Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Conclusion

Texte intégral

1La bourgeoisie de statut est un groupe nombreux de la population de Valenciennes, et ce sont 1800 bourgeois en armes qui forment la garde civique d’une ville de 21000 habitants vers 1600. Cette fraction large de la société urbaine est renouvelée par l’apport de nouveaux membres enregistrés par les autorités municipales. Or cette pratique vitale d’intégration décline définitivement à Valenciennes à l’issu des troubles religieux des années 1560, alors qu’à partir de la même époque, les villes des Provinces-Unies, partie dissidente des Pays-Bas espagnols, incorporent un nombre de croissant de nouveaux arrivants dans les rangs de leur bourgeoisie. C’est dire que la conscience civique subit les changements des mentalités individuelles et de l’esprit collectif. La conscience civique traditionnelle de la ville postule une égalité entre bourgeois de droit. Mais elle admet aussi dès la fin du Moyen âge un polymorphisme social de plus en plus accentué, distinguant en particulier l’ancienne bourgeoisie patricienne. La poussée remarquable des valeurs nobiliaires au temps de paix des Archiducs, dans une ville où la noblesse est traditionnellement peu représentée, contribue à effacer l’étiquette bourgeoise de ces patriciens, rejoints au XVIIe siècle par les marchands les plus éminents. La bourgeoisie de statut est abandonnée au peuple ‘moyen` des maîtres artisans des corporations. L’affaiblissement du statut bourgeois qui prend forme au cours du XVIe siècle est le fait d’une transformation de la ville comme corps politique et comme corps économique.

2Le modèle oligarchique des échevinages des Pays-Bas et de la France du Nord est remis en œuvre par les interventions des souverains Habsbourg. Entre 1498 et 1615, les règlements princiers façonnent l’administration municipale et assainissent les finances urbaines qui garantissent au souverain, par l’impôt et par la rente, le crédit nécessaire à sa politique européenne. En échange, les échevins ont le champ libre dans la pratique de l’administration et de la justice, limitant sans peine l’influence des rares officiers comtaux. Ils investissent aussi le terrain sensible de l’assistance, et la création de l’Aumône générale en 1531 permet d’associer les riches marchands au maintien du bon ordre social et d’éviter les soulèvements populaires.

3La révolte de 1566 n’est pas une émeute populaire. Travaillée depuis les années 1540 par une active prédication calviniste qui touche toutes les classes sociales et l’échevinage, la ville rechigne à appliquer la législation inquisitoriale voulue par Charles Quint et Philippe II, et s’arc-boute sur ses vieux privilèges. La compromission d’une partie non négligeable des équipes municipales entraîne une crispation des relations avec l’autorité centrale de Bruxelles, et le mouvement des « casseurs » de l’été 1566 met en avant un parti calviniste militant et structuré, incarné par les grandes figures du négoce. Les rouages de l’hôtel de ville et de l’assistance passent sous le contrôle des protestants dans une ville assiégée par les soldats de Philippe II. Vainqueur, le roi d’Espagne ordonne une répression violente et méthodique qui cible particulièrement les élites. Au terme d’une décennie pleine d’instabilité, l’adhésion à l’Union d’Arras en 1579 scelle, dans la foulée des provinces wallonnes, la réconciliation de Valenciennes avec Philippe II et la foi catholique. Si les institutions municipales n’en sortent pas modifiées, c’est le recrutement des échevins qui fait désormais l’objet d’un soin attentif de la part de Bruxelles. Les pratiques de corruption disparaissent et les juristes municipaux deviennent les adjoints incontournables du groupe échevinal. Ce dernier, complètement épuré de ses éléments calvinistes ou modérés, prend l’allure oligarchique qu’il conservera jusqu’au XVIIIe siècle, sans toutefois se fermer aux hommes nouveaux. L’échevinage et le conseil particulier associent les notables aux météores politiques, dans une cohabitation feutrée. Cependant, l’oligarchisation va de pair avec un recul de la présence des marchands, qui occultent leur condition professionnelle et orientent leur progéniture vers la robe ou vers la nouvelle noblesse. Quant au grand conseil, seul lieu d’expression de la voix politique des bourgeois de statut, il perd le peu d’importance qu’il conservait depuis la création du conseil particulier.

4Si les valeurs marchandes semblent en recul dans la société valenciennoise du temps des Archiducs Albert et Isabelle, c’est pourtant le commerce qui continue d’assurer la subsistance, l’emploi, la croissance et la transformation de la société urbaine. Valenciennes est un pôle économique important des Pays-Bas méridionaux. Son aire nourricière et céréalière embrasse le Hainaut et le Cambrésis, mais la ville est avant tout une étape sur la route internationale du vin et du poisson. Les métiers de l’alimentation, étroitement encadrés par les autorités municipales, sont un des lieux de l’ascension sociale du XVIe siècle. Les brasseurs, les marchands poissonniers, les marchands de vin et les taverniers du temps de Charles Quint et de Philippe II, profitent d’une conjoncture favorable. Rapidement intégrés à la société locale grâce à un droit de bourgeoisie ouvert, ils gravitent autour du système municipal en participant aux offices économiques municipaux et aux fermages des impôts pesant sur les boissons. Les plus entreprenants passent du commerce de détail au commerce de gros et sont attirés dans l’orbite d’Anvers.

5L’inscription de Valenciennes dans l’aire d’activité économique d’Anvers est indéniable, y compris pour les négociants de Cambrai, Mons et Arras qui choisissent volontiers Valenciennes comme base de leurs affaires. La mobilité interurbaine de ces hommes du grand commerce accompagne les rythmes de la manufacture textile valenciennoise. Le temps de la sayetterie, dont la production atteint son maximum à la fin du règne de Charles Quint, catalyse les réussites marchandes et la croissance de la main-d’œuvre. Mais l’atomisation des structures de production dissocie de plus en plus marchands et simples « mécaniques ». Et les troubles religieux marquent une rupture. La concurrence des centres manufacturiers lainiers s’aiguise, Lille prenant le pas sur Valenciennes, tandis que l’élimination et l’exil des riches marchands protestants après la révolte de 1566 désorganisent définitivement le réseau d’exportation. L’émigration d’une partie de la main-d’œuvre vers les refuges anglais notamment, accompagne le lent déclin du travail de la laine. Le relais inattendu vient de la mulquinerie. Les marchands de toilettes de lin, des catholiques du Cambrésis chassés par la présence française et les guerres de religion, s’installent à Valenciennes dans les années 1580 et comblent le vide laissé par le recul lainier. Ils renouvellent une élite des affaires largement amputée par les troubles. Valenciennes demeure une plate-forme manufacturière pour un nouveau siècle.

6La recomposition oligarchique et économique qui s’effectue à la veille du XVIIe siècle ne se limite pas aux élites de l’hôtel de ville et du négoce. Le monde corporatif, traditionnellement exclu du monde politique, devient un des piliers du système « hispano-tridentin ». Les chartes accordées en série par les échevins dans les dernières années du XVIe siècle témoignent des obligations renforcées des métiers vis-à-vis de l’Église, du prince et de la ‘bonne ville’. L’interventionnisme municipal en matière économique s’accentue dans un esprit de conciliation de l’intérêt général qui nuit parfois aux initiatives individuelles. Malgré tout, l’apparente cohérence des corporations ne doit pas occulter l’existence d’un travail non réglementé, et les fraudes répétées sur le travail peu qualifié du filage de la laine témoignent des difficultés des échevins et des corporations à encadrer tous les pans du monde du travail. La conjoncture séculaire des prix et des salaires détériore l’unité interne des corps de métier. L’écart des pouvoirs d’achat du maître et de l’ouvrier se creuse dangereusement au fil du XVIe siècle, le maître échappant à la paupérisation ambiante repérée à partir des années 1540. Le tissu urbain porte les premiers stigmates de la dégradation des conditions de vie de larges pans du petit peuple dans les paroisses populaires. Les métiers les plus aisés, notamment ceux du commerce alimentaire, accentuent le recrutement héréditaire et consolident leurs propres noyaux oligarchiques. La propriété immobilière constitue un solide appui pour ces petits entrepreneurs, concentrés sur les rues à vocation commerciale, au voisinage immédiat des grands marchands. Mais les frontières financières les séparant des marchands de toilettes et des marchands de vin sont sans doute plus difficiles à franchir à l’époque des Archiducs qu’au temps de Charles Quint.

7C’est un changement de ses valeurs qu’éprouve la société « bourgeoise » de Valenciennes, sur fond de dynamique socioprofessionnelle accélérée et de croissance soutenue de la richesse marchande. En même temps, la question de la liberté de conscience, qui agite une Europe divisée par la Réforme, interfère nettement dans les destinées des élites locales et nourrit des courants migratoires d’une ampleur inédite. Le renouvellement des dirigeants municipaux comme des acteurs économiques en est accéléré de manière brutale et exceptionnelle. La stabilité du système est cependant assurée par les autorités urbaines qui, en accord avec les souverains, introduisent de nouveaux cadres collectifs, cherchant à maintenir l’unité d’une société à la stratification plus diversifiée. Valenciennes, ville des anciens Pays-Bas espagnols, n’est sans doute pas un cas type de l’histoire urbaine et sociale de cette période. Mais elle montre l’importance prise par les villes moyennes dans la construction des réseaux économiques et des sociétés bourgeoises de l’Europe du Nord-Ouest et de ses phares successifs, Bruges, Anvers, Amsterdam et Londres, entre la fin du Moyen âge et la révolution industrielle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search