Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Signes et codes

Paraître dominical et jeu des apparences

Dans les villes françaises de la fin du XVIIIe siècle à celle du Second Empire

Robert Beck

Texte intégral

  • 1 A. Furetière, 1690, cité par J. Cellard, « Dies domenica », Autrement, no 107, mai 1989, p. 16.
  • 2 J.-L. Ménétra, Journal de ma vie, Paris, 1982, p. 178.
  • 3 Annales de la Religion, no IV, 1795, p. 476. Pour le conflit entre dimanche et décadi en général, (...)

1En 1690, le dictionnaire de Furetière donne la définition suivante du verbe s’endimancher : « Le peuple appelle les habits du Dimanche les plus beaux habits qu’il ait. On dit aussi qu’un homme se pare de quelque chose comme de sa robe des Dimanches ». Or, en précisant le sens du verbe réfléchi « s’endimancher », qui daterait de 1570, la définition du même dictionnaire prend une tournure beaucoup plus hautaine et méprisante : « il se dit des gens du peuple qui gardent leurs plus beaux habits pour les mettre le dimanche. Il [le mot] est bas et tient de la raillerie »1. Changer d’habits, enlever les vêtements portés au travail et endosser ceux du dimanche est donc l’affaire des classes populaires dans un sens large, incluant aussi les milieux de la petite bourgeoisie. Porter les vêtements du dimanche pour participer aux défilés vestimentaires des sorties de la messe, et surtout sur les promenades, revêt aussi une fonction signalétique : l’affranchissement passager de la charge du travail. S’endimancher un autre jour qu’un dimanche provoque par conséquent la réaction des proches, comme celle du père du compagnon vitrier parisien Ménétra. Rencontrant, un jour de semaine sur les boulevards son fils, paré de son « beau » costume, il s’enquiert aussitôt de savoir pourquoi celui-ci ne travaille pas2. Quand la Révolution abolit le dimanche pour lui substituer le décadi dans le calendrier républicain, porter son bel habit un jour de ci devant dimanche devient dès lors une manifestation contre-révolutionnaire, sous peine de poursuites. Ainsi tout habitant du district de Beauvais qui se montrerait endimanché, un dimanche en l’an II, court le risque de se faire déshabiller3.

  • 4 Processus décrit dans l’ouvrage cité en note 3.

2Cette contribution se concentre sur les classes populaires urbaines françaises. Cela ne signifie pas que l’habit du dimanche ne joue aucun rôle dans les sociétés rurales, où il est l’indicateur de la position sociale et du rang tenu par son porteur au sein de la hiérarchie de la paroisse ou de la communauté villageoise. Mais le fait de s’endimancher dans les milieux populaires citadins s’inscrit dans une évolution générale du dimanche, qui se caractérise par un processus progressif de désacralisation et de profanation, et par sa transformation en un simple jour de repos et de famille4, processus dont le port de l’habit du dimanche constitue un de ses éléments. Cette évolution commence vers la fin de l’Ancien Régime et concerne les deux premiers tiers du XIXe siècle, période qui définit ainsi le cadre chronologique de cette contribution.

3Il nous paraît nécessaire de revenir sur les conditions matérielles qui définissent les apparences vestimentaires, avant de nous interroger sur les fonctions du vêtement du dimanche. Celles-ci sont l’objet d’un discours critique dont il convient de tenir compte pour juger de l’importance de l’habit dominical dans les mentalités populaires du XIXe siècle.

  • 5 Encore au XVIIIe siècle, certains théologiens, comme Pierre Collet, insistent sur cet aspect (Trai (...)

4Mais tout d’abord, d’où vient le fait de s’endimancher ? Si le verbe existe depuis le XVIe siècle, la pratique peut résulter d’une volonté de l’Église catholique tridentine d’imposer aux fidèles une apparence décente quand ils séjournent dans la maison du Seigneur et quand ils s’approchent de l’autel. De la même manière les églises elles-mêmes doivent présenter dorénavant un aspect de propreté5. L’habit propre du fidèle est d’ailleurs le signe de la décence de son âme. Cette discipline vestimentaire est parallèle à l’entreprise de disciplinarisation corporelle du fidèle à l’église, lui imposant de se tenir tranquille et silencieux, de s’agenouiller sur les deux genoux… Les catéchismes inculquent ces nouveaux devoirs aux fidèles dès leur jeune âge, comme le montre celui-ci du diocèse d’Autun :

  • 6 G. de Roquette, Catéchisme ou abrégé de la foi et des vérités chrétiennes pour le diocèse d’Autun,(...)

D. : Comment faut-il assister au saint sacrifice de la messe ?
R. : Avec beaucoup de modestie et de dévotion.
D. : En quoi consiste cette modestie ?
R. : À avoir un extérieur très respectueux.6

  • 7 BnF, Fonds Joly de Fleury, no 1396, fos 313 – 323.

5On insiste encore sur cette propreté des apparences à la fin de l’Ancien Régime. En 1782, la cour du parlement de Paris interdit ainsi aux fidèles d’Épernay de se présenter à la messe en tablier7.

  • 8 J. Croiset, Parallèle des mœurs de ce siècle, et de la morale de Jésus-Christ, 2e éd., t. I, Lyon, (...)
  • 9 Catéchisme à l’usage du diocèse d’Angers, Angers, 1738, p. 82-83.
  • 10 Marivaux, La vie de Marianne, Paris, 1978, p. 84-88.

6Néanmoins, cet habit spécifique du dimanches et des fêtes devient pour les fidèles un objet de coquetterie faisant partie du jeu des apparences. Depuis la fin du XVIIe siècle, les ecclésiastiques augmentent en effet leurs critiques contre le luxe et l’immodestie des habits du dimanche, notamment de ceux des femmes des classes supérieures. Celles-ci, vêtues de « manière pompeuse et immodeste », n’utiliseraient la messe dominicale, au même titre que la promenade et le spectacle, que pour faire étalage de leur garde-robe. Jean Croiset vise la femme de ces milieux qui se doit d’être « humble sans affectation, modeste sans art, habillée selon sa condition, mais sans luxe… »8. L’immodestie de la vêture, notamment les dimanches et fêtes, est d’ailleurs considérée par le Catéchisme à l’usage du diocèse d’Angers comme une des premières occasions qui peut porter à l’« impureté », après l’« oisiveté » et les « conversations familières » entre personnes de différents sexes9. Marivaux, dans La vie de Marianne (1734), illustre bien ce jeu des apparences que les théologiens n’ont de cesse de condamner. L’héroïne, vêtue de nouveaux habits qui masquent complètement son état de domestique, a hâte d’aller à la messe un jour de fête pour voir, comme elle dit, « combien on me regarderait ». Arrivée à l’église, elle évite la foule des gens du peuple, car son habit et sa figure « y auraient trop perdu… ». Elle gagne donc le haut de l’église où se trouve le « beau monde qui était à son aise », et elle y aperçoit des femmes parées à outrance, ainsi que de jeunes cavaliers et des gens de robe et d’épée « dont la contenance témoignait qu’ils étaient bien contents d’eux, et qui prenaient sur le dos de leurs chaises de ces postures aisées et galantes qui marquent qu’on est au fait des bons airs du monde »10. Habit et gestuelle forment un ensemble pour manifester sur la scène de la messe dominicale toute la distance qui sépare cette classe du commun du peuple, différence qui trouve son expression à la fois sur un niveau spatial, gestuel et vestimentaire.

Les conditions matérielles de l’endimanchement

  • 11 D. Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe – XVIIIe siècle, Paris, 1989, (...)
  • 12 Cité par F. Ploux, Le corps dans la société traditionnelle. Pratiques et savoirs populaires, Paris (...)
  • 13 Roche, op. cit., p. 105.

7L’utilisation de l’église et de la messe dominicale, ainsi que des promenades de la ville, comme scènes de l’ostentation vestimentaire par le « beau monde » ne peut qu’entraîner le peuple spectateur au mimétisme. Dans le projet d’un nouvel édit sur la sanctification du dimanche (1723) qui se trouve dans les papiers du procureur général Joly de Fleury, celui-ci prévoit que les idèles n’entrent dans une église « qu’avec l’habit décent suivant leur état… », signe précurseur de la participation du peuple au jeu des apparences ? Toujours est-il qu’au début du XVIIIe siècle, l’habit du dimanche reste secondaire dans les garde-robes des classes populaires, qui n’offrent qu’une médiocre capacité de renouvellement et permettent tout juste de suivre les rythmes des changements saisonniers11. En bas de l’échelle sociale, l’habit du dimanche se signale souvent par son absence, confirmant ainsi indirectement un proverbe breton : « premier point de pauvreté, porter en semaine ses habits du dimanche »12. Dans les budgets des familles populaires, les dépenses pour la nourriture et le logement restent toujours prioritaires, alors que le vêtement est sujet aux économies. Certaines catégories des classes populaires, telles que certains artisans et gens de boutique, réussissent cependant, dès les premières décennies du siècle des Lumières, à participer au défilé vestimentaire13 (s’agirait-il de ces catégories que vise le projet d’édit de 1723 ?) même si leur accoutrement leur attribue toujours un air artificiel et ridicule aux yeux des élites.

  • 14 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, 1985, p. 88.
  • 15 L. S. Mercier, Tableau de Paris, t. V, Amsterdam, 1783, p. 117 – 118.

8Dans ce contexte, il convient de rappeler que le fait de changer de linge le dimanche fait également partie de l’endimanchement. Ce renouvellement hebdomadaire, inventé par les religieux au XVIIe siècle comme un acte hygiénique, rendant synonymes propreté de linge et hygiène corporelle, arrive finalement jusqu’aux milieux populaires14. Selon les dires de Louis-Sébastien Mercier, le « diktat » d’une chemise propre oblige même ceux qui n’en possèdent qu’une seule, à la laver très tôt le dimanche matin afin de disposer du temps nécessaire pour la faire sécher avant la parade vestimentaire de ce jour-là15.

  • 16 Traité contre l’amour des parures et le luxe des habits, 2e éd., Paris, 1780, p. 83.
  • 17 Ibid., p. 90-91.

9Or, au cours du siècle des Lumières, s’opère une amélioration sensible des vestiaires des classes populaires, à la fois sur un niveau quantitatif et qualitatif, qui concerne aussi la garde-robe du dimanche. Les classes populaires participent dorénavant pleinement au jeu des apparences dominicales dans les villes. Les observateurs ecclésiastiques sont à nouveau les premiers témoins de cette évolution. Le Traité contre l’amour des parures et le luxe des habits, publié en 1780, met l’accent sur le fait que venir à la messe « avec cet étalage de vanité » accroît encore le péché16. Il peut s’appuyer sur un édit du pape Clément XIV, publié en 1770 visant surtout l’habillement des femmes que le Saint-père souhaite désormais voir assister aux offices avec une « modestie exemplaire, couvertes et voilées ». Il accorde en outre au clergé le droit d’interdire l’accès à l’église aux femmes qui transgresseraient les normes de la décence vestimentaire17. Les censeurs ecclésiastiques s’adressent dorénavant à l’ensemble de la pyramide sociale et principalement au sexe féminin, comme nous venons de le constater. En effet, la soie et les cotonnades commencent à remplacer la laine dans les garde-robes féminines des classes populaires. Les tissus colorés à motif remplacent les tissus sombres et la robe se substitue à la jupe. La monotonie de l’habit dominical cède à cette diversification à laquelle contribuent aussi des coiffes, fichus, tours de col, manchettes et autres manchons. La possession de plusieurs paires de souliers permet aussi l’existence de la « bonne paire » prévue pour les sorties dominicales dont l’église n’est pas l’unique but.

  • 18 D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire, Paris, 1981, p. 173 – 176.
  • 19 BnF, Arsenal, Archives de la Bastille, ms 10.119-10.128. Bulletins de la sûreté, 1760-1773.
  • 20 Beck, op. cit., p. 69.

10La garde-robe des femmes du peuple profite beaucoup plus de cette amélioration que celles des hommes, ce qui explique que les foudres des ecclésiastiques tombent surtout sur elles. Néanmoins l’homme du peuple qui se rend à la messe, à la promenade, au spectacle, au cabaret ou à la guinguette, respire dorénavant un air de mode, qui lui permet de se mêler au jeu des apparences dominicales18. Les accessoires à sa vêture telles que des tabatières ou montres dont les boîtiers sont en argent ou en or, deviennent des objets prisés par les voleurs les dimanches et jours de fêtes19. Cependant une partie des artisans et des boutiquiers, proches de la petite bourgeoisie, adoptent déjà les couleurs sombres qui définiront l’habit masculin du XIXe siècle, signe de décence, de correction, d’effort, de retenue et de sérieux, valeurs d’une bourgeoisie ascendante, utilisant dorénavant ses femmes comme miroir de sa position sociale. Dans ces mêmes franges de la société, l’habit du dimanche commence à être « concurrencé » par celui des grandes occasions20.

  • 21 Rétif de la Bretonne, Nuits de Paris, Paris, 1978, p. 48.
  • 22 Ph. Perrot, Les dessus et les dessous de la bourgeoisie. Une histoire du vêtement au XIXe siècle, (...)

11La friperie constitue une des sources principales d’approvisionnement vestimentaire des milieux populaires, de même que le vol ou le simple « emprunt ». Rétif de la Bretonne, de façon certes fantasmagorique mais néanmoins crédible, raconte ainsi l’exemple d’une blanchisseuse parisienne qui emprunte le linge d’une de ses clientes pour sa propre tenue dominicale. Rétif, à cette occasion, apprend l’existence de tout un circuit de prêt du linge des clientes aux femmes du peuple pour le dimanche21. Au début du XIXe siècle, la friperie continue à fournir des vêtements aux classes populaires, comme l’illustre l’exemple de ce bel habit de Staub, décrit par Philippe Perrot. Porté par un élégant, un fashionable pendant quelques semaines, il est vendu à un marchand d’habits qui l’écoule au marché du Temple, centre de la friperie dans la capitale. Un fripier/tailleur le refait à neuf, et le vend ensuite à quelqu’un dont la fonction sociale demande un paraître de tous les jours : employé, étudiant, etc. Usé de nouveau, l’habit reprend le chemin du Temple où il est à nouveau retouché et réparé, pour finalement être vendu à un ouvrier. Dorénavant, cet habit aura la noble tâche d’endimancher un homme du peuple, lui attribuant un certain air de mode, et lui permettant ainsi de participer au jeu des apparences22. La friperie constitue aussi l’unique occasion de coquetterie pour de nombreuses femmes, suivant ce tableau fourni par F. d’Antonelle en 1834 :

  • 23 F. d’Antonelle, « Le marché aux linges », dans Nouveau Tableau de Paris, t. 1, Paris, 1834, p. 358 (...)

Il est une classe de jeunes filles qui hantent volontiers le marché du Temple : ce sont les femmes de chambre, bonnes cuisinières, laveuses, frotteuses à cinquante écus de gages […]. Pauvres créatures, travaillant nuit et jour, mangeant mal, couchant sur la dure, ayant sans cesse sur leurs talons madame ou sa fille aînée ! Mais, le dimanche, après une semaine de peines et de privations, on a deux heures de liberté : il faut en profiter, se parer un peu… Les étoffes sont bien chères chez les marchands ; d’ailleurs, où trouver le temps de tailler et de coudre une robe ? On court au Temple, on achète un peignoir d’indienne cinq francs, un fichu de Barrèges vingt sous, un bonnet de tulle avec des rubans roses. La pauvre fille n’a jamais rien possédé de si beau ; elle monte en courant ses six étages, s’habille devant un miroir, se sourit, se plaît à elle-même tout comme une grande dame, et va danser à la barrière23.

  • 24 P. Pierrard, La vie ouvrière à Paris sous le Second Empire, Paris, 1965, p. 321.
  • 25 Ch. Eck, Histoire du vêtement (homme) ou jadis & aujourd’hui, suivie de l’art de se vêtir au XIXe  (...)
  • 26 Annales de la Charité, no 10, 1854, p. 91-92.

12Les sources d’approvisionnement vestimentaire pendant les premières décennies du XIXe siècle sont les mêmes en province : fripiers autour de l’église Saint-Maurice à Lille par exemple24, revendeurs ambulants, etc. La marchandise de la friperie parisienne est distribuée dans les villes des provinces, mais celles-ci disposent, à coup sûr, de leurs propres circuits d’approvisionnement25. La charité catholique contribue également à doter les pauvres de vêtements convenables pour le dimanche, comme le font les Conférences de Saint Vincent-de-Paul à Angers26.

  • 27 F. Le Play, Les Ouvriers des Deux Mondes, t. III, Paris, 1861, p. 159-160.
  • 28 Ibid., t. I, Paris, 1857, p. 319.
  • 29 Ibid, t. III, Paris, 1861, p. 387.
  • 30 M. Charpy, « Formes et échelles du commerce d’occasion au XIXe siècle. L’exemple du vêtement à Par (...)

13La confection introduit ensuite une nouvelle donnée à partir des années 1840. Grâce à elle, l’accès au vêtement neuf s’ouvre dorénavant aux classes populaires, accès encore facilité par la suite par l’essor et l’expansion de grands magasins. Un regard dans les garde-robes des ouvriers faisant partie des monographies de Frédéric Le Play et de ses disciples, pour la période du Second Empire, confirme cet enrichissement vestimentaire des classes populaires. On y relève en effet une panoplie assez vaste qui recouvre l’habit du dimanche et la possibilité de s’endimancher dans ces catégories sociales. Commençons par la lingère de Lille, femme seule élevant son enfant, qui a engagé tous ses vêtements du dimanche au mont-de-piété27. Elle n’est pas la seule à se priver des apparences dominicales au profit de la simple survie, renonçant en même temps aux loisirs dans l’espace public. Les observateurs leplaysiens constatent ainsi que dans beaucoup d’industries, les ouvriers ne disposent pas de vêtements décents pour les sorties dominicales, signe que l’amélioration matérielle et vestimentaire des classes populaires demande à être nuancée pour ces années28. D’autres familles ouvrières, et notamment les femmes, déposent au moins une partie de leur accoutrement prévu pour le dimanche au mont-de-piété, à l’instar de la femme du « manœuvre de famille nombreuse », qui y a déposé son châle d’hiver, d’une valeur de 17 francs29. Selon Manuel Charpy, le vêtement représente 60 % des objets déposés au mont-de-piété au milieu du XIXe siècle30 et il s’agit surtout de vêtements du dimanche, d’une valeur supérieure aux autres et dépourvus d’une nécessité absolue.

  • 31 Le Play, op. cit., t. IV, Paris, 1862, p. 252.
  • 32 Ibid, t. I, Paris, 1857, p. 39 – 40.

14La garde-robe dominicale peut atteindre en effet des valeurs importantes dans certaines familles ouvrières, comme dans celle du compositeur typographe, où elle représente la somme importante de 481 francs. L’homme dispose de paletots à la fois pour l’été et l’hiver, ainsi que d’une canne – un héritage – alors que la femme peut choisir entre une robe noire de satin de laine, une robe gris perle, et sa robe de mariage, puis entre un chapeau de castor et un chapeau de paille. Elle peut aussi se servir d’un mantelet en soie31. Dans ces ménages de l’élite ouvrière, l’habit du dimanche ne représente cependant plus la « meilleure pièce » : la femme du charpentier de Paris possède ainsi une robe en soie noire qu’elle ne met que pour aller aux noces32, adoptant ainsi la trilogie habit du travail/habit du dimanche/habit de grandes fêtes, inaugurée par la bourgeoisie à la fin du XVIIIe siècle.

15Ces vêtements du dimanche sont faits pour durer. Le charpentier de Paris possède ainsi un habit bleu qui date de 14 ans (et qu’il ne met que rarement), le tisseur en châles détient une redingote de 23 ans et le porteur d’eau, une veste et un pantalon en gros drap noir, acquis à l’époque de son mariage il y a plus de 12 ans. L’habit acheté pour le mariage se transforme en général en habit du dimanche, destiné à une longue vie.

  • 33 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), t.. 2, Lyon, 1977, p. 16.
  • 34 Cité par M. Perrot, Les Ouvriers en grève, France 1871-1890, t. 1, Lille, Service de repro. des th (...)
  • 35 Ibid, p. 210.

16Yves Lequin, quant à lui, donne l’exemple d’un ouvrier maçon de Villeurbanne qui, en 1851, dispose d’un pantalon et d’un gilet en gros drap bleu, de même qu’un gilet bordé de velours noir et une chemise en grosse toile rousse pour les dimanches. À cette occasion, il peut aussi porter une casquette en gros drap bleu foncé, une cravate couleur rouille, avec des dessins noirs et blancs. Cet ouvrier fait partie d’une catégorie observée dans la région lyonnaise qui préfère rogner sur les dépenses de l’alimentation, pour assurer la mise du dimanche33, constat certainement transférable à d’autres sociétés ouvrières et milieux populaires en France, si l’on s’en tient aux observateurs philanthropes, comme nous le verrons plus loin. L’image classique de l’ouvrier en blouse et casquette existe toujours vers le milieu du Second Empire, mais elle coexiste avec celle de l’ouvrier endimanché imitant le modèle bourgeois. À la fin du siècle en revanche, Émile Levasseur peut noter qu’au moins à Paris – mais les villes de province ont en général hâte de rattraper la capitale quant aux diverses modes – la blouse a disparu le dimanche. « Dans la rue on ne distingue plus guère le costume de l’ouvrier du patron »34. Même constat, la même année, de la part d’Haussonville : « Les dimanches et les jours de fête […] la blouse […] disparaît complètement et il n’y a guère d’ouvriers qui ne prennent tournure de demi-bourgeois »35.

17Depuis la fin du XVIIIe siècle, les classes populaires des villes disposent donc en grande partie de la possibilité de s’endimancher et de participer au jeu des apparences sur les scènes dominicales, de moins en moins à l’église, de plus en plus sur les promenades et dans les spectacles. Il convient à présent de porter notre regard sur la ou les fonction(s) que ces mêmes classes populaires des villes attribuent à l’habit du dimanche.

Les fonctions de l’habit du dimanche

  • 36 Mercier, op. cit., t. II, p. 214.
  • 37 R. de Platinière (Madame), Mémoires, Paris, 1986, p. 264.
  • 38 Ibid., p. 215.
  • 39 Beck, op. cit., p. 69.
  • 40 Ménétra, op. cit., p. 65.

18S’endimancher est d’abord un acte de mimétisme, résultat d’une coexistence des diverses classes de la société urbaine sur les scènes de la vie dominicale, c’est-à-dire les messes, les promenades et spectacles sous l’Ancien Régime. Il concerne d’abord la bourgeoisie. Louis-Sébastien Mercier note ainsi que « la petite bourgeoisie veut imiter la marquise et la duchesse […]. Elle ne revient point d’une promenade sans avoir fait une fantaisie nouvelle… »36. Madame Roland, se rappelant de sa jeunesse au sein d’une famille de la bourgeoisie parisienne, justifie son air endimanché d’alors par le plaisir de paraître. « Je n’étais point insensible au plaisir de paraître quelquefois dans les promenades publiques ; elles offraient alors un spectacle très brillant… »37. Elle généralise ce fait pour la bourgeoisie parisienne. « Il en existait des milliers dont la dépense assez grande en parure avait pour objet une représentation de quelques heures aux Tuileries tous les dimanches ; leurs femmes y joignaient celle de l’église, et le plaisir de traverser doucement leur quartier sous les yeux du voisinage »38. Ce constat du mimétisme des classes supérieures par la bourgeoisie est tout à fait transférable aux villes de province39. Le fait d’endosser son habit du dimanche procure ainsi à son porteur le plaisir de paraître, mais il semble aussi changer son caractère, lui ouvrir de nouvelles possibilités. Un boucher endimanché ose ainsi faire une demande en mariage à la jeune Mademoiselle Phlipon sur une des promenades parisiennes. Jacques-Louis Ménétra, quant à lui, narre qu’il a fait la cour à une limonadière à Nantes un dimanche : « Comme j’étais mis proprement, je me présentai… »40.

  • 41 Vie publique et privée des Français, à la ville, à la cour et dans les provinces, t. II, Paris, Ml (...)
  • 42 Roche, Culture des apparences…, op. cit., p. 112.
  • 43 Vie publique…, op. cit., t. II, p. 126.

19Le peuple des villes, endimanché dans les dernières décennies de l’Ancien Régime grâce à de meilleures conditions matérielles, entre à son tour dans le jeu du mimétisme vestimentaire. Certes, le témoignage de la Vie publique de 1826 situe le début de ce phénomène sous l’Empire41. Néanmoins tous les indices nous permettent faire commencer cette évolution dans les dernières décennies de l’Ancien Régime. Le mimétisme permet alors à la mode de pénétrer les ménages des milieux populaires. Les domestiques servant l’aristocratie et la bourgeoisie, sont des vecteurs de transmission de celle-ci42. Ce mimétisme suscite évidemment des réactions des classes supérieures qui abandonnent certaines modes pour en inventer de nouvelles, gardant ainsi le monopole de celles-ci, signes de distinction sociale. Un exemple : la redingote longue, à la mode sous la Révolution et l’Empire, est abandonnée sous la Restauration aux simples artisans et leur sert dorénavant de vêtement du dimanche43.

20L’endimanchement populaire s’inscrit alors dans une évolution plus générale du dimanche qui perd (en partie) de son caractère religieux de Jour du Seigneur, pour se transformer en un jour de fête populaire. C’est ce jour-là que le peuple des villes envahit les promenades, les spectacles et autres lieux de plaisir, s’emparant, d’une certaine manière, du contrôle de l’espace public. La Révolution ne met pas un terme à cette domination populaire temporaire qui perdure pendant quelques décennies au XIXe siècle, en gros jusqu’au Second Empire. Il faut l’haussmannisation des villes entraînant l’expulsion des classes populaires du centre des villes, suivie d’autres mesures (augmentation des tarifs des théâtres etc.) pour mettre un terme à cette domination populaire et pour rendre aux élites les promenades, salles de spectacle et autres lieux de plaisir dans les centres des villes.

  • 44 P. de Kock, « Le dimanche à Paris », dans La Grande Ville. Nouveau tableau de Paris, t. I, Paris, (...)
  • 45 L. Prudhomme, Miroir historique, politique et critique de l’ancien et du nouveau Paris et du dépar (...)

21Le peuple des villes se construit alors, durant cette période, une identité dont le vêtement du dimanche fait partie. Les témoignages de nombreux Tableaux et Physionomies, parus à l’époque de la monarchie censitaire, montrent un peuple avide, le dimanche, d’endosser le bel habit. « On s’endimanche : la femme un petit fichu en madras et un tablier neuf qu’elle ajoute à son costume de la semaine ; le mari a du linge blanc, et met une cravate. Les enfants des bas et des souliers. Ils sont contents… »44. Le vêtement du dimanche fait partie de la fête et il signale en même temps une fonction émancipatrice, ce dont les élites, aristocrates et haute-bourgeoisie, sont entièrement conscientes. Elles évitent dorénavant les lieux publics le dimanche, imposant une ségrégation sociale que regrette dès 1807 L. Prudhomme45. Tout en inventant de nouveaux temps (comme le jeudi du boulevard) et d’autres lieux (certaines parties du boulevard, maisons de campagne…), elles « boudent » désormais la vie publique des dimanches, au grand plaisir des auteurs des Tableaux et Physionomies comme Eléonore de Vaulabelle en 1834 :

  • 46 É. de Vaulabelle, « Le dimanche à Paris », dans Nouveau tableau de Paris au XIXe siècle, t. II, Pa (...)

Nous avons dit plus haut que la jeunesse fashionable ne s’habille pas le dimanche. C’est un âge qui date de l’ère libérale en France. Du moment où la soie et l’or aristocratique cessèrent d’éclater sur le costume des hommes, rien ne distingua plus l’enfant de bonne maison de l’ouvrier endimanché. Il y eut confusion dans la mise. Le riche s’indigne de cette égalité apparente, et, de peur d’être pris pour son chapelier, le jour où son chapelier mettait une cravate blanche et un habit noir, il garda la chambre, où il maudit le libéralisme du siècle. Si par hasard il s’aventurait dans les rues, du moins ce ne fut jamais que le soir, la toilette en désordre et la barbe longue. Lorsque le dimanche vous rencontrez un jeune homme vêtu négligemment et mal rasé, soyez certain que ce jeune homme possède de six à cent mille livres de rente. Au signe contraire, vous reconnaîtrez un ouvrier qui gagne de deux à six francs par jour46.

  • 47 Voir, entre autres, l’exemple littéraire fourni par Honoré de Balzac, La fille aux yeux d’or, Pari (...)

22Certes, il faut faire abstraction de certaines exagérations dans ce témoignage écrit par un auteur de vaudevilles, mais il reste essentiel, confirmé par d’autres sources47 attestant de la ségrégation sociale, suite à la domination populaire des dimanches sur les espaces publics, et de la fonction des apparences dans ce contexte, symbole de fête et d’une aspiration émancipatrice.

  • 48 Voir note 33.
  • 49 Voir note 30.

23En regardant de nouveau les garde-robes des ménages ouvriers sous le Second Empire, d’autres fonctions du vêtement du dimanche se cristallisent. Chez le charpentier de Paris, ce sont les habitudes prises lors de son Tour de France en tant que compagnon, qui lui imposent une tenue décente les dimanches et fêtes. Celle-ci doit traduire une réputation d’ouvrier habile et honnête48. Quant au « manœuvre à famille nombreuse », issu d’une famille bourgeoise mais descendu sur l’échelle-sociale, le fait de s’endimancher constitue pour lui une évasion d’une situation sociale ressentie douloureusement. Tout est fait pour cacher la véritable position de ce ménage au moins pendant un jour49.

  • 50 D. Poulot, Question sociale. Le sublime, ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut ê (...)
  • 51 Nouveaux tableaux de Paris ou Observations sur les mœurs et usages des Parisiens au commencement d (...)
  • 52 G. Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946, p. 466.
  • 53 Ibid, p. 366 ; M. Perrot, op. cit., p. 226.
  • 54 Dimanche catholique, no I, 1875/76, p. 286 – 287.

24Le regard des autres milieux sociaux sur les ouvriers est en effet impitoyable, comme en témoigne l’entrepreneur Denis Poulot. Jeune ouvrier, il est invité à une réception dans une maison bourgeoise. Il fait alors tout pour faire disparaître dans son apparence toute trace trahissant son état ouvrier. En vain, car avouant son métier, il sera mis au ban de cette société et subira tout son mépris50. Même manifestation de ce mépris, certains endroits, comme les Tuileries, interdisent toujours l’accès aux gens du peuple en tenue de travail avant 184851. Au sein du peuple des villes lui-même, l’absence d’un vêtement décent pour le défilé vestimentaire du dimanche semble synonyme d’exclusion, ce qui souligne encore une fois toute l’importance du jeu des apparences ce jour-là. Les ouvriers de Saint-Quentin préfèrent par conséquent se retirer dans un estaminet, abandonnant les promenades de leur ville à ceux qui leur semblent mieux habillés52. Quant aux ouvriers lainiers de Reims et aux bonnetiers de Troyes, ne disposant pas de vêtements assez décents à leurs yeux, préfèrent travailler le dimanche et fêter la Saint-Lundi53. En effet, cette dernière ne semble pas exiger de tenue spéciale. C’est au moins ce que prétendent des sources catholiques. Selon le bulletin d’une œuvre pour le repos et la sanctification du dimanche, la Saint-Lundi serait l’invention des savetiers après la Révolution. Travaillant le dimanche dans la matinée et étant sales, ils n’auraient pas aimé la société des autres, mieux habillés54. Selon le théologien Th. H. Barrau, le lundi aurait ainsi de nombreux avantages aux yeux de l’ouvrier, car

  • 55 Th. H. Barrau, Conseils aux ouvriers sur les moyens qu’ils ont d’être heureux, Paris,, 1850, p. 74

le dimanche on est obligé de s’habiller proprement ; la femme va aux offices et désire que l’on y accompagne ; les enfants ne vont point en classe et on les a toute la journée sur les bras ; à peine peut-on dérober à la religion et à la famille quelques heures de liberté. Le lundi, au contraire, on peut courir partout en blouse mal lavée ; point d’offices ; les enfants sont à l’école, la femme est à son ouvrage…55.

  • 56 F. Le Play, Les Ouvriers des deux Mondes, t. II, Paris, 1858, p. 163. Pour l’histoire de la Saint (...)
  • 57 G. Cholvy, Religion et société au XIXe siècle. Le diocèse de Montpellier, Lille, Service de repro. (...)
  • 58 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arra (...)

25Il faut nuancer, voire corriger ces propos. Si le chômage du lundi a la préférence de ceux qui ne disposent pas de vêtement du dimanche, il a aussi celle de ceux qui, à l’instar du tailleur de Paris, disposent d’un vêtement tout à fait convenable pour participer au jeu des apparences56. Mais il s’agit surtout pour ces auteurs ecclésiastiques de trouver une réponse au délaissement croissant de la messe dominicale par les ouvriers. Un prêtre de Sète attribue ainsi, dès 1839, l’absence des hommes du peuple à la messe à la crainte qu’ils auraient d’effrayer leur curé par leurs habits grossiers57. La distribution, déjà évoquée, de vêtements d’occasion aux « pauvres » se fait donc avec l’objectif de ramener ceux-ci à la messe du dimanche. D’autres curés, en revanche, acceptent finalement la blouse, l’« uniforme de l’ouvrier »58.

26Dans l’ensemble, le port du vêtement du dimanche remplit donc plusieurs fonctions : celle de la fête, d’une aspiration émancipatrice, d’évasion d’une situation jugée dégradante, de recherche de respectabilité… L’attitude de ceux qui sont dépourvus d’un habit du dimanche, et ainsi de la participation à la fête dominicale, ne fait que confirmer ces fonctions. Or, le paraître dominical des populations ouvrières devient progressivement l’objet d’un discours critique des milieux ecclésiastiques, philanthropes et autres.

Le discours sur le peuple endimanché

27Le fait qu’une foule endimanchée s’empare des promenades publiques et d’autres lieux de la vie dominicale, ne semble d’abord pas trop gêner les observateurs. Une plume décrit un dimanche aux Tuileries avec une certaine distance plutôt amusée :

  • 59 Nouveaux tableaux de Paris…, op. cit., p. 82.

Dimanche dernier, j’ai été salué dans la grande allée par un jeune homme en habit noir, en pantalon blanc et en gilet chamois : c’était mon serrurier. Plus loin, j’ai aperçu, assises auprès d’un oranger, deux dames en chapeaux de paille surmontés de fleurs artificielles, en robe de mousseline et en schalls imitant le cachemire : c’était ma blanchisseuse de linge fin et une de ses amies, qui est femme de chambre59.

  • 60 Prudhomme, op. cit., p. 213.
  • 61 L.-R. Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de (...)
  • 62 A. Clément, 1846, Recherches sur les causes de l’indigence, Paris,, 1846, p. 164 – 165.
  • 63 Villermé, op. cit., p. 6.
  • 64 J. Simon, L’ouvrière, Paris,, 1861, p. 146.
  • 65 Clément, op. cit., p. 164.
  • 66 G. Prévost, Le nu, le vêtement, la parure chez l’homme et chez la femme, Paris, 1883, p. 149-150.

28Certes, Prudhomme critique dès le début du siècle le fait que la manière de paraître au-dessus des fortunes rendrait tout le monde pauvre60. Mais ce n’est qu’après 1830 que la classe ouvrière endimanchée se trouve progressivement objet de critiques acerbes, notamment de celles des observateurs de la nouvelle « question sociale ». L’absence de toute distinction entre une partie de cette classe et la classe bourgeoise est un de leurs principaux griefs61. Cette absence de distinction vestimentaire suppose de grandes dépenses qui s’effectuent au détriment du logement et de l’ameublement, restés misérables, et surtout au détriment de l’épargne62. La recherche du luxe de toilette se fait donc grâce à l’imprévoyance, et ce sont surtout les femmes des milieux populaires, qui sont concernées par ce grief. Louis-René Villermé critique ainsi, à la fin des années 1830, la recherche du luxe des habits par les filles d’atelier des villes industrielles du nord de la France et de Lyon63. Jules Simon renouvelle cette critique en 1861 pour la jeune ouvrière du nord. La belle toilette étalée le dimanche devient à ses yeux même une faute morale car pour « exciter l’envie et l’émulation de toutes les autres », elle aurait besoin d’un amant64. Certes, les observateurs saluent le fait que les ouvriers cherchent à se vêtir décemment le dimanche, ce qu’ils jugent comme une garantie de leur moralité, mais c’est le fait de vouloir paraître qu’ils dénoncent. A. Clément, quant à lui, suggère donc des « vêtements propres, mais simples, et composés de ces étoffes grossières et durables dont se revêtent encore les travailleurs de nos campagnes »65. Cette uniformisation des ouvriers le dimanche semble aussi correspondre aux goûts d’un Gabriel Prévost jugeant la blouse d’atelier « cent fois plus jolie que la redingote d’habit », tout en citant Alphonse Karr : « Un pot de chambre en porcelaine de Saxe est toujours un pot de chambre »66. Cette critique d’ordre esthétique devient en général un des arguments principaux des pourfendeurs de la foule endimanchée, à l’instar de cette description de la vie des boulevards en 1850 :

  • 67 T. Delord, « La Parisienne », dans Les Physiologies parisiennes, Paris, 1850, p. 2-3.

Remontez les boulevards un dimanche : voilà le fond de l’océan parisien qui roule sur l’asphalte : cet océan n’a point de perles ; l’œil est attristé par le spectacle d’inqualifiables souliers de prunelle, d’hyperboliques brodequins. Ce sont partout des gants en filet faisant semblant de cacher des doigts rouges et gras, des fleurs impossibles sur des chapeaux fantastiques, des cachemires douteux sur des épaules plus douteuses encore. Est-ce une Parisienne, cette femme du faubourg Saint-Denis, et sa sœur du faubourg Saint-Martin, qui porte sa tête comme un bonnet à poil…67.

29Le Guide des Promeneurs reprend la même argumentation esthétique en 1855, pour condamner la présence dominicale du peuple aux Tuileries :

  • 68 Guide du promeneur…, op. cit., p. 120.

Le dimanche, tout change aux Tuileries comme partout ailleurs. Plus de jeunes filles gracieuses et coquettes, plus de turbulents enfants, rappelant dans leurs costumes variés le Highlander écossais ou le page du seizième siècle ; plus de jeux plus de cris. Les barbares se sont emparés de ces allées d’ordinaire si tranquilles et si aristocratiques. Une foule immense, venue de tous les coins de Paris, se pousse, se bouscule et s’étouffe, sous le prétexte de chercher l’ombre et la fraîcheur parmi les marronniers étonnés d’une invasion aussi peu cérémonieuse (...) des toilettes insolentes blessent les regards avec leurs couleurs éclatantes et disparates. La société d’élite a fait place à la cohue68.

  • 69 L. Reybaud, Études sur le régime des manufactures. Condition des ouvriers en soie, Paris, 1859, p. (...)
  • 70 Charpy, art. cit., p. 142. Voir aussi le témoignage de Denis Poulot, op. cit. passim au sujet de s (...)

30Cette façon de s’endimancher du peuple, qui accorde une large place aux apparences, devient donc la cible d’acerbes critiques, formulées pour des motifs sociaux, moraux et « esthétiques ». Mais derrière cette condamnation se cache une autre préoccupation de la part de ces observateurs, souvent fort conservateurs, ce que révèle partiellement Louis Reybaud en 1859. Il constate alors que le costume des ouvrier(e)s soyeux lyonnais se confond, un grave défaut selon lui car au moyen de cet habit du dimanche, acquis par d’excessives dépenses, l’ouvrier « veut s’élever, il veut faire bonne figure ». Ce costume lui permet ensuite d’aller au théâtre le dimanche or, « c’est le théâtre qui l’a fait ce qu’il est, révolutionnaire… »69. Il tisse ainsi un lien entre le paraître populaire, les usages du temps dominical et des aspirations émancipatrices et révolutionnaires, lien que l’on retrouve aussi dans l’aristocratie ouvrière de Paris évoquée par Manuel Charpy70.

  • 71 Archives de la Préfecture de Police, Paris. Ba 400.

31Dans ce contexte, un rapport du commissariat de police du quartier parisien de la Monnaie sur les imprimeurs, fait quelques mois après la Commune, est tout à fait significatif. Il s’agit d’ouvriers avec d’assez bons salaires, mais qui, selon ce rapport, sont des ivrognes qui fêtent le lundi et qui sont « des ennemis de l’Ordre social et des doctrines les plus respectables »71. Il s’agit donc de révolutionnaires, adeptes de l’Internationale, partisans de la Commune. Quant à leurs femmes, elles « se laissent entraîner à des dépenses exagérées pour acheter des objets de toilette qui jurent avec leur modeste condition ». On attribue donc à la toilette dominicale des femmes du peuple, critiquée depuis les années 1830, une dimension politique. Le paraître des femmes constitue un élément important d’une identité ouvrière qui, durant ces années-là, s’exprime dans un comportement non conforme aux normes de la bourgeoisie. Il existe donc, dans la perception des philanthropes et de ces honorables représentants de l’ordre public, un lien entre luxe des toilettes, affirmation d’une identité ouvrière et subversion, ce qui explique les injonctions répétées à renoncer au jeu des apparences. Celui-ci s’inscrit en outre dans la domination populaire de l’espace public le dimanche, devenue insupportable pour les élites après les expériences de 1848 et de la Commune.

*

32Le dimanche festif et populaire disparaît cependant progressivement à partir du Second Empire, laissant place au dimanche bourgeois, gris et ennuyeux. Une partie des classes populaires dont la culture est dorénavant bannie des centres des villes, préfère alors au dimanche le chômage et la fête du lundi, avant de « réadopter » le dimanche, construit autour des valeurs du repos et de la famille, à partir de la fin du siècle.

  • 72 Voir en prolongement de cette idée, dans le présent volume, l’article de F. Tamagne, « Le « blouso (...)

33C’est aussi à partir de ce moment-là que le fait de s’endimancher revêtira une nouvelle signification : adopter les normes morales de la bourgeoisie, montrer la nouvelle respectabilité revendiquée par le mouvement ouvrier dans sa lutte pour son émancipation, au détriment d’une propre culture populaire et d’une identité ouvrière revendicative dont le vêtement du dimanche constitua l’expression pendant plusieurs décennies. Le discours des élites ne peut que saluer cette évolution. Une mise propre et décente, ne constitue-t-elle pas la meilleure garantie contre le grand fléau qui frappe cette classe, l’ivrognerie, dorénavant appelée alcoolisme ? En outre, de nouvelles formes d’un paraître non conforme aux normes de la société bourgeoise commencent à se dessiner, par exemple chez ces jeunes de la banlieue, qui se regroupent en bandes et s’appellent « apaches »…72

Notes

1 A. Furetière, 1690, cité par J. Cellard, « Dies domenica », Autrement, no 107, mai 1989, p. 16.

2 J.-L. Ménétra, Journal de ma vie, Paris, 1982, p. 178.

3 Annales de la Religion, no IV, 1795, p. 476. Pour le conflit entre dimanche et décadi en général, voir R. Beck, Histoire du Dimanche, de 1700 à nos jours, Paris, 1997, p. 141-146.

4 Processus décrit dans l’ouvrage cité en note 3.

5 Encore au XVIIIe siècle, certains théologiens, comme Pierre Collet, insistent sur cet aspect (Traité des devoirs d’un pasteur qui veut se sauver en sauvant son peuple, Avignon, 1757).

6 G. de Roquette, Catéchisme ou abrégé de la foi et des vérités chrétiennes pour le diocèse d’Autun, Moulins, 1703, p. 145.

7 BnF, Fonds Joly de Fleury, no 1396, fos 313 – 323.

8 J. Croiset, Parallèle des mœurs de ce siècle, et de la morale de Jésus-Christ, 2e éd., t. I, Lyon, 1743, p. 92.

9 Catéchisme à l’usage du diocèse d’Angers, Angers, 1738, p. 82-83.

10 Marivaux, La vie de Marianne, Paris, 1978, p. 84-88.

11 D. Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe – XVIIIe siècle, Paris, 1989, p. 100.

12 Cité par F. Ploux, Le corps dans la société traditionnelle. Pratiques et savoirs populaires, Paris, 1979, p. 84.

13 Roche, op. cit., p. 105.

14 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, 1985, p. 88.

15 L. S. Mercier, Tableau de Paris, t. V, Amsterdam, 1783, p. 117 – 118.

16 Traité contre l’amour des parures et le luxe des habits, 2e éd., Paris, 1780, p. 83.

17 Ibid., p. 90-91.

18 D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire, Paris, 1981, p. 173 – 176.

19 BnF, Arsenal, Archives de la Bastille, ms 10.119-10.128. Bulletins de la sûreté, 1760-1773.

20 Beck, op. cit., p. 69.

21 Rétif de la Bretonne, Nuits de Paris, Paris, 1978, p. 48.

22 Ph. Perrot, Les dessus et les dessous de la bourgeoisie. Une histoire du vêtement au XIXe siècle, Bruxelles, 1984, p. 91.

23 F. d’Antonelle, « Le marché aux linges », dans Nouveau Tableau de Paris, t. 1, Paris, 1834, p. 358 – 359.

24 P. Pierrard, La vie ouvrière à Paris sous le Second Empire, Paris, 1965, p. 321.

25 Ch. Eck, Histoire du vêtement (homme) ou jadis & aujourd’hui, suivie de l’art de se vêtir au XIXe siècle, Paris, 1866, p. 62-63.

26 Annales de la Charité, no 10, 1854, p. 91-92.

27 F. Le Play, Les Ouvriers des Deux Mondes, t. III, Paris, 1861, p. 159-160.

28 Ibid., t. I, Paris, 1857, p. 319.

29 Ibid, t. III, Paris, 1861, p. 387.

30 M. Charpy, « Formes et échelles du commerce d’occasion au XIXe siècle. L’exemple du vêtement à Paris », Revue d’Histoire du XIXe Siècle, no 24/1, 2002, p. 139.

31 Le Play, op. cit., t. IV, Paris, 1862, p. 252.

32 Ibid, t. I, Paris, 1857, p. 39 – 40.

33 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), t.. 2, Lyon, 1977, p. 16.

34 Cité par M. Perrot, Les Ouvriers en grève, France 1871-1890, t. 1, Lille, Service de repro. des thèses, 1975, p. 227.

35 Ibid, p. 210.

36 Mercier, op. cit., t. II, p. 214.

37 R. de Platinière (Madame), Mémoires, Paris, 1986, p. 264.

38 Ibid., p. 215.

39 Beck, op. cit., p. 69.

40 Ménétra, op. cit., p. 65.

41 Vie publique et privée des Français, à la ville, à la cour et dans les provinces, t. II, Paris, Mlle Sigault, 1826, p. 126.

42 Roche, Culture des apparences…, op. cit., p. 112.

43 Vie publique…, op. cit., t. II, p. 126.

44 P. de Kock, « Le dimanche à Paris », dans La Grande Ville. Nouveau tableau de Paris, t. I, Paris, 1844, p. 233.

45 L. Prudhomme, Miroir historique, politique et critique de l’ancien et du nouveau Paris et du département de la seine, t. I, Paris, 1807, p. 213.

46 É. de Vaulabelle, « Le dimanche à Paris », dans Nouveau tableau de Paris au XIXe siècle, t. II, Paris, 1834, p. 3839.

47 Voir, entre autres, l’exemple littéraire fourni par Honoré de Balzac, La fille aux yeux d’or, Paris, 1988, p. 230-236 : deux aristocrates se rencontrent un dimanche aux Tuileries et expriment leur surprise de voir l’autre fréquenter cet endroit un tel jour d’affluence populaire. Le Guide des Promeneurs (Paris, Paulin et Lechevallier, 1855, p. 120) constate également l’absence du « beau monde » des promenades publiques ce jour-là.

48 Voir note 33.

49 Voir note 30.

50 D. Poulot, Question sociale. Le sublime, ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être, Paris, 1872, p. 64-65.

51 Nouveaux tableaux de Paris ou Observations sur les mœurs et usages des Parisiens au commencement du XIXe siècle, Paris, 1828, p. 81 – 82.

52 G. Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946, p. 466.

53 Ibid, p. 366 ; M. Perrot, op. cit., p. 226.

54 Dimanche catholique, no I, 1875/76, p. 286 – 287.

55 Th. H. Barrau, Conseils aux ouvriers sur les moyens qu’ils ont d’être heureux, Paris,, 1850, p. 74.

56 F. Le Play, Les Ouvriers des deux Mondes, t. II, Paris, 1858, p. 163. Pour l’histoire de la Saint Lundi, voir R. Beck, « Apogée et déclin de la Saint Lundi dans la France du XIXe siècle », Revue d’Histoire du XIXe siècle, no 29, 2004/2, p. 153 171.

57 G. Cholvy, Religion et société au XIXe siècle. Le diocèse de Montpellier, Lille, Service de repro. des thèses, 1973, p. 555.

58 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Lille, service de reproduction des thèses, 1976, p. 626

59 Nouveaux tableaux de Paris…, op. cit., p. 82.

60 Prudhomme, op. cit., p. 213.

61 L.-R. Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, t. II, Paris, 1840, p. 7 ; Th. Fix, Observations sur l’état des classes ouvrières, Paris,, 1845, p. 85-86.

62 A. Clément, 1846, Recherches sur les causes de l’indigence, Paris,, 1846, p. 164 – 165.

63 Villermé, op. cit., p. 6.

64 J. Simon, L’ouvrière, Paris,, 1861, p. 146.

65 Clément, op. cit., p. 164.

66 G. Prévost, Le nu, le vêtement, la parure chez l’homme et chez la femme, Paris, 1883, p. 149-150.

67 T. Delord, « La Parisienne », dans Les Physiologies parisiennes, Paris, 1850, p. 2-3.

68 Guide du promeneur…, op. cit., p. 120.

69 L. Reybaud, Études sur le régime des manufactures. Condition des ouvriers en soie, Paris, 1859, p. 152-153.

70 Charpy, art. cit., p. 142. Voir aussi le témoignage de Denis Poulot, op. cit. passim au sujet de ses ouvriers : en grande partie, il leur paraît important, à la veille de la Commune, de faire apparaître une identité ouvrière à travers leurs habits du dimanche, même s’ils correspondent aux goûts de la bourgeoisie.

71 Archives de la Préfecture de Police, Paris. Ba 400.

72 Voir en prolongement de cette idée, dans le présent volume, l’article de F. Tamagne, « Le « blouson noir » : codes vestimentaires, subcultures rock et identités adolescentes dans la France des années 1950 et 1960 », chapitre 5.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université François Rabelais, Tours, Centre d’Histoire de la Ville moderne et contemporaine (CEHVI). Ses travaux portent sur histoire du dimanche, des loisirs (notamment de la promenade au XIXe siècle) et de la culture populaire au XIXe siècle. Il travaille aussi sur le journal intime du bourgeois bavarois F. C. Krieger (1821-1872). Il a publié Histoire du dimanche, de 1700 à nos jours, Paris, éd. de l’Atelier, 1997 et avec Anna Madœuf (dir.), Divertissements et loisirs dans sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2005.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search