Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Géographie et voyages

Apparences vestimentaires et cartographie de l’espace

En Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles

Isabelle Paresys

Texte intégral

  • 1 C. Jacob, L’Empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, A (...)

1On peut se demander aujourd’hui ce que la question des apparences vestimentaires humaines aurait à voir avec la représentation cartographique de l’espace. Notre représentation de l’espace se passe de celle des hommes qui y vivent, ne conservant de ceux-ci que la trace schématisée de leurs activités. Il en va tout autrement à la Renaissance et à l’âge baroque. La présence de figures des apparences vestimentaires des différents peuples est alors caractéristique des grands atlas élaborés en Europe du Nord-Ouest entre le milieu du XVIe siècle et celui du XVIIe siècle. Les pôles d’Anvers, Cologne ou Amsterdam supplantent alors les Italiens par leur production, perfectionnent les techniques et mettent au point le concept de l’atlas moderne, suite ordonnée de cartes auxquelles un éditeur a donné une cohérence formelle en les uniformisant et en les réduisant aux dimensions du livre, dans le cadre d’un projet éditorial destiné à un public large1. L’imprimerie diffuse ces ouvrages auprès d’un public curieux de connaissances.

  • 2 G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, 1572. Braun est l’éditeur et Hogenberg (...)
  • 3 W. Blaeu et J. Blaeu, Theatrum Orbis Terrarum, Amsterdam, 1635. Les Blaeu, père et fils, éditent le (...)

2La présence de figures costumées sur la carte dépasse la simple fonction décorative qu’on lui attribue rapidement dans les nombreuses études consacrées à la cartographie ancienne. Elle mérite que l’on s’arrête davantage sur leur sémiologie graphique. Je tenterai d’éclairer ces questions à partir de deux grands atlas qui furent exemplaires en la matière et qui furent aussi de grands succès éditoriaux des écoles du Nord : le Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberger (Cologne, 1er volume à partir de 1572)2 et l’Atlas Novus de Joan et Willem Blaeu (Amsterdam, à partir de 1635)3. À travers ces monuments de la cartographie ancienne, il s’agira de comprendre le rapport qu’entretiennent les figures costumées avec l’espace représenté en abordant leur fonction emblématique et en voyant en quoi elles peuvent constituer, pour le lecteur, des éléments de mesure de la distance géographique et ethnographique entre le proche et le lointain.

Les apparences vestimentaires dans la carte ancienne

3La présence de figures humaines sur les cartes géographiques relève d’un choix esthétique qui repose sur une tradition cartographique reprise par les éditions nord-européennes à la fin de la Renaissance.

Une tradition humaniste

  • 4 F. de Dainville, La géographie des humanistes, Genève, Slatkine Reprints, 1969, p. 79-80.
  • 5 N. Broc, La géographie de la Renaissance, Paris, éd. du CTHS, 1986, p. 9-10.
  • 6 Édition citée par T. Conley, The Self-Made Map. Cartographic Writing in Early Modern France, Mineap (...)

4Cette tradition ne conçoit pas l’espace terrestre indépendamment de l’Homme et de son corps. D’une part la géographie de la Renaissance, à la faveur du renouveau du stoïcisme et du néoplatonisme, a une conception anthropologique de la Terre, assimilée au corps humain et ressentant par analogie les mêmes maux (palpitations/tremblements de terre, etc.)4. Elle reprend d’autre part la définition ptolémaïque des deux grands modes de représentations de l’espace, formulés par référence à la peinture du corps humain5. La géographie a pour objectif la connaissance de tout le monde terrestre, à l’image d’un peintre qui voudrait peindre la tête d’une personne tout entière. La chorographie, ou topographie, est la description de lieux ou de régions particulières, à l’image d’un peintre qui voudrait contrefaire un seul œil ou une oreille. L’édition française de la Geographia de Ptolémée par Pierre Apian en 1551 illustre d’ailleurs ces principes en juxtaposant à l’image du planisphère ptoléméen celle du visage humain et à celle de la chorographie celle de l’oreille6.

  • 7 C. Bousquier-Bressolier, « L’Œil du cartographe ou réflexions sur un monde vu de près », dans C. Bo (...)
  • 8 Atlas nautique portugais, vers 1519, dit Atlas Miller (BnF, département des cartes et plans, GE DD (...)

5Dans ce contexte, l’Homme fait partie intégrante de la conception mentale et de la représentation de l’espace. Ceci va d’autant plus de soi pour les cartographes que leur discipline relève encore de la cosmographie, description universelle du monde, visant à démontrer l’harmonie de la Création divine7. La connaissance de l’Homme est intégrée à celle de l’espace, que ce soit par l’image ou par le texte qui accompagne les cartes de ces grands atlas. Celui-ci comporte très souvent un paragraphe ethnographique sur les modes de gouvernement, les activités économiques et les mœurs des habitants, même lorsque la figure humaine est absente des cartes, comme c’est le cas par exemple dans l’Atlas de Mercator (1585). Les anciens atlas nautiques portugais manuscrits tels l’Atlas Miller (vers 1519), avaient déjà mis en pratique, dès le début du XVIe siècle, une cartographie de l’espace qui ne se limitait pas au seul dessin des côtes et embouchures des fleuves mais qui intégrait d’autres signes visuels de celui-ci, parmi lesquels figuraient la végétation et la faune ainsi que les indigènes, guerriers farouches d’Arabie ou Brésiliens à plumes avec lesquels les navigateurs étaient en contact8. Ces figures témoignent à la fois d’une vision totale de l’espace, avec tous les éléments qui le peuplent, sans abstraction, et d’un mode cartographique qui répugne encore à la représentation d’espaces vides sur la carte. Le contexte est différent pour nos deux grands atlas qui perpétuent pourtant la représentation de figures humaines sur la carte, d’une manière plus élaborée.

Les figures costumées dans l’espace cartographié

6Lorsque le premier d’entre eux paraît, dans le dernier tiers du XVIe siècle, d’autres grandes entreprises éditoriales ne font pourtant pas le choix des figures costumées, tels les atlas d’Ortelius (1570) ou de Mercator (1585) qui doivent leur succès à leur grande qualité cartographique, à la pointe des connaissances géographiques du temps. Les deux modes de représentation, avec ou sans figures, sont en effet tout à fait concevables à la même époque. Simplement, sur un marché éditorial où la concurrence est féroce, les éditeurs doivent trouver leur public. Les cartes à figures savent séduire par leur esthétique un public curieux des espaces et des peuples qui les habitent. La qualité et l’originalité de leur ornementation leur permettent de se démarquer des productions concurrentes. Leurs éditeurs élaborent d’ailleurs des mises en page qui leur sont propres.

7Un premier type de mise en page place les figures costumées au premier plan de l’espace cartographié. C’est la position favorite des figures du Civitates, gravées par Frans Hogenberg, par l’anversois Joris Hoefnagel et par d’autres collaborateurs. Un couple ou un petit groupe de personnages sont disposés dans les coins inférieurs de la carte, parfois au centre comme on le voit par exemple sur celle de Londres (fig. 1). L’Atlas Novus des Blaeu reprend la même disposition dans un contexte d’ornementation plus baroque. Comme on le voit dans le cas de l’Éthtiopie, les figures servent essentiellement d’ornements des cartouches portant le nom de l’espace représenté. Plus rarement elles illustrent ceux de la légende ou de l’unité de mesure, associées à des figures de putti ou à celle d’un arpenteur-cartographe.

Fig. 1 – Londres dans le Civitates Orbis Terrarum (édition de 1593)

Fig. 1 – Londres dans le Civitates Orbis Terrarum (édition de 1593)

G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, B. Buchholtz, 1593, SCD universités de Lille 1, Lille 2 et Lille 3 (fonds patrimonial A 18).

  • 9 H. A. M. van der Heijden, Kaart en kunst van de Zeventien Provinciën der Nederlanden, Alphen aan de (...)
  • 10 P. Kaerius, Comitatus Hollandia/T’Graefschap Holland, v. 1610. Motifs repris par C. J. Visscher dan (...)
  • 11 J. Speed, The Théâtre of the Empire of Great Britain… & The Prospect of the Most Famous Parts of th (...)
  • 12 C. Jacob, op. cit., p. 209-218.
  • 13 Ibid., p. 223.
  • 14 K. Ina Grimes, « Dressing the world : Costume books and ornamental cartography in the Age of Explor (...)

8Le deuxième type de mise en page dispose les figures à la périphérie de la carte, dans des vignettes situées dans des bandeaux latéraux, comme on le voit sur la carte de l’Europe des Blaeu (fig. 2). Ce type de carte à périphérie figurative apparaît plus tardivement, au tout début du XVIIe siècle, vraisemblablement dans les années 1610, et il est employé pour les cartes de continents ou de pays. Il semble avoir été élaboré aux Provinces-Unies, autour de la famille des Hondius et de Petrus Kaerius à Amsterdam. Les Hollandais produisent alors dans ce style de nombreuses cartes des anciens Pays-Bas ou de l’une de leurs provinces9. Ils les entourent d’une bordure composée de blasons, de vues de villes, de couples en costumes ou même de scènes de la vie quotidienne, comme on peut le voir sur celle du comté de Hollande par Petrus Kaerius, vers 161010. Cette mise en page est adoptée par plusieurs cartographes néerlandais (Jan Jansson, Nicolaus Johannes Visscher), par l’anglais John Speed qui s’inspire des cartographes hollandais, ainsi que par les Blaeu11. L’encadrement à figures, récurrent dans la cartographie baroque, renforce la monumentalité de la carte, tel un cadre de tableau. Il met en valeur l’espace géographique avec une fonction déictique, invitant le spectateur à le regarder celui-ci12. Qu’elles soient disposées dans l’encadrement ou posées directement sur l’espace cartographié, les figures apportent des compléments d’information sur la population, comme peut le faire par le langage écrit le texte imprimé au verso de la carte. Elles se substituent parfois à celui-ci, lorsqu’il est absent. Les figures costumées participent en outre au même projet didactique que les inscriptions verbales réparties sur la surface des cartes (titre, nom des mers, noms des provinces, etc.)13. Elles incitent aussi l’œil à fonctionner comme un télescope amené à considérer de prime abord un espace large (continent, État, province) avant de « zoomer » sur des espaces plus restreints (villes) puis sur leurs habitants14.

Fig. 2 – Guillaume Blaeu, l’Europe, dans l’Atlas Novus (édition de 1649)

Fig. 2 – Guillaume Blaeu, l’Europe, dans l’Atlas Novus (édition de 1649)

G et J. Blaeu, Le Théâtre du Monde ou Nouvel Atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pais de la Terre mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdam, Guillaume et Jean Blaeu, 1649. (fonds patrimonial 908)

Les apparences vestimentaires, emblèmes de l’espace cartographié

9Outre ces fonctions, les figures des apparences vestimentaires jouent le rôle d’emblèmes de l’espace cartographié qu’elles identifient au même titre que la topographie de celui-ci, et au même titre que les murailles ou monuments sur les cartes de villes. Non seulement elles illustrent, par la variété de leurs habits, celle des espaces représentés et leur toponyme, mais elles se substituent à celui-ci pour devenir l’emblème du lieu.

Une emblématique vêtue de l’espace

  • 15 C. Bousquier-Bressolier (dir.), op. cit. ; N. Miller, Mapping the city : the language and culture o (...)
  • 16 D. Woodward (ed.), Art and cartography, Chicago, Univ. of Chicago Press, 1987, p. 147-173 ; C. Bost (...)
  • 17 L’article de K. Ina Grimes (2002) (cf. note 14) amorce une réflexion à ce sujet mais son travail po (...)
  • 18 J. Rennie Short, op. cit., p. 107.
  • 19 G. Braun et F. Hogenberg, Théâtre des Cités du Monde…, op. cit., préface.

10De nombreuses publications sur la cartographie historique, discipline en plein essor depuis les années 1990, relèvent la présence de ces figures costumées15. Les plus récentes d’entre elles attirent l’attention sur l’ornementation élaborée et sur l’aspect esthétique des cartes concernées16. Mais très peu parmi elles développent la relation qu’entretiennent les figures costumées avec l’espace17. Certains émettent parfois des explications confondantes reprenant pour argent comptant l’argument donné par Braun dans le préambule de son Civitates en 157218. L’éditeur justifie en effet l’ajout de figures costumées par le fait qu’elles éloigneront les Turcs des cités occidentales, car ils « ne souffrent en aucune maniere de voir ou regarder figures quelconques, images gravees ou peintes »19. L’argument ne peut pourtant être pris à la lettre. Les Turcs ne s’arrêtent alors guère à un interdit par l’Islam de la représentation humaine. Le XVIe siècle voit l’apogée de leur peinture de miniatures qui abonde en portraits de sultans, notamment. En plein expansion de leur empire, ils n’ont aucun scrupule à se documenter sur les villes occidentales. Simplement, un an après la défaite navale des Turcs à Lépante (1571) qui freine leur avancée vers l’Occident, l’argument de Braun (de Cologne) témoigne de la frayeur qu’ils inspirent toujours dans le Saint-Empire germanique d’où les Habsbourg leur tiennent tête.

  • 20 C. Jacob, Mapping space…, op. cit., p. 218.

11Plus sérieusement, les figures costumées jouent le rôle d’emblèmes de l’espace cartographié. Non seulement elles illustrent, par la variété de leurs habits celle des espaces représentés et leur toponyme, mais elles peuvent se substituer à celui-ci pour devenir l’emblème du lieu20. En d’autres termes, la figure costumée acquiert une efficacité métonymique qui se propage à l’espace tout entier qu’elle illustre. Prenons l’exemple des Blaeu qui utilisent abondamment les figures costumées pour identifier régions, pays et continents, et systématiquement dans le cas de ces dernières. Sur la partie gauche de celle de l’Europe (fig. 2), les peuples d’Europe occidentale (Anglais, Français, Néerlandais, Castillans, Vénitiens) ; sur celle de droite ceux d’Europe orientale (Allemands, Hongrois, Bohémiens, Polonais, Grecs). Ces peuples sont choisis arbitrairement. On leur attribue une représentativité plus grande du continent, de par leur histoire, leur puissance économique ou politique sur l’espace environnant. Ainsi les Grecs, pourtant vêtus à l’ottomane, occultent, à la faveur du prestige de leur Antiquité, les Turcs qui dominent alors leur péninsule. Les Castillans représentent l’Hispanie. Enfin, bien qu’étant incorporés à la Germanie, qui dispose de ses propres figures costumées, les Belgi (habitants des Pays-Bas) illustrent par leur présence la fierté d’un peuple vivant alors son Âge d’or économique et cartographique.

12Sur les cartes régionales des Blaeu, des figures mythologiques antiques (langoureuse Vénus pour Chypre, Mercure pour l’industrieux Brabant, par exemple) partagent la représentativité de l’espace avec les figures en costume contemporain. L’ornementation des cartouches-titres cède ici en partie à l’engouement pour les figures allégoriques et mythologiques antiques, chères aux arts décoratifs depuis la Renaissance. La fonction de la figure est la même, mais avec des références culturelles plus savantes. Choisies peut-être par défaut de celles-ci pour l’espace qu’elles illustrent, les figures en costume contemporain n’en jouent pas moins le rôle d’emblèmes de ce dernier. Leurs vêtements, leurs accessoires et les animaux dont on les entoure sont autant de signes visuels des caractères économiques ou climatiques de l’espace cartographié : manteaux fourrés pour les Russes, par exemple, paysans nu-pieds de Picardie avec serpe, fléau et gerbe de blé ou laboureurs de riziculture du Huquang (Chine). Si l’identification d’un territoire à une figure de souverain est rare et concerne surtout l’Asie où règnent de grands empires (Turquie, Perse, Inde), la noblesse – le plus souvent en tenue de chasse, activité noble par excellence – et les soldats sont les deux groupes sociaux les plus utilisés, après la paysannerie. Les soldats ou guerriers identifient particulièrement les terres scandinaves et germaniques alors frappées par la Guerre de Trente Ans, mais aussi les espaces plus lointains, en Asie ou Amérique.

Cartes et recueils d’habits

  • 21 K. I. Grimes, art. cit, p. 13-21. D. Defert, « Un genre ethnographique profane au XVIe s. : les liv (...)
  • 22 G. Mentges, « Pour une approche renouvelée des recueils de costumes de la Renaissance. Une cartogra (...)
  • 23 I. Paresys, « Images de l’Autre vêtu à la Renaissance. Le recueil d’habits de François Desprez 1562 (...)

13Pour orner l’espace cartographié de figures costumées, les cartographes ont pu s’inspirer d’illustrations d’ouvrages cosmographiques ou de récits de voyages et surtout des recueils d’habits. Ces livrets d’estampes, qui représentent les costumes des peuples connus, apparaissent sur le marché du livre en France, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Italie, à partir des années 1560, donc à peu près en même temps que les atlas cartographiques modernes21. Anvers, Cologne – comme pour la cartographie – ou Nuremberg sont alors les pôles majeurs de cette production en Europe du nord. Les recueils d’habits sont à leur manière des atlas car ils offrent une cartographie vestimentaire des peuples, classés par continent et par ville, sans cependant la matérialiser dans l’espace à la manière des géographes ou topographes22. Ce sont nos atlas à figures qui franchissent le pas en les intégrant à la carte. Les cartographes se sont largement inspirés de ces recueils, aussi bien pour les costumes que pour la mise en page des figures. La mise en page de celles-ci dans des vignettes, par couple ou seules, sur les bandes latérales des cartes, à partir du début du XVIIe siècle, provient directement des recueils d’habits qui reprennent eux-mêmes celle des recueils d’emblèmes, grands succès de librairie du XVIe siècle23. Par ailleurs, lorsque la carte représente une province ou un État, les bandeaux latéraux reprennent la même hiérarchie sociale que dans les recueils, distinguant généralement les souverains, des nobles, des marchands, des citadins et des paysans ou pécheurs.

  • 24 Ibid. ; Silvius (A. Bosch, dit) et Sluperius, Omnium fere gentium nostraeque aetatis nationum habit (...)
  • 25 J. Amman, Habitus praecipuorum popularum..., Nuremberg, H. Weigel, 1577. Dit aussi Livre de Weigel
  • 26 J. A. Welu, « The Sources and Development of cartographic ornamentation in the Netherlands », in D. (...)
  • 27 F. de Dainville, Le langage des géographes : terres, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500-18 (...)
  • 28 Ce que fait imprudemment S. Kroese dans (Atlas Major) La Terre en cartes. Grand Atlas universel (de (...)

14La copie de figures des recueils d’habits par les cartographes est aussi de mise. La masse documentaire des gravures tirées des recueils et des atlas (plus de 360 dans la série du Civitates et plus de 600 dans celle des Blaeu) rend difficile la reconstitution de ce système. Le Civitates en donne plusieurs exemples (Londres, Paris, Anvers, Lyon, par exemple), directement repris dans le Recueil de la diversité des habits du Français François Desprez (1562) dont les figures circulent en Europe du Nord-Ouest par la copie intégrale qu’en font Silvius et Sluperius dans un recueil publié à Anvers en 1572, l’année même de l’édition du premier volume du Civitates24. Cette série puise ultérieurement à d’autres sources. Une des femmes de Cologne, par exemple, reconnaissable à son voile en arc de cercle, s’inspire de la Matronia Colonia Honesta du recueil d’habits d’Amman et Weigel de 157725. Au XVIIe siècle, des éditeurs vont même jusqu’à reprendre les figures des bandeaux latéraux de cartes antérieures. La Gallia de Claes Jansz. Visscher (1650) reprend par exemple une bonne partie des figures dont Matthaeus Merian le vieux avait ornementé le Plan de la ville de Paris (1615)26. John Speed fait de même pour la carte de France (1627) de son atlas. Du fait de la pratique du réemploi de cartes antérieures et de celle de la réédition des atlas sur plusieurs décennies, les costumes des figures sont souvent démodés. C’est le cas des Européens de la carte des Blaeu dont l’édition française de 1649 reprend la carte dressée en 1617. Leurs couleurs ne sont pas non plus très fiables. Elles dépendent de la fantaisie du coloriste qui les applique à la main, faute de technique de tirage en couleurs27. Et l’on doit se garder de conclusions hâtives sur la « rigueur calviniste » des Belgi à partir de leur seule apparence dans le Blaeu28. Si un exemplaire les montre vêtus de sombre, d’autres les peignent de rouge, de jaune et de bleu ! Peu importe cependant pour l’éditeur l’actualité de la mode, du moment que dans leurs atours les figures soient suffisamment distinctes les unes des autres pour identifier les différents espaces représentés.

Figures costumées, emblèmes de l’espace urbain

  • 29 Le Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberger est une édition parallèle au premier atlas sort (...)

15Cette mission est parfaitement remplie par les figures du Civitates, premier grand atlas de villes édité et premier, à ma connaissance, à utiliser les figures costumées pour en faire les emblèmes de la ville et, pour certaines d’entre elles, de l’urbanité29.

Les figures dans l’espace du Civitates

  • 30 C. Ruelens, Atlas des villes de Belgique au XVIe siècle. Cent plans du géographe Jacques de Devente (...)
  • 31 L. Nuti, « Mapping Places : Chorography and Vision in the Renaissance », dans Mappings éd. par D. C (...)
  • 32 A. du Pinet, Planz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes… tant de l’Europe, Asie…, Lyon, (...)
  • 33 L. Nuti, art. cit., p. 103.
  • 34 J. Boutier, « L’affirmation de la cartographie urbaine à grande échelle dans l’Europe de la Renaiss (...)

16Bien qu’instruits des méthodes de projection géométrique rendant la représentation de l’espace urbain plus abstraite (cf. les cartes des cités des Pays-Bas faites par Deventer au milieu du XVIe siècle30), les cartographes d’Europe du nord-ouest privilégient pourtant une vision chorographique de celui-ci, caractéristique de l’école flamande31. Leur univers visuel et esthétique comme celui des acheteurs privilégie en effet l’imitation de la nature et non sa représentation abstraite. Il s’agit de faire un « portrait au vif » de l’espace, tel un peintre. « Nul ne peut est bon chorographe, qui ne soit peintre »32. Aussi la ville est-elle représentée telle que pourrait la voir l’œil, soit verticalement comme à vol d’oiseau (Paris, Londres, etc.) (fig. 1 et 4), soit de profil (fig. 3), avec le ciel en toile de fond, dans un désir de vision totale que ne satisferont que plus tard, au XIXe siècle, les panoramas33. Parfois, la carte intègre les deux modes de représentation, dans une vue en oblique (Francfort, Anvers). Dans tous les cas, les cartographes tentent de reproduire trait pour trait le maximum de détails sur l’habitat (5201 maisons sur le plan de Paris de 157234), les principaux monuments, les cours d’eau, les reliefs environnants et l’occupation agricole du sol autour de la ville, voire même les rues de celle-ci. Dans ce récit imagé de la ville qui recherche la plus grande vraisemblance, les cartes intègrent donc l’Homme et parfois même ses activités (navigation, agriculture, scènes de mœurs), dans un souci de restitution « au vif » de l’espace urbain.

Fig. 3 – Orléans et Bourges, dans le Civitates orbis terrarum (graveur : Georg Hoefnagle) (édition de 1593)

Fig. 3 – Orléans et Bourges, dans le Civitates orbis terrarum (graveur : Georg Hoefnagle) (édition de 1593)

G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, B. Buchholtz, 1593, SCD universités de Lille 1, Lille 2 et Lille 3 (fonds patrimonial A 18)

Fig. 4 – Parisiens d’après le Civitates orbis terrarum (édition de 1593)

Fig. 4 – Parisiens d’après le Civitates orbis terrarum (édition de 1593)

G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, B. Buchholtz, 1593, SCD universités de Lille 1, Lille 2 et Lille 3 (fonds patrimonial A 18) (détail).

17Les figures apparaissent sur près des trois quarts des cartes environ, et généralement au premier plan, par couple, par trois, ou encore en groupe, plus féminines que masculines, comme dans les recueils d’habits. Pour le lecteur, ces figures fonctionnent comme autant de repères visuels identificateurs de l’une ou l’autre ville par la différence même de leurs apparences vestimentaires. Leur disposition sur la carte leur fait cependant jouer un rôle plus ou moins poussé. La plus classique les place au premier plan, en surplomb de la ville, effet renforcé par le promontoire de terre ou la petite colline sur laquelle elles sont juchées (fig. 1 et 4). Directement reprises dans leur posture d’origine des recueils d’habits, ces figures illustrent les cartes de type « vues verticales », elles-mêmes copiées sur des cartes antérieures, comme on le voit pour celle de Paris ou de cités allemandes, issues des différentes éditions de la Cosmographia de Sebastian Munster (1550-1572). Le deuxième type de mise en page les intègre au contraire à l’espace, les rendant actrices de celui-ci (fig. 3). Elles sont avant tout les figures du déplacement : celui des voyageurs, celui de promeneurs dont le but peut d’ailleurs être la contemplation de la ville (Namur, Marseille 2-12), celui de soldats, de marchands ou de paysans dans leurs déplacements professionnels. Elles sont encore les figures de l’activité économique qui animent le paysage : pécheurs, blanchisseuses, bergers (fig. 3), etc. Ce sont encore les figures de l’activité économique urbaine : pécheurs tirant le filet depuis le rivage devant Cadix, femmes étendant les draps à blanchir sur un pré devant Malines, par exemple. La vue la plus exemplaire est celle de Conil (Conil, 2-6), près de Gibraltar, par l’anversois Georg Hoefnagel. Au premier plan, dans une véritable scène de genre, des hommes procèdent au débitage, au salage et à la mise en tonneaux des thons dont la pêcherie est la principale activité de la ville.

Les figures de l’urbanité

  • 35 Sur les 540 cartes de l’ensemble des volumes, tels qu’ils existent à la fin de l’entreprise en 1617 (...)

18La fonction emblématique des figures costumées du Civitates dépasse l’incarnation de l’espace urbain pour contribuer à la définition de l’urbanité, c’est-à-dire d’une identité culturelle particulière aux citadins de l’Europe occidentale, espace auquel appartiennent 90 % des cités représentées dans le premier volume publié en 157235. Cet eurocentrisme, qui est aussi celui des recueils d’habits, est dû à plusieurs facteurs : cartes plus faciles à obtenir par les éditeurs pour cette partie du monde mieux connue, plaisir des citadins nord-occidentaux à contempler leur propre ville ou celles avec lesquelles ils commercent. Cela peut expliquer la surreprésentation des villes germaniques, suivies par celles des Pays-Bas, puis de l’Espagne, principale puissance européenne à la fin du XVIe siècle, et enfin de la France, de l’Italie et de la Suisse, dans les deux premiers volumes.

  • 36 Patricien ou sénateur (membre de l’échevinage), matrone et servante. On retrouve ces figures dans d (...)

19Les figures costumées du premier plan appartiennent le plus souvent à la bourgeoisie, voire au patriciat urbain, déclinant la gamme des apparences vestimentaires de l’aristocratie ou d’un patriciat élégants jusqu’à une bourgeoisie plus modeste. Devant Paris, par exemple, les trois figures sont celles d’un Courtisan, d’une Bourgeoise et d’une Demoiselle (femme noble) copiées dans le Recueil de François Desprez (fig. 4). Devant Cologne, ce sont un Patricius sive senator et sa femme, une Matrona honesta et une Ancilla coloniensis36. Le comble est atteint par la carte de Nuremberg au premier plan de laquelle le cartographe fait l’étalage de la vêture de la bonne société locale, toute droite sortie des recueils d’habits qui distinguent jeunes filles, matrones et épousées. On pourrait multiplier les exemples pour la France, l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre ou l’Allemagne. Dans ce contexte, les figures de paysans servent de mire visuelle soulignant la différence de paraître entre citadins et rustici. Le graveur Hoefnagle excelle dans la mise en scène de ces contrastes. L’élégance du caballero de Jerez de la Frontera, maintenu bien droit dans son pourpoint, ses hauts-de-chausse et sa cape courte, contraste avec la chemise, les jambes nues et le dos voûté du paysan, sous le poids d’un porc qu’il mène à la ville. Devant Bourges (fig. 3) les élégantes citadines, masquées, aux encombrantes jupes relevées sur le vertugadin pour faciliter la marche, tranchent avec la bergère à la simple jupe.

  • 37 Pour les éditions plus tardives du Civitates, comme celle de 1598 par exemple.

20Outre leur vêture, les figures définissent l’urbanité par leurs postures. Elles sont les figures d’une sociabilité de la promenade autour de la ville, de la conversation (La Rochelle, Blamont, Windsor), de la courtoisie (dames saluées en chemin, mains tendant des fleurs, chapeau bas pour saluer une dame, main de celle-ci tenue pour marcher) (Besançon, Barcelone, Dresde, Huz, Bruges), de la tendresse amoureuse (Orléans, Malines) ou de la sociabilité musicale (Séville, Lyon). Au verso de la carte, le texte décrit avant tout la topographie, les monuments, les hommes remarquables, l’histoire, l’activité économique, voire le mode de gouvernement et les corps de métier de la ville. Il discourt donc rarement, et toujours brièvement, des mœurs des habitants, mais lorsqu’il le fait c’est souvent pour louer la civilité et la courtoisie de ceux-ci. Les Brugeois, par exemple, sont dotés « de toute courtoisie et honnesteté, et une magnificence, quant aux vivres et habits » (vol. 1, 7 v°). Les Blésois bénéficient d’une réputation comparable que l’auteur explique par la topographie de la ville, par « la douceur de l’aer et bonté de leur territoire » en bord de Loire. Leurs « manieres civiles », leur « gallantise et gentillesse… tant en leur vivre qu’en leurs habits », « ceste humanité si grande qui est en la ville » accompagnent « la naturelle bonté du terroir » (vol. 2, 14 v°). De cette urbanité naît la Concorde entre les peuples, semble exprimer de manière utopique le frontispice du livre V du Civitates (Urbium praecipuarum Mundi Theatrum quintum)37. La paix règne entre les peuples des quatre continents, dépeints sur fond de Tour de Babel et placés sous les auspices de la Paix et de la Justice. Mais au premier plan, seuls les Européens conversent ensemble, un Turc voisinant d’ailleurs un Espagnol. Témoins d’une altérité plus lointaine, les autres peuples sont ici exclus de la conversation des Nations.

Les figures costumées, mesures de la distance et de l’altérité

21La figure costumée n’est pas seulement une incarnation emblématique de l’espace. Elle est aussi un élément visuel qui aide le lecteur à prendre la mesure de la distance qui le sépare des espaces cartographiés et à prendre conscience de la diversité des hommes et de l’altérité.

L’Europe, mire visuelle

  • 38 S. Kroese, La Terre en cartes : Grand atlas universel, s.l., éd. Christophe Colomb, 1992, p. 7.
  • 39 J. Blaeu, Le Grand Atlas : le monde au XVIIe siècle, Paris, Gründ, 1992, éd. par John Goss, p. 15. (...)

22Dans le Blaeu, comme dans le Civitates, l’Europe est l’espace géographique dont les peuples servent d’étalons visuels et culturels. Le lecteur entre dans l’atlas par les cartes européennes car le livre respecte l’ordre fixé par la Geographia de Ptolémée qui les place juste après celle du Monde mais avant celles de l’Afrique et de l’Asie, avant qu’on y introduise celle de l’Amérique au XVIe siècle. Le lectorat visé est suffisamment aisé pour s’offrir ces coûteuses éditions de prestige que l’on pourra exposer dans la bibliothèque grâce à un meuble spécialement conçu à cet effet38. L’édition française de l’Atlas Major des Blaeu, par exemple (édition augmentée de l’Atlas Novus) vaut, en 1670, de 450 à 350 florins — quand le salaire d’un assistant libraire est de 2 florins par semaine — selon que l’édition est colorisée ou non, soit l’équivalent de 140.000 francs en 1990 pour la première39. L’édition latine, ainsi que celles en langues vernaculaires (néerlandais, allemand, français), visent un lectorat cultivé vivant dans la partie nord-occidentale de l’Europe, celui des élites marchandes et aristocratiques des villes. Ne sont-ce d’ailleurs pas essentiellement leurs apparences vestimentaires que l’Atlas Novus met à l’honneur, comme le faisait le Civitates ? En regardant les bandeaux latéraux de l’Europe, le lecteur du Blaeu est confronté aux apparences vestimentaires de peuples dont les représentants sont les habitants même des villes qui ornent les vignettes du bandeau supérieur de la carte (fig. 2). En passant ensuite aux cartes des autres continents, il peut prendre la mesure de la différence. Si les vignettes de l’Europe sont ornées de couples urbains (homme/femme), aux visages tournés l’un vers l’autre, comme dans une conversation, les bandeaux des autres continents donnent une image différente des peuples. On y relève plus de couples d’hommes, plus de figures de rois (Rex et regina Floridae) et de soldats aussi (Miles Congonsis, Brasiliani milites), notamment en Afrique et Amérique. Les cartes régionales des Blaeu confirment cette impression pour ces deux continents et pour l’Asie.

  • 40 J.-C. Margolin, « Voyager à la Renaissance », dans Voyager à la Renaissance éd. par J. Céard et J. (...)

23La figure de l’Européen, tête couverte, corps entièrement revêtu de textiles et habit ajusté, est donc la mire visuelle avec laquelle le lecteur compare naturellement les figures des peuples qui lui sont géographiquement éloignés. Celles-ci émettent des signes visuels forts, qui font prendre la mesure de la distance culturelle comme de la singularité de ces peuples, dans une dialectique de l’identification et de l’altérité, du proche et du lointain. Cette prise de conscience s’opère ainsi, comme s’il s’agissait d’un voyage in situ40. Ces signes sont parfois repris par le texte, descripteur de l’espace, qui figure au dos de la carte. Exceptionnel dans le Civitates, le discours ethnographique est beaucoup plus développé chez les Blaeu qui puisent aux diverses sources de leur temps, la publication d’ouvrages relevant de la curiosité ethnologique s’étant accrue depuis le XVIe siècle. L’imprimerie diffuse des récits de voyage et descriptions d’espaces lointains facilement accessibles aux cartographes actifs dans l’emporium commercial international qu’est Amsterdam en son Siècle d’or, en réseau avec l’Afrique et l’Asie.

Les sémiophores de la distance

  • 41 Voir par exemple, le frontispice de « la seconde partie de la seconde » de l’Atlas Novus ou celui d (...)

24Grâce à leur pouvoir emblématique, les figures vêtues sont autant de sémiophores visuels de la différence vestimentaire et de la distance géographique et culturelle qui lui est associée. Je n’en relèverai ici que quelques-uns. L’un des plus forts est sans doute la nudité, ou plutôt l’impression de nudité de certains peuples. Si celle-ci est fort discrète dans le Civitates (Calcuta), fortement eurocentré, on l’a vu, elle est fréquemment représentée dans l’Atlas Novus dès que l’on s’éloigne de l’Europe. Partiel en Asie (jambes, poitrine), le dénudement du corps est plus flagrant en Afrique noire, caractérisant les peuples non islamisés ou christianisés, et surtout en Amérique (cf. ci-dessous). La nudité totale est exceptionnelle dans les bandeaux latéraux des cartes continentales. Elle est surtout utilisée par les Blaeu pour ornementer les cartouches des cartes régionales, comme celui de l’Éthiopie inférieure où deux chasseurs de lion brandissent la dépouille de l’animal. Le couple d’Abyssiniens (Éthiopie supérieure), chrétiens, est en revanche vêtu à la mauresque mais les enfants – dont la présence caractérise les peuples lointains – restent nus comme sur de nombreux cartouches africains. Ils sont en effet ici le pendant ornementique des putti tout roses des cartes européennes. Bien que les corps ne soient jamais totalement nus, du fait de la présence d’un pagne ou de parures de perles, de plumes ou de manteaux, ils sont pourtant perçus comme tels par l’observateur occidental, comme en témoignent les textes. En Guinée, commente l’Atlas Novus, « les hommes... vont tous nuds, & n’ont que les parties honteuses couvertes ». Même partielle, la nudité du corps emblématise les continents lointains que sont l’Afrique et l’Amérique, particularité reprise par leurs figures allégoriques sur les frontispices des différents volumes des atlas41.

  • 42 J. Speed fait de même dans son atlas, The prospect…, op. cit. Une Moscovite figure dans le bandeau (...)

25D’autres signes visuels forts de la distance peuvent être relevés, tel le vêtement masculin long qui, hormis les sénateurs vénitiens pour l’Europe, identifie particulièrement les peuples d’Asie (Turcs, Syriens, Arabes, Perses, Chinois) sur la carte de laquelle les Bleau ajoutent les Moscovites, par parenté visuelle certainement42. « Ils se vestent presque à la façon des Hongrois, avec des robbes longues sans plis et des manches pendantes », commente le texte. Le vêtement fourré et celui de peau sont d’autres signes évocateurs du lointain. Ils emblématisent les espaces septentrionaux de l’Eurasie et de l’Amérique. La borne miliaire de la Moscovie australe, par exemple, entourée de personnages aux vêtements fourrés, ainsi que le cartouche-titre où pendent des lots de pelleterie, réfèrent clairement au commerce des fourrures auquel se livre la région. Le cartouche de l’Asie est porté par deux Sibériens armés d’arcs et de flèches et vêtus de peaux.

26En superposant dans le même bandeau latéral gauche de la carte de l’Amérique (fig. 5), les Inuits vêtus de peaux de phoques, emblématisant les « parties les plus septentrionales de l’Amérique », aux Virginiens et autres peuples dénudés, le Blaeu associe visuellement deux extrêmes par rapport au lecteur occidental : la peau nue et le corps couvert de fourrure, deux éléments qui rapprochent ces peuples de l’animal. C’est d’ailleurs lorsque l’écart vestimentaire est grand entre le lecteur et le peuple décrit que le texte des atlas est plus développé sur leurs apparences. C’est le cas par exemple de la description des parures des Virginiens au dos de la carte de Guillaume Blaeu (Nova Virginiae Tabula), qui insiste en outre sur les scarifications de leurs corps et leurs ornements en serpent ou rat morts, autres signes d’animalité.

Fig. 5 – Bandeau gauche de la carte de l’Amérique par Guillaume Blaeu (Atlas Novus)

Fig. 5 – Bandeau gauche de la carte de l’Amérique par Guillaume Blaeu (Atlas Novus)

G et J. Blaeu, Le Théâtre du Monde ou Nouvel Atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pais de la Terre mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdam, Guillaume et Jean Blaeu, 1649 (fonds patrimonial 908)

  • 43 C’est le cas par exemple de la carte de l’Espagne dans J. Speed, op. cit.
  • 44 « La coiffure vous semble salle » dit F. Desprez dans son Recueil, op. cit., faisant allusion à leu (...)

27Mais l’étrangeté et l’éloignement culturel ne riment pas toujours avec une distance intercontinentale. Les lecteurs les rencontrent aussi en Europe ne serait-ce qu’avec les peuples du « froid », par exemple. Dans le très européen Civitates de Braun et Hogenberger, les coiffes des femmes sont d’importants sémiophores de la distance. Les longs voiles relevés vers l’arrière des Italiennes ou les manteaux longs dont se couvrent les Espagnoles, en le serrant sous leur menton, diffèrent des capuches à bec de canard des femmes des Pays-Bas ou des divers bonnets des Allemandes ou des Françaises. L’écart le plus important est vraisemblablement celui qui les sépare des coiffes de peuplades hispaniques qui fascinent les graveurs de recueils d’habits comme les cartographes, tant leur étrangeté s’impose à eux : les Morisques du royaume de Grenade et celles de Biscaye (Santander, Bilbao). Les marqueurs visuels sont tellement forts pour ces deux peuples que des cartographes n’hésitent pas à les faire figurer parmi les peuples emblématiques de la péninsule, au même titre que les Castillans, même après l’expulsion des Morisques, musulmans d’Espagne, après 160943. Les habits mauresques des Grenadiennes (voiles, pantalons bouffants) mais aussi les haillons portés par les hommes (Grenade, 1, 5) donnent l’impression que leur quartier « apparoisse estre d’une autre nation, séparée des autres habitants de Granade, d’habits, manieres & de langage », relève Braun. Le Civitates croque les Morisques (plus de la moitié des habitants) peu avant leur déportation vers d’autres régions d’Espagne, consécutive à leurs révoltes (1568-1571). Quant aux Biscayennes, elles intriguent voyageurs et cartographes. Le crâne tondu des jeunes filles qui « ne peuvent porter voile ne chevelure avant qu’elles soyent mariees » (Bilbao, 2,8) étonne les gens d’Europe du nord-ouest, habitués aux longues chevelures virginales, déployées sur les épaules des épousées. La forme phallique de la coiffe des femmes mariées est du même effet, symbole d’une altérité dont les voyageurs notent par ailleurs l’étrangeté44.

*

28Les cartes à figures ont certainement contribué aux succès des deux grands atlas présentés et à celui d’autres entreprises de la nébuleuse cartographique néerlandaise. Outre une fonction décorative certaine qui satisfait le goût baroque au XVIIe siècle, les figures costumées des peuples relèvent d’une tradition humaniste et jouent le rôle d’emblèmes de l’espace représenté qu’elles identifient par de nombreux signes visuels et par leur mise en page. Elles sont aussi autant de mires visuelles dans lesquelles le lecteur se reconnaît ou par lesquelles il prend la mesure de la distance géographique comme celle de l’Altérité. Les cartes de ce type sont rééditées jusqu’au XVIIIe siècle, mais les éditeurs ne se lancent plus dans la création de semblables atlas. La représentation de l’espace pour lui-même, validée par les progrès de la cartographie moderne, l’emporte dans la production. On peut néanmoins encore trouver en ce siècle des ouvrages associant cartes et costumes, comme par exemple la Galerie agréable du Monde de Pieter Boudewin van der AA (Leyde, v. 1733) qui dispose à l’avant de quelques vues de villes (Paris, Amsterdam, Lisbonne, par exemple) des couples en costume local, désormais influencé par la mode française. Mais, à mon sens, sur ces estampes, malgré une disposition (sur un petit promontoire, dos à la ville) qui n’est pas sans rappeler celle de nombreuses cartes du Civitates, la fonction emblématique de l’espace de ces figures est atténuée. L’apparence vestimentaire de ces figures de très grande taille, de part et d’autre de la ville, l’emporte sur celle de l’espace urbain pour tendre vers la gravure de mode qui est alors une entreprise en plein essor en Europe. De nos jours, les cartes anciennes à figures n’ont pas perdu leur attractivité. Elles sont parmi les plus coûteuses du marché de la carte ancienne, atteignant par exemple plus de 6000 € pour l’Europa du Blaeu et entre 600 et 2000 € pour les cartes du Civitates.

Notes

1 C. Jacob, L’Empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, A. Michel, 1992, p. 99-101. Le 1er opus du genre, le Theatrum Orbis Terrarum d’A. Ortelius sort des presses anversoises en 1570.

2 G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, 1572. Braun est l’éditeur et Hogenberg le principal graveur des planches dont le premier volume paraît en 1572. La série est close en 1617 par la parution du 6e volume. J’utilise pour les textes l’édition française du 1er volume : Théâtre des Cités du Monde, Cologne, G. Van Kempen, 1579, 2 t. en 1 vol. (BnF Réserve G-639) et pour les images, les planches équivalentes dans l’édition latine de 1593 (Cologne, B. Buchholtz), édition « blanche » conservée à la bibliothèque universitaire de Lille 3 (A 18). L’édition colorisée de certaines planches du Civitates est visible sur le site l’université hébraïque de Jérusalem, Historic Cities : http://historic-cities.huji.ac.il/mapmakers/braun_hogenberg.html.

3 W. Blaeu et J. Blaeu, Theatrum Orbis Terrarum, Amsterdam, 1635. Les Blaeu, père et fils, éditent le premier volume en 1635 et le 6e et dernier en 1655. J’utilise ici une édition en français des quatre premiers volumes, conservée à la BU de Lille 3 (fonds patrimonial 908) : G. et J. Blaeu, Le Théâtre du Monde ou Nouvel Atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pais de la Terre mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdam, Guillaume et Jean Blaeu, 1649.

4 F. de Dainville, La géographie des humanistes, Genève, Slatkine Reprints, 1969, p. 79-80.

5 N. Broc, La géographie de la Renaissance, Paris, éd. du CTHS, 1986, p. 9-10.

6 Édition citée par T. Conley, The Self-Made Map. Cartographic Writing in Early Modern France, Mineapolis-London, University of Minnessota, 1997, p. 171. La Géographie de Ptolémée (IIe siècle), découverte par l’Occident chrétien au début du XVe siècle, a d’abord été traduite en latin, illustrée de cartes et diffusée par l’imprimerie à partir de 1478.

7 C. Bousquier-Bressolier, « L’Œil du cartographe ou réflexions sur un monde vu de près », dans C. Bousquier-Bressolier (dir.), L’Œil du cartographe et la représentation géographique du Moyen Âge à nos jours, Paris, CTHS, 1995, p. 10.

8 Atlas nautique portugais, vers 1519, dit Atlas Miller (BnF, département des cartes et plans, GE DD 683). Voir aussi J. Rotz, The Boke of Idrography, 1542 (British Library, Londres : Royal MS 20 E. ix), recueil de cartes hydrographiques manuscrites, qui reprend un mode de représentation des peuples semblable à celui de l’atlas de Miller.

9 H. A. M. van der Heijden, Kaart en kunst van de Zeventien Provinciën der Nederlanden, Alphen aan den Rijn, Canaletto, 2001.

10 P. Kaerius, Comitatus Hollandia/T’Graefschap Holland, v. 1610. Motifs repris par C. J. Visscher dans son Leo Hollandicus du Comitatus Hollandiae denuo forma leonis, vers 1648.

11 J. Speed, The Théâtre of the Empire of Great Britain… & The Prospect of the Most Famous Parts of the World, London, W. Humble, 1646 ; 1re éd. en 1627.

12 C. Jacob, op. cit., p. 209-218.

13 Ibid., p. 223.

14 K. Ina Grimes, « Dressing the world : Costume books and ornamental cartography in the Age of Exploration », dans E. Rodini et B. Weaver (eds), A Well-Fashioned Image. Clothing and Costume in European Art, 1500-1850, Chicago, The D. & A. Smart Museum, univ. of Chicago, 2002, p. 14.

15 C. Bousquier-Bressolier (dir.), op. cit. ; N. Miller, Mapping the city : the language and culture of cartography in the Renaissance, London, Continuum, 2003 ; J. Rennie Short, Mapping space : revisionning the world, 1475-1600, Syracuse (N.Y.), Syracuse University Press, 2004.

16 D. Woodward (ed.), Art and cartography, Chicago, Univ. of Chicago Press, 1987, p. 147-173 ; C. Bosters & al. (eds), Kunst in kaart : decoratieve aspecten van de cartografie, Utrecht, HES, 1989 ; H.A.M. van der Hijden, op. cit.

17 L’article de K. Ina Grimes (2002) (cf. note 14) amorce une réflexion à ce sujet mais son travail porte bien plus sur les recueils d’habits que sur les cartes.

18 J. Rennie Short, op. cit., p. 107.

19 G. Braun et F. Hogenberg, Théâtre des Cités du Monde…, op. cit., préface.

20 C. Jacob, Mapping space…, op. cit., p. 218.

21 K. I. Grimes, art. cit, p. 13-21. D. Defert, « Un genre ethnographique profane au XVIe s. : les livres d’habits », Histoire de l’anthropologie XVIe-XIXe s., Colloque La Pratique de l’anthropologie aujourd’hui, Sèvres 1981, Paris, 1984, p. 25-41 ; O. Blanc, « Images du monde et portraits d’habits : les recueils de costume à la Renaissance », Bulletin du Bibliophile, 1995, 2, p. 221-261.

22 G. Mentges, « Pour une approche renouvelée des recueils de costumes de la Renaissance. Une cartographie vestimentaire de l’espace et du temps », Apparence(s), no 1, mis en ligne le 2007 : http://apparences.revues.org/document104.html. Consulté le 25 juin 2007.

23 I. Paresys, « Images de l’Autre vêtu à la Renaissance. Le recueil d’habits de François Desprez 1562-1567 », Journal de la Renaissance, vol. 4, 2006, p. 25-56.

24 Ibid. ; Silvius (A. Bosch, dit) et Sluperius, Omnium fere gentium nostraeque aetatis nationum habitus et effigies, Anvers, J. Bellerus, 1572.

25 J. Amman, Habitus praecipuorum popularum..., Nuremberg, H. Weigel, 1577. Dit aussi Livre de Weigel

26 J. A. Welu, « The Sources and Development of cartographic ornamentation in the Netherlands », in D. Woodward (ed), Art and Cartography…, op. cit., p. 170-172.

27 F. de Dainville, Le langage des géographes : terres, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500-1800, Paris, Picard, 1964, p. 330.

28 Ce que fait imprudemment S. Kroese dans (Atlas Major) La Terre en cartes. Grand Atlas universel (de Blaeu), s. l., Christophe Colomb, 1992, p. 15.

29 Le Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberger est une édition parallèle au premier atlas sorti des presses anversoises, le Theatrum Orbis Terrarum d’Ortelius (1570). Les graveurs appartiennent au même réseau. Hogenberger avait travaillé pour Ortelius à Anvers qui l’incita probablement à mener une entreprise semblable pour les villes.

30 C. Ruelens, Atlas des villes de Belgique au XVIe siècle. Cent plans du géographe Jacques de Deventer exécutés sur les ordres de Charles Quint et de Philippe II, Bruxelles, 1884-1924.

31 L. Nuti, « Mapping Places : Chorography and Vision in the Renaissance », dans Mappings éd. par D. Cosgrove, Londres, Reaction Books, 1999, p. 98 et L. Nuti, « Le langage de la peinture dans la cartographie topographique », dans L’Œil du cartographe…, op. cit., p. 53-70.

32 A. du Pinet, Planz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes… tant de l’Europe, Asie…, Lyon, Jean d’Ogerolles, 1564, p. XIV. Cité par M. Pelletier, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, BnF, 2001, p. 21.

33 L. Nuti, art. cit., p. 103.

34 J. Boutier, « L’affirmation de la cartographie urbaine à grande échelle dans l’Europe de la Renaissance », http://www.vcharite.univ-mrs.fr/shadyc/cartoRen.pdf (disponible à cette adresse au 13/12/05)

35 Sur les 540 cartes de l’ensemble des volumes, tels qu’ils existent à la fin de l’entreprise en 1617, leur part ne descend qu’à 70-75 %. J. Boutier, art. cit., p. 13.

36 Patricien ou sénateur (membre de l’échevinage), matrone et servante. On retrouve ces figures dans divers recueils d’habits germaniques tels ceux d’Amman et Weigel, op. cit., de 1577 et de Jost Amman, Gynaeceum, sive Theatrum mulierum…, Francfort, Sigismund Feyrabend, 1586.

37 Pour les éditions plus tardives du Civitates, comme celle de 1598 par exemple.

38 S. Kroese, La Terre en cartes : Grand atlas universel, s.l., éd. Christophe Colomb, 1992, p. 7.

39 J. Blaeu, Le Grand Atlas : le monde au XVIIe siècle, Paris, Gründ, 1992, éd. par John Goss, p. 15. L’Atlas Major est publié à partir de 1662 (600 planches environ). Auparavant, les Blaeu menèrent deux autres éditions d’atlas : l’Atlas Apendix (à partir de 1630) ainsi que l’Atlas Novus (à partir de 1635).

40 J.-C. Margolin, « Voyager à la Renaissance », dans Voyager à la Renaissance éd. par J. Céard et J. C. Margolin, Paris, Maisonneuve et Larose, 1987, p. 9.

41 Voir par exemple, le frontispice de « la seconde partie de la seconde » de l’Atlas Novus ou celui du tome V, Urbium praecipuarum mundi theatrum quintu du Civitates.

42 J. Speed fait de même dans son atlas, The prospect…, op. cit. Une Moscovite figure dans le bandeau latéral droit de la carte de l’Asie.

43 C’est le cas par exemple de la carte de l’Espagne dans J. Speed, op. cit.

44 « La coiffure vous semble salle » dit F. Desprez dans son Recueil, op. cit., faisant allusion à leur forme proche de ces « choses avec lesquelles les hommes font les enfants », commente L. Vital, « Relation du premier voyage en Espagne de Charles Quint (1517-1518) », dans J. Garcia Mercadal (pub.), Viajes extranjeros por España y Portugal, Madrid, 1952, p. 678.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Londres dans le Civitates Orbis Terrarum (édition de 1593)
Crédits G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, B. Buchholtz, 1593, SCD universités de Lille 1, Lille 2 et Lille 3 (fonds patrimonial A 18).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 2 – Guillaume Blaeu, l’Europe, dans l’Atlas Novus (édition de 1649)
Crédits G et J. Blaeu, Le Théâtre du Monde ou Nouvel Atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pais de la Terre mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdam, Guillaume et Jean Blaeu, 1649. (fonds patrimonial 908)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 3 – Orléans et Bourges, dans le Civitates orbis terrarum (graveur : Georg Hoefnagle) (édition de 1593)
Crédits G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, B. Buchholtz, 1593, SCD universités de Lille 1, Lille 2 et Lille 3 (fonds patrimonial A 18)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 4 – Parisiens d’après le Civitates orbis terrarum (édition de 1593)
Crédits G. Braun et F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Cologne, B. Buchholtz, 1593, SCD universités de Lille 1, Lille 2 et Lille 3 (fonds patrimonial A 18) (détail).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 5 – Bandeau gauche de la carte de l’Amérique par Guillaume Blaeu (Atlas Novus)
Crédits G et J. Blaeu, Le Théâtre du Monde ou Nouvel Atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pais de la Terre mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdam, Guillaume et Jean Blaeu, 1649 (fonds patrimonial 908)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

Auteur

Maître de conférences à l’université de Lille 3 et membre de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (UMR 8529 Lille 3/CNRS). Rédactrice en chef de la revue électronique Apparence(s).net, elle a coordonné le programme « Paraître et Apparences dans l’histoire du Moyen Age à nos jours (2004-2006) ». Ses recherches portent sur les apparences vestimentaires à la Renaissance et à l’époque moderne. Elle a récemment publié : « Images de l’Autre vêtu à la Renaissance. Le recueil d’habits de François Desprez (1562-1567) », Journal de la Renaissance, Volume IV, mai 2006, (CNRS-Brepols), p. 25-56 ; « Paraître et se vêtir au XVIe siècle : morales vestimentaires », Actes du XIIIe colloque du Puy-en-Velay, dans Marie Viallon (prés.), Publications de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 11-36 et « The Dressed Body : the Moulding of Identities in 16th Century France », chapitre 6 dans H. Roodenburg (éd.), The Fashioning of Self : Forging an European Identity ca. 1400-1700, Cambridge, Cambridge University Press- European Science Foundation, 2007, p. 227-257.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search