Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Apparences professionnelles

De « l’habit rayé du sergent » à l’uniforme du policier

Dans les anciens Pays-Bas méridionaux au XVIIIe siècle

Catherine Denys

Texte intégral

  • 1 Sans compter le développement des expériences de polices de proximité et des polices privées, sur c (...)
  • 2 J. Borgé et N. Viasnof, Archives de la police, Paris, éd. Michèle Trinckvel, 1995, p. 9-11 : « Mous (...)
  • 3 On a également observé que les vigiles des supermarchés, quoiqu’en civil, sont aisément distinguabl (...)
  • 4 On trouve ainsi des mentions très intéressantes sur le costume des archers scythes chargés de la po (...)
  • 5 Cette étude s’appuie sur C. Denys, Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la fronti (...)
  • 6 J.-N. Luc (dir.), Figures de gendarmes, no spécial de la revue Sociétés & Représentations, no 16, s (...)

1À quoi reconnaît-on un policier ? La question aujourd’hui peut sembler simple, au premier abord tout au moins : les policiers contemporains arborent des uniformes qui les distinguent au sein des populations. Pourtant nul n’ignore qu’il existe aussi des policiers qui ne portent pas l’uniforme. D’emblée, l’apparence policière se décline entre une police en tenue et une police en civil1. Loin d’être neutre, cette distinction marque une véritable distance entre deux acteurs du même monde professionnel : la police en tenue et la police en civil revendiquent chacune des missions spécifiques, des modalités d’action particulières et un rapport différent à la société. L’apparence policière conditionne donc de manière essentielle les pratiques policières ainsi que leur perception par la société. Plus encore, au sein même des polices en tenue, de subtiles différences déterminent le choix des vêtements, de leur coupe, de leur couleur. Comptent également les coiffures : casques, képis, bérets, les accessoires du maintien de l’ordre, arborés ou non : armes de service, matraque, menottes. Le corps du policier dans certaines unités, telles les Compagnies Républicaines de Sécurité françaises, disparaît sous l’accumulation des accessoires d’une tenue ostentatoirement dissuasive. Mais même dans les uniformes plus légers, le corps du policier doit respecter certains critères : une taille minimale est exigée, les cheveux des femmes policières doivent être soigneusement noués, et tandis que la barbe est généralement refusée aux agents, ceux-ci se sont longtemps enorgueillis de magnifiques moustaches2. Même la police en civil n’échappe pas à certains archétypes apparentiels, en dépit de sa vocation à se fondre dans la population : aujourd’hui blousons et baskets ont remplacé les chapeaux et imperméables mastics caractéristiques des inspecteurs de police des années 50, mais chacun se fait fort, surtout dans les populations fréquemment en contact avec la police, de repérer le policier sous son « déguisement » civil3. Dès lors qu’une société s’organise et délègue à certains de ses membres la charge de la policer, d’y faire régner l’ordre, la police se distingue de l’ensemble de la population. La question de l’apparence policière traverse donc dans la très longue durée l’histoire de la police et du contrôle social et ne se limite pas aux polices d’État contemporaines4. L’étude proposée ici sur une période et un espace limités – les villes du Nord de la France et du sud des Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle5 –, vise moins à forger un maillon d’un catalogue historique des uniformes policiers, qu’à amorcer une réflexion sur les implications de l’apparence sur les pratiques professionnelles de la police, sur le regard qu’elle porte sur elle-même, sur la construction d’une identité professionnelle, ainsi que sur son rapport à la société et le regard que la société porte sur elle6. Après une présentation de l’apparence des différentes forces de police en service dans ces villes, on proposera donc de s’arrêter sur quelques-uns des débats que pose l’apparence de la police à cette époque et qui ne sont pas sans résonances ultérieures.

Des policiers communaux bien visibles

  • 7 R. Jacob, Images de la justice, Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, (...)
  • 8 Cl. Dolan (éd.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe  (...)

2Les sources permettant à l’historien d’accéder directement à l’apparence policière de la fin des temps modernes sont à dire vrai plutôt restreintes. L’iconographie se limite à quelques personnages difficilement identifiables sur des représentations de fêtes et cérémonies urbaines. De ce point de vue, la police est bien mal lotie par rapport à la justice7, même si du fait de la porosité des deux institutions aux époques médiévales et modernes, certains auxiliaires de la justice sont aussi des policiers8. En dehors de l’iconographie, les costumes des policiers apparaissent par le biais des comptabilités municipales, quand celles-ci sont détaillées, ce qui n’est plus toujours le cas au XVIIIe siècle. La ville paie les étoffes, chapeaux, et autres ustensiles composant la tenue des sergents de police, ce qui donne des indications sur les couleurs et objets essentiels à l’apparence de la police, sans qu’il soit toujours possible, à partir de ces indications comptables, de se faire une idée très précise de l’allure du policier. À ces sources essentielles, mais assez maigres, s’ajoutent des mentions issues des fonds variés des très riches archives communales de l’espace considéré : fonds judiciaires qui parfois mettent en scène l’action policière, fonds des résolutions scabinales où se décident les modifications de costume et d’armement, correspondances et requêtes diverses où s’expriment les mécontentements des uns et des autres. Mais les allusions à l’apparence des policiers sont très rares dans ces fonds pourtant imposants et ce n’est qu’au hasard de dépouillements systématiques, entrepris dans d’autres buts, que l’on peut relever des passages ténus sur le sujet.

 

3Quoi qu’il en soit, l’addition de ces diverses sources permet de se faire une idée de l’apparence de la police dans les villes des Pays-Bas (français et autrichiens) au cours du XVIIIe siècle, ou plutôt des polices, car la sécurité publique est alors assurée par la collaboration de plusieurs polices. En gardant à l’esprit que d’une ville à l’autre les différents éléments de la police ne sont pas tous présents de la même façon, mais que la configuration policière générale est semblable, les différentes polices en action se rattachent à trois ensembles : la police communale, les gardes bourgeoises et la police militaire. Ces deux dernières polices portent évidemment des uniformes sur lesquels il est peu d’ambiguïté. Les uniformes militaires sont bien connus des historiens spécialisés, et leur couleur n’a rien à voir avec les choix de la police urbaine. D’ailleurs les régiments ne restent à l’époque pas plus de trois ans dans la même garnison, ce qui donne aux citadins l’habitude de voir changer les uniformes. Quant aux gardes bourgeoises, qui d’ailleurs ne jouent plus grand rôle dans les villes au XVIIIe siècle, elles sont rarement complètement en uniforme, à moins qu’un capitaine fortuné ne décide d’habiller sa compagnie, et ce, obligatoirement aux couleurs de la ville. Reste donc la police communale, qui est directement soumise aux ordres des échevinages. Elle comporte souvent des veilleurs de nuit, qui comme leur nom l’indique, sont chargés de patrouiller dans les rues pour assurer la sécurité nocturne, et surtout, dans toutes les villes, des sergents de police, en nombre variable, et aux dénominations variées, qui assurent l’ordre au quotidien, faisant respecter les ordonnances de police locale et procédant à la recherche et à l’arrestation des malfaiteurs.

  • 9 AM Lille (désormais AML), registre 10 830, f° 187-200 contre J.-F Dubus.
  • 10 AGR Bruxelles (désormais AGR), carton du Conseil Privé Autrichien no 261A. Sur le contexte général (...)
  • 11 A. Verhulst et J.-M. Duvosquel dir., Historische Stedenatlas van België, Lier, Bruxelles, Crédit Co (...)

4Ces policiers communaux sont toujours parfaitement identifiables dans la ville. Les veilleurs de nuit ne portent pas de costume particulier, mais des objets symboliques de leur charge : une lanterne pour s’éclairer dans les rues sombres, une crécelle pour appeler au secours en cas de danger, une hallebarde. Ils sont aussi souvent accompagnés d’un chien. Un procès criminel lillois de 1701 en témoigne, puisque le crieur de nuit Alexis Dumoulin raconte ainsi son agression, dans la nuit du 11 au 12 avril, par quelques bourgeois enivrés : « voyant passer le crieur de nuit, sur ce qu’il n’avait pas de chien avec lui, ils ont pris résolution de l’insulter, disant, jetons ce bougre-là dans la rivière »9. Dans une lettre du magistrat de Bruxelles aux gouverneurs autrichiens, du 7 juin 1783, les échevins affirment que les veilleurs de nuit, ici appelés handuyten, « étoient comme ils le sont encore aujourd’hui armés d’une hallebarde et n’étoient accompagnés que d’un chien, leur caractère public et leur vigilance fesoit leur sureté et celle du citoyen »10. Le veilleur de nuit conserve ces caractéristiques bien au-delà du XVIIIe siècle, dans les villes où il a été maintenu. Ainsi retrouve-t-on sur des cartes de vœux vendues à Lierre (près d’Anvers) au début du siècle suivant, l’image tout à fait classique du veilleur de nuit avec son chien, sa hallebarde, sa lanterne, et – seule concession à la modernité – un pistolet11.

 

  • 12 Archives de l’État à Namur (désormais AEN), Ville de Namur, registre 59, fo 21v : la veuve de Gaspa (...)
  • 13 AM Valenciennes, dossier FF 4606.

5Jouant un rôle beaucoup plus important dans la police urbaine, les sergents de ville ont droit à des vêtements distinctifs de leur charge. Dans certaines villes, le vêtement de fonction se limite à un chapeau et un manteau donnés par la ville. Ainsi à Namur, les chapeaux, qui portent une marque aux armes de la ville et les manteaux des sergents sont renouvelés périodiquement12. Le manteau lui-même signale la fonction : à Valenciennes, dans la nuit du 25 octobre 1684, le sergent Pezain, entendant sa voisine appeler au secours, sort de chez lui en chemise, « avec son manteau de sergent seulement sur les épaules » pour intervenir13. Mais en l’absence de costume, c’est surtout la bandoulière qui signale le pouvoir policier exercé au nom de l’échevinage. Ces bandoulières, en cuir ou en tissu épais, doivent impérativement être portées par les sergents. Souvent elles sont brodées d’une inscription ou des symboles de la ville. À Lille, la bandoulière des sergents est brodée de deux fleurs de lys en argent, qui ne symbolisent pas ici le pouvoir royal, mais rappellent le blason de la ville. Il est tout à fait possible que ces bandoulières à inscription soient les ancêtres des écharpes dont la Révolution française fit grand usage et qui se perpétuent aujourd’hui dans les écharpes des maires.

  • 14 Ch. Lamarre, dans Petites villes et faits urbains en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, D (...)
  • 15 AE Liège (désormais A E L), Registre de la cité no 33.
  • 16 AML, dossier 11 181. Dans ce compte les sergents de police ne sont pas les seuls à recevoir des hab (...)
  • 17 Manuscrit Pourchez, Bibliothèque municipale de Lille, « Messieurs du Magistrat se rendant au Te Deu (...)

6La tenue minimum se compose donc d’un manteau, d’un chapeau et d’une bandoulière. Mais il semble plus fréquent, dans les villes de la région, qu’outre cela, les sergents de ville aient à porter un costume distinctif complet14. À Namur, outre les manteaux et chapeaux, les sergents de ville reçoivent une « livrée », sur laquelle nous n’avons aucune précision, mais elle ne semble pas particulièrement distinctive puisqu’il est nécessaire d’ajouter plus tard une bandoulière. À Liège, les comptes communaux indiquent, pour les archers et leur officier, ainsi que les suisses et trompettes de la ville, des livraisons de drap d’écarlate, galons, chapeaux, boutons et bas. En 1778 la ville paie six florins pour avoir doré le ceinturon de l’officier des archers et 15 florins pour son fourreau de cuir et une banderole15. À Lille, un dossier comptable rassemble les paiements liés aux habits fournis aux personnels de ville entre 1741 et 176516. Les sergents du prévôt, qui sont ici les sergents de police, reçoivent des étoffes et accessoires qui permettent d’imaginer un costume pour le moins visible : habit rouge, galons de soie d’argent aux manches, boutons d’argent moulés, chapeau avec galon argenté, cocarde et bandoulière fleurdelisée. C’est ainsi en effet qu’apparaissent deux personnages en tête du cortège du célèbre tableau de la procession de Lille peint par Watteau en 1788, conservé à l’hospice Comtesse. Le Manuscrit Pourchez montre les mêmes personnages précédant le Magistrat lors de ses sorties officielles (fig. 1)17.

Fig. 1 – Les sergents de ville précédant le Magistrat lillois

Fig. 1 – Les sergents de ville précédant le Magistrat lillois

Manuscrit Pourchez, « Messieurs du Magistrat se rendant au Te Deum ». Bibliothèque municipale de Lille

  • 18 Il ne faut pas confondre ces baillis, prévôts (écoutètes, ammans, etc..) avec les présidents des ba (...)
  • 19 AM Douai (désormais AMD), FF 141, « Sur ce qui nous a été représenté par le Magistrat de la ville d (...)
  • 20 AMD, Registre CC 1408, compte de l’année 1764, par exemple.
  • 21 AEL, Registre de la cité de Liège no 33, fo 39, 25 janvier 1779 : « Le conseil prenant en considéra (...)
  • 22 M. Pastoureau, Dictionnaire des couleurs de notre temps. Symbolique et société, Bonneton, Paris, 19 (...)
  • 23 Les commissaires de police de Paris sont en robe noire, sous l’Ancien Régime, en habit noir avec un (...)
  • 24 J.-B. Martin (dit Martin des batailles) (1659-1735), Inauguration des écluses de Mardyck, le 6 févr (...)

7L’explication de ces couleurs voyantes est fournie par les textes eux-mêmes qui évoquent la « livrée de ville », donc les couleurs de la ville. C’est, semble-t-il, la tenue la plus ordinaire des sergents, sauf lorsque leur supérieur direct, le prévôt ou bailli, les habille selon ses propres couleurs18. C’est le cas par exemple à Douai au début du siècle, où l’intendant avait appuyé le refus du bailli de voir les sergents habillés aux couleurs de la ville de crainte qu’on ne les considère désormais que comme sergents de ville et non plus sergents à ses ordres19, mais la difficulté disparut d’elle-même lorsque l’office de bailli fut réuni à l’hôtel de ville par un Arrêt du Conseil du 24 mai 1751. Les comptes communaux douaisiens comportent alors un chapitre intitulé « habillements des sergents et capotes des guetteurs », dans lequel on apprend que les sergents portent du drap « gris de ferre », écarlate et blanc, que leurs manches et épaulettes sont galonnées d’argent, et que leurs chapeaux sont galonnés d’argent et ornés de boutons également argentés20. Les sergents sont donc ordinairement habillés aux couleurs de la ville : le blason lillois, constitué d’une fleur de lys blanche sur fond rouge se retrouve sur l’habit rouge des sergents et leur bandoulière fleurdelisée en argent ; les archers de Liège sont en rouge et or comme la ville21. L’habillement des sergents aux couleurs de la ville trahit la préoccupation honorifique des élites municipales. Une ville qui se respecte doit habiller correctement ses employés. Ceux-ci, policiers et autres, sont donc en quelque sorte les représentants visibles de la « bonne police », c’est-à-dire de la bonne gestion urbaine. D’une manière générale, le rouge est souvent présent sur ces livrées des sergents de police. Michel Pastoureau a montré combien le rouge a été, pendant longtemps, la couleur par excellence, celle que les teinturiers produisaient le mieux, donc naturellement la couleur du pouvoir, des représentants de l’autorité22. C’est aussi la couleur la plus visible, qui permet d’attirer l’attention sur un objet. Elle signale donc facilement le danger et l’interdiction, et enfin la couleur du sang, ce qui explique son succès également sur les uniformes militaires. Ce n’est que relativement récemment que le bleu a supplanté le rouge comme couleur préférée de la majorité des occidentaux, et que le bleu marine, avec le noir, est devenu la couleur de l’autorité, donc de la police23. Enfin, ces agents de police communale étaient armés. Les armes le plus souvent mentionnées sont la hallebarde et l’épée. La hallebarde en particulier semble, comme on l’a vu pour les veilleurs de nuit, un objet particulièrement signifiant de la police, ce qui a priori ne laisse pas d’étonner, car au XVIIIe siècle l’objet avait depuis longtemps quitté les champs de bataille. Sa taille, sa lourdeur, sa dangerosité tout autant que son aspect désuet ne paraissent pas s’adapter à la commodité requise pour un usage de police urbaine. Un tableau dunkerquois permet d’en mieux comprendre l’utilité. Portée horizontalement, la hallebarde barre efficacement le chemin à la foule, et c’est peut-être ainsi que les sergents de ville en faisaient usage (fig. 2)24.

Fig. 2 – Un sergent de ville de Dunkerque utilise sa hallebarde

Fig. 2 – Un sergent de ville de Dunkerque utilise sa hallebarde

Jean-Baptiste Martin (dit Martin des batailles) (Paris 1659-idem 1735), Inauguration des écluses de Mardyck, le 6 février 1715, XVIIIe s. Détail. Musée des Beaux-Arts de Dunkerque. numéro d’inventaire : BA.1991.001.1.

  • 25 AML, 10 877, du 2 mai 1738.

8La hallebarde pouvait également servir simplement de bâton pour frapper les récalcitrants. Quatre jeunes gens lillois empêchés de s’entrebattre par la garde sont ainsi condamnés le 2 mai 1738 par la chambre de police à rembourser au sergent de garde 26 patars pour la hallebarde qu’il a été obligé de casser « en frappant sur l’un d’eux pour l’obliger à marcher »25. En revanche l’épée semble plus récente, davantage arborée par les sergents que par les veilleurs de nuit, mais les archives judiciaires ne livrent aucun exemple de son utilisation à in policière. Il semble donc que son port soit, encore une fois, plus symbolique que fonctionnel. Le port de l’épée est réservé aux nobles, aux officiers et aux membres du Magistrat. Il est strictement interdit aux autres citadins, et certains, comme les avocats, tentent à plusieurs reprises d’obtenir la levée de cette interdiction. Le port de l’épée relève donc davantage du marqueur social et institutionnel que de l’usage défensif ou offensif. D’ailleurs si l’on avait véritablement souhaité armer les sergents de police, on les aurait dotés de pistolets, ce qui n’apparaît nulle part.

  • 26 Jacob, op. cit.

9Reste la question du bâton du sergent. Robert Jacob a expliqué de manière lumineuse l’importance du « bâton de justice »26. Dans certaines villes où les sergents sont à la fois chargés de la police et de délivrer les assignations au tribunal, on les nomme « sergents bâtonniers» ou « sergents à verge». À Mons, les sergents de police sont appelés « sergents de la verge blanche », mais on évoque aussi parfois des « sergents à masse », le tout étant assez confus, car les appellations varient beaucoup d’une ville à l’autre sans grande logique, certains sergents à verge étant des sergents d’escorte du Magistrat sans pouvoir policier ni juridictionnel. D’ailleurs il n’est pas sûr que le bâton du sergent recouvre encore une sémantique aussi riche qu’au Moyen âge, car au XVIIIe siècle, tout le monde porte un bâton ou une canne dans ses déplacements en ville. Autorisé par la législation, à condition qu’il ne soit ni ferré ni truqué pour cacher une arme blanche, le bâton constitue un élément normal de l’équipement masculin au XVIIIe siècle. À une époque où on est souvent obligé de rester très longtemps en station debout, c’est un appui indispensable, mais naturellement, c’est aussi une arme, beaucoup moins dangereuse que l’épée ou le poignard, mais suffisante pour rosser un adversaire. Dans ces conditions, on comprend que les sergents de ville, qui interviennent pour séparer les gens qui se bagarrent, jouent également du bâton, qui n’inflige pas de blessures graves. Mutatis mutandis, cette préférence donnée au bâton sur l’épée dans les interventions policières, annonce un des grands débats contemporains sur les mérites relatifs d’une police munie d’armes à feu ou d’une simple matraque.

 

  • 27 Ph. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, Pratiques politiques, notabilité et éthique (...)

10En bref, les policiers des villes du Nord de la France et des Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle, relèvent d’une police visible, facilement identifiable par ses vêtements et ses armes spécifiques. Les sergents de ville en particulier, souvent vêtus de rouge, se distinguent aisément dans la foule, et remplissent donc la fonction, assumée, d’une police visible, dont la présence doit intimider les malfaiteurs et rassurer les honnêtes gens. La participation policière de l’armée dans ces villes de garnison, ou les interventions ponctuelles de la maréchaussée ou des gardes bourgeoises relèvent de la même famille de police visible et instantanément identifiable. L’apparence policière renvoie donc ici à un modèle classique de police en tenue, police ostentatoire, qui montre ouvertement sa force et son pouvoir. C’est là le modèle policier dominant dans les villes de la région, qui correspond bien à la culture politique des échevinages, culture imprégnée à la fois de patriotisme local, du sentiment très fort d’appartenance à une communauté à défendre, d’un paternalisme chrétien et d’une conscience très haute des responsabilités qu’implique leur charge vis-à-vis du peuple. Néanmoins ce modèle « hispano-tridentin », pour reprendre l’heureuse expression de Philippe Guignet27, entre en crise dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, et peut-être certains changements dans l’apparence policière, ou du moins certaines tendances qui apparaissent alors, en sont-elles le reflet.

Les interrogations du XVIIIe siècle sur l’apparence policière

11La question de la visibilité de la police se pose en effet alors, selon deux registres différents, d’une part celui de la visibilité versus l’invisibilité de la police ; d’autre part les tendances à la militarisation de l’apparence policière.

  • 28 AEN, Ville de Namur, registre 57, fo 73. L’édit du Magistrat du 10 novembre 1760 qui réorganise le (...)
  • 29 AGR, Conseil Privé autrichien, carton 260A.

12Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle la tendance générale des villes semble être de renforcer la visibilité de leurs polices. Dans un mouvement qui circule de ville en ville, les échevinages réforment leurs sergents, augmentent leurs effectifs et leurs rémunérations, imposent une plus grande assiduité, obligent à une présence permanente, renforcent la discipline. Ces réformes, plus ou moins abouties selon les lieux, s’accompagnent souvent d’un développement de la mise en uniforme complet du corps des sergents. Les villes qui ne fournissaient que des manteaux et bandoulières décident alors de fournir des costumes entiers. À Namur, où les sergents avaient déjà une livrée, des manteaux, chapeaux et hallebardes, le Magistrat décide le 16 février 1750, de leur faire porter, en plus, une bandoulière sur leur veste, avec « une plaquille y attachée aux armes de cette ville pour leur servir de marque distinctive et avoir avec autant plus d’aisance le secours militaire dans l’exigence des cas qui se présenteront, à quel effet lesdites bandoulières leur ayant été délivrées, il leur a été en conséquence expressément ordonné de les porter sur leurs vestes avec interdiction de jamais sortir de chez eux sans lesdites bandoulières, à peine de 3 florins d’amende la première fois, du double pour la seconde et de cassation de leur emploi pour la troisième »28. Le mouvement touche même Bruxelles, dont le Magistrat était pourtant très réticent, pour toutes sortes de raisons, à la modernisation de sa police. Le débat y est déclenché par la requête du Lieutenant-Amman, le chef immédiat des sergents de ville, présentée le 18 avril 176729. Un membre anonyme du conseil de gouvernement autrichien appuie sa démarche par un mémoire où il dénonce le retard de la capitale des Pays-Bas :

On peut mettre en fait que la ville de Bruxelles est l’unique de ces pays où l’office de justice est le moins soutenu. Le schouth de Malines et son substitut ont un nombre suffisant de sergents, ils sont habillés par la ville portant manteau et hallebarde […]. Sans entrer dans le détail des grandes villes l’on portera seulement en considération deux petites villettes : Vilvorde et Wavre. La première a des sergents dûment habillés de la livrée de la ville et ont au-dessus de cela des attributs annuels et ils sont aux ordres de leur mayeur tant de nuit que de jour. La deuxième a également ses sergents qui outre leurs habillements ont des demeures fixes dans des maisons appartenant à la ville pour qu’ils soient toujours prêts à satisfaire aux ordres du bailli […].

13Ce conseiller recommande donc que la ville de Bruxelles améliore sa police en augmentant le nombre des sergents et en demandant qu’ils « soient distingués par leur habillement afin qu’ils soient reconnus d’un chacun et fassent leurs exploits sans la moindre insulte, ce qui peut arriver sans cette distinction ». Le protocole du conseil du gouvernement du 25 juin suivant ordonne au Magistrat de mettre en place ces recommandations. Mais les échevins bruxellois protestent encore un peu. Dans leur réponse du 3 août, sur la question de la tenue des sergents, ils s’appuient sur un argument plus original que les habituelles impossibilités financières :

Quant aux habillements distingués, ils les garantiront d’insultes mais ils les feront reconnaître de loin. Une bandoulière sur la veste d’un habit bourgeois ou quelque autre marque distinctive qu’ils pourroient cacher et montrer dans l’occasion les garantiroit peut-être aussi bien d’insultes, et ne les décèlerait jamais qu’au moment nécessaire.

  • 30 AGR, Conseil Privé Autrichien, carton 261B, du 16 octobre 1784.

14Cette dernière remarque relève toutefois de la protestation de pure forme, car le Magistrat accepte alors de payer aux sergents un habit « distingué » tous les deux ans, et de leur donner une épée. De même, un peu plus tard, en 1784, après de nombreuses péripéties, le même échevinage finit par accepter que la nouvelle « milice municipale » mise alors en service soit revêtue d’un habit vert à parements et revers rouges, au motif que « ces couleurs sont celles de la ville, nos gardes bourgeoises ont de tout temps été habillées de cette manière »30. Et comme il s’agit d’une police militarisée, et non plus d’inoffensifs sergents de ville, on décide de les armer chacun d’un sabre et d’un fusil avec baïonnette.

 

  • 31 AD Nord, VIII B 1re série, dossier 21 186.
  • 32 AML, registre aux résolutions du Magistrat, 328, fo 165 et 330, fo 109.

15Arrêtons-nous un peu sur ces deux épisodes bruxellois qui renvoient à plusieurs éléments importants de l’apparence policière. Entre la police cachée et la police ostentatoire, le Magistrat choisit la seconde, en quoi il se conforme à la tradition policière urbaine de la région. Mais la remarque sur la marque distinctive que le sergent pourrait ne révéler qu’au moment nécessaire, un peu comme un officier de police en civil actuel ne montre sa carte qu’au moment d’arrêter un délinquant surpris en flagrant délit, renvoie à une forme de police plus astucieuse, mais aussi plus méfiante, et partant, plus inquiétante pour la société. En règle générale, les policiers en civils, de nos jours, méprisent les policiers en tenue, qu’ils jugent inférieurs en termes d’efficacité répressive, tandis que la société préfère les policiers en tenue, pour leur rôle dissuasif et préventif. L’opposition n’est pourtant pas toujours nettement tranchée, ne serait-ce que parce que le policier en tenue, peut, selon les besoins, renoncer provisoirement à arborer son apparence policière, et même se travestir. Dans un procès en appel qui oppose Thérèse Derviaux, au lieutenant-bailli de Douai, en 1775, l’avocat de la jeune femme dénonce les manœuvres du chef de la police, qui aurait cherché à la prendre sur le fait, sans doute de libertinage31. Pour cela, il a envoyé chez elle deux de ses sergents « richement mis, se disant étudiants en droit qui vinrent solliciter la suppliante d’accepter une bouteille de vin ». Le lieutenant-bailli confirme l’épisode, dont il ne tire évidemment pas les mêmes conclusions que l’avocat, sans chercher nullement à se justifier, la pratique n’étant donc en rien répréhensible à ses yeux. Thérèse Derviaux était étrangère à Douai, et cela explique ce déguisement qui n’aurait sans doute pas trompé un autochtone qui connaît les sergents de ville. Mais au-delà de cette anecdote, l’idée de la police déguisée fait son chemin dans les villes. À Bruxelles en tout cas, au moins sous l’Amman Rapédius de Berg, nommé à ce poste en 1774, la police secrète semble prendre une ampleur inhabituelle. Ce chef policier dynamique et réformateur réclame des sommes considérables pour salarier des « mouches », des informateurs qui lui permettent d’écarter les importuns de Bruxelles sans scandale. Il ne s’agit pas encore d’une police politique, mais de surveiller les libertins, les escrocs, les joueurs, les étrangers indésirables. Pour cet homme de conviction et de grande culture, il est bien probable que le modèle d’une police moderne soit celui de la Lieutenance Générale de Police de Paris, dont la réputation en Europe n’était plus à faire. Même s’il s’en est défendu par la suite et s’il changea d’inspiration dans les années 1780, Rapédius de Berg rêvait probablement de faire de Bruxelles une capitale aussi bien policée que Paris, en utilisant les mêmes ressorts d’une police de l’ombre, effrayante mais efficace. En cela il s’opposait directement aux conceptions traditionalistes des échevins, attachés à une police visible, dissuasive par l’autorité qu’elle tient d’eux-mêmes. Hormis pour les chefs de la police, la police secrète, cachée, était en effet l’objet d’une universelle réprobation dans la société au XVIIIe siècle. Les mouches étaient considérées comme de vils espions et il n’était pas très sûr pour eux d’être démasqués. On comprend alors les réclamations réitérées des sergents de la banlieue lilloise, en 1755 et 175932. Martin-François Dillie supplie les échevins de lui donner un uniforme semblable à celui des sergents qui opèrent intra muros. Il explique que sa bandoulière tombe en lambeaux « ce qui a été cause que plusieurs fois en allant exécuter vos ordonnances de police, plusieurs buveurs lui ont perdu respect le menaçant de le maltraiter lui disant qu’il n’est qu’une Mouche de Mr le Prévot et non sergent, car s’il étoit sergent il auroit un habillement comme les autres ». Son successeur, Louis Consart ajoute encore :

Il a été méprisé et avannisé sous le prétexte vulgaire qu’il n’étoit point revêtu de l’habillement ordinaire des sergents de cette ville, il en avoit cependant la bandoulière, mais cela n’empêcha pas qu’il ne fut battoné par les buveurs qu’il vouloit faire retirer des cabarets de la banlieue après les heures fixées par vos ordonnances […]. Un habit de plus que vous auriez la bonté de lui accorder sur le nombre de ceux dont vous revêtez les sergens résidens à Lille, feroit un objet d’autant moins considérable sur la dépense générale de cet habillement qu’il est seul exposé nuit et jour […]. Notre autorité en seroit même plus respectée, car il n’est aucun seigneur, pas même de village, qui ne se fasse gloire de faire porter un habit de sa livrée par son sergent.

  • 33 AML, carton d’affaires générales 511, enveloppe 11, pièce 1.
  • 34 Comme preuve, a contrario, de l’importance de l’habit, deux sergents valenciennois déposent avoir é (...)

16L’association entre une police renforcée par sa visibilité se retrouve également dans un autre document lillois, datant probablement de 1746. Il s’agit de la protestation des « sergents royaux de la prévôté », c’est-à-dire des agents auxiliaires du tribunal civil, qui se plaignent des empiétements des sergents criminels, « nos » sergents de police, dans les procédures civiles33. D’après les plaignants, la tenue des sergents et leurs méthodes expéditives, leur permettent des exactions : « l’habit dont ils sont revêtus joint aux menaces qu’ils font et aux voies de fait qu’ils exercent, intimident les particuliers, jusqu’au point de sacrifier tout ce qu’on exige d’eux ». Cette dernière allégation est d’ailleurs tout à fait exagérée comme le prouvent les très fréquentes rébellions contre les sergents qui tentent de procéder à des saisies. La réclamation des sergents de la banlieue et les protestations des sergents civils attestent donc tout à fait de l’usage courant et de la tendance des échevinages à préférer pour leur ville une police identifiable par une apparence bien visible34.

 

17Il était pourtant une catégorie d’habitants de la ville qui n’appréciaient pas autant l’apparence prise par les policiers municipaux. Au point de finir par s’en plaindre aux échevins. En avril 1787, le major de la garnison lilloise leur écrit, à propos du nouveau règlement pour la police des spectacles :

  • 35 AML, Affaires Générales, carton 704, enveloppe 14. Les échevins répondent qu’ils ont toujours utili (...)

Il ne me reste plus, Messieurs, qu’une observation à vous faire sur un terme impropre qui est dans cette ordonnance qui m’a frappé et a étonné la garnison. Il dit : les gardes de la police qui seront ordonnés pour le spectacle s’y rendront chaque jour en habit uniforme ; vous n’ignorez pas, Messieurs, que le terme d’habit uniforme n’est adapté qu’à celui qui est militaire, et je vous rends trop de justice pour croire que vous ayez voulu donner cette extension à vos sergents de ville, c’est sans doute une faute d’impression, vous devez avoir vu dans le règlement de Cambrai qui vous a servi de modèle et qui est la base du votre, que les sergents de ville employés pour le même objet, ne sont point désignés par l’habit uniforme, mais seulement revêtus des marques distinctives de leur état35.

  • 36 AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, carton 1900, projet de police de Happart de Dieghem, du 25 (...)

18Cette remarque de l’officier dépasse la question de la précision des termes, car l’armée en général condamne l’allure de plus en plus militaire prise par la police urbaine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Un peu partout en effet, non seulement les habits colorés des sergents ressemblent aux uniformes militaires, mais de nombreux petits détails (manches galonnées, épaulettes dorées) abolissent la distinction entre ces civils et les soldats. Cette évolution du costume policier vers l’uniforme militaire n’a rien de surprenant, puisqu’elle accompagne un mouvement de militarisation générale des polices en France à cette époque. L’habitude de recruter comme sergents de ville d’anciens soldats ajoutait certainement également à l’allure militaire de ces policiers. L’implication quotidienne de l’armée dans les tâches de police ordinaire dans les villes de garnison entraînait la confusion, pas forcément involontaire, des emplois. L’évolution militarisante de l’allure du policier civil rejoignait donc une militarisation des polices contre laquelle l’armée ne pouvait guère se défendre. À Bruxelles, après les troubles de la révolution brabançonne, le nouvel Amman, Philibert Happart de Dieghem propose une nouvelle organisation de la police urbaine, fondée sur le recrutement de 450 hommes, formant une troupe militaire vêtue d’ « un habit gros verd, veste, collier et parement rouge, culotte de peau, boutons jaunes et que l’officier pourroit porter épaulettes en or et par économie ils porteraient un casque au lieu de chapeau, ou habit gros blanc, veste, collier et parement rouge et culotte de peau »36. Le Magistrat bruxellois, échaudé par les troubles, et fatigué de la succession de projets policiers, ne donne pas suite, mais l’idée d’une police militarisée était acquise depuis les années 1780, avec un uniforme qui rappelait celui des gardes bourgeoises mais tendait également à copier l’armée. La parenté de l’uniforme militaire et des tenues policières ne fit que se renforcer par la suite en France et dans les départements belges réunis sous la République et l’Empire.

*

  • 37 Sur l’opposition police à la française, police à l’anglaise, voir C. Emsley, The English Police, A (...)
  • 38 J. Ferret, « Les polices municipales en France, une perspective sociopolitique », Déviance et socié (...)
  • 39 Décret du 30 janvier 2004 publié au JO du 3 février 2004, article 2.

19De ce court aperçu de l’apparence policière dans les villes du Nord de la France et des Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle, quelques points remarquables se détachent. D’une part, les échevinages font le choix de renforcer la visibilité de leurs policiers, tandis que d’autre part, les responsables policiers professionnels, quant à eux, semblent plus attirés par une police invisible. De plus, la visibilité accrue de la police municipale s’accompagne progressivement du passage de la livrée aux couleurs de la ville, à l’uniforme paramilitaire. Il est tentant, à travers ces trois éléments, de reconnaître les tendances diverses des polices de la région, partagées entre trois grands modèles policiers présents au XVIIIe siècle : le modèle de la police secrète parisienne, invisible, le modèle de la police visible mais désarmée de type britannique, et enfin le modèle de police visible armée, militarisée, à la française37. En cela l’apparence policière rejoint des tendances prouvées par ailleurs dans l’organisation et la conception des polices, mais les preuves de cette hypothèse restent ici des plus ténues. En revanche, la continuité des problèmes posés par l’apparence policière au travers des temps, s’impose de manière évidente. Pour ne prendre qu’une époque très contemporaine, en gros depuis les années 1970, face à une crise multiforme de la société urbaine, de nombreuses municipalités françaises ont cru trouver une solution dans la création de polices municipales, sensées accomplir des fonctions de police de proximité que la police nationale ne remplirait plus38. La visibilité est un élément essentiel de ces polices de proximité dont l’objectif premier consiste à rassurer les populations par leur présence, ce qui ne va pas sans provoquer un certain agacement de la police nationale, à la fois à cause de la mise en cause de l’efficacité de la police judiciaire, dont la plupart des missions s’effectuent en civil, et à cause de la trop grande ressemblance des nouveaux uniformes municipaux avec les siens propres. Tout récemment, le décret du 30 janvier 2004, qui distingue les tenues des agents de police municipale de celles portées dans la police nationale et dans la gendarmerie nationale est venu répondre à cette attente39. La circulation des modèles et les débats sur l’apparence policière constituent donc bien un sujet d’interrogation récurrente à toutes époques.

Notes

1 Sans compter le développement des expériences de polices de proximité et des polices privées, sur ces questions en pleine actualité, les travaux sociologiques abondent. Pour une synthèse très claire, voir D. Monjardet, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996.

2 J. Borgé et N. Viasnof, Archives de la police, Paris, éd. Michèle Trinckvel, 1995, p. 9-11 : « Moustache obligatoire ».

3 On a également observé que les vigiles des supermarchés, quoiqu’en civil, sont aisément distinguables par le port de stricts costumes sombres, un peu incongrus dans ces lieux où la clientèle ne fait guère assaut d’élégance.

4 On trouve ainsi des mentions très intéressantes sur le costume des archers scythes chargés de la police à Athènes au Ve siècle avant notre ère dans O. Jacob, Les esclaves publics à Athènes, Liège et Paris, Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’Université de Liège, fasc. XXXV, 1928, p. 55-56.

5 Cette étude s’appuie sur C. Denys, Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmatan, 2002, auquel on se permet de renvoyer le lecteur désireux d’en savoir plus sur l’organisation de ces polices.

6 J.-N. Luc (dir.), Figures de gendarmes, no spécial de la revue Sociétés & Représentations, no 16, sept. 2003.

7 R. Jacob, Images de la justice, Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris, Léopard d’or, 1994. « L’habit rayé du sergent » évoqué en titre renvoie aux pages 110-119 de ce très beau livre. J. Boedels, La justice. Les habits du pouvoir, Paris, Antébi, 1992.

8 Cl. Dolan (éd.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Québec, Presses de l’université Laval, 2005.

9 AM Lille (désormais AML), registre 10 830, f° 187-200 contre J.-F Dubus.

10 AGR Bruxelles (désormais AGR), carton du Conseil Privé Autrichien no 261A. Sur le contexte général des débats bruxellois de 1783, voir C. Denys, « Les projets de réforme de la police à Bruxelles à la fin du XVIIIe siècle », Mélanges de l’Ecole française de Rome, Italie et Méditerranée, t. 115, 2003-2, p. 807-826.

11 A. Verhulst et J.-M. Duvosquel dir., Historische Stedenatlas van België, Lier, Bruxelles, Crédit Communale de Belgique, p. 54. On trouve également le même type d’équipement pour les watchmen de Londres au XVIIIe siècle, voir une belle représentation dans John M. Beattie, Policing and Punishment in London, 1660-1750 : urban crime and the limits of terror, Oxford, Oxford UP, 2001, cahier central d’illustrations, fig. 7.

12 Archives de l’État à Namur (désormais AEN), Ville de Namur, registre 59, fo 21v : la veuve de Gaspar Séverin, sergent depuis seize ans, demande et obtient la permission de garder son manteau, « qu’il ne lui restait plus que trois mois pour l’avoir en propre », 31 août 1759. Un édit du magistrat de Namur du 28 mai 1759 décide que les manteaux et livrées que la ville fournit aux sergents portiers et employés de ville pour trois ans seront désormais donnés pour six ans. (AEN, Ville de Namur, dossier 88). Un règlement impérial du 10 mai 1771 fixe le renouvellement des manteaux tous les douze ans, et le renouvellement de la « petite livrée » tous les trois ans.

13 AM Valenciennes, dossier FF 4606.

14 Ch. Lamarre, dans Petites villes et faits urbains en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, éd. Universitaires, 1993, p. 437, signale un débat très intéressant entre les villes qui préfèrent les habits qui n’entravent pas les mouvements des sergents de ville, et l’intendant qui préfère le manteau moins coûteux et plus résistant.

15 AE Liège (désormais A E L), Registre de la cité no 33.

16 AML, dossier 11 181. Dans ce compte les sergents de police ne sont pas les seuls à recevoir des habits et bandoulières. Sont aussi concernés les sergents des boues, les patrouilleurs, les angelots (ouvriers de la ville), le garde du canal.

17 Manuscrit Pourchez, Bibliothèque municipale de Lille, « Messieurs du Magistrat se rendant au Te Deum ». [fig. 1]

18 Il ne faut pas confondre ces baillis, prévôts (écoutètes, ammans, etc..) avec les présidents des bailliages et prévôtés. Ici ils ne sont pas des juges, mais les chefs de la police urbaine, en collaboration avec les échevinages, voir C. Denys, op. cit., p. 37-46.

19 AM Douai (désormais AMD), FF 141, « Sur ce qui nous a été représenté par le Magistrat de la ville de Douay, qu’ils avoient resolus qu’au lieu de manteau qu’on donne par grâce aux sergens de la ville de Douay, et nullement par obligation et afin qu’ils soient reconnus plus aisement dans les exploits qu’ils font de leur donner un juste au corps de couleur de la ville avec les armes en broderie attachés à une bandoulliere ou au juste au corps sur la poitrine, ce qui seroit un habillement et plus convenable a un sergeant, par lequel on le reconnoistroit pour sergent en tous temps, qu’un manteau qu’il ne porte que trois ou quatre fois l’année, la réponse du Sr Doppy Bailly de Douay au mémoire cy dessus par laquelle il s’oppose à ce changement attendu que cette nouveauté seroit préjudiciable à ses droits sur tout sy on metoit sur les habits de ces sergents les armes de la ville parce qu’on s’accoutumeroit peu à peu à les regarder comme sergents de ville, ce qui pourroit dans la suite des tems former des difficultés et contestations.
Nous après avoir vu et examiné les mémoires respectives des parties cy dessus énoncés, ordonnons qu’il ne sera rien changé à l’usage qui s’est pratiqué jusques a présent à l’occasion de l’habillement des sergeants. Fait à Lille ce 7 mai 1723 ».

20 AMD, Registre CC 1408, compte de l’année 1764, par exemple.

21 AEL, Registre de la cité de Liège no 33, fo 39, 25 janvier 1779 : « Le conseil prenant en considération la supplique très humble présenté par Jean Lahaye archer invalide déclare de lui accorder sans conséquence un surtout, veste et culottee aux couleurs de la ville tajativement (sic) en se conformant aux obligations lui imposées au recès fait au sujet de la reposition de sa place en faveur de son fils. »

22 M. Pastoureau, Dictionnaire des couleurs de notre temps. Symbolique et société, Bonneton, Paris, 1992.

23 Les commissaires de police de Paris sont en robe noire, sous l’Ancien Régime, en habit noir avec une ceinture tricolore à compter du décret du 17 floréal an VIII (7 mai 1800). Au début du XIXe siècle, les premiers sergents de ville de Paris sont habillés en bleu : « article III : Les sergens de ville porteront, dans l’exercice de leurs fonctions, un habit ou redingote uniforme en drap bleu, boutons aux armes de la ville, pantalon et gilet bleus, chapeau à cornes, une canne à pomme blanche, aux armes de la ville de Paris. Dans les rondes de nuit, ils pourront porter, en vertu d’une autorisation spéciale, un sabre avec ceinturon noir. » (Ordonnance préfectorale du 12 mars 1829). Je remercie Q. Deluermoz qui m’a transmis cette information. Les variations nombreuses du costume des sergents de ville parisiens au XIXe siècle, ne modifient pas la préférence pour le bleu. Les gardiens de la paix qui les remplacent depuis 1870 sont encore en bleu. Cf. M. Delpierre, Uniformes civils français, cérémonial, circonstances, 1750-1980, Catalogue de l’exposition du 16 décembre 1982-17 avril 1983, Musée de la mode et du costume, Paris, Musée Galliéra, 1982, p. 67-68.

24 J.-B. Martin (dit Martin des batailles) (1659-1735), Inauguration des écluses de Mardyck, le 6 février 1715, XVIIIe s. ; Musée des Beaux-Arts de Dunkerque [fig. 2]

25 AML, 10 877, du 2 mai 1738.

26 Jacob, op. cit.

27 Ph. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990.

28 AEN, Ville de Namur, registre 57, fo 73. L’édit du Magistrat du 10 novembre 1760 qui réorganise le service des sergents, se termine par l’article XXII : « Finalement, lesdits sergents entretiendront proprement leur hallebarde, manteau et bandoulière ». AEN, Ville de Namur, dossier 88.

29 AGR, Conseil Privé autrichien, carton 260A.

30 AGR, Conseil Privé Autrichien, carton 261B, du 16 octobre 1784.

31 AD Nord, VIII B 1re série, dossier 21 186.

32 AML, registre aux résolutions du Magistrat, 328, fo 165 et 330, fo 109.

33 AML, carton d’affaires générales 511, enveloppe 11, pièce 1.

34 Comme preuve, a contrario, de l’importance de l’habit, deux sergents valenciennois déposent avoir été menacés, le 18 juillet 1737, par un homme, qui aurait dit « que s’ils n’avaient point leurs habits qu’il leur casseroit la tête ». C. Denys, op. cit., p. 89.

35 AML, Affaires Générales, carton 704, enveloppe 14. Les échevins répondent qu’ils ont toujours utilisé ce mot pour parler de l’habillement de leurs sergents.

36 AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, carton 1900, projet de police de Happart de Dieghem, du 25 janvier 1791.

37 Sur l’opposition police à la française, police à l’anglaise, voir C. Emsley, The English Police, A Political and Social History, Londres-New-York, Harvester Wheatsheaf, St Martin’s Press, 1991, rééd. 1996.

38 J. Ferret, « Les polices municipales en France, une perspective sociopolitique », Déviance et société, vol. 22, no 5, 1998, p. 263 + 287. V. Malochet, Les policiers municipaux. Les ambivalences d’une profession, thèse Doctorat de sociologie, Bordeaux 2, 2005.

39 Décret du 30 janvier 2004 publié au JO du 3 février 2004, article 2.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les sergents de ville précédant le Magistrat lillois
Crédits Manuscrit Pourchez, « Messieurs du Magistrat se rendant au Te Deum ». Bibliothèque municipale de Lille
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2 – Un sergent de ville de Dunkerque utilise sa hallebarde
Crédits Jean-Baptiste Martin (dit Martin des batailles) (Paris 1659-idem 1735), Inauguration des écluses de Mardyck, le 6 février 1715, XVIIIe s. Détail. Musée des Beaux-Arts de Dunkerque. numéro d’inventaire : BA.1991.001.1.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

Auteur

Maître de Conférences à l’université Charles de Gaulle-Lille3, membre de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion, UMR 8529 Lille 3/CNRS, Catherine Denys mène des recherches sur la sécurité, la police, la justice et l’armée, en France et aux Pays-Bas (Belgique) au XVIIIe siècle, ainsi que sur les circulations des modèles et savoirs policiers en Europe in XVIIIe-début XIXe siècles. Elle a notamment publié : Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, 2002 ; co-dirigé avec V. Milliot, le numéro spécial Espaces policiers, XVIIe-XVIIIe siècles de la Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 50-1, janv.-mars 2003, et publié : « Comment améliorer la police ? La réforme lilloise de 1747-1748 » dans V. Milliot (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850, Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, 2006, p. 49-65.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search