Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Géographie et voyages

Le discours sur l’apparence des populations autochtones

Chez les voyageurs français du premier XIXe siècle

Odile Parsis-Barubé

Texte intégral

  • 1 A. Thierry, Lettres sur l’histoire de France, Paris, A. Sautelet, éd. de 1827, préface, p. 2. [1re(...)
  • 2 Ibid., p. 2.
  • 3 Ibid., Première lettre p. 15 et préface de l’éd. de 1827, p. 4.
  • 4 Ibid., p. 20.

1Si le XIXe siècle n’invente pas la couleur locale, il fait subir à la notion une mutation majeure. En l’installant au cœur du projet romantique de promotion d’une histoire conçue « comme tableau du temps passé »1, Augustin Thierry ajoute à la dimension spatiale qu’avait privilégiée la critique d’art de l’époque classique et des Lumières, une dimension temporelle : « toutes les fois qu’un personnage ou un événement du Moyen Âge me présentait un peu de vie ou de couleur locale, je ressentais une émotion involontaire » écrit-il dans la préface de 1827 des Lettres sur l’Histoire de France2. Le réquisitoire commencé en 1820 contre les histoires « sans vérité et sans couleur », les récits « dépourvus de mouvement et de caractère pittoresque » légués par l’érudition classique débouche sur l’injonction d’un retour aux seules sources susceptibles de révéler la vie « dans la poussière du temps passé »3. La couleur locale, dès lors, n’est plus seulement le rendu des effets visuels propres à un lieu : tout à la fois restitution de la vie et « représentation variée des caractères et des époques »4, elle s’est transmuée en couleur historique.

  • 5 H. Taine, Voyage aux Pyrénées, Paris, Hachette, 1855, p. 63.
  • 6 G. Flaubert, Par les champs et par les grèves, dans Œuvres Complètes, présentation et notes de Ber (...)
  • 7 É. Pivert de Senancour, Rêveries, Paris, chez de la Tynna et chez Cerioux, 1799, p. 230. Michelet, (...)

2Le voyage en France, à l’époque romantique, participe, à sa manière, de cette quête d’une couleur qui est tout autant celle du temps que celle des lieux : « Je ne suis ici que pour faire visite au XVIe siècle, écrit Taine en entrant à Pau lors de son périple pyrénéen de 1855 ; on voyage pour changer, non de lieu, mais d’idées »5. À l’instar des vestiges archéologiques repérés dans les paysages régionaux, les populations locales sont considérées comme les figures emblématiques de ce temps arrêté. D’un groupe de paysans bretons abîmés dans la prière en l’église Sainte-Croix de Quimperlé, Flaubert peut ainsi écrire en 1847 qu’» avec leurs costumes d’autrefois, leur antique visage et cette religion de leurs ancêtres, ils exhibaient ainsi les générations antérieures et semblaient à eux seuls représenter toute leur race »6. Autochtones, ces populations le sont donc au sens étymologique du terme rappelé par Amyot en 1559 dans sa traduction de Plutarque – « nez de la terre mesme » – et que Senancour, en 1799, élucide en l’appliquant à la désignation des êtres « restés à la nature, comme un monument vénérable des mœurs effacées, des formes primitives, et de plusieurs vérités méconnues »7.

  • 8 V. Augier, Pigault-Lebrun, Voyage dans le Midi de la France, Paris, Barba, 1827, p. 50.

3Le degré d’attention porté par les voyageurs de l’époque romantique aux apparences autochtones et qui peut s’évaluer au volume d’écriture qui leur est consacré comme à la teneur des discours qu’elles inspirent, est cependant très variable. Disons-le d’emblée : aucun des auteurs retenus dans notre corpus n’a fait de l’ethnographie le but principal de son voyage. Pure figure de style que cette déclaration liminaire de Pigault-Lebrun et Augier qui, en 1826, commencent leur Voyage dans le Midi de la France en professant que « le but essentiel des voyageurs doit être d’étudier les mœurs et les usages des peuples qu’ils visitent » et qui, quelques lignes plus loin, avouent les limites de leurs ambitions : « Nous ne croyons pas que [celles] des Provençaux diffèrent beaucoup des habitudes des Dauphinois. Il est difficile d’ailleurs de faire, en trente-six heures, de grandes, d’importantes observations en ce genre. Attachons-nous aux superficies, puisque nous ne pouvons aller plus avant »8. Sans doute faut-il les aptitudes compassionnelles d’un Victor Hugo ou la propension à la férocité d’un Mérimée pour traquer sans cesse la figure archétypale qui viendra, en une dernière touche, étayer le tableau physique et moral des provinces visitées.

4La restitution, dans toute sa richesse, d’un système de représentations collectives suppose la constitution d’un corpus qui rende compte de la complexité du processus selon lequel se sont agencés ses éléments constitutifs. Ainsi avons-nous volontairement cherché à mêler ici grands textes littéraires et petits récits d’auteurs souvent moins connus, à jouer sur la diversité géographique des destinations choisies par les scripteurs, à explorer, aussi, la complexité des formes romantiques de l’écriture du voyage en croisant récits canoniques, fragments de journaux de voyage et éléments de correspondance. Le Voyage en Savoie et dans le Midi de la France de La Bédoyère et Huchet en 1804 et le Voyage aux Pyrénées de Taine en 1855, délimitent le cadre chronologique d’une étude dans laquelle, en passant par les correspondances de Victor Hugo et de Prosper Mérimée ou le journal de Michelet, et dans les visions multiples des populations locales qui se déclinent au fil des Alpes de Montémont, du Midi de Stendhal, de Flaubert ou de Dumas, des Flandres des observateurs post-révolutionnaires ou de Jules Michelet, de la Bretagne de Flaubert et Maxime Du Camp, se dessinent les grandes lignes d’une physiologie des provinces en même temps que se dévoilent certains des enjeux idéologiques et esthétiques du voyage romantique.

5Entre les sinuosités du voyage sentimental et les velléités statisticiennes du voyage d’observation, entre les pathétiques contorsions rétrospectives de la génération qui ne peut se résoudre aux changements radicaux que vient d’imposer la Révolution et les curiosités ethnographiques de celle qui vient de prendre conscience de l’irréversibilité de la marche du progrès, le discours sur les apparences physiques, vestimentaires et posturales des populations autochtones s’inscrit dans un jeu de tensions qu’il va nous falloir ici élucider. Nous nous attacherons, dans un premier temps, à analyser la façon dont il s’intègre aux stratégies de distanciation du voyageur lettré et de l’autochtone. Nous montrerons ensuite comment ce discours fonde à la fois une théorie et une géographie de la particularité locale. Nous conclurons en mettant en évidence les processus qui, transcendant la recherche des spécificités spatiales, conduisent les auteurs à la définition d’archétypes humains, à la fois universels et atemporels.

Une archéologie de l’étrangeté

  • 9 A. Corbin, « Paris-province », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 3, Les France, Paris, (...)
  • 10 La correspondance de l’écrivain, contraint par ses fonctions d’Inspecteur général des Monuments hi (...)
  • 11 Généralement beaucoup plus compatissant que Mérimée à l’égard des autochtones, Hugo n’en laisse pa (...)
  • 12 Flaubert, op. cit., p. 511.

6La quête de la couleur locale suppose la mise en place de procédés de mise à distance de l’écrivain-voyageur et de l’autochtone. Et donc une clarification des critères permettant de définir le statut de ce dernier. L’opération n’est pas simple car ce n’est que par degrés que la population rencontrée au cours du voyage révèle ce qui la distingue de l’observateur lettré. La dualité Paris/province à laquelle Alain Corbin a consacré les pages pénétrantes que l’on sait9, si elle demeure très explicite sous la plume de Mérimée10 ou de Hugo11, n’épuise pas la question. C’est, plus précisément, dans un jeu d’opposition villes/campagnes que s’inscrit cette rhétorique de la distanciation qui contribue à faire de la description des apparences physiques des populations provinciales une véritable archéologie de l’étrangeté. Flaubert qui, lors de son équipée bretonne de 1847, note que « dans les villes, quoique la langue persiste, le caractère s’efface [et] le costume national devient plus rare », postule que le citadin, par les contacts nombreux qu’il entretient avec l’extérieur, « petit à petit (…) se désembretonne et arrive à s’écarter du paysan qu’il méprise de plus en plus »12.

  • 13 Sur cette question, on se reportera à la contribution d’O. Faure, « Le regard des médecins », dans (...)
  • 14 Michelet, Le peuple, Paris, Hachette et Paulin, 1846 [citation empruntée à l’édition présentée par (...)

7Le paysan serait donc le dépositaire privilégié de la couleur locale. Dans la logique mimétique qui fait de son apparence corporelle le reflet de la particularité géographique du lieu où le voyageur romantique le saisit, transparaissent les relents des préoccupations médicales d’un siècle taraudé par la recherche des liens qui unissent le corps à son environnement naturel13. Quelque chose, aussi, des usages que le romantisme fait du primitivisme. L’existence de la couleur locale suppose la préservation d’une pureté première dont seuls peuvent être dépositaires des êtres simples, au sens où Michelet entendait le terme : « Les simples, écrivait-il en 1847, sont en général ceux qui divisent peu la pensée, qui n’étant pas armés des machines d’analyse et d’abstraction, voient chaque chose, une, entière, concrète, comme la vie présente »14. C’est dans cette immédiateté du rapport au monde que les voyageurs romantiques inscrivent l’écart qui les distingue des populations locales. Dans la fréquence des notations sur les difformités physiques, la démesure des forces et la saleté des autochtones rencontrés au détour des chemins, se lit la conscience d’une distance irréductible avec l’observateur, laquelle n’exclut cependant ni l’effort d’analyse, ni la compassion.

Un catalogue des difformités

  • 15 La parution en 1837 du Traité de Tératologie d’I. Geoffroy Saint-Hilaire établit une graduation d’ (...)
  • 16 Sur la question du regard porté par le XIXe siècle sur les corps infirmes et monstrueux, on se rep (...)
  • 17 A. de Montémont, Voyage aux Alpes et en Italie, ou Lettres en prose et en vers, Paris, Lelong, 182 (...)

8La question de la définition de la norme et l’établissement de l’échelle de ses déviances possibles est au cœur de la pensée médicale du premier XIXe siècle15. Sous le regard du voyageur romantique, les territoires les plus reculés, les espaces les plus tardivement inscrits dans l’imaginaire des explorations possibles – la montagne et les littoraux – suggèrent les infinies déclinaisons possibles de l’anormalité physique et mentale. La construction de l’image d’un corps paysan, à la fois miroir et réceptacle des composantes du milieu extérieur dans lequel il évolue, se nourrit de ce déconcertant face à face avec la difformité. Et ce, dans une indistinction d’autant plus grande que le récit de voyage tarde à intégrer les schémas d’une pensée scientifique qui, à la suite des travaux d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, a définitivement séparé le corps monstrueux de l’infirmité en général16. Face aux goitreux du Valais, Albert de Montémont, en 1821, oscille entre dégoût et compassion : « La plupart des hommes et des femmes, des garçons et des filles ont des goitres énormes qui affligent la vue et resserrent le cœur », écrit-il. Et, manifestement incommodé par l’étalage de « ces grosseurs dégoûtantes », il réactive une représentation ancienne qui tend à assimiler le corps infirme à l’animalité : « Quand on parle à ces derniers, on n’en obtient pour toute réponse que quelques inflexions semblables à des cris d’animaux et accompagnés d’un sourire affreux »17.

  • 18 La Bédoyère et Huchet, Voyage en Savoie et dans le Midi de la France en 1804 et 1805, Paris, Gigue (...)
  • 19 Hugo, op. cit., p. 677.

9Le constat de la fréquence des anomalies physiques chez les populations montagnardes, dont Montaigne s’était, en son temps, déjà fait l’écho et qui, au début du siècle, avait inspiré l’enquête du préfet Rambuteau dans le Valais, revient avec une certaine insistance dans le discours de tous les voyageurs de la première moitié du siècle. Elle saute aux yeux de La Bédoyère et Huchet en voyage dans la Savoie et le Midi des années 1804 et 180518, comme à ceux de Victor Hugo lors de ses deux voyages aux Alpes de 1825 et 1839 ou de Gustave Flaubert lorsque celui-ci parcourt les Pyrénées en 1840. Le jeu de correspondances entre le milieu naturel et le corps autochtone se fait insistant : « le paysage est fou », s’exclame Hugo lors de son voyage aux Alpes de 1839, en présence de ce spectacle inexprimable, on comprend les crétins dont pullulent la Suisse et la Savoie »19. Moins porté à ces raccourcis néo-hippocratiques, Flaubert suggère néanmoins une concordance troublante entre l’esthétique du paysage, le costume, les météores et la conformation physique des bergers du piémont pyrénéen :

  • 20 Flaubert, op. cit., p. 432

Au-delà de Pau, le paysage devient triste, sans être encore grandiose (…) À Lourdes, à Argelès, à Pierrefite, aux eaux voisines et aux eaux chaudes, les vêtements sont bruns ; comme les troupeaux, les hommes sont petits et laids, beaucoup de goitres chez les femmes ; (…) on est triste, l’hiver a été rude, il fait froid, le vent souffle de la montagne, le gave gronde et emporte à chacun un morceau de son champ…20.

  • 21 Hugo, op. cit., p. 512.

10L’idée selon laquelle le corps de l’homme serait une composante de l’univers n’est certes pas une invention propre au XIXe siècle. Mais elle trouve matière à une vigoureuse réactualisation dans le contexte d’un romantisme attentif au genius loci, à la diversité infinie de la nature, au sens du relatif et du particulier. Hugo convoque ainsi la démesure des propriétés géométriques de l’espace alpin pour expliquer les troubles physiques et mentaux de populations quotidiennement confrontées à une expérience visuelle hors norme : « Les Alpes font beaucoup d’idiots », écrit-il. « Il n’est pas donné à toutes les intelligences de faire ménage avec de telles merveilles et de promener du matin au soir sans éblouissement et sans stupeur un rayon visuel terrestre de cinquante lieues sur une circonférence de trois cent »21.

  • 22 Ibid., p.403-404.

11Mais le siècle, qui est celui de la révolution clinique, suggère d’autres lectures des corps affligés par la malformation ou la débilité mentale. En 1807, La Bédoyère donne du visage des deux albinos rencontrés à la faveur d’une excursion au glacier des Bois à Chamonix, une description d’une certaine précision – « ils ont l’iris des yeux rouge, les cheveux, la barbe, les cils et les sourcils blancs. La lumière du jour leur cause un clignotement continuel » – et pose clairement la question de l’origine du mal en des termes qui préfigurent ce que seront, dans la seconde moitié du siècle, les grandes interrogations du monde médical sur la transmission des tares : « Leur infirmité n’est pas héréditaire », affirme-t-il, « car ils sont nés d’un père et d’une mère qui avaient la peau brune et les yeux noirs, et l’un d’eux, marié à une assez jolie femme, a un enfant qui ne lui ressemble pas. L’origine de cette bizarrerie de la nature a échappé jusqu’ici aux physiologistes »22.

  • 23 Hugo, op. cit., p. 581.

12Dans la représentation que le siècle commence à construire de son organisation sociale, le corps infirme et d’où l’esprit s’est envolé est un corps fragile. Victor Hugo excelle à suggérer la vulnérabilité sociale des êtres contrefaits qui, à intervalles réguliers, surgissent dans une correspondance de voyage qui se fait volontiers récapitulation des misères de la condition humaine. C’est, à Port-Bail, en 1836, la rencontre avec « une misérable petite créature borgne, rachitique et déguenillée qui pleurait douloureusement (…) épileptique depuis sa naissance, paralysée de la moitié du corps depuis dix ans, borgne depuis six mois », laquelle s’avère être la fille de modestes paysans. Ou encore, la même année, à Carentan, la vision d’une « malheureuse crétine, sans front et sans menton, grande et bavant sur ses mains », assise au seuil d’une misérable masure23. L’approche hugolienne de la débilité s’opère sur le mode chrétien qui enjoint de considérer le corps souffrant ou infirme avec compassion et invite à en explorer la richesse intérieure. Dans le regard en apparence vide de l’une et l’autre, Hugo sait déceler le désespoir et la souffrance : « on dit que cela ne sent rien, mais je suis sûr que quelque chose souffrait en elle ». Face à la « pauvre âme prise » entrevue à Port-Bail, il adopte une attitude consolatrice : « je lui ai donné quelque argent, en lui disant d’avoir bon espoir, que le bon Dieu était là. Elle m’a plus remercié de la bonne parole que de l’argent ».

13Autre succession de difformités dans la Bretagne que traversent, une dizaine d’années plus tard, Gustave Flaubert et Maxime Du Camp. La misère, cette fois, est clairement désignée comme source d’une sélection naturelle à laquelle l’espèce survivante aurait gagné, sinon en beauté, du moins en robustesse :

  • 24 Flaubert, op. cit., p. 511.

Une telle existence n’embellit pas les races ; aussi rencontre-t-on quantité d’estropiés, de manchots, d’aveugles-nés, de bossus, de dartreux, de rachitiques ; ainsi que les chênes dont les chétifs s’étiolent au vent de la mer et dont les robustes n’en poussent que mieux, se durcissent aux gelées, ceux qui ont traversé toute cette misère sans y rien laisser n’en paraissent que plus sains, plus droits et plus solides. Ce sont ceux-là que vous voyez passer devant vous, si austères et si forts, taciturnes sous leurs longs cheveux comme leur pays sous sa sombre verdure24.

Une fantasmagorie de la démesure

  • 25 Hugo, op. cit., p. 691.

14En contrepoint du discours sur la débilité et l’infirmité, l’écart du corps autochtone avec la normalité trouve aussi à s’exprimer sur le registre de l’expansion démesurée. La taille, la force, la durée de vie du paysan font l’objet, dans la littérature de voyage de l’époque romantique, d’appréciations et d’explications qui confirment l’inscription du peuple des provinces dans un imaginaire de l’étrangeté. Qui confortent, surtout, l’idée d’une mystérieuse concordance entre les caractères physiques du milieu et ceux de l’espèce. Face aux portefaix d’Avignon qu’il décrit comme « des espèces de géants mal taillés, laids, trapus, robustes, carrés, velus, odieux à voir », Hugo s’exclame : « la nature et le climat sont complices de toutes les choses monstrueuses que font ces hommes. Quand le soleil du Midi frappe sur une idée violente contenue dans des têtes faibles, il en fait sortir des crimes »25.

  • 26 « L’économie des paroles profite à l’énergie des actes », Michelet, Le Peuple, op. cit., p. 160].
  • 27 H. Taine, Voyage aux Pyrénées, Paris, Hachette, 1855, p. 54.

15Au surdimensionnement des tailles et à la rudesse excessive des traits, s’ajoute, dans le catalogue de la démesure du corps des simples, l’exacerbation de la dépense énergétique. Michelet en fait le propre des esprits qui suivent au plus près l’instinct et évitent la dispersion dans la pensée et la parole26. La découverte par Carnot, en 1824, de l’» équivalent mécanique de la chaleur » alimente le fantasme d’un corps machine dont le siècle n’a de cesse de mesurer les performances et de contenir les débordements possibles. Le débridement incontrôlé de l’énergie participe de l’image de la primitivité et du fantasme de la dangerosité des êtres peu touchés par la civilisation. Taine l’incarne dans ces figures paysannes de la vallée d’Ossau chez qui il dit retrouver « cette domination de la passion soudaine, cette violence du premier mouvement, cette émotion de la chair et du sang, ce brusque appel à la force physique [et chez qui] à a moindre injure les yeux s’allument et les coups de poing trottent »27.

  • 28 Ibid., p. 129.

16L’expansion du corps et de l’énergie du paysan a pour corollaire celle de sa durée de vie. Résultat d’une salutaire indifférence aux sollicitations perturbatrices du progrès, la longévité extrême a pour contrepartie un signe extérieur qui rapproche l’apparence paysanne de la minéralité : le burinage des traits sous l’effet du soleil et du vent. Préfigurant une sorte de réintégration cosmique, il traduit la force d’un affrontement quotidien aux assauts des éléments naturels. À Laruns, Taine rencontre « de vieux pâtres en houppelandes rousses de poils feutrés, le front traversé, non de rides, mais de sillons, bronzés et brûlés du soleil, le regard farouche comme celui d’une bête fauve, dignes d’avoir vécu au temps de Charlemagne »28. La vision du vieillard rencontré entre Étretat et le Bourg d’Ault au retour du voyage en Belgique de l’été 1837, « plié en deux sous son fardeau bien plus composé encore d’années que de broussailles » et qui lui révèle ses quatre-vingt-deux ans, inspire à Victor Hugo une réflexion sur la relativité des effets corrosifs du temps :

  • 29 Hugo, France et Belgique, loc. cit., p. 648.

C’est un âge qu’ils atteignent aisément, hommes et femmes, dans ces pauvres hameaux qui nous font tant de pitié. Et pourtant le travail les courbe, le vent les hâle, le soleil les ride, et ils nous semblent vieux à quarante ans. Au fond, à soixante ans, ils sont moins vieux que nous à trente. On s’use moins vite par le dehors que par le dedans29.

  • 30 Hugo, Alpes, loc. cit., p. 665.

17Deux ans plus tard, au sommet du Pilate, la confrontation des deux images – celle de l’implication fébrile dans l’activité et celle du cantonnement placide dans le pastoralisme – revient sous sa plume comme l’esquisse d’une méditation sur le sens de la vie : « Une singulière peuplade de bergers s’y est cantonnée et y habite. Ce sont des hommes oisifs, forts et simples, lesquels vivent centenaires et méprisent profondément les fourmis humaines qui sont dans la plaine »30.

  • 31 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 511.

18Dans ce face à face perpétuellement recommencé entre l’ancien et le nouvel ordre social, la rudesse des formes et des attitudes exprime la force de résistance des populations locales : « À Quimper, à la table d’hôte », écrit Flaubert en 1847, « en regardant la servante, fille large d’épaules, de visage âpre et d’une tenue rigide (…) qui servait des œufs à la neige à un gros monsieur à lunettes d’or, inspecteur des contributions indirectes, je me disais : voilà donc les deux sociétés face à face et le rapport final d’un siècle à l’autre ! »31. Vision simplificatrice, sans doute, et qui permet d’éluder les vraies questions posées par l’évolution de la société du temps, mais qui participe de la conception romantique de l’homme et de son rapport au cosmos.

19Marque de primitivité, l’âpreté de son apparence est aussi le signe par lequel l’autochtone révèle une aptitude à exprimer d’instinct le sens sacré des choses. Dans l’église Sainte-Croix de Quimperlé où Flaubert saisit l’effort des corps paysans pour se plier aux postures du recueillement, s’exprime, dans une poétique de l’opposition, une mystérieuse transmutation de la force physique en force spirituelle :

  • 32 Ibid., p. 509.

C’étaient des figures graves sous de longs cheveux bruns, de rudes regards plus fauves que la lande, de larges poitrines qui respiraient d’une façon puissante, des têtes songeuses, des airs rustiques et solennels ; mais ces fronts hâlés, découverts, ces solides épaules qui s’inclinaient, ces mains grises comme le manche des charrues et qui restaient oisives, et même les lourdes chaussures que le respect rendait légères, toute cette rudesse tournée en grâce, cette force devenant douceur à son insu avait un grandiose singulièrement doux, presque attendrissant à force d’être naïf32.

20Dans l’harmonie totale qui s’établit alors entre les corps, le temps et l’esprit du lieu, s’opère un autre dépassement de la mesure, tout intérieur celui-là :

  • 33 Ibid., p. 509.

Ils étaient beaux ces hommes, beaux parce qu’ils étaient vrais et dans la simplicité de leurs costumes faits à leur taille, aptes à leurs corps, pliés selon le travail de leur vie, et dans la bonne foi de leur croyance qui s’exhalait à l’aise dans cette église faite pour elle, restes derniers d’une nationalité complète qui s’efface sans métamorphoses (…) C’est pour cela peut-être qu’ils avaient l’air si pleins et que chacun d’eux paraissait porter plus de choses qu’il n’y en a ordinairement dans un homme33.

L’ambivalence du discours sur la saleté

  • 34 Hugo, op. cit., p. 465.

21On sait la place que tient l’hygiène dans la représentation que les contemporains construisent du progrès : l’avivement de l’attention portée au rôle respiratoire de la peau conduit un monde médical convaincu qu’il existe un rapport entre la quantité d’oxygène absorbé et la qualité de l’énergie physique disponible, à promouvoir les pratiques de l’ablution. À l’heure où le corps moderne s’affiche d’abord comme un corps propre, la saleté s’impose comme une figure majeure de l’arriération. : « Entre l’espèce humaine qui se lave et l’espèce humaine qui ne se lave pas, il y a un abîme » écrit Victor Hugo en septembre 1841 au début de son périple sur le Rhin34. C’est qu’au siècle de l’hygiénisme triomphant et de la promotion d’une discipline corporelle, le défaut de propreté apparaît moins comme une fatalité attachée à la condition des humbles que comme le signe de plus en plus difficilement admissible d’une négligence individuelle et collective. Mais la sensibilité religieuse de l’époque romantique génère, de cette conjonction de la misère et de la saleté, une représentation concurrente. La revivification du culte de saint Benoît Labre, les leçons du saint Curé d’Ars, la valorisation des figures de l’humilité dans le cadre de la mariophanie du milieu du siècle, conduisent à la promotion de certaines formes de détachement vis-à-vis des valeurs matérialistes et scientifiques du temps. Devenue figure du dénuement des simples, la saleté peut ainsi, en un retournement sympathique, se faire supplément d’âme. D’où les ambivalences du discours romantique sur l’état sanitaire des populations autochtones, qui hésite souvent entre dégoût, compassion et curiosité ethnographique.

  • 35 Voir à ce sujet l’article fondateur de C. Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’u (...)
  • 36 Cité dans J.-M. Goulemot, P. Lidsky et D. Masseau, Le voyage en France. Anthologie des voyageurs f (...)

22La Bretagne, dont la première moitié du siècle construit l’image rétrograde d’une province qui a refusé la Révolution et que son arriération profonde conduit à demeurer à l’écart de la dynamique de progrès qui emporte le reste du pays35, apparaît, dans la littérature de voyage du temps, comme le lieu emblématique de l’ignorance de l’hygiène. La crasse bretonne ouvre chez Mérimée des abîmes d’écœurement et lui inspire de prudentes stratégies de préservation : « Croiriez-vous que j’ai fait quatre cents lieues en Bretagne sans déboutonner ma braguette », écrit-il le 6 juin 1836 à Esprit Requien. « Impossible de toucher sans pincettes les personnes du sexe de Brest, Morlaix, Saint-Brieuc, Rennes, Vannes, Quimper. Ce n’est qu’à Nantes que la Providence m’a apporté soulagement »36. Dans une lettre à Jaubert de Passa, il avait, l’année précédente, clairement assimilé la saleté à l’arriération puisqu’il y voyait le corollaire du parler breton :

  • 37 Cité ibid., p. 28.

Les gens qui parlent cette belle langue sont bons diables, mais horriblement sales. On tient à déshonneur de laver ses culottes et ceux qui donnent dans cette pratique n’osent porter ces culottes à demi propres que dans les villes. On voit dans les villages les enfants et les cochons se roulant pêle-mêle sur le fumier et la pâtée que mangent les premiers serait probablement refusée par les cochons du Canigou37.

  • 38 Hugo, op. cit., p. 573.
  • 39 Ibid., p. 571.
  • 40 Th. Gautier, Un tour en Belgique et en Hollande, Paris, L’école des lettres, 1997, p. 42-43. Réali (...)

23Exactement à la même époque, Hugo, confronté à un identique dégoût, ne trouve guère d’exutoire que dans le bain à la lame dont, le 25 juin 1836, il fait, à Saint-Malo, la rafraîchissante expérience : « Depuis que je suis en Bretagne, je suis dans l’ordure » écrit-il alors à Louis Boulanger. « Pour se laver de la Bretagne, il faut bien l’Océan. Cette grande cuvette n’est qu’à la mesure de cette grande saleté »38. Dans le même courrier, il opère une association d’idées qui est loin d’être innocente entre la richesse archéologique de la province et sa saleté, comme si transmuée en patine antiquaire, la crasse était devenue le signe tangible d’un irréductible, mais finalement pittoresque, archaïsme : « Pauvre Bretagne qui a tout gardé, ses monuments et ses habitants, sa poésie et sa saleté, sa vieille couleur et sa vieille crasse par-dessus ! Lavez les édifices, ils sont superbes ; quant aux Bretons, je vous défie de les laver »39. La même année, à Théophile Gautier, en route pour la Belgique et la Hollande, la vision, saisie entre Cambrai et Valenciennes, d’un groupe de femmes qui « pétrissaient la crotte à cru avec de grands pieds plats auxquels il ne manquait que d’être palmés, et laissaient flotter fort négligemment le pli supérieur de leur robe » arrache cette réflexion : « si c’était une coquetterie, elle était mal entendue et cette exhibition n’avait rien d’engageant ; mais je crois qu’elles n’y voyaient pas malice »40.

  • 41 Hugo, op. cit., p. 514 et 509.
  • 42 Ibid., p. 655.

24Toute l’ambiguïté de la représentation romantique de la saleté se cristallise dans le symbole vestimentaire de la guenille. Corollaire de la pauvreté dont elle se fait la rassurante synecdoque, elle devient, sous la plume de Victor Hugo, la parure de l’innocence. Celle des « petits garçons déguenillés » rencontrés en 1825 au pied du Mont Blanc qui harcèlent le voyageur à l’abord des lieux touristiques pour lui soutirer quelques pièces en échange d’un service dérisoire ; ou celle des jeunes mendiants de Chède et de Passy pour qui il en appelle à la mansuétude du voyageur parce que les malheureux « n’ont que les Alpes pour vivre »41. Celle, encore, de la toute petite fille entrevue en 1837 aux Andelys, suivant une famille de saltimbanques en haillons, coiffée d’un « affreux chapeau déformé » sur lequel dansait joyeusement « un petit panache composé de liserons, de coquelicots et de marguerites » et qui inspire à Hugo cette conclusion en forme d’action de grâce : « De toutes les choses nécessaires à cette pauvre famille, la plus nécessaire, c’est à la petite bégayant à peine que la providence l’avait confiée. Les autres portaient le pain, l’enfant portait la joie. Dieu est grand »42.

  • 43 Ibid., p. 826.

25Mais la guenille a aussi ses usages profanes. Sur le corps de la paysanne encore jeune dont elle tempère l’improbable coquetterie, elle ramène ce qu’il faut de réalisme pour que la couleur locale reste couleur de vie et de vérité. Elle s’inscrit alors dans les codes de la séduction et participe de la quête romantique du pittoresque : « Regardez cette fille de village qui passe », écrit Hugo au cours de son voyage aux Pyrénées de 1843, « elle est jolie à miracle, coiffée à ravir, coquette et parée comme une madone ; baissez les yeux : c’est une horrible jupe déguenillée d’où sortent d’affreux grands pieds nus et sales. La madone se termine en muletier »43. Chez Flaubert, confronté au mendiant de Plouharnel, « courbé, en guenilles, grouillant de vermine, rouge comme du vin, hérissé, suant, la poitrine débraillée, la bouche baveuse [et qui] beuglait d’une voix terrible », elle conforte le réalisme du tableau de la misère bretonne. La littérature du voyage produit ainsi et tente de formaliser une sorte de géographie du dégoût. Face au gueux répugnant de Plouharnel, Flaubert n’hésite pas à réactiver la vieille théorie des climats :

  • 44 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 511.

La pauvreté du Midi n’a rien qui attriste, elle se présente à vous pittoresque, colorée rieuse, insouciante, chauffant ses poux à l’air chaud et dormant sous la treille ; mais celle du Nord, celle qui a froid, celle qui grelotte dans le brouillard et patauge nu-pieds dans la terre grasse, semble toujours humide de pleurs, engourdie, dolente, et méchante comme une bête malade44.

26C’est qu’au-delà des figures archétypales de la monstruosité, de la démesure et de l’arriération, la littérature viatique du premier XIXe siècle dessine les grandes lignes d’une géographie de la particularité.

Une géographie de la particularité

  • 45 Ibid.

27Un espace de la quête de la couleur locale se dessine au fil des récits de voyage, qui privilégie clairement les endroits préservés de la modernité. Flaubert conseille d’éviter les grandes villes et tout ce qui rappelle « les divisions par arrondissements, avec les grandes, moyennes et petites vicinalités, les comités d’instruction primaire, les caisses d’épargne, les conseils généraux et autres inventions modernes qui enlèvent toujours aux lieux qui en sont doués quelque feu de couleur locale pour le voyageur naïf qui la rêve »45. L’entrée dans le domaine de la couleur locale est d’abord affaire de distance. Partis de Paris, les écrivains-voyageurs notent généralement le moment à partir duquel le dépaysement commence à se faire sentir. En route pour le Midi de la France en 1833, Valérie de Gasparin, parvenue à Châlons, se désespère de n’avoir encore rien perçu, dans le paysage, qui rompe avec la monotonie des platitudes de l’Ile-de-France :

  • 46 V. de Gasparin, Voyage d’une ignorante dans le Midi de la France, Paris, Paulin, 1833, p. 14.

Ah ! Ce n’est pas la nature que cette plaine sans fin, que ces champs à perte de vue, que ces routes uniformes qui séparent Paris de Châlons ! Point de colline qui vienne borner l’horizon, s’arrondir en croupes gracieuses, former de profondes, de fraîches vallées ; point de ruisseaux dont les contours sinueux se perdent au milieu d’une herbe touffue, puis se retrouvent au détour d’un bois et calment l’ennui du voyageur par le murmure de leurs eaux46.

  • 47 Michelet, Journal, t. I (1828-1848), éd. établie par Paul Viallaneix, Paris, Gallimard, 1959, p. 1 (...)
  • 48 V. de Gasparin, op. cit., p. 32 et Flaubert, Pyrénées et Corse, loc. cit., p. 246.

28Flaubert, dans les premiers jours du périple qui le mène en 1840 dans les Pyrénées, ressent la même chose : « rien d’original, rien de coloré, une platitude toute française jusqu’à Tours ». Attentif aux zones de rupture dans le paysage et dans l’allure des autochtones, le voyageur romantique relève soigneusement les indices du basculement dans l’espace du dépaysement : Jules Michelet, lors de son premier voyage en Belgique de septembre 1832, dit pressentir la Flandre à partir de Saint-Quentin47. Valérie de Gasparin, l’année suivante, fait d’Avignon la morte d’entrée dans le Midi, tandis que Flaubert, en 1840, le voit s’annoncer dès Poitiers : « À Poitiers, le Midi commence, écrit-il, larges bonnets, moins gracieux toutefois que ceux de Montbazon (…) les postillons ont le béret rouge des Basques et le pantalon à galons… »48. Dans la littérature de voyage de la première moitié du siècle, la couleur locale se décline ainsi sur deux tonalités : celle, d’abord, de la demi-teinte, quand s’exprime, à l’aller, l’attente, et au retour, la nostalgie de particularités convenues ; celui, ensuite, de la pleine pâte, quand le voyage est de pure découverte et que tous les sens du voyageur se laissent surprendre. Elle s’accroche, dans ce cas, à deux éléments privilégiés : le costume et la gestuelle des autochtones.

Une théorie de la demi-teinte

  • 49 Gautier, « Une journée à Londres », dans Caprices et zigzags, Paris, Legou, 1852, rééd. dans Œuvre (...)
  • 50 Michelet, op. cit., p. 121.
  • 51 Gautier, Un tour en Belgique et en Hollande, op. cit., p. 34.
  • 52 « Les femmes sortent de leurs maisons blanches en robe noire avec un voile pour aller à la messe. (...)
  • 53 Flaubert, op. cit., p. 426.

29L’idée selon laquelle la couleur locale ne serait perceptible qu’à partir d’une certaine distance de Paris et qu’elle irait s’accentuant à mesure que l’on s’en éloignerait conduit à faire des régions frontalières ou littorales son terrain d’élection. L’attention portée aux particularités physiques, vestimentaires, gestuelles et linguistiques des populations locales va ainsi croissant du centre vers la périphérie. L’attente du passage de la frontière est scandée par la quête obsédante d’indices annonciateurs d’une étrangeté convenue. Les provinces du Nord, de l’Est et du Midi ne seraient ainsi que les antichambres du dépaysement, le terrain d’élection de cette théorie de la demi-teinte si clairement formalisée en 1852 par Théophile Gautier : « L’espèce de demi-teinte qui sépare les peuples sur la carte et dans la réalité, est fondue, plutôt du côté de la France que du royaume limitrophe. Ainsi tout le littoral qui regarde la Manche est anglais, l’Alsace est allemande par les bords, la Flandre est belge, la Provence italienne, la Gascogne espagnole »49. À cette approche impressionniste de la limite, l’autochtone apporte la touche décisive. C’est à travers les habitants du Montreuillois que Michelet, en 1834, repère les signes annonciateurs du voisinage de l’Angleterre : « Tout semble déjà anglais ; enfants blonds, femmes rousses »50. En partance pour la Belgique, Théophile Gautier, deux ans plus tard, note qu’à partir de Cambrai, « le type français s’efface pour céder le pas au type flamand »51. Et c’est la parure revêtue par les Biarrotes pour se rendre à la messe du dimanche qui, en 1855, fait ressentir à Hyppolite Taine la proximité de l’Espagne52, Espagne dont Flaubert, quinze ans auparavant avait vu venir les signes avant coureurs dans la couleur brune des cheveux et les costumes bigarrés des paysans de la région d’Angoulême53. C’est, encore, l’indécision du costume des habitantes de Saint-Sébastien qui fait prendre conscience à Hugo que le pays basque est une terre de transition :

  • 54 Hugo, op. cit., p. 780.

On est à peine espagnol à Saint Sébastien ; on est basque (…) Les femmes ont la mantille, mais elles n’ont pas la basquine, et encore cette mantille que les Madrilènes portent avec tant de coquetterie et de grâce jusque sur les yeux, les guipuzcoanes la relèguent sur l’arrière sommet de la tête, ce qui ne les empêche pas d’ailleurs d’être très coquettes et très gracieuses54.

  • 55 Ibidem, p. 688 et Mérimée, Lettre à Jenny Dacquin, citée dans Anthologie, op. cit., p. 25.
  • 56 W. Alexis, Wanderungen im Süden, Berlin, Schlesingen, 1828, p. 22.

30Il y a certes parfois de curieuses associations d’idées, des attributions d’influence géographiquement plus acrobatiques. Victor Hugo, à sa descente de bateau, voit, dans les figures humaines penchées sur les remparts d’Avignon, quelque chose qui rappellerait la physionomie turque et fait de la cité des papes la porte de l’Orient, tandis que Mérimée attribue aux ouvriers du lieu qui se couchent à l’ombre ou se drapent dans leurs manteaux, « un air aussi tragique que les Andalous »55. Des erreurs d’aiguillage, aussi, qui, pour cocasses qu’elles soient, n’en révèlent pas moins la force des stéréotypes préexistant à la découverte in situ : le voyageur allemand, Willibald Alexis, en route pour l’Espagne en 1828, se persuade, dans la diligence d’Orléans, du caractère andalou de la jeune femme à la peau basanée et aux yeux de braise qui a embarqué avec lui. Il s’abandonne à de prometteurs fantasmes érotiques pour finalement découvrir, confus et passablement dépité, qu’il s’agit en fait d’une anglaise, repoussoir absolu pour tout voyageur romantique normalement constitué56.

  • 57 Taine, op. cit., p. 130.

31Les signes annonciateurs de la particularité étrangère se convertissent en touches de couleur locale, fixés qu’ils sont sur des éléments privilégiés de l’apparence autochtone : la couleur de la peau, l’expression du regard, la façon de bouger. « Je crois à la race plus qu’à l’éducation », écrit Flaubert dans une lettre à Louise Collet de 1852. Ce à quoi, Taine répond, trois ans plus tard : « la race façonne l’individu, le pays façonne la race »57.

  • 58 Hugo, op. cit., p. 688.
  • 59 Stendhal, Voyage dans le Midi de la France, Paris, Le Divan, 1830, p. 139.
  • 60 De Gasparin, op. cit., p. 55 et Mérimée, Lettre à Jenny Dacquin, ibid., p. 27.

32Le hâle de la peau est le principal critère distinctif attribué par les voyageurs romantiques aux gens du Sud. Les premières choses remarquées par Hugo au débarcadère d’Avignon sont « quelques têtes d’hommes, brunes et hâlées » qui se détachaient sur les murailles de la ville58, particularité dont, dans la même ville, Mérimée fait la marque des « hommes du peuple ». Stendhal, découvrant le Midi lors de son voyage de 1830, définit par un certain nombre de critères esthétiques les « figures espagnoles » des habitantes de Bayonne – « beaux sourcils, nez hardiment dessiné, quoique pas trop grand, plein de physionomie, peu de chair dans la figure » – dans lesquelles il voit « le contraire absolument des figures allemandes »59. Valérie de Gasparin remarque, en 1833, « les gentilles Marseillaises à la peau colorée » tandis que Mérimée dit leur trouver à toutes « de la physionomie, de beaux yeux noirs, de belles dents, un très petit pied et des chevilles imperceptibles »60.

  • 61 Gautier, op. cit., p. 48-49.
  • 62 Gautier, op. cit., p. 34 et Hugo, France et Belgique, loc. cit., p. 604.
  • 63 A. G. Camus, Voyage fait dans les départements nouvellement réunis et dans les départements du Bas (...)
  • 64 Sur l’impact du mirage flamand sur la représentation des paysages et des hommes du nord de la Fran (...)

33Le voyage en Flandre est l’occasion de déployer d’autres stéréotypes de l’esthétique féminine. Théophile Gautier, à qui l’idée du voyage en Belgique était venue en 1836 « au musée, en [se] promenant dans la galerie des Rubens » où « la vue de ces belles femmes aux formes rebondies, ces beaux corps si pleins de santé, toutes ces montagnes de chair rose d’où tombent des torrents de chevelures dorées » lui avait inspiré le désir d’une confrontation avec la réalité, se dit déçu de n’avoir trouvé, avant de passer la frontière, qu’un seul modèle approchant, dans la grande rue de Valenciennes, en la personne d’« une grosse fille de cuisine, avec des hanches énormes et des avalanches d’appâts prodigieuses, qui balayait naïvement un ruisseau, sans se douter le moins du monde qu’elle était un Rubens très authentique »61. L’aspect physique et vestimentaire des populations de la France du Nord semble n’enthousiasmer personne. Ni Théophile Gautier qui, en 1836, estime entrer, à partir de Cambrai, dans l’endroit où « l’usage des bas et des souliers commence à être inconnu, et où l’on prend tant de soin de laver les maisons, que l’on ne se lave jamais la figure », ni Hugo qui, parvenu aux abords de la même ville, se plaint du manque de couleur des paysages et des habitants : « La couleur de ce pays-ci commence à m’ennuyer. Les maisons sont rouges, les femmes sont blondes, les plaines sont jaunes ; il me tarde de revoir de la pierre, de la verdure et des cheveux noirs »62, écrit-il à Adèle lors de son premier voyage en Belgique de 1837. C’est que la France du Nord n’est considérée par les voyageurs que comme le lieu de passage vers une Flandre de plus en plus regardée, à partir de 1830, comme exclusivement belge. « Pays mixte » comme le qualifie un voyageur du début du siècle63, qui n’est plus tout à fait la France et pas encore vraiment la Flandre, le Nord est, par excellence, le territoire de la demi-teinte64. Dans le même temps, le Midi de la France s’installe dans l’imaginaire romantique du territoire comme une donnée anthropologique, culturelle et linguistique de plus en plus lisible. Sa diversité commence à être mise en évidence, analysée et explicitée. Entre la Provence et les Pyrénées, prend corps un Languedoc au bénéfice duquel la littérature de voyage redéploie une théorie de la demi-teinte à usage interne. Flaubert y excelle qui, lors de son voyage aux Pyrénées de 1840, en explicite la dimension humaine :

  • 65 Flaubert, Pyrénées et Corse, p. 438.

Les gens sont doux et polis. Pays ouvert et qui reçoit grassement l’étranger, le Languedoc n’offre point de saillies bien tranchées ni dans les types, ni dans le costume, ni dans l’idiome. Tout le Midi en effet y a passé et y a laissé quelque chose : Romains, Goths, Francs du Nord aussi dans la guerre des Albigeois, Espagnols à leur tour, tous y sont venus et y ont chassé sans doute tout élément national et primitif ; la nationalité s’est retirée plus haute et plus sombre dans les montagnes, ou plus acariâtre et violente dans la Provence65.

34Sans doute est-ce là ce qui explique qu’avec la Bretagne, le Midi constitue l’un des lieux où la curiosité pour le costume paysan se soit le plus exercée.

Une galerie de costumes

35S’il ne fallait qu’une citation pour prouver que les romantiques avaient bien une conscience aiguë de l’influence des lieux sur la parure vestimentaire des autochtones, nul doute qu’il faudrait la chercher dans cet extrait du texte rédigé à Paris entre mai et septembre 1841 et destiné à la XXe lettre du Rhin, dans lequel Hugo décrit le costume la bohémienne rencontrée entre Lorsch et Bingen :

  • 66 Hugo, En marge du Rhin, loc. cit., p. 463.

Son costume, rehaussé de bijoux de toutes sortes, racontait ses voyages. Elle portait des bas bleus à coins ornés d’arabesques blanches comme en portent les filles de Souabe, un ample jupon de drap brun à mille plis comme les montagnardes de la Forêt noire et un étroit gilet de soie comme les paysannes de la Bresse. Ce gilet était presque caché et pour ainsi dire corrigé par une large collerette de Flandre…66.

  • 67 Hugo, Provence, loc. cit., p. 699.
  • 68 Hugo, Pyrénées, loc. cit., p. 871.
  • 69 Hugo, France et Belgique, loc. cit., p. 656.

36Le problème est qu’il faut, en général, que Victor Hugo passe une frontière pour que sa correspondance s’émaille de descriptions précises d’autochtones en costumes : lors du voyage dans les Pyrénées de 1843, c’est dans le Pays basque espagnol et en terre aragonaise qu’il en trouve les exemplaires les plus convaincants et, lorsqu’il voyage en deçà des monts, ce sont toujours des Espagnols en transit qui lui fournissent matière à décrire une tenue caractéristique de leur nationalité. Lors du voyage au Rhin, c’est en Forêt Noire que les particularités vestimentaires commencent à le frapper. Dans les provinces françaises qu’il traverse, l’attention de l’écrivain se focalise uniquement sur la coiffe. Lors d’une excursion aux gorges d’Ollioules, en 1839, il évoque simplement le « vaste feutre noir » d’une paysanne rencontrée au détour d’un chemin67. Dix ans plus tard, à Oléron, ce sont de « jolies servantes charentaises, avec leur immense coiffe blanche qu’elles portent avec grâce » qui l’attendent sur le musoir68. En Flandre, il note : « Pas de costumes aux paysans, excepté le bonnet des environs de Lier et de Turnhout »69. Artifice littéraire qui permet le dépouillement extrême de la figure de l’apparition subreptice ou résultat d’une observation ethnographique qui conduirait à penser que la particularité locale se réduirait encore, dans les provinces du sud de la France des années 1830, au simple couvre-chef ?

37De cette seconde hypothèse, on peut sérieusement douter car d’autres voyageurs se sont montrés plus disserts dans la description de costumes régionaux. Dès le début du siècle, des costumes sont clairement identifiés comme la marque distinctive d’un lieu. Ainsi en est-il, par exemple, de La Bédoyère et Huchet, qui, en 1807, parlent de l’uniformité de l’habillement des Arlésiennes :

  • 70 La Bédoyère et Huchet, op. cit., p. 313.

Ce qui frappe pas moins en elles que l’agrément de la physionomie, c’est l’uniformité constante de leur habillement. Elles portent toutes des bas pareils, d’énormes boucles d’argent sur leurs souliers, un petit corset dont l’étoffe et la couleur varient selon la saison, une jupe courte sans tablier. Leur coiffure consiste en un bonnet rond qui se retire un peu en arrière, avec un mouchoir de soie à fond jaune, moucheté de noir qui se met au sommet du bonnet, s’avance sur le front, s’arrondit autour des joues et se noue avec grâce sous le menton…70.

38La spécificité d’un costume régional, défini dans ses moindres détails de la coiffure aux souliers et distingué dans ses formes sexuées, est au cœur du tableau de la Bretagne que dressent en 1847 Gustave Flaubert et Maxime Du Camp. Dans les notes prises en cours de route et qui devaient servir au développement des chapitres dont les deux compères avaient décidé de se partager la rédaction à leur retour à Paris, les remarques concernant le vêtement paysan abondent. Dans les chapitres impairs, rédigés par Flaubert et qui sont à ce jour les seuls édités, elles débouchent sur des descriptions d’une rare minutie. À Carnac, dont il traite par ailleurs sur le mode de la plus totale dérision la richesse archéologique, le costume féminin fait l’objet d’une véritable dissection :

  • 71 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 492.

Depuis Sarzeau jusqu’ici, les femmes portent par-dessus un petit bonnet plissé une ample cape blanche très avançante comme celle des religieuses et retombant sur le dos. Ce vêtement couvre au moins la moitié du corps aux petites filles. Quant au corsage, un ruban de velours noir collé sur l’étoffe noire fait le contour de l’omoplate, prenant ainsi l’épaule dans une espèce de bracelet plat qui attire l’œil sur l’aisselle ; souliers à bout rond, orné de rubans plats tombant des deux côtés presque jusqu’à terre71.

39On sent Flaubert très attentif aux relations entre le vêtement et l’anatomie. Plus qu’une parure, le costume est le prolongement du corps paysan, adapté à sa conformation comme à ses mouvements. Ainsi, dans l’évocation du jeune paysan qui, à Quimperlé, dépasse en courant les deux voyageurs, le costume devient-il l’élément d’une dynamique dans laquelle se confondent le corps et sa vêture :

  • 72 Ibid., p. 508.

Il était robuste et beau, ses cheveux bruns que coiffait son chapeau rond de feutre noir, couvraient à demi sa veste bleue et à chacun de ses bonds s’envolaient et retombaient sur ses épaules ; sa taille courte, mais pleine de souplesse, se cambrait d’une façon hardie au mouvement de ses cuisses jouant à l’aise dans son bragow-brass de toile écrue ; son mollet dur, serré dans ses grèves blanches saillissait nerveusement, et son pied chaussé de gros sabots était léger comme celui d’un chamois…72.

  • 73 Ibid., p. 509.
  • 74 Ibid., p. 499.

40Il y a surtout chez Flaubert l’idée que le vêtement régional répond à un besoin dicté par des nécessités vitales : la force tranquille des paysans en prière dans l’église de Quimperlé tient à « la simplicité de leurs costumes faits à leur taille, aptes à leurs corps, pliés selon le travail de leur vie »73. L’idée d’une homologie entre le caractère du lieu, la vêture et l’état d’esprit des autochtones le conduit ainsi à suivre les inflexions locales du costume régional breton d’un point à un autre de la province. Au Palais, sur Belle-Île, que l’écrivain perçoit comme « une ville assez sotte qui transsude un ennui de garnison », il constate un affadissement du costume local : « Ici, on ne voit plus les chapeaux de feutre noir du Morbihan (…) Les femmes n’ont pas ces grands bonnets blancs qui s’avancent devant leur visage (…) Leurs robes sont privées du large galon de velours appliqué sur l’épaule »74. En cela il en fait bien un indicateur incontournable du degré de couleur locale dont les lieux sont dépositaires.

41La conviction de l’existence d’un lien direct entre l’environnement et le costume régional traverse les récits de voyage au moins jusqu’au milieu du siècle. En 1840, Hugo en a la fulgurante intuition sur le Rhin, qui écrit :

  • 75 Hugo, La Forêt Noire, loc. cit., p. 903.

Le costume de l’homme ressemble au milieu dans lequel il est placé. Dans la Champagne pouilleuse où la campagne n’est qu’un rapiéçage hideux de guenilles rousses et grises, le costume du paysan n’est qu’un haillon de plus. Dans la Forêt Noire où tout est vie, végétation, ruissellement, parfum, pistil frémissant, corolle ouverte, pétale peint, la paysanne est habillée comme une fleur75.

  • 76 Taine, op. cit., p. 126.

42En 1855, Hyppolite Taine, qui surprend les habitants des Eaux-Bonnes en costume de fête – « grand capuchon écarlate, corsage brodé, argenté à fleurs de soie violette ; châle jaune, à franges pendantes ; jupe noire plissée, serrée au corps ; guêtres de laine blanche… » – fait ce commentaire, révélateur d’un déterminisme intransigeant : « Y a-t-il une chose ici qui ne soit en accord avec le reste, et dont le soleil, le climat, le sol, ne rende raison ? Ces gens sont poëtes. Pour avoir inventé ces habits splendides, il faut qu’ils aient été amoureux de la lumière. Jamais le soleil du Nord n’eût inspiré cette fête de couleurs ; leur costume est en harmonie avec leur ciel ». Et d’ajouter : « En Flandre, ils auraient l’air de saltimbanques ; ici ils sont aussi beaux que leur pays »76.

Une anthropologie du geste

  • 77 De Gasparin, op. cit., p. 32.
  • 78 Taine, op. cit., p. 51.

43Dernier signe physique auquel s’accroche l’évocation de la particularité locale dans la littérature viatique de l’époque romantique : la façon dont les corps, saisis en masses, occupent l’espace, y bougent, s’y font entendre. Dans le processus d’invention de la couleur locale, l’attention portée à la gestuelle joue un rôle important. Elle permet notamment de renforcer, en la fixant sur les apparences des autochtones, les marques d’une dichotomie nord/sud. Frappée par l’exubérance de la population avignonnaise à la sortie de la messe dominicale, Valérie de Gasparin s’exclame : « quelle joie, quels éclats de voix, quel mouvement sur la place, et comme les gestes énergiques, les traits mobiles, les yeux étincelants de cette population du midi, contrastent avec la froideur, la circonspection et les joies civilisées de l’homme du nord ! »77. Taine, en 1855, qui s’extasie devant la bonne humeur communicative des habitants de la région de Dax ne dit pas autre chose : « Ils rient de tout leur cœur ; leurs yeux brillent. Que nous sommes loin du Nord ! Dans tous ces méridionaux il y a de la verve ; de temps en temps la pauvreté, la fatigue, l’inquiétude l’écrasent ; à la moindre ouverture, elle jaillit comme une eau vive en plein soleil »78.

  • 79 Flaubert, Pyrénées et Corse, p. 440.

44Marseille apparaît, dans la littérature de voyage du temps, comme le point focal du débridement de cette exubérance méridionale. Son port est un théâtre où les effets de masse confèrent un caractère surdimensionné aux couleurs, aux mouvements et aux sons. Flaubert en fait « un capharnaüm, une Babel de toutes les nations où l’on voit des cheveux blonds, ras, de grandes barbes noires, la peau blanche rayée de veines bleues, le teint olivâtre de l’Asie, des yeux bleus, des regards noirs, tous les costumes, la veste, le manteau, le drap, la toile, la collerette rabattue des Anglais, le turban et le large pantalon des Turcs »79. Univers sonore dont Valérie de Gasparin tente de restituer la brouillonne harmonie, le port de Marseille est aussi un haut lieu du côtoiement des corps :

  • 80 De Gasparin, op. cit., p. 59.

Le matin, ce sont les pêcheurs qui arrivent, leurs batelets chargés de productions maritimes (…) sur les quais, ce sont des poissardes coudoyant chacun avec leurs paniers pleins de coquillages que recouvrent les herbes marines. Ce sont des Espagnoles enveloppées de la mantille noire, qui marchent, rapides, et laissent glisser un regard étincelant sur le promeneur. C’est le turc à barbe soyeuse, qui porte gravement une cassette remplie de flacons, de pastilles, d’essences diverses (…) Ce sont des matelots qui courent çà et là, gesticulant, parlant et jurant chacun dans son idiome…80.

45La voyageuse est encline à relier le caractère des populations locales à la manière dont celles-ci allient la parole au geste. Sur la place de l’hôtel de ville d’Avignon, elle avait déjà été touchée par l’exubérante expressivité de la foule :

  • 81 Ibid., p. 33.

Tout est animé (…) tout s’agite, parle ou s’écrie ! Ici, un homme et sa femme chantent en patois provençal quelque naïve complainte ; on s’attendrit près d’eux, la foule grossit, on grimpe sur les bancs, on prend un vif intérêt au sujet de la romance ; l’indignation éclate sur quelques visages, d’autres expriment la pitié, et, pour le voyageur ignorant la langue, l’aspect de ces physionomies est seul une histoire81.

  • 82 Ibid., p. 62.
  • 83 Ibid., p. 64.

46À Marseille, l’émotion est décuplée. Elle voit dans ses marchés le lieu où « se déploie l’éloquence entraînante du midi, et [où l’] on peut étudier sur le vif le caractère du peuple »82. Dans le brouhaha des quais où « des cris, des voix, ces accens de chaque pays bourdonnent entremêlés à l’oreille », elle distingue les voix des marchandes de poisson : « Celles-ci attirent les chalands, celles-là disputent, et les cris persans dont toutes font retentir le hangar, ne le cèdent en rien aux fameux cris de Paris »83.

47La danse constitue une occasion d’exercer l’observation sur la gestuelle des populations autochtones et de hasarder d’autres mises en relation entre le corps et l’environnement. Taine cherche ainsi à expliquer la sombre gravité de celle à laquelle se livrent les habitants de la vallée d’Ossau :

  • 84 Taine, op. cit., p. 125.

Autour [de] deux tonneaux tournoyait une ronde d’un mouvement souple, cadencé, sur un air monotone et bizarre, terminé par une note fausse, aiguë, d’un effet saisissant (…) les jeunes filles allaient gravement, sans parler ni rire (…) et la rangée de capulets pourpres ondulait lentement comme une couronne de pivoines. De temps en temps le chef de la danse bondissait brusquement avec un cri sauvage, et l’on se rappelait qu’on était dans la patrie des ours, en plein pays de montagne84.

  • 85 Ibid., p. 127.

48Conservatoire privilégié d’une primitivité faite de sauvagerie, comme elle peut l’être de pureté, le milieu montagnard inspire la réflexion du voyageur sur la particularité des gestes et des façons d’occuper l’espace. Revenant sur l’esthétique de la danse rituelle à laquelle il vient d’assister, Taine en remonte la généalogie : « Le pas est souple et lent : ainsi marche le montagnard ; vous savez par expérience que, pour monter, il ne faut pas aller vite (…) Ce saut, qui vous semble étrange, est une de leurs habitudes, partant un de leurs plaisirs. Pour composer une fête, ils ont choisi ce qu’ils ont trouvé d’agréable dans les habitudes de leurs yeux, de leurs oreilles et de leurs jambes. N’est-ce pas, conclut-il, la fête la plus nationale, la plus vraie, la plus harmonieuse, et partant, la plus belle qu’on puisse imaginer ? »85.

49Loin du soleil du Midi, la gestuelle se fait plus sobre et exprime un caractère plus introverti. Dans la Bretagne des années 1840, Flaubert est saisi par la lancinante monotonie de la danse de l’aire à laquelle il assiste dans les environs de Pont-l’Abbé : « Il faut assister à ce qu’on appelle ses fêtes pour se convaincre du caractère sombre de ce peuple », écrit-il. « Il ne danse pas, il tourne ; il ne chante pas, il siffle ». Dans la cacophonie des binious, se déploie une chorégraphie purement mécanique, obstinée dans sa triste répétitivité :

  • 86 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 517.

Deux joueurs de biniou, montés sur le mur de la cour, poussaient sans discontinuer le souffle criard de leur instrument, au son duquel couraient au petit trot, en se suivant à la queue du loup, deux longues files d’hommes et de femmes, qui serpentaient et s’entrecroisaient. Les files revenaient sur elles-mêmes, tournaient, se coupaient et se renouaient à des intervalles inégaux. Les pas lourds battaient le sol, sans souci de la mesure, tandis que les notes aiguës de la musique se précipitaient l’une sur l’autre dans une monotonie glapissante86.

  • 87 Hugo, Fragments d’un voyage aux Alpes, loc. cit., p. 516.
  • 88 Taine, op. cit., p. 129.

50Dans l’observation des postures et de la gestuelle des autochtones, se révèlent aussi des signes d’archaïsme dont les régions les plus reculées apparaissent comme les conservatoires privilégiés. La procession constitue l’un des thèmes de prédilection de l’expérience romantique du temps arrêté. Hugo, lors de son premier voyage aux Alpes, à l’été 1825, installe celle des humbles bergers des Ouches qu’il croise le jour de l’Assomption – « pauvres pâtres implorant le nom d’une vierge » – dans une sorte d’atemporalité totale qui lui confère un caractère d’éternité87. Dans le défilé recueilli des habitants du village pyrénéen de Laruns, Taine croit voir « des figures comme celles d’Henri IV, avec l’expression sévère et intelligente, l’air sérieux et fier, les grands traits de ses contemporains ». Des vieux pâtres qui la suivent, il écrit qu’ils étaient « dignes d’avoir vécu au temps de Charlemagne », considérant que « certainement, ceux qui défirent Roland n’avaient pas une physionomie plus sauvage ». Des vieilles femmes qui les accompagnent, enfin, il note qu’à voir « leur face noirâtre, leurs yeux de louve enfoncés et féroces, leurs lèvres marmottantes, qui semblaient dire le grimoire (…) on pensait involontairement aux sorcières de Macbeth »88.

*

51Des marques de la particularité spatiale comme de celles de l’histoire, les voyageurs de la première moitié du XIXe siècle proposent des évocations déjà marquées au coin de la nostalgie. La menace de l’effacement pèse sur la couleur locale. Au soir d’une excursion à cheval dans la montagne corse, Flaubert, en octobre 1840, écrit :

  • 89 Flaubert, Pyrénées et Corse, p. 449.

Tout cela était si loin de la France, si loin du siècle, resté à une époque que nous rêvons maintenant dans les livres, et je me demandais (…) si après tout, quand on voyagera en diligence, quand il y aura au lieu de ces maisons délabrées de ces restaurants à la carte, et quand tout ce pays sera devenu misérable grâce à la cupidité qu’on y introduira, si tout cela enfin vaudra bien mieux89.

  • 90 Faust et le second Faust de Goethe, traduits de l’allemand par G. de Nerval, précédés d’une notice (...)

52La hantise de sa fuite fonde le fantasme romantique de la suspension du temps. L’insistance sur les archaïsmes qui émaillent les descriptions des apparences autochtones dit assez l’effort auquel se livre l’écrivain voyageur pour conjurer cette dynamique du progrès dont l’historiographie libérale est en train de révéler l’irréversibilité. En faisant de la couleur locale une esthétique de la restitution du passé, Augustin Thierry la plaçait d’emblée dans le registre fictionnel. En la fixant sur le corps des êtres les plus étrangers au sens de l’histoire, les voyageurs romantiques tentaient de la retenir dans le domaine du réel, une toute dernière fois, avant qu’elle ne bascule dans celui des souvenirs. Gérard de Nerval, le compagnon muet de Théophile Gautier dans son tour en Belgique et en Hollande de 1835, cherchait-il à définir autre chose lorsqu’il écrivait dans sa traduction du Second Faust : « Les siècles écoulés se conservent tout entiers à l’état d’intelligence et d’ombre, dans une suite de régions concentriques, étendues à l’entour du monde matériel (…) L’éternité conserve en son sein une sorte d’histoire universelle visible pour les yeux de l’âme »90 ?

Notes

1 A. Thierry, Lettres sur l’histoire de France, Paris, A. Sautelet, éd. de 1827, préface, p. 2. [1re éd. dans le Courrier français en 1820].

2 Ibid., p. 2.

3 Ibid., Première lettre p. 15 et préface de l’éd. de 1827, p. 4.

4 Ibid., p. 20.

5 H. Taine, Voyage aux Pyrénées, Paris, Hachette, 1855, p. 63.

6 G. Flaubert, Par les champs et par les grèves, dans Œuvres Complètes, présentation et notes de Bernard Masson, Paris, Le Seuil, 1964, p. 505.

7 É. Pivert de Senancour, Rêveries, Paris, chez de la Tynna et chez Cerioux, 1799, p. 230. Michelet, en 1831, dans son Histoire romaine (t. 1, p. 25) et V. Cousin dans son Cours d’histoire de la philosophie moderne de 1847 (t. 2, p. 158) utilisent également le terme d’autochtone pour souligner les origines locales des peuples italiens et grecs primitifs. Par extension, l’idée s’est ancrée selon laquelle l’autochtone était celui dont tous les ancêtres avaient vécu au même endroit que lui. Chez Nodier, en 1821, l’adjectif, appliqué à la langue, est synonyme de « primitive » (Smara, Trilby et autres contes, Paris, Garnier-Flammarion, 1981, p. 18).

8 V. Augier, Pigault-Lebrun, Voyage dans le Midi de la France, Paris, Barba, 1827, p. 50.

9 A. Corbin, « Paris-province », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 3, Les France, Paris, Gallimard (Quarto), 1997, vol. 2, p. 2851-2888.

10 La correspondance de l’écrivain, contraint par ses fonctions d’Inspecteur général des Monuments historiques à de constants voyage en province, regorge de notations par lesquelles il exprime son profond mépris pour les mœurs et attitudes provinciales. Le 9 septembre 1834, alors que s’achève sa première tournée dans le Midi de la France, Mérimée écrit ainsi depuis Avignon à Jenny Dacquin : « J’ai encore deux mois à mener cette vie avant de revoir des êtres humains » (P. Mérimée, Lettres à une inconnue, Paris, Michel Lévy, 1874).

11 Généralement beaucoup plus compatissant que Mérimée à l’égard des autochtones, Hugo n’en laisse pas moins échapper parfois un certain agacement face à l’attitude des habitants de ces « petits Paris manqués » que sont certaines villes de province : « Enfin je m’en retourne à Paris, s’exclame-t-il au terme de son voyage en Normandie de 1836, et retiens bien ceci, voici le solennel épiphénomène qui jaillit de mon voyage : la nature est belle et l’homme est laid » (Hugo, Œuvres complètes, Voyages, France et Belgique, 1836, Lettre XIV, Paris, Laffont, 1987, p. 590. Toutes les citations de la correspondance de Hugo seront empruntées à cette édition).

12 Flaubert, op. cit., p. 511.

13 Sur cette question, on se reportera à la contribution d’O. Faure, « Le regard des médecins », dans Histoire du corps, sous la dir. d’A. Corbin, J.-J. Courtine et G. Vigarello, t. 2. De la révolution à la Grande Guerre, Paris, Le Seuil, 2003, p. 45-48.

14 Michelet, Le peuple, Paris, Hachette et Paulin, 1846 [citation empruntée à l’édition présentée par P. Viallaneix, Paris, Flammarion, 1974, p. 165].

15 La parution en 1837 du Traité de Tératologie d’I. Geoffroy Saint-Hilaire établit une graduation d’une extrême précision des états intermédiaires entre la normalité et la monstruosité physiques. Il consacre ainsi la notion « d’anomalie ».

16 Sur la question du regard porté par le XIXe siècle sur les corps infirmes et monstrueux, on se reportera à la contribution d’H.-J. Stiker, « Nouvelle perception du corps infirme », dans Histoire du corps. De la Révolution à la Grande Guerre, op. cit., p. 279-298.

17 A. de Montémont, Voyage aux Alpes et en Italie, ou Lettres en prose et en vers, Paris, Lelong, 1821, p. 185. L’année précédente, en 1820, le docteur Coindet avait démontré l’action bénéfique de l’iode sur le traitement du goitre.

18 La Bédoyère et Huchet, Voyage en Savoie et dans le Midi de la France en 1804 et 1805, Paris, Giguet et Michaud, 1807.

19 Hugo, op. cit., p. 677.

20 Flaubert, op. cit., p. 432

21 Hugo, op. cit., p. 512.

22 Ibid., p.403-404.

23 Hugo, op. cit., p. 581.

24 Flaubert, op. cit., p. 511.

25 Hugo, op. cit., p. 691.

26 « L’économie des paroles profite à l’énergie des actes », Michelet, Le Peuple, op. cit., p. 160].

27 H. Taine, Voyage aux Pyrénées, Paris, Hachette, 1855, p. 54.

28 Ibid., p. 129.

29 Hugo, France et Belgique, loc. cit., p. 648.

30 Hugo, Alpes, loc. cit., p. 665.

31 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 511.

32 Ibid., p. 509.

33 Ibid., p. 509.

34 Hugo, op. cit., p. 465.

35 Voir à ce sujet l’article fondateur de C. Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype », Actes de la recherche en sciences sociales, no 35, nov. 1980, p. 45-62.

36 Cité dans J.-M. Goulemot, P. Lidsky et D. Masseau, Le voyage en France. Anthologie des voyageurs français et étrangers en France aux XIXe et XXe siècles (1814-1914), Paris, Laffont, 1997, p. 29.

37 Cité ibid., p. 28.

38 Hugo, op. cit., p. 573.

39 Ibid., p. 571.

40 Th. Gautier, Un tour en Belgique et en Hollande, Paris, L’école des lettres, 1997, p. 42-43. Réalisé entre le 24 juillet et le 25 août 1836, ce voyage est d’abord publié entre le 25 septembre et le 25 décembre de la même année dans La Chronique de Paris.

41 Hugo, op. cit., p. 514 et 509.

42 Ibid., p. 655.

43 Ibid., p. 826.

44 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 511.

45 Ibid.

46 V. de Gasparin, Voyage d’une ignorante dans le Midi de la France, Paris, Paulin, 1833, p. 14.

47 Michelet, Journal, t. I (1828-1848), éd. établie par Paul Viallaneix, Paris, Gallimard, 1959, p. 104.

48 V. de Gasparin, op. cit., p. 32 et Flaubert, Pyrénées et Corse, loc. cit., p. 246.

49 Gautier, « Une journée à Londres », dans Caprices et zigzags, Paris, Legou, 1852, rééd. dans Œuvres complètes, 5, Genève, Slatkine, 1978, p. 107.

50 Michelet, op. cit., p. 121.

51 Gautier, Un tour en Belgique et en Hollande, op. cit., p. 34.

52 « Les femmes sortent de leurs maisons blanches en robe noire avec un voile pour aller à la messe. Cette sombre couleur annonce l’Espagne », Taine, Voyage aux Pyrénées, op. cit., p. 11.

53 Flaubert, op. cit., p. 426.

54 Hugo, op. cit., p. 780.

55 Ibidem, p. 688 et Mérimée, Lettre à Jenny Dacquin, citée dans Anthologie, op. cit., p. 25.

56 W. Alexis, Wanderungen im Süden, Berlin, Schlesingen, 1828, p. 22.

57 Taine, op. cit., p. 130.

58 Hugo, op. cit., p. 688.

59 Stendhal, Voyage dans le Midi de la France, Paris, Le Divan, 1830, p. 139.

60 De Gasparin, op. cit., p. 55 et Mérimée, Lettre à Jenny Dacquin, ibid., p. 27.

61 Gautier, op. cit., p. 48-49.

62 Gautier, op. cit., p. 34 et Hugo, France et Belgique, loc. cit., p. 604.

63 A. G. Camus, Voyage fait dans les départements nouvellement réunis et dans les départements du Bas-Rhin, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme à la fin de l’an X, Paris, Baudouin, Ventôse an XI, 2 vol., p. 184.

64 Sur l’impact du mirage flamand sur la représentation des paysages et des hommes du nord de la France à l’époque romantique, voir notre article « Digne d’être peint. L’invention d’un pittoresque nordique dans les récits de voyage de l’époque romantique », dans O. Parsis-Barubé (dir.), L’invention du Nord. De l’image géographique au stéréotype régional, Revue du Nord, no 360-361, t. 87, avril-sept. 2005, p. 529-544.

65 Flaubert, Pyrénées et Corse, p. 438.

66 Hugo, En marge du Rhin, loc. cit., p. 463.

67 Hugo, Provence, loc. cit., p. 699.

68 Hugo, Pyrénées, loc. cit., p. 871.

69 Hugo, France et Belgique, loc. cit., p. 656.

70 La Bédoyère et Huchet, op. cit., p. 313.

71 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 492.

72 Ibid., p. 508.

73 Ibid., p. 509.

74 Ibid., p. 499.

75 Hugo, La Forêt Noire, loc. cit., p. 903.

76 Taine, op. cit., p. 126.

77 De Gasparin, op. cit., p. 32.

78 Taine, op. cit., p. 51.

79 Flaubert, Pyrénées et Corse, p. 440.

80 De Gasparin, op. cit., p. 59.

81 Ibid., p. 33.

82 Ibid., p. 62.

83 Ibid., p. 64.

84 Taine, op. cit., p. 125.

85 Ibid., p. 127.

86 Flaubert, Par les champs et par les grèves, p. 517.

87 Hugo, Fragments d’un voyage aux Alpes, loc. cit., p. 516.

88 Taine, op. cit., p. 129.

89 Flaubert, Pyrénées et Corse, p. 449.

90 Faust et le second Faust de Goethe, traduits de l’allemand par G. de Nerval, précédés d’une notice de Th. Gautier, Paris, Calmann-Lévy, 1868, p. VIII.

Auteur

Maître de conférences en histoire culturelle contemporaine à l’U.F.R. Arts et culture de l’Université de Lille 3 et rattachée à l’IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion, UMR CNRS 8529). Elle prépare une habilitation à diriger des recherches sur le thème « L’invention de la couleur locale. Érudition provinciale et réaménagement de l’imaginaire de l’espace et du temps dans la France du XIXe siècle ». Elle a publié : Les représentations du Moyen Âge au XIXe siècle dans les anciens Pays-Bas français et leurs confins picards. Essai d’historiographie comparée, Lille, PU du Septentrion, 1997 et a dirigé la publication de L’invention du Nord de l’Antiquité à nos jours. De l’image géographique au stéréotype régional, Revue du Nord no 360-361, tome 87, Avril-sept. 2005, 712 p.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search