Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Âges du paraître

Le « blouson noir »

Codes vestimentaires, subcultures rock et identités adolescentes dans la France des années 1950 et 1960

Florence Tamagne

Texte intégral

  • 1 R. Kaisermann, Blousons noirs story. Un livre nostalgique souvenir des années soixante, Ivry sur S (...)

« Blouson noir ne voulait pas dire être un voyou, à partir du moment où l’on ne dépassait pas la mesure des choses. Être un blouson noir était notre expression de s’éclater dans le rock’n’roll, la bastonnade et la baise, et aussi de montrer que l’on se foutait de la société. »1
Roger Kaisermann

  • 2 Dans l’affaire du square Saint-Lambert (22 juil. 1959), la préfecture de Police fit savoir, par co (...)
  • 3 Il s’agit d’une des catégories des cartes d’alimentation servant au rationnement durant l’Occupati (...)

1« Blouson noir » : l’expression est une invention de journalistes, qui renvoie, aujourd’hui encore, toute une série d’images qui sont autant de stéréotypes : bagarres entre bandes, garçons de banlieue armés de chaînes de vélo, petites frappes venues semer le trouble au « concert des copains » de la Nuit de la Nation. Ces images, construites par la presse, furent amplifiées par la photographie, soigneusement mises en scène, et même fabriquées dans certains cas2. Désignant dans un premier temps des jeunes gens âgés de 13 à 21 ans, les « J3 » des cartes d’alimentation3, le terme fut aussi appliqué à des enfants plus jeunes, et à des adultes, engagés dans le banditisme.

  • 4 Voir Le Parisien libéré, 13 fév. 1963. Pour les apaches voir D. Kalifa, L’encre et le sang : récit (...)
  • 5 Cet article s’inscrit comme point de départ d’une recherche en cours. La presse populaire a été ét (...)

2Les bagarres entre bandes n’étaient pas choses nouvelles, pas plus d’ailleurs que la peur du jeune, et plus particulièrement du jeune issu des « classes dangereuses ». La presse n’hésitait pas à reconstituer des généalogies qui mettaient en relief l’évolution de la tenue du jeune délinquant, depuis l’apache du début du siècle jusqu’au fameux « blouson noir »4. L’espace du paraître du « blouson noir » déborde largement, cependant, celui des « blousons noirs » et ne peut être envisagé uniquement sous l’angle de la délinquance. La référence aux « blousons noirs », déjà repérable lors de la sortie de L’équipée sauvage (1953), puis de Graine de violence (1955) survit, du reste, dans l’imaginaire social, par delà la campagne médiatique des années 1957-1965, même si le hippie tend alors à détrôner le rocker comme figure symbole du jeune contestataire5.

  • 6 L. Bantigny, Le plus bel âge ?, op.cit. A.-M. Sohn, Age tendre et tête de bois. Histoire des jeune (...)

3Il ne s’agit pas pour moi, dans un court article, de traiter et de prendre en considération l’ensemble des questionnements posés par les « blousons noirs ». Certains, comme le traitement social et judiciaire de la délinquance juvénile, ont déjà été en partie étudiés par des historiennes comme Ludivine Bantigny, Anne-Marie Sohn et Françoise Tétard, mais aussi des sociologues comme Gérard Mauger et Laurent Mucchielli6. De même je ne reviendrai pas sur la notion de « conflit de génération », largement exploitée, même si elle constitue un fil conducteur de mon propos. Enfin, je n’analyserai pas en détail, faute de données suffisantes pour l’instant, la manière dont la guerre d’Algérie a pu en partie façonner l’expérience de ces jeunes gens. Ce qui m’intéresse ici, de manière beaucoup plus limitée, ce sont les questions du paraître et des apparences, envisagées dans une perspective spatiale, et interrogeant la notion de groupes sociaux et de communautés. J’examinerai donc d’abord le blouson noir, en tant que vêtement et signe. J’analyserai ensuite les territoires du blouson noir, avant de m’interroger sur la construction des identités adolescentes à partir de deux axes : les subcultures rock et les relations de genre.

Le blouson noir : vêtement et signe

  • 7 Le ted ou teddy est un blouson bicolore, souvent de couleur vive, bordé au cou et aux poignets par (...)

4Le blouson dont il est question ici est d’abord un vêtement : généralement en cuir ou en simili-cuir, il en existe dans d’autres matières comme le daim ou le nylon et il est parfois fourré de mouton. L’observateur averti est capable de distinguer différents types de blousons, perfecto, bomber, aviateur...7 Cette différenciation, cependant, n’est jamais faite par la presse ou dans les discours extérieurs aux subcultures adolescentes. De même, la désignation « blouson noir » est en partie trompeuse : on trouve des blousons de couleur, marron ou rouge notamment (comme celui que porte James Dean dans La fureur de vivre, 1955), même si le noir est très majoritaire. Choisir son blouson d’une autre couleur que le noir pouvait d’ailleurs être le moyen pour un jeune de contourner les stéréotypes associés au « blouson noir ». Le « blouson doré », en revanche, n’existe que comme une métaphore, dérivée du « blouson noir », et construite en opposition à celui-ci. S’il renvoie à certaines formes de délinquance bourgeoise, il n’a pas, du moins dans les années 1950 et 1960, d’équivalent vestimentaire.

  • 8 Pour un historique détaillé, voir M. Farren, The Black Leather Jacket, London, Plexus Publishing l (...)

5La généalogie du blouson de cuir noir est double, à la fois historique et mythique8. C’est d’abord un vêtement fonctionnel, utilisé par le personnel militaire. Le blouson d’aviateur de la Royal Air Force fait longtemps figure de modèle. Dans l’entre-deux-guerres, le blouson de cuir noir est porté comme un vêtement de travail protecteur par les conducteurs d’engins, dans l’industrie lourde et le bâtiment. Il continue d’être associé au maintien de l’ordre et à la violence, notamment dans l’Allemagne nazie, où il est décliné selon une grande variété de formes et de styles. Il est porté par les brigades internationales durant la guerre d’Espagne et on le retrouve sur tous les fronts durant la Seconde Guerre mondiale. Les forces alliées américaines en produisirent des milliers au titre de l’effort de guerre ; le A-2 light jacket, en particulier, devint un objet de convoitise et resta très populaire après guerre.

  • 9 R. Kaisermann donne une liste complète des marques de motos plébiscitées par sa bande : spécial 50 (...)
  • 10 « Moustache » [en fait le chanteur de rock, ex-blouson noir, Moustique], dans Cri d’appel d’un blo (...)

6C’est la culture populaire, à partir des années 1950, qui fixe la signification du vêtement, marqué par le rêve américain. Le blouson de cuir noir est alors porté par des acteurs comme Marlon Brando dans L’équipée sauvage (1953), Laurent Terzieff dans Les Tricheurs (1958) ou Peter Fonda dans Easy Rider (1969), des chanteurs de rock comme Gene Vincent, Vince Taylor ou Elvis Presley, et contribue à la construction de la figure du jeune rebelle (rebel without a cause), héros de la classe ouvrière (working-class hero). Au-delà du mythe hollyoodien, le blouson de cuir noir renvoie aussi à un épisode réel qui inspira L’équipée sauvage, la mise à sac du village de Hollister, en Californie, le 4 juillet 1947, par un groupe de 300 à 400 motards, qui préfigurait la fondation, trois ans plus tard, à Fontana, des Hell’s Angels. De fait, le blouson de cuir noir restera systématiquement associé à la pratique de la moto – ou, plus modestement parfois pour le blouson noir français, de la mobylette9 – en opposition aux mods, mordus de scooter, qui lui préféraient la veste ou la parka. La charge subversive investie dans le vêtement signifiait que porter un blouson noir représentait un choix raisonné et non dépourvu d’implications : risque de conflit avec les parents, interdiction d’accès à certains lieux, refus d’embauche10.

  • 11 Voir les remarques méprisantes de Moustique à l’égard de ceux qui achètent un blouson hors de prix (...)
  • 12 M. Farren, op.cit., p.10.
  • 13 « La délinquance juvénile. Essai d’appréciation de sa situation présente dans le département de la (...)

7Acquérir son premier blouson, aux puces très souvent, ou dans un magasin spécialisé, quand il n’était pas dérobé ou gagné au combat, prenait alors la valeur d’un rite initiatique. Beaucoup se rappellent précisément la marque de leur premier blouson, et le lieu où ils l’ont acheté. Il s’agissait du reste d’une expérience valorisante, au sens où elle représentait une forme d’accomplissement : c’était un achat que l’on faisait seul, ou avec des amis, loin du regard parental, avec son propre argent11, et s’il était le produit d’un vol, peut-être en réponse à un défi, il pouvait être la garantie de l’acceptation dans la bande. C’était aussi une expérience narcissique et sensuelle, stimulée par le contact et l’odeur du cuir, en particulier lorsque le blouson était neuf, mais le blouson ne donnait sa pleine mesure qu’une fois qu’il était patiné. Certains le frottaient avec une brique, mais seule l’usure donnait l’effet désiré12. Revêtir le blouson semblait un gage de succès social et sexuel : par sa forme, il mettait en valeur les épaules et la taille et, combiné avec des jeans serrés et des bottes, il contribuait à assurer la démarche, nonchalante et virile, et faisait instantanément de l’adolescent un homme. Souvent comparé à une armure, il semblait conférer l’invincibilité et permettait de compenser, au moins en apparence, un certain nombre de handicaps, liés à la situation familiale, au milieu social ou simplement à l’apparence physique. Peu importe alors que son pouvoir ait été souvent limité à l’imagination de son propriétaire, et que le regard extérieur n’ait voulu y voir que « l’inconscience, la veulerie, le défi. »13

  • 14 Voir APP, boîte « Blousons noirs ».

8Lieu d’investissement personnel et émotionnel, le blouson participe d’une véritable mise en scène de soi à laquelle on pourrait associer le choix d’une coupe de cheveux ou le tatouage. Ce n’est pas un objet de mode, que l’on adopte un temps pour le remplacer par un autre, mais le symbole d’un mode de vie. Par ailleurs, même si les codes du blouson sont relativement figés, ils offrent la possibilité d’une appropriation individuelle, que ce soit dans le choix de la forme, du style, de la couleur, mais aussi dans la manière dont il est porté et surtout transformé. Ainsi, comme la ceinture, et plus rarement le jean, le blouson peut s’orner de badges, insignes, écussons, étoiles, morceaux de tissus, clous, rivets, inscriptions, destinés à en faire un objet unique et personnel, mais aussi relié à un groupe ou à une communauté, réelle ou imaginaire, bande, quartier, fanclub, amoureux du rock ou de la moto14.

  • 15 R. Kaisermann, op.cit, p. 25
  • 16 À une mère qui vient chercher son fils au commissariat, le commissaire conseille : « Habillez-le a (...)

9Le message transmis par le blouson est donc double : identification et différenciation. L’identification passe par le conformisme de groupe. Moustique parle de « costume national ». Le blouson fonctionne alors comme un signe de reconnaissance et assure à celui qui le porte la protection de la bande. Il lui impose cependant aussi des obligations : « Il faut montrer qu’on mérite de porter un cuir sur le dos »15. Se faire « tirer son cuir » est une humiliation qui impose des représailles. La différenciation s’exprime, quant à elle, à trois niveaux : au niveau individuel, d’abord, puisque le blouson est personnalisé ; il reflète la vérité de l’individu, son caractère unique, au même titre que, dans la bande, le surnom dont il est affublé. Au niveau du groupe des pairs ensuite : le blouson, s’il est identifié par une couleur, un motif, une inscription, s’inscrit dans un espace qui est celui du territoire de la bande. Enfin, parce que porter un blouson noir est lu comme une provocation, voire une menace, il distancie immédiatement son porteur du reste de la société, qui n’en porte pas et qui, faute d’accès aux codes, et en partie influencé par le discours médiatique, ne voit plus qu’un « uniforme », un « blouson noir ». C’est ici que s’opère le passage du vêtement, le blouson, en tant que bien de consommation et lieu d’investissement personnel et symbolique, à l’individu, puis au groupe, le/les « blouson/s noir/s », à la fois figures fantasmatiques et métaphores de la délinquance juvénile. Revêtir un blouson, passé 1957, et le lancement de la campagne de presse sur les « blousons noirs », constitue dès lors un acte performatif puisqu’il implique que celui qui le porte devienne lui-même un « blouson noir », c’est-à-dire un jeune délinquant, la transmutation étant définitivement consommée lorsque le jeune délinquant est désigné comme un « blouson noir », qu’il porte ou non un blouson16.

Géographies du « blouson noir » : transferts culturels, lieux et territoires17

  • 17 Sur la question du rapport entre jeunesse et espace voir T. Skelton, G. Valentine (ed.), Cool Plac (...)

10Le « blouson noir » n’est pas une exception française. Marqué par l’influence américaine, qu’elle soit directe (présence des troupes américaines en Europe) ou indirecte (culture de masse), le mythe du « blouson noir », qu’il soit entendu comme vêtement, ou comme phénomène médiatique, est importé en Europe suivant des mécanismes qui mériteraient d’être analysés en détail, d’autant qu’ils ne sont pas linéaires. Ainsi, en Allemagne, le blouson de cuir combine des significations contradictoires (héritage nazi et occupation américaine), qui en font un article particulièrement subversif, et il est extrêmement populaire chez les beat (fans de rock) et chez les Halbstarken (demi-sels, jeunes délinquants). C’est d’ailleurs alors qu’ils jouent dans un beat club de Hambourg que les Beatles adoptent le blouson de cuir qui sera leur tenue de scène jusqu’à ce que Brian Epstein leur impose le costume afin d’élargir leur public.

  • 18 Cette géographie internationale du « blouson noir » est progressivement révélée par la presse fran (...)

11Cependant, si la plupart des pays européens, et de nombreux pays non européens, ont connu leurs « blousons noirs », tous n’ont pas choisi forcément ce vêtement pour les identifier. En Grande-Bretagne, les subcultures de la jeunesse sont d’abord désignées en référence aux préférences musicales, et le meilleur équivalent des « blousons noirs » est alors rockers, même si l’on trouve aussi des références à la coiffure (greasers). La presse française est plus confuse lorsqu’elle évoque les troubles outre-Manche et qualifie indifféremment de « blousons noirs », les teddy boys, les rockers et les mods, alors que les premiers et les derniers ne portent pas le blouson. Elle reconnaît cependant qu’il existe des différences vestimentaires et tente d’en faire l’analyse, percevant obscurément qu’elles traduisent sans doute autre chose que des considérations esthétiques. Ainsi Le Parisien libéré explique le 19 mai 1964, au lendemain des affrontements de la Pentecôte sur la plage de Margate, que les « Rockers », partisans du blouson de cuir et de la moto ont affronté les « Mods », qui préfèrent les costumes cintrés, les scooters et les chaussures italiennes et remarque que « cette divergence d’opinion en matière de mode masculine a pris, outre-Manche, un tour pour le moins inquiétant », sans pour autant s’interroger sur l’origine sociale des différents protagonistes, leurs valeurs ou leurs aspirations18. Si le « blouson noir » est d’abord une inquiétude nationale, le resituer dans un contexte international peut être, c’est selon, un moyen d’en minorer l’importance (en soulignant par exemple la différence qui existe entre les bandes françaises et les gangs américains), ou au contraire l’occasion d’une surenchère, en laissant planer le spectre des désastres à venir.

  • 19 Ainsi, en 1963, la carte des « blousons noirs » de Seine-et-Oise est répartie autour de six « base (...)
  • 20 R. Garaud, op.cit., p. 4. Pour une analyse précise et nuancée de la situation en province, voir le (...)

12De fait, au niveau national, le « blouson noir » n’est jamais pensé, dans les médias, mais aussi par les services de police, que dans sa dimension métaphorique. Faire la géographie des blousons noirs en France, c’est dresser une carte de la délinquance juvénile, c’est tenir le répertoire des bandes. Il est alors possible de distinguer les espaces particulièrement touchés, avec en premier lieu Paris et la banlieue parisienne19, puis la côte d’azur, avec Bandol, la Seyne, Cannes, Marseille, Nice, Cassis et La Ciotat, où les incidents liés aux blousons noirs demeurent cependant circonscrits aux lieux de la sociabilité adolescente, même s’ils gênent également les touristes : les campings, les camps de vacances, les centres scolaires et universitaires, la plage. Quelques pôles isolés en province sont également concernés, à Deauville, Rouen, au Tréport, à Rennes, Nancy, Royan, Lille, Lyon. Cependant, si selon Roger Garaud, le « virus ‘blouson noir’ » prolifère partout, la « contagion » apparaît limitée aux zones les plus urbanisées20.

  • 21 « La délinquance juvénile... », op.cit., Liaisons, 2 nov. 1964 et aussi Le Parisien Libéré, 22 aoû (...)

13Une étude systématique au niveau local permet d’identifier de manière plus précise les territoires des bandes. La presse s’emploie ainsi à mettre à jour des listes de plus en plus longues de bandes parfois composées de centaines d’adolescents et tente des typologies hasardeuses, à partir de « l’ambiance » d’un quartier : les « blousons » de la Bastille seraient ainsi plus agressifs que ceux du Trocadero. En revanche, certaines données, comme la xénophobie, ne sont pas commentées : en juillet 1959, les bagarres qui éclatent dans le 20e arrondissement ont pourtant pour origine l’arrivée des « ritals » dans le quartier. De même, certains incidents mériteraient une analyse sociologique. En 1964, le commissaire principal Chatelain mentionne que le 13e arrondissement, qui avait été le théâtre de troubles sérieux en août 1959, a été en partie assaini et débarrassé de ses terrains vagues, réduisant de ce fait le territoire des bandes aux Grands Ensembles de la rue Brillat-Savarin, de la rue de Tolbiac, de la rue des Peupliers et de la rue de l’Hôpital. En contrepartie, la « population douteuse de ce secteur s’est trouvée transplantée en banlieue, notamment sur Gentilly et Choisy le Roi. Leur arrivée dans ces communes à l’aspect résidentiel n’a pas tardé à y faire naître une délinquance juvénile ignorée jusqu’alors »21.

  • 22 R. Garaud, op.cit.
  • 23 Sur les dangers du flipper, Y. Charrier & J. Ellul, op.cit., p. 186-187.
  • 24 Ibid.. Voir aussi R. Kaisermann, op.cit., p.13. Par ailleurs, les vols de véhicules, qui concernent (...)
  • 25 Le Parisien libéré, 13 fév. 63.

14La ville est partie prenante dans la construction des expériences et des identités de la jeunesse : manque d’intimité résultant de l’exiguïté du logement, anonymat des grands ensembles, absence d’espaces de jeux, conséquence à la fois d’une urbanisation mal maîtrisée et d’une mauvaise prise en compte des besoins. Les maisons de jeunes, dont la construction est relancée à partir de 1956, ne rencontrent pas forcément leur public car elles sont, indépendamment des opportunités qu’elles offrent en terme de rencontres et de loisirs, des espaces contraignants, régis par des règles strictes et gérés par des adultes. On assiste à un double phénomène d’exclusion et de réappropriation. Exclusion, puisque certains espaces sont fermés aux jeunes, en raison même de leur âge (cinémas, bars interdits aux mineurs) et que le rassemblement des jeunes dans certains lieux, où leur présence est pourtant légitime, comme les fêtes foraines, est source de tensions. Le jeune « désœuvré », profitant du spectacle de la ville n’est pas perçu comme un « flâneur » mais comme un « traînard »22, qui préfère passer des heures au café, les yeux dans le vague, à écouter repasser les mêmes disques sur le juke-box, ou à enchaîner les parties de flipper23. Cette nonchalance, généralement interprétée comme de la paresse alors qu’elle n’est bien souvent que de l’ennui, n’est cependant qu’apparente, comme le prouve le culte de la vitesse et de l’engin dont témoignent de nombreux jeunes. La Fureur de vivre inspire des courses de motos ou de voitures aux marges de la ville, par exemple sur la piste de Vincennes, qui se soldent régulièrement par des accidents graves24. Le « jeune en vadrouille »25, particulièrement inquiétant lorsqu’il se déplace en groupe, est dès lors rapporté à la figure de l’enfance en danger, indifféremment délinquant potentiel, vagabond ou fugueur.

  • 26 Paris-Jour, 25-26 juil. 1959.
  • 27 France-Soir, 29 déc. 1964. Voir aussi Paris-Jour, 25 janv. 1967 : « Comment on devient un ‘blouson (...)

15Les jeunes apparaissent engagés ici dans une lutte, généralement symbolique, mais parfois physique, pour la maîtrise de l’espace urbain. Celle-ci peut passer par la mise en place d’espaces exclusifs, souvent privés, fermés au monde des adultes, clubs, fanclubs, ou tout simplement logements privés. Cela peut être, par exemple, la chambre louée par un garçon plus âgé, et prêtée pour quelques heures ou pour une nuit. Point de passage pour les membres de la bande, elle est fréquemment utilisée à des fins sexuelles mais on vient aussi y boire de l’alcool, écouter de la musique ou faire la fête. Dans d’autres cas, on assiste à une véritable lutte entre groupes de jeunes, souvent différenciés selon des logiques de classe, pour l’accès à un lieu privé, en particulier un club26. En décembre 1964, « l’équipée sauvage de la République » révèle les tensions sociales qui traversent la jeunesse parisienne. L’enjeu du conflit est le « Club du Refuge », un club privé de 3000 membres environ, situé 18, faubourg du Temple, fondé par un noyau de fils de rapatriés d’Algérie. Pour entrer, il faut non seulement payer une somme conséquente mais aussi passer l’inspection des videurs, qui refoulent sans ménagement les « sans cravate » des « banlieues grises »27. L’expédition organisée par les « blousons noirs » est alors envisagée comme une réponse à une exclusion mal vécue, mais aussi comme des représailles contre les « pieds-noirs » qui ont roué de coups l’un de leurs camarades.

  • 28 Voir H.-L. Dienel, M. Schophaus, « Urban Wastelands and the Development of Youth Cultures in Berli (...)
  • 29 « Dans un coin du square, il y a un groupe compact, mais en perpétuel mouvement sur lui-même. (... (...)

16De fait, rares sont les jeunes à pouvoir accéder à un tel lieu, aussi la réappropriation du territoire de la ville suppose-t-elle d’abord que l’on tire parti de la topographie, soit en profitant d’espaces résiduels, comme les terrains vagues ou les friches péri-urbaines28, pour les façonner en fonction de ses propres besoins, soit en investissant des lieux publics ou semi-publics, rues, squares, cinémas, fêtes foraines, bals, cafés. Dans la plupart de ces lieux, l’espace est l’objet d’un partage en apparence consensuel mais qui cache mal des luttes internes entre les différents acteurs. L’un des exemples les plus couramment évoqués est celui du square, où le groupe de jeunes, à partir d’une mise en scène soigneusement réglée, s’arroge la maîtrise du lieu, s’exposant du même coup aux représailles des passants et des habitants du quartier, et à la contre-attaque des autres groupes de jeunes, soucieux de ne pas se voir interdire certains lieux de la ville ou désireux d’élargir leur propre territoire.29

Le « blouson noir » dans la construction des identités adolescentes : subcultures rock et relations de genre

  • 30 O. Galland, Les jeunes, Paris, La découverte, 2002, p. 35.
  • 31 L’un des premiers sociologues à employer l’expression de « culture jeune » (youth culture) est l’a (...)

17Le « phénomène » blouson noir s’inscrit dans un cadre social où la jeunesse a davantage de temps libre du fait de l’allongement de l’obligation scolaire et des sursis au service militaire. Olivier Galland évoque une période de « latence sociale, qui tient à la multiplication et à la différenciation des seuils d’entrée dans la vie adulte. »30. Ce temps en suspens est propice à l’émergence, à défaut d’une « culture jeune », de subcultures adolescentes, où la musique tient souvent une large place31.

  • 32 France-Soir, 24 juillet 1959. Certaines bandes, comme celle des Jeunes Lycéens Versaillais, en avri (...)
  • 33 Cri d’appel…, op.cit., p. 78. Voir aussi R. Kaisermann, qui apprécie cependant indifféremment rocke (...)
  • 34 « Parents, qu’avez-vous fait de vos enfants ? Une enquête sur la jeunesse française d’aujourd’hui  (...)
  • 35 Les troubles commencèrent dès les « vedettes américaines ». La salle fut évacuée avant que Vince T (...)

18Le triptyque « blousons noirs », délinquance et rock, émerge dans la presse dès 1959, au moment de l’arrestation de la bande Saint-Lambert, qui passe la nuit au poste à « chanter en chœur des ‘rock and roll’»32. Les blousons noirs ne cachaient pas, pour un certain nombre d’entre eux, leur intérêt pour la musique rock, à condition que celle-ci ne soit pas la « guimauve » aseptisée des yéyés. Moustique souligne, à propos d’Elvis Presley, que « maintenant qu’il se met à la chanson douce, il n’a plus aucune valeur, ce n’est plus l’Elvis de maintenant, mais celui d’hier qu[e les « blousons noirs »] admirent. »33. Parmi les vedettes particulièrement appréciées des rockers, Vince Taylor occupe une place à part. Pour Le Parisien libéré, « c’est alors que le rock parut favoriser la délinquance juvénile, voire la provoquer délibérément. Un Vince Taylor, tout de cuir noir vêtu, agitait une chaîne dorée, encourageant ouvertement les voyous à brandir la chaîne de vélo »34. Suite aux débordements observés lors de son concert au Palais des Sports, en novembre 1961, on parla d’interdire le rock35. Pour France-Soir, « le Palais des Sports a été, samedi, le rendez-vous de tous les blousons noirs de la capitale et de sa banlieue. Les fans étaient venus en bandes organisées, avec leurs chefs – et, détail remarquable, il y avait peu de filles – non pour applaudir une vedette dont ils avaient à peine entendu parler, mais pour tout casser ». Pourtant, comme le reconnaît le directeur de la salle, les rockers avaient tous payé leur place. « Le contrôle de l’entrée était sévère : il n’y a pas eu de resquilleurs. » Ce qui fut perçu comme un déchaînement de violence gratuite – la destruction des fauteuils – dès l’entrée dans la salle, était une réponse logique à ce qui fut perçu comme une provocation. Les fauteuils constituaient un obstacle au mouvement, empêchaient de danser, et bloquaient l’accès à la scène. Ils incarnaient, dans cet espace qui était pensé, ce soir-là, comme leur, les contraintes que ces jeunes devaient affronter dans leur espace quotidien. Pour Eddie Barclay, le producteur de Vince Taylor en France, « ils se sont sentis emprisonnés ».

  • 36 Voir par exemple Le Parisien libéré, 3 avril 1966.
  • 37 Les photos des jeunes gens montrent des visages lisses, souriants et bien coiffés.

19Pourtant, de la même manière que tous les « blousons noirs » ne sont pas fans de rock, tous les fans de rock ne sont pas des « blousons noirs ». Ce qui pose problème n’est donc pas tant la violence ou les dégâts matériels, que l’on attribue à une minorité d’excités, que la façon dont se comportent les fans de rock : l’apparence vestimentaire, mais aussi les cris, l’abandon sensuel à la musique, la promiscuité des corps convulsionnés suscitent une profonde incompréhension. On parle d’hystérie, de transe, on imagine de nouvelles pathologies. Les concerts des Rolling Stones à Paris, en novembre 1964 et en avril 1966, sont ainsi l’occasion de débats houleux. Alors que la presse crie au vaudou et dénonce les effets pervers de la guitare électrique sur le système nerveux36, des jeunes gens, garçons et filles, sont invités à donner leur avis sur la question. Leurs réponses révèlent des différences profondes dans la façon de vivre le rock. La majorité marque un désir de distanciation, dans un souci de rétablir l’image du rock et de préserver sa propre réputation37 mais d’autres, comme Yvain, 22 ans, chef de la formation canadienne des « Hou-Lops », tiennent à souligner : « Pour moi qui dirige un orchestre analogue aux Rolling Stones, ce sont, au contraire, les vrais « fans » qui vibrent suffisamment à la musique pour prendre ces positions que les « bourgeois » trouvent ridicules sans se souvenir du temps où ils écoutaient des chanteurs de swing ou même Tino Rossi. »

  • 38 Disco-Revue, no 3, 3 nov. 1964.
  • 39 L’adhésion était de 10 F mais constituait en fait un abonnement à la revue. Les membres pouvaient (...)
  • 40 L’école de Birmingham a interprété les subcultures rock en termes de classes sociales. Il m’est im (...)
  • 41 Disco-Revue, no 5, 11 janv. 1965. Cri d’appel..., op.cit., évoque longuement l’inimitié entre étudi (...)
  • 42 Jean-Claude Berthon répond à un lecteur inquiet : « Cher Daniel, les gars qui fréquentent le Club (...)

20Les « vrais fans », on les retrouve dans le courrier des lecteurs de Disco-Revue (1961-1966), alors la seule revue rock en France qui tire à 40 000 exemplaires (Salut les copains vend alors 1 million d’exemplaires). Les concerts des Rolling Stones y sont l’objet de comptes rendus enthousiastes. Les témoignages de lecteurs se focalisent sur l’analyse de la performance scénique du groupe, mais aussi sur la « qualité du public ». Michel Farion, lecteur aigri de ne pas avoir pu entrer faute de place, s’en prend aux « snobs » venus voir « nos Rolling » comme au « zoo »38. La revue donne parfois l’impression d’une citadelle assiégée, d’où l’idée, en novembre 1964, de mettre en place un « club des rockers » qui permettra aux fans de rock de se faire connaître : « L’union fait la Force et ce n’est qu’à partir de là que nous pourrons faire valoir nos droits dans un Pays où nous sommes brimés et exploités ». Un mois plus tard, le club compte déjà 1000 adhérents39. Pour Jean-Claude Berthon, le fondateur de la revue, c’est un moyen de compter ses troupes : « Ceux qui achètent Disco-Revue mais qui n’ont pas l’esprit « rocker » n’ont pas besoin de savoir ce que nous manigançons. » L’intégrité musicale est son seul critère de jugement, ce qui n’empêche pas de sentir, au sein du lectorat, d’autres lignes de fracture potentielles : l’âge d’abord (il faut avoir 16 ans pour être membre, mais « à condition d’avoir un caractère ‘jeune’, il n’y a pas d’âge maximum »), l’appartenance sociale ensuite40. Des étudiants, réputés préférer le jazz, tiennent à préciser : « le fait d’être étudiant ne m’empêche nullement d’aimer « cette musique de fous » comme disent les gens « biens » ou certains snobs que je connais. »41 Le souci de conformité à la norme « rock » conduit également des lecteurs à s’interroger sur la tenue la plus adéquate pour se rendre aux soirées du Golf Drouot. La peur d’être pris pour un « mod » est palpable, bien que la revue prenne peu en compte ces différenciations42.

  • 43 Disco-revue, no 4, 8 décembre 1964

21L’influence anglo-saxonne est omniprésente. Disco-Revue, qui se présente comme « le lien international des rockers » est particulièrement attentive à la circulation des disques et tente même d’organiser des échanges, au Golf Drouot, entre fans anglais et français. Certains lecteurs lisent le New Musical Express et le Melody Maker britanniques, écoutent Radio-Luxembourg en anglais, ce qui laisse supposer une bonne maîtrise de la langue et, sans doute, une certaine aisance sociale, et dénigrent, de manière quasi systématique, la presse et les émissions jeunes françaises. Néanmoins, des différences sensibles persistent : « l’idolâtrie », en particulier, est moins répandue en France, ce qui surprend les artistes britanniques en tournée sur le sol français, comme Mick Jagger en 1964, qui s’étonne qu’aucun fan ne soit venu les attendre à l’aéroport. Ce n’est pas sa seule mésaventure : « Imagine-toi que nous étions sur les Champs-Élysées cet après-midi et que nous posions pour un photographe. Soudain arrive un homme à bicyclette, d’un certain âge et pas rocker pour un sou. Il s’approche de nous, nous observe puis se met à crier très fort : ‘bande de p’tits pédés… bande de p’tits pédés…’ »43.

  • 44 Le blouson de cuir noir fut notamment récupéré par les subcultures homosexuelles « cuir » et SM.
  • 45 Le Parisien Libéré, 3 août 1962.

22Au regard des normes de genre traditionnelles, l’apparence des rockers était ambiguë : le blouson noir s’affichait comme une parodie de masculinité. Il fut d’ailleurs réclamé par la culture homosexuelle, à travers notamment la figure de James Dean44. Leurs cheveux longs et le pantalon moulant trahissaient un « efféminement », maintes fois souligné par les observateurs. Symbole d’une masculinité en crise, le « blouson noir » fonctionne comme un contre modèle à l’idéal de virilité incarné, dans les discours officiels, par une jeunesse française, saine et sportive, fière de porter, en Allemagne ou en Algérie, les couleurs de la France. Le service militaire de 18, puis de 28 mois apparaît alors comme l’ultime rite de passage vers l’âge adulte, et la rédemption sociale du rocker passe pour Johnny Hallyday en 1964, comme pour Elvis Presley en 1958, par la capacité à faire, malgré tout, son devoir. L’» uniforme » du « blouson noir » réfléchit celui du soldat, comme vu à travers un miroir déformant : la discipline devient goût de la violence, la protection des plus faibles la haine des minorités, les discours sur l’honneur, une parodie vide de sens, l’appel au courage, la tentation de la désertion. Déjà, pendant l’Occupation, l’anarchie vestimentaire des zazous avait semblé intolérable, comme un pied de nez aux restrictions, à l’esprit de sérieux et au discours sur les valeurs nationales. À Rethel, en août 1962, des militaires tondent des « blousons noirs », sous les yeux des Rethelois qui applaudissent de tout cœur45.

  • 46 Voir F. Tamagne, « Trahison », in L.-G. Tin (dir.) Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003.
  • 47 Voir par exemple R. Garaud, op.cit., p. 36. Les éducateurs qui cherchaient à s’intégrer à une band (...)
  • 48 « Les nuits bleues du rock’n’roll », in « L’école de la violence. Une grande enquête de Michel de (...)

23Il n’est donc pas anodin que l’accusation la plus fréquemment portée contre les « blousons noirs » soit celle d’homosexualité, traditionnellement rattachée, dans le discours homophobe, à la trahison nationale46. Pour les observateurs des « blousons noirs », l’homosexualité est l’étape ultime de la déchéance morale, le signe que le jeune ne pourra être racheté. Les sociologues et psychiatres, qui interviennent comme experts sur les questions du rock et de la délinquance juvénile y reviennent sans cesse47. La distinction rock/yéyé trouve ici un nouveau point d’ancrage. Pour Roger de Mervelec, organisateur du premier festival rock au Palais des Sports le 24 février 1961, Johnny Hallyday « est frais, sain, romantique », « beau garçon, grand, bien fait, athlétique même » et « plaît aux filles », tandis que Vince Taylor, « symbole sexuel des blousons noirs » paraît « sombre, sensuel, efféminé, dangereux »48. Au-delà du préjugé, cette remarque souligne une constante des subcultures rock. Organisées autour de la figure du chanteur – et de son guitariste – dont la performance scénique repose autant sur les qualités vocales et/ou instrumentales que sur le sex-appeal, elles sont par essence homoérotiques. En cela, les concerts rock étaient profondément subversifs. Lorsque Little Richard, rocker noir gay et travesti, se produisit à l’Olympia en juin 1964, une vingtaine de garçons montèrent sur la scène et le couvrirent de baisers.

  • 49 Moustique qualifie de « tantouze » le garçon qui n’est pas un rocker mais qui suit la mode. Il dia (...)
  • 50 Cette situation n’est pas nouvelle, mais la visibilité qui lui est donnée, dans la presse ou les t (...)
  • 51 Le régime de Vichy introduit pour la première fois depuis 1791 la pénalisation des relations homos (...)

24La composante homoérotique de la subculture rock était pourtant sauvagement combattue par les « blousons noirs » eux-mêmes, et ils renvoyaient indifféremment le qualificatif de « tantouze » aux yéyés ou aux mods49. L’homophobie, omniprésente, apparaît cependant d’abord comme un discours réactif au soupçon d’homosexualité. Pour Moustique, le péril homosexuel est permanent depuis le centre de rééducation, où l’expérimentation homosexuelle fonctionne comme un rite de passage, jusqu’à l’intégration dans la bande, où elle peut devenir habitude ou nécessité. La plupart des témoignages soulignent la tentation de la prostitution homosexuelle pour les garçons jeunes et sans ressources, qui n’exclut pas l’entôlage et la « chasse aux pédés »50. Jamais en revanche il n’est question d’attachement sentimental, ou d’une orientation sexuelle assumée, même si l’on peut imaginer que le passage par la bande a pu être, pour certains jeunes, l’occasion de prendre conscience de leurs préférences sexuelles. En dépit de leurs dénégations, les blousons noirs sont partie prenante d’une certaine subculture homosexuelle, alors marquée, du fait d’une répression renforcée, par la « culture du placard » et la haine de soi51. Du reste, ils partagent avec les homosexuels les mêmes espaces résiduels (terrains vagues, chantiers abandonnés) et parfois les mêmes quartiers (Saint-Germain-des-Prés, Pigalle).

  • 52 Voir A. McRobbie, Feminism and Youth Culture, Londres, MacMillan, 2000.
  • 53 Cri d’appel..., op.cit., p. 60-61.
  • 54 Pour une analyse des viols collectifs, voir notamment Y. Charrier & J. Ellul, op.cit. Pour des rap (...)

25À l’homophobie affichée répond une misogynie assumée. Les filles, bien que présentes dans les bandes, y sont rarement nombreuses et sont maintenues dans une position dominée et marginale52. Elles doivent s’acquitter de tâches subalternes (courses, repérages), et leur « utilité » n’est reconnue que sur deux points : la beauté des filles renforce le prestige de la bande et leur disponibilité permet de satisfaire à peu de frais les besoins sexuels. Moustique signale cependant « qu’une souris dans une bande est cause de bagarres »53, car les filles se disputent les garçons. Ceux-ci d’ailleurs ne retirent pas grand-chose de ces liaisons rarement exclusives, puisque les filles « circulent » entre les membres de la bande. La manipulation psychologique, le chantage ou simplement la violence, sont couramment employés pour persuader les filles d’accorder des faveurs sexuelles et, à partir de 1962, des récits de viols collectifs perpétrés par les bandes affleurent dans la presse, où ils sont toujours traités, comme dans les témoignages de blousons noirs, sur un mode euphémistique54. Les jeunes filles, si elles sont déjà affiliées à la bande, sont jugées responsables de leur sort. Ce tableau sombre n’empêche pas que nombre de garçons avouent rechercher une compagne avec laquelle ils partageraient des sentiments durables. La stabilisation sentimentale coïncide d’ailleurs souvent avec la sortie de la bande.

  • 55 La figure de la femme habillée de cuir s’était cependant imposée sur les écrans par le biais de la (...)

26De leur côté, toutes les filles ne se cantonnent pas dans une position de faire-valoir. Si leur participation est moins visible, c’est d’abord parce que les témoignages disponibles, généralement masculins, tendent à sous-estimer le rôle des filles, mais aussi parce que du fait des contraintes qui pèsent sur elle, notamment au foyer familial (aide ménagère, soin aux frères et sœurs, surveillance plus stricte des sorties), elles sont moins à même de fréquenter les cafés et les autres lieux publics, rassemblements des fans et des rockers. L’influence des filles est cependant sensible en matière de mode : les cheveux longs des garçons, les tenues moulantes sont encouragées par les fans féminines qui apprécient cette érotisation du corps masculin et souhaitent retrouver chez leur compagnon ce qui leur plait chez leurs idoles. Certaines, par ailleurs, cherchent à satisfaire leur passion à domicile, grâce à la radio et à l’électrophone, et lisent avec avidité les revues spécialisées. Plusieurs filles prennent la parole dans le courrier des lecteurs de Disco-Revue pour s’étonner de leur faible représentation dans le magazine. Les comptes rendus de concerts attestent également de leur présence, néanmoins plus sensible chez les yéyés que chez les rockers. Elles hurlent, dansent, se laissent porter par la foule, voire se déshabillent, comme en témoignent des photos publiées dans Le Parisien libéré au lendemain du concert de Vince Taylor au Palais des Sports, en novembre 1961. De ce point de vue, la transgression est sans doute plus forte chez les filles que chez les garçons, car elle implique la remise en cause de principes assimilés depuis l’enfance et met en jeu leur réputation. Dans les bandes, certaines « égéries » n’hésitent pas à arborer le blouson noir, en rupture totale avec les normes imposées de la féminité et de la respectabilité bourgeoise, voire à faire le coup de poing55. L’exemple de la jeune Annie, 19 ans, qui « pour aller se bagarrer avec ses copains les J.V. d’Ivry », laisse son bébé à sa mère est édifiant quant à la manière dont est alors perçu ce qui apparaît à la fois comme une transgression des règles sociales, des normes de genre, et même de l’instinct maternel. France Soir, le 1er janvier 1965, insiste d’ailleurs sur le fait que la jeune fille, ainsi qu’une autre « égérie », a été la maîtresse de toute la bande, et ignore qui est le père de son enfant.

*

  • 56 Enquête de G. Bordeux, France soir, 30 déc. 1964.

27« Hier soir, à Ivry, pendant quelques secondes, j’ai eu la vision d’un pays occupé. Ils étaient une dizaine, bottés, engoncés dans leurs blousons de cuir, doublés de peau de mouton, col relevé, martelant le trottoir. Il faisait froid et les rares passants, des adultes, s’écartaient prudemment devant cette patrouille juvénile »56

28Jouant sur la peur de la jeunesse, jusqu’à entretenir une atmosphère de guerre civile, la presse réduit le port du blouson noir au conflit de générations et à une culture de la paresse et de la violence. Il offre pourtant d’autres clés d’interprétations. À la fois mise en scène spectaculaire et projection de soi, le blouson noir est d’abord, pour l’adolescent, le lieu, temporaire, où se résolvent les tensions suscitées par des injonctions contradictoires concernant les normes de sexe et de genre, la conscience de classe, le rôle social de la jeunesse, l’appartenance supposée à une « culture jeune », neutre et consensuelle.

29Le port du blouson noir ne marque, le plus souvent, qu’un moment dans la construction identitaire du jeune. Si certains préfèrent ensuite s’en débarrasser, d’autres continuent de le porter pour une occasion spéciale (un concert), ou le conservent en nostalgie du passé, comme le signe visible de leur passage de la jeunesse à l’âge adulte.

Notes

1 R. Kaisermann, Blousons noirs story. Un livre nostalgique souvenir des années soixante, Ivry sur Seine, s. n. e., 1987, p. 1. Ce livre publié à compte d’auteur relate les souvenirs d’adolescence de cet ancien blouson noir parisien, dans un style volontiers provocateur. Il n’évite aucun cliché (concerts rock, bagarres entre bandes, viols collectifs, « chasse aux pédés », courses de motos mortelles) et il est parfois difficile de faire la part de ce qui relève de la « nostalgie », de la reconstruction a posteriori et de l’affabulation pure et simple.

2 Dans l’affaire du square Saint-Lambert (22 juil. 1959), la préfecture de Police fit savoir, par communiqué de presse, que des scènes de bagarres avaient été mises en scène par les journalistes, et que des jeunes étaient allés rechercher leur blouson à leur domicile. Voir Le Monde, 31 juil. 1959, cité in L. Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes, institutions et pouvoirs en France des années 1950 au début des années 1960, dir. par J.-F. Sirinelli, Pris, IEP de Paris, 2003, p. 132 pub. sous le titre Le plus bel âge ? Les jeunes au temps des Trente Glorieuses, Paris, Fayard, 2007.

3 Il s’agit d’une des catégories des cartes d’alimentation servant au rationnement durant l’Occupation, encore en vigueur au lendemain de la guerre. On trouve aussi l’expression JV, que la presse traduit par « jeune voyou » mais qui signifie pour la police « jeune à vérifier ».

4 Voir Le Parisien libéré, 13 fév. 1963. Pour les apaches voir D. Kalifa, L’encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

5 Cet article s’inscrit comme point de départ d’une recherche en cours. La presse populaire a été étudiée sur une période qui va de 1945 à 1982 (principalement France-Soir, Le Parisien libéré et Paris-Journal) à partir des dépouillements conservés aux Archives de la Préfecture de Police de Paris (désormais APP), DB 75 et DB 592 : délinquance juvénile. Ont également été en partie dépouillés la presse rock (Disco-Revue), l’organe des services de police Liaison, des souvenirs d’anciens blousons noirs, des témoignages d’éducateurs de rue ainsi que des analyses de sociologues, médecins et autres « experts » qui travaillèrent au contact des « blousons noirs ». J’ai également eu accès à des accessoires ayant appartenu à des « blousons noirs », conservés à la Préfecture de Police de Paris (APP, boîte « Blousons noirs », sans cote).

6 L. Bantigny, Le plus bel âge ?, op.cit. A.-M. Sohn, Age tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001 ; F. Tétard, V. Peyre, Des éducateurs dans la rue : Histoire de la prévention spécialisée, Paris, La Découverte, 2006 ; G. Mauger, La Vie buissonnière : marginalité petite-bourgeoise et marginalité populaire, Paris, Maspero, 1977 ; Hippies, loubards, zoulous : jeunes marginaux de 1968 à aujourd’hui, Paris, La documentation française, 1991 ; F. Gambrelle et M. Trebitsch, Révolte et société, Paris, Pub. de la Sorbonne, 1989, L. Mucchielli, Violence et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2002. Voir aussi Cl. Bacher, Le phénomène « blousons noirs » vu par la presse (fin des années 50-début des années 60), Mémoire de maîtrise dir. par M. Lefèbvre, Université de Clermont-Ferrand II, 2000 et T. Mirthil, Le Temps des « blousons noirs ». La représentation des bandes de jeunes, 1957-1964, Mémoire de maîtrise dir. par J.-L. Robert et M.-Cl. Blanc-Chaléard, Université de Paris I, 2002.

7 Le ted ou teddy est un blouson bicolore, souvent de couleur vive, bordé au cou et aux poignets par une bande de côtes tricotée. Il est porté par plusieurs figurants du film Les Tricheurs. Le Harrington, un blouson en coton ou en polyester, généralement noir, bleu ou beige, et remarquable par sa doublure écossaise, était porté par les Mods. Ils ne peuvent être assimilés à des « blousons noirs ».

8 Pour un historique détaillé, voir M. Farren, The Black Leather Jacket, London, Plexus Publishing ltd, 1985.

9 R. Kaisermann donne une liste complète des marques de motos plébiscitées par sa bande : spécial 50 Motobécane, Harley, Norton, Triumph et BSA, Flandria, Giulietta, Gitane, Flash Paloma.

10 « Moustache » [en fait le chanteur de rock, ex-blouson noir, Moustique], dans Cri d’appel d’un blouson noir. Un document authentique, Paris, Fayard, 1962, s’insurge : « Tandis que s’il arbore un costume patte d’éléphant, avec chaussures à la mode, et qu’il a une allure de tantouze, il sera accepté parce qu’il est bien habillé et qu’il ne donne pas l’impression de se rebeller. Le patron lui donnera du travail, alors qu’il en a peut-être moins besoin que le gars ‘mal fringué’ », p. 65-66.

11 Voir les remarques méprisantes de Moustique à l’égard de ceux qui achètent un blouson hors de prix avec l’argent de leurs parents, ibidem, p. 52.

12 M. Farren, op.cit., p.10.

13 « La délinquance juvénile. Essai d’appréciation de sa situation présente dans le département de la Seine », deuxième partie, Liaison, 2 novembre 1964. Les photos qui accompagnent l’article montrent des jeunes aux corps empruntés et aux épaules tombantes, ou bien agressifs et arrogants. Pour le traitement du blouson noir par les photographes de presse, voir aussi L. Bantigny, op.cit., p. 132-134.

14 Voir APP, boîte « Blousons noirs ».

15 R. Kaisermann, op.cit, p. 25

16 À une mère qui vient chercher son fils au commissariat, le commissaire conseille : « Habillez-le autrement, sans cela il reviendra souvent ici… » (France-Soir, 6 avril 1962).

17 Sur la question du rapport entre jeunesse et espace voir T. Skelton, G. Valentine (ed.), Cool Places. Geographies of Youth Cultures, London-New York, Routledge, 1998.

18 Cette géographie internationale du « blouson noir » est progressivement révélée par la presse française alors que les incidents se multiplient en Suède, au Danemark, en Pologne, aux Pays-Bas, au Japon, voire en URSS. On peut lire alors des titres aussi improbables que « Vague de terreur sur Singapour : les « blousons noirs » ont pris la relève des gangsters emprisonnés » (Paris-Journal, 7 août 1959) ou « Amsterdam : Même la pègre s’est battue hier contre les blousons noirs » (France soir, 17 juin 1966). Ce dernier article, qui renvoie en fait aux « provos », traduit la difficulté à comprendre les phénomènes observés. Voir aussi Dr R. Garaud, Jeunesse privée d’étoiles, Paris, Plon, 1962, p. 5-6.

19 Ainsi, en 1963, la carte des « blousons noirs » de Seine-et-Oise est répartie autour de six « bases » : Versailles, Pontoise, Argenteuil, Deuil-la-Barre, Villeneuve Saint-Georges, Livry-Gargan.

20 R. Garaud, op.cit., p. 4. Pour une analyse précise et nuancée de la situation en province, voir le cas de Pessac in Y. Charrier, J. Ellul, Jeunesse délinquante des blousons noirs aux hippies, Paris, éd. de l’AREFPPI, 1985 [1re éd. 1971].

21 « La délinquance juvénile... », op.cit., Liaisons, 2 nov. 1964 et aussi Le Parisien Libéré, 22 août 1959.

22 R. Garaud, op.cit.

23 Sur les dangers du flipper, Y. Charrier & J. Ellul, op.cit., p. 186-187.

24 Ibid.. Voir aussi R. Kaisermann, op.cit., p.13. Par ailleurs, les vols de véhicules, qui concernent à 80 % les deux roues dans le cas des mineurs, ne cessent d’augmenter, voir L. Bantigny, op.cit., p. 159.

25 Le Parisien libéré, 13 fév. 63.

26 Paris-Jour, 25-26 juil. 1959.

27 France-Soir, 29 déc. 1964. Voir aussi Paris-Jour, 25 janv. 1967 : « Comment on devient un ‘blouson doré’ », qui décline les lieux de la délinquance bourgeoise parisienne : le « Drugstore des Champs-Elysées », le « Pub Renault », les cafés de la Chaussée de la Muette, les boutiques dans le vent (rue de la Pompe, place Sainte-Catherine).

28 Voir H.-L. Dienel, M. Schophaus, « Urban Wastelands and the Development of Youth Cultures in Berlin since 1945, with comparative perspectives on Amsterdam and Naples », dans A. Schildt, D. Siegfried, European Cities, Youth and the Public Sphere in the 20th Century, Aldershot, Ashgate, 2005, p. 110-133.

29 « Dans un coin du square, il y a un groupe compact, mais en perpétuel mouvement sur lui-même. (...) Ça palabre ; ça joue de la guitare ; ça gueule, ça s’engueule ; ça se bagarre soudain avec violence ; ça se calme ; ça interpelle les passants… Peut-être mon lecteur qui boit son « pot » à mes côtés n’a-t-il pas l’intuition de ce qui fait l’un des aspects importants du phénomène : ça s’emmerde… » Bientôt le petit groupe se disperse avec l’arrivée de la camionnette de police. Certains reviendront y passer la nuit, faute de logement ou pour éviter de rentrer dans leur famille. Cri d’appel…, op.cit., p. 12-13.

30 O. Galland, Les jeunes, Paris, La découverte, 2002, p. 35.

31 L’un des premiers sociologues à employer l’expression de « culture jeune » (youth culture) est l’américain Talcott Parsons qui désigne ainsi un monde de la jeunesse structuré par l’âge et les rôles sexuels. En 1961, James S. Coleman insiste sur la rupture de la jeunesse avec le monde des adultes et ses liens avec la société de consommation. Par la suite, la « culture jeune » est analysée sous l’angle de la délinquance juvénile (Stanley Cohen) et interprétée en termes de classe (école de Birmingham). En France, Alfred Sauvy évoque en 1959, « la montée des jeunes », tandis qu’Edgar Morin consacre plusieurs articles dans Le Monde à l’émergence d’une « culture juvénile ». Je préfère employer ici la notion de « subcultures adolescentes » qui rend mieux compte, à mon sens, de la pluralité des cultures de la jeunesse, mais aussi de l’existence de groupes distincts, soudés par des modes de pensée et d’agir communs, et particulièrement par les identités musicales.

32 France-Soir, 24 juillet 1959. Certaines bandes, comme celle des Jeunes Lycéens Versaillais, en avril 1961 étaient spécialisées dans le vol et la revente de disques. D’autres utilisaient des 45 tours coupés en deux en guise de coup de poing américain. Voir Le Parisien libéré, 7 janv. 1965.

33 Cri d’appel…, op.cit., p. 78. Voir aussi R. Kaisermann, qui apprécie cependant indifféremment rockers et yéyés et voue un culte à Johnny Hallyday.

34 « Parents, qu’avez-vous fait de vos enfants ? Une enquête sur la jeunesse française d’aujourd’hui », Parisien Libéré, juin 1965.

35 Les troubles commencèrent dès les « vedettes américaines ». La salle fut évacuée avant que Vince Taylor ait pu monter sur scène. Voir Paris-Jour, 20 nov. 1961 et aussi France-Soir, 21 nov. 1961 : « Ils sont malades du rock ». Kaisermann affirme avoir été présent ce soir-là et donne sa version du concert.

36 Voir par exemple Le Parisien libéré, 3 avril 1966.

37 Les photos des jeunes gens montrent des visages lisses, souriants et bien coiffés.

38 Disco-Revue, no 3, 3 nov. 1964.

39 L’adhésion était de 10 F mais constituait en fait un abonnement à la revue. Les membres pouvaient également assister aux soirées organisées au Golf Drouot et recevaient des disques en cadeaux ainsi que le bulletin du club.

40 L’école de Birmingham a interprété les subcultures rock en termes de classes sociales. Il m’est impossible, dans l’état actuel de mes recherches, de trancher cette question. Les enquêtes menées sur les « blousons noirs » dans les années 60 confirment que la majorité d’entre eux sont issus des classes populaires ; d’autres facteurs semblent cependant plus déterminants : foyers désunis, alcoolisme... La conscience politique de ces jeunes est en outre quasi nulle. Il paraît aussi difficile d’opposer les rockers ouvriers, aux fans de jazz étudiants et aux yéyés petits-bourgeois. En effet, les « blousons noirs » n’écoutent pas tous du rock et ceux qui le font ne font pas forcément de différences entre rockers et yéyés. Par ailleurs, les lecteurs de Disco-revue, pour satisfaire leur passion, doivent mettre en œuvre des stratégies qui nécessitent un minimum d’argent ou d’entregent ; si le coût des disques est assez modique (le vol de disques concernerait principalement les moins de 16 ans), il est plus difficile de faire venir des enregistrements inédits de l’étranger.

41 Disco-Revue, no 5, 11 janv. 1965. Cri d’appel..., op.cit., évoque longuement l’inimitié entre étudiants et blousons noirs, pour finir par la relativiser.

42 Jean-Claude Berthon répond à un lecteur inquiet : « Cher Daniel, les gars qui fréquentent le Club sont simplement des amateurs de Rock’n’Roll et je ne vois pas pourquoi tu essaies de faire une différence. Nous ne sommes pas en Angleterre. Pour nous, un Rocker est un amateur de Rock et de Rhythm’n’Blues. Ceci dit, viens vite voir au Golf ce qui s’y passe, je doute que tu sois d’une façon ou d’une autre, ridicule » ; Disco-Revue, no 4, 8 décembre 1964. R. Kaisermann évoque en revanche l’affrontement de sa bande avec une bande de mods de Joinville, « en veste madras et petite cravate de cuir », « à la fête du petit vin blanc », puis à la fête du boulevard Rochechouart.

43 Disco-revue, no 4, 8 décembre 1964

44 Le blouson de cuir noir fut notamment récupéré par les subcultures homosexuelles « cuir » et SM.

45 Le Parisien Libéré, 3 août 1962.

46 Voir F. Tamagne, « Trahison », in L.-G. Tin (dir.) Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003.

47 Voir par exemple R. Garaud, op.cit., p. 36. Les éducateurs qui cherchaient à s’intégrer à une bande de « blousons noirs » étaient soupçonnés d’être soit « flics », soit prêtres, soit « pédés ». Voir Y. Charrier & J Ellul, op.cit.

48 « Les nuits bleues du rock’n’roll », in « L’école de la violence. Une grande enquête de Michel de Saint-Pierre », L’Aurore, 5 juil. 1962.

49 Moustique qualifie de « tantouze » le garçon qui n’est pas un rocker mais qui suit la mode. Il diabolise l’homosexualité qui est selon lui « le jeu le plus grave » que l’on pratique au centre de rééducation.

50 Cette situation n’est pas nouvelle, mais la visibilité qui lui est donnée, dans la presse ou les témoignages, est à mon sens largement inédite. Voir aussi Liaison, 9 nov. 1964.

51 Le régime de Vichy introduit pour la première fois depuis 1791 la pénalisation des relations homosexuelles : la loi du 6 août 1942 prévoit une amende et une peine comprise entre 6 mois et 3 ans de prison pour tout acte homosexuel ou lesbien perpétré avec un mineur de moins de 21 ans, alors que la majorité sexuelle est fixée à 13 ans pour les hétérosexuels (15 ans à la Libération).

52 Voir A. McRobbie, Feminism and Youth Culture, Londres, MacMillan, 2000.

53 Cri d’appel..., op.cit., p. 60-61.

54 Pour une analyse des viols collectifs, voir notamment Y. Charrier & J. Ellul, op.cit. Pour des rapports de police, voir Liaison, 2 nov. 1964.

55 La figure de la femme habillée de cuir s’était cependant imposée sur les écrans par le biais de la série télévisée Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers, 1961), à travers les personnages de Cathy Gale (Honor Blackman) et d’Emma Peel (Diana Rigg). Voir aussi R. Kaisermann, qui évoque comment les « loulouttes » de la bande affrontèrent les « nanas des mods ».

56 Enquête de G. Bordeux, France soir, 30 déc. 1964.

Auteur

Historienne, maîtresse de conférences à l’Université de Lille 3, est membre de l’IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion, UMR CNRS 8529). Spécialiste de l’histoire du genre et des sexualités, elle est l’auteur de Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, 2000 et de Mauvais genre ? Une histoire des représentations de l’homosexualité¸ Paris, 2001, ainsi que de nombreux articles. Elle a récemment participé à l’ouvrage collectif Une histoire de l’homosexualité, sous la direction de R. Aldrich, Paris, 2006 et dirigé le numéro spécial « Écrire l’histoire des homosexualités en Europe », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no 53-4, oct.-déc. 2006. Elle travaille maintenant sur les relations entre rock, jeunesse et politique en Allemagne, Angleterre et France entre 1954 et 1979.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search