Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Échanges

Croisements et hybridations des modes vestimentaires

Dans les sociétés urbaines sud et nord méditerranéennes

Leyla Belkaïd Neri

Texte intégral

1Territoire composite né de la jonction de trois continents, délimité par une mer au milieu des terres » presque fermée, l’espace méditerranéen facilite la circulation des hommes, de leurs cultures, de leurs objets de parure. La proximité des rives africaines, européennes et asiatiques, ainsi que la présence de péninsules, d’îles, de déserts et de chaînes montagneuses qui invitent les hommes à se tourner vers la mer, constituent les principaux facteurs d’hybridation des codes de l’apparence. L’analyse des dynamiques socio-historiques qui ont préludé à l’apparition, puis à la transformation de deux vêtements provenant respectivement de Gênes et d’Alger, métropoles situées l’une au nord et l’autre au sud du Bassin occidental de la Méditerranée, éclaire ces mécanismes dans une perspective spatiale. Situées à environ 800 km l’une de l’autre, les deux villes portuaires développent des patrimoines et des systèmes vestimentaires complexes, enrichis au fil des siècles d’éléments nouveaux, nés d’emprunts à plusieurs cultures. La présente étude traite du mezzaro génois et du caraco algérois, deux archétypes emblématiques de l’hybridation des modes et des pratiques vestimentaires dans l’espace méditerranéen.

Le mezzaro génois

  • 1 F. Braudel, La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Paris, Flammarion, 1985, p. 23.

2Le climat tempéré qui prévaut autour de la Méditerranée influence la composition, la structure et la forme des objets vestimentaires. Il agit sur la manière de se couvrir et de s’habiller des populations riveraines, mais aussi sur leur propension à emprunter aux cultures qui partagent ce même climat, les textiles et les éléments vestimentaires les plus divers. Le climat s’impose par conséquent comme un facteur majeur d’hybridation des codes de l’apparence puisque « l’unité essentielle de la Méditerranée, c’est le climat, un climat très particulier, semblable d’un bout à l’autre de la mer, unificateur des paysages et des genres de vie. Il est, en effet, presque indépendant des conditions physiques locales, construit du dehors par une double respiration, celle de l’océan Atlantique, le voisin de l’ouest, celle du Sahara, le voisin du sud »1. L’unité climatique conduit à l’apparition précoce d’archétypes vestimentaires similaires, destinés à protéger de la chaleur et du soleil ou du froid et de la pluie, de part et d’autre de la Méditerranée. Le drapé en laine fixé par deux fibules situées à la hauteur des épaules, omniprésent le long de la côte nord-africaine jusqu’au XIXe siècle, correspond au peplos dorien porté par les femmes grecques avant la diffusion des modes ioniennes. Ramené sur la tête, le pan qui se libère des fibules peut servir à couvrir la tête et à protéger la chevelure et le visage du soleil, parfois aussi du vent et de la pluie, à l’instar des innombrables variantes méditerranéennes de pièces rectangulaires de laine, de coton ou de soie faisant office de capes ou de voiles pour assurer cette fonction protectrice.

  • 2 La moyenne de la période la plus froide de l’année se situe entre 9° au nord (Nice) et 13° au sud ( (...)

3Le caractère tempéré de l’hiver entraîne une distinction moins nette entre les objets de l’apparence conçus pour les différentes saisons2. La relative légèreté des costumes et le recours à la superposition de couches supplémentaires de vêtements pour se protéger du froid s’avèrent propices à la diversification des textiles, des formes, des volumes et des pièces de différentes longueurs. En outre, le climat méditerranéen produit une lumière forte et limpide qui détermine une perception particulière des couleurs. Il en découle une tendance à privilégier les étoffes et les ornements aux tonalités vives, ainsi que les contrastes chromatiques sur un même costume. L’histoire du voile méditerranéen et l’exemple du voile génois appelé mezzaro, qui fait l’objet de notre étude, démontrent que l’ensemble de ces facteurs contribue à faciliter les échanges et les emprunts entre des populations porteuses d’habitudes vestimentaires qui s’apparentent les unes aux autres puisqu’elles relèvent d’attitudes corporelles et perceptives similaires.

  • 3 R. Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement. Quelques observations méthodologiques », Annales, (...)

4Le cadre naturel de l’espace méditerranéen encourage l’hybridation des formes et des codes du Paraître, mais il convient de préciser que les objets de l’apparence qui en découlent sont loin de se résumer à un melting-pot d’emprunts qui se traduirait par des mélanges superficiels d’éléments issus d’une multitude de courants stylistiques. La dynamique que nous tentons de décrire se déroule dans un espace temporel étalé sur plusieurs siècles, avec des périodes plus animées ou plus stables que d’autres qui révèlent « la succession continue d’équilibres dont les éléments se modifient irrégulièrement »3. D’autre part, l’espace méditerranéen demeure contradictoire car il est à la fois ouvert et insulaire. Cette double tension marque l’histoire du costume méditerranéen qui allie, parfois de manière inexpliquée, tendance au métissage et tendance à l’isolement. Enfin, l’hybridation telle que nous l’entendons ne se confine pas seulement aux formes, aux matériaux, aux fonctions pratiques et aux typologies de vêtements et de bijoux susceptibles de se métisser au fil des siècles et des décennies. Notre propos s’étend aux fonctions signifiantes qui entraînent l’évolution de la fonction, de la forme et de l’ornementation des objets en question. La perméabilité du vêtement et du bijou aux croyances et aux rites qui naissent de la rencontre de cultures différentes, la similitude qui persiste entre les attributs symboliques des costumes de cérémonie, des ornements corporels ou des objets de parure rituels de plusieurs régions méditerranéennes témoignent – parfois au-delà des formes vestimentaires qui en sont la manifestation matérielle – de l’hybridation des codes de l’apparence, comme l’illustre l’histoire du voile méditerranéen, vêtement polysémique dont dérive le mezzaro de Gênes.

5L’évolution de l’élément du costume génois qui correspond au voile de sortie pourrait s’articuler autour de deux étapes apparemment distinctes dont les contours historiques seraient à définir à travers une recherche plus approfondie :

  • Le mezzaro entre le Moyen Âge et la seconde moitié du XVIIIe siècle

  • Le mezzaro en indienne du XVIIIe siècle à l’aube du XXe siècle

6Issu du voile médiéval ligure qui puise ses origines dans le voile drapé antique, le mezzaro hérite des fonctions symboliques et pratiques du voile méditerranéen, élément vestimentaire commun à l’ensemble des cultures riveraines, bien avant l’expansion des monothéismes. Strate externe du costume, le voile assume une fonction sociale primordiale, dès son apparition en Méditerranée vers le XIIe siècle avant J.-C. Il procure à la femme un anonymat partiel ou total, exprimant son appartenance à un groupe social privilégié. La capacité du voile à faire écran au vent et au soleil le conforte dans ce rôle puisque dans les cultures méditerranéennes, la blancheur de la peau signifie beauté et noblesse jusqu’au XXe siècle. Écran protecteur de la fertilité de la femme mariée face aux esprits maléfiques, il conserve dès lors plusieurs fonctions signifiantes. Plus tard, la diffusion des trois grandes religions monothéistes entraîne celle de la notion de voile égalitaire, censé limiter les différences entre les riches et les pauvres. Ces religions encouragent le port du voile en tant qu’expression de pudicité et d’humilité. Rappelons enfin que les codes liés au voile s’étendent à des paramètres plus individuels : il indique notamment le statut de célibataire, de mariée ou de veuve et participe toujours au rituel du mariage.

  • 4 R. Levi Pisetzky, Il Costume e la moda nella società italiana, Turin, Giulio Einaudi, 1978 et 1995.
  • 5 G. Pistarino, « Genova e il Maghreb nel secolo XII », dans R. H. Rainero (dir.), Italia e Algeria. (...)

7Vers la fin du Moyen-Âge, les voiles de sortie sont d’un usage fréquent à travers l’ensemble de la péninsule italienne4. Le voile génois se distingue des autres voiles de l’Italie septentrionale par son nom mezzaro, meizaro, mèsere ou mesero – meizao en dialecte génois – d’origine ancienne. Le mesarum apparaît en effet dès 1274 dans les inventaires génois des trousseaux de mariées d’abord, puis dans ceux relatifs à l’habillement féminin quotidien. L’étymologie de ce terme révèle une racine arabe, mi’zar, qui signifie tablier, écran de tissu, voile. Faute d’éléments scientifiques consistants, il n’est pas aisé de retracer le périple de ce vêtement. Nous pouvons toutefois émettre l’hypothèse d’un voile génois dérivé d’un modèle antique préexistant qui aurait emprunté à un voile du sud ou de l’est méditerranéen une signification nouvelle, un tissu particulier ou une manière de se draper autour du corps entraînant un changement d’appellation. L’hypothèse d’un emprunt direct à une culture nord-africaine ou proche-orientale paraît moins probable, même si l’activité intense des marchands et des diplomates génois dans ces régions a profondément marqué l’histoire des échanges humains et commerciaux dans la Méditerranée du début du second millénaire. Nous savons par exemple qu’au XIIe siècle, les Génois fréquentent assidûment les villes portuaires nord-africaines dont Alger, la ville qui sera au cœur de la seconde partie de notre essai. Au début du XIVe siècle, ils sont actifs dans les plus hautes sphères de la république d’Alger5. La présence des Génois dans les villes de l’Orient et du sud de l’Occident méditerranéens contribue à l’hybridation du costume de sortie des habitantes de Gênes et à la diffusion du mesarum entre le XIe et le XIIIe siècle.

  • 6 R. M. Anderson, Hispanic Costume, 1480-1520, New York, The Hispanic Society of America, 1979.
  • 7 A. De Beatis, « Itinerario di Monsignor il Cardinale De Aragona », cité par A. Chatsel dans Luigi d (...)
  • 8 C. Vecellio, Costumes anciens et modernes du monde entier, Paris, F. Didot, 1859 (éd. originale 159 (...)

8Le mezzaro, voile quotidien mais aussi composante du costume nuptial et du trousseau de la mariée, distingue le paysage vestimentaire génois jusqu’au XVIIe siècle. Au XVIe siècle, il subit l’influence du manto ibérique et se teint de noir, à l’instar des autres voiles italiens, soumis au même titre que l’ensemble des pièces du costume à l’influence de la culture et des modes espagnoles6. D’après Antonio De Beatis, chroniqueur qui traverse l’Italie en 1517 aux côtés du cardinal Louis d’Aragon, les dames de l’élite génoise « portent sur les épaules une étole de couleur noire de la largeur du taffetas »7. Cesare Vecellio décrit à son tour le voile de tête génois des différentes catégories sociales. Le paysage vestimentaire qui ressort de ses descriptions paraît toutefois plus coloré puisqu’il décrit « un voile de fine soie transparente de couleur jaune parcouru d’or » pour les Génoises les plus nobles, tandis que celles du peuple endossent « une pièce de tissu de soie très fin, comme le tissu dit ormesino ou le taffetas, de différentes couleurs selon leurs préférences, avec laquelle en plaçant la pointe au milieu du front, elles se couvrent les cheveux et les épaules »8.

  • 9 Parmi ces gravures, celles du Cabinet des estampes de la BnF : les gravures de Greuze mentionnent « (...)

9Outil de protection qui protège les habitantes des villes côtières du vent, préserve leurs coiffures et atténue l’exposition directe de leur visage au soleil, le voile reste omniprésent à Gênes. Les inventaires datant de 1668 à 1772 fournissent de précieuses indications sur les tissus utilisés pour le confectionner. Avant l’avènement de la mode des voiles en coton imprimé, le mezzaro emploie le plus souvent du taffetas ou d’autres étoffes de soie, avec ou sans applications de dentelle. Le mezzaro de couleur rouge semble prédominer vers la fin du XVIIe siècle et tout au long de la première moitié du XVIIIe siècle. À cette époque, les costumes de sortie assortis de mezzari concernent autant la Ligurie que certaines régions de Corse, de Sardaigne et de Toscane, autour de Livourne notamment. Après une phase de stagnation où il semble passer de mode et n’être réservé qu’aux femmes du peuple et aux religieuses, le mezzaro profite d’une véritable renaissance vers le milieu du XVIIIe siècle. L’introduction des indiennes en Europe serait à l’origine de ce phénomène. D’après de nombreux auteurs de l’époque dont Gian Giacomo Casanova en 1767 ou De La Lande en 1768, le mezzaro – souvent appelé « voile de Gênes » – devient alors l’élément vestimentaire que les voyageurs perçoivent comme le signe distinctif du costume féminin ligure et génois en particulier. De nombreuses gravures du XVIIIe siècle témoignent de l’omniprésence de cette forme de voile9, à une époque où le costume féminin s’ouvre pourtant aux modes parisiennes.

  • 10 C. G. Ratti, Descrizione delle pitture, scolture e archittetture ecc.... delle due Riviere dello St (...)

10Depuis que la France s’est imposée dans la vie politique et économique de la Méditerranée au XVIIe siècle, l’aristocratie parisienne dicte les changements à apporter aux costumes des élites européennes de l’espace méditerranéen. Précisons toutefois que l’évolution des costumes régionaux du sud de l’Europe ne suit pas toutes les fluctuations de la mode parisienne. Le voile génois persiste dans un costume citadin en mutation, à peine entré dans une nouvelle phase d’hybridation : il surmonte désormais des robes dont la coupe trahit l’influence de la mode française. En 1780, la description de Carlo Giuseppe Ratti précise que « les femmes vont habillées à la française et imitent totalement les modes de cette nation, autant dans l’élégance de la coiffure, que dans la richesse des bijoux et des tissus […] Cependant, le costume qu’elles utilisent à la cour est noir, et ceci est plutôt une relique des antiques modes espagnoles. Les femmes de second ordre s’habillent dans la mesure de leurs possibilités en suivant le goût des aristocrates, mais au quotidien, quelle que soit la richesse de leur habit, elles se couvrent, été comme hiver, la tête et les épaules d’un léger manteau de calancà de Perse, qui s’appelle vulgairement mezzaro, qui porté avec art leur donne énormément de grâce »10. Les toiles de coton polychromes en provenance des Indes, appliquées sur les robes d’intérieur des élites européennes avant d’envahir leurs robes, leurs jupes et leurs corsages les plus variés, participent à l’ultime hybridation de l’ancien voile génois en le recouvrant de motifs décoratifs qui seront à l’origine de sa renaissance.

  • 11 Originaire de Glaris en Suisse, Giovanni Speich s’installe à Gênes en 1778. Son entreprise produit (...)
  • 12 Cf. l’exemplaire de mezzaro conservé au Victoria & Albert Museum de Londres.
  • 13 Cf. M. Cataldi Gallo, « Indiane e mezzari a Genova », dans I Mezzari. Tra Oriente e Occidente, cata (...)

11Le mezzaro de la seconde moitié du XVIIIe siècle devient alors synonyme d’indienne, toile de coton imprimée d’importation ou de fabrication locale11, appelée indiana. Pièce coûteuse du vestiaire féminin, il distingue désormais les femmes de condition supérieure. Son succès entraîne de vives polémiques de la part des conservateurs qui dénoncent l’» immoralité » du voile polychrome, mais celles-ci n’entravent en rien la vogue des voiles fleuris, mezzari a fioretti, dérivés des palampores indiens. Comme ces derniers, le mezzaro conserve un motif central, le plus souvent un arbre, qui se situe au niveau du dos de la femme voilée. Les branches de l’arbre sont parsemées de fleurs aux formes variées, parfois de fruits et d’animaux exotiques, en particulier les oiseaux, les papillons, les singes ou les éléphants. Parmi les types les plus répandus de mezzari ornés d’un arbre central, les Génoises privilégient le mezzaro dit « du châtaignier », mezzaro del castagno12 et celui du « vieil arbre », mezzaro dell’albero vecchio. Notons l’existence d’autres catégories de mezzari qui remplacent l’arbre par un motif élancé, tels que le mezzaro « du minaret » ou del minareto et le mezzaro « du bateau » ou della nave. L’apparition d’éléments de fantaisie tels que les nœuds de rubans, de bordures ornées de petits motifs d’origine occidentale et de scènes de paysages sont autant d’éléments qui permettent d’affirmer que les indiennes – uniques supports textiles du mezzaro – apparaissent en soi comme le résultat d’une hybridation des codes du Paraître au XVIIIe siècle13.

  • 14 Notamment à Gênes, au Museo di Palazzo Rosso (Deposito Tessuti).

12L’association du voile à des vêtements féminins marqués par l’influence de la mode française donne naissance à un costume de sortie métissé et original, immortalisé par les gravures et les tableaux de la fin du XVIIIe et du début de XIXe siècle. Ces iconographies attestent aussi de la manière dont les Génoises drapent le mezzaro autour du corps en le fixant sur leur coiffure à l’aide de précieuses épingles d’or ou d’argent, avant de retenir ses pans latéraux avec les bras et les mains. Les dimensions des mezzari conservés dans les musées14 et dans les collections privées confirment l’ampleur du voile génois qui oscille entre 252 et 275 centimètres de longueur et entre 230 et 256 centimètres de largeur. Ces dimensions confirment l’usage de plier en deux le carré d’indienne en situant la pliure à la hauteur du front, avant de le déposer sur la tête et de le draper autour de la personne.

  • 15 Pezzotto : de pezze, pièces de tissu.

13Au tournant du siècle, le mezzaro entame une période de déclin, à peine les classes populaires y ont-elles accès. La large diffusion d’indiennes de qualité inférieure, produites par les manufactures situées aux alentours de Gênes qui utilisent des techniques d’impression moins perfectionnées et moins onéreuses, accélère ce phénomène. Les aristocrates et les bourgeoises préfèrent se défaire de ce vêtement qui ne suffit plus à les distinguer socialement : le mezzaro du XIXe siècle constitue dès lors un attribut caractéristique du costume populaire. À cette époque, il exhibe des motifs fleuris allégés et de taille réduite (fig. 1). Plié en deux, ce voile nécessite l’utilisation d’une épingle en argent à une, deux ou trois têtes pour se stabiliser sur la chevelure. En été, les femmes ligures endossent un voile léger de plus petites dimensions, appelé pezzotto15. En Ligurie et en Toscane, les costumes des villageoises et des paysannes conservent ces voiles de couleur claire jusqu’au début du XXe siècle.

Fig. 1 – Le mezzaro raccourci des villageoises toscanes, début du XIXe siècle.

Fig. 1 – Le mezzaro raccourci des villageoises toscanes, début du XIXe siècle.

Titre original : « Costumes de paysans au marché dans les environs de Livourne », XIXe siècle, collection de l’auteur

Le caraco algérois

14Les facteurs naturels qui déterminent la configuration humaine et sociale de l’espace méditerranéen engendrent des facteurs événementiels qui marquent et jalonnent l’histoire de la Méditerranée. Avec son lot d’invasions, de guerres, de conquêtes et de conflits incessants, l’histoire événementielle ne suffit pourtant pas à expliquer la dynamique d’hybridation des modes vestimentaires. Les vecteurs des emprunts vestimentaires peuvent en effet rester méconnus, liés à des contingences plus pacifiques, à des phénomènes dilués dans le temps ou à des micro-événements contournés pas les histoires officielles. Le développement précoce de civilisations qui se diffusent sur l’ensemble du pourtour méditerranéen a néanmoins influencé l’évolution des codes du Paraître. L’éclosion d’empires dont l’ambition principale était la domination de l’espace méditerranéen a œuvré en faveur de l’hybridation de ces codes. Il suffit de penser à l’évolution des modes vestimentaires pendant les siècles de domination romaine. À l’aube du Ier millénaire, Rome demeure tributaire de la Méditerranée orientale en matière d’élégance vestimentaire : la Grèce, l’Égypte, la Syrie et l’Asie mineure lui fournissent étoffes, vêtements, bijoux et techniques artisanales. Cette addiction s’intensifie vers la fin du Ier siècle avant J.-C., après le triomphe d’Octave sur Antoine et Cléopâtre, événement qui signe le début de la période impériale et l’unification politique de mare nostrum. Les deux siècles de stabilité politique qui suivent l’avènement du régime impérial privilégient l’essor de la navigation et du commerce à travers l’empire romain. En conséquence, l’intensification des échanges humains, culturels et commerciaux accélère l’unification du paysage vestimentaire urbain du monde méditerranéen.

15Le cas romain revêt cependant un caractère exceptionnel dans la mesure où l’espace méditerranéen semble davantage propice au développement d’empires dont la tutelle ne s’étend pas sur la totalité du territoire. Ainsi la Méditerranée du XVIe siècle, partagée entre l’Empire ottoman qui s’enracine sur toutes les rives du Bassin oriental et sur une partie du littoral nord-africain d’un Bassin occidental dominé essentiellement par l’Empire espagnol. Soulignons enfin le rôle crucial des empires commerciaux fondés sur le contrôle de l’espace méditerranéen par le biais de flottes extrêmement actives, sans avoir systématiquement recours à l’occupation par voie terrestre et militaire de territoires riverains : quel meilleur exemple que celui de Venise aux XIVe et XVe siècles, avec ses innombrables comptoirs méditerranéens.

16Un autre facteur humain, directement lié aux contingences politiques, œuvre en faveur de l’hybridation des modes et des codes vestimentaires : les exodes de populations. Citons l’exemple des flux migratoires causés par la Reconquista espagnole et la transformation des textiles et des costumes citadins nord-africains entre le XIVe et le XVIIe siècle, suite à l’arrivée de plusieurs dizaines de milliers de familles musulmanes et juives expulsées de la péninsule ibérique. Ce déplacement massif de population a permis la diffusion de nouvelles techniques de tissage, de coupe et de broderie car parmi les réfugiés, nombreux étaient les éleveurs de vers à soie, les tisserands et les artisans spécialisés, notamment les tailleurs, les teinturiers et les brodeurs au fil d’or et au fil de soie. Simultanément, les archives de l’époque révèlent les conséquences du départ des artisans morisques sur la production textile et sur le paysage vestimentaire espagnols.

  • 16 Odjâq : milice.
  • 17 Texte espagnol écrit à la fin du XVIe siècle et imprimé en 1612 par un abbé espagnol qui aurait réc (...)

17Le caraco constitue l’ultime dérivée des pièces ouvertes devant qui complètent le costume féminin d’Alger. Il apparaît au XIXe siècle, héritier des vestes de différentes longueurs qui s’imposent comme l’élément central du système vestimentaire féminin à partir du XVIe siècle. L’évolution de cette famille de vêtements ouverts révèle en filigrane l’influence des vecteurs d’hybridation dont il est question dans notre étude sur l’histoire du costume méditerranéen. Entre le XIVe et le XVIe siècle, Alger qui accueille de nombreux exilés andalous, musulmans et juifs, est une ville en pleine croissance. L’élite algéroise introduit dans sa garde-robe des soutanes munies de petits boutons, coupées dans des soieries importées d’Italie, d’Egypte ou du Proche-Orient. Pour faire face à l’expansionnisme espagnol, le royaume d’Alger se place sous la tutelle de l’Empire ottoman en 1534. Cette tutelle garde un caractère purement militaire et administratif. Elle implique la présence d’une milice originaire d’Anatolie, mais aucun transfert de populations turques, ce qui explique pourquoi le rattachement à Istanbul ne provoque pas la transformation des codes de l’apparence en vigueur à Alger. Le costume masculin – davantage soumis à l’influence des uniformes des janissaires et des dignitaires turcs que le costume féminin – s’imprègne peu des caftans levantins, comme le laisse entendre l’abbé Haëdo qui précise que les janissaires récemment arrivés du Levant « et qui n’ont pas encore assez de ressources pour s’habiller à la mode d’Alger, portent des vêtements faits à la turque, bien différents de ceux des Turcs incorporés depuis longtemps dans l’Odjâq16 »17.

  • 18 F. Braudel, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1 (...)
  • 19 Ghlila : dérivé algérois du nom arabe ghilala.

18L’hybridation progressive du paysage vestimentaire algérois sera le fait de la croissance de la ville et du métissage accru de sa population dès le XVIe siècle, suite à l’afflux massif de Morisques d’une part et de milliers d’exilés juifs et de migrants chrétiens européens d’autre part. Ces derniers proviennent essentiellement des régions pauvres du Bassin occidental, notamment des îles, à commencer par la Corse (plus de la moitié de la population d’origine européenne d’Alger), puis la Sardaigne, la Sicile et les Baléares, mais aussi le sud de la péninsule italienne et la Provence. La ville qui devient au début du XVIIe siècle la seconde capitale la plus peuplée du Bassin occidental après Naples, accueille alors des populations européennes d’origine modeste, rarement porteuses de traditions vestimentaires susceptibles d’orienter de manière décisive l’évolution des modes féminines. Les habitantes de « l’une des plus riches villes de la Méditerranée, une des mieux disposées à transformer cette richesse en luxe »18 développent des formes vernaculaires de vestes et de caftans, assujetties à des fonctions signifiantes et pratiques qui s’inscrivent dans la lignée du costume des époques précédentes. La frontière entre l’oligarchie militaire turque et la société algéroise exclut la formation d’une dynastie locale et donne naissance à une configuration sociale particulière où l’absence de famille régnante explique la relative stabilité des codes de l’apparence. Vers la fin du XVIe siècle, deux modèles de vestes surmontent les amples chemises blanches des Algéroises, révélateurs privilégiés du rang social et du statut des citadines. À cette époque, la veste issue de l’ancien modèle boutonné devant cohabite avec une nouvelle variante dont le décolleté arrondi et profond révèle l’influence des modèles levantins parvenus à Alger par le biais des échanges commerciaux et culturels avec l’Orient méditerranéen, l’importation de soieries et de vêtements confectionnés à Istanbul et dans d’autres villes levantines étant devenue un vecteur permanent d’ouverture aux modes ottomanes. Malgré l’apparition sur l’une d’entre elles d’un décolleté qui dévoile l’étoffe de la chemise au niveau de la poitrine, ces deux variantes se dénomment ghlila19, sans distinction.

  • 20 L. Belkaïd, Algéroises. Histoire d’un costume méditerranéen, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, « Brode (...)
  • 21 Venture de Paradis, Tunis et Alger au XVIIIe siècle, Paris, Sindbad, 1983, p. 140-141.

19La ghlila du début du XVIIe siècle atteint la hauteur du mollet et s’agrémente d’une large ceinture de soie nouée autour des hanches. Ses manches s’arrêtent au-dessus du coude et se complètent, lorsque la température l’exige, par des manchons amovibles, étroits et allongés, qui forment des plis le long de l’avant-bras. Entre le XVIe et le XVIIe siècle, les femmes des couches moyennes accèdent à leur tour à la ghlila. L’usage de brocarts et de velours de qualité supérieure, la profusion des broderies et des passements au fil d’or20 ne suffisent pas à satisfaire le besoin de distinction des Algéroises les plus aisées qui choisissent alors d’allonger la ghlila non décolletée jusqu’aux chevilles. Le caftan (koftane) d’Alger dérive ainsi de l’ancienne veste à bords droits. La ghlila décolletée à la levantine se cantonne dès lors au rôle de vêtement quotidien, tandis que le caftan s’impose comme la pièce maîtresse du costume de cérémonie. Au XVIIIe siècle, le déclin politique et économique du Royaume d’Alger reste sans conséquences sur les codes de l’apparence de l’élite locale qui révèlent, au contraire, une recherche accrue de luxe et de raffinement. En 1789, le diplomate Venture de Paradis observe les attitudes vestimentaires des Algéroises : « La magnificence de la parure est de mettre quatre ou cinq caftans l’un sur l’autre, de sorte que, sans exagération, on peut dire qu’une femme a sur elle plus de soixante livres pesants de hardes ou de joyaux… Lorsqu’elles vont en fête, elles mettent trois ou quatre caftans dorés et descendant jusqu’à la cheville les uns sur les autres ce qui, avec leurs autres ajustements et dorures, peut peser au-delà de cinquante à soixante livres. Ces caftans en velours, satin ou autres étoffes de soie sont brodés en fil d’or ou d’argent sur les épaules, sur les devants, et ils ont jusqu’à la ceinture de gros boutons en fil d’or ou d’argent des deux côtés ; ils viennent se lier sur le ventre par deux boutons seulement »21.

  • 22 La ghlila du début du XIXe siècle a été immortalisée par Eugène Delacroix dans le célèbre tableau F (...)
  • 23 À cette époque, les soieries d’importation proviennent essentiellement de Lyon.

20Au début du XIXe siècle, les Algéroises portent une ghlila décolletée, munie de minuscules manches, pendant la saison chaude. Cette veste qui s’arrête à la hauteur des hanches se ferme par un unique bouton situé au niveau de la poitrine, dans le prolongement de la courbe du décolleté22. Elle permet aux femmes de découvrir leurs bras en relevant les larges manches de la chemise pour les attacher dans le dos. En hiver, elle est remplacée par une variante pourvue de manches longues, de coupe identique : la ghlila djabadouli. Les manches de la veste peuvent être repliées vers le haut du fait de la présence, le long de l’avant-bras, d’une fente soulignée de passements, de broderies et de boutons de nacre. Ces deux formes de vestes sont coupées dans des velours, des brocarts et des soies damassées de production locale ou d’importation23. La partie inférieure du costume comporte un pantalon court ou serouel qui s’arrête sous les genoux, habituellement coupé dans du satin de soie, assorti d’un pagne rayé et soyeux d’origine berbère, appelé fouta, qui s’attache autour des hanches. Le costume de sortie conserve l’ancien voile blanc retenu par deux fibules, hérité de l’Antiquité. Une haute coiffe métallique, appelée serma, le propulse vers le haut, le distinguant ainsi des autres voiles nord-africains et méditerranéens.

21À la veille du débarquement des troupes françaises à Alger en 1830, la garde-robe féminine se complète de caftans, mais aussi de corselets ou frimla de petite taille profondément décolletés. Cette riche panoplie de vêtements ouverts devant va considérablement s’étioler en l’espace d’un demi-siècle. Le départ précipité de l’élite algéroise vers différentes villes de Méditerranée – de Tanger à Damas, en passant par Tunis, Alexandrie, mais aussi Naples et Livourne où le dernier régent de l’époque ottomane s’exile avec sa famille en 1830 – suivi dès la première année de l’occupation d’Alger par l’armée française de l’exil d’un tiers de la population locale, inaugure une nouvelle page de l’histoire du costume. Vidée de son élite et de sa bourgeoisie commerçante, la ville assiste à la mutation rapide des codes de l’apparence. Entre 1830 et 1870, la métamorphose des structures politiques, économiques et sociales se traduit par un paysage vestimentaire bipolaire où se juxtaposent deux registres distincts : celui, nettement appauvri, de la population locale et celui de la population européenne, installée à Alger dans le cadre du processus de colonisation qui s’accélère à partir des années 40 du XIXe siècle. Le bouleversement du cadre urbain s’illustre par la disparition du caftan, des coiffes et des bijoux les plus luxueux, puis par la raréfaction des vêtements qui utilisent des soieries et des broderies au fil d’or, notamment la ghlila et la ghlila djabadouli, désormais réservées aux costumes de cérémonie.

22Suite à la guerre franco-allemande, la chute de l’Empire en 1870 provoque l’intensification de la colonisation de l’Algérie. En dépit de l’affaissement du niveau de vie de la population autochtone, la capitale assiste à l’apparition d’un nouveau processus d’hybridation des modes féminines, phénomène unique à l’échelle des villes de la rive nord-africaine de Méditerranée. À partir du dernier quart du XIXe siècle, les codes du Paraître s’engagent dans une nouvelle phase de métissage qui se distingue des précédentes par les trois aspects suivants :

  • Pour la première fois, la classe populaire devient protagoniste de la transformation des objets de l’apparence, dans une ville privée de son élite et de sa bourgeoisie où continuent d’affluer des milliers de paysans démunis, chassés de leurs terres par les colons.

    • 24 Les colons qui s’installent en Algérie à partir du XIXe siècle sont d’abord Français, majoritaireme (...)

    L’hybridation des codes du Paraître est encouragée par l’arrivée de femmes européennes qui s’installent dans la ville avec leurs familles24 : malgré la séparation des deux populations, le contact avec les habitudes vestimentaires de ces femmes constitue un vecteur direct d’hybridation.

  • Le processus qui se met en place fonctionne à sens unique : la perméabilité aux codes de l’apparence de l’Autre se résume à des emprunts de la population dominée aux habitudes vestimentaires de la population dominante d’origine étrangère, sans circulation dans le sens inverse.

  • 25 L. Belkaïd, Belles Algériennes de Geiser. Costumes, parures et bijoux, Paris, Marval, 2001.

23L’innovation la plus marquante de cette époque reste le caraco algérois. Descendant direct de la ghlila djabadouli qu’il remplace à la fin du XIXe siècle, il subit l’influence de la casaque ajustée, terminée par des basques partant de la taille et complétée de manches longues souvent agrémentées de manchettes de dentelle, qui se répand en France sous le nom de casaquin, avant de réapparaître vers 1768 sous celui de caraco. La proportion importante de colons originaires du sud de la France dont les costumes populaires conservent un corsage à manches, appelé caraco, pourrait aussi contribuer à expliquer le changement d’appellation de la veste des Algéroises. La structure du caraco d’Alger résulte de l’emprunt de techniques de coupe spécifiques aux modèles de l’Europe occidentale : des pièces étroites, courbées de manière à adhérer aux formes du corps au niveau de la taille et de la poitrine, se substituent aux pans géométriques qui composaient les anciennes variantes de ghlilas et de caftans (fig. 2). Cette transformation provoque l’élimination totale du profond décolleté de la ghlila et l’introduction d’une série de boutons le long de la devanture afin d’accoler le vêtement au buste. Seules persistent les manches munies de fentes latérales, parsemées de boutons de nacre et de broderies. Certains modèles algérois reprennent toutefois les manchettes du caraco européen. La disparition du décolleté entraîne également une nouvelle répartition des broderies et des applications décoratives sur la devanture du vêtement. La mutation de la ghlila djabadouli concerne autant sa dénomination que sa structure et son ornementation, sans oublier ses fonctions pratiques puisque le caraco se définit comme une composante onéreuse du costume de cérémonie25, à une époque où la soie damassée et le velours ne s’appliquent plus aux vêtements quotidiens (fig. 3 et 4).

Fig. 2 – Caraco ajusté, Alger, fin du XIXe — début du XXe siècle.

Fig. 2 – Caraco ajusté, Alger, fin du XIXe — début du XXe siècle.

Photographie de Jean Geiser, carte postale ancienne de la collection de l’auteur.

Fig. 3 et 4 – Caraco de face et de dos, Alger, début du XXe siècle.

Fig. 3 et 4 – Caraco de face et de dos, Alger, début du XXe siècle.

Collection personnelle et photographie de l’auteur.

  • 26 La population d’origine européenne constitue 60 % de la population totale d’Alger en 1950.
  • 27 L. Belkaïd, Costumes d’Algérie, Paris, éd. Du Layeur, 2003.

24L’apparition de vestes ajustées au corps constitue une nouveauté dans le paysage vestimentaire urbain du Maghreb. Elle souligne le degré élevé d’hybridation des codes de l’apparence des femmes autochtones de la ville nord-africaine où la population d’origine européenne reste la plus élevée26. Cette hybridation ne concerne pas seulement l’appellation, la forme, la coupe, l’ornementation ou le mode d’utilisation d’un vêtement particulier : elle signifie en premier lieu la modification inédite du rapport entre ce vêtement et le corps de la femme qui le porte. Le caraco algérois se raréfie au début du XXe siècle, alors que les deux guerres mondiales achèvent d’aggraver les conditions de vie de la population algérienne. Dès les années trente, cette veste de cérémonie n’utilise plus que du velours de couleur sombre, agrémenté de broderies qui s’allègent et se simplifient. Les manches du caraco abandonnent les derniers éléments hérités de son ancêtre, la ghlila djabadouli. Le caraco persiste pourtant tout au long de l’époque coloniale. Il se modernise au cours des années soixante du XXe siècle27, alors qu’Alger devient la capitale de l’Algérie indépendante. Aujourd’hui encore, il constitue la pièce centrale du costume traditionnel algérois que les femmes revêtent à l’occasion des fêtes.

25L’histoire du mezzaro et du caraco dévoile les processus de métissage qui ont longtemps stimulé l’évolution des codes du Paraître des sociétés méditerranéennes. À l’instar de la recherche effectuée autour de ces deux vêtements, l’analyse d’autres archétypes permettrait de dessiner les contours d’une histoire méditerranéenne du costume en retraçant les pérégrinations incessantes des costumes féminins et masculins à travers les emprunts effectués de part et d’autre de la mer, qu’il s’agisse d’objets de l’apparence issus de traditions rurales ou d’objets liés aux pratiques vestimentaires des populations urbaines.

Notes

1 F. Braudel, La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Paris, Flammarion, 1985, p. 23.

2 La moyenne de la période la plus froide de l’année se situe entre 9° au nord (Nice) et 13° au sud (Tripoli).

3 R. Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement. Quelques observations méthodologiques », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, III, 1975, p. 434-435.

4 R. Levi Pisetzky, Il Costume e la moda nella società italiana, Turin, Giulio Einaudi, 1978 et 1995.

5 G. Pistarino, « Genova e il Maghreb nel secolo XII », dans R. H. Rainero (dir.), Italia e Algeria. Aspetti storici di un’amicizia mediterranea, Milano, Marzorati, 1982.

6 R. M. Anderson, Hispanic Costume, 1480-1520, New York, The Hispanic Society of America, 1979.

7 A. De Beatis, « Itinerario di Monsignor il Cardinale De Aragona », cité par A. Chatsel dans Luigi d’Aragona un Cardinale del Rinascimento in viaggio per l’Europa, Bari, 1987.

8 C. Vecellio, Costumes anciens et modernes du monde entier, Paris, F. Didot, 1859 (éd. originale 1590).

9 Parmi ces gravures, celles du Cabinet des estampes de la BnF : les gravures de Greuze mentionnent « Génoise avec le mezzo rabattu vendant des fleurs » et « Bourgeoise de Gênes avec le mezzo sur la tête ».

10 C. G. Ratti, Descrizione delle pitture, scolture e archittetture ecc.... delle due Riviere dello Stato Ligure, Genova, 1780, p. 65-66. Traduit de l’italien par L. Belkaïd Neri.

11 Originaire de Glaris en Suisse, Giovanni Speich s’installe à Gênes en 1778. Son entreprise produit une ample variété de mezzari de qualité jusqu’en 1830, date de sa mort. Son beau-fils, Luigi Testori, fonde de son côté une entreprise d’impression d’indiennes en 1825 et poursuit la production de mezzari jusqu’en 1866.

12 Cf. l’exemplaire de mezzaro conservé au Victoria & Albert Museum de Londres.

13 Cf. M. Cataldi Gallo, « Indiane e mezzari a Genova », dans I Mezzari. Tra Oriente e Occidente, catalogue d’exposition, Gênes, Sagep Editrice, 1988, p. 41 : « Même le goût exprimé par le choix des motifs décoratifs reflète la dérivation des palampores indiens ; les éléments de goût oriental s’y retrouvent en effet associés à des éléments de goût typiquement occidental qui, au début de la production, apparaissent surtout sur les bords qui entourent la scène centrale ». Traduit de l’italien par L. Belkaïd Neri.

14 Notamment à Gênes, au Museo di Palazzo Rosso (Deposito Tessuti).

15 Pezzotto : de pezze, pièces de tissu.

16 Odjâq : milice.

17 Texte espagnol écrit à la fin du XVIe siècle et imprimé en 1612 par un abbé espagnol qui aurait récolté les récits d’anciens captifs sans s’être lui-même rendu à Alger selon certains auteurs ou qui y aurait séjourné entre 1578 et 1581 selon d’autres auteurs : D. Haëdo, Topografia e historia de Argel, Valladolid, 1612, trad. française de Berbrugger et Monnereau, dans Revue africaine, 1870-1871.

18 F. Braudel, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1990, t. 2, p. 643.

19 Ghlila : dérivé algérois du nom arabe ghilala.

20 L. Belkaïd, Algéroises. Histoire d’un costume méditerranéen, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, « Broderies et passementeries ».

21 Venture de Paradis, Tunis et Alger au XVIIIe siècle, Paris, Sindbad, 1983, p. 140-141.

22 La ghlila du début du XIXe siècle a été immortalisée par Eugène Delacroix dans le célèbre tableau Femmes d’Alger dans leur appartement, 1834, Musée de Louvre, Paris. Cf. L. Belkaïd, « Parisiennes habillées en Algériennes », dans De Delacroix à Renoir. L’Algérie des peintres, catalogue d’exposition de l’Institut du Monde Arabe, Paris, Hazan, 2003.

23 À cette époque, les soieries d’importation proviennent essentiellement de Lyon.

24 Les colons qui s’installent en Algérie à partir du XIXe siècle sont d’abord Français, majoritairement originaires d’Alsace et du sud de la France : Pyrénées-Orientales, Hautes-Alpes, Drôme, Gard, sans oublier la Corse. Les autres colons proviennent essentiellement d’Espagne, d’Italie et de Malte.

25 L. Belkaïd, Belles Algériennes de Geiser. Costumes, parures et bijoux, Paris, Marval, 2001.

26 La population d’origine européenne constitue 60 % de la population totale d’Alger en 1950.

27 L. Belkaïd, Costumes d’Algérie, Paris, éd. Du Layeur, 2003.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le mezzaro raccourci des villageoises toscanes, début du XIXe siècle.
Crédits Titre original : « Costumes de paysans au marché dans les environs de Livourne », XIXe siècle, collection de l’auteur
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 2 – Caraco ajusté, Alger, fin du XIXe — début du XXe siècle.
Crédits Photographie de Jean Geiser, carte postale ancienne de la collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3 et 4 – Caraco de face et de dos, Alger, début du XXe siècle.
Crédits Collection personnelle et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

Auteur

Responsable de la filière Mode et Design Bijou de la Haute École d’Arts Appliqués de Genève (Geneva University of Design), Leyla Belkaïd Neri enseigne la théorie du projet appliquée au design de mode depuis 2004. Elle est co-directrice du module dédié à la Haute couture et au Prêt-à-porter de luxe du programme de formation continue intitulé « Créations de luxe & Métiers de l’art » de la Faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Genève. Parmi ses principales publications, Algéroises, Histoire d’un costume méditerranéen (Éditions Édisud, Aix-en-Provence, 1998), Belles Algériennes de Geiser. Costumes, parures et bijoux (Éditions Marval, Paris, 2001) et Costumes d’Algérie (Éditions du Layeur, Paris, 2003). Elle a également conçu et dirigé l’ouvrage Access to Accessory (Haute École d’Arts Appliqués de Genève, 2005) suivi de Corpus-Luxus en 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search