Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Échanges

Le Brabant en Savoie

Marché textile et culture vestimentaire internationale autour de 1300

Gil Bartholeyns

Texte intégral

  • 1 L’article décisif sur le marché du drap brabançon est celui de R.-H. Bautier, « La place de la drap (...)

1Les textiles du Brabant habillent toutes les cours princières d’Europe dès le premier tiers du XIVe siècle. De l’Aragon à la Scandinavie, on les retrouve sur le dos des princes et des élites. En matière de luxe vestimentaire, ils sont ce que la draperie flamande est au XIIIe siècle et ce que les draps anglais, normands et italiens sont au XVe1. Le drap de laine brabançon est donc un élément important de la culture vestimentaire de ce temps, en tant que matière première des grandes garde-robes européennes. Or cette détermination internationale qui s’étend sur plusieurs générations ne s’est pas faite en un jour : elle est le résultat conjoint de nombreux marchés d’exportation, pour ne pas dire d’un réseau complexe et fluctuant d’échanges commerciaux soutenus ; et la présence internationale de draps brabançons n’ira jamais de soi. Parmi ces marchés qui relient les apparences vestimentaires de l’aristocratie européenne au Brabant, il y a le marché savoyard.

2Quels facteurs ont permis de porter du drap brabançon en Savoie ? Répondre à cette question nécessite de reconstituer le marché dans son épaisseur économique, mais aussi politique, culturelle et sociale, à la fois du côté de l’offre, c’est-à-dire des conditions de productions, et du côté de la demande, c’est-à-dire des motivations de la consommation, sans oublier les supports et les moyens du marché, tels que les réseaux sociaux et financiers préexistants ou mis en place.

3Chaque marché offre bien entendu des conditions particulières, et la Savoie s’est révélée un marché où ce n’est pas seulement le drap brabançon qui arrive dans la région, mais aussi des manières et des techniques propres au Nord. Dès lors, la cour savoyarde et la Savoie sont d’assez bons objets pour comprendre comment un modèle culturel peut s’exporter et s’imposer durablement. C’est le processus et ce sont les dessous de cette histoire que je présente ici.

  • 2 Je m’autorise d’un long essai avec D. Kusman (« Dans de beaux draps de Bruxelles à Chambéry. Les ex (...)
  • 3 Archivio di Stato di Torino, Sezione Riunite, trésorerie générale Inventario 16, foglio 1, comptes (...)

4Ils font écho à un travail de longue haleine mené avec David Kusman, historien de l’économie et des finances médiévales à l’Université Libre de Bruxelles2. La documentation inédite dont nous nous sommes servis, outre les sources politiques et économiques, est la comptabilité de la maison de Savoie qui se trouve aux Archives de l’État à Turin3. Cette comptabilité est précieuse parce qu’elle présente des séries continues, assez précoces pour l’époque. Ce qui permet d’établir des statistiques et des calculs précis. Si les rouleaux et les registres comptables des hôtels du comte et de la comtesse de Savoie (1269-) et de la recette générale (1297-) constituent la source principale de cette enquête, c’est parce que les informations que l’on trouve dans les comptabilités anciennes sont exceptionnellement riches et diversifiées. On y rencontre des indications massives sur les achats effectués, dont la nature du drap, sa provenance, sa quantité, son prix, le but de l’achat (réaliser tel vêtement) et l’occasion de la dépense, son destinataire, le lieu de l’achat et le fournisseur, le genre de paiement effectué, les opérations de finition à prévoir, etc., tout cela de manière bien datée.

Fig. 1 – Alliances simplifiées. Plantagenêt/Capétien - Brabant/Savoie, fin XIIIe-début XIVe siècle.

Fig. 1 – Alliances simplifiées. Plantagenêt/Capétien - Brabant/Savoie, fin XIIIe-début XIVe siècle.

© G. Bartholeyns.

Une communauté d’intérêts

  • 4 Il y avait en outre une dépendance financière du duc de Brabant vis-à-vis du comte de Savoie pour d (...)

5Au point de départ des exportations des draps brabançons en Savoie, autrement dit à l’origine des vêtements savoyards coupés dans du drap du Brabant, on peut placer le « mimétisme politique » du Brabant et de la Savoie, deux principautés pourtant géographiquement fort éloignées. En tant que princes d’Empire, le comte de Savoie (alors Amédée V, 1285-1323) et le duc de Brabant (alors Jean II, 1294-1312) étaient relativement préservés de l’influence des rois de France (alors Philippe le Bel, 1285-1314). C’est ainsi que dans les années 1290 ils entrent tous les deux dans une coalition à grande échelle réalisée par le roi d’Angleterre Édouard Ier (1272-1307) contre Philippe le Bel. De la même façon, en 1303-1304, le comte et le duc quittent simultanément le camp anglais pour entrer dans la vassalité du Capétien (fig. 1). De ces épisodes on retiendra que le synchronisme politique de Jean II et Amédée V offre à plusieurs reprises des opportunités de sociabilité et de négociation entre les deux princes ou leurs agents4. La cour du comte de Savoie est alors très itinérante et c’est durant ses déplacements qu’on enregistre les premiers achats épisodiques de textiles brabançons, comme en 1296 lors de pourparlers politiques à Cambrai, ou en 1298 lors de la campagne flamande d’Édouard Ier.

Fig. 2 – Axe commercial Brabant-Savoie, XIVe siècle (carte).

Fig. 2 – Axe commercial Brabant-Savoie, XIVe siècle (carte).

© G. Bartholeyns.

6La réciprocité des intérêts fut aussi d’emblée économique. En cette fin de XIIIe siècle la conjoncture est favorable au Brabant. Il devient possible à la draperie brabançonne de concurrencer l’industrie textile des villes flamandes (Bruges, Gant, Lille, Ypres…) qui est soumise depuis 1294-1296 à un embargo sur les laines anglaises, irremplaçables en raison de leur qualité ; tandis que les villes brabançonnes (Bruxelles, Louvain, Malines, Diest…) bénéficient de la fixation à Anvers du droit d’étape des laines en provenance d’Angleterre. Le marché savoyard se présente pour le duc Jean II comme une opportunité à saisir, après l’ouverture du marché anglais dans le dernier quart du XIIIe siècle et du marché français vers 1290. Mais la Savoie n’est pas seulement un marché de consommation régionale, c’est aussi une passerelle vers l’espace méditerranéen : le comte de Savoie contrôlait les principales voies commerciales de passage (col du Mont-Cenis, Mont-Genève…) vers les marchés italiens (Toscane, Piémont, Lombardie…). Dans ces conditions le comte était naturellement intéressé par les fournitures brabançonnes de plus en plus prisées, non seulement pour sa cour et son entourage, mais aussi pour le bénéfice que représentait l’augmentation du volume de passage de draps dits de France aux différents péages. En 1295 et en 1300, Amédée V a même dynamisé le flux commercial via ses terres en abaissant fortement les taxes de passage des « draps de France » (fig. 2).

  • 5 Le caractère presque clandestin de ce mariage montre toute l’importance stratégique d’une telle all (...)
  • 6 D. Promis, Chroniques de Savoye, dans M.H.P., Scriptorum, t. 1, Turin, 1840, coll. 199-200. Cabaret (...)

7À la symbiose politique et économique de ces deux princes-entrepreneurs, il faut ajouter l’élément essentiel que constitue le mariage du comte Amédée V avec Marie de Brabant, la sœur du duc5. Ce « marché matrimonial » – pour reprendre l’expression de Georges Duby illustrant la fonction de l’exogamie de la haute société de ce temps – eut des conséquences multiples dont la première est d’avoir pérennisé les rapports établis entre les deux États et par conséquent les valeurs économiques et culturelles qu’incarnait le luxe brabançon. Cette alliance (fig. 1) induisait probablement des statuts préférentiels, mais cela était la moindre des conséquences. Car, grâce à ce mariage, c’est la culture brabançonne qui entre de plain-pied en Savoie. Il fut conclu par procuration à Louvain et la cérémonie officielle eut lieu en 1298 à Chambéry. Le chroniqueur Cabaret relate que le mariage à Chambéry fut célébré « à la brabançonne » et que les barons brabançons accompagnant Marie et sa suite se livrèrent à une démonstration d’apparat et à des prouesses qui firent sensation6. La brabancophilie des Savoyards, par la suite si patente, s’est sans doute cristallisée à la faveur de ce genre d’événements, véritable moment de promotion et de diffusion du luxe brabançon et des façons du Nord auprès des seigneurs locaux et des milieux aisés présents.

8L’effet de ce mariage se fit rapidement sentir. Dès 1298-1299, ce n’est plus le comte qui profite d’un séjour politique pour procéder à des achats ponctuels, mais un certain volume de draps qui est rapporté de Bruxelles vers la Savoie. Puis, en 1301 et après cette date, ce sont des exportations en bonne et due forme qui fournissent les hôtels du comte et de la comtesse, ainsi que le montre la série croissante des approvisionnements pour le premier tiers du XIIIe siècle, qu’ils soient exprimés en mentions ou en volume.

Les moyens financiers du marché

  • 7 D. Kusman, spécialiste de ces questions, a consacré sa thèse de doctorat à la haute finance en Brab (...)

9Avant d’aborder l’impact des goûts acquis et des habitudes vestimentaires des principaux protagonistes, il faut dire un mot sur les moyens propres de ce marché ainsi que sur l’organisation du marché lui-même. Si des draps brabançons inondent le marché savoyard dès la première décennie du XIVe siècle, c’est notamment grâce aux circuits financiers de grande ampleur qui préexistaient ou qui se mirent en place à cette époque entre les deux États pour des raisons matrimoniales ou politiques (comme le paiement de la dot, ou encore les versements à effectuer par Jean II pour Amédée V concernant la levée de troupes pour le roi d’Angleterre), des raisons qui ne sont donc pas liées au commerce textile. C’est en somme le monde de la haute finance qui supporte le marché et rend possible une partie des achats, notamment parce que les achats de fournitures d’hôtel se font presque toujours à crédit. La soudure capable de créditer l’échange Brabant-Savoie était d’ores et déjà assurée par l’implantation dense, en Brabant comme en Savoie, mais aussi à Paris, de prêteurs et changeurs italiens. Ainsi, par exemple, les dépenses de l’hôtel de Marie de Brabant lors de son voyage en 1304 dans ses terres natales furent entièrement couvertes par un piémontais de la famille Alferi7.

10Quant à l’organisation du marché, c’est-à-dire son infrastructure et son fonctionnement, elle est évidemment importante car elle représente la possibilité même de l’approvisionnement de l’hôtel en étoffes brabançonnes. C’est une poignée de marchands financiers savoyards qui fournissent en grande majorité la cour en résidence ; ils achètent à des marchands drapiers aux foires et autres places de vente, comme Paris. L’exemple le plus frappant de la dépendance contextuelle de ce régime d’approvisionnement est sans doute l’épisode des révoltes brabançonnes qui paralysèrent un temps les affaires des patrons drapiers. En 1303-1304, on ne dut l’approvisionnement de la cour qu’aux fournisseurs lucquois de la famille Bellardi qui achetaient directement au producteur ou à des marchands grossistes. Un autre épisode significatif est la chute de la demande en draps camelins en 1333-1334, suite au blocus du Brabant. C’est ce genre de difficultés qu’évitait par exemple le système pontifical avignonnais, adepte du private market, consistant à se rendre soi-même sur les lieux de production, plutôt que sur les places de vente intermédiaires. En revanche, parmi les éléments qui ont favorisé l’approvisionnement, il y a l’acquisition par le comte d’un hôtel à Paris, près de la porte Saint-Marcel, et la fréquence des voyages de la cour dans les régions productrices. On retiendra que la densité réelle du réseau marchand savoyard et sa relative diversité structurelle ont été déterminantes dans l’approvisionnement de la cour.

La construction du goût et l’» accord » entre l’offre et la demande

  • 8 Édouard naît en 1284 et est comte de 1323 à 1329. Aymon, né en 1291, succède à son frère en 1329 et (...)

11D’après ce qui a été dit des relations politiques du comté de Savoie avec les États du Nord, on conçoit aisément qu’Amédée V, mais aussi ses fils et successeurs Édouard et Aymon8, étaient plus imprégnés par la culture nord européenne que par la culture impériale ou cisalpine. Le terrain de l’influence brabançonne était en effet préparé par les antécédents biographiques des Savoyards. Amédée, encore jeune chevalier, avait appartenu à l’entourage du roi d’Angleterre Édouard Ier, recevant de lui de multiples responsabilités administratives au cœur des terres royales depuis au moins 1278, et il séjourne longtemps à la cour Plantagenêt où les produits de luxe brabançons font leur apparition très tôt. Différentes personnalités savoyardes sont aussi des parents ou des fidèles du roi d’Angleterre, parmi lesquelles le frère d’Amédée, Louis Ier de Savoie, seigneur de Vaud, qui comme Amédée est ambassadeur du roi anglais, ou encore le seigneur vaudois Othon de Grandson. Une fois comte, Amédée, on l’a dit, voyage beaucoup et, durant de longues périodes, presque exclusivement dans le Nord : à Londres, à Paris et dans les principautés voisines pour ses affaires diplomatiques et militaires (ce n’est que dans la deuxième moitié de son règne qu’il est entraîné plus souvent au sud de ses terres). En 1308, les Savoie font aussi l’acquisition du domaine de Gentilly. Édouard, le fils aîné d’Amédée, participe à la bataille de Mons-en-Pévèle (18 août 1304), tandis que son jeune frère réside à Paris et en Angleterre depuis 1299 au moins. Quant aux enfants issus du couple Amédée-Marie, ils reçoivent dès 1305 une éducation parisienne.

12C’est assez d’éléments pour considérer que le vêtement des princes savoyards, accoutumés aux garde-robes et aux goûts vestimentaires du Nord-Ouest de l’Europe, et les apparences de la cour de Savoie en général, manifestaient quelque unité avec le luxe et l’esthétique septentrionale. Il est fort probable que les membres éminents de la maison de Savoie nourrissaient une affection particulière pour les étoffes brabançonnes, dont ils avaient une connaissance intime et qui étaient en pleine phase de reconnaissance internationale. Par rapport au passé des protagonistes, il faut aussi compter avec l’inertie des habitudes vestimentaires dont on connaît plusieurs cas fameux de « traditionalisme » personnel, comme chez saint Louis ou Charles VI.

13Tout ceci vaut plus encore pour Marie de Brabant, évidemment rompue aux manières de son pays d’origine. Lorsque qu’elle arrive en Savoie, à 21 ans, elle apporte sa garde-robe et sa toilette qu’elle voudra logiquement renouveler au cours du temps. Mais ce n’est pas tout. Elle n’est pas livrée telle quelle aux montagnards : elle vient avec ses gens. Parmi eux, on compte les barons d’escortes, qui ne resteront en Savoie que quelque temps, et une poignée de fidèles qui seront à son service durant de nombreuses années, dont des serviteurs, camériers et palefreniers, sa demoiselle Charlotte et, le plus important, son tailleur-retondeur attitré, Colin de Brabant, ainsi que son « apparatrice » Berthe. Colin est à son service pendant 25 ans et c’est sans doute aussi son maître d’hôtel. En un mot, la science brabançonne en matière d’habillement s’exporte. D’une part, toute une série de personnes dans l’entourage seigneurial et à la cour, notamment les filles du comte et le comte lui-même, vont bénéficier des compétences techniques du Brabançon pour l’apprêt ultime des draps achetés et pour la coupe des vêtements. D’autre part, Colin a pu transmettre son savoir-faire à ses collègues, au sein de l’atelier comtal, et à des tailleurs locaux.

  • 9 L’histoire culturelle des relations Brabant-Savoie au début du XIVe siècle s’accorde parfaitement, (...)

14L’influence brabançonne s’exerce donc à plein autour des années 1300-1320. Et Marie est influente. Durant ses années de règne, il y eut sans doute en Savoie un petit Brabant. L’hôtel de Marie était plus qu’honorable, si on compare son effectif avec celui de l’hôtel particulier d’une grande princesse ou d’une reine. Le rayonnement personnel de Marie ne pouvait être négligeable puisqu’elle dirigea une sorte de gouvernement en l’absence de son époux. Dans ces circonstances, en véritable femme d’État, elle reçut à plusieurs reprises des attributions diplomatiques et militaires. Conforme au modèle chrétien du pouvoir féminin par ses activités de régente, de médiatrice et de pacificatrice, Marie confirme pendant toutes ces années l’étendue de son influence au sein de la maison de Savoie, sans compter les prérogatives qui lui revenaient d’organiser la vie de cour et l’éducation des enfants et qui la plaçaient au cœur de la sociabilité matérielle de son pays. Par leur personnalité et par leur présence, la comtesse et son hôtel d’importation eurent de toute évidence un poids certain sur les « mœurs » des élites savoyardes. La chute du volume des importations de textile brabançon à la cour, constatée entre 1323 et 1325, pourrait d’ailleurs être liée à l’effacement de Marie (le comte meurt en 1323) et à celui de son hôtel, c’est-à-dire à la disparition d’un réseau social dont l’intrication avec les marchés internationaux des étoffes de luxe faisait toute la force9.

 

15On est allé du jeu des grandes alliances au travail individuel du tailleur brabançon pour montrer la diversité des échelles où s’est jouée en matière d’habillement la formation d’une référence culturelle brabançonne en Savoie. De la même manière, il faut faire glisser la loupe du côté opposé, là où se fait, fil après fil, chaque pièce de drap destinée à l’exportation. Car entre l’offre et la demande de draps semble s’instaurer un « dialogue » qui a compté dans la présence des produits du Brabant en Savoie, en termes de quantité et de nature. La cour savoyarde est une cour de moyenne importance, en nombre comme en moyens, par rapport à la cour pontificale ou aux cours royales. On constate que la demande en draps de luxe à la cour de Savoie comprend une part importante de draps de qualité moyenne ou bonne, et une part assez limitée de draps les plus luxueux (la demande type des plus grandes cours serait plutôt proportionnellement « inverse »). Or les tensions sociales qui agitent le duché de Brabant en 1302-1304 eurent peut-être pour conséquence la promotion d’une gamme textile intermédiaire, pour la raison suivante semble-t-il : la fraction du salaire réservé aux compagnons foulons par rapport à la fraction réservée aux maîtres était d’autant plus importante que la finition des draps était moindre (sachant qu’il s’agit toujours à ce moment-là en Brabant d’étoffes de qualité). En d’autres termes, la rémunération des écarlates, les pièces les plus précieuses du marché, était au désavantage des ouvriers et à l’avantage des maîtres à cause de leur apprêt élaboré. C’est donc la rencontre de deux « demandes », l’une en amont, l’autre en aval, qui trouve à s’accomplir. L’accord conjoncturel entre les conditions de production, induisant la présence d’un type de produit sur le marché, et les besoins de consommation de la cour assura le succès de ces draps, comme en témoigne la comptabilité savoyarde. En somme, la demande-type des cours régionales aurait été en quelque sorte inopinément comblée par la mise en place d’une production de draps de qualité moyenne pour satisfaire des revendications sociales (salariales) brûlantes.

Cours régionales, marchés d’innovation

16L’impact précis de tous ces facteurs est difficilement mesurable. Du drap brabançon aurait été porté de toute manière par les membres de la cour de Savoie et en Savoie, dans la mesure où il est le drap de prestige du moment. Ce qu’il y a de remarquable, toutefois, c’est la précocité du marché savoyard par rapport à d’autres régions équidistantes du Brabant ou même beaucoup plus proches, et notamment Paris. Ce qui est aussi remarquable, c’est que la diffusion de ce produit de luxe en Savoie s’est accompagnée de la diffusion de l’art de vivre propre aux élites des régions du Nord. Tout indique la construction d’un modèle culturel, au départ étranger et bientôt assimilé localement, avec le trafic croissant du textile brabançon, dont le comté de Savoie fut un promoteur de premier plan dans l’axe nord-sud. C’est clairement le chaînage d’une série d’incitants qui a établi un lien durable entre le Brabant et la maison de Savoie. Un lien qui a transformé, à son échelle, la culture vestimentaire des Alpes et, au-delà, celle des villes d’Italie, comme le drap flamand l’avait fait un siècle auparavant par d’autres voies.

  • 10 L. Douët d’Arcq, Comptes de l’argenterie des rois de France au XIVe siècle, Paris, J. Renouard et C (...)

17La cour savoyarde et sa région ont valeur de modèle à un double titre. Premièrement, comme cour de moyenne importance très bien documentée, elle est susceptible d’éclairer les modèles de demande d’autres cours régionales comparables, en fait, de la majorité des cours ; alors que jusqu’à présent c’est surtout par les grandes cours – française, anglaise, pontificale – que les historiens interrogent la diffusion des articles de luxe. Ils en déduisent de fait un modèle dominant. Or il faut dire que ce fut par l’intermédiaire de cours régionales ou secondaires, celle d’Anjou ou celle d’Artois (1298), que des draps bruxellois débarquent pour la première fois sur le marché parisien (des draps commandés par le comte d’Anjou avaient été saisis par erreur et vendus finalement sur le marché parisien…). Les Savoyards se montrent également précoces alors qu’ils sont beaucoup plus éloignés du Brabant que ne l’est la cour française : pour l’année 1317, il y a (dans une des premières pièces comptables disponibles) une seule mention de deux draps de Louvain pour l’hôtel royal10.

  • 11 La session du colloque de 2006 consacrée aux espaces du paraître a montré à maintes reprises la pré (...)
  • 12 M. Granovetter, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, 1973, (...)

18Deuxièmement, plus que la position de la cour royale française ou anglaise, celle de la cour de Savoie, véritable carrefour des influences culturelles entre le Nord, la Méditerranée et l’Empire, en fait un observatoire privilégié des goûts et des changements vestimentaires internationaux. J’insiste sur ce point pour inciter à relativiser et à questionner plus avant le modèle diffusionniste, modèle par excellence de l’historien de la « mode », qui consiste à considérer les grands pôles sociaux, dans le cas présent les grandes cours, comme des leaders en matière de luxe et de goût, et les cours secondaires comme des suiveurs11. La reconstitution des marchés d’exportations laisse penser que les petits États princiers ont pu jouer le rôle de marché d’essai ou de relais. Pour cette raison, ils seraient à bien des égards des lieux d’innovation internationale. On pourrait leur appliquer la formule de Mark Granovetter en sociologue économiste : c’est « la force des liens faibles »12.

  • 13 Cette perspective est encore sous-estimée. De la même manière, l’analyse de la production textile s (...)

19La présentation que je viens de faire de ce problème se démarque aussi de certaines habitudes descriptives, ou l’amplifie des tendances que l’on estime aujourd’hui essentielles pour comprendre l’acculturation matérielle, la diffusion des biens culturels et la causalité « non économique » des marchés de consommation. Il s’agit, pour la période médiévale, de l’attention portée aux réseaux sociaux et aux parcours biographiques, deux paramètres que l’économisme et, à sa suite, l’histoire économique ont souvent négligés. Il s’agit aussi d’intégrer, en retour, dans l’histoire des goûts et des formes vestimentaires, l’histoire multidimensionnelle des marchés13.

  • 14 L’aune de Chambéry est estimée à 142 cm.

20Le drap brabançon a été exclusivement évoqué. Mais il y a bien d’autres textiles à la cour de Savoie, comme on le voit pour les termes comptables de l’année 1310-1311 avec, dans un ordre croissant relatif des espèces exprimées en aunes14 : du samit, du velours, du parti de Douai, du vert, de la serge, du brussequin, de l’eschaquart, de la futaine, du vert rayé, du camelin rouge, du camelin de Bruxelles, de l’écarlate paonnacée (jusqu’à 1 % pour toutes ces espèces), du vert d’Ypres, du pers de Douai, du camelin de Malines, du cendal, de la toile de Reims, du drap d’or (jusqu’à 6 % pour ces espèces), du camelin, du rayé, de la toile, du clair et du pers (toutes supérieures à 6 %). Cela signifie que si nous voulons saisir tous les éléments qui, localement, à un moment donné, conditionnent la base matérielle des apparences vestimentaires, ce qu’on a fait pour le drap brabançon, il faudrait le faire pour toutes les autres espèces de fournitures présentes. Autrement dit, faire leur histoire en tant qu’histoire locale des influences et des apports extérieurs. Je voudrais, pour conclure, recadrer plus largement cette question.

*

  • 15 J’aborde ces questions dans « L’enjeu du vêtement au Moyen Âge. De l’anthropologie ordinaire à la r (...)

21Le dossier précis qui vient d’être traité peut s’inscrire dans le problème général du conditionnement historique et géographique des matières premières du vêtement médiéval. Ce conditionnement est un facteur permanent dans le processus de changement des apparences vestimentaires. Par conséquent il est à replacer dans la discussion fondamentale – mais trop peu menée actuellement – sur les causes du changement de la culture vestimentaire en Occident : il est à replacer à côté d’autre grands facteurs génériques, tels que l’emprunt étranger, l’innovation individuelle, l’ordre social ou les valeurs. Chacun de ces facteurs, et je donne tout de suite des exemples, forme un tout synchronique au sens où chacun d’eux travaille en même temps le fait vestimentaire dans son ensemble. Il s’agit alors de reconstituer ce complexe transformateur, à une période donnée, ou même dans son évolution. Mais l’on peut parfois identifier une cause plus « déterminante » que les autres, voire « dominante », à un moment donné, comme phénomène à part, c’est-à-dire un facteur sans lequel le système vestimentaire et son évolution ne peuvent se comprendre. Ainsi, aux IIIe-IVe siècles de notre ère, l’obligation chrétienne, inédite, de se constituer comme sujet moral de ses apparences a représenté un bouleversement dans l’histoire « culturelle » du vêtement. Au XIIe siècle, le luxe oriental a révolutionné les vestiaires et l’esthétique de cour dans toute l’Europe. Au XVIe siècle, l’effort de remoralisation entrepris par les Réformes eut des conséquences notables sur la perception du vêtement et sur les goûts, comme en eut aussi, au XIXe siècle, l’austérité bourgeoise. Pour la période qui nous occupe, les XIIIe et XIVe siècles, le drap brabançon, au niveau global où je me situe maintenant, n’est qu’un bien de luxe de ce moment, où c’est la dynamique sociale des élites urbaines et aristocratiques qui fut le moteur de la transformation du dispositif vestimentaire. Mais c’est une autre histoire15.

Notes

1 L’article décisif sur le marché du drap brabançon est celui de R.-H. Bautier, « La place de la draperie brabançonne et plus particulièrement bruxelloise dans l’industrie textile du Moyen Âge », Annales de la Société Royale d’Archéologie de Bruxelles, 51, 1966, p. 31-63. À compléter avec R. Van Uytven, « La draperie brabançonne et malinoise du XIIe au XVIIe siècle : grandeur éphémère et décadence », dans Produzione, commercio e consumo dei panni di lana nei secoli XII-XVIII, Instituto internazionale di storia economica F. Datini, Prato, Atti della seconda settimana di studio, 10-16 aprile 1970, éd. par M. Spallanzani, Florence, 1976, p. 85-97, article repris dans R. Van Uytven, Production and Consumption in the Low Countries, 13th-16th Century, Aldershot, Ashgate (Variorum collected studies series, 714), 2001. Pour la « roue de la fortune » des productions drapières médiévales, voir en dernier lieu la « synthèse » de J. H. Munro, « Medieval woollens : textiles, textile technology and industrial organisation, c. 800-1500 » et « Medieval woollens : the Western European woollen industries and their struggles for international markets, c. 1000-1500 », dans The Cambridge History of Western Textiles, éd. par D. Jenkins, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 181-324, avec renvoi à la bibliographie, p. 378-386.

2 Je m’autorise d’un long essai avec D. Kusman (« Dans de beaux draps de Bruxelles à Chambéry. Les exportations textiles du duché de Brabant vers le comté de Savoie, 1298-1333 : économie, politique et culture vestimentaire », prévu pour Le Moyen Âge en deux parties) pour limiter l’apparat critique de cette contribution et je renvoie pour le détail de certains points à l’article très complet déjà paru de ce dernier : « Mariage et réseaux financiers internationaux à la fin du XIIIe siècle. La pesanteur des alliances féodales face à la déloyauté des marchés », Francia, vol. 32, no 1, 2005, p. 121-156. Une partie de la matière du présent article résulte de notre collaboration, mais je garde l’entière responsabilité de la perspective développée ici. Je profite de cette note introductive pour remercier doublement Isabelle Paresys pour le soin éditorial qu’elle a apporté à ce texte et pour son invitation à présenter cette étude au colloque Paraître et apparences dans une perspective spatiale, en septembre 2006.

3 Archivio di Stato di Torino, Sezione Riunite, trésorerie générale Inventario 16, foglio 1, comptes en rouleau no 1-10 (1297-1335), et les comptes de l’hôtel des comtes et comtesses de Savoie, comptes de voyage, Inventario 38, foglio 1, mazzo 1, comptes en rouleau no 1-8 (1310-1330) ; Inventario 38, foglio 21, mazzo 2-3, comptes en rouleau no 9-23 (1291-1317), mazzo 4, comptes en rouleau no 24-34 (1318-1329), mazzo 5, comptes en rouleau no 35-39 (1327-1329) ; Inventario 38, foglio 46, mazzo 1-2, comptes en rouleau no 5-7 (1296-1299), mazzo 3, comptes en rouleau no 8-9 (1309-1316) et 10-12 (non datés) ; Inventario 39, foglio 1, mazzo 1-2, comptes en rouleau no 1-11 (1298-1334) ; Inventario 40, foglio 7, mazzo 1, comptes en rouleau no 1-4 (1298-1316).

4 Il y avait en outre une dépendance financière du duc de Brabant vis-à-vis du comte de Savoie pour des affaires militaires en cours.

5 Le caractère presque clandestin de ce mariage montre toute l’importance stratégique d’une telle alliance pour les deux partis : voir D. Kusman, art. cit. note 2.

6 D. Promis, Chroniques de Savoye, dans M.H.P., Scriptorum, t. 1, Turin, 1840, coll. 199-200. Cabaret serait âgé de 25 ans en 1384 et la version éditée par Promis serait plutôt de la main du chroniqueur Servion.

7 D. Kusman, spécialiste de ces questions, a consacré sa thèse de doctorat à la haute finance en Brabant et à ses connexions internationales : Argent et pouvoir. Le rôle du crédit lombard dans la haute-finance en Brabant (XIIIe-XIVe siècle), Université Libre de Bruxelles, 2007.

8 Édouard naît en 1284 et est comte de 1323 à 1329. Aymon, né en 1291, succède à son frère en 1329 et règne jusqu’en 1343.

9 L’histoire culturelle des relations Brabant-Savoie au début du XIVe siècle s’accorde parfaitement, mutatis mutandis, aux modélisations proposées par M. Espagne et M. Werner dans « La construction d’une référence culturelle allemande en France. Genèse et histoire (1750-1914) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 4, juil.-août 1987, p. 969-992.

10 L. Douët d’Arcq, Comptes de l’argenterie des rois de France au XIVe siècle, Paris, J. Renouard et Cie, 1851, p. 21.

11 La session du colloque de 2006 consacrée aux espaces du paraître a montré à maintes reprises la prégnance du modèle centre/périphérie et du modèle top/down, dont l’emploi se justifie tout à fait à certaines périodes ou pour certains marchés. Mais elle a également mis évidence, premièrement, la complexité de ces modèles binaires, nécessitant une approche plus descriptive et séquentielle des phénomènes de diffusion, et deuxièmement, l’existence de modèles alternatifs qui peuvent se révéler déterminants dans la diffusion massive des goûts et des choses. À ce propos, la contribution de Manuel Charpy, traitant du marché des objets « anciens » dans la société parisienne du XIXe siècle, est significative : « Amateurs, collectionneurs et chineurs parisiens du XIXe siècle. Le commerce des apparences du passé, entre centre et périphérie » dans ce présent ouvrage p. 369-388).

12 M. Granovetter, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, 1973, p. 1360-1380, repris et traduit en français dans Le Marché autrement. Les Réseaux dans l’économie, Paris, Desclée de Brouwer, 2000, p. 45-73.

13 Cette perspective est encore sous-estimée. De la même manière, l’analyse de la production textile sous l’angle de la demande est quasiment restée sans suite. J. Heers, dans « La mode et les marchés des draps de laine : Gênes et la montagne à la fin du Moyen Âge », Annales. Économies, sociétés, civilisations, septembre-octobre 1971, 5, p. 1093-1117, repris en 1976 dans Produzione, commercio e consumo…, op. cit., p. 199-220, appelait de ses vœux ce type d’analyse, bien que, faisant mouvement contre l’historiographie classique, il exagérât le rôle du goût dans le destin économique des lieux de production textile (voir spécialement p. 199, 200, 212 et 220). L’article cité note 2, « Dans de beaux draps de Bruxelles à Chambéry… », entend également répondre aux questions ébauchées dans la présente étude.

14 L’aune de Chambéry est estimée à 142 cm.

15 J’aborde ces questions dans « L’enjeu du vêtement au Moyen Âge. De l’anthropologie ordinaire à la raison sociale (XIIIe-XIVe siècle) », dans Le Corps et sa parure, colloque international, Lausanne-Genève 16-18 juin 2003, coord. par Agostino Paravicini Bagliani et Jean Wirth, Micrologus, XV, 2007, p. 219-257, et plus spécialement le problème de la causalité en histoire du vêtement, dans « Pour une histoire causale du vêtement. L’historiographie, le XIIIe siècle et le XVIe siècle », dans Mode und Kleidung im Europa des späten Mittelalters/Fashion and Clothing in Late Medieval Europe, éd. par Regula Schorta et Rainer C. Schwinges, colloque international, Riggisberg 16-18 novembre 2006, Bâle, Scwabe 2008 – en attendant ma thèse de doctorat : Naissance d’une culture des apparences. Le vêtement en Occident, XIIIe-XIVe siècle, FNRS - Université Libre de Bruxelles/EHESS-Paris, 2008.

Auteur

Gil Bartholeyns, ancien chercheur du Fonds National de la Recherche Scientifique belge (FNRS), achève à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval) et à l’Université Libre de Bruxelles (Unité de Recherches en Histoire Médiévale) une thèse de doctorat consacrée à la culture vestimentaire médiévale. Voir « L’Enjeu du vêtement au Moyen Âge. De l’anthropologie ordinaire à la raison sociale », dans Le Corps et sa parure, Micrologus XV, p. 219-257. Ses travaux portent également sur des questions de méthodes (« Sociologies de la contrainte en histoire. Grands modèles et petites traces », Revue historique, 642, 2007, p. 285-323), sur les image (« Des raisons de détruire une image », Images re-vues. Histoire, anthropologie et théories de l’art, 2, 2006, www.imagesre-vues.org et l’ouvrage à paraître La Crise des frontières. Image et transgression au Moyen Âge, Paris, PuF, 2008) et sur les conceptions de l’humain (codirection d’Adam et l’astragale. L’humain et ses limites de l’Antiquité à nos jours, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2008.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search