Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Quatrième partie : organisation du travail, patrimoines et appropriation de l'espace urbain

Chapitre 12 : L’empreinte des hommes dans l’espace urbain

Texte intégral

1La ville, espace habité et animé, porte dans ses constructions et ses rues l’empreinte des habitants qui la font vivre. Elle est le reflet des diversités sociales et collectives. Richesse et pauvreté se matérialisent dans ses murs et dessinent une topographie sociale déjà lisible dans la Valenciennes de l’époque de Charles Quint. Au niveau individuel, l’habitat semble au premier abord identique au décor de la ville médiévale, avec ses façades de bois. Comment la Renaissance, avec ses nouvelles influences culturelles et artistiques, trouve une place dans le cadre de vie quotidienne d’une bourgeoisie certes enrichie mais éloignée des modèles d’une cour princière ou d’une capitale provinciale et nobiliaire ?

Une topographie sociale des paroisses

2Les conditions de vie des différentes couches de la population urbaine s’inscrivent aussi dans l’habitat et dans la topographie de la richesse et de la pauvreté. Comment cette géographie sociale se dessine-t-elle pendant ce siècle de dynamiques sociales contrastées ?

Une topographie de la pauvreté : des inégalités nettement dessinées entre les paroisses

3Les registres de l’Aumône générale permettent la localisation des pauvres assistés dans le tissu urbain, en fonction du montant des distributions de pain ou d’argent effectuées dans chaque paroisse.

  • 1 Duplessis R. S., « Charité municipale et autorité publique… », op. cit., p. 204-205.

4La paroisse Saint-Jacques est durant toute la seconde moitié du XVIe siècle la plus assistée. Mais le classement se modifie pour Saint-Vaast et Saint-Nicolas. Jusqu’aux troubles de 1566, Saint-Jacques et Saint-Vaast (paroisses des quartiers industriels de l’Escaut) reçoivent la moitié des distributions frumentaires et monétaires de la ville. Certes, aucune paroisse n’est exemptée de charge caritative, et Saint-Géry, Saint-Nicolas et Notre-Dame de la Chaussée bénéficient chacune de 15 à 20 % des aides pour leurs pauvres. La ségrégation spatiale entre riches et pauvres n’est pas encore très marquée à Valenciennes, alors qu’à Lille, la paroisse la plus riche (Saint-Etienne, au cœur du tissu urbain) ne reçoit que 7 % des distributions de pain et rien en argent1.

Tableau 37 – Montant des distributions charitables par paroisse (1556-1600). Les blés distribués sont exprimés en muids, l’argent en Livres de 20 gros

Tableau 37 – Montant des distributions charitables par paroisse (1556-1600). Les blés distribués sont exprimés en muids, l’argent en Livres de 20 gros

Source : AMV, comptabilité annuelle de l’Aumône générale

5Ce classement valenciennois se modifie après les troubles de 1566. La situation socioéconomique de Saint-Jacques se dégrade, sans doute avec la crise de la sayetterie, et la paroisse capte jusqu’à 30 % de l’aide. Par contre, les distributions à Saint-Vaast chutent à 14 % du total. La morphologie sociale du quartier est en effet bouleversée par la construction de la citadelle des Espagnols vers 1570, qui entraîne la destruction d’un grand nombre d’habitations, puis par la reconstruction des maisons à partir des années 1590. Inversement, la paroisse Saint-Nicolas passe de 14 % des aides avant 1566 à 25 % à la fin du siècle, et elle reçoit plus d’argent que Saint-Jacques après la grave crise de subsistance des années 1594-1597. La paupérisation gagne massivement ce secteur de la ville avec la concentration de la nouvelle main-d’œuvre travaillant dans la mulquinerie.

6La charge de l’assistance doit cependant être ramenée au potentiel démographique de paroisses de tailles inégales. Selon les sources fiscales, en 1602, les indigents officiels occupent 99 des 825 foyers de la paroisse Saint-Jacques. 100 foyers reconnus indigents absorbent donc une moyenne de 27 % des aides de la charité municipale, ce qui permet d’estimer par projection le nombre de foyers secourus.

Tableau 38 – Estimation des foyers indigents par paroisse vers 1600

Tableau 38 – Estimation des foyers indigents par paroisse vers 1600

Sources : AMV, comptabilité de l’Aumône générale 1599, et CC 442, 476, 478, 479, 480

  • 2 Guignet P., Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois…, op. cit.

7Avec une moyenne de 10 % de foyers secourus dans l’enceinte de la ville (366 sur 3681) hors période de crise, les écarts inter-paroissiaux sont déjà creusés. À Saint-Géry et Notre-Dame de la Chaussée s’opposent les paroisses de grande pauvreté : Saint-Nicolas, et surtout Saint-Jacques et Saint-Vaast. La carte urbaine du paupérisme valenciennois est presque tracée dans ses grandes lignes pour l’ensemble des XVIIe et XVIIIe siècles. À l’époque française, la ceinture de pauvreté contourne toujours Saint-Géry, et se positionne sur Saint-Jacques, Saint-Vaast et la Chaussée, pourtant épargnée sous les Archiducs, et elle se renforce avec la désindustrialisation textile qui frappe la ville au XVIIIe2.

Une topographie de la richesse : la mesure du potentiel charitable dans les paroisses

8La carte du paupérisme est-elle le négatif de celle de la richesse, ou bien existe-t-il des espaces mixtes où cohabitent les différentes strates de la société urbaine ? Une réponse est apportée par l’analyse de la charité usuelle qui a lieu autour de l’église paroissiale. L’ordonnance de création de l’Aumône générale en 1531 y prévoit la mise en place de troncs pour recueillir les aumônes, et les curés et prédicateurs sont chargés d’encourager les bonnes âmes à faire des dons. La bonne société locale s’y plie en faisant inscrire dans des registres de promesse leur nom et le montant de leur don.

Tableau 39 – Dons nominatifs promis à l’Aumône générale (1547-1566)

Paroisses

Nombre moyen de donateurs/an

Montant moyen du don/an

Saint-Géry

80,5

8,6 Livres

Saint-Nicolas

23,3

8,11 Livres

N-D de la Chaussée

16,1

4,17 Livres

Saint-Jacques

10

5,92 Livres

Saint-Vaast

9,9

4,01 Livres

Source : AMV, comptabilité de l’Aumône générale, 10 registres annuels

9La répartition dans la ville des riches donateurs de l’Aumône reste hétérogène. Saint-Géry, au centre, se taille la part du lion par le nombre de contributeurs et par les montants récoltés, et la paroisse avance 66 % du total des dons de la ville. Elle devance Saint-Nicolas (qui fournit 18 % des dons), la Chaussée (6,5 % des dons), Saint-Jacques (5,5 % des dons) et Saint-Vaast (4 % des dons). Mais Saint-Géry n’est pas la seule paroisse comptant des riches : le don moyen est équivalent à Saint-Nicolas, et la populeuse paroisse Saint-Jacques se hisse à une place respectable. Seules Saint-Vaast et la Chaussée offrent un potentiel charitable faible.

  • 3 Croix A., La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie – La mort – La foi, Maloine, 1981, tome I, p.  (...)

10La révolte de 1566 marque une rupture dans cette générosité privée. Le don nominatif recule nettement, et les donateurs passent de 200 vers 1560 à 40 environ vers 1590 puis 28 en 1599, répartis sur seulement trois paroisses (St-Géry, St-Nicolas et la Chaussée). Les montants versés suivent aussi cette décrue, et le produit des dons récoltés à Saint-Géry est divisé par trois en trente ans, en partie suite à la confiscation des fortunes des calvinistes. Seuls les dons anonymes, dans les troncs, d’un montant plus modeste, ne s’érodent pas. Avec la dégradation des conditions de vie du petit peuple dans le dernier tiers du XVIe siècle, la pratique du don mute. Les Valenciennois aisés préfèrent aider les malades, les enfants ou les vieillards accueillis en institution (l’Hôtel-Dieu, les Orphelins et les Chartriers sont plus souvent cités dans les testaments), que les pauvres domiciliés, et la municipalité remplace par ses contributions la générosité usuelle et visible des « bons personnaiges ». Les grands marchands disparaissent totalement des listes de donateurs de leur paroisse (comme Claude De Hénin, négociant de toiles fines et superintendant de l’Aumône), alors que les familles patriciennes (Razoir, De Le Croix ou Doultreman) s’y maintiennent ostensiblement, notamment à Saint-Nicolas. Comme dans d’autres villes, la charité « affaire de tous » cède le pas à la charité « affaire des riches »3, ou plus exactement « affaire des notables ».

11Au terme de cette mutation de la générosité privée, la ségrégation socioéconomique des paroisses apparaît renforcée. Saint-Géry, cœur de la ville, reste la paroisse riche, alors que Saint-Jacques et Saint-Vaast, en périphérie, doivent faire face à un potentiel charitable en baisse ou plus faible. Saint-Nicolas et Notre-Dame de la Chaussée ont en revanche un caractère social mixte, avec une capacité accrue à mobiliser les dons mais aussi un nombre croissant de pauvres à secourir.

Les structures immobilières : les contrastes entre Saint-Géry, paroisse des marchands, et Saint-Jacques, paroisse populaire

  • 4 Craeybeckx J., « La portée fiscale et politique du 100e denier du duc d’Albe », in Acta historica b (...)

12La carte des valeurs locatives de Valenciennes est connue par la levée du 100e denier en 1602. Cet impôt est un prélèvement de 1 % de la valeur de tout capital immobilier, valeur estimée en multipliant par 16 le revenu locatif. La taxe prélevée représente donc 16 % du revenu locatif annuel. Comme elle frappe l’ensemble des biens fonciers, en n’exemptant que les ecclésiastiques, elle est un bon marqueur social de l’aisance du chef de foyer (propriétaire ou locataire, homme ou femme, riche ou pauvre)4.

13Dans la paroisse Saint-Jacques, les collecteurs du 100e ont recensé 901 lots immobiliers, dont 10 exemptés. La valeur locative annuelle de ces 891 biens s’élève à environ 39 Livres, une moyenne qui cache bien des contrastes. Une partie de la rue principale, la rue Tournaisienne, apparaît comme le seul îlot d’opulence de la paroisse (avec une valeur locative moyenne proche des 100 Livres). Le reste de la rue et les axes secondaires (rue Derrière les greniers de Vicogne, rue Saint-Jacques et place à Lille) oscillent modestement au-dessus de la moyenne locative de la paroisse (entre 39 et 75 Livres). Le réseau des autres voies médianes est bordé de maisons très modestes ou pauvres (valeurs comprises entre 19 et 38 Livres), mais la misère s’inscrit pleinement dans les courées et culs-de-sac (rue Sarrazin, rue Badin, cour Saint-Christophe et cour Blavier) où les valeurs locatives ne dépassent jamais les 19 Livres.

14Cependant, la ségrégation spatiale reste relative. La cour Blavier et la rue Sarrazin débouchent sur la passante rue Tournaisienne que bordent des hôtelleries de renom. Et dans la rue des Greniers de Vicogne, trois demeures de prestige (le refuge de l’abbaye du même nom, l’hôtel de madame de Noircarmes, et la grande maison du conseiller-pensionnaire de la ville) font grimper la moyenne locative d’une rue somme toute modeste. La mixité spatiale reste dominante. Un tiers des foyers indigents est concentré en courée, comme dans la cour Badin qui regroupe dans des conditions misérables treize chefs de famille assistés et trois chefs de famille soldats. Mais le reste des habitants reconnus pauvres est dispersé sur l’ensemble des rues de la paroisse, et la frontière immobilière séparant les indigents du reste du petit peuple est très floue : 234 habitations présentent une valeur locative inférieure à 19 Livres, c’est-à-dire au loyer moyen des 99 foyers de pauvres officiellement assistés.

15Dans la paroisse Saint-Géry, la valeur locative moyenne est deux fois et demi plus élevée qu’à Saint-Jacques (avec 88,5 Livres pour les 985 biens recensés). La grand-place caracole en tête avec 173 Livres, notamment avec son habitat de marchands, suivie des principales rues qui y aboutissent et de la place du Rivage de la Vasne. Un réseau de rues plus homogènes qu’à Saint-Jacques et peuplées de gens aisés rayonne vers les portes de la ville et les places secondaires (avec des valeurs locatives moyennes comprises entre 73 et 150 Livres). Cinq ou six petites rues abritent des maisons modestes (30-35 Livres) en périphérie de la paroisse, entre l’Escaut, le cimetière de Saint-Géry et la rue Montoise, faisant pendant au quartier de la Tannerie de la paroisse Saint-Jacques.

  • 5 Bardet J.-P., Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles…, op. cit., p. 170, Vigneron S., « Valeurs locative (...)

16Les différences de coloration sociale se vérifient aussi dans le type d’occupation des habitations. À Saint-Jacques, les propriétaires ne sont que 23 % à occuper leur logis : c’est une paroisse de locataires. Par contre, ils sont 58 % à Saint-Géry. Les cours et les jardins sont usuellement tenus par leurs propriétaires (à 85 %), de même que les ateliers et boutiques des gens des métiers de l’alimentation, brasseurs, hôteliers et graissiers (à 43 %). Le bâti de faible valeur locative est en général mis en location : les propriétaires-occupants des maisons de moins de 39 Livres ne sont que 15 % à Saint-Jacques, mais la proportion atteint les deux tiers pour les maisons de plus de 75 Livres. La ville de Valenciennes en ce début du XVIIe siècle est davantage habitée par ses propriétaires que les villes françaises du XVIIIe siècle, majoritairement peuplées de locataires (84 % dans les murs de Rouen en 1773, 70 % à Cambrai en 1749, 66 % à Paris en 1789)5.

Figure 6 – Foyers pauvres et ateliers artisanaux de la paroisse Saint-Jacques (1602)

Figure 6 – Foyers pauvres et ateliers artisanaux de la paroisse Saint-Jacques (1602)

17Le bâti des deux paroisses reflète les différences sociales de leurs occupants. À Saint-Jacques, les cours, les celliers, les jardins, les granges et les étables sont plus nombreux qu’à Saint-Géry (6,6 % contre 2,2 % des lots fonciers), signe d’une densité de construction plus faible dans cette paroisse industrieuse des bords de l’eau. Les premiers ateliers ou huisines y apparaissent dans les côtes supérieures à 39 Livres (fours de potier et de boulanger, dépôt de sel), mais c’est entre 116 Livres et 400 Livres que se positionnent les dix-sept brasseries, cabarets et hôtelleries, au même niveau que cinq hôtels particuliers et quelques grandes demeures. Saint-Jacques est aussi la paroisse des courées et culs-de sac, celle d’un habitat modeste. 71 % des habitations y ont une valeur inférieure à 39 Livres, alors que ce pourcentage tombe à 29 % pour Saint-Géry. Cette dernière est par contre une paroisse au bâti dense (c’est le cœur de la ville), avec des maisons de catégorie moyenne et supérieure : 58 % du parc immobilier a une valeur comprise entre 39 et 155 Livres (contre 27 % à Saint-Jacques), et 13 % dépassent les 155 Livres (contre 2 % seulement à Saint-Jacques). Autour de la grand-place ou grand-marché et des axes qui y mènent, les maisons de bois et les autres demeures de valeur sont associées à un usage marchand, du commerce de détail au négoce, à l’hôtellerie et à la brasserie.

  • 6 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., p. 436-449.

18La topographie sociale de Valenciennes est modelée par la géographie et les nécessités de ses activités économiques et marchandes. Elle est comparable, à une échelle différente, à celle de Lyon, ville de négoce et de finance forte de 60000 habitants au XVIe siècle, où la richesse se concentre de part et d’autre du pont de la Saône et de ses axes commerciaux, et décroît avec une couronne de quartiers de transition, socialement mixtes, sur les rives de Saône, suivis en périphérie, sur les bords de Rhône, par des quartiers pauvres peuplés d’artisans du textile et de gagne-deniers6.

Une typologie de l’habitat valenciennois

  • 7 Cabantous A., « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne », in Revue Histoire, Économie, Société(...)

19Les bourgeois de Valenciennes sont avant tout des propriétaires immobiliers. Acquérir, posséder et transmettre une maison est un acte important. En y habitant, le bourgeois s’inscrit dans un réseau de voisinage, il contribue à la charge fiscale (avec le 100e denier) et à la sécurité publique (avec les connétables de rue), il fréquente l’église paroissiale de son quartier et il verse son obole aux collectes dominicales de l’Aumône générale7. C’est aussi un lieu de travail, avec l’ouvroir sur la rue, atelier ou boutique, et même la plus discrète « chambre close » préférée par les négociants.

L’habitat d’une ville d’empreinte médiévale

  • 8 Neveux H., « Recherches sur la construction et l’entretien des maisons à Cambrai de la fin du XIVe  (...)
  • 9 Mereau J., « Typologie des anciennes maisons valenciennoises », in Valenciennes. Les canonniers, In (...)

20Comme dans une bonne part de l’Europe du Nord-Ouest, la maison valenciennoise du XVIe siècle, comme au Moyen âge, est structurée par une charpente dressée sur une assise de pierre et bardée de bois ou remplie de torchis ou de briques. Ces constructions à pan de bois continuent de dominer le paysage urbain, en intégrant quelques progrès. Les toitures de tuiles ou d’ardoises au lieu du chaume et les cheminées de briques limitent le péril de feu, les panneaux de verre aux fenêtres améliorent le confort de leurs occupants8. Le grand incendie de 1523 comme la croissance démographique et économique de ce siècle entraînent la (re)construction de ce type de maisons, appelées « maisons espagnoles » depuis le XIXe siècle9.

  • 10 ADN, B 12702 fo 120 ; AMV, CC 442 fo 82, Caf. 6618 et J2/398, embriévures 6 novembre 1602 ; Lemaitr (...)

21Sur une parcelle étroite et profonde de la grand-place, caractéristique du centre-ville, le « Château d’argent », disparu dans l’incendie de 1940, dresse sa façade de bois sur quatre niveaux depuis le milieu du XVIe siècle. Acheté en 1563 par le marchand grossier Jehan Turbier (+1593), et un temps confisqué lors des troubles, il est revendu en 1602 par sa veuve à un autre grossier, Jacques De La Deuze, qui y tient sa boutique de draps de soie jusqu’en 1635. Cette maison fait figure de demeure de prestige par sa valeur locative (200 Livres en 1570, 250 en 1605), par son emplacement stratégique pour le commerce, par son nombre de pièces (au moins sept). Le rez-de-chaussée comprend la boutique ouverte sur la rue, une sallette sur l’arrière donnant sur une cour et sur la cuisine. Les deux étages, en encorbellement, abritent les chambres éclairées en façade par deux larges fenêtres au premier, au second par quatre petites fenêtres à festons, et par des ouvertures plus simples sur l’arrière. Un grenier prend place dans le pignon pointu10.

Figure 7 – La maison du « Chasteau d’argent » (vers 1900)

Figure 7 – La maison du « Chasteau d’argent » (vers 1900)

Le « Château d’argent » ou maison Jules Giard au début du XXe siècle.

Carte postale de l’auteur.

22Dans la rue de Lormerie, la maison du marchand de vin Jehan Mathieu (exécuté en 1568), moins haute d’élévation, comprend un petit corps de bâtiment sur rue (avec cave, entrée à deux battants sur rue, comptoir et sallette en rez-de-chaussée, sallette et grenier à deux pignons à l’étage), une cour et une arrière cuisine surmontée d’un grenier relié par une galerie au bâtiment principal.

  • 11 ADN, B 12701 fo 13-14 ; AMV, CC 476 fo 17ro et CC 480 fo 48 ; Schama S., L’embarras de richesses. U (...)

23L’habitat des bourgeois aisés de la ville comporte aussi une maison secondaire ou un jardin de plaisance, dans les faubourgs ou à proximité des remparts. Comme les Godin avec le « chasteau du Jolimetz », les plus riches marchands en font une gentilhommière doublée d’une cense agricole. Michiel Herlin en possède une près de la porte Tournaisienne, consistant en un logis de briques couvert d’ardoises, avec une tourelle, une étable à vaches, un four et quelques mencaudées de pâturages loués à un fermier pour 200 Livres par an. Les autres se contentent de petites maisons occupées « pour le plaisir ». Le prévôt Henry Doultreman (+1605) garnit la sienne de quelques vignes, tandis que le marchand cirier Grégoire Dupont succombe à une coûteuse mode florale avec son « jardin à tulipaudz » estimé 40 Livres au début du XVIIe siècle11.

24Chez les maîtres artisans, la maison de ville est plus petite, avec moins de pièces. Le cordonnier Gérin dispose d’un emplacement de premier choix sur la grand-place, mais la valeur locative de sa maison ne dépasse pas les 100 Livres en 1605. L’ouvroir avec les barres de bois pour pendre les souliers est séparé de la cuisine par un refend garni d’une couche, et l’unique étage ne comporte qu’une chambre. Cette maison à trois pièces fait pourtant partie d’une gamme moyenne inaccessible à la masse des travailleurs urbains.

  • 12 Guignet P., Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 299-303.
  • 13 ADN, B 12744 fo 27 et B 12702 fo 62.

25Ceux-ci doivent affronter plusieurs défis : croissance de la population urbaine, dégradation du pouvoir d’achat, d’où le développement d’un habitat populaire plus concentré. À Lille, les premières « rues à sacq » sont mentionnées en 155512. À Valenciennes, les grandes parcelles non bâties de la paroisse Saint-Jacques et dans le voisinage des remparts sont déjà aménagées en courées dans les années 156013. Michiel Herlin y possède un jardin où se dressent sept petites maisons « marquées par ordre de l’alphabet » louées à des pauvres. À l’angle de la rue Montoise et des remparts, dix-neuf maisonnettes contiguës appartiennent à un cordonnier, marchand de sommeil qui perçoit les loyers à la semaine. Le logement en pièce unique, où s’entassent de maigres effets (vêtements, draps, vaisselle), est le propre du petit peuple des villes, même si un grand nombre de compagnons et de domestiques sont logés chez leurs maîtres.

  • 14 Sarti R., Vita di casa. Abitare, mangiare, vestire nell’Europa moderna, editori Laterza, 2003, p. 1 (...)
  • 15 AMV, Caf. 8731 et ADN, 5B 506.
  • 16 Roche D., Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnell (...)
  • 17 AMV, Caf. 8623, 6614, 6567.

26Jusqu’au XVIIe siècle, la fonction des pièces d’une demeure n’est communément pas spécialisée14. Lieu de travail et lieu de vie familiale ne sont pas séparés. En 1572, le maître-sayetteur Jehan Dupont dispose un métier à tisser « en la chambre d’en hault » et le second « en la pièce d’embas » au milieu de deux lits. Même dans les habitations d’au moins trois ou quatre pièces, la spécialisation n’est pas de mise. Chez le négociant Jehan De Rantre (+1551), l’ouvroir sert à la fois de garde-robe et de bureau pour ses papiers comptables, et la sallette voisine fait office de chambre à dormir et de lieu pour recevoir les visiteurs15. L’ameublement reste aussi traditionnel dans le style et l’usage. Les « couches » (c’est-à-dire des lits sans tenture) et les lits étoffés voisinent avec des bancs et coffres polyvalents (pour ranger, pour s’asseoir et pour dormir sur un matelas) dans presque toutes les salles de la maison où vivent le maître, sa famille et les servantes, laissant inconnue la notion d’intimité16. Mais dans le dernier tiers du XVIe siècle, le décor intérieur commence à s’enrichir chez les plus aisés. Jacques Le Boucq, héraut d’armes du roi (+1574), a acheté à Lille un buffet « marqueté de plusieurs couleures de bois », et le marchand Jacques Lecomte lègue à sa fille en 1603 un buffet « en forme de desservoir fait de marquetaige ». Les tableaux dévotionnels ou profanes, taillés dans le bois ou peints, agrémentent plus volontiers les murs : le testament de la veuve du marchand drapier Andrieu Pol en énumère treize, tous aux sujets religieux, en 160717.

  • 18 Tijs R., Architecture Renaissance et baroque en Belgique. L’héritage de Vitruve et l’évolution de l (...)

27Avec leur aspect médiéval qui ne commence à reculer qu’à partir du XVIIe siècle, les maisons valenciennoises restent insensibles aux nouvelles architectures de la Renaissance et à leurs décors sculptés dans la brique ou dans la pierre, qui pénètrent lentement et tardivement les grandes villes des Pays-Bas à partir des années 1550.18

Spéculation immobilière et aménagement urbain

28L’immobilier est un support spéculatif. Nombre de rentes sont constituées sur des immeubles et occasionnent un transfert de propriété. La spéculation immobilière reste cependant souvent limitée à cette pratique à Valenciennes. Si Lille augmente par deux fois sa superficie, en 1603 et en 1617, passant de 91 à 142 hectares, et aménage de nouveaux quartiers, Valenciennes reste immuablement figée dans ses remparts tandis que ses faubourgs se révèlent très exposés lors des guerres des XVIe et XVIIe siècles.

  • 19 AMV, J2/389bis fo 22vo-23.

29En 1547 a lieu sur la grand-place une opération immobilière suscitée par la municipalité19. Celle-ci démolit les étals de la grande boucherie, sise à gauche de l’hôtel de ville, et subdivise le terrain ainsi libéré en cinq parcelles à bâtir. Les acquéreurs suivent les normes fixées par les échevins. Les nouvelles maisons, de bois, doivent mesurer 15 pieds de large pour 36 pieds de hauteur (soit environ 4,5 mètres sur 11) et disposer d’une façade à pignon avec un encorbellement limité sur la place. Il en résulte un rang de maisons presque uniformes, qui contraste avec le rang hétéroclite du « Chasteau d’argent » qui lui fait face. L’opération intéresse les marchands : un marchand de bois de charpente qui prend à rente trois des cinq lots, un marchand drapier, un marchand grossier. La grand-place achève alors sa mutation fonctionnelle. Les marchés alimentaires malodorants l’ont quittée (le poisson vers 1524, la viande en 1547), les activités manufacturières ont leur centre sur les places des paroisses Saint-Vaast et Saint-Nicolas, tandis que la halle aux laines de l’hôtel de ville voit son rôle diminuer. La fréquentation populaire est moins marquée : la place est désormais dévolue au pouvoir municipal, aux marchands spécialisés et aux négociants qui y ont pignon sur rue.

  • 20 AMV, J2/398 embriévures 19 février 1603, et Baudoux-Rousseau L., « Le choix de la modernité : les r (...)

30La fin du XVIe siècle voit le démarrage d’une phase de reconstruction d’un habitat malmené depuis le siège de 1566, dégradé par les confiscations (l’entretien et les réparations des 200 maisons saisies sur les protestants ont été limités au strict minimum), et inadapté à la reprise démographique de la ville. Sur la grand-place, le « Chiseau d’or » du grossier Willaud « menachoit de bref de tomber à totalle ruyne et décadence pour avoir esté seullement bastye de bois ». L’édifice est reconstruit en briques et pierres depuis les fondations, pour 6 à 7000 Livres vers 1603. Sa nouvelle valeur locative grimpe à 300 Livres l’année, soit le vingtième du coût de ce chantier. La maison en briques, avec fenêtres à meneaux et arcs de décharge en pierre surmontant les ouvertures, devient un classique de cette phase de reconstruction. Mais la ville de bois ne recule que très lentement. L’interdiction d’utilisation du bois dans les façades n’est prise à Valenciennes qu’en 1679, soit un siècle plus tard qu’à Lille ou Mons20.

Figure 8 – Maisons de bois bâties en 1547 sur la grand-place (vers 1900)

Figure 8 – Maisons de bois bâties en 1547 sur la grand-place (vers 1900)

Carte postale du début du XXe siècle.

Collection de l’auteur.

31Le développement des courées à l’époque de Charles Quint est-il le signe d’une spéculation immobilière ? Sans doute, car les maisons d’une courée n’ont en général qu’un seul propriétaire qui y loge, en échange d’un loyer très faible, des travailleurs pauvres, sayetteurs, cordonniers et couturiers, cloutiers, des personnes isolées ou déficientes, veuves ou encore « un povre homme affollé ». Dans les registres de confiscation des années 1560, 27 propriétaires de ce type d’habitat populaire concentré détiennent 136 maisons (dont 25 en ont moins de 10 chacun). Ils appartiennent aux franges moyennes et supérieures de la société et ont des motivations diverses à loger les pauvres : source de revenu, hébergement de main-d’œuvre, vocation de charité et de contrôle social. Cette dernière dimension permet de comprendre la présence des Herlin, Godin ou Resteau, élite du négoce, parmi les propriétaires de courées : certains ont été échevins, d’autres gestionnaires de l’Aumône générale et tous figurent parmi les donateurs réguliers de l’institution. Au XVIIe siècle, les marchands de sensibilité calviniste sont remplacés dans ce rôle de ‘bailleur social’ par les Sœurs de la Madeleine (les Repenties) et par les notables catholiques de l’échevinage qui prennent le relais.

Quitter la ville : mourir, migrer, fuir

32L’enracinement des hommes dans la ville se mesure à l’empreinte qu’un individu laisse dans la mémoire collective ou privée. La dissolution des liens commence lorsque la mort emporte le bon bourgeois. Sur le point de mourir, celui-ci rédige son testament pour disposer de son âme, de son corps et de ses biens : il prévoit la dévolution de ses meubles et immeubles, la répartition d’objets chargés d’une valeur affective ou symbolique, et il décide des modalités de sa sépulture.

Sépulture, épitaphe, portrait : l’affichage d’une mémoire post-mortem

  • 21 Chaunu P., La mort à Paris, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Fayard, 1978, p. 320-327.

33En recommandant son âme à Dieu et en abandonnant son enveloppe charnelle à la terre pour « payer le deu de la nature », le testateur de l’époque moderne prend un soin particulier au destin de ce corps21. Sur 230 testaments valenciennois passés entre 1500 et 1620 dans les couches aisées de la population, moins de 10 % ne mentionnent pas de dispositions précises pour leur dépouille, mais ce soin est alors confié à un proche. L’imprécision concerne surtout la période 1566-1578, après le saccage des églises par les iconoclastes qui n’ont pas épargné les tombeaux, et à cause des lenteurs de la remise en état des édifices menée dans les années 1570-1580. La règle est donc de choisir un lieu précis de sépulture.

L’élection de sépulture de 230 Tableau 40 – bourgeois de Valenciennes (1500-1620)

Choix du testateur

Pourcentage

Pas de disposition précise

9,5 %

Cimetière

22 %

Église paroissiale

61 %

Établissement régulier

7,5 %

Source : AMV, fonds Caffiaux

  • 22 12 % d’inhumations au cimetière chez les artisans et boutiquiers de l’alimentation et du textile en (...)

34Le triomphe de l’inhumation dans l’église est patent. Les cimetières formant un enclos parfois mal famé, autour des églises paroissiales, au cœur du tissu urbain, accueillent moins du quart des sépultures des testateurs, avec un recul encore plus marqué au XVIIe siècle22. Lorsqu’en 1535, le négociant Jacques Godin précise par humilité qu’il est « mieulx aymant estre mis en quelque chimentière que en l’église », il se place aux antipodes des habitudes de la bonne société. C’est l’église paroissiale qui emporte toutes les préférences, loin devant celles des couvents des Franciscains, des Dominicains, des Carmes, des Sœurs Grises ou des Chartreux, dont le choix décroît au fil du XVIe siècle. Et au tout début du XVIIe siècle, la Contre-Réforme n’a pas encore convaincu les Valenciennois à établir leur sépulture chez les Jésuites (arrivés dans les années 1580) et chez les Récollets.

35Dans l’église, 30 % des testateurs veulent voir leur dépouille placée près de celle d’un proche, conjoint, père ou mère. Rares sont ceux qui marquent une préférence pour une chapelle de corporation ou pour la proximité d’un objet de culte, statue, crucifix ou saint sacrement (seulement 5,5 % des cas). Le caractère familial de la sépulture l’emporte sur l’aspect dévot, caractère confirmé par les furies iconoclastes de l’aventure protestante.

  • 23 ADN, 5B 511.
  • 24 Maliet V., Tixador A., « Le royaume de la mort : monuments, pratiques et croyances valenciennoises  (...)

36La sépulture doit exprimer le souvenir du disparu et de ses proches, mais rares sont les testaments à prévoir une épitaphe. Quel style adopter ? L’enquête sur la corruption municipale de 1518 rapporte les critiques adressées au tombeau et à l’épitaphe d’un ancien prévôt et mauvais argentier de la ville : « voyans que en la sépulture magnificque dudict Brusneau en l’esglise des Frères mineurs, il y avoit intitulation solempnelle, fut dist que la sépulture ne debvoit estre intitulée en la manière, veues les faultes que on avoit trouvé en son administration »23. Pour garder le souvenir, la sépulture s’appuie sur la représentation imagée, avec une lame funéraire figurant le défunt et sa femme (tombe du patricien Jehan Dugardin en 1500), ou plus fréquemment avec un tableau pieux peint, sculpté ou brodé, confectionné pour l’occasion ou légué par testament. La fureur iconoclaste de 1566, en nettoyant les églises, détruit ces œuvres fragiles. Aussi retrouve-t-on chez les testateurs de sensibilité catholique une volonté de restaurer les images funéraires : des commandes passées en 1573-1574 pour orner les sépultures, mêlent piété traditionnelle et commémoration du défunt. Mais l’habitude de placer au-dessus de la tombe une peinture associant l’effigie du disparu à celle des saints ou des scènes du Nouveau Testament cesse rapidement à la fin du XVIe siècle. Elle est remplacée par des pierres tombales gravées portant le nom, l’âge et l’année de décès, une épithète d’honneur, des figures allégoriques (angelot ou crâne) et éventuellement des armoiries, mais sans l’image de la personne enterrée24.

  • 25 Harbison C., La Renaissance dans les pays du nord, Flammarion, 1995, p. 123-134, Christin O., « Du (...)
  • 26 ADN, B 18250 ; AMV, compte des biens de la Tannerie no 54/4 et Caf. 6547.

37Cette évolution correspond à une lente mutation de la représentation figurée de l’individu. Sa vocation funéraire s’estompe, et sa fonction profane s’affirme comme un trait culturel dépassant l’influence de la Réforme et la désacralisation de l’art25. Le portrait individuel se diffuse pourtant très lentement dans les franges aisées de la société valenciennoise. Un hôtelier laisse à sa mort en 1558 un grand portrait du prince de Condé et un autre de Jehan Piérart, receveur de la Salle mort en 1548. En 1590, le receveur Charles Le Mesureur conserve encore le portrait de son grand-père Pierre Le Mesureur, marchand-receveur décédé en 1554. En 1608, le marchand de vin et capitaine de compagnie bourgeoise Pierre Le Francq lègue à son fils aîné trois tableaux « penduz au mur de la sallette du milieu de la maison, contenans les effigies de feu Jehan Le Francq son père, de luy testateur et sadite femme »26. Sécularisé, le portrait se transmet d’une génération à l’autre pour conserver l’image d’un père ou d’un grand-père.

  • 27 Klapish-Zuber C., La maison et le nom : stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Pari (...)

38Cependant, si des chroniqueurs comme Loys De Le Fontaine dit Wicart, maître Cocqueau, Henri Doultreman, le clerc Doudelet, Simon Le Boucq, Jean Pittepan et Pierre De Navarre, retranscrivent la mémoire collective de la Valenciennes des ducs de Bourgogne et des rois d’Espagne, la mémoire individuelle et familiale n’a pas laissé de journaux personnels ou livres de famille à la façon des ricordanze toscans et des Familienbücher germaniques27.

Une rupture progressive : l’émigration des marchands vers les métropoles commerciales

39La ville est un centre de migrations. Dans les familles marchandes de Valenciennes, les rangs sont grossis au XVIe siècle par de nouveaux bourgeois venus de Cambrai, Mons, Arras ou Paris. Mais l’attractivité des grandes villes de commerce comme Anvers, jusqu’aux années 1580, et Cologne ensuite, provoque dans l’autre sens une émigration lente des négociants valenciennois.

  • 28 Coornaert E., Les Français et le commerce international…, op. cit., p. 184-185 et p. 364-366, Marne (...)

40170 Valenciennois fréquentent Anvers entre 1500 et 1585, mais seule une quarantaine y acquiert la bourgeoisie, dont une moitié de marchands28. Les Hureau sont les premiers à transférer leurs affaires et leur résidence de Valenciennes à Anvers dès les années 1520 et Jacques Godin y possède une maison dans les années 1530. Le noyau de négociants valenciennois établis à Anvers s’étoffe après l’épisode des « Maubrulez » de 1562 et les débuts de la répression anti-calviniste : les négociants Faloize, De Beaulieu, De Mainvault, Senglier et Godin y retrouvent des confrères et alliés cambrésiens comme Carlier et De Saint-Vaast. Leur établissement plus ou moins permanent à Anvers ne signifie pas la rupture avec Valenciennes où tous gardent longtemps encore un patrimoine immobilier, foncier et financier géré par de proches parents.

41Anvers n’est pas la seule ville à drainer la diaspora marchande avant les troubles de 1566. À l’occasion de transactions immobilières enregistrées à Valenciennes, l’expatriation est aussi signalée à Amsterdam (un mercier), Maastricht (un passementier), Londres (un chapelier), Bâle (où meurt vers 1576 le marchand Jaspart Hellet, qui lègue 1900 Livres à l’Aumône générale de sa ville natale), et temporairement en Espagne (un chaussetier à Valladolid, un fils d’hôtelier).

  • 29 AMV, Caf. 8606.

42La révolte des Pays-Bas contre l’autorité espagnole et la sécession des futures Provinces-Unies en 1579 entraînent le déclin d’Anvers. La fermeture de l’embouchure de l’Escaut par les rebelles du Nord en 1585 fait perdre à cette ville son rôle de métropole économique. L’impossibilité pour les tenants de la nouvelle foi de la pratiquer dans la partie méridionale des Pays-Bas engagée dans une Contre-Réforme en profondeur se mêle étroitement aux repositionnements des centres de négoce. L’émigration marchande suit alors plusieurs voies. Les négociants protestants sont attirés par les Provinces-Unies, en particulier dans les villes portuaires du delta de l’Escaut (comme Middelburg) et en Hollande. D’autres choisissent les bords du Rhin. Les compagnies marchandes italiennes et néerlandaises s’établissent à Cologne, ville neutre, à partir des années 1570. Des rejetons de familles protestantes et catholiques du négoce valenciennois y séjournent ou y prennent la bourgeoisie vers 1590-1600, comme les Resteau, Faloize, Senglier, Le Thieullier, Grébert, Doultreman, Vivien. L’essentiel de leur patrimoine immobilier est encore basé à Valenciennes. Lorsque Loys Doultreman rédige son testament à Cologne en 1598, ses héritiers, tous résidants à Valenciennes, reçoivent terres, maisons et rentes en Hainaut, mais rien sur Cologne où le marchand n’a pas investi dans le foncier ou les rentes29. Les similitudes sont marquées entre cette génération établie à Cologne et la précédente d’Anvers. Les terres d’aventure commerciale ne sont pas pour les marchands valenciennois des espaces d’investissement immobilier.

Carte 3 – Les villes d’accueil de l’émigration valenciennoise (1560-1610)

Carte 3 – Les villes d’accueil de l’émigration valenciennoise (1560-1610)

Une rupture provoquée : l’émigration religieuse vers les pays rhénans, l’Angleterre et les Provinces-Unies

  • 30 Cottret B., Terre d’exil : l’Angleterre et ses réfugiés français et wallons, de la Réforme à la rév (...)

43Les troubles religieux qui secouent les Pays-Bas à partir des années 1540 provoquent une émigration d’ampleur, de refuge en terre germanique et anglaise, puis après la partition du pays, vers les Provinces-Unies où aboutissent de 60000 à 150000 migrants fuyant la partie sud du pays restée sous l’ordre catholique et espagnol30. Pendant au moins soixante-dix ans, Valenciennes fait partie des villes de départ forcé de ces réfugiés pour cause de religion.

  • 31 Barbier F., « L’imprimerie, la Réforme et l’Allemagne : le cas de Nicolas Bassé, valenciennois », i (...)

44Francfort-sur-le-Main, ville de 20000 habitants dont 13 % de wallons calvinistes vers 1560, est sans doute l’une des premières à accueillir des persécutés fuyant Valenciennes dès les années 1540. La veuve et les enfants du brasseur Delecourt, exécuté en 1545, y résident dans les années 1550 avant leur retour aux Pays-Bas. Et environ cinquante Valenciennois y prennent la bourgeoisie entre 1554 et 1561, soit bien plus qu’à Anvers à la même période. Parmi eux figure Nicolas Bassée, fils d’un marchand grossier de la grand-place exécuté en 1568 : il devient bourgeois de Francfort en 1561 et y laisse à sa mort en 1601 une imprimerie prospère31. À la fin du XVIe siècle, d’autres bannis ou exilés valenciennois vivent aussi définitivement à Aix-la-Chapelle et à Cologne.

  • 32 Joblin A., « Le protestantisme en Calaisis aux XVIe-XVIIe siècles », in Revue du Nord, tome LXXX, n(...)

45Le grand exode intervient après la chute de la Valenciennes protestante en 1567, quand le Conseil des Troubles créé par le redoutable duc d’Albe se met à poursuivre les rebelles et iconoclastes. En dépit de sa proximité géographique, la France n’attire pas les fugitifs, à cause de la situation de guerre civile dans laquelle elle est plongée durant les Guerres de Religion entre 1561 et 1598. En 1569, Philippotte Conrart, femme de Jacques Senglier, réfugiée d’Anvers à Paris (d’où sont originaires les Senglier), se retrouve prisonnière à la Conciergerie et doit quitter la capitale française. Sa famille se repositionne à Cologne à la fin du siècle. Quelques réfugiés sont accueillis dans les enclaves aux marges de la France, comme la principauté protestante de Sedan (où meurt en 1583 la veuve de Michiel Herlin, âme de la révolte de 1566) et Calais32, avant la signature de l’Édit de Nantes en 1598 qui donne une existence légale aux protestants du royaume français.

  • 33 Registre des baptesmes, mariages et morts jeusnes de l’église wallonne à Southampton, Publications (...)
  • 34 Returns of aliens dwelling in the City and suburds of London, Publications of the Huguenot Society (...)
  • 35 Bottin J., « Elites marchandes et connaissance du grand commerce au début de l’époque moderne : bil (...)

46Mais c’est l’Angleterre qui draine le gros de l’exode, du fait des liaisons maritimes commerciales entretenues avec les Pays-Bas et de la politique d’accueil de la reine Élisabeth, dont le père Henri VIII a rompu avec le Pape de Rome. Des communautés calvinistes mêlant Wallons et Français s’organisent dans les ports anglais et dans la capitale. Ils sont 70 Valenciennois à Southampton33 en 1567 (dont les marchands Sohier, De Beaulieu, Leclercq et Le Mesureur) et près de 170 à Londres d’après un recensement de 157134. Ces communautés se maintiennent même après le pardon général octroyé par les autorités espagnoles en 1574, signe de leur militantisme religieux et de leur insertion économique dans le Refuge. Ainsi, les marchands Sohier et De Beaulieu laissent assez rapidement Southampton pour Londres, tout en s’insérant dans des réseaux commerciaux de substitution en liaison avec le port de Rouen, base de repli de marchands protestants flamands et wallons et des marchands catholiques de Hollande et Zélande depuis les années 1570. Ce réseau nouveau permet aux anciens réfugiés valenciennois d’organiser depuis la Manche et la Mer du Nord un trafic de draperies et de poissons (dont ils avaient déjà l’expérience) vers l’intérieur du royaume de France35. La sortie de la société valenciennoise et de son territoire d’activité devient définitive.

  • 36 The registers of the walloons or strangers’ Church in Canterbury, Publications of the Huguenot Soci (...)
  • 37 Schapira N., Un professionnel des lettres au XVIIe siècle : Valentin Conrart. Une histoire sociale, (...)

47La réussite du Refuge tient aussi à sa dynamique migratoire qui déborde largement les années de plomb subies par les zones de départ comme Valenciennes (1567-1574). À Canterbury, les registres de l’Église wallonne répertorient entre 1591 et 1600 les mariages de trente-deux natifs de Valenciennes, suivis d’une dizaine d’autres pour chacune des trois décennies suivantes entre 1600 et 1630. Et le dernier mariage d’un Valenciennois de naissance y est célébré en 1658, presque un siècle après les troubles36. La communauté des exilés et de leurs descendants se nourrit donc d’un apport migratoire constant qui perdure pendant toute la période de règne des Archiducs. Le phénomène est complexe. Un sayetteur comme Ghislain Gallamar, qui quitte Valenciennes vers 1610 pour Canterbury, obéit peut-être autant à une logique religieuse qu’à une nécessité économique, en pleine période de décadence de la manufacture lainière valenciennoise. En 1615, c’est le fils du riche marchand valenciennois Franchois Cocqueau qui se marie au refuge de Canterbury avec la fille d’un ancien marchand Guillaume De Saintyne, retiré de longue date de Valenciennes et passé successivement par Anvers en 1559, par Londres dans les années 1560, puis par le port de Middelburg aux Provinces-Unies. Dans la famille Leclercq, les engagements religieux riment avec les déplacements. Le marchand Arnoul Leclercq, fils de Michielle De Caignoncle (exécutée par le feu à Valenciennes en 1549), se réfugie en 1568 dans la communauté de Southampton où il est admis à la Cène. Il quitte l’Angleterre dans les années 1590 et décède à Middelburg en 1602. Son fils Jacques, né à Southampton en 1573, vit aussi aux Provinces-Unies en 1609. La sœur d’Arnoul, Jacqueline Leclercq, a épousé le marchand Pierre Conrart, exécuté à Valenciennes en 1568. Veuve, elle ne quitte pas sa ville et y meurt en 1604. Mais ses fils Jan et Pierre Conrart figurent aussi dans les listes des Wallons de Southampton en 1572-1573, avant de réintégrer les Pays-Bas et Valenciennes. Jan y est marchand importateur de vin au début du XVIIe siècle, et la famille reste impliquée dans l’exportation des toiles fines. Un autre fils de Pierre l’ancien, Jacques Conrart (+1624) s’établit à Paris dans les années 1580 et y devient un prospère marchand associé à ses frères valenciennois et à ses cousins Senglier basés dans l’espace germanique. Jacques est le père de Valentin Conrart (né en 1603 à Paris), littérateur calviniste et secrétaire de l’Académie française, représentatif du glissement de la bourgeoisie d’affaires vers le service de l’État monarchique français37. Enfin, une tante d’Arnoul, Catherine Leclercq, veuve du marchand Nicolas De Le Fontaine dit Wicart, banni, est toujours sous le coup de la confiscation de ses biens à Valenciennes vers 1600, époque où elle réside à Aix-la-Chapelle.

  • 38 Bottin J., Jeannin P., « Entre conviction et réalisme : deux hommes d’affaires protestants du premi (...)

48Le choix des migrations de cette famille de marchands mêle de manière pragmatique, dans un maillage européen, les villes d’affaires et les ports de la mer du Nord et de la Manche avec les refuges religieux dans des pays de confession calviniste ou dans des États tolérants à leur égard38. Néanmoins, les familles du négoce valenciennois, calvinistes ou non, qui s’insèrent le mieux dans les grands réseaux internationaux sont amenées à se détacher de la société valenciennoise dont elles sont issues, car la ville n’offre pas les opportunités d’affaires d’une métropole ou d’un port : les Sohier, Senglier ou Dorville ne font que suivre les pas des Hureau qui ont quitté Valenciennes pour de plus grands horizons bien avant la Réforme. Et les velléités nobiliaires des marchands valenciennois du XVIIe siècle peuvent être vues comme une satisfaction d’acteurs de second rang du grand commerce qui se notabilisent sur place, dans une ville moyenne.

  • 39 AMV, registres paroissiaux, Saint-Jacques, 22 mars 1599 : « et y eut grand peuple quil la regardoit (...)
  • 40 ADN, B 18287.

49Les départs pour raisons religieuses n’excluent pas des retours définitifs vers les Pays-Bas espagnols. Les époux Barré, natifs de Valenciennes, mariés dans la communauté calviniste de Canterbury en 1589, reviennent dans leur ville natale en 1599. Le curé de Saint-Jacques procède au baptême catholique de leur fils de huit ans, devant un public nombreux accouru pour cette cérémonie particulière39. Le couple se rattache au petit peuple sans bien, et le chef de famille n’est qu’un pauvre soldat à gages logé misérablement dans la paroisse. C’est par contre l’espoir d’entrer en possession de biens familiaux non négligeables qui explique clairement le retour de l’orfèvre Jehan Delecourt en 1594. L’homme est né à Londres où son père, chapelier de son état, s’est installé vers 1554, à l’époque du mariage du roi Philippe II d’Espagne avec la reine d’Angleterre Marie Tudor. Du côté maternel, ses deux oncles De Cartegnies ont eu affaire à la justice pour des raisons religieuses. L’un, prieur des Carmes, a du abjurer ses erreurs théologiques en 1542, l’autre, marchand, est exécuté en 1568 pour sa participation à l’iconoclasme. Après la mort de ses parents, Jehan Delecourt quitte l’Angleterre, royaume protestant, rejoint Cologne, ville religieusement neutre, puis vient aux Pays-Bas à Mons où il se réconcilie pour vivre catholiquement. À la clé de cette opération de retour se trouve la jouissance d’une succession comprenant plusieurs maisons à Valenciennes40. Or le fait de résider dans un pays tenant parti contraire au roi d’Espagne (comme les Provinces-Unies et l’Angleterre) bloque toute possibilité de restitution des biens confisqués à leur propriétaire ou à ses héritiers.

50Ces problèmes de biens immobiliers comme les attitudes des familles sur la question religieuse interfèrent dans les départs définitifs ou les retours de cette fin du XVIe siècle. La signature de la Trêve de Douze Ans entre les Archiducs et les Provinces-Unies est l’occasion pour nombre de familles d’exilés dans la République du Nord de solder les biens qu’elles possèdent encore à Valenciennes en 1609, plus de quarante ans après le début de la Révolte des Pays-Bas. Le retour de la paix (avec la France en 1598, avec l’Angleterre en 1604 et provisoirement avec les Provinces-Unies en 1609) permet de débloquer la situation des biens des exilés, gelés depuis les confiscations de 1567-1568. Le début de règne des Archiducs est donc marqué par la dissolution des liens patrimoniaux entre une ville d’origine définitivement acquise au catholicisme et le refuge protestant.

51Le bilan des mouvements d’émigration religieuse, entre les années 1540 et 1630, n’est pas négligeable, et c’est un minimum de 1000 personnes sans doute qui ont quitté ou fui définitivement Valenciennes au cours de la seconde moitié du XVIe siècle. L’impact final reste limité, puisque les stigmates de la ville « dépeuplée » des années noires (1567-1579) sont déjà effacés vers 1600, avec la reprise démographique, l’immigration cambrésienne et le développement de la mulquinerie. Le nouveau moteur industriel permet de gommer les effets de la désorganisation des activités lainières et des réseaux marchands dominés par les calvinistes. D’autre part, le maintien de liens d’affaires entre les grands marchands valenciennois et leurs cousins protestants désormais basés à Paris, Rouen, Londres, Middelburg ou Cologne explique la seconde réussite du commerce d’exportation textile au début du XVIIe siècle. Mais les Valenciennois sont-ils encore acteurs autonomes de ces négoces ou facteurs de leurs cousins ayant quitté la ville ?

  • 41 Joseph-François D. et alii, Guide d’architecture de la métropole lilloise. Lille Métropole-Courtrai (...)

52Les transformations économiques et sociales qui ont touché la bourgeoisie depuis la fin du règne de Charles Quint trouvent un reflet dans le paysage urbain. Le renouvellement du parc immobilier est sans doute inédit. La ville, après les désastres des années 1560-1570 et les vagues d’émigration des protestants, se repeuple et densifie son habitat. Les transactions immobilières se multiplient, y compris lorsque les héritiers de la diaspora calviniste mettent en vente les derniers biens familiaux. Les quartiers détruits aux abords de la citadelle sont rebâtis, les activités manufacturières retrouvent les bords de l’Escaut, notamment le blanchiment des toilettes de lin qui s’effectue dans les faubourgs. Un mouvement de reconstruction de l’habitat est lancé. La brique et la pierre prennent le relais des constructions de bois et dénotent l’aisance économique des nouveaux propriétaires, lorsque la maison du bourgeois se doit de mettre en œuvre des matériaux convenables et des décors plus sophistiqués41. Même la grand-place n’échappe pas à cette cure de jouvence. Les échevins décident de faire disparaître l’hôtel de ville de style gothique. Une nouvelle façade est édifiée en 1612 par le maître-maçon anversois François Van Presche, dans un style Renaissance jusque-là inusité dans ce type de ville. Ce choix d’un décor urbain d’esprit nouveau sur un lieu emblématique du pouvoir municipal et de la bourgeoisie d’affaires est un double révélateur. Les élites du temps des Archiducs souhaitent montrer le retour de la prospérité économique, comme à la grande époque de la manufacture de sayetterie et du commerce avec Anvers vers 1550. Mais il s’agit aussi d’une manière de tourner la page d’un passé récent et douloureux : le vieil hôtel de ville a été le témoin des actions de force des calvinistes, de leur prise du pouvoir en 1566, puis de l’épuration sanglante qui a suivi la défaite du mouvement. Ce nouveau visage donné aux façades privées et publiques marque une catharsis pour une société bourgeoise renouvelée qui intègre les modèles de son temps, ceux d’un coin d’Europe réconcilié avec la puissance espagnole, marqué par l’acceptation du catholicisme tridentin, et toujours dévoué à la mono-manufacture textile.

Notes

1 Duplessis R. S., « Charité municipale et autorité publique… », op. cit., p. 204-205.

2 Guignet P., Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois…, op. cit.

3 Croix A., La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie – La mort – La foi, Maloine, 1981, tome I, p. 728-741.

4 Craeybeckx J., « La portée fiscale et politique du 100e denier du duc d’Albe », in Acta historica bruxellensia, I, Bruxelles, 1967, p. 342-374, et Morsa D., « Niveaux de vie, professions et espace urbain. La ville de Huy au début des Temps Modernes », in Les niveaux de vie au Moyen âge. Mesures, perceptions, représentations, op. cit., p. 177-180.

5 Bardet J.-P., Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles…, op. cit., p. 170, Vigneron S., « Valeurs locatives et propriétaires cambrésiens au milieu du XVIIIe siècle », in Revue du Nord, no 314, janvier-mars 1996, p. 87-104, Roche D., Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, 1981, p. 106-108.

6 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., p. 436-449.

7 Cabantous A., « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne », in Revue Histoire, Économie, Société, no 3, 1994, p. 427-439, et Deceulaer H., Jacobs M., « Les implications de la rue : droits, devoirs et conflits dans les quartiers de Gand (XVIIe-XVIIIe siècles) », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 49, no 3, juillet-septembre 2002, p. 26-53.

8 Neveux H., « Recherches sur la construction et l’entretien des maisons à Cambrai de la fin du XIVe siècle au début du XVIIIe », in Bardet J.-P., Chaunu P. et alii, Le bâtiment, enquête d’histoire économique, 14e-19e siècles, tome I, Maisons rurales et urbaines dans la France traditionnelle, Paris-La Haye, 1971, p. 189-312.

9 Mereau J., « Typologie des anciennes maisons valenciennoises », in Valenciennes. Les canonniers, Institut français d’architecture, Norma, 1998, p. 74-99.

10 ADN, B 12702 fo 120 ; AMV, CC 442 fo 82, Caf. 6618 et J2/398, embriévures 6 novembre 1602 ; Lemaitre H., La maison du ‘Chasteau d’argent’ à Valenciennes, Valenciennes, 1904, 19 p.

11 ADN, B 12701 fo 13-14 ; AMV, CC 476 fo 17ro et CC 480 fo 48 ; Schama S., L’embarras de richesses. Une interprétation de la culture hollandaise au Siècle d’or, Gallimard, 1991, p. 469-485.

12 Guignet P., Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 299-303.

13 ADN, B 12744 fo 27 et B 12702 fo 62.

14 Sarti R., Vita di casa. Abitare, mangiare, vestire nell’Europa moderna, editori Laterza, 2003, p. 173-180.

15 AMV, Caf. 8731 et ADN, 5B 506.

16 Roche D., Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVIIe-XIXe siècle), Fayard, 1997, p. 183-208.

17 AMV, Caf. 8623, 6614, 6567.

18 Tijs R., Architecture Renaissance et baroque en Belgique. L’héritage de Vitruve et l’évolution de l’architecture dans les Pays-Bas méridionaux de la Renaissance au Baroque, éditions Racine, Bruxelles, 1999, p. 72-103, et Beernaert B. et alii, Les maisons et leurs habitants. Une promenade à Bruges au 16e siècle, OKV, 1998, 60 p.

19 AMV, J2/389bis fo 22vo-23.

20 AMV, J2/398 embriévures 19 février 1603, et Baudoux-Rousseau L., « Le choix de la modernité : les règlements d’urbanisme à Valenciennes, 1677-1790”, in Revue du Nord, tome LXXIX, no 320-321, avril-septembre 1997, p. 599-603.

21 Chaunu P., La mort à Paris, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Fayard, 1978, p. 320-327.

22 12 % d’inhumations au cimetière chez les artisans et boutiquiers de l’alimentation et du textile entre 1600 et 1677 (S. Barthelemy, E. Lafont, Deux cents famille de moyenne fortune à Valenciennes de 1600 à 1677, mémoire de maîtrise sous la direction de G. Gayot, université de Valenciennes, 1997, p. 194-196)

23 ADN, 5B 511.

24 Maliet V., Tixador A., « Le royaume de la mort : monuments, pratiques et croyances valenciennoises », in Valenciennes à coeur ouvert. 1989-1999, dix ans d’archéologie urbaine, catalogue de l’exposition du musée des beaux-arts juin-octobre 1999, p. 49-65.

25 Harbison C., La Renaissance dans les pays du nord, Flammarion, 1995, p. 123-134, Christin O., « Du culte chrétien au culte de l’art : la transformation du statut de l’image (XVe-XVIIIe siècles) », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 49, no 3, juillet-septembre 2002, p. 176-194.

26 ADN, B 18250 ; AMV, compte des biens de la Tannerie no 54/4 et Caf. 6547.

27 Klapish-Zuber C., La maison et le nom : stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, EHESS, 1990, p. 19-81, et Monnet P., Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance allemande : les Rohrbach de Francfort, Genève, Droz, 1997, p. 110-111.

28 Coornaert E., Les Français et le commerce international…, op. cit., p. 184-185 et p. 364-366, Marnef G., Antwerp in the age of Reformation…, op. cit., p. 89-105.

29 AMV, Caf. 8606.

30 Cottret B., Terre d’exil : l’Angleterre et ses réfugiés français et wallons, de la Réforme à la révocation de l’Édit de Nantes 1550-1700, Paris, 1985, 337 p., Denis P., Les Eglises d’étrangers en pays rhénans (1538-1564), Paris, 1984, 689 p., Briels J., Zuidnederlanders in de Republiek 1572-1630 : een demografische en cultuurhistorische studie, Sint-Niklaas, Danthe, 1985, 372 p.

31 Barbier F., « L’imprimerie, la Réforme et l’Allemagne : le cas de Nicolas Bassé, valenciennois », in Valentiana, no 12, 1993, p. 9-16.

32 Joblin A., « Le protestantisme en Calaisis aux XVIe-XVIIe siècles », in Revue du Nord, tome LXXX, no 326-327, juillet-décembre 1998, p. 599-618.

33 Registre des baptesmes, mariages et morts jeusnes de l’église wallonne à Southampton, Publications of the Huguenot Society of London, volume IV, 1890, et Spicer A., « The Sohiers of Valenciennes : a walloon family in diaspora », in Proceedings of the Huguenot Society of London, volume XXV, 1990, p. 156-166.

34 Returns of aliens dwelling in the City and suburds of London, Publications of the Huguenot Society of London, volume X, tome 2, 1902, p. 1-139.

35 Bottin J., « Elites marchandes et connaissance du grand commerce au début de l’époque moderne : bilan provisoire d’une expérience rouennaise », in L’État moderne et les élites XIIIe-XVIIIe siècles…, op. cit., p. 458-459.

36 The registers of the walloons or strangers’ Church in Canterbury, Publications of the Huguenot Society of London, volume X, part 2, 1894.

37 Schapira N., Un professionnel des lettres au XVIIe siècle : Valentin Conrart. Une histoire sociale, Champ Vallon, 2003, en particulier p. 29-42 (réseau familial de négoce entre Paris, Rouen et les Pays-Bas tenu par Jacques) et p. 47.

38 Bottin J., Jeannin P., « Entre conviction et réalisme : deux hommes d’affaires protestants du premier XVIIe siècle », in D’un rivage à l’autre. Villes et protestantismes dans l’aire atlantique (XVIe-XVIIe siècle), édité par G. Martinière et D. Potton, Maison des Sciences de l’Homme, 1999. p. 157-171.

39 AMV, registres paroissiaux, Saint-Jacques, 22 mars 1599 : « et y eut grand peuple quil la regardoit rebaptiser ».

40 ADN, B 18287.

41 Joseph-François D. et alii, Guide d’architecture de la métropole lilloise. Lille Métropole-Courtrai-Tournai-Ypres, Le Passage, 2004, p. 106 et p. 114.

Table des illustrations

Titre Tableau 37 – Montant des distributions charitables par paroisse (1556-1600). Les blés distribués sont exprimés en muids, l’argent en Livres de 20 gros
Crédits Source : AMV, comptabilité annuelle de l’Aumône générale
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 38 – Estimation des foyers indigents par paroisse vers 1600
Crédits Sources : AMV, comptabilité de l’Aumône générale 1599, et CC 442, 476, 478, 479, 480
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 6 – Foyers pauvres et ateliers artisanaux de la paroisse Saint-Jacques (1602)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 7 – La maison du « Chasteau d’argent » (vers 1900)
Légende Le « Château d’argent » ou maison Jules Giard au début du XXe siècle.
Crédits Carte postale de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 8 – Maisons de bois bâties en 1547 sur la grand-place (vers 1900)
Légende Carte postale du début du XXe siècle.
Crédits Collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Carte 3 – Les villes d’accueil de l’émigration valenciennoise (1560-1610)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search