par exemple Céline qui régulièrement emmène sur son dos des consoles Louis XV ou (...)

22Dès les années 1830, les brocanteurs visitent châteaux, églises et chapelles de banlieue pour collecter des pièces qu’ils revendront aux antiquaires qui à leur tour les offriront au chaland. Rémonencq, le brocanteur auvergnat de Balzac, part ainsi « chiner (le mot technique) dans la banlieue de Paris qui, vous le savez, comporte un rayon de quarante lieues »34 et se retrouve après « quatorze ans de pratique […] à la tête d’une fortune de soixante mille francs, et d’une boutique bien garnie » et traite « directement avec les amateurs. » Le terme de « chineur » est lié à la banlieue. Il désignait d’abord le brocanteur parisien qui s’échinait à aller chercher de la marchandise35. À la fin du siècle, suite à l’engouement pour les objets exotiques, chiner devient synonyme de quête d’objets chinois.

  • 36 G. de Maupassant, Les dimanches d’un bourgeois de Paris, Paris, Ollendorff, 1901.
  • 37 M. Tinayre, « L’Antiquaille » dans Madeleine au miroir, Journal d’une femme, Paris, Calmann-Lévy, 1 (...)

23Aux marges de la ville, les brocanteurs chassés des marchés parisiens trouvent refuge sur la zone non aedificandi délaissée. D’abord informels, ces marchés de chiffonniers installés à Montreuil, Clignancourt, Vanves et au Kremlin-Bicêtre attirent quelques dandys et amateurs qui tentent de dégoter l’objet du passé échoué dans ces lieux si délicieusement pittoresques de misère qu’ils en sont nécessairement authentiques. Au-delà, c’est toute la banlieue qui grâce à l’automobile et au train devient, le temps d’un week-end, un terrain d’exploration36. À la fin du siècle, Madeleine, héroïne inventée par Marcelle Tinayre, bourgeoise éclairée et publiciste de la Revue des Deux Mondes, s’aventure hors des sentiers battus37 :

« Colette abuse. Elle m’a traînée tout le matin chez les antiquaires et tout l’après-midi chez les brocanteurs. Nous avons commencé par les beaux magasins des quais, où les marchands artistes, savants archéologues ont l’air de candidats à l’Institut. Et nous avons fini par des boutiques de bric-à-brac à Plaisance, des boutiques de puantes et noires, habitées par des Auvergnats sales et bourrus ou par des Juifs polonais sales et câlins. Nous sommes revenues dans un taxi encombré de paquets, la bourse vide. […] Malgré le plâtre et l’araignée, malgré la mauvaise odeur des boutiques et la roublardise des marchands sordides, je me suis amusée infiniment. J’ai retrouvé cette petite fièvre que j’aime, ce plaisir de la chasse et de la découverte que les collectionneurs passionnés préfèrent à tous les autres. […] Que d’argent dépensé pour des vieilleries charmantes ! Ma folie de l’antiquaille ne me conduira pas en enfer. Le bon Dieu, qui a créé le monde comme une collection merveilleuse, un divin musée de toutes les formes vivantes, n’a pas pu refuser l’entrée du Paradis au cousin Pons, aux frères Dutuit, à M. Lacaze. »

Voyages en Province, objets de vieille France

  • 38 Voir à ce sujet O. Parsis-Barubé, « Le discours sur l’apparence des populations autochtones dans le (...)
  • 39 T. Gasnier, « Le local », in Lieux de Mémoires, t. 3, Paris, Gallimard, 1997, p. 3423.

24Quitter Paris, c’est aussi bien sûr, s’aventurer en Province, dans ce vaste territoire fait d’un autre temps. Les engouements pour les faubourgs et la Province sont contemporains. Si l’antiquaire du Cousin Pons chine au-delà de l’enceinte, les écrivains romantiques épris de couleur locale sillonnent la France pour collectionner par l’écrit et l’image les « ruines de l’ancienne France »38. Le local, comme l’a souligné Thierry Gasnier, devient le « territoire du particulier »39. À la ville industrielle répond une France à la fois éternelle et pittoresque car frappée au coin de l’histoire. Si les sociétés savantes d’Antiquaires ont ouvert la voie à l’archéologie, elles ont aussi campé le décor du commerce d’objets anciens.

  • 40 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, A. Lemerre, 1881.

25Dans les campagnes, la bourgeoisie parisienne trouve des objets qui lui racontent une histoire suffisamment immémoriale pour être réconfortante. Fascinée à la fois par les châteaux aristocratiques et par la vie des paysans supposée simple et authentique, elle ramène des souvenirs de ces voyages dans le passé. C’est logiquement dans les lieux de villégiatures que ce commerce prend son essor. Les Parisiens dans les villes d’eau de Normandie et de Bretagne s’aventurent dans les villages et les foires pour glaner des objets dont la trouvaille et l’achat eux-mêmes constituent des souvenirs impérissables. Les exemples sont foisons de ces trouvailles faites dans les chaumières ou plus probablement dans les fermes aux alentours des villes d’eau. La route entre Paris et Rouen devient ainsi un pèlerinage pour les chineurs. Flaubert qui situe son récit dans les années 1860 fait découvrir à Bouvard et Pécuchet le plaisir de la trouvaille. Après s’être extasiés et enivrés d’une cote de maille, d’un bénitier aux allures de cuve druidique ou inversement, d’avoir frémis à la découverte d’un tumulus probablement celtique, les deux Parisiens se laissent guider par leur dernière découverte : une soupière, « meuble de famille » qui leur « inspira le goût des faïences, nouveau sujet d’études et d’explorations dans la campagne » à une « époque où les gens distingués recherchaient les vieux plats de Rouen »40.

26À Drouot, les objets de l’aristocratie rurale rencontrent un véritable succès : trophées de chasse, selles, vieilles épées, armures, faïences aux armes d’une famille, etc. Mais la quête de pittoresque va au-delà. Bientôt les Parisiens s’entichent de menus objets : huches, armoires normandes, vaisseliers, jougs, outils de la ferme… Roqueplan écrit ainsi en 1867 :

  • 41 N. Roqueplan, op. cit., p. 167-168.
  • 42 AD Paris, faillite Coudray, op. cit.

27« L’antiquaire voyageur et le touriste érudit […] courent les fermes, les villages, entrent dans les maisons de paysans toujours préoccupés de Moyen Âge et de Renaissance, achetant des bahuts bretons, des crédences normandes qu’ils prennent pour des trésors héréditaires et remportent fièrement à Paris »41. Cette mode, indique Roqueplan, met en branle sans surprise un immense trafic. Ces objets « ont été fabriqués à Paris puis déposés en province pour y prendre le parfum de la vétusté et le crédit de l’histoire. Moyennant une légère remise, tous les paysans se chargent, pour le compte des marchands de Paris, de débiter ainsi leurs vieilleries. » Vingt ans plus tard, alors qu’à Paris, chez les antiquaires des quais une armoire normande est prisée le même prix qu’un meuble Louis XVI42, ce trafic prospère. Eudel peut ainsi écrire en 1884 :

Avec un brunissoir, ils écrasent les pores du bois. Avec une brosse très dure, ils adoucissent certaines arêtes. Enfin, avec de la patience, ils remplacent la crasse épaisse des siècles par de la poussière mélangée de terre et de boue. Cela s’appelle avilir un meuble. Ces contrefaçons primitives, fabriquées aux Batignolles, abondent dans les villes d’eaux et surtout chez les paysans, en Normandie et en Bretagne. Que voulez-vous, on leur a enlevé, pour rien, il y a vingt ans, ces beaux bahuts faits en plein bois par les maîtres huchiers […] Aujourd’hui c’est leur tour : ils se rattrapent.

  • 43 P. Eudel, Le truquage : les contrefaçons dévoilées, Paris, E. Dentu, 1884, p. 132. Cet ouvrage a eu (...)

28Le décor est essentiel qui confère aux objets le « cachet » de l’authenticité. « Grâce à d’ingénieux fabricants, poursuit Eudel, cette industrie a pris une grande importance. Le paysan reste indispensable pour donner de la couleur locale, et du pittoresque »43.

  • 44 É. Bayard, L’art de reconnaître les fraudes, Paris, Roger et Chernoviz, 1914, p. 66. Les archives p (...)

29La tentation est grande pour les curieux et les amateurs de goûter le grand frisson nouveau qui se développe alors : celui de la préhistoire, frisson du temps sans les heurts de l’histoire. Dans les champs labourés, ces amateurs-collectionneurs cherchent des pièces gallo-romaines, des fibules, des tessons qui rejoindront bientôt les étagères des appartements parisiens. Le sauvage préhistorique est plus prompt que le paysan à enflammer l’imagination des amateurs. Les traces de son activité, reliques antédiluviennes, se prêtent à tous les commerces. Émile Bayard, inspecteur au ministère des Beaux-Arts, écrit ainsi : « Non moins nombreuses sont les haches et pointes de flèches en silex, préhistoriques ! Qui n’en fabrique pas ! On est arrivé à imiter les moindres détériorations des âges les plus lointains, les cassures et éclats les plus caractéristiques […]. Selon le terrain dont se réclament ces vestiges du premier homme, des terres ocreuses ou des marnes les maculent et, quant à démasquer les falsifications, nous y renonçons »44. Le lointain et le passé ne font qu’un. En parallèle de cette conquête des traces du passé national, c’est sans surprise qu’on voit éclore un marché international des objets anciens.

Les objets du lointain

30L’exotisme n’est pas nouveau au milieu du XIXe siècle mais jusqu’alors les objets étaient démontés, remontés et imités. C’était une affaire de style. Avec les chineurs, l’authenticité prime. Plus question de maquillage, du moins volontaire. Au vertige des amateurs répond celui de l’historien. Que choisir dans ces nouveaux objets qui déferlent du monde entier à Paris ? Les armures suisses ? Les tuniques et les poteries slaves ? Les terres cuites pré-colombiennes, venues de ce temps où l’Amérique ignorait l’Europe ? Les objets d’Algérie ou plus généralement du Maghreb dont le goût naît dès les années 1830 ? Les sagaies empoisonnées, les boucliers, les peaux de bêtes et les statues africaines venues de Saint-Louis du Sénégal ? Les habits de guerriers arrivés du Tonkin ? Si passer l’enceinte de Paris fait remonter dans le passé, aller au-delà des frontières de l’Europe occidentale affranchit de la chronologie. Tous les antiquaires parisiens s’adjoignent les services de commissionnaires en marchandises qui voyagent pour ramener les objets les plus énigmatiques. Quant aux annuaires de la curiosité, ils donnent toutes les adresses d’antiquaires à travers le monde aux amateurs voyageurs.

  • 45 Ibid., p. 66.

31Le commerce des Antiquités classiques tient naturellement une place importante. Morceaux de statues grecques et de bronzes romains circulent en nombre, même si l’Italie à une réputation de produire de nombreux faux. Amateurs et curieux voyagent croyant ainsi échapper aux escroqueries. Pourtant à en croire Émile Bayard, le procédé est le même partout. En Égypte, les momies viennent parfois du Grand-Montrouge. « Qui dira, écrit-il, le nombre des scarabées, de petites idoles et statuettes égyptiennes semés par l’industrie parisienne aux environs des pyramides »45 !

  • 46 Les Guides Bleus, De Paris à Constantinople, Hongrie, Balkans, Asie mineure, Paris, Hachette, Éditi (...)

32Plus orientale, Constantinople est à partir des années 1860 le lieu de toutes les trouvailles en matière d’armes anciennes qui ornent les murs des salons, des cabinets et des ateliers. Le Guide Bleu de Constantinople recommande en 1913 la fréquentation du « bazar des armes » où « sont reléguées les richesses »46. Cependant, Eudel indique que dès les années 1860, la ville se spécialise dans les fausses armes anciennes : yatagan, sabre bulgare, pistolet albanais… Le succès est considérable tant les voyageurs n’imaginent pas qu’il puisse s’agir de faux. D’ailleurs, un faux fait de mains orientales est-il vraiment un faux ? Eudel note ainsi en 1884 que les armuriers turcs préparent « en plein vent » des armes anciennes.

  • 47 P. Eudel, Le truquage…, op. cit., p 347.

« Celui-ci s’adonne aux arcs et aux carquois mongols ; celui-là aux cottes de mailles circassiennes et aux mors d’argent niellé ; […] ce dernier prépare les dagues, les espadons, les rapières, les colichemardes, les vieux mousquets à roue ou à mèche, les pistolets albanais que l’Occident met en trophée le long des murs. Lisez les livres des voyageurs et vous y trouverez de merveilleux récits sur ces habiles contrefacteurs que j’ai vus personnellement à l’œuvre en 1873. […] Comme à tous les voyageurs, on m’a proposé là-bas des armes historiques ou légendaires. Le yatagan fameux dont se servit Mouza pour fendre Hassan des épaules au cœur ; le sabre du Bulgare qui appuya la première échelle aux murs de Constantinople ; la masse d’armes avec laquelle Mahomet II frappa le soldat pillard sous les voûtes de Sainte-Sophie. […] Combien d’artistes ou d’amateurs crédules, grisés, fascinés, ont quitté le bazar, laissant leurs dernières piastres dans l’escarcelle de ces marchands »47 !

33Faubourgs, banlieues, Province, Orient : les chineurs parisiens toujours plus nombreux appréhendent le monde comme un vaste réservoir d’histoires et de signes du passé.

L’imitation du passé

34On l’aura compris, si partout on trouve « l’histoire de France en bois, en porcelaine et en verre » c’est que le faux triomphe. Roqueplan s’étonne :

  • 48 N. Roqueplan, op. cit., p 162.

« À moins de supposer qu’il y a une France souterraine ou aérienne où tous les mobiliers de la monarchie sont conservés à l’abri des vers et des pavillons, est-il possible qu’en dix ans toute la France moderne se soit trouvée meublée, comme par enchantement, avec des objets venant de nos aïeux ? Le fait est qu’aujourd’hui le bric-à-brac est une industrie formidable, que le gros marchand de bric-à-brac possède jusqu’à 500.000 francs de marchandises, et qu’il est propriétaire foncier »48.

  • 49 AD Paris, 2AZ 14/Asse.
  • 50 M. Tinayre, op. cit. Sur cette question voir André Mailfert, Au pays des antiquaires, confidences d (...)
  • 51 N. Roqueplan, op. cit., p. 165.
  • 52 P. Eudel, op. cit.
  • 53 M. Tinayre, op. cit., p. 96.

35Pour conjurer le faux, les manuels comme ceux d’Eudel, Bayard et quelques autres donnent quantité de conseils. Cependant, dès les années 1860, le commerce du faux semble majoritaire. Il débute par le maquillage qui touche notamment la peinture. Ainsi, le marchand Asse retouche les fonds des tableaux anciens de familles pour les faire concorder avec l’histoire réelle ou rêvée des nouveaux propriétaires49. Les peintres, pour le compte des antiquaires, travestissent « les figures pâlissantes de jeunes femmes poudrées », effacent « la moustache naissante ou l’ombre du rasoir », modifient « la coiffure et le vêtement, et Chérubin est devenu Suzanne […], parce que la clientèle réclame des portraits de femmes et que le portrait masculin est déprécié »50 ! On restaure aussi les meubles avec quelque violence. Une console du XVIIIe siècle devient une table, un fauteuil un canapé. Dès les années 1860, les exemples de cette pratique du meuble « clunisien » se multiplient. Un morceau d’authentique suffit à l’imagination. Roqueplan, radical, qui annonce dès 1867 la fin du commerce d’objets authentiques écrit : « après le vin de Champagne qui se fabrique avec de la fleur de sureau et de l’acide carbonique », « le bric-à-brac est menacé d’un discrédit prochain, et, il faut le dire, mérité. S’il y a encore des gobe-mouches qui croient sur parole posséder le bureau de travail de monsieur de Maurepas, s’asseoir sur un sofa témoin des entretiens galants de Louis XV, manger sur une table vermoulue du bon roi Henri (le bon roi Henri est à la mode), […] ces benêts deviennent de plus en plus rares. […] Il n’y a pas de commerce où la tricherie se pratique d’une manière plus effrontée. Le bahut apocryphe se confectionne par milliers dans le faubourg Saint-Antoine tous les tourneurs de chaises font des pieds torses pour des tables Henri IV ; des rapins sculpteurs font du Jean Goujon par pacotille »51. Même les collections prestigieuses sont gagnées par le truquage. Ainsi le legs Thiers en 1881 met les administrateurs du Louvre dans l’embarras tant le nombre d’objets faux est important52. En 1912, Marcelle Tinayre affirme quant à elle que de très nombreux « salons qui ont coûté fort cher […] sont meublés d’objets maquillés ou de copies »53.

36Les matériaux sont traités afin d’imiter les traces du temps. Toute l’industrie du faubourg Saint-Antoine se consacre à recréer l’aspect des métaux et des bois anciens. L’industrie chimique joue un rôle nouveau : l’acide nitrique dévore l’épiderme du bois, le permanganate de potasse le teint. Puis comme nous l’indique Eudel dans « un de ces ateliers de vieux meubles », les bois sont vermiculés à la machine ou à la cendrée avant d’être assemblés.

37À partir des années 1860 et jusqu’à la fin du siècle, les destructions qui accompagnent les travaux haussmanniens jettent des bois anciens, vermoulus et patinés dans l’industrie du faux.

38Mais au-delà de ces trucages, c’est toute une culture nouvelle des apparences qui se construit dans la seconde partie du siècle. La patine – l’imitation des traces du temps – devient une apparence recherchée. À partir des années 1870, quantité d’objets en neuf se parent ainsi grâce aux patines industrielles des atours de l’ancien. La galvanoplastie et la chimie permettent de recouvrir le métal comme les plâtres d’une couche du passé et de patiner à l’avance les tentures et les tapis. Patines vert-de-gris pour les bronzes, vernis « craqueleur » pour les tableaux, doré mat pour les meubles donnent la couleur du passé aux objets les plus industriels. Les matériaux plastiques nouveaux – ruolz (1860), linoléum (1870), celluloïd (1880) – sont moulés à l’imitation de surfaces anciennes. Le simili triomphe.

39En l’espace d’un demi-siècle, l’apparence de l’ancien et du rustique a conquis la société parisienne et au-delà toute la bourgeoisie.

La culture visuelle et la force des images

40De la même façon que le désir d’authenticité débouche sur une production de faux à l’échelle industrielle, le désir de local et l’importance accordée aux provenances débouche sur un jeu infini des espaces. Au cœur de ce brouillage du temps et de l’espace : l’image. On ne saurait comprendre ce commerce des apparences sans comprendre la culture visuelle et l’usage des images.

  • 54 On verra sur le sujet l’article de M.Vernes, « Le chalet infidèle ou les dérives d’une architecture (...)
  • 55 AD Paris, Négociant en imagerie de luxe, 13 rue de Savoie, faillite D11U3/1476, dossier no 11341, 1 (...)

41Si les images nous réjouissent, c’est sans doute par leur capacité à nous éloigner du réel et leur succès tient dans leur capacité, à la manière du texte, à se mouvoir sur les supports les plus variés et à s’affranchir de la géographie54. C’est d’autant plus vrai dans ce siècle qui se consacre et s’abandonne aux plaisirs des virtualités de l’image industrielle. Qu’on se souvienne d’Arnoux propriétaire de l’enseigne L’Art Industriel dans L’Éducation sentimentale ou qu’on observe les étals des nombreux « négociants en image de luxe » et l’on comprend que l’image gagne alors un nouveau statut55. Michel Foucault l’a noté :

  • 56 M. Foucault, La peinture photogénique, dans Dits et écrits, vol. 1, p. 1575-1583.

C’était, vers les années 1860-1880, la frénésie neuve des images ; c’était le temps de leur circulation rapide entre l’appareil et le chevalet, entre la toile, la plaque et le papier – impressionné ou imprimé ; c’était, avec tous les nouveaux pouvoirs acquis, la liberté de transposition, de déplacement, de transformation, de ressemblances et de faux-semblants, de reproduction, de redoublement, de truquage. C’était le vol, encore tout nouveau mais habile, amusé et sans scrupule, des images. Les photographes faisaient des pseudo-tableaux ; les peintres utilisaient des photos comme des esquisses. Un grand espace de jeu s’ouvrait, où des techniciens et des amateurs, artistes et illusionnistes, sans souci d’identité, prenaient plaisir à s’ébattre. On aimait peut-être moins les tableaux et les plaques sensibles que les images elles-mêmes, leur migration et leur perversion, leur travestissement, leur différence déguisée56.

  • 57 On verra par exemple l’inventaire après faillite de Remy Lemaire, tapissier-décorateur, 57 rue de C (...)
  • 58 L. V. Quentin livre chaque semaine sa revue imprimée rue du Faubourg Saint-Antoine, Le magasin de m (...)
  • 59 On verra par exemple l’Annuaire de la curiosité, op. cit. et les Bottin-Didot.

42Les représentations quittent leurs supports ; sans support assigné, elles deviennent des images. Sans surprise, ce « nouvel espace de jeu » est investi par les artisans de la décoration. Les tapissiers, antiquaires et architectes consomment eux aussi une grande quantité de manuels illustrés et de lithographies fines57. Ainsi, Quentin, prolifique éditeur, distribue-t-il chaque semaine une livraison de ses lithographies à ses abonnés dans toute la France et au-delà58. On copie les meubles anciens, leur apparence et leur disposition dans les appartements. L’image devient le complément indispensable de tous les métiers de la décoration et quelques antiquaires se spécialisent dans la publication de photographies, multiples, d’objets anciens. À partir des années 1890, l’immense majorité des tapissiers propose dans leurs nombreuses publicités de refaire à l’identique les meubles des « plus célèbres musées et gardes-meubles », le plus souvent d’après photographie59 (fig. 3).

  • 60 Baudelaire lui accorde le pouvoir de retenir le passé : « Qu’elle sauve de l’oubli les ruines penda (...)
  • 61 C. Baudelaire, « Le gouvernement de l’imagination », op. cit.

43Mais cette nouvelle frénésie des images ne se cantonne pas qu’aux métiers. Dès les années 1830, l’image colonise massivement les intérieurs notamment grâce à la lithographie. Encadrées au mur des appartements ou reliées dans les livres et revues toujours plus illustrés, les gravures et lithographies, puis à partir des années 1850 les photographies, reproduisent des tableaux de maîtres, du mobilier et des antiquités60. Des musées aux Palais d’Orient, de la Place Saint-Marc aux demeures des comédiennes, le monde devient un véritable « magasin d’images »61 qui offre de quoi meubler toutes les rêveries et tous les intérieurs.

44L’image permet une double délocalisation, nécessaire à la mode. D’un côté, par l’image tous les modèles du monde deviennent accessibles : la Chine, l’Égypte ou la Bretagne deviennent des modèles pour meubler un intérieur parisien. De l’autre, l’imprimé permet de médiatiser, c’est-à-dire de faire circuler ces modèles, essentiellement depuis Paris vers la Province. L’éclectisme de la seconde partie du XIXe siècle n’est pas simplement un style. Rendu possible par le grand jeu des images, il est le signe d’une délocalisation générale synonyme d’un jeu nouveau avec le passé. Ces « utopiques jeux d’espaces », pour reprendre l’expression de Louis Marin, deviennent naturellement des uchronies.

*

45La circulation des signes dans l’espace est sans doute la définition la plus précise de ce que sont les modes. En suivant les objets anciens dans le feuilletage du temps et de l’espace, se dessine un nouveau rapport au passé et à la géographie. Par l’intermédiaire de l’apparence du passé, les bourgeois parisiens dialoguent dans l’intimité avec le lointain et le passé. Le goût des objets anciens fut sans aucun doute une des nouveauté essentielle dans la culture matérielle du XIXe siècle ; exigeant de l’authenticité, il aboutit à établir une production industrielle du faux ; se nourrissant de la couleur locale, il débouche sur une délocalisation généralisée par l’image.

Notes

1 Cl. Lévi-Strauss, « New-York post et pré-figuratif », dans Le regard éloigné, Paris, Plon, 1983, p. 345-356.

2 K. Pomian, Sur l’histoire, Paris, Gallimard, 1999, p. 228.

3 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du tout-Paris, 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. 67 et sq.

4 E. de Mirecourt, Victor Hugo, Paris, Librairie des Contemporains, 1869, p. 16 et sq.

5 Catalogue d’un mobilier vendu pour cause de départ de M. Victor Hugo, vente du 6 août 1852, Paris, Mannheim, 1852.

6 A. de Musset, La confession d’un enfant du siècle, in Œuvres en prose, Paris, La Pléïade, 1938, p. 105 et sq.

7 H. Murger, Scènes de la vie de bohème, Paris, Michel Lévy frères, 1862.

8 Le Cabinet de l’amateur et de l’antiquaire. Revue des tableaux et des estampes anciennes ; des objets d’art, d’antiquité et de curiosité, revue publiée sous la direction d’Eugène Piot de 1842 à 1844.

9 N. Roqueplan, La vie parisienne. Regain, Michel Lévy frères, Paris, 1869, [1857] p. 161-162, « Le Bric-à-brac ».

10 Ibid., p. 165.

11 E. Texier, Tableau de Paris, « Les peintres, les ateliers et les modèles », Paris, Paulin et Le Chevalier, 1852, p. 197.

12 Publicité de Charles Jallais, marchands d’antiquités et de curiosités (rue de Bruxelles), Musée Carnavalet, Cabinet des Estampes.

13 E. Texier, op. cit., « Les Habitations modernes », p. 197.

14 Voir notamment AD Paris D42E3/35, étude Ridel et D42E3/50, étude Escribe.

15 Voir « Comptes d’un budget parisien, toilette et mobilier d’une élégante de 1869 », publié par L. Larchey Documents pour servir à l’histoire de nos mœurs, Paris, 1870 et É. Zola, Nana, Paris, Charpentier, 1880.

16 S. Bernhardt, Ma double vie, Paris, Phébus, 2000 [1907], p. 148 et le dossier « Bernhardt Sarah » aux Archives de la Préfecture de Police, BB1.

17 Idem, BB1, dossier « Cruch Emma dite Cora-Pearl ».

18 Idem, BB1, dossier Blackfort.

19 G. de Maupassant, Émile Zola, Paris, A. Quantin, 1883.

20 P. Ginisty, Le dieu bibelot, Paris, Dupret, 1888, « Préface ».

21 N. Roqueplan, op. cit., « Le Bric-à-brac », p. 163.

22 Outre les annuaires Bottin-Didot, Le répertoire annuaire général des collectionneurs de la France et de l’Étranger, publié par Ris-Paquot à partir de 1892 et L’Annuaire de la curiosité, des Beaux-Arts et de la Bibliophilie, publié par Campbell, donnent une vue précise de ce paysage des antiquaires.

23 AD Paris, faillite Carle Delange, 5 quai Voltaire, D11U3/844 dossier no 2588, septembre 1876 et faillite Coudray, 17 quai Voltaire, D11U3/1422 dossier no 8967, 7 juillet 1891.

24 AD Paris, faillite de Mme Lagleize, Marchande d’Antiquités, 12, bd Malesherbes, D11U3/937, dossier no 6938, avril 1879. Elle travaille notamment avec le commissaire-priseur Oudard et les prestigieux antiquaires Oppenheim et Bing.

25 AD Paris, faillite de James Duhamel, antiquaire, 3, cité Gaillard, D11U3/1175 dossier no 17120, 1885.

26 AD Paris, Mme Boursier, brocanteuse-antiquaire, 57, boulevard Beaumarchais, D11U3/1778 no 4848, 1899.

27 La Vie Parisienne, 1868, 22 février, 6° année, p. 133 et sq.

28 « L’Hôtel des ventes mobilières » dans Joanne, Paris-Illustré, Paris, Hachette, 1863, p. 993 et sq.

29 On verra notamment à ce sujet l’article « Hôtel des ventes » dans Le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de P. Larousse. On retrouve cette présentation dans toutes les publications. Voir à ce sujet : H. Rochefort, Les petits mystères de l’Hôtel des ventes, Paris, Jules Rouff et Cie, 1883 et Champfleury, L’Hôtel des commissaires-priseurs, Paris, Dentu, 1867.

30 Les archives des Commissaires-priseurs, déposées aux Archives de Paris, montrent à la fois les vendeurs et les acheteurs. On verra par exemple deux des études les plus courues, celles de Me Ridel puis Me Escribe, série D42E3 et Me Pillet D48E3.

31 P. Eudel, L’hôtel Drouot et la curiosité en 1886-1887, Paris, Charpentier et Cie, 1888.

32 H. Rochefort, op. cit., p. 43-44.

33 A. Corbin, « Paris-province », dans Pierre Nora [dir.], Les lieux de mémoire. Les France : Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1992, p. 777-823.

34 H. de Balzac, Le cousin Pons, Paris, Furne, 1848, Chapitre XXIX « Iconographie du genre brocanteur ».

35 On verra plus tard par exemple Céline qui régulièrement emmène sur son dos des consoles Louis XV ou Louis XVI au Faubourg Saint-Honoré, in L.-F. Céline, Mort à crédit, Paris, Gallimard, 1995, p. 86-89.

36 G. de Maupassant, Les dimanches d’un bourgeois de Paris, Paris, Ollendorff, 1901.

37 M. Tinayre, « L’Antiquaille » dans Madeleine au miroir, Journal d’une femme, Paris, Calmann-Lévy, 1912, p. 92.

38 Voir à ce sujet O. Parsis-Barubé, « Le discours sur l’apparence des populations autochtones dans le processus d’invention de la couleur locale par les voyageurs français du premier XIXe siècle » dans le présent ouvrage.

39 T. Gasnier, « Le local », in Lieux de Mémoires, t. 3, Paris, Gallimard, 1997, p. 3423.

40 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, A. Lemerre, 1881.

41 N. Roqueplan, op. cit., p. 167-168.

42 AD Paris, faillite Coudray, op. cit.

43 P. Eudel, Le truquage : les contrefaçons dévoilées, Paris, E. Dentu, 1884, p. 132. Cet ouvrage a eu de très nombreuses rééditions. On trouve les mêmes histoires chez A Warnod, La brocante et les petits marchés de Paris, Paris, Figuière, 1914.

44 É. Bayard, L’art de reconnaître les fraudes, Paris, Roger et Chernoviz, 1914, p. 66. Les archives privées de l’antiquaire E. Boban confirment cette passion et les traffics qu’elle suscite, voir BnF, Nat 21476/21479.

45 Ibid., p. 66.

46 Les Guides Bleus, De Paris à Constantinople, Hongrie, Balkans, Asie mineure, Paris, Hachette, Édition d’avant-guerre, réimprimée en 1920, p. LVII et p. 244-245.

47 P. Eudel, Le truquage…, op. cit., p 347.

48 N. Roqueplan, op. cit., p 162.

49 AD Paris, 2AZ 14/Asse.

50 M. Tinayre, op. cit. Sur cette question voir André Mailfert, Au pays des antiquaires, confidences d’un « maquilleur » professionnel, Paris, Flammarion, 1935.

51 N. Roqueplan, op. cit., p. 165.

52 P. Eudel, op. cit.

53 M. Tinayre, op. cit., p. 96.

54 On verra sur le sujet l’article de M.Vernes, « Le chalet infidèle ou les dérives d’une architecture vertueuse et de son paysage de rêve », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2006-32, Varia.

55 AD Paris, Négociant en imagerie de luxe, 13 rue de Savoie, faillite D11U3/1476, dossier no 11341, 11 mars 1893. On regardera à ce sujet l’exceptionnel fonds privé des archives Sagot-Legarrec, Libraires-éditeurs, marchands d’estampes à Paris à partir de 1876.

56 M. Foucault, La peinture photogénique, dans Dits et écrits, vol. 1, p. 1575-1583.

57 On verra par exemple l’inventaire après faillite de Remy Lemaire, tapissier-décorateur, 57 rue de Châteaudun, qui indique en 1894 ses nombreux abonnements à des journaux de mode, de photographie ainsi qu’une immense bibliothèque de 300 volumes illustrés. AD Paris, D11U3/1519, dossier no 12873, 1894.

58 L. V. Quentin livre chaque semaine sa revue imprimée rue du Faubourg Saint-Antoine, Le magasin de meubles, durant toute la seconde partie du siècle.

59 On verra par exemple l’Annuaire de la curiosité, op. cit. et les Bottin-Didot.

60 Baudelaire lui accorde le pouvoir de retenir le passé : « Qu’elle sauve de l’oubli les ruines pendantes, les livres, les estampes et les manuscrits que le temps dévore, les choses précieuses dont la forme va disparaître et qui demandent une place dans les archives de notre mémoire, elle sera remerciée et applaudie », C. Baudelaire, « Le public moderne et la photographie », Le Salon de 1859, Curiosités esthétiques, Paris, M. Lévy, 1868.

61 C. Baudelaire, « Le gouvernement de l’imagination », op. cit.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Salon de la Veuve Lecomte, 74 rue des Martyrs, 1902
Crédits Archives de la Préfecture de Police. Photographie d’après le procédé Bertillon.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 2 – Intérieur à la fin du siècle du collectionneur et écrivain Edmond Bonnaffé, auteur de la Physiologie du Curieux (Paris, Jules Martin, 1881) et de Causeries sur l’art et la curiosité (Paris, A. Quantin, 1878)
Crédits Collection particulière M. Charpy
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 3 – Cartes publicitaires d’antiquaires, années 1890
Crédits Publicités d’antiquaires publiées dans Le répertoire annuaire général des collectionneurs de la France et l’étranger de Ris-Paquot (1892) et dans L’Annuaire de la curiosité et des Beaux-Arts (1914).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 4. – Affiche d’annonce d’une vente aux enchères, Drouot, 1867
Crédits Archives départementales de Paris, D42E3/50.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57609/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 301k

Auteur

Ancien élève de l’ENS, est agrégé et doctorant en histoire de l’Université de Tours (CEHVI). Il enseigne actuellement en BTS communication visuelle et à l’École d’Architecture Paris-La Villette. Il a récemment publié : « La bourgeoisie en portrait. Albums familiaux de photographies, 1860-1914 » et « L’ordre des choses. Sur quelques traits de la culture matérielle bourgeoise parisienne, 1830-1914 », Revue d’histoire du XIXe siècle (2-2007) ; “The Auction House and Its Surroundings during the Nineteenth Century” dans Material Culture and the City, Brepols Publishers, 2007 ; “Forms and Scales of Second-hand Market in the Nineteenth-Century : case-study of Clothes in Paris” dans Alternative Exchanges : Second-Hand Circulations from the Sixteenth Century to The Present, Berghahn Publishers, 2007 ; « La fin de la ville incertaine, des constructions tolérées aux constructions clandestines dans le Paris du premier XIXe siècle » dans Ville et clandestinité, PUFR, 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search